Archives par mot-clé : égyptologie

Un portrait de Jean-François Champollion

Archive: Image du mois de mai 2022
Reproduction du portrait de Jean-François Champollion par Victorine Genève-Rumilly, après 1822. Dans H. Hartleben, Champollion, Sein Leben und sein Werk, 1906. © BnF/Gallica.

À l’occasion du bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes, les quelques portraits de Jean-François Champollion sont de nouveau mis en avant grâce à des expositions ou de nouvelles publications.

Peu de portraits de l’égyptologue faits de son vivant sont connus mais parmi eux se distingue le tableau attribué à Victorine Genève-Rumilly et exposé au Musée Champollion de Vif, près de Grenoble.

Victorine (ou Victoire selon son acte de décès) Angélique Émilie Genève-Rumilly est une portraitiste née à Grenoble en 1789 et décédée à Paris en 1849. Élève du peintre néo-classique Jean-Baptiste Regnault, elle a participé à plusieurs salons. Elle est connue notamment pour ses portraits des frères Champollion, faits sans doute lors de l’un de leurs séjours dans leur maison familiale à Vif. Un portrait de l’aîné, Jacques-Joseph Champollion-Figeac, lui signé par Rumilly et également  exposé au musée, semble avoir été peint au même moment que celui de son cadet.

Reproduction du portrait de Jacques-Joseph Champollion par Victorine Genève-Rumilly, après 1822 (?). Dans H. Hartleben, Champollion, Sein Leben und sein Werk, 1906. © BnF/Gallica.

Le portrait de Jean-François Champollion que Hermine Hartleben (1846-1919) fait reproduire au frontispice de sa monumentale biographie publiée en 1906 était conservé à l’époque dans la famille à Vif. La biographe explique dans des lettres adressées à Gaston Maspero et conservées à l’Institut de France, comment elle est parvenue à le faire transporter et photographier à Grenoble avec l’aide du bibliothécaire Edmond Magnien.

Sur ce tableau, Jean-François Champollion semble comme surpris dans son travail par l’artiste. Il tient dans sa main une feuille qui correspond à la planche IV de sa Lettre à M. Dacier (1822) intitulée « Tableau des signes phonétiques » dans lequel il présente pour la première fois sa proposition de lecture des phonogrammes existants dans l’écriture hiéroglyphique (colonne de droite), mis en parallèle avec l’alphabet grec et les signes démotiques.

J.-Fr. Champollion, Lettre à M. Dacier, 1822, pl. IV © BnF/Gallica

Détail amusant, Rumilly a choisi de monter la planche en cours de rédaction, donc inachevée. Le savant est ici saisi dans l’intimité de son cabinet  de travail, comme l’indique la bibliothèque en arrière-plan où on reconnait aussi sur une étagère une statue égyptienne.

Pour en savoir plus

Citer ce billet : Hélène Virenque, "Un portrait de Jean-François Champollion", in L’Antiquité à la BnF, 01/06/2022, https://antiquitebnf.hypotheses.org/15560, [consulté le 06/07/2022].

Deux monnaies ptolémaiques en “faïence égyptienne” à la BnF

Le 2 février 1891, l’égyptologue Gaston Maspero faisait don au Cabinet des médailles de la BnF de deux objets étranges. Rentrés sous les numéros F 6047 et F 6048, il s’agit à première vue de deux monnaies ptolémaïques identiques à celles – assez communes – connues en bronze. Le terme de “porcelaine”, employé dans le registre, est inexact car il renvoie à un procédé technique attesté en Chine seulement à partir du IIIe siècle après J.-C.1. Il apparaît que ces objets sont en réalité en “faïence égyptienne”, terme également impropre qualifiant de la pâte siliceuse à glaçure, matériau bien connu en Égypte, très utilisé notamment pour produire des amulettes2.

Toujours dans le registre d’acquisition, il est précisé que le premier objet fut découvert à Karnak, dans “les ruines de la ville” au nord du grand temple ; le second est dit “sans provenance exacte”, mais le signalement de ce don par Adrien Blanchet dans la Revue Numismatique de 1891 nous fait savoir qu’il provient également de Haute Égypte3.

Registre des dons du Cabinet des médailles F(2), 1890-1909. BnF, MMA, Ms. 86, p. 35.

Continuer la lecture de Deux monnaies ptolémaiques en “faïence égyptienne” à la BnF

  1. Alexandre Brongniart a alerté dès 1844 sur l’impropriété de l’appellation de “porcelaine égyptienne” : Brongnart 1844, p. 505-507. []
  2. Je remercie Louise Detrez, Sophie Descamps ainsi que Violaine Jeammet, qui ont bien voulu me faire part de leurs connaissances en la matière. La question du matériau sera abordée dans la section consacrée à la production de ces objets, infra : “Des sous-produits de l’artisanat égyptien ?” []
  3. Blanchet 1891, p. 233. []