Une statuette romaine satirique

Archive : image du mois de septembre 2022

Statuette en bronze. BnF, MMA, bronze.984 © BnF

Cette petite statuette en bronze (hauteur : 4,6 cm) figurant un homme à tête de souris ou de rat, a été trouvée à Rome dans les années 1750. Le personnage est vêtu d’une toge à l’umbo épais qu’il maintient de la main droite et tient un volumen dans la main gauche. Les larges plis du sinus sous son bras droit sont caractéristiques de la toge portée par l’élite romaine. Ces détails synonymes de prestige et de hautes fonctions sont toutefois contrebalancés par la tête animale qui place cet objet dans le registre de la satire.

L’œuvre est décrite dans le tome 3 du Recueil d’antiquités égyptiennes, étrusques, grecques, romaines et gauloises (1759) du Comte de Caylus dans lequel le savant et collectionneur avait identifié la tête comme  celle d’un ours :


Elle fait partie d’une série de statuettes de sa collection qu’il a donnée au Cabinet du roi : certaines arborent un masque, une autre figure un ivrogne et correspondent à des acteurs de la comédie romaine dont celle-ci pourrait être rapprochée.

D’autres exemples de statuettes proches conservées au Département des Monnaies, médailles et antiques peuvent être signalées : à tête de rat, de singe  ou encore un homme avec un masque.
Ce type de personnage apparaît également dans la statuaire en terre cuite comme ces acteurs déclamant avec un masque.

Toutefois, une étude récente pencherait pour la représentation d’un orateur ou un sénateur romain, ainsi que l’avait conclu Caylus : la caricature antique puise fréquemment dans le monde animal pour railler l’élite et les sages de son temps. La satire animale vise alors à dénoncer la vanité et le ridicule des hommes politiques, dans une approche plus générale que la caricature qui est, elle, à visée personnelle.

Pour en savoir plus

A. Gangloff « Caricature et pamphlet politique à Rome : autour de l’Apocoloquintose », dans A. Gangloff , V. Huet, Chr. Vendries, La notion de caricature dans l’Antiquité : textes et images, Rennes, 2021, p. 206, pl. VIII, fig. 15.

Th. Marion du Mersan. Histoire du Cabinet des Médailles, antiques et pierres gravées. Paris : 1838, p. 60, n°95.

J.-B. Muret. Monuments antiques dessinés par J.-B. Muret, tome IV. entre 1830 et 1866, pl. 79.7 (voir aussi dans le projet Digital Muret)

A. Chabouillet. Catalogue général et raisonné des camées et pierres gravées de la Bibliothèque impériale. Paris : 1858, n°3093.

Citer ce billet : Hélène Virenque, "Une statuette romaine satirique", in L’Antiquité à la BnF, 30/09/2022, https://antiquitebnf.hypotheses.org/16679, [consulté le 04/10/2022].

« Le trésor du siècle » : monnaies et bijoux en or de Beaurains à la BnF

Le 21 septembre 1922, il y a un tout juste un siècle, un ouvrier travaillant sur le site d’une briqueterie dans le bourg de Beaurains près d’Arras (Pas-de-Calais) brisait de sa pioche une céramique. Il venait sans le savoir de faire une découverte sensationnelle constituée de plusieurs centaines de monnaies d’or et d’argent, de bijoux et de pièces d’argenterie d’époque romaine. A l’occasion du centenaire de la découverte, nous revenons sur l’histoire de ce trésor exceptionnel, dont plusieurs pièces majeures ont rejoint les collections de la BnF au fil des années.

Continuer la lecture de « Le trésor du siècle » : monnaies et bijoux en or de Beaurains à la BnF

L’or des rois de Bactriane : un programme d’analyse de la composition métallique des monnaies de la BnF

