Le denier impossible

Le droit romain punit sévèrement la falsification des monnaies officielles : au plus tard à partir des années 80 av. n. è., la contrefaçon d’espèces d’or ou d’argent portant la marque de la cité se voit punie de peines allant de la déportation à la mort. Pourtant les monnaies d’argent de la République romaine sont massivement contrefaites et certains marchés urbains, en Italie comme en Espagne, ont tôt fait d’être inondés d’espèces frauduleuses1.

Les solutions mises en œuvre pour produire ces monnaies sont variées et témoignent de l’inventivité des faussaires, confrontés à des contraintes toujours renouvelées ; mais le procédé le plus communément employé consiste à appliquer par soudure une fine pellicule d’argent sur une rondelle de cuivre. Ces objets sont ensuite frappés à l’aide de coins (matrices) dont la gravure reproduit les types d’émissions officielles : on obtient ainsi des monnaies plaquées, de plus ou moins grande qualité.

En dépit du caractère sélectif des stratégies d’acquisition qui ont présidé au fil du temps à la formation des collections de la Bibliothèque nationale de France, les monnaies plaquées aux types de deniers romains républicains sont légion dans ses médailliers. Et c’est tant mieux ! Le phénomène de la fausse monnaie revêt une envergure massive à partir de la fin du IIe siècle av. n. è. et soulève de nombreuses questions qui intéressent plus largement l’histoire économique du bassin méditerranéen occidental. Or notre compréhension des techniques de production, des modes de diffusion et des usages de ces espèces irrégulières est encore balbutiante. Voici l’une de ces monnaies, qui avait retenu mon attention lorsque je consultais les plateaux de monnaies romaines républicaines de la BnF2.

Un intrus dans les plateaux

Denier plaqué, seconde moitié du Ier s. av. n. è. (?). Cuivre recouvert d’une pellicule d’argent, 3,51 g, 18 mm, 11 h. BnF, MMA, Ancien fonds 2287.

Il s’agit d’un denier de 18 mm de diamètre, un peu plus léger que la moyenne des deniers de l’époque, catalogué sous la cote « Ancien fonds 2287 ». J’observe, sur chaque face, une tête masculine nue tournée à droite, accompagnée de la légende RVFVS·COS / Q·POM·RVFI, l’ensemble étant compris dans un grènetis. Il saute aux yeux que c’est une monnaie plaquée : l’âme cuivreuse oxydée est en effet nettement visible sur l’une des faces, la pellicule d’argent s’étant détériorée. Je manipule la monnaie entre le pouce et l’index, scrutant une effigie, puis l’autre ; je tique ; je doute, j’observe mieux ; je balaye l’idée qui germe dans mon esprit : ce n’est pas possible. Je décide de passer à autre chose. De retour à mon bureau, je jette tout de même un œil aux photographies… puis je me résous enfin à admettre l’impossible. Les deux faces de cette monnaie ne présentent pas seulement des types et légendes identiques : elles semblent avoir été produites avec un seul et même coin, puisque leurs gravures sont identiques et se superposent parfaitement.

Mécaniquement, c’est bel et bien impossible : un seul et même coin ne permet pas de produire une monnaie portant la même empreinte sur chacune de ses faces, que ce soit en une ou en plusieurs opérations de frappe. Il ne suffit pas par exemple de retourner la monnaie pour la frapper d’un côté, puis de l’autre : la face frappée précédemment, retournée puis placée au contact de l’enclume, verrait son relief s’effacer sous l’effet de la pression lors du second coup de masse. Deux coins sont donc nécessaires ; or chaque coin est en principe gravé à la main, donc unique. Il y a pourtant une explication.

