Archives par mot-clé : Egypte

Journée d’étude: les bibliothèques de recherche d’archéologie et d’histoire à l’étranger

Le vendredi 1er décembre 2023 se tient à l’École française de Rome, ouverte au public piazza Navone et en ligne, la journée d’étude “Bibliothèques de recherche à Rome (1860-1930) : les fondements d’une collection documentaire d’exception.”

Co-organisé par l’École française de Rome et la British School at Rome avec le soutien du Centre Gabriel Naudé (EA 7286, Enssib), dans le cadre des célébrations pour le 150e anniversaire de l’École française de Rome, l’évènement donne la parole aux bibliothèques d’instituts d’archéologie et d’histoire, allemand (Deutsches Archäologisches Institut Rom), américain (American Academy in Rome), belge (Academia Belgica), britannique (British School at Rome), espagnol (Escuela Española de Historia y Archeología), français (École française de Rome), néerlandais (Koninklijk Nederlands Instituut Rome), installés à Rome. Ces expériences sont comparées à celles des bibliothèques britannique et française qui furent fondées respectivement à Athènes et au Caire, pour la British School at Athens et l’Institut français d’archéologie orientale.

Continuer la lecture de Journée d’étude: les bibliothèques de recherche d’archéologie et d’histoire à l’étranger

Exposition internationale des arts et techniques, Paris 1937 : pavillon de l’Égypte, une momie (photographie de presse)

Archive : Image du mois d’octobre 2023

[Safara?], Paris, 1937, bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, EI-13
L’exposition universelle de 1937, dénommée Exposition internationale des arts et techniques, s’est tenue à  Paris du 25 mai au 25 novembre. Elle accorde 2.400 m2 à l’Égypte, dans un contexte international en ébullition, où le pavillon dominé par l’aigle et la croix gammée fait face à la sculpture de l’ouvrier et de la kolkhozienne portant haut la la faucille et le marteau.

Continuer la lecture de Exposition internationale des arts et techniques, Paris 1937 : pavillon de l’Égypte, une momie (photographie de presse)

L’Agenda de l’Antiquité 2023-2024

En cette rentrée 2023, nous vous proposons des ressources en ligne ainsi qu’une sélection de conférences et d’expositions en cours ou à venir, en France et à l’étranger. L’Antiquité est particulièrement mise à l’honneur par l’Inrap qui consacre sa saison scientifique et culturelle 2023 à cette période : Une saison antique! 

Bonne lecture et bonnes découvertes !

Conférences disponibles en ligne

scène de combat, fin Ve s. av. J.-C., Syrie, calcédoine, MMA Seyrig.1973.1.502

Continuer la lecture de L’Agenda de l’Antiquité 2023-2024

Les papyrus oubliés de Seymour de Ricci

Dans les magasins de la BnF se trouvent des trésors inconnus du public. Parmi eux, des milliers de fragments de papyrus, de parchemin et de papier inscrits en grec ancien, démotique, copte et arabe1 attendent patiemment d’être redécouverts. Ces documents, légués à la BnF par Seymour de Ricci (1881-1942), un érudit bibliophile, sont conservés dans des boîtes en carton, certains encore en vrac. Malgré quelques campagnes d’identification et de conditionnement2, le nombre et la variété des documents ont découragé les bibliothécaires et les conservateurs de les traiter dans leur totalité à leur arrivée.

Boîte n°2 du fonds Seymour de Ricci, boîte en carton vue de l’extérieur.

Lors du Congrès international de papyrologie de 2022 qui s’est tenu à Paris, le fonds Seymour de Ricci a été mentionné pour attirer l’attention de la communauté scientifique sur l’importance des fragments encore inédits3. Ainsi, la BnF souhaite maintenant les rendre accessibles aux groupes de recherche, autant intellectuellement que physiquement, en les inventoriant et en les conditionnant.

Boîte n°10 du fonds Seymour de Ricci, boîte en fer blanc vue de l’intérieur, fragments de papyrus et de cartonnage de momie.

