Archives par mot-clé : histoire des collections

Appel à chercheurs à la BnF 2024-2025

La Bibliothèque nationale de France publie chaque année un appel à chercheurs afin de s’associer le concours de jeunes chercheurs à des fins d’étude et de valorisation de ses collections, en priorité celles inédites, méconnues ou insuffisamment décrites. L’appel pour 2024-2025 a été mis en ligne début février.

La date limite de réception des candidatures est le 2 mai 2023 à 12h.

En 2023, ce dispositif a permis d’accueillir 28 chercheurs associés dans 16 départements de la BnF.

Le statut de chercheur associé offre un accueil et un accompagnement dans un département de la BnF, avec un accès facilité aux collections. Les avantages, conditions d’éligibilité et engagements des chercheurs associés sont décrits dans le règlement de l’appel à chercheurs de la BnF dont la consultation est impérative avant toute candidature au présent appel.

Les sujets dédiés à l’antiquité

Cette année, parmi les différentes sujets proposés, plusieurs ont un lien avec l’Antiquité ou sa réception :

Vingt-six stèles puniques de Carthage au Cabinet des Médailles et Antiques

Dans les collections du département des Monnaies, médailles et antiques on compte aujourd’hui vingt-six stèles puniques votives provenant de Carthage, en Tunisie. Elles font figure de rescapées d’un voyage plus ou moins tumultueux de part et d’autre de la Méditerranée à la fin du XIXe siècle puis d’accords entre différentes institutions parisiennes dans la première moitié du XXe s. L’une1 d’entre elles est aujourd’hui exposée dans les nouvelles salles du musée de la BnF, représentante d’une ample collection très intéressante sous bien des angles, dont leur provenance.

Stèle punique exposée dans le musée de la BnF. BnF, MMA,  Inv.54.pun.26 (photo : L. Détrez)

Vingt-cinq stèles votives puniques proviennent de deux missions archéologiques et épigraphiques menées d’une part par Évariste Pricot de Sainte-Marie2 entre 1873 et 1876, et d’autre part par Ernest Babelon et Salomon Reinach3 entre 1883 et 1884. Une dernière stèle4 a été donnée en 1898 par l’épouse d’Edmond Le Blant, directeur de l’École française de Rome de 1882 à 1888.

Continuer la lecture de Vingt-six stèles puniques de Carthage au Cabinet des Médailles et Antiques

  1. BnF, MMA, Inv.54.pun.26. []
  2. Inventaire des 13 stèles Sainte-Marie actuellement conservées à la Bibliothèque nationale, MMA : Inv. 54.pun.1 = S.M.1515 = B.N.14 = CIS 183 ; inv.54.pun.10 = S.M.475 = B.N.61 = CIS 1083 ; inv.54.pun.11 = S.M.2120 = B.N.8 = CIS 1576 ; Inv. 54.pun.12 (CIS 1826) ; inv.54.pun.13 = S.M.1863 = B.N.60 = CIS 1863 d’après inv. BN-CIS ; inv.54.pun.14 ; inv.54.pun.15 = CIS 1886 ; inv.54.pun.16 = B.N. 1655 ; inv.54.pun.2 = S.M.76 = B.N. 55 = CIS 617 ; inv.54.pun.3 = S.M. 77 = B.N. 59 = CIS 618 ; inv.54.pun.4 = S.M. 524 = B.N. 72 = CIS 689 ; inv.54.pun.6 = S.M. 1671 = B.N. 109 = CIS 838 ; inv.54.pun.7 = S.M. 2128 = B.N. 27 = CIS 916 ; inv.54.pun.8 = S.M. 919 = B.N. 15 = CIS 919 ; inv.54.pun.9 = S.M. 2150 = BN. 1 = CIS 921. []
  3. Inventaire des 13 stèles Babelon – Reinach actuellement conservées à la Bibliothèque nationale, MMA : inv.54.pun.18 (B.N. 1716, CIS 2130), inv.54.pun.19 (B.N. 1690, CIS 2166), inv.54.pun.20 (B.N. 1663, CIS 2170), inv.54.pun.21 (B.N. 1603, CIS 2174), inv.54.pun.22 (B.N. 1626, CIS 2180), inv.54.pun.23 (B.N. 1667), inv.54.pun.25 (B.N. 1675), inv.54.pun.26 (CIS 2204), inv.54.pun.27 (B.N. 1720, CIS 2207), inv.54.pun.28 (B.N. 1726). []
  4. Inv.54.pun.29. []

