L’antiquité chantée et dansée : la Grèce antique à l’Opéra

Ill.1 : Bélanger, projet de décor pour Alceste, 1776, BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra, ESQUISSES ANCIENNES-5 (1) sur Gallica

Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, un grand mouvement entraîne l’Europe artiste et savante vers une admiration toujours plus vive de l’Antiquité. Les causes de ce phénomène sont bien connues. Elles trouvent leur origine dans les premières fouilles entreprises en Italie qui favorisent les débuts de l’archéologie et stimulent le commerce des œuvres d’art. À son tour, le dynamisme du marché de l’art soutenu par ces découvertes provoque un engouement extraordinaire pour les antiquités grecques et romaines et conduit à la formation des collections des premiers musées publics, aussi bien en Italie qu’en Allemagne1. Décrites par les historiens d’art, ces collections suscitent de nombreuses vocations d’antiquaires, férus de vases grecs, de bas-reliefs, de statuaire, et attisent la curiosité des artistes pour lesquels le voyage en Italie s’impose désormais comme un « rite de passage professionnel2».

Ainsi, le renouveau esthétique qui touche à cette époque aussi bien les domaines de la peinture, de la sculpture, que ceux de l’architecture et des arts décoratifs, se caractérise essentiellement par un « retour à l’antique ». Le collectionneur Caylus, le sculpteur Bouchardon et le peintre Vien firent partie de ceux qui, en France, contribuèrent très activement à la diffusion des chefs-d’œuvre de l’Antiquité. Chacun à sa façon, ils eurent l’ambition de régénérer l’art contemporain, qu’ils jugeaient décadent, par l’art antique, porteur d’inspiration. Tournant le dos aux fantaisies de l’art rocaille, ils défendaient une ligne plus austère, qui trouva son plein épanouissement dans ce qu’on a appelé précisément à cette époque-là « le goût à la grecque ».

Y a-t-il eu un « goût grec » à l’Opéra aussi fort, aussi puissant, que celui que l’on observe dans le champ des beaux-arts, de la mode et des arts décoratifs ? Comment s’est-il manifesté et quels en ont été les principaux promoteurs ? De quelle manière les compositeurs, les librettistes, les chorégraphes, les dessinateurs de décors et de costume se sont-ils approprié le langage de l’Antiquité, remis au goût du jour par les travaux des érudits ? Ont-ils rencontré des résistances ? C’est à toutes ces questions que le présent billet cherchera à apporter quelques éléments de réponse.

Continuer la lecture de L’antiquité chantée et dansée : la Grèce antique à l’Opéra

  1. Pomian, 2020. Decultot, 2006, 18-19. []
  2. Bertrand, 2008, 72. []

Conférence Mercredi 1er février 2023 18 h 30 On ne naît pas Gaulois, on le devient : les données de l’archéologie

Mercredi 1er février à 18 h 30, BnF-site François-Mitterrand (Petit Auditorium), conférence “On ne naît pas Gaulois, on le devient : les données de l’archéologie” par Dominique Garcia, Professeur des Universités, Président de l’Inrap.

En 2023, la BnF consacre son cycle annuel de conférences « De la fouille à l’écriture de l’histoire » à l’archéologie de la France, en écho aux 20 ans de la loi du 17 janvier 2001 relative à l’archéologie préventive et aux 20 ans de la création de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap).

Continuer la lecture de Conférence Mercredi 1er février 2023 18 h 30 On ne naît pas Gaulois, on le devient : les données de l’archéologie

Cours public : L’archéologie à la BnF, une histoire ancienne, 30 janvier 2023 à 12h30

Le 30 janvier 2023 à 12h30, Mathilde Avisseau-Broustet parlera  de l’archéologie à la BnF, une histoire ancienne.

Les premières collections d’objets archéologiques sont acquises au début du 18e siècle. Peu à peu le Cabinet du roi devient le centre de l’étude de l’archéologie, discipline toute nouvelle. Documents d’archives, dessins, manuscrits et publications, comme les ouvrages de Montfaucon ou du comte de Caylus éclairent l’histoire de ces collections anciennes, entrées avant les premiers inventaires.

Lundi 30 janvier 2023 de 12h30 à 14h00
BnF Site Richelieu – Salle des Conférences

Entrée gratuite, réservation conseillée

Le cours sera également diffusé en direct sur Youtube.

