Les Archives d’Antiquistes et d’Orientalistes à la BnF

La bibliothèque nationale de France conserve de nombreux papiers d’érudits, savants, collectionneurs… disséminés dans différents fonds et départements. Ce billet propose un premier tour d’horizon d’un référencement en cours dans les collections. Il se veut le premier d’une série publiée dans ce carnet, qui sera l’occasion de présenter de manière plus détaillée des fonds particuliers.

Ce travail doit permettre à terme un enrichissement des instruments de recherche publiés dans les catalogues de la BnF et une mise en relation avec d’autres fonds d’archives.

Continuer la lecture de Les Archives d’Antiquistes et d’Orientalistes à la BnF

L’Agenda de l’Antiquité 2020-2021

Pour cette rentrée 2020-2021, nous vous proposons des ressources en ligne ainsi qu’une sélection de conférences et d’expositions. Enfin, des bibliographies pour préparer les concours de l’enseignement sont également rassemblées en fin de ce billet.

Conférences et documentaires disponibles en ligne

  • Présentations de collections de la BnF en 2020
  • Cours du Collège de France en vidéo
  • Conférences de l’IFAO en ligne

Publications mises en ligne en 2020

Continuer la lecture de L’Agenda de l’Antiquité 2020-2021

Parution de Trésors monétaires XXIX : Le trésor monétaire romain de Saint-Germain-lès-Arpajon, un dépôt géant du IIIe siècle après J.-C.

Plus d’une décennie après sa découverte en 2008, le trésor de Saint-Germain-lès-Arpajon (Essonne) fait l’objet d’une publication exhaustive dans le 29e volume de la série Trésors monétaires, éditée par la BnF. Ce dépôt monétaire de taille hors norme se compose de 33 858 monnaies romaines en alliage cuivreux qui représentent une masse totale avoisinant les 100 kg. C’est la première fois en France qu’un trésor d’une telle ampleur est intégralement publié1. Plusieurs dépôts du même type, plus imposants encore, ont été publiés en Angleterre dans les années 1980 (trésors de Cunetio et de Normanby). Ces études restent des références pour ce qui est du classement des émissions monétaires du IIIe siècle de notre ère. Mais, plusieurs décennies plus tard, l’approche archéologique des dépôts monétaires a évolué. L’étude du trésor de Saint-Germain-lès-Arpajon en rend compte puisqu’elle comprend, outre l’habituelle étude numismatique, un volet archéologique développé.

Cette publication est l’aboutissement d’un travail pluridisciplinaire au long cours qui a associé numismates et archéologues et qui a été conjointement coordonné par le département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF et le Service régional de l’archéologie d’Île-de-France. L’ensemble de l’équipe2 est restée mobilisée sur ce projet tout de long de l’aventure. Ceci mérite d’être souligné car l’étude d’un trésor monétaire d’une telle ampleur requiert de la persévérance.

Continuer la lecture de Parution de Trésors monétaires XXIX : Le trésor monétaire romain de Saint-Germain-lès-Arpajon, un dépôt géant du IIIe siècle après J.-C.

  1. Certains trésors français volumineux ont toutefois été publiés de manière exemplaire. On citera notamment les publications consacrées aux trésors d’Éauze (D. Schaad (dir.), Le trésor d’Éauze. Bijoux et monnaies du IIIe siècle après J.-C., Toulouse, 1992) ou de Luxeuil (D. Gricourt, La Chapelle-lès-Luxeuil (Haute-Saône), 15 518 nummi constantiniens, Trésors monétaires XVIII, Paris, 2000). []
  2. Ont participé à l’étude : Vincent Drost (BnF), Bruno Foucray (CNRS), Dominique Hollard (BnF), Florence Moret-Auger (Inrap), Francine N’Diaye (BnF), Fabien Pilon (CNRS), Christian Piozzoli (SRA IdF), Véronique Pissot (Inrap) et Ludovic Trommenschlager (EPHE/Université de Lille). []

tablettes, écoliers et Antiquité aux Journées Européennes 2020 @laBnF

Les 19 et 20 septembre 2020, grâce au thème « Patrimoine et éducation : apprendre pour la vie ! », les Journées européennes du patrimoine illustrent tout le potentiel que recèle le patrimoine en tant qu’outil d’apprentissage et source d’inspiration pour l’avenir.

