Archives par mot-clé : Réception de l’antiquité

Le vocabulaire ornemental antique dans la Nouvelle iconologie historique de Jean-Charles Delafosse (1768)

La référence à l’antiquité est constante dans le corpus des iconologies1, dès l’édition princeps de Ripa en 15932. Elle y prend différentes formes. En premier lieu, elle justifie chez Ripa la composition-même de son ouvrage, lui qui entend analyser la méthode permettant de donner une forme sensible à la définition – au sens aristotélicien – des concepts3. Dès le titre, il indique décrire des images universelles « tirées de l’Antiquité et d’autres lieux4 ». Pour appuyer sa démarche, dans son Proemio, il se réfère à Aristote, à Platon, à Pythagore et plus généralement aux « philosophes » et aux « prophètes », mais aussi à la « sapience des Égyptiens », fut-ce pour la critiquer.

Ce sont encore ces références qui lui servent d’argument dans le corps d’ouvrage, l’humaniste italien n’hésitant pas à additionner les sources pour motiver ses propositions iconographiques. Ainsi, pour expliquer la présence de la salamandre dans la personnification du feu, il écrit :

Della salamandra Plinio nel lib. 10 cap. 67 dice, che è animale simile alla lcertola, pieno di stelle, il quale non vien mai, se non à tempo di lunghe pioggie, & per sereno manca.

Questo animale è tanti freddo, che spegne il fuoco tocco non altrimente, che farebbe il ghiaccio, & dicesi anco, che quest’animale sta, & vive nel fuoco, & più tosto l’estingue, che da quello riceva nocumento alcuno, come dicono Aristotele, & altri scritori delle cose naturali5.

Les auteurs convoqués étayent l’argumentation en raison de l’ancienneté de leurs écrits, qui leur confère force de preuve, et en tant que caution intellectuelle.
Les suiveurs de Ripa n’agissent pas autrement, dans la majorité des cas. Ils en appellent aux sources littéraires antiques comme autant d’autorités qui prouvent que non seulement on peut représenter tel ou tel concept de telle ou telle manière, mais encore, on le doit. Pourtant, plus les éditions se multiplient, plus les compositions proposées et l’interprétation des attributs varient d’un iconologiste à l’autre. Plus encore, certains n’hésitent pas à remettre explicitement en cause les choix de Ripa6.

Continuer la lecture de Le vocabulaire ornemental antique dans la Nouvelle iconologie historique de Jean-Charles Delafosse (1768)

  1. Nous désignons par iconologies l’ensemble des publications qui s’inscrivent dans la filiation de l’Iconologia de Cesare Ripa et qui proposent des solutions visuelles pour représenter les concepts, associant personnification et attributs ou, dans certains cas, des combinaisons d’attributs sans personnification. []
  2. Cesare Ripa, Iconologia overo Descrittione Dell’imagini Universali cavate dall’Antichità et da altri luoghi, Rome, Heredi di Giovanni Giggliotti, 1593. Voir sur Gallica. []
  3. Cesare Ripa, « Proemio » dans Iconologia overo Descrittione Dell’imagini Universali cavate dall’Antichità et da altri luoghi, Rome, Heredi di Giovanni Giggliotti, 1593. []
  4. Voir note 1. []
  5. « Pline dit de la salamandre au chapitre 10, chapitre 67, que c’est un animal semblable au lézard, plein d’étoiles, qui ne vient jamais qu’au moment des longues pluies, et quand la pluie vient à manquer. Cet animal est si froid qu’il n’éteint pas le feu autrement que ne le ferait la glace, et l’on dit aussi que cet animal vit dans le feu et l’éteint plus vite qu’il n’en reçoit de mal, comme le disent Aristote et d’autres qui ont écrit sur les choses naturelles. » Cesare Ripa, Iconologia overo Descrittione di diverse Imagini cavate dall’antichità, & di propria inventione, Rome, Lepido Faci, 1603. Notons que dès cette deuxième édition de l’ouvrage, dans le titre, les « autres lieux » sont devenus « sa propre invention » []
  6. Charles-Étienne Gaucher, Hubert-François Gravelot, Charles-Nicolas Cochin, Iconologie ou traité des allégories, Paris, Lattré, 1795, p. XI []

