Delacroix et les dessins de monnaies grecques du Cabinet des médailles

Feuille de quatre médailles antiques, Delacroix, 1825 (INHA, EM DELACROIX 3)

Le succès de l’exposition Delacroix du Louvre rappelle l’immense popularité d’un des plus fameux artistes du XIXe siècle. Au-delà de ses œuvres les plus emblématiques, on sait moins que le jeune Delacroix eut dans sa jeunesse, durant une brève période, le goût du dessin des monnaies grecques antiques. Pendant deux années, entre 1824 et 1825, il produisit une série de dessins et de lithographies figurant des monnaies grecques de la collection du Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale, à l’époque encore bibliothèque royale.

Monnaies prises pour modèle sur la Feuille de quatre médailles antiques : en haut à gauche, revers d’un tridrachme d’Aspendos (Pamphylie), vers 330-250 av. J.-C. (BnF, MMA, Fonds général 43) ; à droite, revers d’un chalque des Brettiens (Bruttium), vers 211-208 av. J.-C. (BnF, MMA, Fonds général 1618) ; en bas à gauche, revers d’un didrachme de Thourioi (Bruttium), vers 420 av. J.-C. (BnF, MMA, Fonds général 1440) ; à droite, droit d’un tétradrachme de Nicomède III de Bithynie, 94/3 av. J.-C. (BnF, MMA, Fonds général 140). Continuer la lecture de Delacroix et les dessins de monnaies grecques du Cabinet des médailles

Les Etats généraux de l’Antiquité 2018

La bibliothèque nationale de France participera à la deuxième édition des États Généraux de l’Antiquité, les 8 et 9 juin 2018, amphithéâtre Richelieu, en Sorbonne. À cette occasion, des personnalités du monde politique, de la communauté scientifique et de la société civile sont invitées à s’interroger sur : « Pourquoi transmettre l’Antiquité à l’heure de la mondialisation ? Sciences de l’Antiquité et humanisme ».

Frédérique Duyrat, directrice du département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France, interviendra lors de la table ronde n°2  « Partager, comprendre, aimer : le patrimoine antique autour de la Méditerranée », le samedi 9 juin (9h30-11h00)

Thierry Grillet, directeur de la diffusion culturelle à la Bibliothèque nationale de France, journaliste, membre du comité d’honneur d’Antiquité-Avenir, modérera la table ronde n°4 « Éditer et diffuser l’Antiquité : quels publics, quels médias, quels enjeux ? », le samedi 9 juin (14h30 – 16h00)

Le programme complet des EGA est disponble ici.

L’Antiquité à la BnF revient avec Thierry Grillet sur l’importance de l’Antiquité aujourd’hui et le rôle de la Bibliothèque nationale de France:

Continuer la lecture de Les Etats généraux de l’Antiquité 2018

Euripide mss Grec 2713

Archive: Image du mois Juin 2018
Juin 2018 Manuscrit byzantin de pièces d’Euripide

Grec 2713

Ce manuscrit très ancien, fait partie, avec le Marcianus 471 et le Vaticanus 909, des manuscrits d’Euripide qui permettent de retrouver, par-delà l’époque byzantine, un état antique du texte d’Euripide. C’est un des manuscrits d’Euripide les plus précieux qui date probablement du XIe siècle. Il est issu du prototype de la première famille du texte d’Euripide, α, qui remonte au VIe siècle. Il possède les sept pièces du Choix, édition qui a été faite sous l’empereur Hadrien et porte la trace d’un double commentaire. Le manuscrit se trouvait à Constantinople au début du XVe siècle. Il est entièrement copié par un seul et même copiste, à l’exception des ajouts postérieurs que représentent les deux premiers cahiers. Une seconde main médiévale présente des variantes marginales ou interlinéaires. Le premier cahier est un ajout de Georges Baiophoros qui travaillait dans le monastère de Saint-Jean-Prodrome, dans le quartier de Pétra. Dans le second, les scholies et les vers sont copiés par Théodore Gaza. De nombreux annotateurs ont parcouru et marqué le manuscrit à des époques très diverses. [voir la notice complète].

