Archives par mot-clé : numismatique grecque

D’Alexandre à Cléopâtre : histoire et petites histoires de la constitution du fonds des monnaies des rois grecs d’Égypte, cours public le 27 février à 12h30

Le 27 février 2024 à 12h30, Julien Olivier proposera pour la deuxième séance du cycle de cours publics d’archéologie de la BnF une conférence consacrée à la collection des monnaies ptolémaïques de la BnF.

Fort de plus de 2600 pièces produites entre la mort d’Alexandre le Grand (323 av. J.-C.) et celle de la célèbre Cléopâtre (30 av. J.-C.), le fonds des monnaies ptolémaïques de la BnF a été constitué depuis le XVIIe siècle jusqu’à aujourd’hui. Ce cours vise à comprendre comment et par qui a été composé cet ensemble et à retracer le parcours de certaines pièces, parfois jusqu’à leur lieu de découverte, en Égypte ou ailleurs.

Mardi 27 février 2024 de 12h30 à 14h00
BnF Site Richelieu – Salle des Conférences

Entrée gratuite, réservation conseillée

Le cours sera également diffusé en direct sur Youtube

Ce cycle sera l’occasion d’évoquer plusieurs ensembles d’objets remarquables (céramiques grecques, monnaies et bijoux antiques) à l’aune de leur parcours. Il offrira un aperçu de la complexité de la trajectoire de plusieurs pièces depuis leur découverte sur le terrain jusqu’à leur acquisition par la Bibliothèque, en passant par les choix propres d’un collectionneur. Enfin, cette exploration sera aussi l’occasion de montrer comment plusieurs de ces œuvres peuvent aujourd’hui être réinsérées dans leur contexte archéologique et fournir de nouvelles données pour écrire l’histoire.

Mnaieion de Ptolémée II Philadelphe, Alexandrie, Égypte, vers 272-261 av. J.-C. BnF, MMA, Luynes 3563

Continuer la lecture de D’Alexandre à Cléopâtre : histoire et petites histoires de la constitution du fonds des monnaies des rois grecs d’Égypte, cours public le 27 février à 12h30

Cours public : De l’image et du texte : une exploration à la loupe des monnaies grecques, 16 janvier 2024 à 12h30

Le 16 janvier 2024 à 12h30, Julien Olivier proposera pour la première séance du cycle de cours publics dédié à l’histoire de la monnaie une conférence consacrée à la monnaie grecque.

Ce cours portera sur le déchiffrement des images et des inscriptions que comportent ces objets. Les différentes catégories d’images seront décrites, ainsi que la fonction des légendes monétaires, des symboles, etc. Au final sera interrogée la construction d’un discours élaboré à destination des utilisateurs de ces monnaies, un discours parfois subtil, mais toujours pensé pour tenir dans le creux de la main.

Mardi 16 janvier 2024 de 12h30 à 14h00
BnF Site Richelieu – Salle des Conférences

Entrée gratuite, réservation conseillée

Le cours sera également diffusé en direct sur Youtube

L’ambition de ce cycle de cours est d’introduire à travers les collections de la BnF les principaux champs de l’étude des monnaies et des médailles en se fondant sur une sélection de 20 objets emblématiques qui seront présentés durant la séance.

Continuer la lecture de Cours public : De l’image et du texte : une exploration à la loupe des monnaies grecques, 16 janvier 2024 à 12h30

Les dieux gardiens de la cité : un tétradrachme de Thasos

Archive : Image du mois de décembre 2023

Les Grecs choisissaient le plus souvent de représenter sur leurs monnaies les dieux, les héros, les cultes de leur cité. C’est exactement ce que firent les Thasiens lorsqu’ils composèrent l’iconographie de ce tétradrachme, dont les images font de plus écho à des éléments architecturaux qui étaient visibles de tous dans dans la ville (asty) de Thasos.

Continuer la lecture de Les dieux gardiens de la cité : un tétradrachme de Thasos

L’or de Massalia, ou l’antique tentation des numismates

Le médaillier des faux du département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF – habituellement nommé Cabinet des médailles –renferme quelques milliers de monnaies grecques. Beaucoup sont des copies plus ou moins convaincantes de monnaies authentiques, fabriquées par des faussaires espérant berner les amateurs de monnaies anciennes. Plus rares sont les pièces reconnues comme fausses qui constituaient aussi une nouveauté, ce que les spécialistes nomment un « inédit », soit une monnaie présentant une iconographie, une légende, un détail, etc., jusque-là inconnu.

