Archives par mot-clé : XIXe siècle

Une « Schatzkammer » des petites antiques au Département des Monnaies, médailles et antiques ? Nouveaux regards sur la collection Froehner

Il y a presque un siècle la collection Froehner faisait son entrée au sein du Cabinet des Médailles1. Cet ensemble archéologique conséquent (env. 3500 œuvres) mêlant petits objets de valeur, statuettes, bijoux, inscriptions, « constitue, pour le Cabinet des médailles, un enrichissement de premier ordre, comparable pour la qualité, au don du duc de Luynes »2. Si ce n’est ni dans son caractère esthétique, ni dans son aspect spectaculaire que s’exprime la qualité de la collection de ce chercheur allemand, c’est bien dans son intérêt scientifique. La collection Froehner est en effet celle d’un antiquaire qui a vécu dans la France de la Belle Époque : historien de l’antiquité, archéologue, philologue, numismate et quelque peu byzantiniste, Wilhelm Froehner (1834-1925) était tout cela à la fois, avec une prédilection nettement marquée pour l’antiquité classique. Ses intérêts multiples l’ont conduit à rassembler, dans une accumulation digne de celle d’une Schatzkammer3 princière allemande, des petits objets archéologiques divers sur les plans typologiques, chronologiques, matériels et fonctionnels, le plus souvent inscrits. La collection Froehner nous invite ainsi à passer du strigile en bronze au manche de fouet de cocher en ivoire, du timbre amphorique grec à l’intaille d’époque romaine, du plat en sigillée au décret impérial en grec, de la balle de fronde en plomb à la bague osque en or, dans un mélange parfois déroutant. Comment classer, étudier, conserver un tel ensemble, d’aspect si hétéroclite ?

Alice Grégoire, Buste de Wilhelm Froehner, 1870, BnF MMA buste 1 sur Gallica

Continuer la lecture de Une « Schatzkammer » des petites antiques au Département des Monnaies, médailles et antiques ? Nouveaux regards sur la collection Froehner

  1. Enregistrement : le 18 décembre 1929, n° 12702 du registre Y. []
  2. Salomon Reinach, « A propos de W. Froehner », Revue archéologique, juillet-septembre 1925, p. 140-154 en ligne sur Gallica. []
  3. « salle du trésor » en allemand. []

Journée d’étude: les bibliothèques de recherche d’archéologie et d’histoire à l’étranger

Le vendredi 1er décembre 2023 se tient à l’École française de Rome, ouverte au public piazza Navone et en ligne, la journée d’étude “Bibliothèques de recherche à Rome (1860-1930) : les fondements d’une collection documentaire d’exception.”

Co-organisé par l’École française de Rome et la British School at Rome avec le soutien du Centre Gabriel Naudé (EA 7286, Enssib), dans le cadre des célébrations pour le 150e anniversaire de l’École française de Rome, l’évènement donne la parole aux bibliothèques d’instituts d’archéologie et d’histoire, allemand (Deutsches Archäologisches Institut Rom), américain (American Academy in Rome), belge (Academia Belgica), britannique (British School at Rome), espagnol (Escuela Española de Historia y Archeología), français (École française de Rome), néerlandais (Koninklijk Nederlands Instituut Rome), installés à Rome. Ces expériences sont comparées à celles des bibliothèques britannique et française qui furent fondées respectivement à Athènes et au Caire, pour la British School at Athens et l’Institut français d’archéologie orientale.

Continuer la lecture de Journée d’étude: les bibliothèques de recherche d’archéologie et d’histoire à l’étranger

Sumer au bleu de Prusse: les journaux de fouilles de Gaston Cros à Tello, 1903-1909

Sous le titre d’ensemble « Mission de Chaldée », le département des Manuscrits de la BnF conserve les journaux tenus par le capitaine Gaston Cros (1861-1915) lors des quatre campagnes de fouilles qu’il mena sur le site de Tello, dans le sud de l’Irak, entre 1903 et 1909. Ces quatre volumes (BnF, Manuscrits, Nouvelles acquisitions françaises 11808-11811) constituent à la fois un document scientifique précieux sur la découverte d’un site majeur de l’Orient ancien, un témoignage passionnant sur l’héroïsme ordinaire des archéologues, et un ensemble iconographique de grande beauté, mêlant dessin et photographie. Continuer la lecture de Sumer au bleu de Prusse: les journaux de fouilles de Gaston Cros à Tello, 1903-1909

10e édition des Rencontres d’Archéologie de la Narbonnaise, 1-6 novembre 2022

Les 10e Rencontres d’Archéologie de la Narbonnaise se tiendront du 1er au 6 novembre à Narbonne. Elles valorisent l’archéologie sous toutes ses formes avec un programme composé de projections, de conférences, d’expositions, de rencontres, d’un salon du livre et de la BD d’archéologie, d’animations scolaires et de rendez-vous professionnels.
Une série de conférences évoquant des sites majeurs de la préhistoire ou de la période médiévale marqueront ces journées, tandis que deux tables-rondes feront écho au bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes dont une sur “L’aventure de l’écriture : invention et déchiffrement”, où il sera question notamment de Jean-François Champollion.

