Archives par mot-clé : port

conférence mercredi 16 juin 18 h 30 : Les ports perdus des étrusques

16 juin à 18 h 30 : conférence : Les ports perdus des Étrusques par Jean-Philippe Goiran, Laboratoire Archéorient – Maison de l’Orient et la Méditerranée (Lyon).

Découvrez comment l’Histoire s’élabore au fil des fouilles, de l’étude des objets ou des textes à travers la rencontre avec ceux qui l’enrichissent chaque jour par leurs recherches. Ce nouveau rendez-vous est consacré à l’actualité de la recherche autour de l’archéologie des ports.

Philippe Cluverio (cartographe), Henri Le Roy (graveur), carte imprimée : Etruriae antiquae descriptio, 1624. BnF, département Cartes et plans, GE BB-246 (XII, 84)

Continuer la lecture de conférence mercredi 16 juin 18 h 30 : Les ports perdus des étrusques

Archive. Image du mois de juin 2021 : Retour au port, « Isis à la voile » à Alexandrie

Revers d’une drachme de bronze d’Alexandrie (Égypte) frappée en l’an 18 du règne d’Hadrien (133/4 ap. J.-C.). 23,08 g ; 34 mm ; 1 h (BnF, MMA, 1967.1671)1.

Le revers de cette grande monnaie de bronze montre Isis debout à droite, vêtue d’un himation et d’un chiton et tenant des mains et du pied gauche une voile gonflée par le vent. La déesse se tient sur une ligne de sol qui figure le pont d’un navire. Le caractère marin de la scène est encore renforcé par la présence du phare d’Alexandrie, au sommet duquel on devine la statue de Zeus Sôter, et en-dessous deux tritons soufflant dans des conques.

Outre la popularité du culte d’Isis au-delà de l’Égypte durant l’époque romaine, les représentations « d’Isis à la voile » eurent un certain succès, surtout à l’époque des Antonins (IIe siècle ap. J.-C.), sur des supports aussi divers que des monnaies bien entendu, mais aussi des intailles, des sceaux, des lampes, des reliefs et peut-être des statues2. Bien que les premières représentations « d’Isis à la voile » proviennent sans doute plutôt de Byblos (Phénicie) ou de Naukratis (Égypte), la présence du phare sur cette monnaie d’Alexandrie renvoie indubitablement au port de la capitale d’Égypte, dont il constitue à la fois le symbole et la merveille3. Isis apparaît d’ailleurs très tôt sur de nombreuses monnaies égyptiennes. Dès l’époque ptolémaïque, elle est d’abord associée à Sarapis sur des tétradrachmes de Ptolémée IV (222-204 av. J.-C.) puis représentée seule sur de très nombreuses émissions de bronze aux IIe et Ier siècles av. J.-C.

Bronze ptolémaïque d’Alexandrie, vers 150-115 av. J.-C. 17,38 g ; 29 mm ; 12 h (BnF, MMA, Maspero 90)4.

C’est probablement également à cette époque que l’antique déesse égyptienne est pleinement associée à l’élément marin, dans le sillage du culte d’Arsinoé II comme Aphrodite Euploia (« bonne navigation »)5. Cet aspect des compétences prêtées à Isis apparaît bien dans l’arétologie de Kymé6, où lui sont attribués l’invention des activités maritimes, la souveraineté sur les vents et la mer, et le pouvoir de déclencher les tempêtes et de rendre impraticable la navigation7. Dans le cas Alexandrin, « Isis à la voile » peut aussi avoir été investie d’une fonction frumentaire à travers la protection des convois maritimes transportant le blé égyptien jusqu’en Italie où il était distribué aux Romains dans le cadre de l’annone8.

Julien OLIVIER

Le cycle de conférences 2021 « De la fouille à l’écriture de l’Histoire» de la Bibliothèque nationale de France s’intéresse à l’archéologie des ports. Un événement à suivre en ligne en streaming dès le 10 mars. Voir le programme et la bibliographie sur ce carnet.