Appel à chercheurs à la BNF 2023-2024

La Bibliothèque nationale de France publie chaque année un appel à chercheurs afin de s’associer le concours de jeunes chercheurs à des fins d’étude et de valorisation de ses collections, en priorité celles inédites, méconnues ou insuffisamment décrites. L’appel pour 2023-2024 a été mis en ligne fin janvier. La date limite de réception des candidatures est le 2 mai 2023 à 12h.

En 2022, ce dispositif a permis d’accueillir 31 chercheurs associés dans 17 départements de la BnF.

Le statut de chercheur associé offre un accueil et un accompagnement dans un département de la BnF, avec un accès facilité aux collections. Les avantages, conditions d’éligibilité et engagements des chercheurs associés sont décrits dans le règlement de l’appel à chercheurs de la BnF dont la consultation est impérative avant toute candidature au présent appel.

Les sujets dédiés à l’antiquité

Cette année, parmi les différentes sujets proposés, certains ont un lien avec l’Antiquité :

Pour information, un autre appel en mars 2023 (date limite du dépôt de candidature le mercredi 31 mai 2023 à minuit) sera fait en vue d’un contrat postdoctoral en partenariat avec l’École universitaire de recherche Translitterae (PSL). Translitteræ explore les Humanités du point de vue des circulations dont elles résultent et analyse la constitution même des disciplines comme le résultat de processus permanents de transferts. Quatre thématiques sont couvertes par Translitteræ : Textes en translation, Histoires et transferts, Pensée critique transdisciplinaire, Humanités, sciences et techniques.

Citer ce billet : Antiquité BnF, "Appel à chercheurs à la BNF 2023-2024", in L’Antiquité à la BnF, 05/04/2023, https://antiquitebnf.hypotheses.org/20070, [consulté le 21/02/2024].

La Renaissance d’Héraclès : une plaquette du XVe siècle inspirée d’une monnaie grecque

Archive : image du mois de février 2023

Plaquette, bronze, Moderno, fin du XVe siècle (BnF, MMA, AV.2534)

Cette plaquette Renaissance en bronze conservée au département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF est ornée d’un thème célèbre de la geste d’Héraclès/Hercule : le héros en train d’étouffer le lion de Némée.

Moderno (Galeazzo Mondella ? 1467-1528) a exécuté plusieurs plaquettes qui sont autant de variations de ce motif.  Elles ont été très largement reproduites et diffusées dès le XVIe siècle, signe de leur succès.

Les plaquettes – qu’il est possible de définir comme des estampes en relief – permettent en effet la circulation, pendant la Renaissance, d’une iconographie qui fait la part belle à l’antique. Les collectionneurs de l’époque font ainsi surmouler des camées et des intailles antiques, ou de petits reliefs qui s’inspirent de l’Antiquité.

Continuer la lecture de La Renaissance d’Héraclès : une plaquette du XVe siècle inspirée d’une monnaie grecque

L’antiquité chantée et dansée : la Grèce antique à l’Opéra

Ill.1 : Bélanger, projet de décor pour Alceste, 1776, BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra, ESQUISSES ANCIENNES-5 (1) sur Gallica

Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, un grand mouvement entraîne l’Europe artiste et savante vers une admiration toujours plus vive de l’Antiquité. Les causes de ce phénomène sont bien connues. Elles trouvent leur origine dans les premières fouilles entreprises en Italie qui favorisent les débuts de l’archéologie et stimulent le commerce des œuvres d’art. À son tour, le dynamisme du marché de l’art soutenu par ces découvertes provoque un engouement extraordinaire pour les antiquités grecques et romaines et conduit à la formation des collections des premiers musées publics, aussi bien en Italie qu’en Allemagne1. Décrites par les historiens d’art, ces collections suscitent de nombreuses vocations d’antiquaires, férus de vases grecs, de bas-reliefs, de statuaire, et attisent la curiosité des artistes pour lesquels le voyage en Italie s’impose désormais comme un « rite de passage professionnel2».

