Archives par mot-clé : egyptology

Archive : image du mois de juillet 2021

J.-Fr. Champollion, Génies-gardiens dans la tombe de Ramsès III. BnF, département des manuscrits, NAF 20307, f° 179.
 

À Louxor, en mai 1829, Jean-François Champollion réalise ce dessin à la lueur des torches alors qu’il découvre la tombe de Ramsès III.  Durant la visite, l’égyptologue prend de nombreuses notes sur les inscriptions et les décors aux couleurs vives des différentes salles. Sur ce manuscrit sont reproduites certaines divinités qui l’intriguent : des génies-gardiens hybrides que l’on trouve fréquemment dans un contexte funéraire. Le premier, tenant un couteau, arbore une tête de crocodile, le deuxième se caractérise par une tortue entière à la place du visage et le troisième, interpellant par sa frontalité, présente une tête de bovidé.

Ces notes témoignent de l’insatiable curiosité du savant lors de son voyage en Égypte. En août 1828, Jean-François Champollion et l’égyptologue pisan Ippolito Rosellini traversent la Méditerranée à la tête d’une expédition franco-toscane qui comprend des dessinateurs talentueux comme Nestor L’Hôte et Salvador Cherubini.

Continuer la lecture de Archive : image du mois de juillet 2021

Deux monnaies ptolémaiques en « faïence égyptienne » à la BnF

Le 2 février 1891, l’égyptologue Gaston Maspero faisait don au Cabinet des médailles de la BnF de deux objets étranges. Rentrés sous les numéros F 6047 et F 6048, il s’agit à première vue de deux monnaies ptolémaïques identiques à celles – assez communes – connues en bronze. Le terme de « porcelaine », employé dans le registre, est inexact car il renvoie à un procédé technique attesté en Chine seulement à partir du IIIe siècle après J.-C.1. Il apparaît que ces objets sont en réalité en « faïence égyptienne », terme également impropre qualifiant de la pâte siliceuse à glaçure, matériau bien connu en Égypte, très utilisé notamment pour produire des amulettes2.

Toujours dans le registre d’acquisition, il est précisé que le premier objet fut découvert à Karnak, dans « les ruines de la ville » au nord du grand temple ; le second est dit « sans provenance exacte », mais le signalement de ce don par Adrien Blanchet dans la Revue Numismatique de 1891 nous fait savoir qu’il provient également de Haute Égypte3.

Registre des dons du Cabinet des médailles F(2), 1890-1909. BnF, MMA, Ms. 86, p. 35.

Continuer la lecture de Deux monnaies ptolémaiques en « faïence égyptienne » à la BnF

  1. Alexandre Brongniart a alerté dès 1844 sur l’impropriété de l’appellation de « porcelaine égyptienne » : Brongnart 1844, p. 505-507. []
  2. Je remercie Louise Detrez, Sophie Descamps ainsi que Violaine Jeammet, qui ont bien voulu me faire part de leurs connaissances en la matière. La question du matériau sera abordée dans la section consacrée à la production de ces objets, infra : « Des sous-produits de l’artisanat égyptien ? » []
  3. Blanchet 1891, p. 233. []

La formation de l’enseignement archéologique et égyptologique en France

À deux ans des célébrations du bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes publié dans la fameuse Lettre à M. Dacier en septembre 1822, cet article esquisse des recherches en cours sur la naissance de l’égyptologie en France, son enseignement au sein de la discipline archéologique et la place de la Bibliothèque dans le paysage académique1. Durant les années comprises entre la Révolution et les travaux de Champollion, la bibliothèque tour à tour royale, impériale, nationale… joua un rôle de premier plan dans l’enseignement de l’archéologie et de l’intérêt pour l’Orient.