Citer ce billet : Julien Olivier, "Archive. Image du mois de juin 2021 : Retour au port, « Isis à la voile » à Alexandrie", in L’Antiquité à la BnF, 01/06/2021, https://antiquitebnf.hypotheses.org/13070, [consulté le 03/08/2021].

  1. RPC III, n° 5895. []
  2. L. Bricault, Isis, Dame des flots, Liège, 2006, p. 43. []
  3. Bricault, op. cit., p. 46. []
  4. O. Picard et Th. Faucher 2012, « Les monnaies lagides », dans O. Picard et alii, Les monnaies de fouilles du Centre d’Études Alexandrines. Les monnayages de bronze à Alexandrie de la conquête d’Alexandre à l’Égypte moderne, Alexandrie, 2012, série 7b. []
  5. On lira à ce sujet la partie 1 de la récente thèse de doctorat de Carlos Francis Robinson, ΑΡΣΙΝΟΗ ΕΥΠΛΟΙΑ. Queen Arsinoë II, the Maritime Aphrodite and Early Ptolemaic Ruler Cult (University of Queensland, 2019). []
  6. Ces textes, dont de nombreuses variantes sont connues au sein du monde romain, détaillent les titres et pouvoirs de la divinité en vue de l’introduction de son culte. Le modèle original a sans doute été rédigé par le clergé de Memphis au IIIsiècle av. J.-C. []
  7. Bricault, op. cit., p. 38-9. []
  8. Bricault, ibid []

Archive : image du mois de mai 2021 : Le phare de Corinthe

Monnaie de Corinthe frappée sous le règne de Commode, vers 180-192 ap. J.-C. Bronze, 4,75 g (BnF, MMA, Fonds général 972)

Cette monnaie provinciale romaine émise sous le règne de l’empereur Commode (180 – 192 après J.-C.) – représenté au droit – montre au revers un phare et un bateau à voile avec des rames sur sa gauche. Le phare se compose de quatre niveaux d’élévation, chacun percé de plusieurs baies. L’inscription « C L I COR » (pour Colonia Laus Iulia Corinthiensis) confirme que cette monnaie de bronze a été frappée à Corinthe. Cette iconographie n’est à ce jour attestée à Corinthe que pour les émissions du règne de Commode1. Par ailleurs, la représentation de l’édifice varie sensiblement d’un exemplaire à l’autre. Dans quelle mesure ces monnaies offrent-elle des images fiables d’un phare qui aurait été bâti à Corinthe ? Ont-elles été frappées pour célébrer sa construction ou un réaménagement portuaire ?

Carte de l’isthme de Corinthe, 1771 (BnF, CPL, GE DD-2987 (6113)).

Continuer la lecture de Archive : image du mois de mai 2021 : Le phare de Corinthe

  1. Voir le RPC Online IV, n° 5119 et n° 7603. []

Conférence en ligne mercredi 5 mai 18h30: Le port lacustre de Taposiris Magna (Égypte)

5 mai à 18h30: conférence: ”Le port lacustre de Taposiris Magna” par Marie-Françoise Boussac, Université Paris Nanterre et Maël Crépy
Archéorient – UMR 5133 (CNRS).

La conférence reste en ligne sur la chaîne YouTube de la BnF

https://www.youtube.com/watch?v=hJdGq2gUo3A&t=325s

Découvrez comment l’Histoire s’élabore au fil des fouilles, de l’étude des objets ou des textes à travers la rencontre avec ceux qui l’enrichissent chaque jour par leurs recherches. Ce nouveau rendez-vous est consacré à l’actualité de la recherche autour de l’archéologie des ports.

Emplacement de Taposiris Magna sur un détail de la carte dressée par l’Expédition d’Egypte, BnF, Dpt des Cartes et plans, GE C-11316, Gallica.