Histoires de famille

L’émission officielle contrefaite (RRC 434/1), d’assez faible envergure3, a été produite à Rome vers 55-54 av. n. è. sous l’autorité du magistrat monétaire Quintus Pompeius Rufus, dont le nom abrégé au génitif figure sur l’une des faces de ses deniers (Q·POM·RVFI). Depuis trois générations déjà, les triumvirs monétaires, investis par la cité de la supervision des opérations de production monétaire, se voient offrir la possibilité de choisir les types des monnaies civiques. Beaucoup profitent de cette occasion pour célébrer le prestige de leur lignage et Rufus souhaite ainsi rendre hommage à ses deux grands-pères, qui exercèrent conjointement le consulat en 88 av. n. è. : leurs effigies, peut-être réalisées d’après leurs imagines (masques mortuaires), ornent ainsi le droit et le revers de ses deniers. Les légendes permettent de les identifier : l’un n’est autre que le dictateur Sylla (SVLLA·COS) ; l’autre (Q·POM·RVFI), auquel son petit-fils doit son nom, fut moins chanceux puisqu’il fut assassiné par ses soldats lors d’une mutinerie avant le terme de son consulat.

Cet usage du double portrait, qui est alors le produit d’une vogue nouvelle à Rome pour les effigies monétaires, perturbe la distinction canonique entre types de droit et de revers. L’enquête progresse : le fait que le denier plaqué reproduise sur ses deux faces le portrait d’un seul des deux consuls, Quintus Pompeius Rufus, pourrait-il résulter de la négligence de l’artisan, qui n’aurait pas su distinguer ce type de celui à l’effigie de Sylla ou en déchiffrer les légendes ? C’est possible, mais cela n’expliquerait pas pour autant la liaison de coins entre les deux faces de cette monnaie.

Monnaies officielles, monnaies plaquées

Ajoutons donc une pièce au puzzle : cette liaison de coins s’observe aussi avec des monnaies officielles, dont la BnF conserve d’ailleurs un exemplaire (Ailly 14147). Le coin officiel présente un défaut au niveau de la lèvre supérieure du portrait, que l’on observe aussi sur les deux faces du denier plaqué.

Denier de Q. Pompeius Rufus, Rome, v. 55-54 av. n. è. Argent, 4,03 g, 18 mm, 4 h, RRC 434/1. BnF, MMA, Ailly 14147.

Il arrive assez fréquemment que des deniers plaqués présentent des liaisons de coins avec des monnaies officielles de la République romaine : certains spécialistes en ont déduit qu’ils étaient eux aussi fabriqués au sein de l’atelier monétaire de la cité romaine, sur le Capitole, soit que les autorités civiques aient délibérément couvert la mise en circulation d’espèces plaquées afin de limiter le coût des activités de production monétaire4, soit que les ouvriers de cet atelier, adeptes de la « perruque », auraient détourné à leur propre usage les outils mis à leur disposition pour produire de la fausse monnaie. Cette hypothèse ne fait pourtant pas consensus : à partir du IIe siècle av. n. è., Rome possède un atelier monétaire pérenne aux fortes capacités d’approvisionnement et de production, et on ne ressent probablement pas le besoin ou l’intérêt d’introduire des exemplaires plaqués dans le monnayage civique. Du reste, puisque la loi considère ces espèces comme irrecevables, il est peu vraisemblable qu’une telle activité puisse se dérouler à grande échelle au sein de l’atelier officiel, pendant des décennies, sans que l’affaire soit portée devant les tribunaux, par exemple par un individu désireux d’incriminer un ennemi politique exerçant la charge de triumvir monétaire.

Sur la piste des coins de transfert

Le denier plaqué de la BnF achève d’infirmer cette hypothèse : puisqu’il n’a pu être produit que par deux coins présentant des empreintes similaires à celle d’un coin officiel, gravé à la main par un artisan mandaté par la cité, cela signifie que les faussaires responsables de sa frappe ont nécessairement fait usage de « coins de transfert », dont les empreintes ont été obtenues par moulage à partir d’une monnaie officielle5. La documentation archéologique fournit aujourd’hui différents témoignages du recours à ce procédé au Ier siècle av. n. è., d’un bout à l’autre du monde romain et de l’Europe celtique. Le coin monétaire en bronze mis au jour il y a quelques années sur l’oppidum de Sermuz (Vaud, Suisse), qui daterait des décennies centrales du Ier siècle av. n. è., a par exemple été obtenu à partir du type de revers d’un denier officiel de Caius Naevius Balbus (RRC 382/1b), dont la gravure a été retouchée au niveau de la légende, du grènetis et du bord. Il y a quelques décennies déjà, à Tilişca (Sibiu, Roumanie), avaient été découverts quatorze coins monétaires en bronze aux types de monnaies républicaines, associés à trois manches en fer, présentant des liaisons de coins avec des monnaies officielles6. On pourrait multiplier les exemples.

