Archives par mot-clé : numismatique grecque

La collection numismatique de l’association Bible et Terre Sainte ou l’histoire antique du Levant

L’abbé Jean Starcky (1909 – 1988) fut aumônier militaire pendant la Seconde Guerre mondiale, compagnon de la Libération puis enseignant à l’Institut catholique de Paris. Chercheur au CNRS pendant près de 30 ans, directeur adjoint de l’Institut Français d’Archéologie de Beyrouth de 1968 à 1971, il fut membre à partir de 1952 de l’équipe internationale chargée de déchiffrer les manuscrits de la Mer Morte (ou manuscrits de Qumrân). L’abbé Starcky était surtout un spécialiste de l’araméen, langue parlée notamment dans la Syrie antique et consacra l’essentiel de ses travaux à la cité de Palmyre, aux manuscrits de Qumrân et aux Nabatéens. Il fonda le musée Bible et Terre Sainte en 1957 avec, entre autres, le chanoine René Leconte. Il participa également très tôt à la revue éponyme1. Tous deux possédaient une importante collection d’objets provenant du Levant (monnaies, papyrus, tablettes d’argile, lampes à huile…) qu’ils donnèrent au musée nouvellement créé.

Jean Starcky à Pétra (Gawlikowski 1990).

Le projet de rénovation du musée de l’association Bible et Terre Sainte, installé depuis 1969 dans les locaux de l’Institut Catholique de Paris, a conduit à l’établissement d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France dans le but de cataloguer la collection numismatique puis de faire des recommandations pour exposer les monnaies les plus remarquables. En 2020, contact fut pris avec Frédérique Duyrat et Julien Olivier, respectivement Directeur et chargé de la collection des monnaies grecques au département des Monnaies, médailles et antiques. En accord avec le bureau de l’association Bible et Terre Sainte, ils me proposèrent de procéder à l’identification et au classement des monnaies dans le cadre d’un stage rémunéré2. La collection, forte de 3219 monnaies, fut déposée à la BnF pour expertise dans la foulée ; le stage se déroula de septembre à novembre 2020 puis de janvier à mars 2021.

Ce billet est l’occasion de présenter à la fois le travail accompli et un fonds numismatique centré sur les monnayages levantins de l’Antiquité aussi riche que méconnu.

Le site de l’association Bible et Terre Sainte

Continuer la lecture de La collection numismatique de l’association Bible et Terre Sainte ou l’histoire antique du Levant

  1. La revue changea de nom en 1977 pour devenir Le Monde de la Bible. []
  2. Julien Olivier, avec Arnaud Suspène, est l’un de mes co-directeurs de recherche dans le cadre de mon mémoire de Master : « La naissance du monnayage d’or lagide ». []

Deux monnaies ptolémaiques en « faïence égyptienne » à la BnF

Le 2 février 1891, l’égyptologue Gaston Maspero faisait don au Cabinet des médailles de la BnF de deux objets étranges. Rentrés sous les numéros F 6047 et F 6048, il s’agit à première vue de deux monnaies ptolémaïques identiques à celles – assez communes – connues en bronze. Le terme de « porcelaine », employé dans le registre, est inexact car il renvoie à un procédé technique attesté en Chine seulement à partir du IIIe siècle après J.-C.1. Il apparaît que ces objets sont en réalité en « faïence égyptienne », terme également impropre qualifiant de la pâte siliceuse à glaçure, matériau bien connu en Égypte, très utilisé notamment pour produire des amulettes2.

Toujours dans le registre d’acquisition, il est précisé que le premier objet fut découvert à Karnak, dans « les ruines de la ville » au nord du grand temple ; le second est dit « sans provenance exacte », mais le signalement de ce don par Adrien Blanchet dans la Revue Numismatique de 1891 nous fait savoir qu’il provient également de Haute Égypte3.

Registre des dons du Cabinet des médailles F(2), 1890-1909. BnF, MMA, Ms. 86, p. 35.