Sur le site Richelieu

Au 58 rue de Richelieu (75002), visitez la zone rénovée du berceau historique de la Bibliothèque et découvrez la richesse de ses collections.

Dans le bureau de la direction générale seront présentés sous vitrine des documents antiques issus des collections du département des Monnaies, médailles et antiques.

Aux côtés d’une figurine de terre cuite de  Cyrénaïque (Libye actuelle) du IIe siècle av. J.-C. (?) représentant un pédagogue entouré de cinq enfants (Oppermann.tc.80, 81 et 82) et d’un élément de coupe grecque à figures rouges montrant un scribe écrivant (De Ridder.525.6), venez voir:

Les « Tables iliaques »

Tabula Veronensis II en marbre. Rome, 1er siècle. BnF, Monnaies, médailles, antiques, inv.57.61B

Continuer la lecture de tablettes, écoliers et Antiquité aux Journées Européennes 2020 @laBnF

Des codices coptes du 4è siècle d’Akhmim

Archive: image du mois de septembre 2020

septembre 2020: Des codices coptes du 4è siècle d’Akhmim

Passage de l’Apocalypse de Sophonie en copte (U. Bouriant, Les papyrus d’Akhmim, MMAF 1, Paris 1889, texte E, p. 270, l. 34 sqq.), BnF, département des Manuscrits, Copte 135, f. 23r

La Bibliothèque nationale de France conserve quelques exemples de codices (livres) parmi les plus anciens1. Sous la cote Copte 135, sont conservés les deux codices coptes les plus anciens identifiés à ce jour dans les collections de la BnF. Ils sont actuellement datés du 4è siècle2.

Continuer la lecture de Des codices coptes du 4è siècle d’Akhmim

  1. voir l’image du mois consacrée au Supplément Grec 1120, le plus ancien codex conservé avec sa reliure. []
  2. J. Gascou, « Les codices documentaires égyptiens », Les débuts du codex, Bibliologia 9, Turnhout, 1989, p. 82. []

Une escale du Cabinet des médailles à Marseille. Partie 2/2: gants, socles et vitrines

Déballage, constats d’état, soclage, disposition et sécurisation… la première quinzaine du mois de juillet a été marquée au musée d’Histoire de Marseille par l’installation de l’exposition « Terre ! ». La scénographie tout en sobriété et en élégance conçue par Pascale Linderme (l’Agence privée) et fabriquée avec soin par l’entreprise Culbuto, qui transforme la salle d’exposition et colonise le hall du musée, est fin prête : il n’y manque que les vases… Continuer la lecture de Une escale du Cabinet des médailles à Marseille. Partie 2/2: gants, socles et vitrines

Les trésors de monnaies grecques de la BnF intègrent le portail Coin Hoards

3034 monnaies grecques de la BnF provenant de 96 trésors référencés dans l’Inventory of Greek Coin Hoards (IGCH) intègrent le portail Coin Hoards (CH), élaboré par l’American Numismatic Society.

Coin Hoards (CH)

Les cabinets numismatiques – au rang desquels figure le département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF – sont depuis longtemps le lieu privilégié des études consacrées aux monnaies anciennes. Les collections qui y sont conservées ont pour vocation de rassembler la variété des monnayages émis depuis l’Antiquité jusqu’aux périodes les plus modernes. Malgré tout une part conséquente des fonds provient plus ou moins directement de trouvailles archéologiques anciennes, fortuites ou non.