Continuer la lecture de Les papyrus oubliés de Seymour de Ricci

  1. L’écriture hiéroglyphique, apparue à la fin du VIe millénaire av. J.-C., est employée pour les textes religieux tout au long de l’histoire de l’Égypte ancienne. Le hiératique, sa simplification, est attesté pour la pratique quotidienne à partir du IIIe millénaire av. J.-C. avant d’être progressivement supplanté par sa propre simplification, le démotique, au VIIe siècle av. J.-C. Au IIIe siècle ap. J.-C., les chrétiens d’Égypte utilisent le copte, dérivé du démotique, comme langue liturgique, qu’ils écrivent avec l’alphabet grec augmenté de caractères démotiques. Lors de la conquête de l’Égypte par les Arabes en 641 ap. J.-C., l’arabe devient la langue officielle du pays. []
  2. Ces campagnes ont permis la cotation et le reconditionnement des documents suivants : Egyptien 240, 241, 242, 245, 246, Supplément grec 1291, 1294, 1336-1340, Copte 164, 165, 169, 170, 171, 172, 173, 174, Nouvelle acquisition latine (NAL) 3147 et Arabe 7075-7076, 7191-7203, en grande partie numérisés sur Gallica. []
  3. Desclaux Vanessa. “La collection papyrologique « orientale » de la Bibliothèque nationale de France”, XXXe Congrès international de papyrologie, conférence présentée à Paris, 30 juillet 2022. []

Dessins de papyrus enroulés

Archive : Image du mois d’août 2023

Il est rare de conserver pour les papyrus égyptiens d’époque pharaonique découverts avant le milieu du XIXe siècle une idée de leur présentation originale.  Quelques documents conservés à la Bibliothèque  illustrent le choix de documenter l’artefact au moment du déroulement et de l’encadrement du papyrus pour en conserver une mémoire.

L’Egyptien 214 (anciens n° d’inventaire: Cabinet des médailles 1382 et Manuscrits Egyptien 144) est une lettre datant du IVe siècle avant J.-C. environ, comportant douze lignes en démotique sur le recto ou côté perfibral (sens horizontal des fibres). Cette lettre était transportée et conservée roulée. Le dessin, légendé “la même lettre liée d’un fil et scellée, avant d’être déroulée”, est peint sur calque, contrecollé sur le carton crème destiné à servir de montage de présentation du papyrus. Il témoigne que la lettre était restée cachetée, maintenue par un lien et sécurisé au centre par une bulle de terre crue sur laquelle avait été apposé un sceau: on devine un motif imprimé dans une dépression circulaire.  Le texte se trouvait roulé à l’intérieur, tandis que sur le verso, une seule ligne, “l’adresse”, est visible sur la face opposée au scellé.

Continuer la lecture de Dessins de papyrus enroulés

Quand Toutânkhamon inspirait la presse satirique

Archive : Image du mois de juin 2023

Article en une du journal Le Merle moqueur, 3 mars 1923 © BnF/Gallica

La découverte de la tombe de Toutânkhamon par l’Anglais Howard Carter en novembre 1922 à Louxor a rencontré un large écho dans la presse internationale : les articles illustrent la fascination pour ce jeune pharaon jusqu’alors peu connu, la richesse de son mobilier funéraire et rapportent l’empressement des célébrités et des têtes couronnées qui se pressent pour visiter son tombeau creusé dans la Vallée des Rois.

A partir de février 1923, avec l’ouverture officielle de la tombe, l’engouement ne faiblit pas, accompagnant la découverte des différentes salles de l’hypogée et la sortie progressive du mobilier très bien conservé. La presse satirique n’est pas en reste, comme le montre l’édition de l’hebdomadaire Le Merle Blanc du 3 mars 1923, un journal fondé par l’anarchiste Eugène Merle dans la lignée du Canard enchaîné. Dans ce numéro, plusieurs articles (en une et en page 4) s’inspirent de l’égyptomanie ambiante pour se moquer de l’actualité française et internationale, mêlant jeux de mots et caricatures.