Continuer la lecture de La formation de l’enseignement archéologique et égyptologique en France

  1. Ces éléments sont issus d’une conférence donnée à l’invitation du cercle d’étude de la fondation Napoléon le 29 janvier 2019 et du Cercle Histoire de SciencesPo le 5 mars 2020 []

Panthéon Égyptien de J.-Fr. Champollion

Archives : image du mois de Janvier 2019

Panthéon égyptien de J-Fr. Champollion

La déesse Sekhmet dans une chapelle, J.-Fr. Champollion, Panthéon Égyptien, collection des personnages mythologiques de l’ancienne Égypte, d’après les monuments, dess. Dubois, Paris, 1823-1825, BnF, département Arsenal, 4-H-7617
Cet ouvrage parut entre 1823 et 1831, sous différentes versions ; au final, seules 90 planches furent publiées sur les 200 prévues par Champollion. Cet exemplaire est daté de 1825 d’après la page de titre mais contient une note manuscrite de la main du dessinateur Léon Dubois, ajoutée après la mort du savant (1832). Les aquarelles soignées de Dubois, ami de Champollion, accompagnent les notices descriptives des divinités égyptiennes identifiées par celui qui était alors connu grâce à sa Lettre à M. Dacier synthétisant ses recherches sur le déchiffrement des hiéroglyphes.

Cette publication semble avoir été décidée rapidement par Champollion qui souhaitait proposer un bel ouvrage afin de faire taire les savants qui doutaient des résultats de ses travaux et d’attirer un plus large public. Les vignettes, coloriées par la suite par Dubois, sont choisies dans diverses publications comme des gravures de la Description de l’Égypte ou copiées sur des pièces de collections privées. Chaque représentation divine est accompagnée de sa légende en hiéroglyphe et parfois en hiératique. Champollion  propose des traductions des noms des divinités et une analyse de leur rôle respectif, se référant aussi bien aux auteurs classiques qu’à la mythologie gréco-latine. Malgré de bonnes interprétations de symboles divins ou de noms, les erreurs de traduction ne manquent pas, le savant n’ayant pas encore la pleine maîtrise du lexique et de la grammaire de cette langue qu’il commence à peine à déchiffrer.

Œuvre hétérogène dont la publication s’est étalée sur plusieurs années, ce Panthéon Égyptien est le symbole de l’intense activité intellectuelle de Champollion qui cherchait à publier rapidement pour diffuser sa recherche en train de se faire. Ses séjours ultérieurs dans la vallée du Nil lui permettront de préciser et de corriger certaines de ses interprétations et de mieux saisir la complexité de la religion égyptienne, dont le panthéon ne pouvait pas être simplement calqué sur celui des croyances grecques ou romaines.

Bataille des Pyramides: Image d’Épinal

Archive: Image du mois Juillet 2018
Juillet 2018 Bataille des Pyramides

Imagerie d’Epinal. N° 129, Bataille des Pyramides, 1892, département Estampes et photographie, FOL-LI-59 (12)

Le 21 juillet 1798 voit s’opposer l’Armée française d’Orient fraîchement débarquée aux Mamelouks conduits par Mourad Bey. Bonaparte dénomme ce combat qui lui ouvre les portes du Caire  « Bataille des Pyramides », investissant l’événement d’une dimension historique et symbolique par sa référence aux monuments antiques, l’une des sept Merveilles du Monde. La Campagne d’Égypte s’accompagne d’une visée scientifique avec la création de l’Institut d’Égypte. Ce dernier pilote la première enquête systématique du pays dans tous ses aspects: ruines antiques, vie moderne, sciences naturelles… que les savants documentent avec force notes et dessins. Si l’opération militaire se conclut par un échec, le prestige de l’aventure et la publication quelques années plus tard de la Description de l’Égypte restent  une source inépuisable d’inspiration pour la postérité et pour une discipline en devenir, l’égyptologie.

Le site Bibliothèques d’Orient, fruit du partenariat de huit bibliothèques orientales, d’une cinquantaine de spécialistes et de la Bibliothèque nationale de France, revient sur cette histoire croisée entre l’Égypte et la France, dont l’Expédition de Bonaparte constitua un véritable tournant.

Retrouvez la bataille des Pyramides dans l’exposition Napoléon stratège au Musée de l’Armée-Invalides à Paris jusqu’au 22 juillet 2018, pour laquelle la BnF a prêté quelques œuvres.

Citer ce billet : Vanessa Desclaux, "Bataille des Pyramides: Image d’Épinal", in L’Antiquité à la BnF, 01/07/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/2478, [consulté le 03/08/2021].