La monnaie cotée AA.GR.27101 appartient résolument à cette seconde catégorie. Il s’agit d’une pièce d’or pesant 5,32 g – une drachme ? – avec au droit une tête féminine à droite pourvue de boucles d’oreille et d’un collier – Artémis -, et au revers d’un lion agressif à droite surmonté de l’inscription grecque MAΣΣA. L’iconographie et la légende renvoient aux séries monétaires de la cité de Massalia, l’antique Marseille.

Faux moderne. “Drachme” d’or de Massalia, 5,33 g. (BnF, MMA, AA.GR.27101)

Un faux moderne

Si d’importantes émissions d’argent de de bronze sont attribuées à l’atelier massaliote, aucun monnayage d’or n’a à ce jour été assigné à cette cité . En 1771 déjà Jules-François-Paul de Fauris de Saint-Vincent (1718-1798), éminent numismate d’Aix-en-Provence, évoquait ainsi le sujet :

Continuer la lecture de L’or de Massalia, ou l’antique tentation des numismates

Séminaire/webinaire (26 mai, 15h) : Greek Coinage Online, An Introduction to the ARCH Portal

Webinaire/séminaire en ligne et en personne à la Salle des conférences, Bibliothèque nationale de France, 5 rue Vivienne, 75002 Paris, 26 mai 2023, 15h-18h (Paris), 14h-17h (Londres), 9h-12h (New York).

Pour obtenir le lien Zoom, veuillez envoyer un courriel à OnlineGreekCoinage@gmail.com

Ces dernières années, la présence de monnaies antiques sur le web a été transformée par la création de typologies en ligne, conçues pour catégoriser et cataloguer les monnaies du monde gréco-romain. De nombreux utilisateurs sont désormais familiarisés avec les ressources consacrées au monnayage romain1. Jusqu’à récemment, le monde grec était plus fragmenté.

En septembre 2022, le portail ARCH a été lancé dans le but de remédier à cette situation. Il permet d’accéder à la diversité des monnayages grecs grâce à une recherche simple (iconographie, métal, atelier, région, autorité, etc.).  Grâce à un seul outil, les recherches dans un groupe de corpus régionaux de monnaies “grecques” conçus et publiés séparément sont désormais unifiées. Ce webinaire/séminaire est conçu pour présenter à la fois le portail ARCH et les corpus qu’il agrège. Que contient-il ? Comment est-il organisé ? Quels résultats puis-je attendre ? Comment puis-je contribuer ? L’objectif de ce séminaire est de répondre à toutes ces questions et à bien d’autres encore. Les participants sont invités à se joindre à nous pour les sections qui leur semblent les plus pertinentes, en personne ou en ligne.

https://tinyurl.com/ARCHprojectwebinar

Continuer la lecture de Séminaire/webinaire (26 mai, 15h) : Greek Coinage Online, An Introduction to the ARCH Portal

  1. Telles que CRRO, OCRE et RPC Online []

Cours public : La monnaie grecque en 20 objets, 24 janvier 2023 à 12h30

Le 24 janvier 2023 à 12h30, Julien Olivier proposera pour la première séance du cycle de cours publics dédié à l’histoire de la monnaie une conférence consacrée à la monnaie grecque.

L’ambition de ce cycle de cours est d’introduire à travers les collections de la BnF les principaux champs de l’étude des monnaies et des médailles en se fondant sur une sélection de 20 objets emblématiques qui seront présentés durant la séance.

Mardi 24 janvier 2023 de 12h30 à 14h00
BnF Site Richelieu – Salle des Conférences

Entrée gratuite, réservation conseillée

Le cours sera également diffusé en direct sur Youtube.