Continuer la lecture de Deux monnaies ptolémaiques en « faïence égyptienne » à la BnF

  1. Alexandre Brongniart a alerté dès 1844 sur l’impropriété de l’appellation de « porcelaine égyptienne » : Brongnart 1844, p. 505-507. []
  2. Je remercie Louise Detrez, Sophie Descamps ainsi que Violaine Jeammet, qui ont bien voulu me faire part de leurs connaissances en la matière. La question du matériau sera abordée dans la section consacrée à la production de ces objets, infra : « Des sous-produits de l’artisanat égyptien ? » []
  3. Blanchet 1891, p. 233. []

Conférence en ligne – Les trésors de la BnF: Des monnaies et des momies, Cléopâtre à la BnF

Du 7 au 21 décembre, les experts et les expertes de la Bibliothèque nationale de France (BnF) se relaient en direct pour présenter des pépites de nos collections. Estampe, manuscrit, ouvrage imprimé, poésie, presse : cette nouvelle saison de « La BnF dans mon salon » s’annonce festive, amusante, réconfortante, inspirante !
Rendez-vous sur notre page Facebook les lundis, mercredis et vendredi à midi pile pour découvrir des pièces de nos collections sous un angle inédit, et pour poser toutes vos questions à nos intervenants !
Rendez-vous le mercredi 16 décembre à 12h, avec Julien Olivier, chargé de la collection des monnaies grecques, pour une présentation de monnaies montrant le portrait de Cléopâtre, ainsi que pour évoquer une certaine légende voulant que la reine d’Égypte ait été enterrée dans l’enceinte de la Bibliothèque nationale.

à voir et revoir sur la page Facebook de la BnF

Drachme (argent) frappée à Alexandrie en l’an 6 du règne de Cléopâtre VII, soit 47/6 av. J.-C. (BnF, MMA, Z 2884.399).

Continuer la lecture de Conférence en ligne – Les trésors de la BnF: Des monnaies et des momies, Cléopâtre à la BnF

Ptolémée, Titus et quelques autres. Les souverains de l’Antiquité les plus prisés par Napoléon

Archive : image du mois de décembre 2020

État des médailles remises à M. de Rémusat destinées à être serties dans la tabatière de l’empereur, février 1809 (BnF, MMA, 7 ACM 8)

Le 13 février 1809, Auguste-Laurent de Remusat, Grand maître de la garde-robe de Napoléon, est autorisé par le ministre de l’Intérieur à prélever au Cabinet des médailles une série de monnaies antiques pour orner de nouvelles tabatières destinées à l’Empereur. Ces boîtes conçues pour contenir du tabac à priser avec les doigts étaient le support de décors peints, sculptés ou bien composés d’objets incrustés – anciens ou modernes – tels des camées ou comme ici de monnaies. Dans ce cas, Rémusat prélève au sein de la collection neuf monnaies : quatre pièces d’or romaines impériales et cinq autres en argent, d’époque hellénistique, grecques et parthes.

Tabatière ornée d’un camée du XVIe siècle, réalisée vers 1788 (BnF, MMA, Camée.512.a).

Continuer la lecture de Ptolémée, Titus et quelques autres. Les souverains de l’Antiquité les plus prisés par Napoléon

Le décadrachme d’Athènes de la BnF : un premier de cordée

Archive: image du mois d’octobre 2020

octobre 2020: Le décadrachme d’Athènes de la BnF : un premier de cordée

Décadrachme d’Athènes (Attique), vers 460 av. J.-C., argent, 43,01 g. BnF, MMA, Luynes n° 2037. Droit : tête d’Athéna casquée et couronnée de lauriers à droite. Revers : AΘE, chouette aux ailes éployées de face.

Principalement connu pour ses tétradrachmes, les fameuses « chouettes »1, le monnayage de la cité d’Athènes comprend également de lourdes et spectaculaires monnaies d’argent appelées décadrachmes, c’est-à-dire valant 10 drachmes et pesant plus de 43 g.

Continuer la lecture de Le décadrachme d’Athènes de la BnF : un premier de cordée

  1. Monnaies de 4 drachmes qui pèsent environ 17,20 g, la chouette au revers est de profil. Voir par exemple BnF, MMA, Armand Valton.354. []

Les trésors de monnaies grecques de la BnF intègrent le portail Coin Hoards

3034 monnaies grecques de la BnF provenant de 96 trésors référencés dans l’Inventory of Greek Coin Hoards (IGCH) intègrent le portail Coin Hoards (CH), élaboré par l’American Numismatic Society.

Coin Hoards (CH)

Les cabinets numismatiques – au rang desquels figure le département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF – sont depuis longtemps le lieu privilégié des études consacrées aux monnaies anciennes. Les collections qui y sont conservées ont pour vocation de rassembler la variété des monnayages émis depuis l’Antiquité jusqu’aux périodes les plus modernes. Malgré tout une part conséquente des fonds provient plus ou moins directement de trouvailles archéologiques anciennes, fortuites ou non.

