Archives par mot-clé : fausse monnaie

Le denier impossible

Le droit romain punit sévèrement la falsification des monnaies officielles : au plus tard à partir des années 80 av. n. è., la contrefaçon d’espèces d’or ou d’argent portant la marque de la cité se voit punie de peines allant de la déportation à la mort. Pourtant les monnaies d’argent de la République romaine sont massivement contrefaites et certains marchés urbains, en Italie comme en Espagne, ont tôt fait d’être inondés d’espèces frauduleuses1.

Les solutions mises en œuvre pour produire ces monnaies sont variées et témoignent de l’inventivité des faussaires, confrontés à des contraintes toujours renouvelées ; mais le procédé le plus communément employé consiste à appliquer par soudure une fine pellicule d’argent sur une rondelle de cuivre. Ces objets sont ensuite frappés à l’aide de coins (matrices) dont la gravure reproduit les types d’émissions officielles : on obtient ainsi des monnaies plaquées, de plus ou moins grande qualité.

En dépit du caractère sélectif des stratégies d’acquisition qui ont présidé au fil du temps à la formation des collections de la Bibliothèque nationale de France, les monnaies plaquées aux types de deniers romains républicains sont légion dans ses médailliers. Et c’est tant mieux ! Le phénomène de la fausse monnaie revêt une envergure massive à partir de la fin du IIe siècle av. n. è. et soulève de nombreuses questions qui intéressent plus largement l’histoire économique du bassin méditerranéen occidental. Or notre compréhension des techniques de production, des modes de diffusion et des usages de ces espèces irrégulières est encore balbutiante. Voici l’une de ces monnaies, qui avait retenu mon attention lorsque je consultais les plateaux de monnaies romaines républicaines de la BnF2.

Continuer la lecture de Le denier impossible

  1. Concernant l’Espagne, voir par exemple Marta Campo, « Producció i circulació de moneda falsa a la península Ibérica (s. IV. a.C.-I d.C.) », dans id. (coord.), Falsificació i manipulació de la moneda. XIV Curs d’història monetària d’Hispània, Barcelone, 2010, p. 23-39. []
  2. Pour la publication initiale et des références bibliographiques plus complètes, voir Charles Parisot-Sillon, « Modes de production des fausses monnaies romaines à l’époque républicaine. À propos des coins d’un denier fourré à la légende RVFVS·COS / Q·POM·RVFI », BSFN, 69/10, 2014, p. 304-308. []

Zoom sur… un tétradrachme ptolémaïque fourré

Tétradrachme attribué à Paphos (Chypre) sous le règne de Ptolémée VI Philometor daté de l’an 163/2 av. J.-C., 13,51 g, 26 mm, 12 h. Au droit, tête de Ptolémée I diadémée à droite ; au revers, ΠΤΟΛΕΜΑΙΟΥ ΒΑΣIΛΕΩΣ (« du roi Ptolémée »), aigle perché sur un foudre à gauche, L IΘ (« an 19 ») dans le champ gauche, ΠA dans le champ droit (BnF, MMA, Fonds général 180)

Continuer la lecture de Zoom sur… un tétradrachme ptolémaïque fourré

L’âme et la tôle : les premiers faux de l’histoire monétaire occidentale

Statère, électrum, Phocée, Ionie, fin du VIIe-première moitié du VIe siècle av. J.-C., 16,06 g. Au droit, tête de lion à gauche ; au revers, un carré creux (BnF, MMA, Luynes 2655)

Read this post in English: The Core and the Gilding: the first fake coins in the Western world

Les plus anciennes monnaies frappées dans le monde occidental datent du dernier tiers du VIIe siècle avant J.-C. Elles ont été produites en Asie mineure, dans la partie occidentale de l’actuelle Turquie, où cités grecques et peuples autochtones hellénisés cohabitent. Il s’agit de pastilles de métal estampillées par l’autorité émettrice qui en garantit la valeur, notamment le poids et la quantité de métal précieux qu’elles contiennent. La nouveauté de ces objets réside dans le fait que ces monnaies se comptent, contrairement à l’usage antérieur de peser les métaux. L’autre caractéristique de ces monnaies est qu’elles sont des objets légaux émis par une autorité. Le nom grec de la monnaie est nomisma, un mot qui vient de nomos, la loi. Malgré cette étymologie, il faut constater que les faux ont été inventés en même temps que la monnaie garantie par l’État. Continuer la lecture de L’âme et la tôle : les premiers faux de l’histoire monétaire occidentale