Archives par mot-clé : vase grec

Conférence en ligne – Les trésors de la BnF en direct : La coupe d’Arcésilas

La BnF s’invite dans votre salon ! En direct et en vidéo, nos spécialistes vous présentent un document coup de cœur de nos collections.

Présentation à revoir sur la page Facebook de la BnF1

Rendez-vous le mardi 23 juin à 18h sur la page Facebook de la BnF avec Louise Detrez, conservateur du patrimoine, chargée de la collection céramique et verre au département des Monnaies, médailles et antiques pour une présentation de la coupe dite d’Arcésilas (De Ridder.189) .

Coupe d’Arcésilas, Laconie, vers 560 av. J.-C. (BnF, MMA, De Ridder.189)

Découvert dans la nécropole étrusque de Vulci, ce vase exceptionnel entre dans les collections de la BnF dès 1836. Il est encore aujourd’hui un des fleurons de la collection des céramiques grecques, et sera une pièce majeure de l’exposition Terre ! Escales mythiques en Méditerranée, trésors de la BnF et collections marseillaises, au musée d’histoire de Marseille, à partir du 15 juillet 2020.

Une inscription fait de la coupe dite d’Arcésilas un inestimable document historique : le roi Arcésilas II y supervise sans doute la pesée et le stockage du silphion, un végétal local dont la monarchie grecque des Battiades, qui règne sur Cyrène, s’était arrogée le monopole de l’exploitation commerciale. Consacré à une cérémonie cyrénéenne exécutée  à Sparte vers 560 av. J.-C. et livré à un aristocrate étrusque, ce vase nous convie à un véritable voyage en Méditerranée !

Pour aller plus loin :

Ressources citées dans la présentation:

Techniques de fabrication des vases grecs

Présentations vidéo des collections antiques de la BnF

  1. Erratum dans la vidéo : 29:27 Une atmosphère oxydante est riche en oxygène. 37:37 La première publication de la coupe, par Giuseppe Micali, date de 1832. []

En route pour Troie, en route pour Lens !

Archives image du mois de mars 2019

En route pour Troie, en route pour Lens !

Signé du potier Epigénès, attribué au Peintre d’Erétrie. Canthare : départ d’Achille et Patrocle (face A [illustrée] : Nestor, Antiloque, Patrocle et Thétis. Face B : Agamemnon, Achille, Kymothéa et Oukalégon). Athènes, vers 435-430 av. J.-C. Prov. Vulci (Italie). H. 12,8 cm ; L. 22 cm ; D. 14,5 cm. BnF, MMA, De Ridder.851 (Luynes.732).

Le prêt d’une trentaine de pièces de la collection du département des Monnaies, médailles et antiques dans le cadre de l’exposition que le Louvre-Lens s’apprête à consacrer à Homère est l’occasion de faire découvrir un chef-d’œuvre récemment restauré, opportunément orné d’une double scène de départ. Le raffinement de son décor, le prestige de ses inscriptions et sa bonne conservation ont valu à ce petit vase vraisemblablement exhumé à Vulci, les plus grands éloges dès sa publication, en 1846. C’est sur cette forme rare (un canthare de type D) que figure la seule signature que l’on connaisse au potier Epigénès.

Détail : inscription « ΕΠΙΓΗΝΕΣ ΕΠΟΕΣΕ » (Epigénès a fait)

Alors que le sage Nestor fait face à son fils Antiloque, qui le suivra à Troie, Thétis destine une libation à Patrocle, l’ami de son fils, armé de pied en cap ; au revers, sous le regard d’Agamemnon et en présence du jeune Oukalégon, le vaillant Achille à qui la nymphe Kymothéa offre une libation s’apprête lui aussi à prendre congé. Non seulement le Peintre d’Erétrie, comme il en est coutumier, use ici de l’écriture pour donner à sa composition une dignité épique, mais encore, souligne Nina Strawczynski, le baptême des personnages annonce, dès le rituel du départ, leur destin. Double du Péléide, Patrocle reçoit de la mère de son ami la libation du départ, à proximité immédiate de celui qui annoncera sa mort à Achille, Antiloque.

