La BnF intègre SCO, portail dédié aux monnaies des rois Séleucides

Fondé sur les catalogues d’Arthur Houghton, Catharine Lorber et Olivier Hoover, Seleucid Coins, a Comprehensive Catalogue, dont les deux tomes ont été publiés en 2002 (de Séleucos I à Antiochos III) et en 2008 (de Séleucos IV à Antiochos XIII), le portail SCO, élaboré par l’American Numismatic Society, a pour but de rassembler les principales collections mondiales de monnaies de la dynastie hellénistique des Séleucides.

4450 exemplaires conservés au département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France figurent à présent parmi les 9 650 pièces déjà signalées.

Ce travail a été mené dans le cadre du programme ARCH (Ancient Coinage as Related Cultural Heritage), projet de recherche visant à inscrire la monnaie grecque dans le web sémantique dirigé par Frédérique Duyrat (directrice du département des Monnaies, médailles et antiques, BnF, Paris), Andrew Meadows (New College, Oxford) et Pere Pau Ripollès (Universitat de València).

Le billet de Numishare sur le sujet : « 4,450 Seleucid coins from the Bibliothèque nationale de France added to SCO« 

Atalante et ses prétendants

Cet article propose un bref panorama de la représentation des liens amoureux dans le mythe d’Atalante, de l’Antiquité jusqu’à nos jours, à partir de deux objets conservés au Département des Monnaies, médailles et antiques (MMA) de la Bibliothèque nationale de France (BnF).1

Coupe dite de « Pélée et Atalante », attribuée au Peintre de Jena, vers 390-370 av. J.-C. (détail)  (BnF, MMA, De Ridder.818 = Luynes.730)

Continuer la lecture de Atalante et ses prétendants

  1. Cet article est inspiré en grande partie des recherches effectuées pour mon Master 2 (2014), sous la direction de Violaine Sebillotte Cuchet, Université Paris 1, et publiées sous le titre de Farouche Atalante en 2016 []

Conférence 3 avril 18h30 Genre et archéologie : quand les sociétés anciennes ne sont pas tendres avec nos stéréotypes

Femme armée (avec une épée et des éperons ?) représentée sur le fond du chaudron de Gundestrup. Musée national du Danemark, Copenhague © 2017 Hermann Editeurs

3 avril à 18h30 : Conférence : « Genre et archéologie : quand les sociétés anciennes ne sont pas tendres avec nos stéréotypes » par Chloé Belard, docteure de l’EPHE-PSL, UMR 8546 AOrOc École normale supérieure.

Découvrez comment l’Histoire s’élabore au fil des fouilles, de l’étude des objets ou des textes à travers la rencontre avec ceux qui l’enrichissent chaque jour par leurs recherches. Ce nouveau rendez-vous est consacré à l’actualité de la recherche archéologique autour des femmes de pouvoir.

Continuer la lecture de Conférence 3 avril 18h30 Genre et archéologie : quand les sociétés anciennes ne sont pas tendres avec nos stéréotypes

Cléopâtre dort-elle sous les géraniums de la « Nationale » ? Autopsie d’une légende tenace

Jean Portail, « Cléopâtre dort-elle sous les géraniums de la « Nationale » ? », L’intransigeant, juillet 1926.

La momie de Cléopâtre fut longtemps conservée à la Bibliothèque nationale de France, plus précisément au département des Monnaies, médailles et antiques, dit Cabinet des médailles, autrefois Cabinet du roi. Découverte durant l’Expédition d’Égypte (1798-1801), Bonaparte passa une nuit avec les restes de la dernière souveraine lagide au pied des pyramides avant de transporter la dépouille à Paris, à la Bibliothèque Nationale. Rongée par l’humidité après un séjour prolongé dans les caves du Quadrilatère Richelieu où elle fut mise à l’abri lors du siège de Paris en 1870-1, les restes de la reine d’Égypte furent finalement enfouis dans le jardin côté rue Vivienne, près de la fontaine.

