Henri Joseph Redouté et la redécouverte des ruines antiques

Pyramides de Giza par Redouté, Carnet 9, f. 32. Bibliothèque de l’Arsenal, Ms. 15433

« C’était jadis un pays d’admiration ; c’en est un aujourd’hui à étudier »1 ; ces quelques mots de l’Encyclopédie sur l’Égypte auraient pu être inscrits au fronton de l’expédition scientifique qui accompagne la campagne militaire lancée par le Directoire en avril 1798. Bonaparte, à la tête de l’aventure, souhaite inscrire cette expédition dans la lignée de celles de Louis-Antoine Bougainville, de James Cook ou de Jean-François de la Pérouse.

En juillet, se mêlant aux rangs de l’armée d’Orient, débarquent ainsi sur les côtes alexandrines les membres de la Commission des sciences et des arts2. Pendant les quatre années que durera l’aventure égyptienne, cette troupe hétéroclite de plus de 160 savants voit se côtoyer des hommes de formations et de spécialités diverses : ingénieurs pour la plupart, ils sont également antiquaires, architectes, astronomes, chimistes, mathématiciens, médecins ou pharmaciens, mécaniciens, musiciens, naturalistes et minéralogistes, dessinateurs, graveurs ou encore sculpteurs.

Parmi eux, Henri-Joseph Redouté3, peintre du Muséum d’Histoire naturelle, nous a laissé le récit de son périple4.

  1. Une Égypte de papier
  2. Découvrir Alexandrie et le Delta
  3. Le Caire et les pyramides
  4. Au fil du Nil, du Caire à Assouan, à la découverte de la Haute-Égypte
  5. Une étude systématique et méthodique sans précédent
  6. La nécropole de Gizeh

Continuer la lecture de Henri Joseph Redouté et la redécouverte des ruines antiques

  1. Denis Diderot et Jean le Rond d’Alembert, Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, vol 5, 1755, p. 434 []
  2. Le 16 mars 1798, le Directoire adresse au Ministre de l’Intérieur l’arrêté confidentiel suivant : « Le Directoire exécutif, citoyen ministre, vous charge de mettre à la disposition du général Bonaparte les ingénieurs, artistes et autres subordonnés de votre ministère, ainsi que les différents objets qu’il vous demandera pour servit à l’expédition dont il est chargé. » Le groupe de savants qui accompagnera l’armée d’Orient en Égypte est officiellement créé. []
  3. Né à Saint-Hubert, en Ardenne, dans la province de Luxembourg, il y est baptisé le 25 mai 1766. Il a deux sœurs – Jeanne-Marie et Anne-Marie – et deux frères, Antoine-Ferdinand né en 1756 et Pierre-Joseph, le futur peintre des roses, « Raphaël des fleurs », né en 1759. Après la mort de son père en 1776, il rejoint ses frères à Paris où Pierre-Joseph le forme à la peinture naturaliste. []
  4. Henri-Joseph Redouté a tenu lors de son voyage en Égypte un journal dont une partie nous est parvenue et qui est actuellement conservée à la Bibliothèque de l’Arsenal sous la cote Ms-1543. []

André Dutertre dessinateur de l’Expédition d’Égypte et la collection du Cabinet des Médailles

Aquarelle pour la « Description de l’Égypte ou Recueil des observations et des recherches qui ont été faites en Égypte pendant l’expédition de l’armée française. Antiquités », t. V, pl. 69, fig. 11; Dpt Estampes et Photographies UB-181 (H BIS, 2)-FT 4

Âgé de 45 ans, André Dutertre devient membre de la Commission des Sciences et des Arts dont Bonaparte s’entoure pour son expédition en Égypte. Fils d’un imprimeur en taille-douce, formé à la gravure, il mène une carrière de copiste et de dessinateur d’illustration.

Continuer la lecture de André Dutertre dessinateur de l’Expédition d’Égypte et la collection du Cabinet des Médailles

Dessiner avant de déchiffrer : le Caillou Michaux et l’écriture cunéiforme

Le « caillou Michaux » est l’un des joyaux du département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF. Il est entré dans les collections du Cabinet des Médailles en 1800 grâce au botaniste André Michaux qui l’avait trouvé en 1786 lors d’un voyage en Mésopotamie, plus précisément au sud de Bagdad, au bord du Tigre, à proximité des ruines de l’ancienne Ctésiphon. Cette stèle de pierre noire, mesurant 46 cm x 20 cm et pesant près de 22 kg, date du règne de Marduk-nadin-ahhe, roi de Babylone de la dynastie d’Isin II entre 1099 à 1082 av. J.-C.