Le département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France (BnF) conserve une collection de plus de 1000 monnaies frappées par les rois hellénistiques de Bactriane, descendants des Grecs installés à la suite des conquêtes d’Alexandre le Grand en Asie centrale1. Après une brève période de domination des Séleucides (fin du IVe-milieu du IIIe siècle), la région s’érige en royaume indépendant sous l’impulsion de souverains qui frappèrent durant un peu plus d’un siècle des monnaies de bronze, d’argent et d’or selon les canons alors en vigueur dans le reste du monde grec.
Parmi ces pièces figure à la BnF une série d’or forte de 22 monnaies : 8 pour les rois séleucides (Antiochos Ier Sôter et Antiochos II Théos), 10 pour ceux de Bactriane (Diodote, Euthydème Ier, Eucratides Ier) et 4 monnaies considérées comme des faux modernes. L’obtention d’un financement auprès du British Institute of Persian Studies a permis de mener sur ces objets un programme d’analyses élémentaires en partenariat avec le laboratoire IRAMAT-CEB (UMR 7065, CNRS-Université d’Orléans) afin de déterminer la composition de l’or monnayé dans l’Extrême-Orient grec.
Ce programme, porté par Simon Glenn de l’Ashmolean Museum , a été réalisé en collaboration avec Julien Olivier de la BnF et Maryse Blet-Lemarquand du CNRS.

Continuer la lecture de L’or des rois de Bactriane : un programme d’analyse de la composition métallique des monnaies de la BnF

  1. Région antique aujourd’hui partagée principalement entre l’Afghanistan, le Tadjikistan et le Pakistan []

L’Agenda de l’Antiquité 2022-2023

En cette rentrée 2022, nous vous proposons des ressources en ligne ainsi qu’une sélection de conférences et d’expositions en cours ou à venir, en France et à l’étranger. L’Antiquité sera mise à l’honneur en particulier à travers la réouverture en septembre de la BnF-Richelieu à Paris et de son musée, tandis que le bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes par Jean-François Champollion se poursuit avec de nombreux événements prévus jusqu’à début 2023.

Bonne lecture et bonnes découvertes !

Continuer la lecture de L’Agenda de l’Antiquité 2022-2023

Moïse et Aaron devant Pharaon, une miniature du manuscrit BnF Syriaque 341

Archive: Image du mois d’août 2022
Moïse et Aaron devant Pharaon,  Exode, Ancien Testament, Bible syriaque, Iraq, 6e – 7e siècle, parchemin et papier, BnF, Manuscrits, Syriaque 341, f. 8r

Illustrant un passage de l’Exode (Exode V, 1-5), la miniature montre Moïse et Aaron devant Pharaon et trois gardes. Le roi d’Égypte porte une tunique courte blanche et or recouverte du manteau à l’origine de pourpre. Furieux à l’écoute de l’annonce faite par Moïse, il s’apprête à se lever de son trône garni de coussins et orné de pierreries, brandissant son sceptre. Moïse en effet vient de lui transmettre les ordres de Dieu enjoignant le peuple d’Israël de se rendre dans le désert à trois jours de marche pour procéder à des sacrifices et célébrer une fête. Il se heurte au refus du monarque qui redouble les corvées en représailles. Derrière Moïse, Aaron est représenté tenant un bâton annonciateur la seconde confrontation avec Pharaon (Exode VII, 8-13). Dans cet épisode, souvent représenté dans les bibles comme dans les corans illustrés, Aaron jette son bâton à terre qui se transforme en serpent. Les magiciens d’Égypte sont convoqués et font de même mais le serpent d’Aaron engloutit tous les autres. Ce même bâton sert à accomplir divers prodiges, dont le déclenchement des sept plaies d’Égypte. Le passage du bâton magique et des magiciens à la cour du pharaon a souvent été compté au nombre des héritages de la littérature égyptienne antique dans la Bible.

Continuer la lecture de Moïse et Aaron devant Pharaon, une miniature du manuscrit BnF Syriaque 341

L’impératrice Messaline dans les collections de la BnF : les métamorphoses d’une femme de pouvoir

L’impératrice Valeria Messalina (née vers l’an 25 et morte en 48 après J.-C.), plus connue sous le seul nom de Messaline, a laissé le souvenir d’une femme dépravée et cruelle. Cette image, directement issue des œuvres de Tacite, Juvénal (Ier siècle) et Cassius Dion (IIIe siècle), est réutilisée aux époques médiévale, moderne et contemporaine, à l’attention d’un public parfois friand d’anecdotes scandaleuses, censées illustrer l’incapacité des femmes à régner ou à exercer un quelconque pouvoir.