Outils de production monétaire du Ier siècle av. n. è. mis au jour à Tilişca (Roumanie). Source : Lupu 1967, pl. 5 en ligne7.

Si elle n’est pas particulièrement complexe en soi, la succession d’opérations métallurgiques nécessaire à la fabrication de coins de transfert consomme davantage de temps et de ressources que la gravure d’un nouveau coin par un artisan qualifié, raison pour laquelle les ateliers officiels ne semblent pas avoir recours à ce procédé. Résumons les choses ainsi : du point de vue des gestes et des techniques, graver des coins est l’affaire de joailliers, fondre des flans et frapper monnaie est celle de métallurgistes. Lorsqu’un ou des bronzier(s) envisage(nt) de contrefaire des monnaies romaines mais ne dispose(nt) pas du savoir-faire nécessaire à la réalisation de coins d’une qualité comparable à celle des matrices officielles, la meilleure option est alors la fabrication de coins de transfert. Selon Clive Stannard, il s’agit d’imprimer le relief d’une monnaie originale dans de l’argile, de manière à obtenir un moule après cuisson. On y coule alors du bronze pour produire un patron (hub), dont le relief est ensuite martelé dans un coin vierge chauffé présentant de fortes teneurs en étain.

Par rapport au denier officiel Ailly 14147, l’exemplaire plaqué présente des types plus empattés, des lettres plus épaisses et, sur l’une et l’autre face, le relief de la chevelure n’est pas bien imprimé. Il semble donc bien que les deux coins employés pour la frappe aient été obtenus à partir du même hub, lui-même réalisé en moulant une monnaie officielle. Des finitions ont ensuite été nécessaires au niveau des bords des coins de transfert : une des faces présente par exemple une retouche du grènetis à la base du cou, qui n’apparaît pas sur l’autre face.

Détail : retouche du grènetis sur une face de l’exemplaire Ancien fonds 2287.

Dans cette perspective, il n’est d’ailleurs pas certain que l’emploi d’un même type sur les deux faces du denier plaqué soit un accident. Il suffit par exemple que le faussaire ait jugé l’autre face du denier contrefait inapte au moulage, en raison d’un type décentré, et estimé plus prudent de produire deux coins à partir de la même face : à première vue, les monnaies ainsi produites n’en auraient pas moins été suffisamment proches des originales au double portrait pour pénétrer dans la circulation.

Un faussaire antique parmi tant d’autres

Si l’on peut ainsi reconstituer le modus operandi du faussaire, l’enquête ne tarde pas à piétiner : qui était-il ? Où opérait-il ? Dans l’état actuel des données disponibles, il est difficile de répondre à ces questions. La forte dispersion des trouvailles de monnaies romaines républicaines plaquées et d’outils non-officiels de fabrication monétaire, de l’Italie à la vallée du Rhône ou aux Balkans orientaux, ne permet guère d’y voir plus clair. Une autre monnaie, parue en vente en 2015, présente une liaison de coins entre ses deux faces : il s’agit d’un exemplaire en bronze reproduisant au droit comme au revers le portrait de Lépide qui orne les deniers RRC 495/1-2, frappés dans le nord de l’Italie vers la fin de l’année 43 av. n. è.8. Cela fournit au moins quelques éléments de contexte : les années des guerres civiles sont marquées par une accélération de la diffusion du monnayage de la République romaine dans le nord de l’Italie et au sein des territoires provinciaux. La demande croissante en espèces romaines, favorisée par les circulations militaires, semble en retour encourager la production d’espèces irrégulières, comme en témoignent par exemple les faciès monétaires de certains sites d’habitat suisses comme Genève, Lausanne-Vidy ou Sermuz. Les périodes de crise engagent, plus que d’autres, la capacité d’initiative des individus, récompensent leur audace : peut-être est-ce ainsi qu’il faut comprendre la frappe de ce denier impossible.

