Archives par mot-clé : exposition

L’aventure Champollion. Dans le secret d’une exposition

1822-2022: l’année du bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes, deux cents ans après la parution de la Lettre à M. Dacier par Jean-François Champollion, célèbre le compréhension des écritures et langue égyptiennes, et bien au-delà, la redécouverte du monde pharaonique grâce à ses textes. L’exposition de la Bibliothèque nationale de France ouverte du 12 avril au 24 juillet inaugure une année riche d’événements en France et à l’international. De la conception à l’installation, nous vous conduisons dans les coulisses de l’exposition L’Aventure Champollion. Dans le secret des hiéroglyphes (commissariat: Vanessa Desclaux, Hélène Virenque et Guillemette Andre-Lanoë).

Pourquoi une exposition “Champollion” à la Bibliothèque nationale de France?

En 1833, les archives scientifiques de Jean-François Champollion rejoignent les collections de la Bibliothèque alors royale, suite au décès prématuré du savant (1790-1832). Son frère aîné Jacques-Joseph, conservateur au Cabinet des Manuscrits, a en effet plaidé auprès de l’État pour l’achat de ce témoignage exceptionnel du travail acharné qui aboutit à ce qui fut considéré comme un exploit et devint une source de fierté nationale. Ces milliers de notes, dessins, brouillons, estampages, planches annotées sont au cœur du propos de l’exposition.

Manuscrits de Jean-François Champollion, BnF, Département des Manuscrits, cliché de la BnF pour le catalogue de l’exposition

Quelle fut la méthode Champollion? En quoi est-elle exemplaire de la recherche sur les écritures antiques et orientales du début du 19e siècle et encore de nos jours? Comment nourrit-elle notre réflexion sur le patrimoine écrit? Voici les questions qui guidèrent notre réflexion pour l’élaboration du parcours.

Continuer la lecture de L’aventure Champollion. Dans le secret d’une exposition

L’aventure Champollion. Dans le secret des hiéroglyphes

Ce mardi 12 avril ouvre l’exposition “L’aventure Champollion. Dans le secret des hiéroglyphes” à la BnF-François Mitterrand, qui se tiendra jusqu’au 24 juillet 2022, à l’occasion du bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes. Le catalogue de l’exposition est déjà disponible.

Cette exposition donnera lieu à plusieurs événements :

Plusieurs ressources sont déjà disponibles en ligne :

  • Les essentiels Champollion pour prolonger l’exposition avec une série d’articles et d’interviews
  • une série de billets autour de Champollion et de la réception des hiéroglyphes dans les arts et la littérature sur le blog Gallica qui seront publiés le temps de l’exposition.

Enfin, d’autres échos autour des écritures anciennes ont lieu à la BnF, comme le cycle “Archéologie des écritures anciennes”

Pour le programme complet des manifestations et expositions en relation avec le bicentenaire et organisées en France et à l’étranger, voir la liste mise à jour régulièrement sur le site de la Société française d’égyptologie.

Nous reviendrons dans les semaines qui viennent plus longuement sur le parcours et le montage de cette exposition.

L’image en tête de billet fait partie des Papiers Champollion, NAF 20325, f. 105, conservés au département des manuscrits de la BnF.

Citer ce billet : Antiquité BnF, "L’aventure Champollion. Dans le secret des hiéroglyphes", in L’Antiquité à la BnF, 14/04/2022, https://antiquitebnf.hypotheses.org/15049, [consulté le 06/12/2022].

Un papyrus grec comme reliure d’un manuscrit mérovingien: les tribulations du Suppl. gr. 1379

L’exposition qui se déroulait du 18 septembre au 26 octobre 2021 au Collège de France, « Le papyrus dans tous ses États, de Cléopâtre à Clovis », montre comment ce support d’écriture est devenu, à partir de l’époque hellénistique, indispensable à l’ensemble du monde méditerranéen. Jean-Luc Fournet, professeur titulaire de la chaire « Culture écrite de l’Antiquité tardive et papyrologie byzantine » et commissaire de l’exposition, a pour ambition de sortir le papyrus de son cadre égyptologique traditionnel lorsqu’il est orné de hiéroglyphes et nous conserve les chapitres du Livre des morts.

Décrivant dans un premier temps du parcours le cheminement de la plante au « papier », il met ensuite à l’honneur les différentes langues attestées sur ce matériau : grec, copte et latin bien sûr, mais aussi pehlevi, arabe, syriaque ou hébreu (Paris, BnF, Hébreu 1492). Cette richesse linguistique et la diversité des informations transmises par ces documents montrent la popularité de ce moyen de communication qui s’étend d’ailleurs au-delà du bassin méditerranéen puisque la trace de papyrus découverte le plus à l’est se trouvait en Afghanistan (Aï Khanoum, province de Kondoz), et le plus à l’ouest, en France (Mané Véchen, Bretagne).

