Archives par mot-clé : numismatique romaine

La collection numismatique de l’association Bible et Terre Sainte ou l’histoire antique du Levant

L’abbé Jean Starcky (1909 – 1988) fut aumônier militaire pendant la Seconde Guerre mondiale, compagnon de la Libération puis enseignant à l’Institut catholique de Paris. Chercheur au CNRS pendant près de 30 ans, directeur adjoint de l’Institut Français d’Archéologie de Beyrouth de 1968 à 1971, il fut membre à partir de 1952 de l’équipe internationale chargée de déchiffrer les manuscrits de la Mer Morte (ou manuscrits de Qumrân). L’abbé Starcky était surtout un spécialiste de l’araméen, langue parlée notamment dans la Syrie antique et consacra l’essentiel de ses travaux à la cité de Palmyre, aux manuscrits de Qumrân et aux Nabatéens. Il fonda le musée Bible et Terre Sainte en 1957 avec, entre autres, le chanoine René Leconte. Il participa également très tôt à la revue éponyme1. Tous deux possédaient une importante collection d’objets provenant du Levant (monnaies, papyrus, tablettes d’argile, lampes à huile…) qu’ils donnèrent au musée nouvellement créé.

Jean Starcky à Pétra (Gawlikowski 1990).

Le projet de rénovation du musée de l’association Bible et Terre Sainte, installé depuis 1969 dans les locaux de l’Institut Catholique de Paris, a conduit à l’établissement d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France dans le but de cataloguer la collection numismatique puis de faire des recommandations pour exposer les monnaies les plus remarquables. En 2020, contact fut pris avec Frédérique Duyrat et Julien Olivier, respectivement Directeur et chargé de la collection des monnaies grecques au département des Monnaies, médailles et antiques. En accord avec le bureau de l’association Bible et Terre Sainte, ils me proposèrent de procéder à l’identification et au classement des monnaies dans le cadre d’un stage rémunéré2. La collection, forte de 3219 monnaies, fut déposée à la BnF pour expertise dans la foulée ; le stage se déroula de septembre à novembre 2020 puis de janvier à mars 2021.

Ce billet est l’occasion de présenter à la fois le travail accompli et un fonds numismatique centré sur les monnayages levantins de l’Antiquité aussi riche que méconnu.

Le site de l’association Bible et Terre Sainte

Continuer la lecture de La collection numismatique de l’association Bible et Terre Sainte ou l’histoire antique du Levant

  1. La revue changea de nom en 1977 pour devenir Le Monde de la Bible. []
  2. Julien Olivier, avec Arnaud Suspène, est l’un de mes co-directeurs de recherche dans le cadre de mon mémoire de Master : « La naissance du monnayage d’or lagide », Université d’Orléans. []

Archive : image du mois d’avril 2021. Ostie, complexe portuaire antique de Rome

Cette monnaie montre au droit une tête laurée de Néron (37-68 ap. J.-C.) à droite et au revers une vue synthétique mais très évocatrice de Portus. Le port maritime de Rome apparaît sous la forme d’un bassin encadré à gauche par une structure à colonnades de forme circulaire et à droite par une jetée sur piles. A l’entrée se tient une statue monumentale de Neptune avec son trident sur un piédestal. A l’intérieur mouillent onze embarcations de tailles et formes diverses. En-dessous, la statue d’une divinité nue accoudée sur un dauphin et tenant un gouvernail représente soit le dieu du Port, soit la personnification du Tibre.

Ce sesterce de Néron frappé à Rome en 64 ap. J.-C. commémore l’achèvement de la construction de Portus, commencée en 42 ap. J.-C. sous Claude (10-54 ap. J.-C.). Il appartient à une émission de sesterces frappés dans les deux principaux ateliers monétaires impériaux de l’époque, Rome et Lyon. Le département des Monnaies, médailles et antiques conserve plusieurs exemplaires qui témoignent de l’importance de l’événement : Rome, est enfin dotée d’un port commercial monumental. Situé au nord de l’embouchure du Tibre, sur le territoire d’Ostie, cette infrastructure connecte à présent la capitale de l’Empire au reste du monde méditerranéen, notamment pour mieux assurer son approvisionnement. Jusqu’alors Rome ne bénéficiait que du port d’Ostie, à 35 km à l’embouchure du Tibre ainsi que du port de Pouzzoles, à 235 km au sud.

