Archives par mot-clé : reception of Antiquity

Jeune femme faisant des mouvements de danse sur un char

Archive: Image du mois Mai 2018

Mai 2018: Jeune femme faisant des mouvements de danse sur un char

[Manufacture Jacquemart et Bénard. Lambris : scènes à l’antique. Modèle n° 1643 bis]: [papier peint]. [1803]. Estampes et photographie, LI-24 (A+, 1)-FT 4

Ce papier peint est issu de la manufacture Jacquemart et Bénard, active à Paris entre 1791 et 1809, à l’angle de la rue de Montreuil et du faubourg Saint-Antoine. Il illustre le goût pour les motifs à l’antique dans les demeures dans la période révolutionnaire puis dans le style Empire, notamment suite aux découvertes effectuées sur le site de Pompéi fouillé depuis 1704.

La frise figure un jeune homme sur un char, une coupe sur un piédestal et une jeune femme faisant des mouvements de danse sur un char tiré par un monstre marin et dont les rênes sont tenues par un putto ailé tenant un fouet. A ce lambris s’ajoutent deux autres scènes à l’antique en camaïeu.

Le 29 avril de chaque année est célébrée la Journée internationale de la danse. Le 30 mai 2018, la Bibliothèque nationale de France organise une journée d’étude, à cette occasion et autour de l’exposition Chaillot, une mémoire de la danse (1878-2018). Intitulée la danse en 2 000 films, elle sera consacrée aux archives du Grand prix international Vidéo danse, rendez-vous annuel du film de danse, déposées à la BnF.

Citer ce billet : Vanessa Desclaux, "Jeune femme faisant des mouvements de danse sur un char", in L’Antiquité à la BnF, 01/05/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/2258, [consulté le 24/06/2018].

 

1 000 vidéos disponibles dans Gallica

Videos Gallica

Le billet que nous avions consacré aux « Bibliographies, MOOCs et Conférences en ligne en Antiquité » s’enrichit désormais de la mise en ligne de nouvelles ressources sur Gallica et sur le site des conférences de la Bibliothèque nationale de France.

Continuer la lecture de 1 000 vidéos disponibles dans Gallica

Les Mystères d’Isis ou l’Égypte antique d’après les décorateurs de l’Opéra: sur quelques acquisitions récentes du département de la Musique

ill. 1. Aruéris. Mlle Dubois bergere Egiptiene : [maquette de costume] / [Entourage de Louis-René Boquet]. BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra, D216 IX-35

Sous l’Ancien Régime, l’Opéra de Paris crée régulièrement des ouvrages lyriques faisant référence à l’Égypte antique. Pour s’en convaincre, il n’est que de citer les œuvres de Lully, Isis (1677) et Phaéton (1683), de Desmarets, Théagène et Cariclée (1695), de Rameau, Les Fêtes de l’Hymen et de l’Amour ou les Dieux d’Égypte (1748) ou encore de Salieri, Les Danaïdes (1784). Les quelques témoignages que nous conservons de ces spectacles nous montrent à l’évidence que les décorateurs et dessinateurs de costumes avaient rarement le souci de l’exactitude historique et qu’ils puisaient leur inspiration dans un folklore et un exotisme mythologiques [ill.1].

Continuer la lecture de Les Mystères d’Isis ou l’Égypte antique d’après les décorateurs de l’Opéra: sur quelques acquisitions récentes du département de la Musique

Costume d’un coryphée pour Agamemnon, spectacle du Théâtre du Soleil

Archive: Image du mois Décembre 2017

Décembre 2017: Costume d’un coryphée pour Agamemnon d’Eschyle

Costume d’un Coryphée, Département des Arts du spectacle COS-2008/0247

Ce costume est celui du rôle d’un coryphée interprété par Nirupama Nityanandan, dans la pièce Agamemnon d’Eschyle créée par le Théâtre du Soleil, mise en scène par Ariane Mnouchkine en 1990. Il est composé de neuf éléments dont un long manteau rouge, une sous robe, une paire de boucles d’oreille en forme de fleurs dorées et une coiffe. Il appartient aux archives que la troupe verse régulièrement depuis 2007 au département des Arts du spectacle de la Bibliothèque nationale de France. Avec ce fonds de costumes, le département a mis en place de nouveaux modes de numérisation depuis 2016 pour les faire entrer dans Gallica.

« Par l’attention portée au choix des tissus et à leur polychromie, souvent superposés pour créer un effet de volume, le costume est un éblouissement visuel pour les yeux des spectateurs. Puisant leur  inspiration en Asie, les costumes du cycle des Atrides, et en particulier celui du Coryphée, participent du voyage entrepris par la troupe du Soleil vers la tragédie antique et la redécouverte d’une des formes essentielles du théâtre ». [source]

Pour en savoir plus, venez assister à la présentation de ce costume: il sera sorti exceptionnellement des magasins à l’occasion de la conférence Richelieu Colbert du mardi 5 décembre (18h15-19h30).

