Archives par mot-clé : greek coin

Un tétradrachme aux portraits de Cléopâtre et Marc Antoine

Archives : image de mois octobre 2018 : Un tétradrachme aux portraits de Cléopâtre et Marc Antoine

Tétradrachme aux portraits de Cléopâtre VII et Marc Antoine, Antioche (Syrie), vers 37/6-32/1 av. J.-C., argent, 13,35 g (BnF, MMA, Y 28912,67 ; ex-coll. Smith-Lesouëf).

Les tétradrachmes aux portraits de Cléopâtre VII et Marc Antoine figurent parmi les monnaies antiques les plus recherchées. Elles donnent à contempler le couple qui fit couler tant d’encre, depuis le temps d’Auguste jusqu’à aujourd’hui.

Continuer la lecture de Un tétradrachme aux portraits de Cléopâtre et Marc Antoine

L’Eukratideion : une « monstruosité numismatique »

Archives : image de mois Août 2018 : L’Eukratideion

20 statères d’Eucratide Ier, royaume de Bactriane, or, 169,20 g, 58 mm, vers 170-145 av. J.-C. (Bnf, MMA, E 3605).

En ces mois d’été baignés de soleil, nous présentons l’Eukratideion, la plus lourde monnaie d’or connue pour toute l’Antiquité, qualifiée de « monstruosité numismatique » par Anatole Chabouillet en 1867. Une telle dénomination n’était sûrement pas destinée à la circulation. Il s’agit probablement d’une récompense exceptionnelle produite à l’occasion d’une victoire ou d’un événement remarquable du règne d’Eucratide Ier. C’est encore à ce jour un unicum.

Mis au jour avant 1837 dans les environs de Boukhara (actuel Ouzbékistan) par sept paysans, cette lourde pièce d’or suscite immédiatement la convoitise. D’après les journaux de l’époque,  faute de pouvoir se partager ce fantastique objet, les découvreurs se battent au couteau pour sa possession : cinq d’entre eux sont tués dans la lutte. En 1837, un des deux survivants apporte la pièce à Londres pour la vendre. Par crainte d’un vol, il la conserve en permanence sous son aisselle dans une poche de cuir fabriquée à cet effet. Après avoir essuyé de nombreux refus – les musées et collectionneurs londoniens sont unanimes : une pièce si extraordinaire ne peut être qu’un faux – l’homme de Boukhara vend l’objet à un expert français résidant à Londres. Ce dernier le propose à la Bibliothèque Nationale (alors « impériale »). Mis au courant de l’affaire, l’empereur Napoléon III accorde en 1867 la somme de 30 000 francs pour que cette pièce exceptionnelle entre dans les collections du Cabinet des médailles.

Description : au droit, buste diadémé du souverain à droite, coiffé d’un casque à cimier orné d’une corne et d’une oreille de taureau. Au revers, BAΣIΛEΩΣ MEΓAΛOY / EYKRATIΔOY, les Dioscures à cheval caracolant à droite, lance au poing et tenant une palme contre l’épaule gauche ; un monogramme sous les jambes avant des chevaux.

Référence : O. Bopearachchi, Monnaies gréco-bactriennes et indo-grecques, catalogue raisonné, Paris, 1991, Eucratide Ier, série 4, n° 25 (p. 202).

Citer ce billet : jolivier, "L’Eukratideion : une « monstruosité numismatique »", in L’Antiquité à la BnF, 01/08/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/4362, [consulté le 17/11/2018].