Sait-on que c’est à la BnF que l’archéologie a pour la première fois été enseignée en France ? Avec la réouverture de son site historique, la BnF fait renaître sous la forme d’un cycle de conférences le cours d’archéologie institué en 1796 par A.-L. Millin. Assurées par les chargés de collections, ces séances seront l’occasion d’une rencontre privilégiée avec les collections.

Retrouvez toutes les informations pratiques dans l’agenda de la BnF.

Citer ce billet : Antiquité BnF, "Cours public : L’archéologie à la BnF, une histoire ancienne, 30 janvier 2023 à 12h30", in L’Antiquité à la BnF, 25/01/2023, https://antiquitebnf.hypotheses.org/18720, [consulté le 01/02/2023].

Cours public : La monnaie grecque en 20 objets, 24 janvier 2023 à 12h30

Le 24 janvier 2023 à 12h30, Julien Olivier proposera pour la première séance du cycle de cours publics dédié à l’histoire de la monnaie une conférence consacrée à la monnaie grecque.

L’ambition de ce cycle de cours est d’introduire à travers les collections de la BnF les principaux champs de l’étude des monnaies et des médailles en se fondant sur une sélection de 20 objets emblématiques qui seront présentés durant la séance.

Mardi 24 janvier 2023 de 12h30 à 14h00
BnF Site Richelieu – Salle des Conférences

Entrée gratuite, réservation conseillée

Le cours sera également diffusé en direct sur Youtube.

Tétradrachme d’argent, Alexandre III le Grand, Amphipolis (Macédoine), vers 333-326 av. J.-C. (BnF, Luynes 1631)

Continuer la lecture de Cours public : La monnaie grecque en 20 objets, 24 janvier 2023 à 12h30

Conférence Mercredi 11 janvier 2023 18 h 30 : 300 000 ans de Néandertal en France

Mercredi 11 janvier à 18 h 30, BnF-site François-Mitterrand (Petit Auditorium), conférence « 300 000 ans de Néandertal en France » par Pascal Depaepe, Préhistorien, Directeur régional Hauts-de-France de l’Inrap.

En 2023, la BnF consacre son cycle annuel de conférences « De la fouille à l’écriture de l’histoire » à l’archéologie de la France, en écho aux 20 ans de la loi du 17 janvier 2001 relative à l’archéologie préventive et aux 20 ans de la création de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap).

Continuer la lecture de Conférence Mercredi 11 janvier 2023 18 h 30 : 300 000 ans de Néandertal en France

Pourquoi fête-t-on Noël le 25 décembre ? Ce qu’en disent Constantin et Sol

Multiple de 8 solidi de Ticinum, 313 ap. J.-C. (BnF, MMA, Beistegui 233)

L’un des fleurons de la collection Carlos de Beistegui (n° 233) pour la période de l’Empire romain est un multiple d’or, unique en son genre, frappé à l’atelier de Ticinum (auj. Pavie en Lombardie) en 313 ap. J.-.C. Ce magnifique vestige des distributions impériales fut produit à l’occasion de « l’entrevue de Milan » entre Constantin Ier, souverain de l’Occident romain après sa victoire sur Maxence le 28 octobre 312 à la bataille du Pont Milvius, et Licinius Ier, maître des provinces d’Orient.

Continuer la lecture de Pourquoi fête-t-on Noël le 25 décembre ? Ce qu’en disent Constantin et Sol

45 années, 30 volumes : la série Trésors monétaires de la BnF

Le programme de recherche « Trouvailles monétaires » (TM) vise à répertorier, à étudier, à valoriser et à publier les découvertes monétaires effectuées sur le territoire français. Ce programme ancien, créé en 1978, a débouché sur la publication de 30 volumes et deux suppléments de la série Trésors Monétaires éditée par la BnF. Ce sont plus de 200 trésors et 230 000 monnaies publiés à ce jour.

Localisation des trésors et des monnaies de fouilles publiés dans Trésors Monétaires (1978-2023)

(réalisée par E. Bézille et L. Trommenschlager)

Légende : 

  • Points rouges : trésors antiques
  • Points violets : trésors médiévaux et modernes
  • Points oranges : monnaies de site (hors trésor)

Dans la perspective du plan quadriennal de la recherche 2020-2023 de la BnF, l’objectif prioritaire est de développer une solution informatique qui permettra de rendre accessibles les grandes quantités de données déjà collectées par le programme et qui stimulera la moisson d’informations. Un inventaire rétrospectif systématique des trésors découverts en France a été engagé. Cet inventaire s’est porté dans un premier temps sur les trésors antiques signalés dans l’important fonds d’archives du département des Monnaies, médailles et antiques et dans les répertoires publiés (Trésors Monétaires, Corpus des trésors antiques de la France, Carte archéologique de la Gaule, etc.). Hébergée par la BnF, la base devrait être accessible en 2024 sur Heurist ®.