Citons à la volée le trésor d’Athènes 1788 (IGCH 2), représenté à la BnF par 26 didrachmes dit wappenmünzen, le premier monnayage d’Athènes avant l’apparition des fameuses chouettes à la fin du VIe siècle av. J.-C ; ou encore le trésor de Lattakié 1759 (IGCH 1544), le tout premier dépôt monétaire ayant fait l’objet d’une publication scientifique, dès 1765. Enfin, il paraît impossible de ne pas évoquer le trésor d’Auriol 1867 (IGCH 2352), dont presque un quart des 2130 fractions d’argent archaïques de Massalia sont conservées à la BnF : un trésor dont la découverte constitue l’acte de naissance de l’étude des monnayages grecs du sud de la Gaule.

La numérisation de parts croissantes des collections de même que le développement d’outils et de référentiels communs à la discipline (Nomisma) offrent l’opportunité de rassembler à présent des objets qui peuvent être conservés en différents endroits pour recomposer en ligne des trésors monétaires dispersés il y a longtemps. C’est ce que permet à présent le portail Coin Hoards (CH), projection numérique de l’IGCH, publié en 1973.

Continuer la lecture de Les trésors de monnaies grecques de la BnF intègrent le portail Coin Hoards

Deux lingots d’or romains découverts à Crasna (Roumanie) en 1887

En amont de la frappe monétaire il existe une série d’étapes, tant techniques qu’administratives, sans lesquelles les espèces ne pourraient pas être produites. L’un de ces moments est l’affinage du métal, pour mettre ce dernier en conformité avec les normes exigées par l’autorité émettrice. Ce sont des témoins, fort rares, de cette phase pourtant essentielle antérieure à la production des monnaies que nous souhaitons évoquer ici, en l’occurrence des lingots estampés en or raffiné, qui constitue la matière première tant pour la fabrication monétaire que pour l’orfèvrerie officielle. Ceux-ci constituent un type de documentation exceptionnel, d’une haute valeur informative.

Découvert en 1887 à Crasna, en Transylvanie, les deux lingots conservés à la BnF appartiennent à un ensemble de barres d’or (vingt-trois morceaux issus de quinze lingots brisés et quatre intacts1) d’une masse totale d’environ 6,5 kg d’or (soit 20 livres romaines). Ces objets sont liés à l’atelier impérial balkanique de Sirmium (aujourd’hui Stremska Mitrovica en Serbie), très probablement datés des années 379-380 apr. J.-C., selon les indications qu’ils comportent.

Lingot découvert à Crasna en 1887. Or estampé, 472 g, 19,3 cm. BnF, MMA, Inv. 56.343 = reg. L.3451 (Achat à Félix Feuardent en 1893). Face lisse.

Continuer la lecture de Deux lingots d’or romains découverts à Crasna (Roumanie) en 1887

  1. D’autres lingots similaires ont été également trouvés dans la même région, voir : F. Baratte, « Lingots d’or et d’argent en rapport avec l’atelier de Sirmium » dans Sirmium VIII. Etudes de numismatique danubienne. Trésors, lingots, imitations, monnaies de fouilles. IVe au XIIe siècle, 1978, p. 105 et suivantes. []

Le plus ancien codex conservé avec sa reliure

Archive: image du mois d’août 2020

août 2020: Le plus ancien codex conservé avec sa reliure

Reliure du codex contenant les traités de Philon, département des Manuscrits, Supplément grec 1120, source: images.bnf.fr

Le Supplément Grec 1120 conservé au département des Manuscrits est le plus ancien livre, ou « codex »1, avec reliure connu. Les datations proposées oscillent du IIIe au Ve siècle2.

Le manuscrit contient 44 feuillets, composés en quatre cahiers de 10, 10, 12 et 12 feuillets sur papyrus. Les pages ont été montées sous un cadre en verre à la Bibliothèque pour en permettre la conservation et la manipulation, seul le dernier feuillet pris dans la reliure a été laissé en place. Le texte est inscrit sur deux colonnes avec 34 à 38 lignes par colonne.