Le Quadrilatère Richelieu, 58 rue de Richelieu, 75002, Paris (© Photo IGN).

Légende, mythe, fakenews ou infox : quel que soit le statut qu’on lui confère, cette histoire mérite que l’on s’y attarde, autant pour en apprécier la saveur que pour déterminer dans quelle mesure elle renferme une part de vérité.

Continuer la lecture de Cléopâtre dort-elle sous les géraniums de la « Nationale » ? Autopsie d’une légende tenace

Les femmes dans « L’Antiquité à la BnF »

Pour la journée internationale des droits des femmes, le carnet L’Antiquité à la BnF revient sur deux années de publications où les femmes sont tour à tour depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, reines, déesses, autrices et actrices de la recherche !

Continuer la lecture de Les femmes dans « L’Antiquité à la BnF »

Conférence 20 mars 18h30 La dynastie des adoratrices du dieu à Karnak

L’adoratrice du dieu Ânkhnesnéferibrê face au dieu Amon-Rê. Chapelle dite d’Osiris Neb neheh. Karnak. © CNRS-CFEETK n°77933/A. Chéné

20 mars à 18h30 : Conférence: « La dynastie des adoratrices du dieu à Karnak » par M. Laurent Coulon, directeur d’études de l’EPHE-PSL, EA 4519, Président de la Société Française d’Égyptologie.

Découvrez comment l’Histoire s’élabore au fil des fouilles, de l’étude des objets ou des textes à travers la rencontre avec ceux qui l’enrichissent chaque jour par leurs recherches. Ce nouveau rendez-vous est consacré à l’actualité de la recherche archéologique autour des femmes de pouvoir.

Continuer la lecture de Conférence 20 mars 18h30 La dynastie des adoratrices du dieu à Karnak

En route pour Troie, en route pour Lens !

Archives image du moi de mars 2019

En route pour Troie, en route pour Lens !

Signé du potier Epigénès, attribué au Peintre d’Erétrie. Canthare : départ d’Achille et Patrocle (face A [illustrée] : Nestor, Antiloque, Patrocle et Thétis. Face B : Agamemnon, Achille, Kymothéa et Oukalégon). Athènes, vers 435-430 av. J.-C. Prov. Vulci (Italie). H. 12,8 cm ; L. 22 cm ; D. 14,5 cm. BnF, MMA, De Ridder.851 (Luynes.732).
Le prêt d’une trentaine de pièces de la collection du département des Monnaies, médailles et antiques dans le cadre de l’exposition que le Louvre-Lens s’apprête à consacrer à Homère est l’occasion de faire découvrir un chef-d’œuvre récemment restauré, opportunément orné d’une double scène de départ. Le raffinement de son décor, le prestige de ses inscriptions et sa bonne conservation ont valu à ce petit vase vraisemblablement exhumé à Vulci, les plus grands éloges dès sa publication, en 1846. C’est sur cette forme rare (un canthare de type D) que figure la seule signature que l’on connaisse au potier Epigénès.
Détail : inscription « ΕΠΙΓΗΝΕΣ ΕΠΟΕΣΕ » (Epigénès a fait)
Alors que le sage Nestor fait face à son fils Antiloque, qui le suivra à Troie, Thétis destine une libation à Patrocle, l’ami de son fils, armé de pied en cap ; au revers, sous le regard d’Agamemnon et en présence du jeune Oukalégon, le vaillant Achille à qui la nymphe Kymothéa offre une libation s’apprête lui aussi à prendre congé. Non seulement le Peintre d’Erétrie, comme il en est coutumier, use ici de l’écriture pour donner à sa composition une dignité épique, mais encore, souligne Nina Strawczynski, le baptême des personnages annonce, dès le rituel du départ, leur destin. Double du Péléide, Patrocle reçoit de la mère de son ami la libation du départ, à proximité immédiate de celui qui annoncera sa mort à Achille, Antiloque.
Démontage du canthare à l’occasion de sa restauration (2017)
La restauration fondamentale du vase accomplie par Claire Idrac en 2017 a rendu toute sa lisibilité à ce programme conçu par l’un des peintres athéniens les plus doués et les plus influents de la seconde moitié du Ve siècle av. J.-C.

