Archives par mot-clé : 19th Century

Journée d’étude lundi 17 juin: Autour du “Digital Muret”

À l’occasion de la mise en ligne du premier corpus du « Digital Muret », l’INHA et la BnF organisent une journée d’études pour présenter et mettre en perspectives les recherches menées dans ce programme depuis 2017. Jean-Baptiste Muret (1795-1866) a été le dessinateur du Cabinet des Médailles de 1830 à 1866 ; tout au long de sa carrière, il a constitué un ensemble de planches en couleur reproduisant des objets antiques pris dans différentes collections, privées et publiques, et mis en série pour mieux en comprendre la typologie ou la signification. Cet important recueil, conservé à la Bibliothèque nationale de France est consultable sur Gallica. Il constitue une source majeure pour l’histoire des collections d’antiques au XIXe siècle et celle de leur étude. Continuer la lecture de Journée d’étude lundi 17 juin: Autour du “Digital Muret”

Cléopâtre dort-elle sous les géraniums de la « Nationale » ? Autopsie d’une légende tenace

Jean Portail, « Cléopâtre dort-elle sous les géraniums de la « Nationale » ? », L’intransigeant, juillet 1926.

La momie de Cléopâtre fut longtemps conservée à la Bibliothèque nationale de France, plus précisément au département des Monnaies, médailles et antiques, dit Cabinet des médailles, autrefois Cabinet du roi. Découverte durant l’Expédition d’Égypte (1798-1801), Bonaparte passa une nuit avec les restes de la dernière souveraine lagide au pied des pyramides avant de transporter la dépouille à Paris, à la Bibliothèque Nationale. Rongée par l’humidité après un séjour prolongé dans les caves du Quadrilatère Richelieu où elle fut mise à l’abri lors du siège de Paris en 1870-1, les restes de la reine d’Égypte furent finalement enfouis dans le jardin côté rue Vivienne, près de la fontaine.

Le Quadrilatère Richelieu, 58 rue de Richelieu, 75002, Paris (© Photo IGN).

Légende, mythe, fakenews ou infox : quel que soit le statut qu’on lui confère, cette histoire mérite que l’on s’y attarde, autant pour en apprécier la saveur que pour déterminer dans quelle mesure elle renferme une part de vérité.

Continuer la lecture de Cléopâtre dort-elle sous les géraniums de la « Nationale » ? Autopsie d’une légende tenace

Antiquités, archéologie et récit des origines dans la construction nationale italienne (XVIIIe-XIXe siècles) I.

[Fouilles d’Herculanum et Pompeï] Porte d’Herculanum. Nécropole, tombes monumentales. Ancienne ville de Pompeï, dessin de Jean-Louis Desprez, gravure de Francesco Piranesi. Eau-forte, 1789, Collection de la Bibliothèque nationale de Florence.

Cycle Italie : Antiquités, archéologie et récit des origines dans la construction nationale italienne (XVIIIe-XIXe siècles) Ière partie

L’utilisation des mythes de la Rome antique a fait l’objet de nombreuses études surtout pour la période de l’entre-deux-guerres, notamment lorsque le parti fasciste chercha à conforter son pouvoir dictatorial et à justifier ses entreprises coloniales. En revanche, la valorisation des origines pré-romaines de la péninsule qui a largement émaillé la construction nationale italienne depuis  le milieu du XVIIIe siècle jusqu’à la prise de Rome, en 1870, est un sujet beaucoup moins étudié par les historiens et pratiquement méconnu du grand public.

Cet article propose quelques pistes de recherche sur cette problématique, largement pluridisciplinaire, qui en quelques décennies connaît des élaborations différentes reflétant les profonds changements politiques de la péninsule dans ses tentatives d’unité nationale. L’article se veut également un excursus dans les collections de la BnF, très riches dans ces domaines.

Continuer la lecture de Antiquités, archéologie et récit des origines dans la construction nationale italienne (XVIIIe-XIXe siècles) I.

Théodule Devéria, un photographe-égyptologue très discret

Théodule Devéria (1831-1871), employé au Cabinet des Estampes, épigraphiste puis conservateur-adjoint au musée du Louvre, égyptologue et photographe auprès de Mariette, reste relativement méconnu des amateurs et des historiens de la photographie en Égypte au 19e siècle. Différentes raisons expliquent la modeste renommée de son œuvre photographique.