Ainsi, le renouveau esthétique qui touche à cette époque aussi bien les domaines de la peinture, de la sculpture, que ceux de l’architecture et des arts décoratifs, se caractérise essentiellement par un « retour à l’antique ». Le collectionneur Caylus, le sculpteur Bouchardon et le peintre Vien firent partie de ceux qui, en France, contribuèrent très activement à la diffusion des chefs-d’œuvre de l’Antiquité. Chacun à sa façon, ils eurent l’ambition de régénérer l’art contemporain, qu’ils jugeaient décadent, par l’art antique, porteur d’inspiration. Tournant le dos aux fantaisies de l’art rocaille, ils défendaient une ligne plus austère, qui trouva son plein épanouissement dans ce qu’on a appelé précisément à cette époque-là « le goût à la grecque ».

Y a-t-il eu un « goût grec » à l’Opéra aussi fort, aussi puissant, que celui que l’on observe dans le champ des beaux-arts, de la mode et des arts décoratifs ? Comment s’est-il manifesté et quels en ont été les principaux promoteurs ? De quelle manière les compositeurs, les librettistes, les chorégraphes, les dessinateurs de décors et de costume se sont-ils approprié le langage de l’Antiquité, remis au goût du jour par les travaux des érudits ? Ont-ils rencontré des résistances ? C’est à toutes ces questions que le présent billet cherchera à apporter quelques éléments de réponse.

Continuer la lecture de L’antiquité chantée et dansée : la Grèce antique à l’Opéra

  1. Pomian, 2020. Decultot, 2006, 18-19. []
  2. Bertrand, 2008, 72. []

Une caricature italienne de l’Expédition d’Égypte

Archive : Image du mois de Novembre 2022

NaPoleone Bonaparte Mummia, 1798-1799 © Bibliothèque municipale de Valenciennes, N-I18ANO0001/Gallica.

Bien avant qu’il ne devienne empereur, Napoléon Bonaparte est le sujet de nombreuses caricatures aussi bien en France qu’à l’étranger. Seules quelques rares estampes traitent toutefois de l’Expédition d’Égypte (1798-1801) qu’il a menée contre les Ottomans alliés aux Anglais. Cette eau-forte aquarellée comporte la légende : “NaPoleone Bonaparte Mummia” (“Napoléon Bonaparte (comme) momie”). D’après Broadley (p. 147-148) elle date de fin 1798-début 1799 et a été imprimée en Italie, qui avait été le champ de bataille précédent du jeune général lors de la Campagne d’Italie (1796-1797). Dans cette caricature, les ennemis ne sont pas les contemporains de Bonaparte, mais des anciens Égyptiens qui se chargent de lui infliger les rites funéraires et de stopper ainsi son ambition dévorante.

Continuer la lecture de Une caricature italienne de l’Expédition d’Égypte

Colloque : Jules César dans la culture de masse, construction d’une image de l’Antiquité à nos jours, Besançon, 20-21 octobre 2022

L’image que la publicité télévisuelle véhicule de César, depuis 1968 et la diffusion de la première annonce publicitaire sur les écrans français, sert de point de départ à la réflexion sur la place du dirigeant romain dans l’imaginaire récent. Pour atteindre ses objectifs commerciaux, la publicité télévisuelle exploite les stéréotypes de l’imaginaire collectif, sa cible de communication étant le grand public au sens le plus large qu’il soit. Elle s’emploie à exploiter des images et un langage les plus accessibles possible. Afin de limiter au maximum les incompréhensions, les publicitaires utilisent souvent ce qu’ils considèrent être le plus petit dénominateur culturel commun, une stratégie d’autant plus importante lorsqu’elle recourt à l’Histoire pour étayer son argumentaire, le risque que le public ne saisisse pas une référence historique pointue étant grand.

