Archives par mot-clé : roman cameo

Le Grand Camée de France

Archive : image du mois de mai 2023

Grand Camée de France. Rome, premier quart Ier siècle. Sardonyx, H. 31 cm, l. 26,5 cm. BnF, MMA, Camée.264.

Œuvre phare du musée de la BnF, le Grand Camée, appelé également Camée de France, est un legs exceptionnel de l’Antiquité. Désormais présenté dans la galerie Mazarin, il y retrouve l’essentiel des œuvres qui l’accompagnaient dans le Trésor de la Sainte Chapelle. Il convient donc de revenir rapidement sur cette pierre gravée hors du commun.

Suscité au Ier siècle de notre ère par une commande émanant du cercle restreint de la première dynastie à régner sur l’empire romain (les Julio-Claudiens), ce camée est gravé sur une sardonyx (ou sardoine) de dimensions inaccoutumées (31 x 26,5 cm) présentant cinq couches colorées différentes ce qui a permis au graveur de développer un ambitieux discours iconographique qui, au-delà de la prouesse technique et de la qualité artistique, supporte un programme politique qui est une source précieuse pour l’historien.

Continuer la lecture de Le Grand Camée de France

Camée “le Triomphe de Licinius”

Archives : image de mois novembre 2018 : Camée “le Triomphe de Licinius”

camée dit “le triomphe de Licinius”, 4e s. de n.è., ancienne collection royale (inventaire de Fontainebleau de 1560, Ms fr 4732, 18r) dpt des monnaies, médailles et antiques, camée 308

Camée en sardonyx à trois couches, brune, bleuâtre et blanche, dans une monture en or émaillé de noir. Un empereur reconnaissable à son diadème, sa cuirasse, son paludamentum et aux insignes du globe et de la lance, s’avance sur un quadrige, écrasant sur son passage six ennemis renversés à terre. Deux Victoires retiennent par la bride les deux chevaux extrêmes. Des personnifications de la lune et du soleil tendent à l’empereur les deux globes célestes. Les dimensions des personnages non réalistes traduisent une hiérarchie : l’empereur, bien qu’étant le plus éloigné est le plus grand. Les dimensions du camée, la beauté de la pierre, la qualité de la gravure et du polissage, la richesse iconographique, en font un des chefs-d’œuvre de la glyptique de cour du Bas-Empire. Il fut remarqué par le peintre Rubens qui le dessina en janvier 1622, lors de son voyage à Paris.

Le département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France conserve une des plus importantes collections de pierres gravées (près de dix mille). Les catalogues rédigés en 1995 (portraits grecs) et 2003 (portraits romains) par Marie-Louise Vollenweider et Mathilde Avisseau-Broustet sont désormais disponibles en ligne dans la collection BnF|Éditions sur Openedition Books. Ces quelques lignes sont extraites du second volume, où le camée, ainsi que de nombreuses autres œuvres de la glyptique, y est décrit et reproduit en couleur sous le numéro 267.

Citer ce billet : Vanessa Desclaux, "Camée “le Triomphe de Licinius”", in L’Antiquité à la BnF, 01/10/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/5447, [consulté le 21/02/2024].