Charles Théodule Deveria, 1871. BnF, département Société de Géographie, SG PORTRAIT-1801.

Continuer la lecture de Théodule Devéria, un photographe-égyptologue très discret

Un génie méconnu de l’illustration numismatique : Léon Dardel

Médaillon d’or de Tétricus Ier (271-274 ap. J.-C.) dessiné par Léon Dardel. Illustré dans : Jean de Witte, Recherches sur les empereurs qui ont régné dans les Gaules au IIIe siècle de l’ère chrétienne, Lyon, 1868

Le développement de la science numismatique est étroitement lié aux progrès des techniques d’illustration qui permirent d’assurer la réalité des classements stylistiques ou des relations au sein des séries monétaires. En effet, seul un cliché « objectif » reproduit fidèlement inscriptions, formes ou monogrammes. Pour obtenir de telles images irréfutables, le XIXe s. multiplia les innovations : la machine à graver automatique d’Achille Collas, les techniques de photogravure initiées par le concours du duc de Luynes organisé de 1856 à 1867, furent les plus marquantes. Mais, dans ce bouleversement de l’offre iconographique à la portée des savants et des amateurs, la gravure manuelle connut pourtant à cette époque ses plus belles heures pour illustrer monnaies et médailles, ceci grâce au talent exceptionnel qu’un artiste mis au service des érudits pendant plusieurs décennies.

Continuer la lecture de Un génie méconnu de l’illustration numismatique : Léon Dardel

André Dutertre dessinateur de l’Expédition d’Égypte et la collection du Cabinet des Médailles

Aquarelle pour la “Description de l’Égypte ou Recueil des observations et des recherches qui ont été faites en Égypte pendant l’expédition de l’armée française. Antiquités”, t. V, pl. 69, fig. 11; Dpt Estampes et Photographies UB-181 (H BIS, 2)-FT 4

Âgé de 45 ans, André Dutertre devient membre de la Commission des Sciences et des Arts dont Bonaparte s’entoure pour son expédition en Égypte. Fils d’un imprimeur en taille-douce, formé à la gravure, il mène une carrière de copiste et de dessinateur d’illustration.

Continuer la lecture de André Dutertre dessinateur de l’Expédition d’Égypte et la collection du Cabinet des Médailles

Des origines du dessin archéologique à Digital Muret : l’œuvre de Jean-Baptiste Muret (1795-1866)

Jean-Baptiste Muret, Recueil, IV, pl.25, “Panthères ailées cornues” (BnF, MMA, RES-MS-70100-MUR-GF- (4)).

Le département des Monnaies, médailles et antiques, à côté de ses collections numismatiques et archéologiques, conserve aussi un important apparat documentaire, constitué par les conservateurs pour accompagner l’étude et la connaissance des collections. Un des fonds les plus intéressants est le recueil des dessins de Jean-Baptiste Muret, qui réunit en onze grands volumes in folio le fruit de son travail en tant que dessinateur du Cabinet des Médailles de 1830 à 1866. Il fait actuellement l’objet d’un programme de recherche mené par la BnF et l’INHA : Une histoire de l’art antique inachevée : les dessins de Jean-Baptiste Muret (1795-1866).

  1. Pourquoi dessiner les œuvres antiques ?
  2. Jean-Baptiste Muret: un dessinateur à la BnF
  3. Le Recueil des Monuments antiques dessinés, une source exceptionnelle pour la connaissance des collections d’antiques du XIXe siècle
  4. Le projet: une édition numérique du recueil de dessins
  5. Une recherche collaborative

Continuer la lecture de Des origines du dessin archéologique à Digital Muret : l’œuvre de Jean-Baptiste Muret (1795-1866)

Delacroix et les dessins de monnaies grecques du Cabinet des médailles

Feuille de quatre médailles antiques, Delacroix, 1825 (INHA, EM DELACROIX 3)

Le succès de l’exposition Delacroix du Louvre rappelle l’immense popularité d’un des plus fameux artistes du XIXe siècle. Au-delà de ses œuvres les plus emblématiques, on sait moins que le jeune Delacroix eut durant une brève période, le goût du dessin des monnaies grecques antiques. Pendant deux années, entre 1824 et 1825, il produisit une série de dessins et de lithographies figurant des monnaies grecques de la collection du Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale, à l’époque encore bibliothèque royale.