Louis Detrez

 
Citer ce billet : ldetrez, "En route pour Troie, en route pour Lens !", in L’Antiquité à la BnF, 01/03/2019, https://antiquitebnf.hypotheses.org/7893, [consulté le 18/04/2019].

Bibliothèques d’Orient- Séminaire et Spectacle « De Paris à Jérusalem… » le 22 mars 2019

[Aïda : douze projets de costumes par Henry de Montaut] département Bibliothèque-musée de l’opéra, D-156
Le site Bibliothèques d’Orient rend accessible en ligne un corpus exceptionnel de près de 10 000 documents remarquables, reflétant la richesse du patrimoine documentaire d’une région à l’histoire plurimillénaire. Par le croisement des savoirs et des regards proposés par 80 spécialistes internationaux, il offre ainsi un espace d’interprétation et de recherche. Il éclaire par ses sources toute la complexité d’une zone géographique couvrant le Levant étendu à l’Irak et à l’Arabie Pétrée, de 1798 à 1945.

Cet événement s’adresse à toutes celles et à tous ceux qui s’intéressent à la Méditerranée orientale, son histoire, ses peuples, ses religions ; en particulier aux bibliothécaires, chercheurs, enseignants et étudiants. Il se déroule en 2 temps :

Continuer la lecture de Bibliothèques d’Orient- Séminaire et Spectacle « De Paris à Jérusalem… » le 22 mars 2019

Appel à chercheurs 2019-2020 de la Bibliothèque nationale de France

La BnF lance la nouvelle édition de son appel à chercheurs, afin de s’associer le concours de jeunes chercheurs, dans un esprit de découverte et de valorisation de ses collections.

Les candidats peuvent à la fois proposer spontanément des sujets de travaux ou choisir parmi ceux proposés par la BnF. L’Antiquité et la réception de l’Antiquité peuvent donc y trouver leur place, comme dans le thème soumis par la BnF « les choix des collectionneurs français : analyse du marché de l’art en France entre 1980 et 2010 ».

Continuer la lecture de Appel à chercheurs 2019-2020 de la Bibliothèque nationale de France

Conférence 13 février 18h30 Les Assyriennes au 19e s. avant notre ère : femmes d’affaires, tisseuses et épouses

Enveloppe d’une lettre envoyée par Tarisha, fille d’Ali-ahum, avec l’empreinte de son sceau-cylindre personnel. Ankara, Musée des Civilisations Anatoliennes. Photographie : Cécile Michel ©Mission Archéologique de Kültepe

13 février à 18h30 : Conférence: « Les Assyriennes au 19e s. avant notre ère : femmes d’affaires, tisseuses et épouses » par Mme. Cécile Michel, directrice de recherche au CNRS, Professeure à l’Université de Hambourg.

Découvrez comment l’Histoire s’élabore au fil des fouilles, de l’étude des objets ou des textes à travers la rencontre avec ceux qui l’enrichissent chaque jour par leurs recherches. Ce nouveau rendez-vous est consacré à l’actualité de la recherche archéologique autour des femmes de pouvoir.