Jeudi 20 octobre

Présidence : François de Callataÿ

14h | Introduction Antonio Gonzales, directeur ISTA Besançon

14h10 | César et la publicité : reflet de notre vision contemporaine de César ? Claire Mercier, doctorante, ISTA, Université de Franche-Comté Besançon

Claire Mercier proposera en introduction de voir comment ce processus s’est appliqué au mythe de Jules César, et à quoi cette essentialisation publicitaire a réduit le grand dirigeant romain, puis, avant d’aborder l’image de César dans la culture de masse récente et afin de mieux la comprendre, les premières communications du colloque retraceront l’évolution de la figure de Jules César au fil du temps, de l’Antiquité aux années 1960.

Continuer la lecture de Colloque : Jules César dans la culture de masse, construction d’une image de l’Antiquité à nos jours, Besançon, 20-21 octobre 2022

L’Agenda de l’Antiquité 2022-2023

En cette rentrée 2022, nous vous proposons des ressources en ligne ainsi qu’une sélection de conférences et d’expositions en cours ou à venir, en France et à l’étranger. L’Antiquité sera mise à l’honneur en particulier à travers la réouverture en septembre de la BnF-Richelieu à Paris et de son musée, tandis que le bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes par Jean-François Champollion se poursuit avec de nombreux événements prévus jusqu’à début 2023.

Bonne lecture et bonnes découvertes !

Continuer la lecture de L’Agenda de l’Antiquité 2022-2023

L’impératrice Messaline dans les collections de la BnF : les métamorphoses d’une femme de pouvoir

L’impératrice Valeria Messalina (née vers l’an 25 et morte en 48 après J.-C.), plus connue sous le seul nom de Messaline, a laissé le souvenir d’une femme dépravée et cruelle. Cette image, directement issue des œuvres de Tacite, Juvénal (Ier siècle) et Cassius Dion (IIIe siècle), est réutilisée aux époques médiévale, moderne et contemporaine, à l’attention d’un public parfois friand d’anecdotes scandaleuses, censées illustrer l’incapacité des femmes à régner ou à exercer un quelconque pouvoir.

Continuer la lecture de L’impératrice Messaline dans les collections de la BnF : les métamorphoses d’une femme de pouvoir

Appel à chercheurs à la BnF 2022

La Bibliothèque nationale de France publie chaque année un appel à chercheurs afin de s’associer le concours de jeunes chercheurs à des fins d’étude et de valorisation de ses collections, en priorité celles inédites, méconnues ou insuffisamment décrites. L’appel pour 2022 a été mis en ligne fin janvier. La date limite de réception des candidatures est le 25 avril 2022 à 12:00.

Continuer la lecture de Appel à chercheurs à la BnF 2022

Amnéris, princesse d’une Égypte enchantée

Archive : images du mois de janvier 2022

Aïda : douze projets de costumes, par Henry de Montaut, [vers 1879-1880], BnF, BMO, D-156, f. 11

L’Opéra Aïda, de Giuseppe Verdi, créé le 24 décembre 1871 au Caire, est célèbre pour sa reconstitution de l’Égypte ancienne présente à travers les costumes, les bijoux et les décors. Cette fresque historique, dont le scénario a été rédigé par l’égyptologue Auguste Mariette, connaîtra ensuite un véritable succès dans toute l’Europe. La Bibliothèque-musée de l’Opéra de la BnF conserve plusieurs carnets préparatoires de ces costumes, notamment ceux de Mariette lui-même, légués par son fils.