Une « Schatzkammer » des petites antiques au Département des Monnaies, médailles et antiques ? Nouveaux regards sur la collection Froehner

Il y a presque un siècle la collection Froehner faisait son entrée au sein du Cabinet des Médailles1. Cet ensemble archéologique conséquent (env. 3500 œuvres) mêlant petits objets de valeur, statuettes, bijoux, inscriptions, « constitue, pour le Cabinet des médailles, un enrichissement de premier ordre, comparable pour la qualité, au don du duc de Luynes »2. Si ce n’est ni dans son caractère esthétique, ni dans son aspect spectaculaire que s’exprime la qualité de la collection de ce chercheur allemand, c’est bien dans son intérêt scientifique. La collection Froehner est en effet celle d’un antiquaire qui a vécu dans la France de la Belle Époque : historien de l’antiquité, archéologue, philologue, numismate et quelque peu byzantiniste, Wilhelm Froehner (1834-1925) était tout cela à la fois, avec une prédilection nettement marquée pour l’antiquité classique. Ses intérêts multiples l’ont conduit à rassembler, dans une accumulation digne de celle d’une Schatzkammer3 princière allemande, des petits objets archéologiques divers sur les plans typologiques, chronologiques, matériels et fonctionnels, le plus souvent inscrits. La collection Froehner nous invite ainsi à passer du strigile en bronze au manche de fouet de cocher en ivoire, du timbre amphorique grec à l’intaille d’époque romaine, du plat en sigillée au décret impérial en grec, de la balle de fronde en plomb à la bague osque en or, dans un mélange parfois déroutant. Comment classer, étudier, conserver un tel ensemble, d’aspect si hétéroclite ?

Alice Grégoire, Buste de Wilhelm Froehner, 1870, BnF MMA buste 1 sur Gallica

Continuer la lecture de Une « Schatzkammer » des petites antiques au Département des Monnaies, médailles et antiques ? Nouveaux regards sur la collection Froehner

  1. Enregistrement : le 18 décembre 1929, n° 12702 du registre Y. []
  2. Salomon Reinach, « A propos de W. Froehner », Revue archéologique, juillet-septembre 1925, p. 140-154 en ligne sur Gallica. []
  3. « salle du trésor » en allemand. []

Les papyrus oubliés de Seymour de Ricci

Dans les magasins de la BnF se trouvent des trésors inconnus du public. Parmi eux, des milliers de fragments de papyrus, de parchemin et de papier inscrits en grec ancien, démotique, copte et arabe1 attendent patiemment d’être redécouverts. Ces documents, légués à la BnF par Seymour de Ricci (1881-1942), un érudit bibliophile, sont conservés dans des boîtes en carton, certains encore en vrac. Malgré quelques campagnes d’identification et de conditionnement2, le nombre et la variété des documents ont découragé les bibliothécaires et les conservateurs de les traiter dans leur totalité à leur arrivée.

Boîte n°2 du fonds Seymour de Ricci, boîte en carton vue de l’extérieur.

Lors du Congrès international de papyrologie de 2022 qui s’est tenu à Paris, le fonds Seymour de Ricci a été mentionné pour attirer l’attention de la communauté scientifique sur l’importance des fragments encore inédits3. Ainsi, la BnF souhaite maintenant les rendre accessibles aux groupes de recherche, autant intellectuellement que physiquement, en les inventoriant et en les conditionnant.

Boîte n°10 du fonds Seymour de Ricci, boîte en fer blanc vue de l’intérieur, fragments de papyrus et de cartonnage de momie.

Continuer la lecture de Les papyrus oubliés de Seymour de Ricci

  1. L’écriture hiéroglyphique, apparue à la fin du VIe millénaire av. J.-C., est employée pour les textes religieux tout au long de l’histoire de l’Égypte ancienne. Le hiératique, sa simplification, est attesté pour la pratique quotidienne à partir du IIIe millénaire av. J.-C. avant d’être progressivement supplanté par sa propre simplification, le démotique, au VIIe siècle av. J.-C. Au IIIe siècle ap. J.-C., les chrétiens d’Égypte utilisent le copte, dérivé du démotique, comme langue liturgique, qu’ils écrivent avec l’alphabet grec augmenté de caractères démotiques. Lors de la conquête de l’Égypte par les Arabes en 641 ap. J.-C., l’arabe devient la langue officielle du pays. []
  2. Ces campagnes ont permis la cotation et le reconditionnement des documents suivants : Egyptien 240, 241, 242, 245, 246, Supplément grec 1291, 1294, 1336-1340, Copte 164, 165, 169, 170, 171, 172, 173, 174, Nouvelle acquisition latine (NAL) 3147 et Arabe 7075-7076, 7191-7203, en grande partie numérisés sur Gallica. []
  3. Desclaux Vanessa. “La collection papyrologique « orientale » de la Bibliothèque nationale de France”, XXXe Congrès international de papyrologie, conférence présentée à Paris, 30 juillet 2022. []