Citons à la volée le trésor d’Athènes 1788 (IGCH 2), représenté à la BnF par 26 didrachmes dit wappenmünzen, le premier monnayage d’Athènes avant l’apparition des fameuses chouettes à la fin du VIe siècle av. J.-C ; ou encore le trésor de Lattakié 1759 (IGCH 1544), le tout premier dépôt monétaire ayant fait l’objet d’une publication scientifique, dès 1765. Enfin, il paraît impossible de ne pas évoquer le trésor d’Auriol 1867 (IGCH 2352), dont presque un quart des 2130 fractions d’argent archaïques de Massalia sont conservées à la BnF : un trésor dont la découverte constitue l’acte de naissance de l’étude des monnayages grecs du sud de la Gaule.

La numérisation de parts croissantes des collections de même que le développement d’outils et de référentiels communs à la discipline (Nomisma) offrent l’opportunité de rassembler à présent des objets qui peuvent être conservés en différents endroits pour recomposer en ligne des trésors monétaires dispersés il y a longtemps. C’est ce que permet à présent le portail Coin Hoards (CH), projection numérique de l’IGCH, publié en 1973.

Continuer la lecture de Les trésors de monnaies grecques de la BnF intègrent le portail Coin Hoards

Les monnaies de Démétrios Poliorcète intègrent le portail AGCO

Les 126 monnaies d’or, d’argent et de bronze du diadoque Démétrios Poliorcète (337-283 av. J.-C.)  conservées à la BnF sont à présent accessibles sur le portail Antigonid Coins Online (AGCO).

Fondé sur le catalogue de E.T. Newell, The Coinages of Demetrius Poliorcetes (1927), la première section du portail AGCO, élaboré par l’American Numismatic Society, a pour but à terme de rassembler les principales collections de monnaies hellénistiques des rois Antigonides de Macédoine, depuis Démétrios Poliorcète jusqu’au règne de Persée, le dernier souverain de la dynastie, vaincu par les Romains en 168 av. J.-C.

Antigonid Coins Online (AGCO)

Continuer la lecture de Les monnaies de Démétrios Poliorcète intègrent le portail AGCO

Les monnaies de bronze des rois ptolémaïques d’Égypte intègrent le portail PCO

Fondé sur le catalogue de Catharine Lorber, Coins of the Ptolemaic Empire dont le premier tome a été publié en 2018 (de Ptolémée I à Ptolémée IV), le portail Ptolemaic Coins Online (PCO), élaboré par l’American Numismatic Society, a pour but de rassembler les principales collections de monnaies des rois Lagides, souverains hellénistiques d’Égypte.

Après les monnaies d’or et d’argent en juillet 2019, ce sont à présent 626 monnaies de bronze du IVe et du IIIe siècle qui intègrent PCO1 , portant ainsi le total des monnaies de la Bibliothèque nationale de France à 1283 sur les près de 2600 exemplaires ptolémaïques de la collection du département des Monnaies, médailles et antiques.

Ptolemaic Coins Online (PCO)

Continuer la lecture de Les monnaies de bronze des rois ptolémaïques d’Égypte intègrent le portail PCO

  1. Nous remercions Thomas Faucher pour son aide []

Les monnaies de Philippe II de Macédoine de la BnF à présent dans PELLA, le portail dédié aux monnayages des rois de Macédoine

Originellement destiné aux monnaies aux types et au nom d’Alexandre le Grand, le portail PELLA accueille à présent les monnayages de son père Philippe II, frappées en Macédoine entre vers 359 et 294 av. J.-C.1

Après les monnaies d’Alexandre le Grand en avril 2017, ce sont à présent les 202 philippes de la Bibliothèque nationale de France qui intègrent PELLA, le portail développé par l’American Numismatic Society dédié aux monnayages des rois de Macédoine.

PELLA : Coinage of the Kings of Macedonia

Tétradrachme, argent, Philippe II de Macédoine, Pella (Macédoine), vers 342/1-c. 337/6 avant J.-C., 14,45 g (BnF, MMA, Armand-Valton 315)

Continuer la lecture de Les monnaies de Philippe II de Macédoine de la BnF à présent dans PELLA, le portail dédié aux monnayages des rois de Macédoine

  1. , « The gold and silver coinage of Philip II published to PELLA« , publié le 19 mars 2020. []