Archéologie de la guerre: conférences en ligne

Une partie des conférences du cycle 201-2018 « Archéologie de la guerre: de la fouille à l’écriture de l’histoire » de la Bibliothèque nationale de France, organisé à l’occasion des commémorations du centenaire de la Grande Guerre  est en ligne.

Voir ou revoir:

(cliché Inrap)
  • Gilles Prilaux, Ingénieur de recherche, directeur adjoint scientifique et technique à l’Inrap Hauts-de-France

L’archéologie de la Grande Guerre  (11 octobre 2017) Voir et écouter la conférence :Écouter la page

Les interventions archéologiques menées dans le Nord et dans l’Est de la France font souvent ressurgir les cicatrices du sol générées par les combats de la guerre 1914/1918. Ces stigmates, particulièrement nombreux, se comptent par centaines de milliers : trous d’obus, tranchées, boyaux, abris de fortune, dépotoirs, munitions de tous calibres, mais aussi restes des 700 000 combattants encore fossilisés sur le champ de bataille. Ces témoignages directs de cette boucherie sans nom se révèlent sous des formes variées ; ici les restes d’un corps enseveli et grêlés de shrapnell; là une jambe arrachée abandonnée dans un trou d’obus, jusqu’à des ensembles plus complexes qui font écho à l’état d’esprit du soldat face à l’horreur des combats. Cette conférence propose de faire un point sur l’état des lieux sur cette période à travers le regard de l’archéologie de terrain que reste-t-il aujourd’hui dans le sol et comment l’interpréter ?

Stèle peinte d’Aristodémos, fils de Kallistos (cliché RMN-Grand Palais – Musée du Louvre — Hervé Lewandowski)
  • Luc Baray, Habilité à diriger des recherches, Directeur de recherche au CNRS, membre de l’UMR 6298 ArTeHiS (Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés)

Les mercenaires celtes, entre mythes et réalités (17 janvier 2018) Voir et écouter la conférence :Écouter la page

Du Ve siècle à la fin du Ier siècle avant J.-C., de l’Afrique du Nord à la Judée en passant par la Sicile, l’Italie, la Grèce et l’Asie Mineure, des milliers de guerriers celtes ont été recrutés par les Carthaginois et les
Grecs. Guerriers étrangers, motivés par l’appât du gain et la recherche de terres où s’installer, les Celtes essaimèrent sur tous les fronts où leur savoir-faire technique et leur bravoure paraissaient indispensables. L’objet de cette conférence est de déconstruire le mythe du mercenariat celtique tel qu’il nous est donné à lire à travers les poncifs des auteurs gréco-latins, souvent repris et amplifiés par les modernes. Un retour critique aux sources antiques permet d’en présenter une autre image en cherchant notamment à toujours distinguer les statuts – mercenaire ou auxiliaire – derrière les dénominations.

Camp de Drancy, cliché issu des fonds de l’ Allgemeiner Deutscher Nachrichtendienst – Zentralbild (Bild 183) Bundesarchiv, Bild 183-B10919 / Wisch / CC-BY-SA 3.0
  • Benoît Pouvreau, Chercheur au Service du patrimoine culturel, Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis

Trois contributions à l’archéologie du camp de Drancy (11 avril 2018) Voir et écouter la conférence :Écouter la page

Le classement au titre des Monuments historiques (2001) puis la première restauration engagée ont beaucoup renforcé le temps dédié à la cité de la Muette, théâtre du camp de Drancy entre 1941 et 1944. En 2009, un important corpus de graffiti d’internés fut mis au jour. Sa valorisation fut en partie articulée à un projet plus vaste de mise en réseau des lieux d’histoire de la Déportation du département. La médiation de celui-ci permit une redécouverte : l’oeuvre d’un interné connu par quelques estampes constituant, en fait, un ensemble cohérent et majeur. Dessinateur mais aussi écrivain, Georges Horan-Koiransky fut, enfin, un témoin clé documentant d’une façon unique le lieu de départ des convois de déportation en gare du Bourget-Drancy, ultime sujet de recherches autour de ce site primordial de la persécution des Juifs de France.

Plus de conférences à voir ou revoir sur le site bnf.fr

Conférence 5 décembre 18h30 D’Alexandrie au golfe du Bengale : les routes maritimes de l’océan indien au tournant de notre ère

[Reinel, Pedro (14..-15..). Carte de l’Océan Indien] (Fac-similé manuscrit) BnF, département des Cartes et plans, CPL GE AA-565 (RES)

mercredi 5 décembre à 18h30 : Conférence « D’Alexandrie au golfe du Bengale : les routes maritimes de l’océan indien au tournant de notre ère » par Didier Marcotte, professeur à l’université Paris-Sorbonne, membre du laboratoire Orient&Méditerranée – UMR 8167.