Appel à chercheurs à la BNF 2023-2024

La Bibliothèque nationale de France publie chaque année un appel à chercheurs afin de s’associer le concours de jeunes chercheurs à des fins d’étude et de valorisation de ses collections, en priorité celles inédites, méconnues ou insuffisamment décrites. L’appel pour 2023-2024 a été mis en ligne fin janvier. La date limite de réception des candidatures est le 2 mai 2023 à 12h.

En 2022, ce dispositif a permis d’accueillir 31 chercheurs associés dans 17 départements de la BnF.

Le statut de chercheur associé offre un accueil et un accompagnement dans un département de la BnF, avec un accès facilité aux collections. Les avantages, conditions d’éligibilité et engagements des chercheurs associés sont décrits dans le règlement de l’appel à chercheurs de la BnF dont la consultation est impérative avant toute candidature au présent appel.

Les sujets dédiés à l’antiquité

Cette année, parmi les différentes sujets proposés, certains ont un lien avec l’Antiquité :

Pour information, un autre appel en mars 2023 (date limite du dépôt de candidature le mercredi 31 mai 2023 à minuit) sera fait en vue d’un contrat postdoctoral en partenariat avec l’École universitaire de recherche Translitterae (PSL). Translitteræ explore les Humanités du point de vue des circulations dont elles résultent et analyse la constitution même des disciplines comme le résultat de processus permanents de transferts. Quatre thématiques sont couvertes par Translitteræ : Textes en translation, Histoires et transferts, Pensée critique transdisciplinaire, Humanités, sciences et techniques.

Cours public : L’archéologie à la BnF, une histoire ancienne, 30 janvier 2023 à 12h30

Le 30 janvier 2023 à 12h30, Mathilde Avisseau-Broustet parlera  de l’archéologie à la BnF, une histoire ancienne.

Les premières collections d’objets archéologiques sont acquises au début du 18e siècle. Peu à peu le Cabinet du roi devient le centre de l’étude de l’archéologie, discipline toute nouvelle. Documents d’archives, dessins, manuscrits et publications, comme les ouvrages de Montfaucon ou du comte de Caylus éclairent l’histoire de ces collections anciennes, entrées avant les premiers inventaires.

Lundi 30 janvier 2023 de 12h30 à 14h00
BnF Site Richelieu – Salle des Conférences

Entrée gratuite, réservation conseillée

Le cours sera également diffusé en direct sur Youtube.

Sait-on que c’est à la BnF que l’archéologie a pour la première fois été enseignée en France ? Avec la réouverture de son site historique, la BnF fait renaître sous la forme d’un cycle de conférences le cours d’archéologie institué en 1796 par A.-L. Millin. Assurées par les chargés de collections, ces séances seront l’occasion d’une rencontre privilégiée avec les collections.

Retrouvez toutes les informations pratiques dans l’agenda de la BnF.

Champollion et les Bronzes Caylus de la Bibliothèque royale

Archive: Image du mois d’avril 2022

Statuettes de bronze de dieux et déesses de l’Égypte antique, BnF, département des Monnaies, médailles et antiques, ancienne collection Caylus ©BnF – Dossier de presse

La préparation de l’exposition L’Aventure Champollion. Dans le secret des hiéroglyphes qui s’ouvre à la Bibliothèque nationale de France le 12 avril 2022 a permis la restauration et une nouvelle couverture photographique de nombreuses œuvres dont cette série de huit bronzes provenant de l’ancienne collection Caylus.

Continuer la lecture de Champollion et les Bronzes Caylus de la Bibliothèque royale

Appel à chercheurs à la BnF 2022

La Bibliothèque nationale de France publie chaque année un appel à chercheurs afin de s’associer le concours de jeunes chercheurs à des fins d’étude et de valorisation de ses collections, en priorité celles inédites, méconnues ou insuffisamment décrites. L’appel pour 2022 a été mis en ligne fin janvier. La date limite de réception des candidatures est le 25 avril 2022 à 12:00.