Tétradrachme d’argent, Alexandre III le Grand, Amphipolis (Macédoine), vers 333-326 av. J.-C. (BnF, Luynes 1631)

Continuer la lecture de Cours public : La monnaie grecque en 20 objets, 24 janvier 2023 à 12h30

L’or des rois de Bactriane : un programme d’analyse de la composition métallique des monnaies de la BnF

Le département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France (BnF) conserve une collection de plus de 1000 monnaies frappées par les rois hellénistiques de Bactriane, descendants des Grecs installés à la suite des conquêtes d’Alexandre le Grand en Asie centrale1. Après une brève période de domination des Séleucides (fin du IVe-milieu du IIIe siècle), la région s’érige en royaume indépendant sous l’impulsion de souverains qui frappèrent durant un peu plus d’un siècle des monnaies de bronze, d’argent et d’or selon les canons alors en vigueur dans le reste du monde grec.
Parmi ces pièces figure à la BnF une série d’or forte de 22 monnaies : 8 pour les rois séleucides (Antiochos Ier Sôter et Antiochos II Théos), 10 pour ceux de Bactriane (Diodote, Euthydème Ier, Eucratides Ier) et 4 monnaies considérées comme des faux modernes. L’obtention d’un financement auprès du British Institute of Persian Studies a permis de mener sur ces objets un programme d’analyses élémentaires en partenariat avec le laboratoire IRAMAT-CEB (UMR 7065, CNRS-Université d’Orléans) afin de déterminer la composition de l’or monnayé dans l’Extrême-Orient grec.
Ce programme, porté par Simon Glenn de l’Ashmolean Museum , a été réalisé en collaboration avec Julien Olivier de la BnF et Maryse Blet-Lemarquand du CNRS.

Continuer la lecture de L’or des rois de Bactriane : un programme d’analyse de la composition métallique des monnaies de la BnF

  1. Région antique aujourd’hui partagée principalement entre l’Afghanistan, le Tadjikistan et le Pakistan []

Le mythe d’Hellé sur le monnayage de Lampsaque, cité grecque des Détroits

Archives : image du mois de février 2022

Statère de Lampsaque, Mysie, Ca. 394-350 av. J.-C., Or, 8,43g (BnF, MMA, Luynes.2486).

Au droit, une représentation de la jeune Hellé vêtue d’un long manteau, chevauche le bélier Chrysomallos. Ce statère arrive probablement tôt parmi les émissions du premier IVe siècle av. J.-C., notamment car le revers présente un protomé de Pégase à gauche1. La cité grecque de Lampsaque débute la frappe de l’or après 394 av. J.-C., année marquée par sa libération du joug spartiate grâce à la victoire de l’Athénien Conon à Cnide2. Les émissions de statères d’or produites vers 394-350 av. J.-C. se caractérisent par une iconographie très variée, la monnaie constituant un vecteur privilégié du récit civique tel que l’ont conçu les lampsacéniens.

Continuer la lecture de Le mythe d’Hellé sur le monnayage de Lampsaque, cité grecque des Détroits

  1. Seul le statère d’Héraclès étranglant deux serpents présente un protomé de Pégase à gauche (BnF, MMA, Fonds général.724), ce type figure dans de nombreuses cités grecques après la libération de 394 av. J.-C. []
  2. Lefèvre François, Histoire du monde grec antique, Paris, Librairie générale française, 2007, p. 284. []

La statue d’Athéna Ilias, ou la promotion de l’héritage troyen d’Ilion

Archive : Image du mois septembre 2021

Tétradrachme d’Ilion, Troade, vers 188-133 av. J.-C. Argent, 16,70 g, 36 mm, 12 h (BnF, MMA, Fonds général 680).

A plusieurs reprises la cité d’Ilion a choisi de faire figurer au revers de ses émissions monétaires la statue d’Athéna Ilias. Tandis qu’au droit de ce grand tétradrachme hellénistique du IIe siècle av. J.-C. figure une tête casquée et couronnée de la divinité, au revers se trouve une représentation de sa statue. Coiffée d’un polos et vêtue d’un chiton, Athéna est debout à droite. Elle brandit une lance de la main droite et tient un quenouille dans la main gauche. A ses pieds se tient une chouette, le rapace qui lui est généralement associé. Outre le nom d’un monétaire placé sous le type principal (AΠHMANTOY), l’inscription AΘHNAΣ ΙΛΙAΔΟΣ, qui encadre la statue, assure l’identification d’Athéna Ilias.

Continuer la lecture de La statue d’Athéna Ilias, ou la promotion de l’héritage troyen d’Ilion

Du taureau d’Europe au banquet d’Alexandre : l’Antiquité aux journées européennes du Patrimoine 2021 @BnF

Les 38e journées européennes du patrimoine ont lieu les 18 et 19 septembre 2021, autour du thème : « Patrimoine pour tous ». Au 58 rue de Richelieu, la Bibliothèque nationale de France expose entre autres des œuvres où l’Antiquité est au cœur d’un patrimoine hérité et partagé, du mythe d’Europe à la réception internationale de la figure d’Alexandre le Grand.

