Archives par mot-clé : Roman Egypt

The Roman lead tokens in the BnF

Lire ce billet en français : Les tessères romaines en plomb de la BnF

One of the most neglected artefacts from Classical Antiquity are the tokens (so-called ‘tesserae’) from the Greek and Roman/Greco-Roman world. Bronze, lead, and clay tokens were used in Athens during the Classical and Hellenistic periods, and are also found elsewhere throughout the Mediterranean from the Hellenistic age. During the Roman Imperial period, tokens (mainly lead) continued to be used across the Empire by different groups. Ancient tokens have recently been the subject of study by the Token Communities in the Ancient Mediterranean Project (funded by the European Research Council (ERC) under the European Union’s Horizon 2020 research and innovation programme under grant agreement No 678042).1

In Summer 2019, this project led us to study the major collection of ancient tokens kept at the Bibliothèque nationale de France (BnF). The recent digitization of these collections is an opportunity to  present these objects and what they teach us about the ancient Romans.

Continuer la lecture de The Roman lead tokens in the BnF

  1. You can read more about the project, as well as our findings to date, on our website. []

Les tessères romaines en plomb de la BnF

Read this post in English: Roman lead token in the BnF

Les tessères grecques et romaines constituent probablement un des types d’objets antiques les moins bien étudiés.  Ces jetons en bronze, en plomb et en argile furent en usage à Athènes pendant les périodes classique et hellénistique, ainsi que sur l’ensemble du pourtour méditerranéen à partir de l’époque hellénistique. Pendant la période impériale romaine, des tessères (principalement en plomb) continuèrent à être utilisées par différents groupes dans tout l’Empire. Ces objets ont récemment fait l’objet d’un vaste programme de recherche européen dans le cadre du projet Token Communities in the Ancient Mediterranean Project (financé par l’European Research Council (ERC), programme Horizon 2020 de l’Union Européenne, n° 678042)1.

C’est dans le cadre de ce projet que nous avons étudié les fonds de tessères romaines conservées à la Bibliothèque nationale de France (BnF) durant l’été 2019. La numérisation récente des collections nous donne l’occasion de présenter ces objets et ce qu’ils nous apprennent des Romains de l’Antiquité.

Continuer la lecture de Les tessères romaines en plomb de la BnF

  1. Pour en savoir plus sur ce projet, consultez le site Internet. []

Bracelet romain d’accouchée avec Isis et Harpocrate

Archive: image du mois janvier 2020

Janvier 2020 : Bracelet romain d’accouchée avec Isis et Harpocrate

Bracelet d’accouchée ouvert, en or, H. 6 cm, l. 4.2 cm, L. 6 cm, dpt des Monnaies, médailles et antiques inv. Seyrig.1972.1318

Ce rare bracelet à porte et à charnières soudées en épaisse feuille d’or a été produit à Alexandrie (Égypte) durant la période romaine (4e s. – premier quart du 5e s. apr. n.è.). Il a été acquis par Henri Seyrig à la vente Laurin, Guilloux, Buffetaud des 6 et 7 novembre 1972 en l’hôtel Drouot (lot 628) pour en faire don au Cabinet des Médailles. Il faisait partie de l’ancienne collection de Félix Feuardent.

Le corps arrondi du bracelet est ajouré, en opus interrasile, entre deux anneaux en formant le bord : la feuille d’or est découpée pour former un décor de rinceaux, d’enroulements terminés en peltes et en feuilles trilobées (vigne, lierre). La porte, partie centrale mobile, est à l’image d’un naïskos soit une façade de temple avec une niche contenant la représentation d’une divinité. Quatre colonnes corinthiennes, deux torses flanquées de deux lisses, soutiennent un fronton triangulaire reposant sur un entablement alternant métopes et triglyphes. L’édifice abrite la statue en bronze du dieu Harpocrate, couronnée d’une coquille à godrons. Ce dernier est figuré comme un enfant nu accroupi, portant le doigt à la bouche et pourvu d’un mèche de cheveux enroulée, traditionnellement désignée comme « mèche de l’enfance« .

Arrière du bracelet d’accouchée, dpt des Monnaies, médailles et antiques inv. Seyrig.1972.1318 reproduit dans Syria 51, 1974, pl. XVII/2

Parmi les entrelacs, sur la face arrière est représentée une déesse tenant une corne d’abondance telle Fortune, dans une attitude évocatrice d’Aphrodite anadyomène, rappelée par la coquille à l’avant, mais qui doit cependant être identifiée à IsisHathor, à la fois par association au dieu enfant et aux cornes de vache lyriformes enserrant le disque solaire au centre du fronton du temple. L’attribut est propre aux couronnes de ces divinités égyptiennes.

Bracelet d’accouchée de face, dpt des Monnaies, médailles et antiques inv. Seyrig.1972.1318

L’inscription grecque en bâtonnets de filigrane soudés ευτοκι traduit le voeu protecteur: « accouche heureusement » tandis qu’Étienne Coche de la Ferté propose de lire dans la dernière lettre un ψ penché, abréviation pour ψυχή « (mon) âme » comprise ici dans une acception destinée à un être cher.

Ce bijou témoigne d’un syncrétisme propre au monde romain, dans un héritage transformé des iconographies et des valeurs pharaoniques et grecques. L’assimilation des différentes figures de déesses-mères met un accent particulier sur la relation Isis-Harpocrate, au centre du bijou et du message, qui rappelle la popularité et la diffusion des cultes isiaques à l’époque romaine.

Pour en savoir plus:

  • Étienne Coche de la Ferté, « Un bracelet d’époque romaine à usage obstétrique », Syria, vol. 51, no. 3/4, 1974, p. 265–289, en ligne sur JSTOR et Persée
  • « Les dieux égyptiens à Rome » sur Odysseum
Citer ce billet : Vanessa Desclaux, "Bracelet romain d’accouchée avec Isis et Harpocrate", in L’Antiquité à la BnF, 01/01/2020, https://antiquitebnf.hypotheses.org/9729, [consulté le 28/05/2020].