Le trésor de Saint-Germain-lès-Arpajon (IIIe siècle) lors de sa découverte (novembre 2008)

Continuer la lecture de 45 années, 30 volumes : la série Trésors monétaires de la BnF

Archéologie de la France : cycle de conférences

En 2023, la BnF consacre son cycle annuel de conférences « De la fouille à l’écriture de l’histoire » à l’archéologie de la France, en écho aux 20 ans de la loi du 17 janvier 2001 relative à l’archéologie préventive et aux 20 ans de la création de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap).

Continuer la lecture de Archéologie de la France : cycle de conférences

Une caricature italienne de l’Expédition d’Égypte

Archive : Image du mois de Novembre 2022

NaPoleone Bonaparte Mummia, 1798-1799 © Bibliothèque municipale de Valenciennes, N-I18ANO0001/Gallica.

Bien avant qu’il ne devienne empereur, Napoléon Bonaparte est le sujet de nombreuses caricatures aussi bien en France qu’à l’étranger. Seules quelques rares estampes traitent toutefois de l’Expédition d’Égypte (1798-1801) qu’il a menée contre les Ottomans alliés aux Anglais. Cette eau-forte aquarellée comporte la légende : “NaPoleone Bonaparte Mummia” (“Napoléon Bonaparte (comme) momie”). D’après Broadley (p. 147-148) elle date de fin 1798-début 1799 et a été imprimée en Italie, qui avait été le champ de bataille précédent du jeune général lors de la Campagne d’Italie (1796-1797). Dans cette caricature, les ennemis ne sont pas les contemporains de Bonaparte, mais des anciens Égyptiens qui se chargent de lui infliger les rites funéraires et de stopper ainsi son ambition dévorante.

Continuer la lecture de Une caricature italienne de l’Expédition d’Égypte

Colloque au Louvre : “1822 / 2022 Autour de Champollion”

Pour clôturer cette année de bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes, un important colloque se tient jeudi 1er et vendredi 2 décembre au Musée du Louvre à Paris, intitulé “1822 / 2022 Autour de Champollion. Déchiffrements d’hier et d’aujourd’hui“, organisé par le musée et l’École pratique des hautes études.

Pendant deux jours, des spécialistes de l’antiquité grecque, mésopotamienne et égyptienne évoqueront les différentes écritures et langues du bassin méditerranéen et de l’Orient ancien. Des figures de déchiffreurs, comme l’Abbé Barthélemy ou bien entendu Jean-François Champollion jusqu’à François Thureau-Dangin, seront évoquées. Ces deux journées permettront d’aborder la longue histoire du déchiffrement, de succès en fausses pistes, jusqu’aux découvertes les plus récentes.

Pour en savoir plus

Citer ce billet : Antiquité BnF, "Colloque au Louvre : “1822 / 2022 Autour de Champollion”", in L’Antiquité à la BnF, 30/11/2022, https://antiquitebnf.hypotheses.org/17827, [consulté le 01/02/2023].

Séminaire : La restauration de l’amphore pointue du Peintre d’Achille (18 novembre à 11h)

Le 18 novembre à 11h, Clara Bernard (musée du Louvre), Sarah Busschaert (C2RMF), Louise Détrez (BnF) et Marie-Christine Nollinger (restauratrice libérale) exposeront les enjeux et les acquis de la restauration fondamentale de l’amphore pointue du Peintre d’Achille (BnF, MMA, De Ridder.357) .

Séminaires du C2RMF, vendredi 18 novembre 2022, 11 heures, Auditorium Palissy et visioconférence
Inscription obligatoire pour venir à l’auditorium
Continuer la lecture de Séminaire : La restauration de l’amphore pointue du Peintre d’Achille (18 novembre à 11h)

Le frigidarium des thermes de Cluny

Archive : Image du mois d’Octobre 2022

Christophe Civeton, [Palais des Thermes, réutilisé en cave par un tonnelier, avant son appropriation au musée], dessin, vers 1820, BnF, département des Estampes et de la Photographie, RESERVE VE-53 (H)-FOL
Ce dessin, un lavis à la plume et à l’encre brune, attribué à Christophe Civeton (1796 – 1831) et probablement réalisé dans les années 1810-1820, représente une tonnellerie, l’entrepôt d’un fabricant de tonneaux, installée dans une salle voûtée aux dimensions majestueuses comme en témoignent notamment la taille des personnages et du carrosse figurés.