Caillou Michaux, BnF, Dpt MMA, Chab.702

Continuer la lecture de Dessiner avant de déchiffrer : le Caillou Michaux et l’écriture cunéiforme

Des origines du dessin archéologique à Digital Muret : l’œuvre de Jean-Baptiste Muret (1795-1866)

Jean-Baptiste Muret, Recueil, IV, pl.25, “Panthères ailées cornues” (BnF, MMA, RES-MS-70100-MUR-GF- (4)).

Le département des Monnaies, médailles et antiques, à côté de ses collections numismatiques et archéologiques, conserve aussi un important apparat documentaire, constitué par les conservateurs pour accompagner l’étude et la connaissance des collections. Un des fonds les plus intéressants est le recueil des dessins de Jean-Baptiste Muret, qui réunit en onze grands volumes in folio le fruit de son travail en tant que dessinateur du Cabinet des Médailles de 1830 à 1866. Il fait actuellement l’objet d’un programme de recherche mené par la BnF et l’INHA : Une histoire de l’art antique inachevée : les dessins de Jean-Baptiste Muret (1795-1866).

  1. Pourquoi dessiner les œuvres antiques ?
  2. Jean-Baptiste Muret: un dessinateur à la BnF
  3. Le Recueil des Monuments antiques dessinés, une source exceptionnelle pour la connaissance des collections d’antiques du XIXe siècle
  4. Le projet: une édition numérique du recueil de dessins
  5. Une recherche collaborative

Continuer la lecture de Des origines du dessin archéologique à Digital Muret : l’œuvre de Jean-Baptiste Muret (1795-1866)

Delacroix et les dessins de monnaies grecques du Cabinet des médailles

Feuille de quatre médailles antiques, Delacroix, 1825 (INHA, EM DELACROIX 3)

Le succès de l’exposition Delacroix du Louvre rappelle l’immense popularité d’un des plus fameux artistes du XIXe siècle. Au-delà de ses œuvres les plus emblématiques, on sait moins que le jeune Delacroix eut durant une brève période, le goût du dessin des monnaies grecques antiques. Pendant deux années, entre 1824 et 1825, il produisit une série de dessins et de lithographies figurant des monnaies grecques de la collection du Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale, à l’époque encore bibliothèque royale.

Monnaies prises pour modèle sur la Feuille de quatre médailles antiques : en haut à gauche, revers d’un tridrachme d’Aspendos (Pamphylie), vers 330-250 av. J.-C. (BnF, MMA, Fonds général 43) ; à droite, revers d’un chalque des Brettiens (Bruttium), vers 211-208 av. J.-C. (BnF, MMA, Fonds général 1618) ; en bas à gauche, revers d’un didrachme de Thourioi (Bruttium), vers 420 av. J.-C. (BnF, MMA, Fonds général 1440) ; à droite, droit d’un tétradrachme de Nicomède III de Bithynie, 94/3 av. J.-C. (BnF, MMA, Fonds général 140).

Continuer la lecture de Delacroix et les dessins de monnaies grecques du Cabinet des médailles

Bataille des Pyramides: Image d’Épinal

Archive: Image du mois Juillet 2018
Juillet 2018 Bataille des Pyramides

Imagerie d’Epinal. N° 129, Bataille des Pyramides, 1892, département Estampes et photographie, FOL-LI-59 (12)

Le 21 juillet 1798 voit s’opposer l’Armée française d’Orient fraîchement débarquée aux Mamelouks conduits par Mourad Bey. Bonaparte dénomme ce combat qui lui ouvre les portes du Caire  « Bataille des Pyramides », investissant l’événement d’une dimension historique et symbolique par sa référence aux monuments antiques, l’une des sept Merveilles du Monde. La Campagne d’Égypte s’accompagne d’une visée scientifique avec la création de l’Institut d’Égypte. Ce dernier pilote la première enquête systématique du pays dans tous ses aspects: ruines antiques, vie moderne, sciences naturelles… que les savants documentent avec force notes et dessins. Si l’opération militaire se conclut par un échec, le prestige de l’aventure et la publication quelques années plus tard de la Description de l’Égypte restent  une source inépuisable d’inspiration pour la postérité et pour une discipline en devenir, l’égyptologie.

Le site Bibliothèques d’Orient, fruit du partenariat de huit bibliothèques orientales, d’une cinquantaine de spécialistes et de la Bibliothèque nationale de France, revient sur cette histoire croisée entre l’Égypte et la France, dont l’Expédition de Bonaparte constitua un véritable tournant.

Retrouvez la bataille des Pyramides dans l’exposition Napoléon stratège au Musée de l’Armée-Invalides à Paris jusqu’au 22 juillet 2018, pour laquelle la BnF a prêté quelques œuvres.

Citer ce billet : Vanessa Desclaux, "Bataille des Pyramides: Image d’Épinal", in L’Antiquité à la BnF, 01/07/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/2478, [consulté le 21/08/2018].