Charles Parisot-Sillon

Citer ce billet : chparisotsillon, "Le denier impossible", in L’Antiquité à la BnF, 23/11/2020, https://antiquitebnf.hypotheses.org/12063, [consulté le 24/11/2020].
  1. Concernant l’Espagne, voir par exemple Marta Campo, « Producció i circulació de moneda falsa a la península Ibérica (s. IV. a.C.-I d.C.) », dans id. (coord.), Falsificació i manipulació de la moneda. XIV Curs d’història monetària d’Hispània, Barcelone, 2010, p. 23-39. []
  2. Pour la publication initiale et des références bibliographiques plus complètes, voir Charles Parisot-Sillon, « Modes de production des fausses monnaies romaines à l’époque républicaine. À propos des coins d’un denier fourré à la légende RVFVS·COS / Q·POM·RVFI », BSFN, 69/10, 2014, p. 304-308. []
  3. Voir les données rassemblées par Richard Schaefer et numérisées dans le cadre du projet RRDP. On a ainsi répertorié pour cette émission 22 coins à l’effigie de Pompeius Rufus, 29 à celle de Sylla. []
  4. Patrizia Serafin, « Nota sull’argento suberato della Repubblica romana », AIIN, 15, 1968, p. 9-28. Avec des hypothèses de travail distinctes mais des conclusions approchantes, voir en dernier lieu Pierluigi Debernardi, « Plated coins, false coins ? », RN, 166, 2010, p. 337-381. []
  5. En dernier lieu, Clive Stannard, « Evaluating the monetary supply: were dies reproduced mechanically in Antiquity? », dans F. de Callataÿ (éd.), Quantifying Monetary Supplies in Greco-Roman Times, Bari, 2011, p. 59-79. []
  6. Nicolae Lupu, « Aspekte des Münzumlaufs im vorrömischen Dakien », JNG, 17, 1967, p. 101‑121. []
  7. Voir Nicolae Lupu, « Aspekte des Münzumlaufs im vorrömischen Dakien », JNG, 17, 1967, p. 101‑121. []
  8. Bernard Woytek, Arma et Nummi. Forschungen zur römischen Finanzgeschichte und Münzprägung der Jahre 49 bis 42 v. Chr., Vienne, 2003, p. 485-487, 556. []

Les Archives d’Antiquistes et d’Orientalistes à la BnF

La bibliothèque nationale de France conserve de nombreux papiers d’érudits, savants, collectionneurs… disséminés dans différents fonds et départements. Ce billet propose un premier tour d’horizon d’un référencement en cours dans les collections. Il se veut le premier d’une série publiée dans ce carnet, qui sera l’occasion de présenter de manière plus détaillée des fonds particuliers.

Ce travail doit permettre à terme un enrichissement des instruments de recherche publiés dans les catalogues de la BnF et une mise en relation avec d’autres fonds d’archives.

Continuer la lecture de Les Archives d’Antiquistes et d’Orientalistes à la BnF

Le décadrachme d’Athènes de la BnF : un premier de cordée

Archive: image du mois d’octobre 2020

octobre 2020: Le décadrachme d’Athènes de la BnF : un premier de cordée

Décadrachme d’Athènes (Attique), vers 460 av. J.-C., argent, 43,01 g. BnF, MMA, Luynes n° 2037. Droit : tête d’Athéna casquée et couronnée de lauriers à droite. Revers : AΘE, chouette aux ailes éployées de face.

Principalement connu pour ses tétradrachmes, les fameuses « chouettes »1, le monnayage de la cité d’Athènes comprend également de lourdes et spectaculaires monnaies d’argent appelées décadrachmes, c’est-à-dire valant 10 drachmes et pesant plus de 43 g.

Continuer la lecture de Le décadrachme d’Athènes de la BnF : un premier de cordée

  1. Monnaies de 4 drachmes qui pèsent environ 17,20 g, la chouette au revers est de profil. Voir par exemple BnF, MMA, Armand Valton.354. []

L’Agenda de l’Antiquité 2020-2021

Pour cette rentrée 2020-2021, nous vous proposons des ressources en ligne ainsi qu’une sélection de conférences et d’expositions. Enfin, des bibliographies pour préparer les concours de l’enseignement sont également rassemblées en fin de ce billet.