Continuer la lecture de Conférence en ligne mercredi 5 mai 18h30: Le port lacustre de Taposiris Magna (Égypte)

Conférence en ligne mercredi 7 avril 18h30: Naviguer à Amathonte : archéologie d’une ville portuaire de Chypre

7 avril à 18h30: conférence: ”Naviguer à Amathonte : archéologie d’une ville portuaire de Chypre” par Anna Cannavò, chercheuse à Histoire et Sources des Mondes antiques – UMR 5189 (HiSoMA, CNRS).

La conférence reste en ligne sur la chaîne YouTube de la BnF

Découvrez comment l’Histoire s’élabore au fil des fouilles, de l’étude des objets ou des textes à travers la rencontre avec ceux qui l’enrichissent chaque jour par leurs recherches. Ce nouveau rendez-vous est consacré à l’actualité de la recherche autour de l’archéologie des ports.

vue aérienne d’Amathonte par P. Aupert, Ecole Française d’Athènes – EFA

Amathonte est un site côtier de Chypre, habité entre le début du Ier millénaire av. J.-C. et la fin de l’époque tardo-antique (VIIe s.). Son réseau commercial, ses activités militaires, sa position elle-même impliquent une relation à la mer intense et variée. Les archéologues s’efforcent d’identifier et d’étudier les monuments et les espaces ayant servi à structurer cette relation, mais aussi le rôle joué par la mer et la navigation dans l’imaginaire artistique et religieux des habitants de la ville. Une mission française (sous l’égide de l’École française d’Athènes et du Ministère des Affaires étrangères, en collaboration avec le Département des Antiquités de Chypre), active depuis 1975, a fouillé un port construit, aujourd’hui submergé, mais a également étudié l’évolution de la ligne de rivage et les espaces de frontière entre la ville et la mer. Des petits bateaux en terre cuite, retrouvés en grand nombre dans des tombes et des sanctuaires, ajoutent une dimension symbolique à l’acte de la navigation. 

Cycle de conférences : « L’archéologie des ports: de la fouille à l’écriture de l’Histoire » – les mercredis, à 18h30, diffusion en ligne sur la chaîne YouTube de la BnF. En savoir plus : notre programme.

Bibliographie

télécharger notre bibliographie

Sicle en argent de Pyrwos (ca. 385 av.n.è.), Amathonte, MMA, M 1836 (25-28-10) < 25  >, sur Gallica 

Les liens vers les objets de la BnF cités dans cette conférence:

  • La tablette d’Idalion, la plus longue inscription connue en en caractères syllabiques chypriotes, Département des Monnaies, médailles et et antiques, n° d’inventaire: Bronze.2297
  • La tablette provenant probablement d’Amathonte comportant une inscription en syllabaire étéochypriote, Département des Monnaies, médailles et et antiques, n° d’inventaire: inv.54.ao.1
  • Une monnaie d’Amathonte, sicle en argent chypriote du roi Pyrwos (c. 385 avant notre ère), inscrite de caractères chypriotes, Département des Monnaies, médailles et et antiques, n° d’inventaire: M 1836 (25-28-10) < 25  >
Modèle de bateau chrypriote archaïque, 600-500 av.n.è, BM 1894,1101.517 © Trustees of the British Museum

Image mise en avant de cette annonce: Modèle de bateau chrypriote archaïque, 750-500 av.n.è, BM 1894,1101.182 © Trustees of the British Museum

Archive : image du mois d’avril 2021. Ostie, complexe portuaire antique de Rome

Cette monnaie montre au droit une tête laurée de Néron (37-68 ap. J.-C.) à droite et au revers une vue synthétique mais très évocatrice de Portus. Le port maritime de Rome apparaît sous la forme d’un bassin encadré à gauche par une structure à colonnades de forme circulaire et à droite par une jetée sur piles. A l’entrée se tient une statue monumentale de Neptune avec son trident sur un piédestal. A l’intérieur mouillent onze embarcations de tailles et formes diverses. En-dessous, la statue d’une divinité nue accoudée sur un dauphin et tenant un gouvernail représente soit le dieu du Port, soit la personnification du Tibre.