Continuer la lecture de L’impératrice Messaline dans les collections de la BnF : les métamorphoses d’une femme de pouvoir

Un livre des Morts égyptien copié par Champollion

Archive: Image du mois de juillet 2022

Jean-François Champollion et Léon-Jean-Joseph Dubois, « Manuscrit égyptien sur toile appartenant à Mr. L’abbé de Tersan copié en 1811 (octobre) » [fac-similé du Livre des Morts d’Aberuai], encre et lavis sur calque et papier, H. 42 × L. 287,5 cm. BNF, Manuscrits, Égyptien 229

L’érudit et abbé de Tersan (1736-1819) a réuni une importante collection d’estampes, de curiosités, de médailles, de manuscrits et d’antiquités. Durant ses années d’études parisiennes, Jean-François Champollion rédige des notices, en compagnie de Léon Jean Joseph Dubois. L’abbé lui ouvre les portes de l’Abbaye-aux-Bois où se trouvait son cabinet. Il procure entre autres au futur déchiffreur, par l’intermédiaire de Jean-Claude Martin, un relevé de la pierre de Rosette qu’il avait pu voir en Angleterre (lettre du 4 novembre 1812 de Martin à Jacques-Joseph Champollion, voir K. Madrigal 2022, p. 53). Il lui prête aussi des manuscrits arabes et coptes.

Continuer la lecture de Un livre des Morts égyptien copié par Champollion

XXXe congrès international de papyrologie: 25-30 juillet 2022, Paris

Le congrès international de papyrologie, qui se tient tous les trois ans, aura lieu au Collège de France (Paris) du 25 au 30 juillet 2022 et réunira les spécialistes des papyrus et plus généralement de l’Égypte gréco-romaine, byzantine et du début de l’époque arabe.

Le vendredi 29 juillet à partir de 14h30, dans l’amphithéâtre M. Halbwachs, se déroulera une session dédiée au “fonds papyrologique de la Bibliothèque nationale de France : recherches et perspectives”, organisée par Julien Auber de Lapierre (chercheur postdoctorant auprès de la chaire Culture écrite de l’Antiquité tardive et papyrologie byzantine du Pr Jean-Luc Fournet dans le cadre du partenariat entre la Bibliothèque nationale de France et le Collège de France).

Constitué à partir des premières décennies du XIXe siècle, le fonds de papyrus grecs, coptes et latins de la Bibliothèque nationale de France, témoignages exceptionnels de la culture écrite de l’Égypte post-pharaonique et du monde gréco-romain, est, avec celui du musée du Louvre, la plus ancienne collection française et l’une des plus anciennes collections européennes.

Continuer la lecture de XXXe congrès international de papyrologie: 25-30 juillet 2022, Paris

L’aventure Champollion. Dans le secret d’une exposition

1822-2022: l’année du bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes, deux cents ans après la parution de la Lettre à M. Dacier par Jean-François Champollion, célèbre le compréhension des écritures et langue égyptiennes, et bien au-delà, la redécouverte du monde pharaonique grâce à ses textes. L’exposition de la Bibliothèque nationale de France ouverte du 12 avril au 24 juillet inaugure une année riche d’événements en France et à l’international. De la conception à l’installation, nous vous conduisons dans les coulisses de l’exposition L’Aventure Champollion. Dans le secret des hiéroglyphes (commissariat: Vanessa Desclaux, Hélène Virenque et Guillemette Andre-Lanoë).

Pourquoi une exposition “Champollion” à la Bibliothèque nationale de France?

En 1833, les archives scientifiques de Jean-François Champollion rejoignent les collections de la Bibliothèque alors royale, suite au décès prématuré du savant (1790-1832). Son frère aîné Jacques-Joseph, conservateur au Cabinet des Manuscrits, a en effet plaidé auprès de l’État pour l’achat de ce témoignage exceptionnel du travail acharné qui aboutit à ce qui fut considéré comme un exploit et devint une source de fierté nationale. Ces milliers de notes, dessins, brouillons, estampages, planches annotées sont au cœur du propos de l’exposition.