Conférences et documentaires disponibles en ligne

  • Présentations de collections de la BnF en 2020
  • Cours du Collège de France en vidéo
  • Conférences de l’IFAO en ligne

Publications mises en ligne en 2020

Continuer la lecture de L’Agenda de l’Antiquité 2020-2021

Parution de Trésors monétaires XXIX : Le trésor monétaire romain de Saint-Germain-lès-Arpajon, un dépôt géant du IIIe siècle après J.-C.

Plus d’une décennie après sa découverte en 2008, le trésor de Saint-Germain-lès-Arpajon (Essonne) fait l’objet d’une publication exhaustive dans le 29e volume de la série Trésors monétaires, éditée par la BnF. Ce dépôt monétaire de taille hors norme se compose de 33 858 monnaies romaines en alliage cuivreux qui représentent une masse totale avoisinant les 100 kg. C’est la première fois en France qu’un trésor d’une telle ampleur est intégralement publié1. Plusieurs dépôts du même type, plus imposants encore, ont été publiés en Angleterre dans les années 1980 (trésors de Cunetio et de Normanby). Ces études restent des références pour ce qui est du classement des émissions monétaires du IIIe siècle de notre ère. Mais, plusieurs décennies plus tard, l’approche archéologique des dépôts monétaires a évolué. L’étude du trésor de Saint-Germain-lès-Arpajon en rend compte puisqu’elle comprend, outre l’habituelle étude numismatique, un volet archéologique développé.

Cette publication est l’aboutissement d’un travail pluridisciplinaire au long cours qui a associé numismates et archéologues et qui a été conjointement coordonné par le département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF et le Service régional de l’archéologie d’Île-de-France. L’ensemble de l’équipe2 est restée mobilisée sur ce projet tout de long de l’aventure. Ceci mérite d’être souligné car l’étude d’un trésor monétaire d’une telle ampleur requiert de la persévérance.

Continuer la lecture de Parution de Trésors monétaires XXIX : Le trésor monétaire romain de Saint-Germain-lès-Arpajon, un dépôt géant du IIIe siècle après J.-C.

  1. Certains trésors français volumineux ont toutefois été publiés de manière exemplaire. On citera notamment les publications consacrées aux trésors d’Éauze (D. Schaad (dir.), Le trésor d’Éauze. Bijoux et monnaies du IIIe siècle après J.-C., Toulouse, 1992) ou de Luxeuil (D. Gricourt, La Chapelle-lès-Luxeuil (Haute-Saône), 15 518 nummi constantiniens, Trésors monétaires XVIII, Paris, 2000). []
  2. Ont participé à l’étude : Vincent Drost (BnF), Bruno Foucray (CNRS), Dominique Hollard (BnF), Florence Moret-Auger (Inrap), Francine N’Diaye (BnF), Fabien Pilon (CNRS), Christian Piozzoli (SRA IdF), Véronique Pissot (Inrap) et Ludovic Trommenschlager (EPHE/Université de Lille). []

tablettes, écoliers et Antiquité aux Journées Européennes 2020 @laBnF

Les 19 et 20 septembre 2020, grâce au thème « Patrimoine et éducation : apprendre pour la vie ! », les Journées européennes du patrimoine illustrent tout le potentiel que recèle le patrimoine en tant qu’outil d’apprentissage et source d’inspiration pour l’avenir.

Sur le site Richelieu

Au 58 rue de Richelieu (75002), visitez la zone rénovée du berceau historique de la Bibliothèque et découvrez la richesse de ses collections.

Dans le bureau de la direction générale seront présentés sous vitrine des documents antiques issus des collections du département des Monnaies, médailles et antiques.