Continuer la lecture de Archive : image du mois d’avril 2021. Ostie, complexe portuaire antique de Rome

Conférence en ligne : Le trésor romain de Saint-Ouen-du-Breuil (Seine-Maritime)

Dans le cadre de la 10e édition du cycle « les Trésors de Richelieu » (org. INHA, BnF, ENC), Paul van Ossel et Dominique Hollard présenteront  le trésor de monnaies romaines de Saint-Ouen-du-Breuil (Seine-Maritime). En raison des règles sanitaires en vigueur la conférence sera visible en ligne :

le 26 janvier 2021 à 18h sur la page Facebook de l’INHA.

Continuer la lecture de Conférence en ligne : Le trésor romain de Saint-Ouen-du-Breuil (Seine-Maritime)

Ptolémée, Titus et quelques autres. Les souverains de l’Antiquité les plus prisés par Napoléon

Archive : image du mois de décembre 2020

État des médailles remises à M. de Rémusat destinées à être serties dans la tabatière de l’empereur, février 1809 (BnF, MMA, 7 ACM 8)

Le 13 février 1809, Auguste-Laurent de Remusat, Grand maître de la garde-robe de Napoléon, est autorisé par le ministre de l’Intérieur à prélever au Cabinet des médailles une série de monnaies antiques pour orner de nouvelles tabatières destinées à l’Empereur. Ces boîtes conçues pour contenir du tabac à priser avec les doigts étaient le support de décors peints, sculptés ou bien composés d’objets incrustés – anciens ou modernes – tels des camées ou comme ici de monnaies. Dans ce cas, Rémusat prélève au sein de la collection neuf monnaies : quatre pièces d’or romaines impériales et cinq autres en argent, d’époque hellénistique, grecques et parthes.

Tabatière ornée d’un camée du XVIe siècle, réalisée vers 1788 (BnF, MMA, Camée.512.a).

Continuer la lecture de Ptolémée, Titus et quelques autres. Les souverains de l’Antiquité les plus prisés par Napoléon

The Roman lead tokens in the BnF

Lire ce billet en français : Les tessères romaines en plomb de la BnF

One of the most neglected artefacts from Classical Antiquity are the tokens (so-called ‘tesserae’) from the Greek and Roman/Greco-Roman world. Bronze, lead, and clay tokens were used in Athens during the Classical and Hellenistic periods, and are also found elsewhere throughout the Mediterranean from the Hellenistic age. During the Roman Imperial period, tokens (mainly lead) continued to be used across the Empire by different groups. Ancient tokens have recently been the subject of study by the Token Communities in the Ancient Mediterranean Project (funded by the European Research Council (ERC) under the European Union’s Horizon 2020 research and innovation programme under grant agreement No 678042).1

In Summer 2019, this project led us to study the major collection of ancient tokens kept at the Bibliothèque nationale de France (BnF). The recent digitization of these collections is an opportunity to  present these objects and what they teach us about the ancient Romans.

Continuer la lecture de The Roman lead tokens in the BnF

  1. You can read more about the project, as well as our findings to date, on our website. []

Les tessères romaines en plomb de la BnF

Read this post in English: Roman lead token in the BnF

Les tessères grecques et romaines constituent probablement un des types d’objets antiques les moins bien étudiés.  Ces jetons en bronze, en plomb et en argile furent en usage à Athènes pendant les périodes classique et hellénistique, ainsi que sur l’ensemble du pourtour méditerranéen à partir de l’époque hellénistique. Pendant la période impériale romaine, des tessères (principalement en plomb) continuèrent à être utilisées par différents groupes dans tout l’Empire. Ces objets ont récemment fait l’objet d’un vaste programme de recherche européen dans le cadre du projet Token Communities in the Ancient Mediterranean Project (financé par l’European Research Council (ERC), programme Horizon 2020 de l’Union Européenne, n° 678042)1.

C’est dans le cadre de ce projet que nous avons étudié les fonds de tessères romaines conservées à la Bibliothèque nationale de France (BnF) durant l’été 2019. La numérisation récente des collections nous donne l’occasion de présenter ces objets et ce qu’ils nous apprennent des Romains de l’Antiquité.

Continuer la lecture de Les tessères romaines en plomb de la BnF

  1. Pour en savoir plus sur ce projet, consultez le site Internet. []

Mise en ligne des médaillons romains contorniates de la BnF

La collection de médaillons contorniates conservée au département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France, récemment numérisée, est désormais disponible en ligne.