Plusieurs expositions sont organisées dans différents lieux de la ville : une, intitulée “L’Égypte à travers les origines de la photographie”, mettra en regard des clichés conservés au département des Estampes et la photographie de la BnF avec une sélection d’objets égyptiens du Palais-Musée des Archevêques, ce jusqu’au 19 décembre 2022 (Palais-Musée des Archevêques, salle Peyre). Enfin, un Salon du livre et de la BD d’archéologie aura lieu les 5 et 6 novembre.

Une grande exposition se tient également au musée Narbo Via jusqu’au 31 décembre 2022 : “Narbo Martius, renaissance d’une capitale”.

Image en tête d’annonce : “Égypte. Temple d’Abou Simbel” dans F. Bonfils, Souvenirs d’Orient, 1878 © BnF/Gallica.

L’aventure Champollion. Dans le secret d’une exposition

1822-2022: l’année du bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes, deux cents ans après la parution de la Lettre à M. Dacier par Jean-François Champollion, célèbre le compréhension des écritures et langue égyptiennes, et bien au-delà, la redécouverte du monde pharaonique grâce à ses textes. L’exposition de la Bibliothèque nationale de France ouverte du 12 avril au 24 juillet inaugure une année riche d’événements en France et à l’international. De la conception à l’installation, nous vous conduisons dans les coulisses de l’exposition L’Aventure Champollion. Dans le secret des hiéroglyphes (commissariat: Vanessa Desclaux, Hélène Virenque et Guillemette Andre-Lanoë).

Pourquoi une exposition “Champollion” à la Bibliothèque nationale de France?

En 1833, les archives scientifiques de Jean-François Champollion rejoignent les collections de la Bibliothèque alors royale, suite au décès prématuré du savant (1790-1832). Son frère aîné Jacques-Joseph, conservateur au Cabinet des Manuscrits, a en effet plaidé auprès de l’État pour l’achat de ce témoignage exceptionnel du travail acharné qui aboutit à ce qui fut considéré comme un exploit et devint une source de fierté nationale. Ces milliers de notes, dessins, brouillons, estampages, planches annotées sont au cœur du propos de l’exposition.

Manuscrits de Jean-François Champollion, BnF, Département des Manuscrits, cliché de la BnF pour le catalogue de l’exposition

Quelle fut la méthode Champollion? En quoi est-elle exemplaire de la recherche sur les écritures antiques et orientales du début du 19e siècle et encore de nos jours? Comment nourrit-elle notre réflexion sur le patrimoine écrit? Voici les questions qui guidèrent notre réflexion pour l’élaboration du parcours.

Continuer la lecture de L’aventure Champollion. Dans le secret d’une exposition

Amnéris, princesse d’une Égypte enchantée

Archive : images du mois de janvier 2022

Aïda : douze projets de costumes, par Henry de Montaut, [vers 1879-1880], BnF, BMO, D-156, f. 11

L’Opéra Aïda, de Giuseppe Verdi, créé le 24 décembre 1871 au Caire, est célèbre pour sa reconstitution de l’Égypte ancienne présente à travers les costumes, les bijoux et les décors. Cette fresque historique, dont le scénario a été rédigé par l’égyptologue Auguste Mariette, connaîtra ensuite un véritable succès dans toute l’Europe. La Bibliothèque-musée de l’Opéra de la BnF conserve plusieurs carnets préparatoires de ces costumes, notamment ceux de Mariette lui-même, légués par son fils.

Continuer la lecture de Amnéris, princesse d’une Égypte enchantée

Auguste Mariette, l’archéologie égyptienne sur le devant de la scène

2021 est l’année de la célébration du bicentenaire de la naissance d’Auguste Mariette (1821-1881). L’égyptologue intrépide, premier directeur du Service des Antiquités de l’Égypte, créateur du musée égyptien à Boulaq (Le Caire), fondateur de l’archéologie égyptologique française, assura un rayonnement  international aux découvertes sensationnelles cependant que naissait la photographie. Des publications scientifiques aux expositions universelles, en passant par l’Opéra Aïda, il diffusa les œuvres pharaoniques nouvellement mises au jour, leur conférant un écho médiatique qui ne s’est jamais démenti depuis.