Aux côtés d’une figurine de terre cuite de  Cyrénaïque (Libye actuelle) du IIe siècle av. J.-C. (?) représentant un pédagogue entouré de cinq enfants (Oppermann.tc.80, 81 et 82) et d’un élément de coupe grecque à figures rouges montrant un scribe écrivant (De Ridder.525.6), venez voir:

Les « Tables iliaques »

Tabula Veronensis II en marbre. Rome, 1er siècle. BnF, Monnaies, médailles, antiques, inv.57.61B

Continuer la lecture de tablettes, écoliers et Antiquité aux Journées Européennes 2020 @laBnF

Des codices coptes du 4è siècle d’Akhmim

Archive: image du mois de septembre 2020

septembre 2020: Des codices coptes du 4è siècle d’Akhmim

Passage de l’Apocalypse de Sophonie en copte (U. Bouriant, Les papyrus d’Akhmim, MMAF 1, Paris 1889, texte E, p. 270, l. 34 sqq.), BnF, département des Manuscrits, Copte 135, f. 23r

La Bibliothèque nationale de France conserve quelques exemples de codices (livres) parmi les plus anciens1. Sous la cote Copte 135, sont conservés les deux codices coptes les plus anciens identifiés à ce jour dans les collections de la BnF. Ils sont actuellement datés du 4è siècle2.

Continuer la lecture de Des codices coptes du 4è siècle d’Akhmim

  1. voir l’image du mois consacrée au Supplément Grec 1120, le plus ancien codex conservé avec sa reliure. []
  2. J. Gascou, « Les codices documentaires égyptiens », Les débuts du codex, Bibliologia 9, Turnhout, 1989, p. 82. []

Une escale du Cabinet des médailles à Marseille. Partie 2/2: gants, socles et vitrines

Déballage, constats d’état, soclage, disposition et sécurisation… la première quinzaine du mois de juillet a été marquée au musée d’Histoire de Marseille par l’installation de l’exposition « Terre ! ». La scénographie tout en sobriété et en élégance conçue par Pascale Linderme (l’Agence privée) et fabriquée avec soin par l’entreprise Culbuto, qui transforme la salle d’exposition et colonise le hall du musée, est fin prête : il n’y manque que les vases… Continuer la lecture de Une escale du Cabinet des médailles à Marseille. Partie 2/2: gants, socles et vitrines

Les trésors de monnaies grecques de la BnF intègrent le portail Coin Hoards

3034 monnaies grecques de la BnF provenant de 96 trésors référencés dans l’Inventory of Greek Coin Hoards (IGCH) intègrent le portail Coin Hoards (CH), élaboré par l’American Numismatic Society.

Coin Hoards (CH)

Les cabinets numismatiques – au rang desquels figure le département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF – sont depuis longtemps le lieu privilégié des études consacrées aux monnaies anciennes. Les collections qui y sont conservées ont pour vocation de rassembler la variété des monnayages émis depuis l’Antiquité jusqu’aux périodes les plus modernes. Malgré tout une part conséquente des fonds provient plus ou moins directement de trouvailles archéologiques anciennes, fortuites ou non.

Citons à la volée le trésor d’Athènes 1788 (IGCH 2), représenté à la BnF par 26 didrachmes dit wappenmünzen, le premier monnayage d’Athènes avant l’apparition des fameuses chouettes à la fin du VIe siècle av. J.-C ; ou encore le trésor de Lattakié 1759 (IGCH 1544), le tout premier dépôt monétaire ayant fait l’objet d’une publication scientifique, dès 1765. Enfin, il paraît impossible de ne pas évoquer le trésor d’Auriol 1867 (IGCH 2352), dont presque un quart des 2130 fractions d’argent archaïques de Massalia sont conservées à la BnF : un trésor dont la découverte constitue l’acte de naissance de l’étude des monnayages grecs du sud de la Gaule.

La numérisation de parts croissantes des collections de même que le développement d’outils et de référentiels communs à la discipline (Nomisma) offrent l’opportunité de rassembler à présent des objets qui peuvent être conservés en différents endroits pour recomposer en ligne des trésors monétaires dispersés il y a longtemps. C’est ce que permet à présent le portail Coin Hoards (CH), projection numérique de l’IGCH, publié en 1973.