Continuer la lecture de Conférence 5 décembre 18h30 D’Alexandrie au golfe du Bengale : les routes maritimes de l’océan indien au tournant de notre ère

Les médaillons contorniates et l’univers du Circus Maximus (Rome, 350-430 ap. J.-C.)

Contorniate au nom et au portrait d’Honorius ; au revers, Eugénius et ses chevaux (BnF, MMA, Fonds Général 17342)

Cycle Italie: Les médaillons contorniates et l’univers du Circus Maximus (Rome, 350-430 ap. J.-C.)

Les médaillons en bronze dits « contorniates » sont ainsi nommés d’après l’italien (contorniati) parce que, entourés d’un sillon profond et d’un bourrelet sur leur circonférence, ils semblent avoir été fabriqués au moyen d’un tour à métaux. Ces objets monétiformes, en majorité frappés, mais pour certains aussi coulés, furent fabriqués à Rome durant une large période de l’Antiquité tardive – principalement durant les années 350 à 430 – en relation avec l’univers des courses d’attelages et des spectacles qui leurs étaient associés dans le Circus maximus.

Continuer la lecture de Les médaillons contorniates et l’univers du Circus Maximus (Rome, 350-430 ap. J.-C.)

Colloque international : AVREVS. Le pouvoir de l’or

Le colloque international AVREVS : le pouvoir de l’or se tiendra du 12 au 14 novembre 2018 à l’Hôtel Dupanloup d’Orléans. Il clôt le projet AVREVS, porté par Arnaud Suspène avec le concours du Centre Ernest-Babelon de l’IRAMAT et du département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France.

Découvrez le programme et la liste des participants ci-dessous.

Continuer la lecture de Colloque international : AVREVS. Le pouvoir de l’or

Exposition : Devotion and Decadence. The Berthouville Treasure and Roman Luxury

 

Après plusieurs étapes aux États-Unis (Los Angeles, San Francisco, Houston), à Arles, et à Copenhague, le trésor de Berthouville s’expose du 17 octobre 2018 au 6 janvier 2019 à l’Institute for the Study of the Ancient World de New York (ISAW).

Continuer la lecture de Exposition : Devotion and Decadence. The Berthouville Treasure and Roman Luxury

Théodule Devéria, un photographe-égyptologue très discret

Théodule Devéria (1831-1871), employé au Cabinet des Estampes, épigraphiste puis conservateur-adjoint au musée du Louvre, égyptologue et photographe auprès de Mariette, reste relativement méconnu des amateurs et des historiens de la photographie en Égypte au 19e siècle. Différentes raisons expliquent la modeste renommée de son œuvre photographique.

Charles Théodule Deveria, 1871. BnF, département Société de Géographie, SG PORTRAIT-1801.

Continuer la lecture de Théodule Devéria, un photographe-égyptologue très discret

La Puissance des images et l’Antiquité@la BnF: Les Rendez-vous de l’Histoire de Blois 2018

Pour la saison 2018, les Rendez-vous de l’Histoire de Blois se réunissent autour du thème La Puissance des images. La BnF présentera ses recherches et projets autour de l’Antiquité à travers deux Cartes Blanches :

  1. L’image de Cléopâtre dans l’Antiquité
  2. Antiquité et Moyen-Âge dans la bande dessinée

Continuer la lecture de La Puissance des images et l’Antiquité@la BnF: Les Rendez-vous de l’Histoire de Blois 2018

Conférence 10 octobre 18h30 Mare nostrum : Rome et l’exploitation « opportuniste » des îles de l’Égée

Carte de la Grèce ancienne voyage en Mer Méditerranée de Monsieur de Choiseul-Gouffier en compagnie du marquis de Chabert, à bord du navire « l’Atalante » en 1776. dpt Cartes et plans, GE DD-2987 (10007 B)

mercredi 10 octobre à 18h30 : Conférence: « Mare nostrum : Rome et l’exploitation « opportuniste » des îles de l’Égée » par Enora Le Quéré, Maître de Conférences en Histoire grecque à l’Université de Rouen-Normandie, GRHis, EA 3831. »

Continuer la lecture de Conférence 10 octobre 18h30 Mare nostrum : Rome et l’exploitation « opportuniste » des îles de l’Égée

Un tétradrachme aux portraits de Cléopâtre et Marc Antoine

Archives : image de mois octobre 2018 : Un tétradrachme aux portraits de Cléopâtre et Marc Antoine

Tétradrachme aux portraits de Cléopâtre VII et Marc Antoine, Antioche (Syrie), vers 37/6-32/1 av. J.-C., argent, 13,35 g (BnF, MMA, Y 28912,67 ; ex-coll. Smith-Lesouëf).

Les tétradrachmes aux portraits de Cléopâtre VII et Marc Antoine figurent parmi les monnaies antiques les plus recherchées. Elles donnent à contempler le couple qui fit couler tant d’encre, depuis le temps d’Auguste jusqu’à aujourd’hui.