Manuscrits de Jean-François Champollion, BnF, Département des Manuscrits, cliché de la BnF pour le catalogue de l’exposition

Quelle fut la méthode Champollion? En quoi est-elle exemplaire de la recherche sur les écritures antiques et orientales du début du 19e siècle et encore de nos jours? Comment nourrit-elle notre réflexion sur le patrimoine écrit? Voici les questions qui guidèrent notre réflexion pour l’élaboration du parcours.

Continuer la lecture de L’aventure Champollion. Dans le secret d’une exposition

Quand les monnaies gauloises deviennent bavardes !

Archive: Image du mois de juin 2022

L’année 2022 est largement consacrée, au sein des manifestations de la BnF, à l’archéologie des écritures anciennes, l’aspect le plus spectaculaire de ce programme étant naturellement l’importante exposition L’Aventure Champollion, consacrée à l’œuvre de Jean-François Champollion sur le site François-Mitterrand jusqu’au 24 juillet. Il n’est donc pas inutile de rappeler que des documents bien plus modestes que les temples, statues et stèles ou papyrus égyptiens, telles de simples monnaies peuvent constituer de précieux supports pour des inscriptions, en particulier concernant des civilisations qui n’ont que peu ou pas laissé de textes. C’est le cas des Celtes continentaux de l’Antiquité, leur usage quasi-intégral de matériaux périssables (bois, écorces, peaux…) ainsi que le refus de leur classe sacerdotale de confier à l’écrit les doctrines religieuses et les spéculations philosophiques, privent la recherche moderne de sources de première main.

Continuer la lecture de Quand les monnaies gauloises deviennent bavardes !

« Les édifices antiques de la Sicile » : un manuscrit inédit de Léon Dufourny

« D’après mon expérience si j’avais à diriger les études d’un jeune architecte, je le ferais commencer par les monuments de Sicile avant ceux de Rome »1.

Léon Dufourny, qui écrit ces lignes à plus de cinquante ans, énonce-t-il des regrets sur son propre parcours ? C’est en effet par Rome, comme beaucoup d’artistes français de sa génération, que l’architecte commence son « Grand tour ».

Continuer la lecture de « Les édifices antiques de la Sicile » : un manuscrit inédit de Léon Dufourny

  1. Note marginale de Léon Dufourny dans son manuscrit, « Les édifices antiques de la Sicile, mesurés, dessinés et décrits avec la plus scrupuleuse exactitude par M. L. D., s. d., Paris, BnF, Est., Réserve Ub-236 (1)-4, folio 28, P. 123253 []

Conférence mercredi 15 juin 18 h 30 : L’écriture des plus anciens manuscrits de la Bible à la lumière des nouvelles technologies

Mercredi 15 juin à 18 h 30 se tiendra la conférence : L’écriture des plus anciens manuscrits de la Bible à la lumière des nouvelles technologies par Michael Langlois, maître de conférences HDR à l’université de Strasbourg.

En 2022, le cycle de conférences « De la fouille à l’écriture de l’histoire » s’intéresse à l’archéologie des écritures anciennes. Six conférences au cours desquelles archéologues, historiens, épigraphistes présentent leurs recherches en cours, revenant sur l’histoire des déchiffrements et racontant l’histoire et l’évolution de ces écritures et ce qu’elles peuvent dire sur les sociétés qui les ont inventées et utilisées.  

Continuer la lecture de Conférence mercredi 15 juin 18 h 30 : L’écriture des plus anciens manuscrits de la Bible à la lumière des nouvelles technologies

Un portrait de Jean-François Champollion

Archive: Image du mois de mai 2022
Reproduction du portrait de Jean-François Champollion par Victorine Genève-Rumilly, après 1822. Dans H. Hartleben, Champollion, Sein Leben und sein Werk, 1906. © BnF/Gallica.

À l’occasion du bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes, les quelques portraits de Jean-François Champollion sont de nouveau mis en avant grâce à des expositions ou de nouvelles publications.

Peu de portraits de l’égyptologue faits de son vivant sont connus mais parmi eux se distingue le tableau attribué à Victorine Genève-Rumilly et exposé au Musée Champollion de Vif, près de Grenoble.