Citer ce billet : Vanessa Desclaux, "Costume d’un coryphée pour Agamemnon, spectacle du Théâtre du Soleil", in L’Antiquité à la BnF, 01/12/2017, https://antiquitebnf.hypotheses.org/1583, [consulté le 24/06/2018].

Antiquity and cinema : 1. Egypt

Cinema has soon dealt with historical events, and yet to retrive distant times is not so easy. During the shooting of Land of the pharaohs, Howard Hawks bitterly complained not to know how a pharaoh used to speak and think. Staging the past cannot avoid to face present matters, such as archaeological and historical knowledges or the concerns of the artists and of the spectators.

The French national Library hold in its collections many films inspired by Antiquity. Here is a brief panorama which we will detail in three blog posts, starting from the book written by Hervé Dumont, L’Antiquité au cinéma : vérités, légendes et manipulations [Antiquity in cinema : truths, legends and manipulations], which lists the films from the origins of this medium until 2009.

1st post : Egypt. By the duration of its civilisation, its prestigious sovereigns and its monumental architecture, Egypt went on screen since the beginning of the cinema.

Lire cet article en français: ici

Continuer la lecture de Antiquity and cinema : 1. Egypt

Collection des monnaies gauloises d’André Breton

Archive : Image du mois BnF septembre 2017

Septembre 2017 Catalogues de la collection des monnaies gauloises d’André Breton

Cahiers d’André Breton (1950-1966), MMA inv. 8-RES MS-56 et 57 (cl. sous droits © CalmelsCohen, 2003 hébergé sur le site Associé Atelier André Breton)

Les surréalistes se sont intéressés de près à la culture celte et l’art gaulois, et cela était plus vrai encore d’André Breton, fondateur et théoricien du mouvement. Son intérêt pour la monnaie celtique en particulier aurait été éveillé en 1954 avec la parution de L’Art gaulois dans les médailles, de Lancelot Lengyel. Dans les années qui suivent et jusqu’à sa mort, Breton rassemble une collection de 145 monnaies celtiques, dont il rédige lui-même dans deux cahiers d’écolier l’inventaire manuscrit illustré de frottages au crayon. Pourquoi un tel goût pour la numismatique gauloise de la part du « Pape du surréalisme » ? S’il étudie sérieusement ce monnayage d’un point de vue numismatique, allant jusqu’à suivre des cours auprès de Colbert de Beaulieu, Breton s’attache surtout, à la faveur des agrandissements photographiques de grande qualité qui illustrent l’ouvrage de Lengyel, aux aspects esthétiques de ces monnaies. Longtemps perçues comme de malhabiles copies de modèles antiques, il entend, à la suite de Lengyel et avant lui d’André Malraux et de Georges Bataille, les réhabiliter comme le fruit de choix esthétiques et iconographiques, qui plus est proches de préoccupations surréalistes : la négation de l’héritage gréco-latin d’une part, et une iconographie du mouvement déployant les formes jusqu’à la limite de l’abstraction.

Les carnets sont aujourd’hui conservés au département des Monnaies, Médailles et Antiques. Ils ont été préemptés à la vente André Breton organisée par Calmels Cohen le 14 avril 2003 du lot 3104. Ils sont visibles dans l’exposition Les Celtes et la monnaie: des Grecs aux Surréalistes, au Musée cantonal d’archéologie et d’histoire de Lausanne jusqu’au 11 novembre 2017.

Citer ce billet : fcodine, "Collection des monnaies gauloises d’André Breton", in L’Antiquité à la BnF, 01/09/2017, https://antiquitebnf.hypotheses.org/1368, [consulté le 24/06/2018].

Marguerite Yourcenar et l’Antiquité

Carte de lectrice de Marguerite Yourcenar. Archives administratives, BnF © BnF
À l’occasion des 30 ans de la mort de Marguerite Yourcenar (1903-1987), le département Littérature et Art propose une bibliographie recensant les ouvrages qui évoquent l’attachement de l’écrivaine pour l’Antiquité, période qu’elle a fréquemment abordée dans son œuvre, en particulier dans les Mémoires d’Hadrien.
À travers son amour pour la langue grecque, ses voyages en Méditerranée, ses rencontres, elle a développé une connaissance extrêmement fine de la civilisation gréco-romaine qui transparaît dans plusieurs de ses romans, pièces de théâtre ou traductions.