Archives par mot-clé : épigraphie

La drachme cisalpine à légende Segedū

Archive : image du mois de décembre 2021

Drachme des Celtes transalpins à légende SEGEDU (MMA, BN 2177)

Les monnaies celtiques d’Italie du Nord constituent un témoignage unique sur une civilisation qui a ensuite été absorbée par l’expansion romaine : c’est le cas pour celles des Lepontii, comme cette drachme à légende Segedū.

La BnF a joué, au fil des siècles, un rôle important dans le déchiffrement et la connaissance des écritures anciennes1. Elle conserve dans ses collections des objets – dont de nombreuses monnaies –, inscrits au moyen d’alphabets, de syllabaires, voire d’idéogrammes et pictogrammes divers, le plus souvent inconnus du grand public. C’est le cas de la pièce d’argent illustrée ici, provenant d’Italie du Nord, qui porte à son revers une légende dite lépontique. On nomme ainsi une écriture dérivée de l’alphabet étrusque, lequel fut emprunté à partir de la première moitié du VIe siècle av. J.-C. par des peuples celtiques. Son nom est liée au fait que la majorité de ces inscriptions ont été découvertes dans une zone d’une centaine de kilomètres autour de la ville de Lugano, aujourd’hui en Suisse (d’où l’appellation ancienne d’« alphabet de Lugano » donnée à ce système d’écriture), sur le territoire de l’antique peuple des Lepontii (Lépontiens).

Continuer la lecture de La drachme cisalpine à légende Segedū

  1. Voir par exemple les travaux de l’abbé Barthélemy, au XVIIIe siècle. []

Polices pour les inscriptions monétaires : Transcription typographique des monnaies antiques

Le projet de recherche Police pour les Inscriptions Monétaires (PIM) a pour objectif la création d’outils adaptés pour retranscrire les informations contenues dans les inscriptions monétaires, au-delà de leur contenu sémantique. Les informations textuelles et les caractéristiques graphiques présentes sur une monnaie peuvent fournir de nombreuses informations concernant son origine et la société dans laquelle elle a été frappée1. Mais jusqu’à aujourd’hui, aucune fonte numérique2  ne pouvait retranscrire à la fois intégralement et fidèlement les inscriptions monétaires. C’est à partir de ce constat que le projet a été initié en 2013 par Florence Codine, alors conservatrice en charge des monnaies mérovingiennes à la Bibliothèque nationale de France (BnF), et est actuellement supervisé par Frédérique Duyrat, directrice du département des monnaies, médailles, et antiques à la BnF.

Ce billet vise d’abord à retracer la genèse du projet ainsi que les grandes étapes depuis l’annotation des monnaies de la BnF jusqu’à la réalisation des fontes. Ensuite seront présentées les différentes fontes réalisées.

Continuer la lecture de Polices pour les inscriptions monétaires : Transcription typographique des monnaies antiques

  1. Voir à ce sujet l’article fondateur de Codine-Trécourt, Florence et Sarah, Guillaume (2012). “Du plomb au pixel. Transcrire les légendes des monnaies du haut Moyen Âge.” In: Revue numismatique 168, pp. 261–277. []
  2. Le terme « police » désignait à l’époque du plomb le nombre de signes contenus dans un caractère typographique, à une taille donnée. Il est utilisé aujourd’hui de manière générique pour désigner un caractère typographique. Nous préférerons employer ici le terme “fonte numérique” ou “fonte” pour désigner le fichier informatique qui regroupe à la fois les représentations des glyphes, leur encodage et les valeurs d’espacement. []