Archives par mot-clé : Greek coinage

L’or des rois de Bactriane : un programme d’analyse de la composition métallique des monnaies de la BnF

Le département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France (BnF) conserve une collection de plus de 1000 monnaies frappées par les rois hellénistiques de Bactriane, descendants des Grecs installés à la suite des conquêtes d’Alexandre le Grand en Asie centrale1. Après une brève période de domination des Séleucides (fin du IVe-milieu du IIIe siècle), la région s’érige en royaume indépendant sous l’impulsion de souverains qui frappèrent durant un peu plus d’un siècle des monnaies de bronze, d’argent et d’or selon les canons alors en vigueur dans le reste du monde grec.
Parmi ces pièces figure à la BnF une série d’or forte de 22 monnaies : 8 pour les rois séleucides (Antiochos Ier Sôter et Antiochos II Théos), 10 pour ceux de Bactriane (Diodote, Euthydème Ier, Eucratides Ier) et 4 monnaies considérées comme des faux modernes. L’obtention d’un financement auprès du British Institute of Persian Studies a permis de mener sur ces objets un programme d’analyses élémentaires en partenariat avec le laboratoire IRAMAT-CEB (UMR 7065, CNRS-Université d’Orléans) afin de déterminer la composition de l’or monnayé dans l’Extrême-Orient grec.
Ce programme, porté par Simon Glenn de l’Ashmolean Museum , a été réalisé en collaboration avec Julien Olivier de la BnF et Maryse Blet-Lemarquand du CNRS.

Continuer la lecture de L’or des rois de Bactriane : un programme d’analyse de la composition métallique des monnaies de la BnF

  1. Région antique aujourd’hui partagée principalement entre l’Afghanistan, le Tadjikistan et le Pakistan []

Les Ruines de Cyrène

Archive : image du mois de Janvier 2021. Les Ruines de Cyrène

Plan et position des ruines de Cyrène, BnF, Département des Cartes et Plans, GE D-4016

Le plan des ruines de Cyrène fut copié en 1840 par Pagneau, ingénieur géographe du cadastre sur la publication des frères Beechey parue en 1828, Proceedings of the expedition to explore the northern coast of Africa. En 1821 et 1822, Frederick Beechey, officier de la marine britannique et le peintre, Henry, réalisèrent le premier relevé de tous les vestiges alors visibles.

Continuer la lecture de Les Ruines de Cyrène

Le décadrachme d’Athènes de la BnF : un premier de cordée

Archive: image du mois d’octobre 2020

octobre 2020: Le décadrachme d’Athènes de la BnF : un premier de cordée

Décadrachme d’Athènes (Attique), vers 460 av. J.-C., argent, 43,01 g. BnF, MMA, Luynes n° 2037. Droit : tête d’Athéna casquée et couronnée de lauriers à droite. Revers : AΘE, chouette aux ailes éployées de face.

Principalement connu pour ses tétradrachmes, les fameuses « chouettes »1, le monnayage de la cité d’Athènes comprend également de lourdes et spectaculaires monnaies d’argent appelées décadrachmes, c’est-à-dire valant 10 drachmes et pesant plus de 43 g.

Continuer la lecture de Le décadrachme d’Athènes de la BnF : un premier de cordée

  1. Monnaies de 4 drachmes qui pèsent environ 17,20 g, la chouette au revers est de profil. Voir par exemple BnF, MMA, Armand Valton.354. []

La BnF intègre SCO, portail dédié aux monnaies des rois Séleucides

Fondé sur les catalogues d’Arthur Houghton, Catharine Lorber et Olivier Hoover, Seleucid Coins, a Comprehensive Catalogue, dont les deux tomes ont été publiés en 2002 (de Séleucos I à Antiochos III) et en 2008 (de Séleucos IV à Antiochos XIII), le portail SCO, élaboré par l’American Numismatic Society, a pour but de rassembler les principales collections mondiales de monnaies de la dynastie hellénistique des Séleucides.

4450 exemplaires conservés au département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France figurent à présent parmi les 9 650 pièces déjà signalées.

Ce travail a été mené dans le cadre du programme ARCH (Ancient Coinage as Related Cultural Heritage), projet de recherche visant à inscrire la monnaie grecque dans le web sémantique dirigé par Frédérique Duyrat (directrice du département des Monnaies, médailles et antiques, BnF, Paris), Andrew Meadows (New College, Oxford) et Pere Pau Ripollès (Universitat de València).

Le billet de Numishare sur le sujet : “4,450 Seleucid coins from the Bibliothèque nationale de France added to SCO

Avril 2018 « Le métal pétrifié »: les médaillons sculptés de la façade du département des Monnaies, médailles et antiques

Archives : image du mois

Avril 2018 « Le métal pétrifié »: les médaillons sculptés de la façade du département des Monnaies, médailles et antiques

   

A gauche, médaillon sculpté, Ø 80 cm ; à droite, son modèle, revers d’un décadrachme de Syracuse (Sicile), vers 400-390 av. J.-C, Ø 36 mm, (BnF, MMA, coll. de Luynes, 1248).

Quand on chemine dans l’étroite rue Vivienne (Paris, 2e), il faut lever la tête pour les apercevoir. Au premier étage du pavillon central du bâtiment Vivienne, composant le quart nord-est du Quadrilatère Richelieu, cinq médaillons ornent les clefs des hautes fenêtres. Ces sculptures signalent la présence du département des Monnaies, médailles et antiques.

Pour élaborer ce programme illustrant l’art de la médaille depuis l’Antiquité, l’architecte Jean-Louis Pascal trouve un conseiller en la personne d’Ernest Babelon, conservateur du Cabinet des médailles. Dans une lettre datée du 17 septembre 1904, il lui écrit « je vous ai demandé cinq médailles caractéristiques – et belles, si possible, en même temps que je puisse faire copier pour la décoration extérieure du futur cabinet » (BnF, MMA, 19 ACM 17.).

Le premier médaillon illustre l’art grec avec un très beau décadrachme syracusain signé du graveur Evainète dont le modèle provient de la collection du duc de Luynes, donnée en 1862. En sélectionnant cette pièce, Babelon a opté pour une pièce emblématique de l’art grec. Les monnaies grecques ont bien souvent été louées pour leur beauté. Parmi elles, celles de Syracuse sont considérées comme des chefs-d’œuvre tant par la composition audacieuse des types que par la finesse et l’impression de vigueur qui se dégage de la gravure. La signature du graveur – rare sur les monnaies antiques – confirme cette qualité esthétique exceptionnelle. Ces pièces n’ont-elles d’ailleurs pas inspiré ce quatrain à José-Maria de Heredia, extrait de « Médailles antiques » (Les Trophées, 1893) :

« Et seul le dur métal que l’amour fit docile

Garde encore en sa fleur, aux médailles d’argent,

L’immortelle beauté des vierges de Sicile. »

Pour en savoir plus, lisez « Le métal pétrifié. Les médaillons de la façade du Cabinet des médailles »

Julien OLIVIER

Citer ce billet : Julien Olivier, "Avril 2018 « Le métal pétrifié »: les médaillons sculptés de la façade du département des Monnaies, médailles et antiques", in L’Antiquité à la BnF, 01/04/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/2303, [consulté le 04/10/2022].