Boulogne-sur-Mer, sa ville natale, lui rend hommage au travers d’une exposition “Auguste Mariette, l’artiste dans l’ombre du scientifique” (3 juillet-19 septembre 2021) et accueille le colloque international “Mariette, deux siècles après” (8-10 septembre 2021).

La Bibliothèque nationale de France s’associe aux deux événements par le prêt de dessins et une présentation des archives Mariette conservées dans les collections du département des Manuscrits et du département des Monnaies, médailles et antiques. Dans ce billet, nous proposons de (re)découvrir la figure de l’égyptologue à travers une sélection de documents disponibles à la Bibliothèque, dont une partie en ligne sur Gallica, grâce aux numérisations de la BnF et de ses partenaires.

Continuer la lecture de Auguste Mariette, l’archéologie égyptienne sur le devant de la scène

Antiquités, archéologie et récit des origines dans la construction nationale italienne (XVIIIE-XIXe siècles) III

La Rome antique et le Risorgimento

Cet article est la conclusion du cycle consacré à la relecture de l’Antiquité durant le processus de construction nationale italienne dont les deux premiers articles ont respectivement abordé les sujets suivants :

Nous évoquerons ici trois aspects du mythe de la Rome antique dans la vie politique de la période pré-unitaire qui s’achève en 1870 avec la prise de Rome qui devient, alors, la capitale du nouveau royaume d’Italie :

  1. La Terza Roma et le récit national de l’italianité
  2. La République de 1849 entre droit romain et poésie patriotique
  3. Rome et le Mare nostrum

Continuer la lecture de Antiquités, archéologie et récit des origines dans la construction nationale italienne (XVIIIE-XIXe siècles) III

Une fausse lettre de Cléopâtre

Archive : image du mois de février 2021. Une fausse lettre de Cléopâtre Parmi les « chefs d’œuvre » du faussaire Denis Vrain-Lucas qui sévit dans les années 1860 se trouve une lettre de Cléopâtre, reine d’Egypte. Cléopâtre s’adresse ainsi en français (!) à Marc Antoine  :

Continuer la lecture de Une fausse lettre de Cléopâtre

L’antique Babylone à l’Opéra : les projets de tous les décors de Sémiramis de Catel enfin identifiés

Réunir l’iconographie d’un spectacle, de ses décors, de ses costumes, peut constituer un long processus jalonné parfois par la réapparition inopinée et progressive sur le marché de l’art de dessins, voire s’apparenter à un parcours semé de pièges quand, en particulier, certains de ces témoins portent des inscriptions d’époque fautives. Aussi est-il vital de confronter cette iconographie non seulement avec les didascalies des livrets mais aussi avec toutes les données, même lacunaires, fournies par les archives et quelquefois par la presse contemporaine de la création de l’ouvrage.

On verra ici que, contrairement aux apparences, des projets de décors annotés Mystères d’Isis, selon le titre choisi pour les représentations de La Flûte enchantée de Mozart (1756-1791) à l’Opéra de Paris en 1801, se rapportent en réalité à une autre œuvre, donnée l’année suivante dans le même théâtre. Il s’agit de Sémiramis, une tragédie lyrique en trois actes de Charles-Simon Catel (1773-1830), professeur au Conservatoire de Musique et auteur d’un Traité d’harmonie en 1801. Si Les Mystères d’Isis et Sémiramis ont en commun de traiter d’un sujet oriental – l’un se situant dans l’Égypte antique, l’autre à Babylone –, leurs décors ne sauraient être confondus. C’est cette constatation qui fournit l’un des éléments essentiels de la présente mise au point.

Sémiramis : projet de décor de l’acte II / par Charles Percier, [1802], Dpt Bibliothèque Musée de l’Opéra DES-29 sur Gallica

En avril 2019, la Bibliothèque-musée de l’Opéra (BnF) a fait l’acquisition d’un dessin de l’architecte et décorateur Charles Percier (1764-1838) montrant un décor de scène (fig. 1 ci-dessus). Continuer la lecture de L’antique Babylone à l’Opéra : les projets de tous les décors de Sémiramis de Catel enfin identifiés

Antiquités, archéologie et récit des origines dans la construction nationale italienne (XVIIIe-XIXe siècles) II.