Continuer la lecture de Appel à chercheurs à la BnF 2022

Auguste Mariette, l’archéologie égyptienne sur le devant de la scène

2021 est l’année de la célébration du bicentenaire de la naissance d’Auguste Mariette (1821-1881). L’égyptologue intrépide, premier directeur du Service des Antiquités de l’Égypte, créateur du musée égyptien à Boulaq (Le Caire), fondateur de l’archéologie égyptologique française, assura un rayonnement  international aux découvertes sensationnelles cependant que naissait la photographie. Des publications scientifiques aux expositions universelles, en passant par l’Opéra Aïda, il diffusa les œuvres pharaoniques nouvellement mises au jour, leur conférant un écho médiatique qui ne s’est jamais démenti depuis.

Boulogne-sur-Mer, sa ville natale, lui rend hommage au travers d’une exposition “Auguste Mariette, l’artiste dans l’ombre du scientifique” (3 juillet-19 septembre 2021) et accueille le colloque international “Mariette, deux siècles après” (8-10 septembre 2021).

La Bibliothèque nationale de France s’associe aux deux événements par le prêt de dessins et une présentation des archives Mariette conservées dans les collections du département des Manuscrits et du département des Monnaies, médailles et antiques. Dans ce billet, nous proposons de (re)découvrir la figure de l’égyptologue à travers une sélection de documents disponibles à la Bibliothèque, dont une partie en ligne sur Gallica, grâce aux numérisations de la BnF et de ses partenaires.

Continuer la lecture de Auguste Mariette, l’archéologie égyptienne sur le devant de la scène

Les Archives d’Antiquistes et d’Orientalistes à la BnF

La bibliothèque nationale de France conserve de nombreux papiers d’érudits, savants, collectionneurs… disséminés dans différents fonds et départements. Ce billet propose un premier tour d’horizon d’un référencement en cours dans les collections. Il se veut le premier d’une série publiée dans ce carnet, qui sera l’occasion de présenter de manière plus détaillée des fonds particuliers.

Ce travail doit permettre à terme un enrichissement des instruments de recherche publiés dans les catalogues de la BnF et une mise en relation avec d’autres fonds d’archives.

Continuer la lecture de Les Archives d’Antiquistes et d’Orientalistes à la BnF

La formation de l’enseignement archéologique et égyptologique en France

À deux ans des célébrations du bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes publié dans la fameuse Lettre à M. Dacier en septembre 1822, cet article esquisse des recherches en cours sur la naissance de l’égyptologie en France, son enseignement au sein de la discipline archéologique et la place de la Bibliothèque dans le paysage académique1. Durant les années comprises entre la Révolution et les travaux de Champollion, la bibliothèque tour à tour royale, impériale, nationale… joua un rôle de premier plan dans l’enseignement de l’archéologie et de l’intérêt pour l’Orient.

Continuer la lecture de La formation de l’enseignement archéologique et égyptologique en France

  1. Ces éléments sont issus d’une conférence donnée à l’invitation du cercle d’étude de la fondation Napoléon le 29 janvier 2019 et du Cercle Histoire de SciencesPo le 5 mars 2020 []

Dépôt du sarcophage égyptien de la Bibliothèque-musée de l’Opéra au Musée du Louvre

Sarcophage d’Irbastetoudjaennéfou, BMO-17. Cl. RC-A-30270 mis en ligne avec l’aimable autorisation du Département de la Reproduction de la BnF

La fin du mois de mai 2017 a vu le déplacement du sarcophage conservé à la Bibliothèque-musée de l’Opéra au Musée du Louvre. Cet article retrace d’abord l’arrivée de cet objet à l’Opéra. Frédéric Payraudeau, égyptologue, maître de conférences à l’Université Paris  Sorbonne, nous en dira plus sur sa propriétaire. Nous reviendrons enfin sur la collection de sarcophages égyptiens anciennement conservée à la Bibliothèque nationale de France.

Continuer la lecture de Dépôt du sarcophage égyptien de la Bibliothèque-musée de l’Opéra au Musée du Louvre

Les monnaies ptolémaïques de la BnF, I. La collection des rois de France (fin XVIIe-fin XVIIIe siècle)

Carton d’André Morell, 1686. BnF, MMA, Γ 70 (55×40 cm)

Le département des Monnaies, médailles et antiques conserve une très importante suite de monnaies ptolémaïques. Dans la perspective de sa publication a été entrepris le dépouillement systématique des registres, inventaires et archives relatifs à ce fonds afin de décrire les grandes étapes de l’enrichissement de la collection depuis la fin du XVIIe siècle. Continuer la lecture de Les monnaies ptolémaïques de la BnF, I. La collection des rois de France (fin XVIIe-fin XVIIIe siècle)