Continuer la lecture de Amnéris, princesse d’une Égypte enchantée

Du taureau d’Europe au banquet d’Alexandre : l’Antiquité aux journées européennes du Patrimoine 2021 @BnF

Les 38e journées européennes du patrimoine ont lieu les 18 et 19 septembre 2021, autour du thème : « Patrimoine pour tous ». Au 58 rue de Richelieu, la Bibliothèque nationale de France expose entre autres des œuvres où l’Antiquité est au cœur d’un patrimoine hérité et partagé, du mythe d’Europe à la réception internationale de la figure d’Alexandre le Grand.

Continuer la lecture de Du taureau d’Europe au banquet d’Alexandre : l’Antiquité aux journées européennes du Patrimoine 2021 @BnF

Archive : image du mois d’août 2021: jeux d’orgues Clémançon du son et lumière des Pyramides du Caire, 1960

Le spectacle aux Pyramides du Caire fut inauguré le 12 avril 1961. Le texte de Gaston Bonheur fut mis en scène par Gaston Papeloux et en ondes par Jean Wilfrid Garrett, sur une musique de Georges Delrue. Il durait 45 minutes et était diffusé en quatre langues : allemand, anglais, arabe et français. Il y était question en 70 tableaux de la construction des pyramides, des cérémonies d’inauguration, du sacre et des funérailles du pharaon, d’un hymne au Nil “père de la civilisation égyptienne”.

Le Sphinx, devant lequel seront rangés les spectateurs, est le personnage central de l’immense scène de 2 kilomètres de large et 900 mètres de profondeur d’où surgissent de la nuit du désert les montagnes lumineuses de Cheops, de Chephren et de Mykerinos, ainsi que les pyramides des reines, les tombeaux des dignitaires, les temples…1

Continuer la lecture de Archive : image du mois d’août 2021: jeux d’orgues Clémançon du son et lumière des Pyramides du Caire, 1960

  1. M. L., “Son et Lumière aux Pyramides”, Le Monde, 15 mars 1961. []

Septime Sévère ordonnant la décapitation du corps de Clodius Albinus (Giovanni Bernardi (att.), vers 1535)

Émile Molinier, conservateur au musée du Louvre, publie en 1886 un catalogue fondateur pour l’étude des plaquettes1. Ces bas-reliefs en bronze de petite taille, produits essentiellement pendant la Renaissance, se distinguent des médailles, à visée commémorative, par leur dimension narrative. Elles prennent généralement pour thèmes des récits bibliques ou mythologiques, ainsi que des épisodes de l’histoire antique ; elles sont souvent issues du moulage d’œuvres d’orfèvrerie, ont des usages variés (ricordi, baisers de paix, éléments décoratifs intégrés dans des petits objets, agrafes de vêtements, enseignes…) et constituent fréquemment des multiples.

Au sein du corpus établi par Molinier se trouve une plaquette représentant Septime Sévère ordonnant la décapitation du corps de Clodius Albinus, dont il repère un exemplaire au musée de Berlin2 et dont il remarque qu’elle correspond à  l’empreinte d’une intaille3, conservée au Cabinet des Médailles4. Il attribue alors l’intaille et la plaquette à Galeazzo Mondella. Cet artiste, élogieusement cité par Vasari5, était ainsi associé pour la première fois à des œuvres apparemment signées : en effet, sur le billot où le bourreau s’apprête à décapiter Clodius Albinus, apparaissent les lettres « STGM ». Le conservateur prend cependant soin de noter la faiblesse évidente de cette attribution : l’interprétation ne repose que sur  les deux dernières lettres du monogramme, sans apporter de lumière sur le début de l’inscription. L’acquisition en 2021 par le Département des Monnaies, médailles et antiques d’un exemplaire de cette plaquette6 vient heureusement offrir un pendant à l’intaille dans les collections de la Bibliothèque nationale de France. Elle constitue l’occasion de revenir sur la scène représentée, de proposer une explication pour les lettres STGM et de discuter son attribution.

