L’Italie et l’Antiquité@la BnF: Les Rendez-vous de l’Histoire de Blois 2019

La 22è édition des Rendez-vous de l’Histoire de Blois célèbre l’Italie du 9 au 13 octobre autour des 500 ans de la Renaissance et de l’année 1519, marquée notamment par la mort de Léonard de Vinci, la naissance de Catherine de Medicis et le début de la construction du Château de Chambord.

Continuer la lecture de L’Italie et l’Antiquité@la BnF: Les Rendez-vous de l’Histoire de Blois 2019

Des “Gallici” sur Gallica : les monnaies celtiques de la BnF numérisées

Statère d’or (7,43 g.) , 52 av. J.-C. , MMA inv. Gauloises 3774, provient du trésor de Pionsat (Puy-de-Dôme), 1852

La numérisation des monnaies celtiques de la BnF, réalisée au cours de l’année 2019, vient d’aboutir à la mise en ligne des photos des 9975 exemplaires du département des Monnaies, médailles et antiques.

Toutes ces monnaies sont à présent disponibles sur le Catalogue Général et Gallica

Continuer la lecture de Des “Gallici” sur Gallica : les monnaies celtiques de la BnF numérisées

JEP 2019 : Astérix a la BNF

A l’occasion des JEP 2019 (20-22 septembre), 44 planches originales d’Astérix le Gaulois seront présentées à la BnF-François Mitterrand (Galerie des Donateurs).

120 planches au total ont été données en 2011 par Albert Uderzo et avaient été exposées en 2013. Plus récemment, une autre exposition à la Cinémathèque française avait mis en lumière le succès de ce héros sur les grands écrans grâce au talent de Goscinny.

Pour en savoir plus sur les relations entre l’antiquité et la bande-dessinée :

Cl. Aziza,  Guide de l’Antiquité imaginaire : roman, cinéma, bande dessinée, Paris, 2016

J. Gallego, La bande dessinée historique. Premier cycle, L’Antiquité : [colloque international] 23-26 novembre 2011, Pau, 2015

S. Garat, “La bande dessinée et l’histoire ancienne. Entretien avec Pauline Ducret”, in : Actualités des études anciennes, 18/01/2017, en ligne.

L’archéologie en bulles : [exposition, Paris, Musée du Louvre, Petite galerie, 26 septembre 2018-1er juillet 2019], Paris, 2018.

 

 

Le silphium, plante merveilleuse mais disparue

Du XVIe jusqu’au milieu du XIXe siècle, les antiquaires, férus de philologie et de numismatique, dissertent autour d’une plante merveilleuse mais disparue. Merveilleuse car il s’agissait d’une panacée quasi-universelle dont l’efficacité touchait « à quantité de branches de la médecine : odontologie, ophtalmologie, pneumologie, affections des articulations, des viscères, du système circulatoire, sexualité »1. Disparue surtout, la plante est à présent considérée comme une des premières espèces végétales éteintes par l’homme.

Quelques mois avant l’ouverture de l’exposition Terre ! Escales mythiques en Méditerranée, trésors de la BnF et collections marseillaises, au musée d’histoire de Marseille (14/02-22/08/2020), partons à la recherche du célèbre silphium de Cyrénaïque.

Continuer la lecture de Le silphium, plante merveilleuse mais disparue

  1. D. Roques, « Médecine et botanique : le silphium dans l’œuvre d’Oribase » dans Revue des Études Grecques, 106, 1993, p. 380-399. []

Monnaie de Vercingetorix

Archive: image du mois

Septembre 2019: un statère arverne au nom de Vercingétorix

 

Statère d’or (7,43 g.) , 52 av. J.-C. , MMA inv. Gauloises 3774, provient du trésor de Pionsat (Puy-de-Dôme), 1852

Longtemps Vercingétorix ne fut qu’un nom. Celui du vaincu d’Alésia dans un récit de guerre rédigé par son vainqueur pour célébrer sa propre gloire. Mais en 1837 les choses changèrent.

Continuer la lecture de Monnaie de Vercingetorix

L’Antiquité en 2019-2020 : ressources en ligne et préparation aux concours

Les sites de la Bibliothèque nationale de France (BnF) seront fermés à partir du jeudi 29 août au soir et rouvriront le lundi 9 septembre.

Afin de préparer en douceur votre rentrée sous le signe de l’Antiquité, nous vous proposons un choix de ressources en ligne et une liste non exhaustive des principales expositions et conférences attendues pour l’année 2019-2020 ainsi que des bibliographies pour préparer les concours de l’enseignement.