Les Etats généraux de l’Antiquité 2018

La bibliothèque nationale de France participera à la deuxième édition des États Généraux de l’Antiquité, les 8 et 9 juin 2018, amphithéâtre Richelieu, en Sorbonne. À cette occasion, des personnalités du monde politique, de la communauté scientifique et de la société civile sont invitées à s’interroger sur : « Pourquoi transmettre l’Antiquité à l’heure de la mondialisation ? Sciences de l’Antiquité et humanisme ».

Frédérique Duyrat, directrice du département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France, interviendra lors de la table ronde n°2  « Partager, comprendre, aimer : le patrimoine antique autour de la Méditerranée », le samedi 9 juin (9h30-11h00)

Thierry Grillet, directeur de la diffusion culturelle à la Bibliothèque nationale de France, journaliste, membre du comité d’honneur d’Antiquité-Avenir, modérera la table ronde n°4 « Éditer et diffuser l’Antiquité : quels publics, quels médias, quels enjeux ? », le samedi 9 juin (14h30 – 16h00)

Le programme complet des EGA est disponble ici.

L’Antiquité à la BnF revient avec Thierry Grillet sur l’importance de l’Antiquité aujourd’hui et le rôle de la Bibliothèque nationale de France:

Continuer la lecture de Les Etats généraux de l’Antiquité 2018

Euripide mss Grec 2713

Archive: Image du mois Juin 2018
Juin 2018 Manuscrit byzantin de pièces d’Euripide

Grec 2713

Ce manuscrit très ancien, fait partie, avec le Marcianus 471 et le Vaticanus 909, des manuscrits d’Euripide qui permettent de retrouver, par-delà l’époque byzantine, un état antique du texte d’Euripide. C’est un des manuscrits d’Euripide les plus précieux qui date probablement du XIe siècle. Il est issu du prototype de la première famille du texte d’Euripide, α, qui remonte au VIe siècle. Il possède les sept pièces du Choix, édition qui a été faite sous l’empereur Hadrien et porte la trace d’un double commentaire. Le manuscrit se trouvait à Constantinople au début du XVe siècle. Il est entièrement copié par un seul et même copiste, à l’exception des ajouts postérieurs que représentent les deux premiers cahiers. Une seconde main médiévale présente des variantes marginales ou interlinéaires. Le premier cahier est un ajout de Georges Baiophoros qui travaillait dans le monastère de Saint-Jean-Prodrome, dans le quartier de Pétra. Dans le second, les scholies et les vers sont copiés par Théodore Gaza. De nombreux annotateurs ont parcouru et marqué le manuscrit à des époques très diverses. [voir la notice complète].

Du 1er au 3 juin 2018 se déroule à Fontainebleau le Festival d’Histoire de l’Art, avec à l’honneur deux thèmes : le Rêve et la Grèce. La BnF y sera présente avec les interventions d’O. Estiez sur Gradiva (3 juin à 16h, Mines), de Chr. Förstel & E. Yota sur les manuscrits byzantins de la BnF (2 juin à 16h, château de Fontainebleau), et avec un stand au Salon du Livre.  Découvrez à cette occasion, les parcours guidés de Gallica pour explorer la Grèce en cartes, en photographies et en monnaies.

Citer ce billet : Vanessa Desclaux, "Euripide mss Grec 2713", in L’Antiquité à la BnF, 01/06/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/2447, [consulté le 21/08/2018].

Conférence 13 juin 18h30 La guerre romaine en Espagne

Vue aérienne du site de la Cerca de Aguilar de Anguita (Guadalajara, Espagne). cl. F. Didierjean et C. Petit-Aupert, © Institut Ausonius (ANR-06-CONF-006-01)

13 juin à 18h30 : Conférence: « La guerre romaine en Espagne (IIIe-Ier s. av. J.-C.): l’historien face aux traces matérielles » par M. François Cadiou, Professeur d’Histoire romaine, Université Bordeaux Montaigne, UMR 5607 Ausonius.

Découvrez comment l’Histoire s’élabore au fil des fouilles, de l’étude des objets ou des textes à travers la rencontre avec ceux qui l’enrichissent chaque jour par leurs recherches. Ce nouveau rendez-vous est consacré à l’actualité de la recherche archéologique de la Guerre.

Continuer la lecture de Conférence 13 juin 18h30 La guerre romaine en Espagne

Le projet AVREVS : l’or monnayé en Occident de la fin de la période hellénistique au premier siècle de notre ère

De gauche à droite : statère de Pyrrhus d’Epire (BnF, MMA, Luynes 1894) ; statère de Vercingétorix (BnF, MMA Beistegui 240) ; aureus d’Auguste (BnF, MMA, IMP-4921)

Le prochain congrès de l’Union Internationale des Sciences Préhistoriques et Protohistoriques (UISPP) se tiendra à Paris du 4 au 9 juin. 2018. Cette importante manifestation sera l’occasion d’une présentation du projet AVREVS : A la naissance du monnayage d’or romain : étude et caractérisation de l’or monnayé en Occident de la fin de la période hellénistique au premier siècle de notre ère intitulée : « The AUREUS program: Study and characterization of minted gold in the West from the end of the Hellenistic period to the first century of our era« .