Continuer la lecture de Un papyrus grec comme reliure d’un manuscrit mérovingien: les tribulations du Suppl. gr. 1379

#Retour au Musée – La BnF hors les murs #5: IDOLES, L’Art des Cyclades et de l’Anatolie à l’Âge de bronze

La BnF est fermée jusqu’au 8 septembre au soir pour l’entretien annuel du bâtiment et des serveurs informatiques, mais ses collections restent en partie accessibles en ligne notamment sur Gallica, les catalogues, les sites pédagogiques (toutes les précisions ici) et grâce aux expositions hors les murs.

Le musée Fenaille de Rodez réunit jusqu’au 17 octobre de manière inédite en France, dans une approche comparée, les statuettes originaires des Cyclades et d’Anatolie produite à l’Âge du bronze (entre 2800 et 2300 avant notre ère), grâce à des prêts exceptionnels du Musée du Louvre. Le parcours souligne aussi l’art cycladique comme source d’inspiration majeure pour les artistes de la première moitié du XXe siècle tels Brancusi, Giacometti et Zadkine.

Continuer la lecture de #Retour au Musée – La BnF hors les murs #5: IDOLES, L’Art des Cyclades et de l’Anatolie à l’Âge de bronze

Une escale du Cabinet des médailles à Marseille. Partie 2/2: gants, socles et vitrines

Déballage, constats d’état, soclage, disposition et sécurisation… la première quinzaine du mois de juillet a été marquée au musée d’Histoire de Marseille par l’installation de l’exposition « Terre ! ». La scénographie tout en sobriété et en élégance conçue par Pascale Linderme (l’Agence privée) et fabriquée avec soin par l’entreprise Culbuto, qui transforme la salle d’exposition et colonise le hall du musée, est fin prête : il n’y manque que les vases… Continuer la lecture de Une escale du Cabinet des médailles à Marseille. Partie 2/2: gants, socles et vitrines

Une escale du Cabinet des médailles à Marseille. Partie 1 : de l’atelier à l’écrin

Le 15 juillet, notre exposition « Terre ! Escales mythiques en Méditerranée » ouvrira ses portes au musée d’Histoire de Marseille. Depuis la levée du confinement, l’on s’active pour en assurer le succès, à la Bibliothèque nationale de France (sites François Mitterrand et Richelieu) comme au Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF). Dans ce billet nous vous présentons quels soins ont reçu ces dernières semaines les 91 œuvres des collections de la BnF à être du voyage !

Sommaire

  • La restauration des œuvres

– Au centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF)

– Au sein de la BnF

  • Avant l’escale, le voyage : la mise en caisse des œuvres

Continuer la lecture de Une escale du Cabinet des médailles à Marseille. Partie 1 : de l’atelier à l’écrin

1922 : la découverte du trésor de Toutankhamon

Archive Image du mois Gallica

Août 2019 : Le trésor de Toutânkhamon

Le masque du 3e sarcophage de Toutânkhamon lors de sa découverte, H. Carter, A.C. Mace, The tomb of Tut-Ankh-Amen…, Londres, 1923, Arsenal, 8-NF-83465

Le 4 novembre 1922, dans la région de Louxor les premières marches menant à la tombe d’un roi peu connu, nommé Toutânkhamon sont mises au jour. Cette découverte est due à l’entêtement d’un égyptologue anglais Howard Carter qui fouille dans la Vallée des Rois depuis plusieurs années, grâce au soutien financier de son mécène Lord Carnarvon.

Entassés dans 4 petites pièces, plus de 5000 objets sont extraits et soigneusement inventoriés par l’archéologue et son équipe entre 1922 et 1932 puis transportés par bateau au Musée du Caire, où ils sont toujours conservés ; parmi ceux-ci, le célèbre masque en or massif incrusté de turquoise et de lapis-lazuli, encore orné de guirlandes de fleurs lors de sa découverte.

En 1923, H. Carter publie un premier ouvrage sur le tombeau, contenant de nombreuses illustrations. L’impact médiatique de cette découverte, et de la pseudo-malédiction qui l’entoure, suscite de nombreux reportages, notamment par l’Agence Rol : plusieurs clichés des visites de la tombe par des célébrités et du transport des objets sont ainsi disponibles dans Gallica.

Sortie d’un coffre de la tombe. Agence Rol, 1923. Département Estampes et photographie, EI-13 (978)

Actuellement 150 objets provenant de la tombe sont exposés à Paris jusqu’au 22 septembre 2019 ; un événement qui fait écho à la grande exposition organisée en 1967 au Petit Palais et qui avait attiré plus d’un million de visiteurs.

Billet de blog Gallica sur la découverte de la tombe (septembre 2019)

Exposition : Devotion and Decadence. The Berthouville Treasure and Roman Luxury

 

Après plusieurs étapes aux États-Unis (Los Angeles, San Francisco, Houston), à Arles, et à Copenhague, le trésor de Berthouville s’expose du 17 octobre 2018 au 6 janvier 2019 à l’Institute for the Study of the Ancient World de New York (ISAW).

Continuer la lecture de Exposition : Devotion and Decadence. The Berthouville Treasure and Roman Luxury