Continuer la lecture de L’Antiquité en 2019-2020 : ressources en ligne et préparation aux concours

Scorpions, crocodiles et serpents : autour de quelques stèles égyptiennes du département des Monnaies, Médailles et Antiques

Stèle d’Horus sur les crocodiles, bois, inv. MMA 53.238

Le département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France (BnF) a conservé jusqu’à douze stèles dites “d’Horus sur les crocodiles” dont onze sont désormais visibles1, dans la base de données en ligne Médailles et Antiques. Après un premier volet Veaux, vaches, cochons… trésors : quand les animaux découvrent des monnaies du cycle estival “La Nature dans l’Antiquité” développé dans les pages de ce carnet, l’étude de ces objets particuliers, riches d’apports sur l’histoire des collections de la Bibliothèque est l’occasion de développer des aspects associés à quelques animaux dangereux en Égypte ancienne.

Continuer la lecture de Scorpions, crocodiles et serpents : autour de quelques stèles égyptiennes du département des Monnaies, Médailles et Antiques

  1. À l’occasion de ce billet, le département a mis en ligne sept stèles supplémentaires. Tous nos plus vifs remerciements à Mathilde Avisseau-Broustet, chargée de collections, antiques et objets d’art. Le corpus est en cours d’étude pour publication par Annie Gasse, directrice de recherches au CNRS, UMR 5140 – Montpellier III []

Les trésors au Cabinet des Médailles et le programme “Trouvailles Monétaires”

Au sens archéologique du terme, on parle généralement de trésor (ou dépôt) dès lors qu’un ensemble d’objets, précieux ou non, a été volontairement rassemblé avant d’être enfoui1. Le Département des Monnaies, médailles et antiques conserve de nombreux trésors, des dépôts monétaires bien sûr mais aussi de spectaculaires ensembles d’orfèvrerie. L’emblématique trésor d’argenterie de Berthouville2 figurera par exemple en bonne place dans le futur musée de la BnF, sur le site Richelieu, qui ouvrira ses portes en 2021. Outre ses missions de conservation et d’exposition, le département poursuit aussi, depuis 1978, le programme de recherche Trouvailles monétaires visant à étudier et à valoriser les découvertes monétaires effectuées sur le territoire national.

Continuer la lecture de Les trésors au Cabinet des Médailles et le programme “Trouvailles Monétaires”

  1. Selon la définition du Code civil (Art. 716), “le trésor est toute chose cachée ou enfouie sur laquelle personne ne peut justifier sa propriété, et qui est découverte par le pur effet du hasard”. Sur la notion polysémique de trésor, voir G. Aubin, “Les trésors (monétaires) antiques : le mot, les choses et les chercheurs”, in F. Baratte, M. Joly, J.-C. Béal (dir.), Autour du trésor de Mâcon. Luxe et quotidien en Gaule romaine, Mâcon, 2007, p. 49-73. []
  2. Sur ce trésor, voir le billet consacré à la statuette de Mercure tenant le caducée par Mathilde Avisseau-Broustet, publié le 1 juin 2017. []

1922 : la découverte du trésor de Toutankhamon

Archive Image du mois Gallica

Août 2019 : Le trésor de Toutânkhamon

Le masque du 3e sarcophage de Toutânkhamon lors de sa découverte, H. Carter, A.C. Mace, The tomb of Tut-Ankh-Amen…, Londres, 1923, Arsenal, 8-NF-83465

Le 4 novembre 1922, dans la région de Louxor les premières marches menant à la tombe d’un roi peu connu, nommé Toutânkhamon sont mises au jour. Cette découverte est due à l’entêtement d’un égyptologue anglais Howard Carter qui fouille dans la Vallée des Rois depuis plusieurs années, grâce au soutien financier de son mécène Lord Carnarvon.

Entassés dans 4 petites pièces, plus de 5000 objets sont extraits et soigneusement inventoriés par l’archéologue et son équipe entre 1922 et 1932 puis transportés par bateau au Musée du Caire, où ils sont toujours conservés ; parmi ceux-ci, le célèbre masque en or massif incrusté de turquoise et de lapis-lazuli, encore orné de guirlandes de fleurs lors de sa découverte.

En 1923, H. Carter publie un premier ouvrage sur le tombeau, contenant de nombreuses illustrations. L’impact médiatique de cette découverte, et de la pseudo-malédiction qui l’entoure, suscite de nombreux reportages, notamment par l’Agence Rol : plusieurs clichés des visites de la tombe par des célébrités et du transport des objets sont ainsi disponibles dans Gallica.