Cette salle est le vestige du frigidarium, salle froide des « thermes du Nord » de Lutèce, plus connus sous le nom des thermes de Cluny.

Continuer la lecture de Le frigidarium des thermes de Cluny

L’Antiquité dans le musée de la BnF, 1. Le jardin et la salle des colonnes

L’ouverture en septembre 2022 du tout nouveau musée de la BnF est l’occasion de se remémorer la richesse des collections antiques conservées parfois depuis des siècles à la Bibliothèque. Ce billet ouvre une série de publications consacrée aux œuvres antiques exposées dans chacune des salles ouvertes au public ayant fait l’objet d’une publication en ligne sur ce carnet de recherches ou sur une autre plateforme de la BnF.   

source: site bnf.fr

Continuer la lecture de L’Antiquité dans le musée de la BnF, 1. Le jardin et la salle des colonnes

10e édition des Rencontres d’Archéologie de la Narbonnaise, 1-6 novembre 2022

Les 10e Rencontres d’Archéologie de la Narbonnaise se tiendront du 1er au 6 novembre à Narbonne. Elles valorisent l’archéologie sous toutes ses formes avec un programme composé de projections, de conférences, d’expositions, de rencontres, d’un salon du livre et de la BD d’archéologie, d’animations scolaires et de rendez-vous professionnels.
Une série de conférences évoquant des sites majeurs de la préhistoire ou de la période médiévale marqueront ces journées, tandis que deux tables-rondes feront écho au bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes dont une sur “L’aventure de l’écriture : invention et déchiffrement”, où il sera question notamment de Jean-François Champollion.

Plusieurs expositions sont organisées dans différents lieux de la ville : une, intitulée “L’Égypte à travers les origines de la photographie”, mettra en regard des clichés conservés au département des Estampes et la photographie de la BnF avec une sélection d’objets égyptiens du Palais-Musée des Archevêques, ce jusqu’au 19 décembre 2022 (Palais-Musée des Archevêques, salle Peyre). Enfin, un Salon du livre et de la BD d’archéologie aura lieu les 5 et 6 novembre.

Une grande exposition se tient également au musée Narbo Via jusqu’au 31 décembre 2022 : “Narbo Martius, renaissance d’une capitale”.

Image en tête d’annonce : “Égypte. Temple d’Abou Simbel” dans F. Bonfils, Souvenirs d’Orient, 1878 © BnF/Gallica.

Colloque : Jules César dans la culture de masse, construction d’une image de l’Antiquité à nos jours, Besançon, 20-21 octobre 2022

L’image que la publicité télévisuelle véhicule de César, depuis 1968 et la diffusion de la première annonce publicitaire sur les écrans français, sert de point de départ à la réflexion sur la place du dirigeant romain dans l’imaginaire récent. Pour atteindre ses objectifs commerciaux, la publicité télévisuelle exploite les stéréotypes de l’imaginaire collectif, sa cible de communication étant le grand public au sens le plus large qu’il soit. Elle s’emploie à exploiter des images et un langage les plus accessibles possible. Afin de limiter au maximum les incompréhensions, les publicitaires utilisent souvent ce qu’ils considèrent être le plus petit dénominateur culturel commun, une stratégie d’autant plus importante lorsqu’elle recourt à l’Histoire pour étayer son argumentaire, le risque que le public ne saisisse pas une référence historique pointue étant grand.

Jeudi 20 octobre

Présidence : François de Callataÿ

14h | Introduction Antonio Gonzales, directeur ISTA Besançon

14h10 | César et la publicité : reflet de notre vision contemporaine de César ? Claire Mercier, doctorante, ISTA, Université de Franche-Comté Besançon

Claire Mercier proposera en introduction de voir comment ce processus s’est appliqué au mythe de Jules César, et à quoi cette essentialisation publicitaire a réduit le grand dirigeant romain, puis, avant d’aborder l’image de César dans la culture de masse récente et afin de mieux la comprendre, les premières communications du colloque retraceront l’évolution de la figure de Jules César au fil du temps, de l’Antiquité aux années 1960.

Continuer la lecture de Colloque : Jules César dans la culture de masse, construction d’une image de l’Antiquité à nos jours, Besançon, 20-21 octobre 2022

Recherches, collections, ressources sur l'Antiquité à la Bibliothèque nationale de France

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search