Continuer la lecture de Les trésors de monnaies grecques de la BnF intègrent le portail Coin Hoards

Deux lingots d’or romains découverts à Crasna (Roumanie) en 1887

En amont de la frappe monétaire il existe une série d’étapes, tant techniques qu’administratives, sans lesquelles les espèces ne pourraient pas être produites. L’un de ces moments est l’affinage du métal, pour mettre ce dernier en conformité avec les normes exigées par l’autorité émettrice. Ce sont des témoins, fort rares, de cette phase pourtant essentielle antérieure à la production des monnaies que nous souhaitons évoquer ici, en l’occurrence des lingots estampés en or raffiné, qui constitue la matière première tant pour la fabrication monétaire que pour l’orfèvrerie officielle. Ceux-ci constituent un type de documentation exceptionnel, d’une haute valeur informative.

Découvert en 1887 à Crasna, en Transylvanie, les deux lingots conservés à la BnF appartiennent à un ensemble de barres d’or (vingt-trois morceaux issus de quinze lingots brisés et quatre intacts1) d’une masse totale d’environ 6,5 kg d’or (soit 20 livres romaines). Ces objets sont liés à l’atelier impérial balkanique de Sirmium (aujourd’hui Stremska Mitrovica en Serbie), très probablement datés des années 379-380 apr. J.-C., selon les indications qu’ils comportent.

Lingot découvert à Crasna en 1887. Or estampé, 472 g, 19,3 cm. BnF, MMA, Inv. 56.343 = reg. L.3451 (Achat à Félix Feuardent en 1893). Face lisse.

Continuer la lecture de Deux lingots d’or romains découverts à Crasna (Roumanie) en 1887

  1. D’autres lingots similaires ont été également trouvés dans la même région, voir : F. Baratte, « Lingots d’or et d’argent en rapport avec l’atelier de Sirmium » dans Sirmium VIII. Etudes de numismatique danubienne. Trésors, lingots, imitations, monnaies de fouilles. IVe au XIIe siècle, 1978, p. 105 et suivantes. []

Le plus ancien codex conservé avec sa reliure

Archive: image du mois d’août 2020

août 2020: Le plus ancien codex conservé avec sa reliure

Reliure du codex contenant les traités de Philon, département des Manuscrits, Supplément grec 1120, source: images.bnf.fr

Le Supplément Grec 1120 conservé au département des Manuscrits est le plus ancien livre, ou « codex »1, avec reliure connu. Les datations proposées oscillent du IIIe au Ve siècle2.

Le manuscrit contient 44 feuillets, composés en quatre cahiers de 10, 10, 12 et 12 feuillets sur papyrus. Les pages ont été montées sous un cadre en verre à la Bibliothèque pour en permettre la conservation et la manipulation, seul le dernier feuillet pris dans la reliure a été laissé en place. Le texte est inscrit sur deux colonnes avec 34 à 38 lignes par colonne.

Page et reliure en cuir avec languette et cordon du Supplément Grec 1120, photographies de la publication par Vincent Scheil en 1892

La reliure en portefeuille est formée d’une couverture en cuir avec une languette et un cordon pour la fermeture. Son acheteur et premier éditeur Vincent Scheil décrit aussi la présence d’une couture de cahiers réalisée à base d’une fibre végétale3.

Le livre consiste en la copie, parmi les plus anciennes conservées, de deux traités écrits en grec par l’exégète de la Bible, le philosophe juif hellénisé, Philon d’Alexandrie. Il s’agit de commentaires de passages de la Genèse, connus et publiés couramment sous les titres latins de Quis Rerum divinares Heres sit [L’héritier des biens divins. Sur Genèse XV, 1-18] et De Sacrificiis Abelis et Canis [Les sacrifices d’Abel et de Caïn. Sur Genèse IV, 2-4].

Supplément Grec 1120, f. 87, second traité de Philon (cliché de l’autrice)

Le choix de Philon de commenter la version grecque de la Bible (Septante) plutôt qu’une Bible en hébreu est souvent avancé pour expliquer l’influence de Philon sur les Pères de l’Église et la large diffusion de ses textes en milieu chrétien, comme ici.

La reliure était étoffée par un bourrage de papyri remployés d’un évangéliaire en grec. Les morceaux étudiés ont permis d’identifier plusieurs passages de l’Évangile de Luc et de l’Évangile de Matthieu, datés de la fin du IIe-IIIe siècles4. Ce dernier serait le plus ancien fragment de l’Évangile de Matthieu et de codex avec texte en deux colonnes connus5.