Continuer la lecture de Conférence 13 février 18h30 Les Assyriennes au 19e s. avant notre ère : femmes d’affaires, tisseuses et épouses

jane Dieulafoy

Archives : image du mois de Février 2019

Portrait de Jane Dieulafoy, Société de géographie, 1884

[Jane Dieulafoy] / Eugène Pirou, Photographies sur plaque de verre de la Société de Géographie, SG PORTRAIT-1458

Jane Dieulafoy (1851-1916) est une voyageuse et photographe connue principalement pour le récit de ses séjours en Perse avec son époux l’archéologue Marcel Dieulafoy. Après un premier voyage en 1881-1882, le couple explore les ruines du palais de Darius à Suse en 1884-1886, prélevant des dizaines de monuments et d’objets qui seront exposés au Louvre dès 1888.

« Fragment d’une frise émaillée », A Suse : journal des fouilles, 1884-1885 / par Mme Jane Dieulafoy, Philosophie, histoire, sciences de l’homme, FOL-O2H-432, p. 160

Lors de ces voyages, elle privilégie la coupe courte et des habits masculins, gagnant le surnom de « chevalière moderne » dans la presse française. Ses récits de voyages sont enlevés, mêlant l’anecdote, l’attention aux détails vestimentaires des pays traversés tout autant qu’aux paysages ; en se faisant photographe, elle acquiert également de très bonnes connaissances de l’architecture ancienne et contemporaine.

Pour en savoir plus :

« Deux jours de pluie sous une tente arabe », A Suse : journal des fouilles, 1884-1885 / par Mme Jane Dieulafoy. Philosophie, histoire, sciences de l’homme, FOL-O2H-432, p. 239

Antiquités, archéologie et récit des origines dans la construction nationale italienne (XVIIIe-XIXe siècles) I.

[Fouilles d’Herculanum et Pompeï] Porte d’Herculanum. Nécropole, tombes monumentales. Ancienne ville de Pompeï, dessin de Jean-Louis Desprez, gravure de Francesco Piranesi. Eau-forte, 1789, Collection de la Bibliothèque nationale de Florence.

Cycle Italie : Antiquités, archéologie et récit des origines dans la construction nationale italienne (XVIIIe-XIXe siècles) Ière partie

L’utilisation des mythes de la Rome antique a fait l’objet de nombreuses études surtout pour la période de l’entre-deux-guerres, notamment lorsque le parti fasciste chercha à conforter son pouvoir dictatorial et à justifier ses entreprises coloniales. En revanche, la valorisation des origines pré-romaines de la péninsule qui a largement émaillé la construction nationale italienne depuis  le milieu du XVIIIe siècle jusqu’à la prise de Rome, en 1870, est un sujet beaucoup moins étudié par les historiens et pratiquement méconnu du grand public.

Cet article propose quelques pistes de recherche sur cette problématique, largement pluridisciplinaire, qui en quelques décennies connaît des élaborations différentes reflétant les profonds changements politiques de la péninsule dans ses tentatives d’unité nationale. L’article se veut également un excursus dans les collections de la BnF, très riches dans ces domaines.

Continuer la lecture de Antiquités, archéologie et récit des origines dans la construction nationale italienne (XVIIIe-XIXe siècles) I.

Conférence 23 janvier 18h30 Agrippine, mère de Néron : une femme à la tête de l’empire romain

Camée, Bustes d’Agrippine l’Aînée en Cérès et Agrippine la Jeune en Aphrodite ou Héra, BnF-département des Monnaies, médailles et antiques, camée.122

23 janvier à 18h30 : Conférence: « Agrippine, mère de Néron : une femme à la tête de l’empire romain » par Mme. Virginie Girod, docteure de l’Université Paris-Sorbonne (Histoire romaine).

Découvrez comment l’Histoire s’élabore au fil des fouilles, de l’étude des objets ou des textes à travers la rencontre avec ceux qui l’enrichissent chaque jour par leurs recherches. Ce nouveau rendez-vous est consacré à l’actualité de la recherche archéologique autour des femmes de pouvoir.

Continuer la lecture de Conférence 23 janvier 18h30 Agrippine, mère de Néron : une femme à la tête de l’empire romain

Recherches, collections, ressources sur l'Antiquité à la Bibliothèque nationale de France