Démontage du canthare à l’occasion de sa restauration (2017)

La restauration fondamentale du vase accomplie par Claire Idrac en 2017 a rendu toute sa lisibilité à ce programme conçu par l’un des peintres athéniens les plus doués et les plus influents de la seconde moitié du Ve siècle av. J.-C.

Louise Detrez

Citer ce billet : ldetrez, "En route pour Troie, en route pour Lens !", in L’Antiquité à la BnF, 01/03/2019, https://antiquitebnf.hypotheses.org/7893, [consulté le 04/07/2020].

Conférence : Trésors de Richelieu, l’amphore du « Peintre d’Amasis »

Amphore du peintre d’Amasis (BnF, MMA, De Ridder.222 ; Luynes.678 (Inv.116))

Dans le cadre du cycle de conférences « Trésors de Richelieu », Cécile Colonna (INHA), Louise Détrez (BnF) et Marie-Christine Villanueva-Puig (CNRS) présenteront L’ « amphore de Paris » du Peintre d’Amasis le 10 avril 2018 de 18h15 à 19h30 à l’auditorium de la Galerie Colbert (INHA, 2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs
75002 Paris).

C’est pourvu d’un couvercle qui lui est en réalité étranger que l’un des plus beaux vase issus du quartier des potiers d’Athènes est acquis – fort cher – par le duc de Luynes à la vente du cabinet du chevalier Durand en 1836. Après avoir orné deux des plus belles collections privées d’antiques formées au XIXe siècle, cette petite amphore rebondie rejoint le fonds de la Bibliothèque à la faveur du fabuleux don de sa collection par Luynes en 1862. Signée par deux fois de son potier virtuose, Amasis, elle reçoit d’un peintre non moins talentueux demeuré anonyme (et baptisé par convention « Peintre d’Amasis » en raison de l’exclusivité de sa collaboration avec ce céramiste) un décor à la fois contrasté et innovant servi par sa manière élégante alliant monumentalité et minutie.

Pour en savoir plus sur cette conférence et le cycle « Trésors de Richelieu »

L’événement Facebook

Coupe attribuée au Peintre de Brygos

Archive : image du mois

Février 2018 Coupe attribuée au Peintre de Brygos

BnF, MMA, De Ridder.581

Au mois de février, la vingtaine de pièces de la BnF que présente l’exposition « Musiques ! Echos de l’Antiquité » quitte le Louvre-Lens pour Barcelone (9 février-6 mai 2018). Parmi elles, la coupe De Ridder.581 exigeait au préalable une restauration fondamentale : le Louvre-Lens et la Fondation La Caixa en ont généreusement supporté la totalité du coût.

Les opérations, menées par le restaurateur Fabrice Rubiella, ont d’abord consisté à « dérestaurer » le vase. Débarrassés de compléments de plâtre généreusement repeint, décollés – un goujon métallique avait même été glissé à l’intérieur de la tige du pied avant d’y être noyé dans le plâtre – les quelque vingt-cinq fragments jointifs qui constituent la coupe ont été nettoyés, puis recollés. Des comblements de plâtre et d’enduit fin poncés à niveau rendent désormais à la forme son intégrité, tandis qu’une retouche discrète mais décelable (laissée mate) met en valeur l’équilibre chromatique de l’ensemble.

Au centre du médaillon, une jeune femme dont la chevelure claire s’échappe d’un sakkos, effleure d’une main les cordes de sa lyre, qu’elle s’apprête à frapper du plectre qu’elle tient de l’autre. La musicienne s’approche d’un autel à volutes, sur lequel un rameau ou une couronne a déjà été déposé, et qu’équilibre derrière elle un panier suspendu. Quoiqu’exécutée sur un vase à boire, et malgré l’acclamation d’une beauté toute terrestre dans le champ (ho pais kalos), la scène est indéniablement cultuelle.

Le Peintre de Brygos, actif dans le premier tiers du Ve siècle av. J.-C., est l’un des dessinateurs les plus habiles de son temps. La coupe à la musicienne rend justice à son talent, dont les internautes prendront également la mesure en consultant les six notices qui le concernent sur la base medaillesetantiques.bnf.fr

Louise Detrez