Sortie d’un coffre de la tombe. Agence Rol, 1923. Département Estampes et photographie, EI-13 (978)

Actuellement 150 objets provenant de la tombe sont exposés à Paris jusqu’au 22 septembre 2019 ; un événement qui fait écho à la grande exposition organisée en 1967 au Petit Palais et qui avait attiré plus d’un million de visiteurs.

Billet de blog Gallica sur la découverte de la tombe (septembre 2019)

Veaux, vaches, cochons… trésors : quand les animaux découvrent des monnaies

L’histoire est célèbre. La grotte de Lascaux aurait été découverte par un chien prénommé Robot : en pourchassant un lapin il aurait permis à quatre enfants de découvrir l’une des plus importantes grottes ornées du Paléolithique. Les animaux ne découvrent pas que des grottes, ils peuvent aussi mettre au jour des trésors ! Deux histoires tirées de l’inépuisable flot des faits divers ont récemment attiré notre attention. En 2017, en Thaïlande, une tortue dut être opérée pour lui retirer les 915 monnaies d’argent qu’elle avait ingurgitées. En France en 2019, c’est une pie qui est suspectée d’avoir rassemblé dans son nid du parc du château de Versailles 1131 pièces de monnaies, majoritairement des centimes d’euros.

A la BnF, le département des Monnaies, médailles et antiques conserve à la fois de nombreuses monnaies, dont beaucoup proviennent de trésors, et les archives relatives aux trésors étudiés, notamment dans le cadre du programme « Trouvailles monétaires ». Nous proposons ici de rassembler différentes mentions de trésors découverts par des animaux éparpillées dans la littérature spécialisée ou dans les archives.

La Taupe, dessin de Buvée, vers 1760 (BnF, RESERVE JB-23 (B)-BOITE FOL).

Continuer la lecture de Veaux, vaches, cochons… trésors : quand les animaux découvrent des monnaies

La BnF intègre PCO, portail dédié aux monnaies des rois ptolémaïques d’Égypte

Après les monnaies d’Alexandre le Grand en avril 2017, celles de la République romaine en décembre 2017 puis celles des rois séleucides en avril 2019, ce sont à présent les monnayages des rois ptolémaïques d’Égypte de la BnF qui intègrent un portail en ligne élaboré par l’American Numismatic Society :

Ptolemaic Coins Online (PCO).

Fondé sur le catalogue de Catharine Lorber, Coins of the Ptolemaic Empire dont le premier tome a été publié en 2018 (de Ptolémée I à Ptolémée IV), le portail PCO a pour but de rassembler les principales collections mondiales de monnaies de la dynastie hellénistique des Lagides. L’application ne regroupe à ce jour que les émissions en métaux précieux du tome I, les bronzes feront l’objet d’une mise à jour prochaine.

661 des plus de 2600 exemplaires conservés au département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France figurent à présent parmi les 2400 pièces déjà référencées1.

Pour aller plus loin, la collection de la BnF :

  1. Nous remercions Madeline Susana et Maria Dumitru qui ont largement contribué à ce résultat []

Les études homériques dans le cercle de Janus Lascaris : à propos de trois éditions princeps d’Homère conservées à la BnF


Janus Lascaris. Paolo Giovio, Pauli Jovii Novocomensis episcopi Nucerini Elogia virorum literis illustrium, Bâle, Petrus Perna, 1577, p. 59, Rés. G. 705

Parmi les pièces de la Bibliothèque nationale de France (BnF) actuellement présentées à Lens dans l’exposition Homère figure une édition princeps de l’œuvre du poète, conservée au Département des manuscrits sous la cote Parisinus gr. 2679. Cet exemplaire a pour particularité d’avoir appartenu à Jean-François d’Asola et de comporter de nombreuses notes de la main de l’érudit grec Arsène Apostolis qui ont servi à l’élaboration de l’édition princeps des scholies à l’Odyssée, publiée à Venise en 1528 sous le nom de scholia Didymi.

La BnF possède cinq autres exemplaires de l’édition princeps d’Homère (Florence, 1488), dont quatre sont conservées à la Réserve des livres rares. Comme deux des exemplaires de la Réserve, le Rés. Yb. 1-2 et le Rés. Yb. 3, peuvent être associés par leur provenance au volume actuellement exposé à Lens et qu’ils permettent d’évoquer, par leurs annotations, les études homériques dans le même cercle d’érudits, une présentation de ces deux pièces est ici proposée, accompagnée de reproductions. Continuer la lecture de Les études homériques dans le cercle de Janus Lascaris : à propos de trois éditions princeps d’Homère conservées à la BnF

Recherches, collections, ressources sur l'Antiquité à la Bibliothèque nationale de France