Continuer la lecture de Du taureau d’Europe au banquet d’Alexandre : l’Antiquité aux journées européennes du Patrimoine 2021 @BnF

#Retour au Musée – La BnF hors les murs #4 Musée Carnavalet – Histoire de Paris

En mai dernier, le musée Carnavalet – Histoire de Paris a rouvert ses portes après quatre années de travaux particulièrement importants: restauration des bâtiments, des salles d’exposition, mise aux normes techniques et de sécurité, création de nouveaux espaces et d’un nouveau parcours muséal chronologique et ouvert à la période contemporaine.

Si ce n’est déjà fait, nous vous invitons à (re)visiter ce musée !

Ce sera l’occasion de (re)découvrir l’histoire de Paris, des Parisiennes et des Parisiens de la Préhistoire à nos jours, et notamment de déambuler avec plaisir dans la galerie des enseignes de commerce du Vieux-Paris magnifiquement restaurées, ou de retrouver les pièces d’époque restituées ou reconstituées qui ont fait la spécificité du musée dès son ouverture en 1880 et d’en admirer de nouvelles : témoignages précieux de l’évolution de la décoration intérieure à Paris du XVIIe au début du XXe siècle.

Parmi les 3700 œuvres exposées dans les 85 salles, 11 proviennent du département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF (prêt de longue durée). Saurez-vous les retrouver? Il s’agit de monnaies!

Continuer la lecture de #Retour au Musée – La BnF hors les murs #4 Musée Carnavalet – Histoire de Paris

La collection numismatique de l’association Bible et Terre Sainte ou l’histoire antique du Levant

L’abbé Jean Starcky (1909 – 1988) fut aumônier militaire pendant la Seconde Guerre mondiale, compagnon de la Libération puis enseignant à l’Institut catholique de Paris. Chercheur au CNRS pendant près de 30 ans, directeur adjoint de l’Institut Français d’Archéologie de Beyrouth de 1968 à 1971, il fut membre à partir de 1952 de l’équipe internationale chargée de déchiffrer les manuscrits de la Mer Morte (ou manuscrits de Qumrân). L’abbé Starcky était surtout un spécialiste de l’araméen, langue parlée notamment dans la Syrie antique et consacra l’essentiel de ses travaux à la cité de Palmyre, aux manuscrits de Qumrân et aux Nabatéens. Il fonda le musée Bible et Terre Sainte en 1957 avec, entre autres, le chanoine René Leconte. Il participa également très tôt à la revue éponyme1. Tous deux possédaient une importante collection d’objets provenant du Levant (monnaies, papyrus, tablettes d’argile, lampes à huile…) qu’ils donnèrent au musée nouvellement créé.

Jean Starcky à Pétra (Gawlikowski 1990).

Le projet de rénovation du musée de l’association Bible et Terre Sainte, installé depuis 1969 dans les locaux de l’Institut Catholique de Paris, a conduit à l’établissement d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France dans le but de cataloguer la collection numismatique puis de faire des recommandations pour exposer les monnaies les plus remarquables. En 2020, contact fut pris avec Frédérique Duyrat et Julien Olivier, respectivement Directeur et chargé de la collection des monnaies grecques au département des Monnaies, médailles et antiques. En accord avec le bureau de l’association Bible et Terre Sainte, ils me proposèrent de procéder à l’identification et au classement des monnaies dans le cadre d’un stage rémunéré2. La collection, forte de 3219 monnaies, fut déposée à la BnF pour expertise dans la foulée ; le stage se déroula de septembre à novembre 2020 puis de janvier à mars 2021.

Ce billet est l’occasion de présenter à la fois le travail accompli et un fonds numismatique centré sur les monnayages levantins de l’Antiquité aussi riche que méconnu.