Du 1er au 3 juin 2018 se déroule à Fontainebleau le Festival d’Histoire de l’Art, avec à l’honneur deux thèmes : le Rêve et la Grèce. La BnF y sera présente avec les interventions d’O. Estiez sur Gradiva (3 juin à 16h, Mines), de Chr. Förstel & E. Yota sur les manuscrits byzantins de la BnF (2 juin à 16h, château de Fontainebleau), et avec un stand au Salon du Livre.  Découvrez à cette occasion, les parcours guidés de Gallica pour explorer la Grèce en cartes, en photographies et en monnaies.

Conférence 13 juin 18h30 La guerre romaine en Espagne

Vue aérienne du site de la Cerca de Aguilar de Anguita (Guadalajara, Espagne). cl. F. Didierjean et C. Petit-Aupert, © Institut Ausonius (ANR-06-CONF-006-01)

13 juin à 18h30 : Conférence: « La guerre romaine en Espagne (IIIe-Ier s. av. J.-C.): l’historien face aux traces matérielles » par M. François Cadiou, Professeur d’Histoire romaine, Université Bordeaux Montaigne, UMR 5607 Ausonius.

Découvrez comment l’Histoire s’élabore au fil des fouilles, de l’étude des objets ou des textes à travers la rencontre avec ceux qui l’enrichissent chaque jour par leurs recherches. Ce nouveau rendez-vous est consacré à l’actualité de la recherche archéologique de la Guerre.

Continuer la lecture de Conférence 13 juin 18h30 La guerre romaine en Espagne

Le projet AVREVS : l’or monnayé en Occident de la fin de la période hellénistique au premier siècle de notre ère

De gauche à droite : statère de Pyrrhus d’Epire (BnF, MMA, Luynes 1894) ; statère de Vercingétorix (BnF, MMA Beistegui 240) ; aureus d’Auguste (BnF, MMA, IMP-4921)

Le prochain congrès de l’Union Internationale des Sciences Préhistoriques et Protohistoriques (UISPP) se tiendra à Paris du 4 au 9 juin. 2018. Cette importante manifestation sera l’occasion d’une présentation du projet AVREVS : A la naissance du monnayage d’or romain : étude et caractérisation de l’or monnayé en Occident de la fin de la période hellénistique au premier siècle de notre ère intitulée : « The AUREUS program: Study and characterization of minted gold in the West from the end of the Hellenistic period to the first century of our era« .

Porté par Arnaud Suspène et rendu possible par le partenariat ancien entre le Centre Ernest-Babelon de l’IRAMAT et le département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France, le projet AVREVS vise à comprendre la mise en place du premier monnayage d’or unitaire de l’Europe occidentale : le monnayage d’or romain, aboutissement d’une tradition pluriséculaire. Ce résultat découlera de l’analyse par LA-ICP-MS de près de 1000 monnaies des principaux monnayages d’or de la zone (Afrique, Grèce, Italie, Monde celtique, Espagne) et de bijoux des collections patrimoniales françaises grâce à des méthodes physico-chimiques développées en Région Centre Val-de-Loire.

Continuer la lecture de Le projet AVREVS : l’or monnayé en Occident de la fin de la période hellénistique au premier siècle de notre ère

L’autre printemps 68 : « ne prenez plus les auspices, prenez le pouvoir ».

     

Fig. 1 : de Néron à Galba (printemps 68 ap. J.-C.). En haut, bronzes de Périnthe (Thrace) au portrait de Néron contremarqués au nom de Galba (en grec, ΓΑΛΒΑ) ; aureus, denier et sesterce de Rome au portrait du nouvel empereur Galba (BnF, MMA).

