Archives par mot-clé : Alexandria

Retour au port, « Isis à la voile » à Alexandrie

Archives : image du mois de juin 2021

Revers d’une drachme de bronze d’Alexandrie (Égypte) frappée en l’an 18 du règne d’Hadrien (133/4 ap. J.-C.). 23,08 g ; 34 mm ; 1 h (BnF, MMA, 1967.1671)1.

Le revers de cette grande monnaie de bronze montre Isis debout à droite, vêtue d’un himation et d’un chiton et tenant des mains et du pied gauche une voile gonflée par le vent. La déesse se tient sur une ligne de sol qui figure le pont d’un navire. Le caractère marin de la scène est encore renforcé par la présence du phare d’Alexandrie, au sommet duquel on devine la statue de Zeus Sôter, et en-dessous deux tritons soufflant dans des conques.

Outre la popularité du culte d’Isis au-delà de l’Égypte durant l’époque romaine, les représentations « d’Isis à la voile » eurent un certain succès, surtout à l’époque des Antonins (IIe siècle ap. J.-C.), sur des supports aussi divers que des monnaies bien entendu, mais aussi des intailles, des sceaux, des lampes, des reliefs et peut-être des statues2. Bien que les premières représentations « d’Isis à la voile » proviennent sans doute plutôt de Byblos (Phénicie) ou de Naukratis (Égypte), la présence du phare sur cette monnaie d’Alexandrie renvoie indubitablement au port de la capitale d’Égypte, dont il constitue à la fois le symbole et la merveille3. Isis apparaît d’ailleurs très tôt sur de nombreuses monnaies égyptiennes. Dès l’époque ptolémaïque, elle est d’abord associée à Sarapis sur des tétradrachmes de Ptolémée IV (222-204 av. J.-C.) puis représentée seule sur de très nombreuses émissions de bronze aux IIe et Ier siècles av. J.-C.

Bronze ptolémaïque d’Alexandrie, vers 150-115 av. J.-C. 17,38 g ; 29 mm ; 12 h (BnF, MMA, Maspero 90)4.

C’est probablement également à cette époque que l’antique déesse égyptienne est pleinement associée à l’élément marin, dans le sillage du culte d’Arsinoé II comme Aphrodite Euploia (« bonne navigation »)5. Cet aspect des compétences prêtées à Isis apparaît bien dans l’arétologie de Kymé6, où lui sont attribués l’invention des activités maritimes, la souveraineté sur les vents et la mer, et le pouvoir de déclencher les tempêtes et de rendre impraticable la navigation7. Dans le cas Alexandrin, « Isis à la voile » peut aussi avoir été investie d’une fonction frumentaire à travers la protection des convois maritimes transportant le blé égyptien jusqu’en Italie où il était distribué aux Romains dans le cadre de l’annone8.

Julien OLIVIER

Le cycle de conférences 2021 « De la fouille à l’écriture de l’Histoire» de la Bibliothèque nationale de France s’intéresse à l’archéologie des ports. Un événement à suivre en ligne en streaming dès le 10 mars. Voir le programme et la bibliographie sur ce carnet.

Citer ce billet : Julien Olivier, "Retour au port, « Isis à la voile » à Alexandrie", in L’Antiquité à la BnF, 01/06/2021, https://antiquitebnf.hypotheses.org/13070, [consulté le 20/10/2021].
  1. RPC III, n° 5895. []
  2. L. Bricault, Isis, Dame des flots, Liège, 2006, p. 43. []
  3. Bricault, op. cit., p. 46. []
  4. O. Picard et Th. Faucher 2012, « Les monnaies lagides », dans O. Picard et alii, Les monnaies de fouilles du Centre d’Études Alexandrines. Les monnayages de bronze à Alexandrie de la conquête d’Alexandre à l’Égypte moderne, Alexandrie, 2012, série 7b. []
  5. On lira à ce sujet la partie 1 de la récente thèse de doctorat de Carlos Francis Robinson, ΑΡΣΙΝΟΗ ΕΥΠΛΟΙΑ. Queen Arsinoë II, the Maritime Aphrodite and Early Ptolemaic Ruler Cult (University of Queensland, 2019). []
  6. Ces textes, dont de nombreuses variantes sont connues au sein du monde romain, détaillent les titres et pouvoirs de la divinité en vue de l’introduction de son culte. Le modèle original a sans doute été rédigé par le clergé de Memphis au IIIsiècle av. J.-C. []
  7. Bricault, op. cit., p. 38-9. []
  8. Bricault, ibid []

Conférence en ligne – Les trésors de la BnF: Des monnaies et des momies, Cléopâtre à la BnF

Du 7 au 21 décembre, les experts et les expertes de la Bibliothèque nationale de France (BnF) se relaient en direct pour présenter des pépites de nos collections. Estampe, manuscrit, ouvrage imprimé, poésie, presse : cette nouvelle saison de « La BnF dans mon salon » s’annonce festive, amusante, réconfortante, inspirante !
Rendez-vous sur notre page Facebook les lundis, mercredis et vendredi à midi pile pour découvrir des pièces de nos collections sous un angle inédit, et pour poser toutes vos questions à nos intervenants !
Rendez-vous le mercredi 16 décembre à 12h, avec Julien Olivier, chargé de la collection des monnaies grecques, pour une présentation de monnaies montrant le portrait de Cléopâtre, ainsi que pour évoquer une certaine légende voulant que la reine d’Égypte ait été enterrée dans l’enceinte de la Bibliothèque nationale.

à voir et revoir sur la page Facebook de la BnF

Drachme (argent) frappée à Alexandrie en l’an 6 du règne de Cléopâtre VII, soit 47/6 av. J.-C. (BnF, MMA, Z 2884.399).

Continuer la lecture de Conférence en ligne – Les trésors de la BnF: Des monnaies et des momies, Cléopâtre à la BnF

La BnF intègre PCO, portail dédié aux monnaies des rois ptolémaïques d’Égypte

Après les monnaies d’Alexandre le Grand en avril 2017, celles de la République romaine en décembre 2017 puis celles des rois séleucides en avril 2019, ce sont à présent les monnayages des rois ptolémaïques d’Égypte de la BnF qui intègrent un portail en ligne élaboré par l’American Numismatic Society :

Ptolemaic Coins Online (PCO).

Fondé sur le catalogue de Catharine Lorber, Coins of the Ptolemaic Empire dont le premier tome a été publié en 2018 (de Ptolémée I à Ptolémée IV), le portail PCO a pour but de rassembler les principales collections mondiales de monnaies de la dynastie hellénistique des Lagides. L’application ne regroupe à ce jour que les émissions en métaux précieux du tome I, les bronzes feront l’objet d’une mise à jour prochaine.

661 des plus de 2600 exemplaires conservés au département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France figurent à présent parmi les 2400 pièces déjà référencées1.

Pour aller plus loin, la collection de la BnF :

  1. Nous remercions Madeline Susana et Maria Dumitru qui ont largement contribué à ce résultat []