Monnaies prises pour modèle sur la Feuille de quatre médailles antiques : en haut à gauche, revers d’un tridrachme d’Aspendos (Pamphylie), vers 330-250 av. J.-C. (BnF, MMA, Fonds général 43) ; à droite, revers d’un chalque des Brettiens (Bruttium), vers 211-208 av. J.-C. (BnF, MMA, Fonds général 1618) ; en bas à gauche, revers d’un didrachme de Thourioi (Bruttium), vers 420 av. J.-C. (BnF, MMA, Fonds général 1440) ; à droite, droit d’un tétradrachme de Nicomède III de Bithynie, 94/3 av. J.-C. (BnF, MMA, Fonds général 140).

Continuer la lecture de Delacroix et les dessins de monnaies grecques du Cabinet des médailles

Bataille des Pyramides: Image d’Épinal

Archive: Image du mois Juillet 2018
Juillet 2018 Bataille des Pyramides

Imagerie d’Epinal. N° 129, Bataille des Pyramides, 1892, département Estampes et photographie, FOL-LI-59 (12)

Le 21 juillet 1798 voit s’opposer l’Armée française d’Orient fraîchement débarquée aux Mamelouks conduits par Mourad Bey. Bonaparte dénomme ce combat qui lui ouvre les portes du Caire  “Bataille des Pyramides”, investissant l’événement d’une dimension historique et symbolique par sa référence aux monuments antiques, l’une des sept Merveilles du Monde. La Campagne d’Égypte s’accompagne d’une visée scientifique avec la création de l’Institut d’Égypte. Ce dernier pilote la première enquête systématique du pays dans tous ses aspects: ruines antiques, vie moderne, sciences naturelles… que les savants documentent avec force notes et dessins. Si l’opération militaire se conclut par un échec, le prestige de l’aventure et la publication quelques années plus tard de la Description de l’Égypte restent  une source inépuisable d’inspiration pour la postérité et pour une discipline en devenir, l’égyptologie.

Le site Bibliothèques d’Orient, fruit du partenariat de huit bibliothèques orientales, d’une cinquantaine de spécialistes et de la Bibliothèque nationale de France, revient sur cette histoire croisée entre l’Égypte et la France, dont l’Expédition de Bonaparte constitua un véritable tournant.

Retrouvez la bataille des Pyramides dans l’exposition Napoléon stratège au Musée de l’Armée-Invalides à Paris jusqu’au 22 juillet 2018, pour laquelle la BnF a prêté quelques œuvres.

Citer ce billet : Vanessa Desclaux, "Bataille des Pyramides: Image d’Épinal", in L’Antiquité à la BnF, 01/07/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/2478, [consulté le 17/06/2019].

Les Mystères d’Isis ou l’Égypte antique d’après les décorateurs de l’Opéra: sur quelques acquisitions récentes du département de la Musique

ill. 1. Aruéris. Mlle Dubois bergere Egiptiene : [maquette de costume] / [Entourage de Louis-René Boquet]. BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra, D216 IX-35

Sous l’Ancien Régime, l’Opéra de Paris crée régulièrement des ouvrages lyriques faisant référence à l’Égypte antique. Pour s’en convaincre, il n’est que de citer les œuvres de Lully, Isis (1677) et Phaéton (1683), de Desmarets, Théagène et Cariclée (1695), de Rameau, Les Fêtes de l’Hymen et de l’Amour ou les Dieux d’Égypte (1748) ou encore de Salieri, Les Danaïdes (1784). Les quelques témoignages que nous conservons de ces spectacles nous montrent à l’évidence que les décorateurs et dessinateurs de costumes avaient rarement le souci de l’exactitude historique et qu’ils puisaient leur inspiration dans un folklore et un exotisme mythologiques [ill.1].

Continuer la lecture de Les Mystères d’Isis ou l’Égypte antique d’après les décorateurs de l’Opéra: sur quelques acquisitions récentes du département de la Musique