Page et reliure en cuir avec languette et cordon du Supplément Grec 1120, photographies de la publication par Vincent Scheil en 1892

La reliure en portefeuille est formée d’une couverture en cuir avec une languette et un cordon pour la fermeture. Son acheteur et premier éditeur Vincent Scheil décrit aussi la présence d’une couture de cahiers réalisée à base d’une fibre végétale3.

Le livre consiste en la copie, parmi les plus anciennes conservées, de deux traités écrits en grec par l’exégète de la Bible, le philosophe juif hellénisé, Philon d’Alexandrie. Il s’agit de commentaires de passages de la Genèse, connus et publiés couramment sous les titres latins de Quis Rerum divinares Heres sit [L’héritier des biens divins. Sur Genèse XV, 1-18] et De Sacrificiis Abelis et Canis [Les sacrifices d’Abel et de Caïn. Sur Genèse IV, 2-4].

Supplément Grec 1120, f. 87, second traité de Philon (cliché de l’autrice)

Le choix de Philon de commenter la version grecque de la Bible (Septante) plutôt qu’une Bible en hébreu est souvent avancé pour expliquer l’influence de Philon sur les Pères de l’Église et la large diffusion de ses textes en milieu chrétien, comme ici.

La reliure était étoffée par un bourrage de papyri remployés d’un évangéliaire en grec. Les morceaux étudiés ont permis d’identifier plusieurs passages de l’Évangile de Luc et de l’Évangile de Matthieu, datés de la fin du IIe-IIIe siècles4. Ce dernier serait le plus ancien fragment de l’Évangile de Matthieu et de codex avec texte en deux colonnes connus5.

Ce manuscrit fut mis au jour en 1889 à Coptos (Haute-Égypte), siège d’un évêché6. Il a été retrouvé muré dans une niche. Il fut acquis par Vincent Scheil à Louqsor en 1891 qui en fit don à la Bibliothèque7.

Le site, toujours fouillé à l’heure actuelle, vient de donner lieu à la publication d’une base de données en ligne des objets en provenant et actuellement dispersés dans les collections à travers le monde.

Supplément Grec 1120, f. 3, détail du bas de page (cliché de l’autrice)

Pour aller plus loin

Citer ce billet : Vanessa Desclaux, "Le plus ancien codex conservé avec sa reliure", in L’Antiquité à la BnF, 01/08/2020, https://antiquitebnf.hypotheses.org/11614, [consulté le 23/10/2020].
  1. « ce terme désigne la forme du livre occidental depuis l’Antiquité, composé de cahiers reliés les uns aux autres. Le format du codex apparaît en 85 de notre ère, le mot lui-même au IIIe siècle. Le mot « livre » apparaît à la fin du XIe siècle », source: classes.bnf.fr. []
  2. J. Van Haelst, Catalogue des papyrus littéraires juifs et chrétiens, 1976, n° 635. []
  3. V. Scheil, Deux traités de Philon Traités réédités, MMAF 9/2, Le Caire, 1892, p. iii. []
  4. voir J. Van Haelst, op. cit., n° 336 et 403, K. Aland, « Neue Neutestamentliche Papyri II », New Testament Studies 12, 1966, p. 193-210 en ligne, le site The New Testament Virtual Manuscript Room et T. Wasserman, « A Comparative Textual Analysis of 𝔓4 and 𝔓64+67 », TC: A Journal of Biblical Textual Criticism 15, 2010, p. 1-26  en ligne []
  5. K. Aland, « Neue Neutestamentliche Papyri II », New Testament Studies 12, 1966, p. 193-194 en ligne []
  6. Pour une histoire du site, L. Pantalacci, « Coptos, porte du désert Oriental », In : Le désert oriental d’Égypte durant la période gréco-romaine : bilans archéologiques, Paris : Collège de France, 2018 en ligne. []
  7. V. Scheil, « Archéologie », Revue biblique 1/1, 1892, p. 113-117 en ligne. []

Les monnaies de Démétrios Poliorcète intègrent le portail AGCO

Les 126 monnaies d’or, d’argent et de bronze du diadoque Démétrios Poliorcète (337-283 av. J.-C.)  conservées à la BnF sont à présent accessibles sur le portail Antigonid Coins Online (AGCO).

