Archives par mot-clé : coin hoard

Parution de Trésors monétaires XXIX : Le trésor monétaire romain de Saint-Germain-lès-Arpajon, un dépôt géant du IIIe siècle après J.-C.

Plus d’une décennie après sa découverte en 2008, le trésor de Saint-Germain-lès-Arpajon (Essonne) fait l’objet d’une publication exhaustive dans le 29e volume de la série Trésors monétaires, éditée par la BnF. Ce dépôt monétaire de taille hors norme se compose de 33 858 monnaies romaines en alliage cuivreux qui représentent une masse totale avoisinant les 100 kg. C’est la première fois en France qu’un trésor d’une telle ampleur est intégralement publié1. Plusieurs dépôts du même type, plus imposants encore, ont été publiés en Angleterre dans les années 1980 (trésors de Cunetio et de Normanby). Ces études restent des références pour ce qui est du classement des émissions monétaires du IIIe siècle de notre ère. Mais, plusieurs décennies plus tard, l’approche archéologique des dépôts monétaires a évolué. L’étude du trésor de Saint-Germain-lès-Arpajon en rend compte puisqu’elle comprend, outre l’habituelle étude numismatique, un volet archéologique développé.

Cette publication est l’aboutissement d’un travail pluridisciplinaire au long cours qui a associé numismates et archéologues et qui a été conjointement coordonné par le département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF et le Service régional de l’archéologie d’Île-de-France. L’ensemble de l’équipe2 est restée mobilisée sur ce projet tout de long de l’aventure. Ceci mérite d’être souligné car l’étude d’un trésor monétaire d’une telle ampleur requiert de la persévérance.

Continuer la lecture de Parution de Trésors monétaires XXIX : Le trésor monétaire romain de Saint-Germain-lès-Arpajon, un dépôt géant du IIIe siècle après J.-C.

  1. Certains trésors français volumineux ont toutefois été publiés de manière exemplaire. On citera notamment les publications consacrées aux trésors d’Éauze (D. Schaad (dir.), Le trésor d’Éauze. Bijoux et monnaies du IIIe siècle après J.-C., Toulouse, 1992) ou de Luxeuil (D. Gricourt, La Chapelle-lès-Luxeuil (Haute-Saône), 15 518 nummi constantiniens, Trésors monétaires XVIII, Paris, 2000). []
  2. Ont participé à l’étude : Vincent Drost (BnF), Bruno Foucray (CNRS), Dominique Hollard (BnF), Florence Moret-Auger (Inrap), Francine N’Diaye (BnF), Fabien Pilon (CNRS), Christian Piozzoli (SRA IdF), Véronique Pissot (Inrap) et Ludovic Trommenschlager (EPHE/Université de Lille). []

Les trésors au Cabinet des Médailles et le programme « Trouvailles Monétaires »

Au sens archéologique du terme, on parle généralement de trésor (ou dépôt) dès lors qu’un ensemble d’objets, précieux ou non, a été volontairement rassemblé avant d’être enfoui1. Le Département des Monnaies, médailles et antiques conserve de nombreux trésors, des dépôts monétaires bien sûr mais aussi de spectaculaires ensembles d’orfèvrerie. L’emblématique trésor d’argenterie de Berthouville2 figurera par exemple en bonne place dans le futur musée de la BnF, sur le site Richelieu, qui ouvrira ses portes en 2021. Outre ses missions de conservation et d’exposition, le département poursuit aussi, depuis 1978, le programme de recherche Trouvailles monétaires visant à étudier et à valoriser les découvertes monétaires effectuées sur le territoire national.

Continuer la lecture de Les trésors au Cabinet des Médailles et le programme « Trouvailles Monétaires »

  1. Selon la définition du Code civil (Art. 716), « le trésor est toute chose cachée ou enfouie sur laquelle personne ne peut justifier sa propriété, et qui est découverte par le pur effet du hasard ». Sur la notion polysémique de trésor, voir G. Aubin, « Les trésors (monétaires) antiques : le mot, les choses et les chercheurs », in F. Baratte, M. Joly, J.-C. Béal (dir.), Autour du trésor de Mâcon. Luxe et quotidien en Gaule romaine, Mâcon, 2007, p. 49-73. []
  2. Sur ce trésor, voir le billet consacré à la statuette de Mercure tenant le caducée par Mathilde Avisseau-Broustet, publié le 1 juin 2017. []