Archives par mot-clé : reception of Antiquity

Du taureau d’Europe au banquet d’Alexandre : l’Antiquité aux journées européennes du Patrimoine 2021 @BnF

Les 38e journées européennes du patrimoine ont lieu les 18 et 19 septembre 2021, autour du thème : « Patrimoine pour tous ». Au 58 rue de Richelieu, la Bibliothèque nationale de France expose entre autres des œuvres où l’Antiquité est au cœur d’un patrimoine hérité et partagé, du mythe d’Europe à la réception internationale de la figure d’Alexandre le Grand.

Continuer la lecture de Du taureau d’Europe au banquet d’Alexandre : l’Antiquité aux journées européennes du Patrimoine 2021 @BnF

Archive : image du mois d’août 2021: jeux d’orgues Clémançon du son et lumière des Pyramides du Caire, 1960

Le spectacle aux Pyramides du Caire fut inauguré le 12 avril 1961. Le texte de Gaston Bonheur fut mis en scène par Gaston Papeloux et en ondes par Jean Wilfrid Garrett, sur une musique de Georges Delrue. Il durait 45 minutes et était diffusé en quatre langues : allemand, anglais, arabe et français. Il y était question en 70 tableaux de la construction des pyramides, des cérémonies d’inauguration, du sacre et des funérailles du pharaon, d’un hymne au Nil “père de la civilisation égyptienne”.

Le Sphinx, devant lequel seront rangés les spectateurs, est le personnage central de l’immense scène de 2 kilomètres de large et 900 mètres de profondeur d’où surgissent de la nuit du désert les montagnes lumineuses de Cheops, de Chephren et de Mykerinos, ainsi que les pyramides des reines, les tombeaux des dignitaires, les temples…1

Continuer la lecture de Archive : image du mois d’août 2021: jeux d’orgues Clémançon du son et lumière des Pyramides du Caire, 1960

  1. M. L., “Son et Lumière aux Pyramides”, Le Monde, 15 mars 1961. []

Septime Sévère ordonnant la décapitation du corps de Clodius Albinus (Giovanni Bernardi (att.), vers 1535)

Émile Molinier, conservateur au musée du Louvre, publie en 1886 un catalogue fondateur pour l’étude des plaquettes1. Ces bas-reliefs en bronze de petite taille, produits essentiellement pendant la Renaissance, se distinguent des médailles, à visée commémorative, par leur dimension narrative. Elles prennent généralement pour thèmes des récits bibliques ou mythologiques, ainsi que des épisodes de l’histoire antique ; elles sont souvent issues du moulage d’œuvres d’orfèvrerie, ont des usages variés (ricordi, baisers de paix, éléments décoratifs intégrés dans des petits objets, agrafes de vêtements, enseignes…) et constituent fréquemment des multiples.

Au sein du corpus établi par Molinier se trouve une plaquette représentant Septime Sévère ordonnant la décapitation du corps de Clodius Albinus, dont il repère un exemplaire au musée de Berlin2 et dont il remarque qu’elle correspond à  l’empreinte d’une intaille3, conservée au Cabinet des Médailles4. Il attribue alors l’intaille et la plaquette à Galeazzo Mondella. Cet artiste, élogieusement cité par Vasari5, était ainsi associé pour la première fois à des œuvres apparemment signées : en effet, sur le billot où le bourreau s’apprête à décapiter Clodius Albinus, apparaissent les lettres « STGM ». Le conservateur prend cependant soin de noter la faiblesse évidente de cette attribution : l’interprétation ne repose que sur  les deux dernières lettres du monogramme, sans apporter de lumière sur le début de l’inscription. L’acquisition en 2021 par le Département des Monnaies, médailles et antiques d’un exemplaire de cette plaquette6 vient heureusement offrir un pendant à l’intaille dans les collections de la Bibliothèque nationale de France. Elle constitue l’occasion de revenir sur la scène représentée, de proposer une explication pour les lettres STGM et de discuter son attribution.