Ce sesterce de Néron frappé à Rome en 64 ap. J.-C. commémore l’achèvement de la construction de Portus, commencée en 42 ap. J.-C. sous Claude (10-54 ap. J.-C.). Il appartient à une émission de sesterces frappés dans les deux principaux ateliers monétaires impériaux de l’époque, Rome et Lyon. Le département des Monnaies, médailles et antiques conserve plusieurs exemplaires qui témoignent de l’importance de l’événement : Rome, est enfin dotée d’un port commercial monumental. Situé au nord de l’embouchure du Tibre, sur le territoire d’Ostie, cette infrastructure connecte à présent la capitale de l’Empire au reste du monde méditerranéen, notamment pour mieux assurer son approvisionnement. Jusqu’alors Rome ne bénéficiait que du port d’Ostie, à 35 km à l’embouchure du Tibre ainsi que du port de Pouzzoles, à 235 km au sud.

Continuer la lecture de Archive : image du mois d’avril 2021. Ostie, complexe portuaire antique de Rome

Conférence: Le port romain du quartier de Saint-Lupien à Rezé/Ratiatum (Loire-Atlantique)

10 mars à 18h30: conférence: ”Le port romain du quartier de Saint-Lupien à Rezé/Ratiatum (Loire-Atlantique)” par Jimmy Mouchard, Maître de Conférences en archéologie romaine de l’Université de Nantes.

Découvrez comment l’Histoire s’élabore au fil des fouilles, de l’étude des objets ou des textes à travers la rencontre avec ceux qui l’enrichissent chaque jour par leurs recherches. Ce nouveau rendez-vous est consacré à l’actualité de la recherche autour de l’archéologie des ports.

Pour les dissertations de M. l’abbé Belley sur Limonum, Augustoritum et Ratiatum par le S[ieu]r d’Anville, 1748, GED-10398 sur Gallica

Localisée au fond de l’estuaire de la Loire, l’agglomération romaine de Rezé/Ratiatum – située en province Aquitaine et en territoire picton – occupe un important carrefour de voies terrestres, fluviales et maritimes et se développe le long du fleuve sur environ 40 à 50 hectares à son apogée, au début du 2e siècle de notre ère. Les fouilles conduites depuis 2005 dans le quartier de Saint-Lupien, à l’extrémité orientale de la ville, ont permis de confirmer l’existence d’aménagements portuaires en étroite relation avec une série d’entrepôts déjà reconnus dans les années 1980. Relativement modestes dans un premier temps, ces aménagements de berge sont bien plus imposants à partir de la fin du 1er siècle, époque durant laquelle l’ensemble du quartier fait alors l’objet d’un vaste programme de restructuration. Les ouvrages identifiés à Rezé associent très souvent le bois et la pierre, respectant le principe de construction en caisson. Ces précieux témoignages renforcent l’idée d’un chantier fluvial quasi permanent durant le Haut Empire et qui a bénéficié de capacités de financement exceptionnelles.

Cycle de conférences : « L’archéologie des ports: de la fouille à l’écriture de l’Histoire » – les mercredis, à 18h30, diffusion en ligne en direct sur le site de la BnF. En savoir plus : notre programme.

Bibliographie

télécharger notre bibliographie

Cycle de conférences – L’Archéologie des ports: De la fouille à l’écriture de l’Histoire

Comment l’archéologie permet-elle d’écrire l’histoire ? En quoi les fouilles et l’étude des artefacts continuent-ils à renouveler la connaissance des historiens ? Le cycle de conférences 2021 « De la fouille à l’écriture de l’Histoire » de la Bibliothèque nationale de France s’intéresse à l’archéologie des ports. Un événement à suivre en ligne en streaming ou sur place quand le contexte sanitaire le permet.

Bibliographie et programme

télécharger la bibliographie

Continuer la lecture de Cycle de conférences – L’Archéologie des ports: De la fouille à l’écriture de l’Histoire