Archives par mot-clé : Syracuse

Avril 2018 « Le métal pétrifié »: les médaillons sculptés de la façade du département des Monnaies, médailles et antiques

Archives : image du mois

Avril 2018 « Le métal pétrifié »: les médaillons sculptés de la façade du département des Monnaies, médailles et antiques

   

A gauche, médaillon sculpté, Ø 80 cm ; à droite, son modèle, revers d’un décadrachme de Syracuse (Sicile), vers 400-390 av. J.-C, Ø 36 mm, (BnF, MMA, coll. de Luynes, 1248).

Quand on chemine dans l’étroite rue Vivienne (Paris, 2e), il faut lever la tête pour les apercevoir. Au premier étage du pavillon central du bâtiment Vivienne, composant le quart nord-est du Quadrilatère Richelieu, cinq médaillons ornent les clefs des hautes fenêtres. Ces sculptures signalent la présence du département des Monnaies, médailles et antiques.

Pour élaborer ce programme illustrant l’art de la médaille depuis l’Antiquité, l’architecte Jean-Louis Pascal trouve un conseiller en la personne d’Ernest Babelon, conservateur du Cabinet des médailles. Dans une lettre datée du 17 septembre 1904, il lui écrit « je vous ai demandé cinq médailles caractéristiques – et belles, si possible, en même temps que je puisse faire copier pour la décoration extérieure du futur cabinet » (BnF, MMA, 19 ACM 17.).

Le premier médaillon illustre l’art grec avec un très beau décadrachme syracusain signé du graveur Evainète dont le modèle provient de la collection du duc de Luynes, donnée en 1862. En sélectionnant cette pièce, Babelon a opté pour une pièce emblématique de l’art grec. Les monnaies grecques ont bien souvent été louées pour leur beauté. Parmi elles, celles de Syracuse sont considérées comme des chefs-d’œuvre tant par la composition audacieuse des types que par la finesse et l’impression de vigueur qui se dégage de la gravure. La signature du graveur – rare sur les monnaies antiques – confirme cette qualité esthétique exceptionnelle. Ces pièces n’ont-elles d’ailleurs pas inspiré ce quatrain à José-Maria de Heredia, extrait de « Médailles antiques » (Les Trophées, 1893) :

« Et seul le dur métal que l’amour fit docile

Garde encore en sa fleur, aux médailles d’argent,

L’immortelle beauté des vierges de Sicile. »

Pour en savoir plus, lisez « Le métal pétrifié. Les médaillons de la façade du Cabinet des médailles »

Julien OLIVIER