Figure 1 et 2 : L’intaille (en haut) et la plaquette (en bas) de Septime Sévère ordonnant la décapitation du cadavre d’Albinus, Paris, BnF, n° d’inventaire 58.2452 et 2021.2

Continuer la lecture de Septime Sévère ordonnant la décapitation du corps de Clodius Albinus (Giovanni Bernardi (att.), vers 1535)

  1. Émile Molinier, Les plaquettes, catalogue raisonné, Paris, Librairie de l’art, 1886. La plaquette dont il est question ici est publiée dans le deuxième volume, p. 15, n° 346. L’INHA met à disposition une version en ligne du catalogue. []
  2. Wilhelm Bode, Beschreibung der Bildwerke der christlichen Epoche, Berlin, W. Spemann, 1888, p. 218, n° 954. []
  3. Selon une pratique courante, des empreintes métalliques ont été prises de l’intaille : il est ainsi possible de dénombrer une ou deux plaquettes en plomb (Londres, British Museum et à l’Accademia Carrara de Bergame), ainsi que trois autres en bronze (Berlin, Staatliche Museen zu Berlin, Florence, museo Horne et Paris, musée du Louvre). Les modalités et les finalités de ces reproductions restent l’objet de recherches : s’agit-il de ricordi, de modèle d’ateliers, de reproductions exécutées par des marchands ou par des ateliers dans une perspective de diffusion ? Voir Luchs Alison (dir.), Italian Plaquettes, National Gallery of Art, Washington, 1989 et Leino Marika, Fashion, Devotion and Contemplation: The Status and Functions of the Italian Renaissance Plaquettes, Peter Lang, Oxford, 2012. []
  4. Entrée dans la collection en 1846, n° d’inventaire 58.2452 et reg.A.410. []
  5. « Galeazzo Mondella, il quale, oltre all’intagliar le gioie, disegnò benissimo », soit « Galeazzo Mondella, qui, en plus de tailler des bijoux, dessinait très bien » in Giorgio Vasari, Delle Vite de’ più eccellenti pittori, scultori et architetti, édition de 1568, III, p. 288. []
  6. Exemplaire provenant de la collection Larminet-Davioud, mise en vente le 27 janvier 2021 à Paris par Pierre Bergé et Associés. []

Antiquités, archéologie et récit des origines dans la construction nationale italienne (XVIIIE-XIXe siècles) III

La Rome antique et le Risorgimento

Cet article est la conclusion du cycle consacré à la relecture de l’Antiquité durant le processus de construction nationale italienne dont les deux premiers articles ont respectivement abordé les sujets suivants :

Nous évoquerons ici trois aspects du mythe de la Rome antique dans la vie politique de la période pré-unitaire qui s’achève en 1870 avec la prise de Rome qui devient, alors, la capitale du nouveau royaume d’Italie :

  1. La Terza Roma et le récit national de l’italianité
  2. La République de 1849 entre droit romain et poésie patriotique
  3. Rome et le Mare nostrum

Continuer la lecture de Antiquités, archéologie et récit des origines dans la construction nationale italienne (XVIIIE-XIXe siècles) III

Conférence en ligne : Les vues d’Italie et d’Orient par les frères Piranèse

Dans le cadre de la 10e édition du cycle « les Trésors de Richelieu » (org. INHA, BnF, ENC), Annie Gilet (musée des Beaux-Arts de Tours), et Sophie Guérinot (bibliothèque de l’Arsenal, BnF) présenteront  les vues d’Italie et d’Orient par les frères Piranèse, conservées à la bibliothèque de l’Arsenal. En raison des règles sanitaires en vigueur la conférence sera visible en ligne :

le 9 février 2021 à 19h sur la page Facebook de l’INHA.

Continuer la lecture de Conférence en ligne : Les vues d’Italie et d’Orient par les frères Piranèse