Le site de l’association Bible et Terre Sainte

Continuer la lecture de La collection numismatique de l’association Bible et Terre Sainte ou l’histoire antique du Levant

  1. La revue changea de nom en 1977 pour devenir Le Monde de la Bible. []
  2. Julien Olivier, avec Arnaud Suspène, est l’un de mes co-directeurs de recherche dans le cadre de mon mémoire de Master : « La naissance du monnayage d’or lagide », Université d’Orléans. []

Deux monnaies ptolémaiques en “faïence égyptienne” à la BnF

Le 2 février 1891, l’égyptologue Gaston Maspero faisait don au Cabinet des médailles de la BnF de deux objets étranges. Rentrés sous les numéros F 6047 et F 6048, il s’agit à première vue de deux monnaies ptolémaïques identiques à celles – assez communes – connues en bronze. Le terme de “porcelaine”, employé dans le registre, est inexact car il renvoie à un procédé technique attesté en Chine seulement à partir du IIIe siècle après J.-C.1. Il apparaît que ces objets sont en réalité en “faïence égyptienne”, terme également impropre qualifiant de la pâte siliceuse à glaçure, matériau bien connu en Égypte, très utilisé notamment pour produire des amulettes2.

Toujours dans le registre d’acquisition, il est précisé que le premier objet fut découvert à Karnak, dans “les ruines de la ville” au nord du grand temple ; le second est dit “sans provenance exacte”, mais le signalement de ce don par Adrien Blanchet dans la Revue Numismatique de 1891 nous fait savoir qu’il provient également de Haute Égypte3.

Registre des dons du Cabinet des médailles F(2), 1890-1909. BnF, MMA, Ms. 86, p. 35.

Continuer la lecture de Deux monnaies ptolémaiques en “faïence égyptienne” à la BnF

  1. Alexandre Brongniart a alerté dès 1844 sur l’impropriété de l’appellation de “porcelaine égyptienne” : Brongnart 1844, p. 505-507. []
  2. Je remercie Louise Detrez, Sophie Descamps ainsi que Violaine Jeammet, qui ont bien voulu me faire part de leurs connaissances en la matière. La question du matériau sera abordée dans la section consacrée à la production de ces objets, infra : “Des sous-produits de l’artisanat égyptien ?” []
  3. Blanchet 1891, p. 233. []

Conférence en ligne – Les trésors de la BnF: Des monnaies et des momies, Cléopâtre à la BnF

Du 7 au 21 décembre, les experts et les expertes de la Bibliothèque nationale de France (BnF) se relaient en direct pour présenter des pépites de nos collections. Estampe, manuscrit, ouvrage imprimé, poésie, presse : cette nouvelle saison de « La BnF dans mon salon » s’annonce festive, amusante, réconfortante, inspirante !
Rendez-vous sur notre page Facebook les lundis, mercredis et vendredi à midi pile pour découvrir des pièces de nos collections sous un angle inédit, et pour poser toutes vos questions à nos intervenants !
Rendez-vous le mercredi 16 décembre à 12h, avec Julien Olivier, chargé de la collection des monnaies grecques, pour une présentation de monnaies montrant le portrait de Cléopâtre, ainsi que pour évoquer une certaine légende voulant que la reine d’Égypte ait été enterrée dans l’enceinte de la Bibliothèque nationale.

à voir et revoir sur la page Facebook de la BnF

Drachme (argent) frappée à Alexandrie en l’an 6 du règne de Cléopâtre VII, soit 47/6 av. J.-C. (BnF, MMA, Z 2884.399).

Continuer la lecture de Conférence en ligne – Les trésors de la BnF: Des monnaies et des momies, Cléopâtre à la BnF

Ptolémée, Titus et quelques autres. Les souverains de l’Antiquité les plus prisés par Napoléon

Archive : image du mois de décembre 2020

État des médailles remises à M. de Rémusat destinées à être serties dans la tabatière de l’empereur, février 1809 (BnF, MMA, 7 ACM 8)

Le 13 février 1809, Auguste-Laurent de Remusat, Grand maître de la garde-robe de Napoléon, est autorisé par le ministre de l’Intérieur à prélever au Cabinet des médailles une série de monnaies antiques pour orner de nouvelles tabatières destinées à l’Empereur. Ces boîtes conçues pour contenir du tabac à priser avec les doigts étaient le support de décors peints, sculptés ou bien composés d’objets incrustés – anciens ou modernes – tels des camées ou comme ici de monnaies. Dans ce cas, Rémusat prélève au sein de la collection neuf monnaies : quatre pièces d’or romaines impériales et cinq autres en argent, d’époque hellénistique, grecques et parthes.

Tabatière ornée d’un camée du XVIe siècle, réalisée vers 1788 (BnF, MMA, Camée.512.a).

Continuer la lecture de Ptolémée, Titus et quelques autres. Les souverains de l’Antiquité les plus prisés par Napoléon