Figure 1 et 2 : L’intaille (en haut) et la plaquette (en bas) de Septime Sévère ordonnant la décapitation du cadavre d’Albinus, Paris, BnF, n° d’inventaire 58.2452 et 2021.2

Continuer la lecture de Septime Sévère ordonnant la décapitation du corps de Clodius Albinus (Giovanni Bernardi (att.), vers 1535)

  1. Émile Molinier, Les plaquettes, catalogue raisonné, Paris, Librairie de l’art, 1886. La plaquette dont il est question ici est publiée dans le deuxième volume, p. 15, n° 346. L’INHA met à disposition une version en ligne du catalogue. []
  2. Wilhelm Bode, Beschreibung der Bildwerke der christlichen Epoche, Berlin, W. Spemann, 1888, p. 218, n° 954. []
  3. Selon une pratique courante, des empreintes métalliques ont été prises de l’intaille : il est ainsi possible de dénombrer une ou deux plaquettes en plomb (Londres, British Museum et à l’Accademia Carrara de Bergame), ainsi que trois autres en bronze (Berlin, Staatliche Museen zu Berlin, Florence, museo Horne et Paris, musée du Louvre). Les modalités et les finalités de ces reproductions restent l’objet de recherches : s’agit-il de ricordi, de modèle d’ateliers, de reproductions exécutées par des marchands ou par des ateliers dans une perspective de diffusion ? Voir Luchs Alison (dir.), Italian Plaquettes, National Gallery of Art, Washington, 1989 et Leino Marika, Fashion, Devotion and Contemplation: The Status and Functions of the Italian Renaissance Plaquettes, Peter Lang, Oxford, 2012. []
  4. Entrée dans la collection en 1846, n° d’inventaire 58.2452 et reg.A.410. []
  5. « Galeazzo Mondella, il quale, oltre all’intagliar le gioie, disegnò benissimo », soit « Galeazzo Mondella, qui, en plus de tailler des bijoux, dessinait très bien » in Giorgio Vasari, Delle Vite de’ più eccellenti pittori, scultori et architetti, édition de 1568, III, p. 288. []
  6. Exemplaire provenant de la collection Larminet-Davioud, mise en vente le 27 janvier 2021 à Paris par Pierre Bergé et Associés. []

Antiquités, archéologie et récit des origines dans la construction nationale italienne (XVIIIE-XIXe siècles) III

La Rome antique et le Risorgimento

Cet article est la conclusion du cycle consacré à la relecture de l’Antiquité durant le processus de construction nationale italienne dont les deux premiers articles ont respectivement abordé les sujets suivants :

Nous évoquerons ici trois aspects du mythe de la Rome antique dans la vie politique de la période pré-unitaire qui s’achève en 1870 avec la prise de Rome qui devient, alors, la capitale du nouveau royaume d’Italie :

  1. La Terza Roma et le récit national de l’italianité
  2. La République de 1849 entre droit romain et poésie patriotique
  3. Rome et le Mare nostrum

Continuer la lecture de Antiquités, archéologie et récit des origines dans la construction nationale italienne (XVIIIE-XIXe siècles) III

Conférence en ligne : Les vues d’Italie et d’Orient par les frères Piranèse

Dans le cadre de la 10e édition du cycle « les Trésors de Richelieu » (org. INHA, BnF, ENC), Annie Gilet (musée des Beaux-Arts de Tours), et Sophie Guérinot (bibliothèque de l’Arsenal, BnF) présenteront  les vues d’Italie et d’Orient par les frères Piranèse, conservées à la bibliothèque de l’Arsenal. En raison des règles sanitaires en vigueur la conférence sera visible en ligne :

le 9 février 2021 à 19h sur la page Facebook de l’INHA.

Continuer la lecture de Conférence en ligne : Les vues d’Italie et d’Orient par les frères Piranèse

Le plus ancien recueil des dialogues de Platon

Archive: image du mois mai 2020

Mai 2020: Le plus ancien recueil des dialogues de Platon

République, livre VII (514a-515d), début du mythe de la caverne, Grec 1807, f. 73

Les dialogues de Platon, écrits au IVe siècle avant notre ère, nous sont transmis, de façon très fragmentaire, par une centaine de papyrus antiques, mais c’est par l’intermédiaire de Byzance que nous sont parvenus les dialogues complets. Le plus ancien recueil et le plus célèbre est conservé à la Bibliothèque nationale de France sous la cote Grec 1807.

Continuer la lecture de Le plus ancien recueil des dialogues de Platon

Une carte à jouer à enseignes latines de Venise représentant des monnaies arméniennes

Carte de neuf deniers, tiré d’un jeux de tarot à enseignes latines peint par Marcolongo, Venise, 1803-1804 (BnF, EST, RESERVE KH-167 (5,173-176)-BOITE ECU)

La Bibliothèque nationale de France conserve un étonnant jeu de cartes vénitien, peint à la gouache à Venise par un certain Marcolongo. Ce jeu de tarot à enseignes latines comporte notamment un ensemble de treize cartes de deniers reproduisant des monnaies anciennes couvrant plus d’un millénaire et demi, depuis le IIIe siècle avant notre ère jusqu’à la fin du XVIIIe siècle.

