Archives par mot-clé : restauration

L’éclat des vases du Cabinet des médailles -1- Victoire ! L’amphore panathénaïque DR.244

Dans un peu moins d’un an, le musée de la BnF rouvrira enfin ses portes, après cinq années de fermeture au public. Pourtant, rien de plus actif que cette attente ! Sur les plans de la recherche, de la valorisation et de la diffusion, comme en témoigne ce carnet, mais également dans le domaine de la conservation. Car la BnF a consenti un effort sans précédent en faveur de la restauration des collections du département des Monnaies, médailles et antiques, en privilégiant deux ensembles : d’une part les objets exposés dans le futur musée qui le demandaient, et d’autre part ceux dont le transport vers le site Richelieu risquait d’aggraver l’état. Pour patienter avec nous jusqu’au jour J, nous vous proposons de découvrir quelques opérations récentes de conservation-restauration.

Vue de la future salle de Luynes (© Guicciardini e Magni Architetti)

À l’heure où les Jeux olympiques battent leur plein, parlons sport dans ce premier billet ! De 2018 à 2021, les quatre amphores panathénaïques (c’est-à-dire les récompenses des vainqueurs des jeux sportifs d’Athènes) de la BnF ont bénéficié d’une restauration fondamentale : une dérestauration et un remontage minutieux leur ont rendu leur stabilité structurelle, un dessalement a éliminé pour certaines d’entre elles une contamination aux sels solubles, enfin, un traitement des lacunes à la fois esthétique et conforme à la déontologie en vigueur permet désormais leur exposition. Dans cet ensemble, l’amphore De Ridder.244, restaurée en 2018 par Caroline Mottais et Laure Chambert-Loir, sera présentée dans le futur musée.

L’amphore De Ridder.244 après restauration (© Serge Oboukhoff, BnF/CNRS/MSH-Mondes)

L’oeuvre

Proche du Peintre de Berlin 1833 (cercle du Peintre d’Eucharidès), amphore panathénaïque

  • Description : face A : Athéna promachos (qui s’avance au combat) entre deux colonnes surmontées de coqs ; face B : course hippique
  • Produite à Athènes vers 500-480 av. J.-C.
  • Découverte à Vulci (Italie), dans la nécropole de Cavalupo, en janvier 1829.
  • Terre cuite, figures noires. H. 67 cm ; D. 40,7 cm.
  • Acquise à la vente Canino de 1843

Continuer la lecture de L’éclat des vases du Cabinet des médailles -1- Victoire ! L’amphore panathénaïque DR.244

Une escale du Cabinet des médailles à Marseille. Partie 1 : de l’atelier à l’écrin

Le 15 juillet, notre exposition « Terre ! Escales mythiques en Méditerranée » ouvrira ses portes au musée d’Histoire de Marseille. Depuis la levée du confinement, l’on s’active pour en assurer le succès, à la Bibliothèque nationale de France (sites François Mitterrand et Richelieu) comme au Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF). Dans ce billet nous vous présentons quels soins ont reçu ces dernières semaines les 91 œuvres des collections de la BnF à être du voyage !

Sommaire

  • La restauration des œuvres

– Au centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF)

– Au sein de la BnF

  • Avant l’escale, le voyage : la mise en caisse des œuvres

Continuer la lecture de Une escale du Cabinet des médailles à Marseille. Partie 1 : de l’atelier à l’écrin

Note (de musique). Coupe attribuée au Peintre de Brygos

Archive : image du mois

Février 2018 Coupe attribuée au Peintre de Brygos

BnF, MMA, De Ridder.581

Au mois de février, la vingtaine de pièces de la BnF que présente l’exposition « Musiques ! Echos de l’Antiquité » quitte le Louvre-Lens pour Barcelone (9 février-6 mai 2018). Parmi elles, la coupe De Ridder.581 exigeait au préalable une restauration fondamentale : le Louvre-Lens et la Fondation La Caixa en ont généreusement supporté la totalité du coût.

Les opérations, menées par le restaurateur Fabrice Rubiella, ont d’abord consisté à « dérestaurer » le vase. Débarrassés de compléments de plâtre généreusement repeint, décollés – un goujon métallique avait même été glissé à l’intérieur de la tige du pied avant d’y être noyé dans le plâtre – les quelque vingt-cinq fragments jointifs qui constituent la coupe ont été nettoyés, puis recollés. Des comblements de plâtre et d’enduit fin poncés à niveau rendent désormais à la forme son intégrité, tandis qu’une retouche discrète mais décelable (laissée mate) met en valeur l’équilibre chromatique de l’ensemble.

Au centre du médaillon, une jeune femme dont la chevelure claire s’échappe d’un sakkos, effleure d’une main les cordes de sa lyre, qu’elle s’apprête à frapper du plectre qu’elle tient de l’autre. La musicienne s’approche d’un autel à volutes, sur lequel un rameau ou une couronne a déjà été déposé, et qu’équilibre derrière elle un panier suspendu. Quoiqu’exécutée sur un vase à boire, et malgré l’acclamation d’une beauté toute terrestre dans le champ (ho pais kalos), la scène est indéniablement cultuelle.

Le Peintre de Brygos, actif dans le premier tiers du Ve siècle av. J.-C., est l’un des dessinateurs les plus habiles de son temps. La coupe à la musicienne rend justice à son talent, dont les internautes prendront également la mesure en consultant les six notices qui le concernent sur la base medaillesetantiques.bnf.fr

Louise Detrez