Porté par Arnaud Suspène et rendu possible par le partenariat ancien entre le Centre Ernest-Babelon de l’IRAMAT et le département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France, le projet AVREVS vise à comprendre la mise en place du premier monnayage d’or unitaire de l’Europe occidentale : le monnayage d’or romain, aboutissement d’une tradition pluriséculaire. Ce résultat découlera de l’analyse par LA-ICP-MS de près de 1000 monnaies des principaux monnayages d’or de la zone (Afrique, Grèce, Italie, Monde celtique, Espagne) et de bijoux des collections patrimoniales françaises grâce à des méthodes physico-chimiques développées en Région Centre Val-de-Loire.

Continuer la lecture de Le projet AVREVS : l’or monnayé en Occident de la fin de la période hellénistique au premier siècle de notre ère

L’autre printemps 68 : « ne prenez plus les auspices, prenez le pouvoir ».

     

Fig. 1 : de Néron à Galba (printemps 68 ap. J.-C.). En haut, bronzes de Périnthe (Thrace) au portrait de Néron contremarqués au nom de Galba (en grec, ΓΑΛΒΑ) ; aureus, denier et sesterce de Rome au portrait du nouvel empereur Galba (BnF, MMA).

La fin du principat de Néron (54-68 de n.è.) a été marquée par des événements qui secouèrent l’intégralité du monde romain, depuis la révolte des provinces occidentales contre le pouvoir de l’empereur jusqu’à celle des Juifs contre la domination romaine en général. Comme en mai 1968, les mécontentements se superposèrent contre un pouvoir jugé trop autoritaire et, au profit d’une situation économique, culturelle et politique particulière, un mouvement généralisé de contestation remit en cause le modèle du pouvoir impérial, progressivement mis en place par Auguste un siècle auparavant.

Alors que le mouvement social unit en 1968 les étudiants aux ouvriers, l’Empire romain fut confronté pour la première au printemps 68 de n.è. à une révolte qui impliquait des sénateurs, des chevaliers et des légionnaires. À partir du milieu du mois de mars 68, Néron dut faire face à une révolte ouverte des provinces gauloises et espagnoles ; le conflit atteignit son apogée au mois de mai 68, avec l’affrontement d’une partie des forces des révoltés contre les légions fidèles à Néron, et se conclut, quelques jours plus tard, par la mort de l’empereur qui avait été renversé, et par la reconnaissance d’un nouveau prince, Galba. Continuer la lecture de L’autre printemps 68 : « ne prenez plus les auspices, prenez le pouvoir ».

Jeune femme faisant des mouvements de danse sur un char

Archive: Image du mois Mai 2018

Mai 2018: Jeune femme faisant des mouvements de danse sur un char

[Manufacture Jacquemart et Bénard. Lambris : scènes à l’antique. Modèle n° 1643 bis]: [papier peint]. [1803]. Estampes et photographie, LI-24 (A+, 1)-FT 4

Ce papier peint est issu de la manufacture Jacquemart et Bénard, active à Paris entre 1791 et 1809, à l’angle de la rue de Montreuil et du faubourg Saint-Antoine. Il illustre le goût pour les motifs à l’antique dans les demeures dans la période révolutionnaire puis dans le style Empire, notamment suite aux découvertes effectuées sur le site de Pompéi fouillé depuis 1704.

La frise figure un jeune homme sur un char, une coupe sur un piédestal et une jeune femme faisant des mouvements de danse sur un char tiré par un monstre marin et dont les rênes sont tenues par un putto ailé tenant un fouet. A ce lambris s’ajoutent deux autres scènes à l’antique en camaïeu.

Le 29 avril de chaque année est célébrée la Journée internationale de la danse. Le 30 mai 2018, la Bibliothèque nationale de France organise une journée d’étude, à cette occasion et autour de l’exposition Chaillot, une mémoire de la danse (1878-2018). Intitulée la danse en 2 000 films, elle sera consacrée aux archives du Grand prix international Vidéo danse, rendez-vous annuel du film de danse, déposées à la BnF.

Citer ce billet : Vanessa Desclaux, "Jeune femme faisant des mouvements de danse sur un char", in L’Antiquité à la BnF, 01/05/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/2258, [consulté le 21/08/2018].

 

Recherches, collections, ressources sur l'Antiquité à la Bibliothèque nationale de France