Continuer la lecture de Une carte à jouer à enseignes latines de Venise représentant des monnaies arméniennes

L’antique Babylone à l’Opéra : les projets de tous les décors de Sémiramis de Catel enfin identifiés

Réunir l’iconographie d’un spectacle, de ses décors, de ses costumes, peut constituer un long processus jalonné parfois par la réapparition inopinée et progressive sur le marché de l’art de dessins, voire s’apparenter à un parcours semé de pièges quand, en particulier, certains de ces témoins portent des inscriptions d’époque fautives. Aussi est-il vital de confronter cette iconographie non seulement avec les didascalies des livrets mais aussi avec toutes les données, même lacunaires, fournies par les archives et quelquefois par la presse contemporaine de la création de l’ouvrage.

On verra ici que, contrairement aux apparences, des projets de décors annotés Mystères d’Isis, selon le titre choisi pour les représentations de La Flûte enchantée de Mozart (1756-1791) à l’Opéra de Paris en 1801, se rapportent en réalité à une autre œuvre, donnée l’année suivante dans le même théâtre. Il s’agit de Sémiramis, une tragédie lyrique en trois actes de Charles-Simon Catel (1773-1830), professeur au Conservatoire de Musique et auteur d’un Traité d’harmonie en 1801. Si Les Mystères d’Isis et Sémiramis ont en commun de traiter d’un sujet oriental – l’un se situant dans l’Égypte antique, l’autre à Babylone –, leurs décors ne sauraient être confondus. C’est cette constatation qui fournit l’un des éléments essentiels de la présente mise au point.

Sémiramis : projet de décor de l’acte II / par Charles Percier, [1802], Dpt Bibliothèque Musée de l’Opéra DES-29 sur Gallica

En avril 2019, la Bibliothèque-musée de l’Opéra (BnF) a fait l’acquisition d’un dessin de l’architecte et décorateur Charles Percier (1764-1838) montrant un décor de scène (fig. 1 ci-dessus). Continuer la lecture de L’antique Babylone à l’Opéra : les projets de tous les décors de Sémiramis de Catel enfin identifiés

Antiquités, archéologie et récit des origines dans la construction nationale italienne (XVIIIe-XIXe siècles) II.

Les Étrusques dans le débat patriotique du Risorgimento

Après une première partie consacrée à l’évolution de la « question homérique » dans le contexte culturel napolitain, ce deuxième article a comme objet la fortune des Étrusques pendant la période du Risorgimento1. Trois modèles politiques sont ainsi rapprochés d’une certaine réception des Étrusques dans le processus de la construction nationale italienne :

  1. Vincenzo Cuoco, l’Italie napoléonienne et l’histoire nationale
  2. Giuseppe Micali, les Étrusques et le modèle confédéral
  3. La construction nationale, les Étrusques et le Piémont des Savoie

Continuer la lecture de Antiquités, archéologie et récit des origines dans la construction nationale italienne (XVIIIe-XIXe siècles) II.

A propos du “Japon grec” de Michaël Lucken

Évoquer le Japon sur le blog de l’Antiquité à la BnF, voilà qui pourrait paraître incongru. D’autant plus lorsqu’il ne s’agit pas de l’Antiquité japonaise, mais bien du lien entre l’Antiquité occidentale, grecque plus particulièrement, et la culture japonaise moderne et contemporaine. Pourtant, la lecture de l’ouvrage Le Japon Grec : culture et possession, de Michaël Lucken1, historien et philosophe professeur à l’Inalco, et paru chez Gallimard en mai dernier, révèle ce rapport comme une évidence. Dans le sillage de cette publication, deux journées d’études sont d’ailleurs consacrées à la « Présence de l’antiquité classique dans le Japon contemporain » ce mois de novembre à l’Université d’Orléans. Continuer la lecture de A propos du “Japon grec” de Michaël Lucken

  1. Michaël Lucken, Le Japon grec : culture et possession. Paris : Gallimard, 2019. 250 p. []

JEP 2019 : Astérix a la BNF

A l’occasion des JEP 2019 (20-22 septembre), 44 planches originales d’Astérix le Gaulois seront présentées à la BnF-François Mitterrand (Galerie des Donateurs).