Ces lourds objets monétiformes, frappés ou coulés au IVe siècle ap. J.-C. associent les images d’empereurs ou de héros du passé à des scènes variées centrées sur l’univers des courses de chars et des jeux du Cirque. Ces pièces commémoratives, fabriquées dans la mouvance des grandes familles sénatoriales de Rome étaient distribuées lors des festivités du Cirque, en particulier en relation avec les cérémonies du début d’année lors des courses de chars du 3 janvier. Elles servaient alors d’étrennes en heureux présage pour l’année qui s’ouvrait.

Contorniate, Ulysse et ses compagnons luttant contre Scylla (BnF, MMA, AF 17274)

Le fonds de la BnF, avec près de trois cents médaillons, constitue l’un des plus riches et des plus variés conservé dans une institution publique.

Retrouvez les 299 médaillons contorniates:

Dominique HOLLARD

Pour aller plus loin :

  • Consulter le catalogue de référence : Andreas Alföldi, Elisabeth Alföldi, Die Kontorniat-Medaillons
  • Relisez « Les médaillons contorniates et l’univers du Circus Maximus (Rome, 350-430 ap. J.-C.) »

Les médaillons contorniates et l’univers du Circus Maximus (Rome, 350-430 ap. J.-C.)

Citer ce billet : dhollard, "Mise en ligne des médaillons romains contorniates de la BnF", in L’Antiquité à la BnF, 13/03/2020, https://antiquitebnf.hypotheses.org/10795, [consulté le 22/06/2021].

Médaillon de Victoire (« Nikètérion »)

Archives : image du mois de décembre 2018

Médaillon de Victoire (« Nikètérion ») frappé en Grèce du Nord sous le règne d’Alexandre Sévère (222-235 ap. J.-C.)

[Monnaie : Or, Tarse, Cilicie, Gordien III], département des Monnaies, médailles et antiques, F 1673

Le droit du médaillon (photographie de gauche) figure le buste cuirassé de Philippe II de Macédoine coiffé d’un diadème.

La cuirasse est ornée d’imbrications rappelant l’égide de Zeus et porte en son centre l’image de Zeus enlevant Ganymède. Sur chaque épaulière, une Victoire tenant un trophée et, au-dessous, un foudre.

Au revers, une Victoire (Nikè) dans un quadrige triomphal avance à droite, tenant les rênes de la main droite et, de la main gauche, une palme autour de laquelle est noué un ruban de victoire.

La scène est encadrée sur deux côtés par la légende au génitif BACIΛE-ΩC AΛEΞANΔPOY (basileôs Alexandrou) (« [médaillon] du roi Alexandre »).

Ce médaillon d’or, qui était accompagné de deux autres à l’effigie d’Alexandre le Grand, appartient au trésor de Tarse (Asie Mineure, auj. Īçel en Turquie), enfoui dans la plaine voisine de Tarse probablement vers la fin du règne de Gordien III (238-244 apr. J.-C.) et redécouvert vers 1863. Cet objet, d’une qualité exceptionnelle (67 mm de diamètre ; poids de 98,85 g.), fut probablement réalisé dans un atelier de Grèce du Nord. Il était apparemment destiné, soit à récompenser les vainqueurs des concours agonistiques organisés à l’occasion des séjours impériaux, d’où le nom de Nikètérion (médaillon de victoire) qu’on lui donne parfois, soit à être offert par les organisateurs des Jeux (agonothètes) à des visiteurs de haut rang.

Citer ce billet : dhollard, "Médaillon de Victoire (« Nikètérion »)", in L’Antiquité à la BnF, 01/12/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/6258, [consulté le 22/06/2021].

Les médaillons contorniates et l’univers du Circus Maximus (Rome, 350-430 ap. J.-C.)

Contorniate au nom et au portrait d’Honorius ; au revers, Eugénius et ses chevaux (BnF, MMA, Fonds Général 17342)

Cycle Italie: Les médaillons contorniates et l’univers du Circus Maximus (Rome, 350-430 ap. J.-C.)

Les médaillons en bronze dits « contorniates » sont ainsi nommés d’après l’italien (contorniati) parce que, entourés d’un sillon profond et d’un bourrelet sur leur circonférence, ils semblent avoir été fabriqués au moyen d’un tour à métaux. Ces objets monétiformes, en majorité frappés, mais pour certains aussi coulés, furent fabriqués à Rome durant une large période de l’Antiquité tardive – principalement durant les années 350 à 430 – en relation avec l’univers des courses d’attelages et des spectacles qui leurs étaient associés dans le Circus maximus.

Continuer la lecture de Les médaillons contorniates et l’univers du Circus Maximus (Rome, 350-430 ap. J.-C.)