Continuer la lecture de Quand Toutânkhamon inspirait la presse satirique

Une caricature italienne de l’Expédition d’Égypte

Archive : Image du mois de Novembre 2022

NaPoleone Bonaparte Mummia, 1798-1799 © Bibliothèque municipale de Valenciennes, N-I18ANO0001/Gallica.

Bien avant qu’il ne devienne empereur, Napoléon Bonaparte est le sujet de nombreuses caricatures aussi bien en France qu’à l’étranger. Seules quelques rares estampes traitent toutefois de l’Expédition d’Égypte (1798-1801) qu’il a menée contre les Ottomans alliés aux Anglais. Cette eau-forte aquarellée comporte la légende : “NaPoleone Bonaparte Mummia” (“Napoléon Bonaparte (comme) momie”). D’après Broadley (p. 147-148) elle date de fin 1798-début 1799 et a été imprimée en Italie, qui avait été le champ de bataille précédent du jeune général lors de la Campagne d’Italie (1796-1797). Dans cette caricature, les ennemis ne sont pas les contemporains de Bonaparte, mais des anciens Égyptiens qui se chargent de lui infliger les rites funéraires et de stopper ainsi son ambition dévorante.

Continuer la lecture de Une caricature italienne de l’Expédition d’Égypte

10e édition des Rencontres d’Archéologie de la Narbonnaise, 1-6 novembre 2022

Les 10e Rencontres d’Archéologie de la Narbonnaise se tiendront du 1er au 6 novembre à Narbonne. Elles valorisent l’archéologie sous toutes ses formes avec un programme composé de projections, de conférences, d’expositions, de rencontres, d’un salon du livre et de la BD d’archéologie, d’animations scolaires et de rendez-vous professionnels.
Une série de conférences évoquant des sites majeurs de la préhistoire ou de la période médiévale marqueront ces journées, tandis que deux tables-rondes feront écho au bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes dont une sur “L’aventure de l’écriture : invention et déchiffrement”, où il sera question notamment de Jean-François Champollion.

Plusieurs expositions sont organisées dans différents lieux de la ville : une, intitulée “L’Égypte à travers les origines de la photographie”, mettra en regard des clichés conservés au département des Estampes et la photographie de la BnF avec une sélection d’objets égyptiens du Palais-Musée des Archevêques, ce jusqu’au 19 décembre 2022 (Palais-Musée des Archevêques, salle Peyre). Enfin, un Salon du livre et de la BD d’archéologie aura lieu les 5 et 6 novembre.

Une grande exposition se tient également au musée Narbo Via jusqu’au 31 décembre 2022 : “Narbo Martius, renaissance d’une capitale”.

Image en tête d’annonce : “Égypte. Temple d’Abou Simbel” dans F. Bonfils, Souvenirs d’Orient, 1878 © BnF/Gallica.

L’Agenda de l’Antiquité 2022-2023

En cette rentrée 2022, nous vous proposons des ressources en ligne ainsi qu’une sélection de conférences et d’expositions en cours ou à venir, en France et à l’étranger. L’Antiquité sera mise à l’honneur en particulier à travers la réouverture en septembre de la BnF-Richelieu à Paris et de son musée, tandis que le bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes par Jean-François Champollion se poursuit avec de nombreux événements prévus jusqu’à début 2023.

Bonne lecture et bonnes découvertes !

Continuer la lecture de L’Agenda de l’Antiquité 2022-2023

Amnéris, princesse d’une Égypte enchantée

Archive : images du mois de janvier 2022

Aïda : douze projets de costumes, par Henry de Montaut, [vers 1879-1880], BnF, BMO, D-156, f. 11

L’Opéra Aïda, de Giuseppe Verdi, créé le 24 décembre 1871 au Caire, est célèbre pour sa reconstitution de l’Égypte ancienne présente à travers les costumes, les bijoux et les décors. Cette fresque historique, dont le scénario a été rédigé par l’égyptologue Auguste Mariette, connaîtra ensuite un véritable succès dans toute l’Europe. La Bibliothèque-musée de l’Opéra de la BnF conserve plusieurs carnets préparatoires de ces costumes, notamment ceux de Mariette lui-même, légués par son fils.