La fin du principat de Néron (54-68 de n.è.) a été marquée par des événements qui secouèrent l’intégralité du monde romain, depuis la révolte des provinces occidentales contre le pouvoir de l’empereur jusqu’à celle des Juifs contre la domination romaine en général. Comme en mai 1968, les mécontentements se superposèrent contre un pouvoir jugé trop autoritaire et, au profit d’une situation économique, culturelle et politique particulière, un mouvement généralisé de contestation remit en cause le modèle du pouvoir impérial, progressivement mis en place par Auguste un siècle auparavant.

Alors que le mouvement social unit en 1968 les étudiants aux ouvriers, l’Empire romain fut confronté pour la première au printemps 68 de n.è. à une révolte qui impliquait des sénateurs, des chevaliers et des légionnaires. À partir du milieu du mois de mars 68, Néron dut faire face à une révolte ouverte des provinces gauloises et espagnoles ; le conflit atteignit son apogée au mois de mai 68, avec l’affrontement d’une partie des forces des révoltés contre les légions fidèles à Néron, et se conclut, quelques jours plus tard, par la mort de l’empereur qui avait été renversé, et par la reconnaissance d’un nouveau prince, Galba. Continuer la lecture de L’autre printemps 68 : « ne prenez plus les auspices, prenez le pouvoir ».

Jeune femme faisant des mouvements de danse sur un char

Archive: Image du mois Mai 2018

Mai 2018: Jeune femme faisant des mouvements de danse sur un char

[Manufacture Jacquemart et Bénard. Lambris : scènes à l’antique. Modèle n° 1643 bis]: [papier peint]. [1803]. Estampes et photographie, LI-24 (A+, 1)-FT 4

Ce papier peint est issu de la manufacture Jacquemart et Bénard, active à Paris entre 1791 et 1809, à l’angle de la rue de Montreuil et du faubourg Saint-Antoine. Il illustre le goût pour les motifs à l’antique dans les demeures dans la période révolutionnaire puis dans le style Empire, notamment suite aux découvertes effectuées sur le site de Pompéi fouillé depuis 1704.

La frise figure un jeune homme sur un char, une coupe sur un piédestal et une jeune femme faisant des mouvements de danse sur un char tiré par un monstre marin et dont les rênes sont tenues par un putto ailé tenant un fouet. A ce lambris s’ajoutent deux autres scènes à l’antique en camaïeu.

Le 29 avril de chaque année est célébrée la Journée internationale de la danse. Le 30 mai 2018, la Bibliothèque nationale de France organise une journée d’étude, à cette occasion et autour de l’exposition Chaillot, une mémoire de la danse (1878-2018). Intitulée la danse en 2 000 films, elle sera consacrée aux archives du Grand prix international Vidéo danse, rendez-vous annuel du film de danse, déposées à la BnF.

Citer ce billet : Vanessa Desclaux, "Jeune femme faisant des mouvements de danse sur un char", in L’Antiquité à la BnF, 01/05/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/2258, [consulté le 16/07/2018].

 

Maurice Barrès ou le rêve hellénique du Parnasse : la bibliothèque contre le voyage

Maurice Barrès par Jacques-Emile Blanche, Bibliothèque nationale de France, Estampes et photographie, MUSEE OBJ-102

Cet article, issu de réflexions conduites dans le cadre d’une thèse de doctorat, se propose d’étudier le rapport de Maurice Barrès aux Parnassiens à partir de quelques documents du fonds Barrès de la Bibliothèque nationale de France. À la suite du don de Mme Bazin, légataire de Philippe Barrès, le fonds Maurice Barrès est entré dans les collections de la BnF en 1978. Il est composé de la Correspondance, riche de plus de 100 000 lettres reçues, d’une centaine de carnets et de cahiers de notes, des dossiers de genèse des principales œuvres, de dossiers politiques, d’une bibliothèque de plus trente mille ouvrages1.

