Archives par mot-clé : histoire romaine

L’autre printemps 68 : « ne prenez plus les auspices, prenez le pouvoir ».

     

Fig. 1 : de Néron à Galba (printemps 68 ap. J.-C.). En haut, bronzes de Périnthe (Thrace) au portrait de Néron contremarqués au nom de Galba (en grec, ΓΑΛΒΑ) ; aureus, denier et sesterce de Rome au portrait du nouvel empereur Galba (BnF, MMA).

La fin du principat de Néron (54-68 de n.è.) a été marquée par des événements qui secouèrent l’intégralité du monde romain, depuis la révolte des provinces occidentales contre le pouvoir de l’empereur jusqu’à celle des Juifs contre la domination romaine en général. Comme en mai 1968, les mécontentements se superposèrent contre un pouvoir jugé trop autoritaire et, au profit d’une situation économique, culturelle et politique particulière, un mouvement généralisé de contestation remit en cause le modèle du pouvoir impérial, progressivement mis en place par Auguste un siècle auparavant.

Alors que le mouvement social unit en 1968 les étudiants aux ouvriers, l’Empire romain fut confronté pour la première au printemps 68 de n.è. à une révolte qui impliquait des sénateurs, des chevaliers et des légionnaires. À partir du milieu du mois de mars 68, Néron dut faire face à une révolte ouverte des provinces gauloises et espagnoles ; le conflit atteignit son apogée au mois de mai 68, avec l’affrontement d’une partie des forces des révoltés contre les légions fidèles à Néron, et se conclut, quelques jours plus tard, par la mort de l’empereur qui avait été renversé, et par la reconnaissance d’un nouveau prince, Galba. Continuer la lecture de L’autre printemps 68 : « ne prenez plus les auspices, prenez le pouvoir ».

Antiquité et cinéma : 2. Rome

La Rome antique, depuis la découverte du site de Pompéi au XVIIIe siècle, est devenue un riche thème d’inspiration pour les artistes du XIXe, notamment pour les peintres, de Jean-Léon Gérôme à Lawrence Alma Tadema. Le cinéma naissant ne pouvait que s’en emparer, ce qu’il fit dès 1896 avec Néron essayant des poisons sur des esclaves, produit par les frères Lumière (n°797) et réalisé par Georges Hatot. Continuer la lecture de Antiquité et cinéma : 2. Rome

L’œil et la pierre, les cachets à collyres romains de la BnF

Cachet à collyres, BnF MMA, N 4550.

Le documentaire L’œil et la pierre (CNRS Images) retrace le parcours de Muriel Labonnelie, spécialiste de l’ophtalmologie gréco-romaine. Dans le monde romain, les cachets à collyres servaient à estampiller les collyres, des préparations pharmaceutiques à action locale appliquées pour soigner des affections oculaires.

347 cachets à collyres sont actuellement recensés dans le monde. Forte de 46 pièces,  la collection du département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF fait l’objet d’une longue présentation.

 

Coupure de presse relative à la découverte du trésor de Meussia (Jura) par un coq

Archive : Image du mois BnF Avril 2017

Avril 2017 Coupure de presse relative à la découverte du trésor de Meussia (Jura)

MMA 9 ACM SUP 5 (M)-85

Découvert en septembre 1960, ce trésor composé de 399 monnaies romaines datées entre 157 av. J.-C. et 37 ap. J.-C. est aujourd’hui en grande partie conservé au musée d’archéologie de Lons-le-Saunier . En 2002, il a fait l’objet d’une publication dans le volume 20 de la série Trésors monétaires .

L’histoire rocambolesque de la mise au jour d’un trésor par un coq n’est pas sans précédent. Les circonstances d’autres trouvailles par l’intermédiaire de taupes sont reportées dans la Revue Numismatique de 1843 (p. 314-315 ) . L’article débute ainsi :

« Les taupes sont parfois d’utiles auxiliaires pour les numophiles. Il y a une vingtaine d’années, une de ces petites bêtes ramenait à la surface de la terre, dans la forêt de Silly (Orne), quelques pièces romaines en argent, et, avertis par cet indice, de pauvres bûcherons découvraient bientôt dix mille médailles du haut empire ».