Continuer la lecture de Amnéris, princesse d’une Égypte enchantée

Conférence en ligne – “À la redécouverte de l’Égypte : la Carte des déserts de la Basse-Thébaïde de Claude Sicard et le Journal historique d’Henri-Joseph Redouté”

Retrouvez la vidéo de cette séance des Trésors de Richelieu en ligne.

Présentation à revoir sur la page Facebook de la BnF

A l’orée du XVIIIe siècle, la connaissance jusqu’alors balbutiante de l’Égypte connaît un formidable essor. Les voyageurs dépassent désormais le Caire et tentent de remonter toujours plus loin le cours du Nil. Ainsi Claude Sicard parvient-il à Assouan en 1721.

Continuer la lecture de Conférence en ligne – “À la redécouverte de l’Égypte : la Carte des déserts de la Basse-Thébaïde de Claude Sicard et le Journal historique d’Henri-Joseph Redouté”

Auguste Mariette, l’archéologie égyptienne sur le devant de la scène

2021 est l’année de la célébration du bicentenaire de la naissance d’Auguste Mariette (1821-1881). L’égyptologue intrépide, premier directeur du Service des Antiquités de l’Égypte, créateur du musée égyptien à Boulaq (Le Caire), fondateur de l’archéologie égyptologique française, assura un rayonnement  international aux découvertes sensationnelles cependant que naissait la photographie. Des publications scientifiques aux expositions universelles, en passant par l’Opéra Aïda, il diffusa les œuvres pharaoniques nouvellement mises au jour, leur conférant un écho médiatique qui ne s’est jamais démenti depuis.

Boulogne-sur-Mer, sa ville natale, lui rend hommage au travers d’une exposition “Auguste Mariette, l’artiste dans l’ombre du scientifique” (3 juillet-19 septembre 2021) et accueille le colloque international “Mariette, deux siècles après” (8-10 septembre 2021).

La Bibliothèque nationale de France s’associe aux deux événements par le prêt de dessins et une présentation des archives Mariette conservées dans les collections du département des Manuscrits et du département des Monnaies, médailles et antiques. Dans ce billet, nous proposons de (re)découvrir la figure de l’égyptologue à travers une sélection de documents disponibles à la Bibliothèque, dont une partie en ligne sur Gallica, grâce aux numérisations de la BnF et de ses partenaires.

Continuer la lecture de Auguste Mariette, l’archéologie égyptienne sur le devant de la scène

Archive : image du mois d’août 2021: jeux d’orgues Clémançon du son et lumière des Pyramides du Caire, 1960

Le spectacle aux Pyramides du Caire fut inauguré le 12 avril 1961. Le texte de Gaston Bonheur fut mis en scène par Gaston Papeloux et en ondes par Jean Wilfrid Garrett, sur une musique de Georges Delrue. Il durait 45 minutes et était diffusé en quatre langues : allemand, anglais, arabe et français. Il y était question en 70 tableaux de la construction des pyramides, des cérémonies d’inauguration, du sacre et des funérailles du pharaon, d’un hymne au Nil “père de la civilisation égyptienne”.

Le Sphinx, devant lequel seront rangés les spectateurs, est le personnage central de l’immense scène de 2 kilomètres de large et 900 mètres de profondeur d’où surgissent de la nuit du désert les montagnes lumineuses de Cheops, de Chephren et de Mykerinos, ainsi que les pyramides des reines, les tombeaux des dignitaires, les temples…1

Continuer la lecture de Archive : image du mois d’août 2021: jeux d’orgues Clémançon du son et lumière des Pyramides du Caire, 1960

  1. M. L., “Son et Lumière aux Pyramides”, Le Monde, 15 mars 1961. []

Archive : image du mois de juillet 2021. Crocodile, tortue et hiéroglyphes

J.-Fr. Champollion, Génies-gardiens dans la tombe de Ramsès III. BnF, département des manuscrits, NAF 20307, f° 179.
 