Continuer la lecture de Maurice Barrès ou le rêve hellénique du Parnasse : la bibliothèque contre le voyage

  1. Voir à la Bibliothèque nationale de France, au département des manuscrits, la cote NAF 28210 et au département Littérature et art, la bibliothèque [Z BARRÈS] []

143e congrès du CTHS: La transmission des savoirs

Le Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS), institut rattaché à l’École nationale des chartes réunit chaque année, le Congrès national des sociétés historiques et scientifiques. Ces rencontres rassemblent près cinq cents participants parmi lesquels des universitaires issus de très nombreuses disciplines : histoire, géographie, sciences, ethnologie, anthropologie, préhistoire et protohistoire, archéologie, philologie, histoire de l’art, environnement, etc. Il accueille aussi bien des jeunes chercheurs, chercheurs confirmés et des érudits locaux membres de sociétés savantes dans le souhait d’une confrontation des regards, des expériences et des approches méthodologiques.

Continuer la lecture de 143e congrès du CTHS: La transmission des savoirs

Avril 2018 « Le métal pétrifié »: les médaillons sculptés de la façade du département des Monnaies, médailles et antiques

Archives : image du mois

Avril 2018 « Le métal pétrifié »: les médaillons sculptés de la façade du département des Monnaies, médailles et antiques

   

A gauche, médaillon sculpté, Ø 80 cm ; à droite, son modèle, revers d’un décadrachme de Syracuse (Sicile), vers 400-390 av. J.-C, Ø 36 mm, (BnF, MMA, coll. de Luynes, 1248).

Quand on chemine dans l’étroite rue Vivienne (Paris, 2e), il faut lever la tête pour les apercevoir. Au premier étage du pavillon central du bâtiment Vivienne, composant le quart nord-est du Quadrilatère Richelieu, cinq médaillons ornent les clefs des hautes fenêtres. Ces sculptures signalent la présence du département des Monnaies, médailles et antiques.

Pour élaborer ce programme illustrant l’art de la médaille depuis l’Antiquité, l’architecte Jean-Louis Pascal trouve un conseiller en la personne d’Ernest Babelon, conservateur du Cabinet des médailles. Dans une lettre datée du 17 septembre 1904, il lui écrit « je vous ai demandé cinq médailles caractéristiques – et belles, si possible, en même temps que je puisse faire copier pour la décoration extérieure du futur cabinet » (BnF, MMA, 19 ACM 17.).

Le premier médaillon illustre l’art grec avec un très beau décadrachme syracusain signé du graveur Evainète dont le modèle provient de la collection du duc de Luynes, donnée en 1862. En sélectionnant cette pièce, Babelon a opté pour une pièce emblématique de l’art grec. Les monnaies grecques ont bien souvent été louées pour leur beauté. Parmi elles, celles de Syracuse sont considérées comme des chefs-d’œuvre tant par la composition audacieuse des types que par la finesse et l’impression de vigueur qui se dégage de la gravure. La signature du graveur – rare sur les monnaies antiques – confirme cette qualité esthétique exceptionnelle. Ces pièces n’ont-elles d’ailleurs pas inspiré ce quatrain à José-Maria de Heredia, extrait de « Médailles antiques » (Les Trophées, 1893) :

« Et seul le dur métal que l’amour fit docile

Garde encore en sa fleur, aux médailles d’argent,

L’immortelle beauté des vierges de Sicile. »

Pour en savoir plus, lisez « Le métal pétrifié. Les médaillons de la façade du Cabinet des médailles »

Julien OLIVIER

Projet de Polices des Inscriptions Monétaires : le cas des monnaies ibériques et carthaginoises

Dans le cadre du projet PIM (Police de caractère pour les Inscriptions Monétaires) mené par la Bibliothèque nationale de France sous la direction de Florence Codine, est envisagée la création de différents alphabets à partir des lettres rencontrées dans les légendes monétaires, afin de donner à leur description plus de précisions. A été considéré parmi l’ensemble des monnaies disponibles au département des Monnaies, médailles et antiques (MMA) l’ensemble des monnaies ibériques et puniques dont les caractères spécifiques nécessitaient la création de polices propres.

Continuer la lecture de Projet de Polices des Inscriptions Monétaires : le cas des monnaies ibériques et carthaginoises

Recherches, collections, ressources sur l'Antiquité à la Bibliothèque nationale de France