Ce manuscrit fut mis au jour en 1889 à Coptos (Haute-Égypte), siège d’un évêché6. Il a été retrouvé muré dans une niche. Il fut acquis par Vincent Scheil à Louqsor en 1891 qui en fit don à la Bibliothèque7.

Le site, toujours fouillé à l’heure actuelle, vient de donner lieu à la publication d’une base de données en ligne des objets en provenant et actuellement dispersés dans les collections à travers le monde.

Supplément Grec 1120, f. 3, détail du bas de page (cliché de l’autrice)

Pour aller plus loin

Citer ce billet : Vanessa Desclaux, "Le plus ancien codex conservé avec sa reliure", in L’Antiquité à la BnF, 01/08/2020, https://antiquitebnf.hypotheses.org/11614, [consulté le 24/11/2020].
  1. « ce terme désigne la forme du livre occidental depuis l’Antiquité, composé de cahiers reliés les uns aux autres. Le format du codex apparaît en 85 de notre ère, le mot lui-même au IIIe siècle. Le mot « livre » apparaît à la fin du XIe siècle », source: classes.bnf.fr. []
  2. J. Van Haelst, Catalogue des papyrus littéraires juifs et chrétiens, 1976, n° 635. []
  3. V. Scheil, Deux traités de Philon Traités réédités, MMAF 9/2, Le Caire, 1892, p. iii. []
  4. voir J. Van Haelst, op. cit., n° 336 et 403, K. Aland, « Neue Neutestamentliche Papyri II », New Testament Studies 12, 1966, p. 193-210 en ligne, le site The New Testament Virtual Manuscript Room et T. Wasserman, « A Comparative Textual Analysis of 𝔓4 and 𝔓64+67 », TC: A Journal of Biblical Textual Criticism 15, 2010, p. 1-26  en ligne []
  5. K. Aland, « Neue Neutestamentliche Papyri II », New Testament Studies 12, 1966, p. 193-194 en ligne []
  6. Pour une histoire du site, L. Pantalacci, « Coptos, porte du désert Oriental », In : Le désert oriental d’Égypte durant la période gréco-romaine : bilans archéologiques, Paris : Collège de France, 2018 en ligne. []
  7. V. Scheil, « Archéologie », Revue biblique 1/1, 1892, p. 113-117 en ligne. []

Les monnaies de Démétrios Poliorcète intègrent le portail AGCO

Les 126 monnaies d’or, d’argent et de bronze du diadoque Démétrios Poliorcète (337-283 av. J.-C.)  conservées à la BnF sont à présent accessibles sur le portail Antigonid Coins Online (AGCO).

Fondé sur le catalogue de E.T. Newell, The Coinages of Demetrius Poliorcetes (1927), la première section du portail AGCO, élaboré par l’American Numismatic Society, a pour but à terme de rassembler les principales collections de monnaies hellénistiques des rois Antigonides de Macédoine, depuis Démétrios Poliorcète jusqu’au règne de Persée, le dernier souverain de la dynastie, vaincu par les Romains en 168 av. J.-C.

Antigonid Coins Online (AGCO)

Continuer la lecture de Les monnaies de Démétrios Poliorcète intègrent le portail AGCO

Une escale du Cabinet des médailles à Marseille. Partie 1 : de l’atelier à l’écrin

Le 15 juillet, notre exposition « Terre ! Escales mythiques en Méditerranée » ouvrira ses portes au musée d’Histoire de Marseille. Depuis la levée du confinement, l’on s’active pour en assurer le succès, à la Bibliothèque nationale de France (sites François Mitterrand et Richelieu) comme au Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF). Dans ce billet nous vous présentons quels soins ont reçu ces dernières semaines les 91 œuvres des collections de la BnF à être du voyage !

Sommaire

  • La restauration des œuvres

– Au centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF)

– Au sein de la BnF

  • Avant l’escale, le voyage : la mise en caisse des œuvres

Continuer la lecture de Une escale du Cabinet des médailles à Marseille. Partie 1 : de l’atelier à l’écrin

Recherches, collections, ressources sur l'Antiquité à la Bibliothèque nationale de France

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search