Victorine (ou Victoire selon son acte de décès) Angélique Émilie Genève-Rumilly est une portraitiste née à Grenoble en 1789 et décédée à Paris en 1849. Élève du peintre néo-classique Jean-Baptiste Regnault, elle a participé à plusieurs salons. Elle est connue notamment pour ses portraits des frères Champollion, faits sans doute lors de l’un de leurs séjours dans leur maison familiale à Vif. Un portrait de l’aîné, Jacques-Joseph Champollion-Figeac, lui signé par Rumilly et également  exposé au musée, semble avoir été peint au même moment que celui de son cadet.

Reproduction du portrait de Jacques-Joseph Champollion par Victorine Genève-Rumilly, après 1822 (?). Dans H. Hartleben, Champollion, Sein Leben und sein Werk, 1906. © BnF/Gallica.

Le portrait de Jean-François Champollion que Hermine Hartleben (1846-1919) fait reproduire au frontispice de sa monumentale biographie publiée en 1906 était conservé à l’époque dans la famille à Vif. La biographe explique dans des lettres adressées à Gaston Maspero et conservées à l’Institut de France, comment elle est parvenue à le faire transporter et photographier à Grenoble avec l’aide du bibliothécaire Edmond Magnien.

Sur ce tableau, Jean-François Champollion semble comme surpris dans son travail par l’artiste. Il tient dans sa main une feuille qui correspond à la planche IV de sa Lettre à M. Dacier (1822) intitulée « Tableau des signes phonétiques » dans lequel il présente pour la première fois sa proposition de lecture des phonogrammes existants dans l’écriture hiéroglyphique (colonne de droite), mis en parallèle avec l’alphabet grec et les signes démotiques.

J.-Fr. Champollion, Lettre à M. Dacier, 1822, pl. IV © BnF/Gallica

Détail amusant, Rumilly a choisi de monter la planche en cours de rédaction, donc inachevée. Le savant est ici saisi dans l’intimité de son cabinet  de travail, comme l’indique la bibliothèque en arrière-plan où on reconnait aussi sur une étagère une statue égyptienne.

Pour en savoir plus

Citer ce billet : Hélène Virenque, "Un portrait de Jean-François Champollion", in L’Antiquité à la BnF, 01/06/2022, https://antiquitebnf.hypotheses.org/15560, [consulté le 04/10/2022].

Conférence mercredi 18 mai 18 h 30 : Du nabatéen à l’arabe, continuité ou révolution?

Mercredi 18 mai à 18 h 30 se tiendra la conférence : Du nabatéen à l’arabe, continuité ou révolution ? par Laïla Nehmé, directrice de recherche au CNRS, laboratoire Orient & Méditerranée – Mondes sémitiques.

En 2022, le cycle de conférences « De la fouille à l’écriture de l’histoire » s’intéresse à l’archéologie des écritures anciennes. Six conférences au cours desquelles archéologues, historiens, épigraphistes présentent leurs recherches en cours, revenant sur l’histoire des déchiffrements et racontant l’histoire et l’évolution de ces écritures et ce qu’elles peuvent dire sur les sociétés qui les ont inventées et utilisées.

Continuer la lecture de Conférence mercredi 18 mai 18 h 30 : Du nabatéen à l’arabe, continuité ou révolution?

Conférence mercredi 11 mai 18 h 30 : Écritures et langues en contexte savant en Assyrie et Babylonie

Mercredi 11 mai à 18 h 30 se tiendra la conférence : Écritures et langues en contexte savant en Assyrie et Babylonie par Philippe Clancier, maître de conférences HDR à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

En 2022, le cycle de conférences « De la fouille à l’écriture de l’histoire » s’intéresse à l’archéologie des écritures anciennes. Six conférences au cours desquelles archéologues, historiens, épigraphistes présentent leurs recherches en cours, revenant sur l’histoire des déchiffrements et racontant l’histoire et l’évolution de ces écritures et ce qu’elles peuvent dire sur les sociétés qui les ont inventées et utilisées.

Continuer la lecture de Conférence mercredi 11 mai 18 h 30 : Écritures et langues en contexte savant en Assyrie et Babylonie

Recherches, collections, ressources sur l'Antiquité à la Bibliothèque nationale de France

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search