Continuer la lecture de Un tétradrachme aux portraits de Cléopâtre et Marc Antoine

Camée « le Triomphe de Licinius »

Archives : image de mois novembre 2018 : Camée « le Triomphe de Licinius »

camée dit « le triomphe de Licinius », 4e s. de n.è., ancienne collection royale (inventaire de Fontainebleau de 1560, Ms fr 4732, 18r) dpt des monnaies, médailles et antiques, camée 308

Camée en sardonyx à trois couches, brune, bleuâtre et blanche, dans une monture en or émaillé de noir. Un empereur reconnaissable à son diadème, sa cuirasse, son paludamentum et aux insignes du globe et de la lance, s’avance sur un quadrige, écrasant sur son passage six ennemis renversés à terre. Deux Victoires retiennent par la bride les deux chevaux extrêmes. Des personnifications de la lune et du soleil tendent à l’empereur les deux globes célestes. Les dimensions des personnages non réalistes traduisent une hiérarchie : l’empereur, bien qu’étant le plus éloigné est le plus grand. Les dimensions du camée, la beauté de la pierre, la qualité de la gravure et du polissage, la richesse iconographique, en font un des chefs-d’œuvre de la glyptique de cour du Bas-Empire. Il fut remarqué par le peintre Rubens qui le dessina en janvier 1622, lors de son voyage à Paris.

Le département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France conserve une des plus importantes collections de pierres gravées (près de dix mille). Les catalogues rédigés en 1995 (portraits grecs) et 2003 (portraits romains) par Marie-Louise Vollenweider et Mathilde Avisseau-Broustet sont désormais disponibles en ligne dans la collection BnF|Éditions sur Openedition Books. Ces quelques lignes sont extraites du second volume, où le camée, ainsi que de nombreuses autres œuvres de la glyptique, y est décrit et reproduit en couleur sous le numéro 267.

Citer ce billet : Vanessa Desclaux, "Camée « le Triomphe de Licinius »", in L’Antiquité à la BnF, 01/10/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/5447, [consulté le 11/12/2018].

 

Des jetons grecs antiques présentés à la BnF pour les 35e journées européennes du patrimoine

     

     

Jetons (ou tessères) grecs. A gauche Athènes, bronze, IVe siècle, 4,10 g ; au droit, tête de lion à droite, au revers, Delta (BnF, MMA, E 1340 = Fonds général 1174). Au centre, cité incertaine, terre cuite, époque hellénistique (?), 2,50 g ; au droit, tête d’Héraclès coiffée de la pean du lion de Némée à droite, au revers, sans type (BnF, MMA, Chandon de Briailles 1945). A droite, Athènes, bronze, IVe siècle, 8,26 g ; au droit, tête d’Athéna casquée à gauche, au revers, Sampi (BnF, MMA, Fonds général 1175).

A l’occasion des 35e journées européennes du patrimoine sur le thème « L’Europe et l’art du partage » qui se tiendront les 15 et 16 septembre 2018, le département des Monnaies, médailles et antique présentera notamment une sélection de jetons grecs antiques. Venez découvrir ces témoins de la vie citoyenne à Athènes et à Corinthe, et discuter de leur histoire avec nous sur le site Richelieu samedi et dimanche de 10h à 19h.

Continuer la lecture de Des jetons grecs antiques présentés à la BnF pour les 35e journées européennes du patrimoine

Un génie méconnu de l’illustration numismatique : Léon Dardel

Médaillon d’or de Tétricus Ier (271-274 ap. J.-C.) dessiné par Léon Dardel. Illustré dans : Jean de Witte, Recherches sur les empereurs qui ont régné dans les Gaules au IIIe siècle de l’ère chrétienne, Lyon, 1868

Le développement de la science numismatique est étroitement lié aux progrès des techniques d’illustration qui permirent d’assurer la réalité des classements stylistiques ou des relations au sein des séries monétaires. En effet, seul un cliché « objectif » reproduit fidèlement inscriptions, formes ou monogrammes. Pour obtenir de telles images irréfutables, le XIXe s. multiplia les innovations : la machine à graver automatique d’Achille Collas, les techniques de photogravure initiées par le concours du duc de Luynes organisé de 1856 à 1867, furent les plus marquantes. Mais, dans ce bouleversement de l’offre iconographique à la portée des savants et des amateurs, la gravure manuelle connut pourtant à cette époque ses plus belles heures pour illustrer monnaies et médailles, ceci grâce au talent exceptionnel qu’un artiste mis au service des érudits pendant plusieurs décennies.

Continuer la lecture de Un génie méconnu de l’illustration numismatique : Léon Dardel

Recherches, collections, ressources sur l'Antiquité à la Bibliothèque nationale de France