À Louxor, en mai 1829, Jean-François Champollion réalise ce dessin à la lueur des torches alors qu’il découvre la tombe de Ramsès III.  Durant la visite, l’égyptologue prend de nombreuses notes sur les inscriptions et les décors aux couleurs vives des différentes salles. Sur ce manuscrit sont reproduites certaines divinités qui l’intriguent : des génies-gardiens hybrides que l’on trouve fréquemment dans un contexte funéraire. Le premier, tenant un couteau, arbore une tête de crocodile, le deuxième se caractérise par une tortue entière à la place du visage et le troisième, interpellant par sa frontalité, présente une tête de bovidé.

Ces notes témoignent de l’insatiable curiosité du savant lors de son voyage en Égypte. En août 1828, Jean-François Champollion et l’égyptologue pisan Ippolito Rosellini traversent la Méditerranée à la tête d’une expédition franco-toscane qui comprend des dessinateurs talentueux comme Nestor L’Hôte et Salvador Cherubini.

Continuer la lecture de Archive : image du mois de juillet 2021. Crocodile, tortue et hiéroglyphes

La collection numismatique de l’association Bible et Terre Sainte ou l’histoire antique du Levant

L’abbé Jean Starcky (1909 – 1988) fut aumônier militaire pendant la Seconde Guerre mondiale, compagnon de la Libération puis enseignant à l’Institut catholique de Paris. Chercheur au CNRS pendant près de 30 ans, directeur adjoint de l’Institut Français d’Archéologie de Beyrouth de 1968 à 1971, il fut membre à partir de 1952 de l’équipe internationale chargée de déchiffrer les manuscrits de la Mer Morte (ou manuscrits de Qumrân). L’abbé Starcky était surtout un spécialiste de l’araméen, langue parlée notamment dans la Syrie antique et consacra l’essentiel de ses travaux à la cité de Palmyre, aux manuscrits de Qumrân et aux Nabatéens. Il fonda le musée Bible et Terre Sainte en 1957 avec, entre autres, le chanoine René Leconte. Il participa également très tôt à la revue éponyme1. Tous deux possédaient une importante collection d’objets provenant du Levant (monnaies, papyrus, tablettes d’argile, lampes à huile…) qu’ils donnèrent au musée nouvellement créé.

Jean Starcky à Pétra (Gawlikowski 1990).

Le projet de rénovation du musée de l’association Bible et Terre Sainte, installé depuis 1969 dans les locaux de l’Institut Catholique de Paris, a conduit à l’établissement d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France dans le but de cataloguer la collection numismatique puis de faire des recommandations pour exposer les monnaies les plus remarquables. En 2020, contact fut pris avec Frédérique Duyrat et Julien Olivier, respectivement Directeur et chargé de la collection des monnaies grecques au département des Monnaies, médailles et antiques. En accord avec le bureau de l’association Bible et Terre Sainte, ils me proposèrent de procéder à l’identification et au classement des monnaies dans le cadre d’un stage rémunéré2. La collection, forte de 3219 monnaies, fut déposée à la BnF pour expertise dans la foulée ; le stage se déroula de septembre à novembre 2020 puis de janvier à mars 2021.

Ce billet est l’occasion de présenter à la fois le travail accompli et un fonds numismatique centré sur les monnayages levantins de l’Antiquité aussi riche que méconnu.

Le site de l’association Bible et Terre Sainte

Continuer la lecture de La collection numismatique de l’association Bible et Terre Sainte ou l’histoire antique du Levant

  1. La revue changea de nom en 1977 pour devenir Le Monde de la Bible. []
  2. Julien Olivier, avec Arnaud Suspène, est l’un de mes co-directeurs de recherche dans le cadre de mon mémoire de Master : « La naissance du monnayage d’or lagide », Université d’Orléans. []