Les Étrusques dans le débat patriotique du Risorgimento

Après une première partie consacrée à l’évolution de la « question homérique » dans le contexte culturel napolitain, ce deuxième article a comme objet la fortune des Étrusques pendant la période du Risorgimento1. Trois modèles politiques sont ainsi rapprochés d’une certaine réception des Étrusques dans le processus de la construction nationale italienne :

  1. Vincenzo Cuoco, l’Italie napoléonienne et l’histoire nationale
  2. Giuseppe Micali, les Étrusques et le modèle confédéral
  3. La construction nationale, les Étrusques et le Piémont des Savoie

Continuer la lecture de Antiquités, archéologie et récit des origines dans la construction nationale italienne (XVIIIe-XIXe siècles) II.

Degas, dessins de monnaies grecques

Archive: image du mois

Décembre 2019 : Degas, dessins de monnaies grecques

Degas, Carnet 1 = Reff 18, p. 259, dpt des Estampes et de la photographie RESERVE DC-327 (D, 1)-4 sur Gallica

L’exposition Degas à l’Opéra au Musée d’Orsay (24/09/19-19/01/20) réalisée avec le concours de la BnF permet de redécouvrir les carnets de dessins du maître numérisés dans Gallica, dont 29 sur 38 furent donnés en 1920 au département des Estampes et de la photographie. De 1853 à 1886, Edgar Degas y consigne ses promenades, ses visites aux musées, amis, modèles, fournisseurs…

Continuer la lecture de Degas, dessins de monnaies grecques

L’Italie et l’Antiquité@la BnF: Les Rendez-vous de l’Histoire de Blois 2019

La 22è édition des Rendez-vous de l’Histoire de Blois célèbre l’Italie du 9 au 13 octobre autour des 500 ans de la Renaissance et de l’année 1519, marquée notamment par la mort de Léonard de Vinci, la naissance de Catherine de Medicis et le début de la construction du Château de Chambord.

Continuer la lecture de L’Italie et l’Antiquité@la BnF: Les Rendez-vous de l’Histoire de Blois 2019

Les Pyramides de Giza

Archive: image du mois

Octobre 2019 : Pyramides de Giza

Dpt des Estampes et de la photographie, UB-181 (H BIS, 1)-FT 4

Alors que l’exposition Toutânkhamon à Paris vient de se terminer en battant des records de fréquentation, replongez dans l’Égypte ancienne grâce aux multiples ressources de la BnF : en parcourant les billets du blog Gallica, revivez la découverte de la tombe du jeune pharaon ou accompagnez Bonaparte lors de son expédition dans la Vallée du Nil.

Parmi les centaines de relevés faits lors de cette expédition aussi bien militaire que savante, ce dessin à la plume aquarellé des Pyramides de Giza, avec le Sphinx encore ensablé, est l’œuvre du dessinateur François-Charles Cécile qui a participé à cette aventure scientifique aux côtés de Henri-Joseph Redouté et des dizaines d’autres artistes.

Dans ce carnet de recherches, poursuivez votre voyage, entre égyptologie et égyptomanie, à l’opéra, au cinéma, et même à la bibliothèque !

Scorpions, crocodiles et serpents : autour de quelques stèles égyptiennes du département des Monnaies, Médailles et Antiques

Stèle d’Horus sur les crocodiles, bois, inv. MMA 53.238

Le département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France (BnF) a conservé jusqu’à douze stèles dites “d’Horus sur les crocodiles” dont onze sont désormais visibles1, dans la base de données en ligne Médailles et Antiques. Après un premier volet Veaux, vaches, cochons… trésors : quand les animaux découvrent des monnaies du cycle estival “La Nature dans l’Antiquité” développé dans les pages de ce carnet, l’étude de ces objets particuliers, riches d’apports sur l’histoire des collections de la Bibliothèque est l’occasion de développer des aspects associés à quelques animaux dangereux en Égypte ancienne.

Continuer la lecture de Scorpions, crocodiles et serpents : autour de quelques stèles égyptiennes du département des Monnaies, Médailles et Antiques

  1. À l’occasion de ce billet, le département a mis en ligne sept stèles supplémentaires. Tous nos plus vifs remerciements à Mathilde Avisseau-Broustet, chargée de collections, antiques et objets d’art. Le corpus est en cours d’étude pour publication par Annie Gasse, directrice de recherches au CNRS, UMR 5140 – Montpellier III []