120 planches au total ont été données en 2011 par Albert Uderzo et avaient été exposées en 2013. Plus récemment, une autre exposition à la Cinémathèque française avait mis en lumière le succès de ce héros sur les grands écrans grâce au talent de Goscinny.

Pour en savoir plus sur les relations entre l’antiquité et la bande-dessinée :

Cl. Aziza,  Guide de l’Antiquité imaginaire : roman, cinéma, bande dessinée, Paris, 2016

J. Gallego, La bande dessinée historique. Premier cycle, L’Antiquité : [colloque international] 23-26 novembre 2011, Pau, 2015

S. Garat, “La bande dessinée et l’histoire ancienne. Entretien avec Pauline Ducret”, in : Actualités des études anciennes, 18/01/2017, en ligne.

L’archéologie en bulles : [exposition, Paris, Musée du Louvre, Petite galerie, 26 septembre 2018-1er juillet 2019], Paris, 2018.

 

 

Play-conférence : Assassin’s Creed Odyssey (16 avril 2019) – Compte-rendu enrichi

(Image de bandeau : jaquette d’Assassin’s Creed Odyssey, ©UBISOFT)

Le 16 avril 2019, la Bibliothèque nationale de France a inauguré avec une séance sur Assassin’s Creed Odyssey un cycle de play-conférences dédié à l’étude de la représentation de l’histoire dans les jeux vidéo, piloté par Romain Vincent, chercheur associé au département de l’Audiovisuel et doctorant sur les usages pédagogiques du jeu vidéo1. À son invitation, Paul-Antoine Colombani (docteur en littérature comparée, rédacteur du carnet La mythologie grecque, au cœur du jeu vidéo) et Fabien Bièvre-Perrin (docteur en archéologie antique, éditeur du carnet Antiquipop : L’Antiquité dans la culture populaire contemporaine) se sont prêtés à l’analyse en direct de cet épisode antique de la franchise Assassin’s Creed2 via une exploration du jeu.

Ce billet sous forme de compte-rendu a pour but d’accompagner la captation de cette séance inaugurale (vidéo à retrouver ci-dessous) et d’enrichir le propos d’exemples glanés dans les très riches collections de la BnF. Afin d’adopter la visée pédagogique la plus large possible, la majorité des références bibliographiques sont de langue française. Sauf indication de référence précise, les propos entre guillemets sont rapportés des intervenants.

Continuer la lecture de Play-conférence : Assassin’s Creed Odyssey (16 avril 2019) – Compte-rendu enrichi

  1. Voir sa chaîne Youtube : JVH – Jeux Vidéo et Histoire []
  2. Assassin’s Creed Odyssey : édition medusa / developed by Ubisoft [Montréal]. Montreuil : Ubisoft entertainment, copyright 2018 []

Roma: maquette de l’acte IV : Le sénat

Archives image du mois de juin 2019

Roma: maquette de l’acte IV : Le sénat

Roma : maquette construite de l’acte IV / par Alexandre Bailly, 1912. Bibliothèque – musée de l’Opéra MAQ 464

Roma est créé à Monté-Carlo le 17 février 1912 et à l’Opéra Garnier le 24 avril de la même année, sur un livret d’Henri Cain d’après la Rome vaincue de Dominique Alexandre Parodi (1876) et sur une musique de Jules Massenet dans un déploiement de décors grandioses.

Continuer la lecture de Roma: maquette de l’acte IV : Le sénat

Atalante et ses prétendants

 

Cet article propose un bref panorama de la représentation des liens amoureux dans le mythe d’Atalante, de l’Antiquité jusqu’à nos jours, à partir de deux objets conservés au Département des Monnaies, médailles et antiques (MMA) de la Bibliothèque nationale de France (BnF).1

Coupe dite de “Pélée et Atalante”, attribuée au Peintre de Jena, vers 390-370 av. J.-C. (détail)  (BnF, MMA, De Ridder.818 = Luynes.730)

Continuer la lecture de Atalante et ses prétendants

  1. Cet article est inspiré en grande partie des recherches effectuées pour mon Master 2 (2014), sous la direction de Violaine Sebillotte Cuchet, Université Paris 1, et publiées sous le titre de Farouche Atalante en 2016 []