Fondé sur le catalogue de E.T. Newell, The Coinages of Demetrius Poliorcetes (1927), la première section du portail AGCO, élaboré par l’American Numismatic Society, a pour but à terme de rassembler les principales collections de monnaies hellénistiques des rois Antigonides de Macédoine, depuis Démétrios Poliorcète jusqu’au règne de Persée, le dernier souverain de la dynastie, vaincu par les Romains en 168 av. J.-C.

Antigonid Coins Online (AGCO)

Continuer la lecture de Les monnaies de Démétrios Poliorcète intègrent le portail AGCO

Une escale du Cabinet des médailles à Marseille. Partie 1 : de l’atelier à l’écrin

Le 15 juillet, notre exposition « Terre ! Escales mythiques en Méditerranée » ouvrira ses portes au musée d’Histoire de Marseille. Depuis la levée du confinement, l’on s’active pour en assurer le succès, à la Bibliothèque nationale de France (sites François Mitterrand et Richelieu) comme au Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF). Dans ce billet nous vous présentons quels soins ont reçu ces dernières semaines les 91 œuvres des collections de la BnF à être du voyage !

Sommaire

  • La restauration des œuvres

– Au centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF)

– Au sein de la BnF

  • Avant l’escale, le voyage : la mise en caisse des œuvres

Continuer la lecture de Une escale du Cabinet des médailles à Marseille. Partie 1 : de l’atelier à l’écrin

Monter une monnaie antique en bijou : les bons conseils de Gaston Maspero

Juillet 2020 : Monter une monnaie antique en bijou : les bons conseils de Gaston Maspero

Trichryson lagide de Ptolémée I Sôter (Chypre, vers 294-282 av. J.-C.) monté en bijou avec chaînette et cinq perles (BnF, MMA, Inv.56.320=Fonds général 22).

Monter des monnaies en bijou est une pratique ancienne. Plusieurs cas sont avérés dès l’Antiquité, particulièrement à l’époque romaine. Il n’est pas rare aujourd’hui encore de voir des monnaies antiques montées en bague ou en collier. Les monnaies grecques notamment sont attractives pour les amateurs d’art classique qui valorisent ainsi  la nature archéologique et historique de ces petits monuments en même temps que leur qualité esthétique.

Continuer la lecture de Monter une monnaie antique en bijou : les bons conseils de Gaston Maspero

Journées européennes de l’archéologie 19-21 juin 2020

Les 19-21 juin se sont tenues les Journées européennes de l’archéologie en version numérique via la plateforme Archeorama, dans le contexte particulier du confinement #CultureChezNous.

Reconstitutions en 3D, reportages, visites virtuelles ou événements, toutes les activités numériques vous sont proposées pour vous faire découvrir l’archéologie1

Le site permet ainsi encore aujourd’hui un tour d’horizon de ressources disponibles en ligne pour les partenaires de cette édition, les ressources pouvant émarger à plusieurs catégories:

  • offre numérique – application mobile (3 résultats)
  • offre numérique – collection numérique (44 résultats)
  • offre numérique – jeux (48 résultats)
  • offre numérique – live (15 résultats)
  • offre numérique – ressource à télécharger (21 résultats)
  • offre numérique – vidéo et podcast en ligne (190 résultats)
  • offre numérique – visite virtuelle (81 résultats)
  • offre numérique – autre (51 résultats)

Pour l’occasion, le compte Twitter de Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF et de ses partenaires, @GallicaBnF, avait concocté une sélection #Archeorama #JEA2020 en 18 tweets parmi les ressources numériques de la BnF. Retour sur ces journées enrichies de tous les liens:

Continuer la lecture de Journées européennes de l’archéologie 19-21 juin 2020

  1. extrait du site https://journees-archeologie.fr/. []

Recherches, collections, ressources sur l'Antiquité à la Bibliothèque nationale de France

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search