Archives par mot-clé : 18th Century

Le vocabulaire ornemental antique dans la Nouvelle iconologie historique de Jean-Charles Delafosse (1768)

La référence à l’antiquité est constante dans le corpus des iconologies1, dès l’édition princeps de Ripa en 15932. Elle y prend différentes formes. En premier lieu, elle justifie chez Ripa la composition-même de son ouvrage, lui qui entend analyser la méthode permettant de donner une forme sensible à la définition – au sens aristotélicien – des concepts3. Dès le titre, il indique décrire des images universelles « tirées de l’Antiquité et d’autres lieux4 ». Pour appuyer sa démarche, dans son Proemio, il se réfère à Aristote, à Platon, à Pythagore et plus généralement aux « philosophes » et aux « prophètes », mais aussi à la « sapience des Égyptiens », fut-ce pour la critiquer.

Ce sont encore ces références qui lui servent d’argument dans le corps d’ouvrage, l’humaniste italien n’hésitant pas à additionner les sources pour motiver ses propositions iconographiques. Ainsi, pour expliquer la présence de la salamandre dans la personnification du feu, il écrit :

Della salamandra Plinio nel lib. 10 cap. 67 dice, che è animale simile alla lcertola, pieno di stelle, il quale non vien mai, se non à tempo di lunghe pioggie, & per sereno manca.

Questo animale è tanti freddo, che spegne il fuoco tocco non altrimente, che farebbe il ghiaccio, & dicesi anco, che quest’animale sta, & vive nel fuoco, & più tosto l’estingue, che da quello riceva nocumento alcuno, come dicono Aristotele, & altri scritori delle cose naturali5.

Les auteurs convoqués étayent l’argumentation en raison de l’ancienneté de leurs écrits, qui leur confère force de preuve, et en tant que caution intellectuelle.
Les suiveurs de Ripa n’agissent pas autrement, dans la majorité des cas. Ils en appellent aux sources littéraires antiques comme autant d’autorités qui prouvent que non seulement on peut représenter tel ou tel concept de telle ou telle manière, mais encore, on le doit. Pourtant, plus les éditions se multiplient, plus les compositions proposées et l’interprétation des attributs varient d’un iconologiste à l’autre. Plus encore, certains n’hésitent pas à remettre explicitement en cause les choix de Ripa6.

Continuer la lecture de Le vocabulaire ornemental antique dans la Nouvelle iconologie historique de Jean-Charles Delafosse (1768)

  1. Nous désignons par iconologies l’ensemble des publications qui s’inscrivent dans la filiation de l’Iconologia de Cesare Ripa et qui proposent des solutions visuelles pour représenter les concepts, associant personnification et attributs ou, dans certains cas, des combinaisons d’attributs sans personnification. []
  2. Cesare Ripa, Iconologia overo Descrittione Dell’imagini Universali cavate dall’Antichità et da altri luoghi, Rome, Heredi di Giovanni Giggliotti, 1593. Voir sur Gallica. []
  3. Cesare Ripa, « Proemio » dans Iconologia overo Descrittione Dell’imagini Universali cavate dall’Antichità et da altri luoghi, Rome, Heredi di Giovanni Giggliotti, 1593. []
  4. Voir note 1. []
  5. « Pline dit de la salamandre au chapitre 10, chapitre 67, que c’est un animal semblable au lézard, plein d’étoiles, qui ne vient jamais qu’au moment des longues pluies, et quand la pluie vient à manquer. Cet animal est si froid qu’il n’éteint pas le feu autrement que ne le ferait la glace, et l’on dit aussi que cet animal vit dans le feu et l’éteint plus vite qu’il n’en reçoit de mal, comme le disent Aristote et d’autres qui ont écrit sur les choses naturelles. » Cesare Ripa, Iconologia overo Descrittione di diverse Imagini cavate dall’antichità, & di propria inventione, Rome, Lepido Faci, 1603. Notons que dès cette deuxième édition de l’ouvrage, dans le titre, les « autres lieux » sont devenus « sa propre invention » []
  6. Charles-Étienne Gaucher, Hubert-François Gravelot, Charles-Nicolas Cochin, Iconologie ou traité des allégories, Paris, Lattré, 1795, p. XI []

L’antiquité chantée et dansée : la Grèce antique à l’Opéra

Ill.1 : Bélanger, projet de décor pour Alceste, 1776, BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra, ESQUISSES ANCIENNES-5 (1) sur Gallica

Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, un grand mouvement entraîne l’Europe artiste et savante vers une admiration toujours plus vive de l’Antiquité. Les causes de ce phénomène sont bien connues. Elles trouvent leur origine dans les premières fouilles entreprises en Italie qui favorisent les débuts de l’archéologie et stimulent le commerce des œuvres d’art. À son tour, le dynamisme du marché de l’art soutenu par ces découvertes provoque un engouement extraordinaire pour les antiquités grecques et romaines et conduit à la formation des collections des premiers musées publics, aussi bien en Italie qu’en Allemagne1. Décrites par les historiens d’art, ces collections suscitent de nombreuses vocations d’antiquaires, férus de vases grecs, de bas-reliefs, de statuaire, et attisent la curiosité des artistes pour lesquels le voyage en Italie s’impose désormais comme un « rite de passage professionnel2».

Ainsi, le renouveau esthétique qui touche à cette époque aussi bien les domaines de la peinture, de la sculpture, que ceux de l’architecture et des arts décoratifs, se caractérise essentiellement par un « retour à l’antique ». Le collectionneur Caylus, le sculpteur Bouchardon et le peintre Vien firent partie de ceux qui, en France, contribuèrent très activement à la diffusion des chefs-d’œuvre de l’Antiquité. Chacun à sa façon, ils eurent l’ambition de régénérer l’art contemporain, qu’ils jugeaient décadent, par l’art antique, porteur d’inspiration. Tournant le dos aux fantaisies de l’art rocaille, ils défendaient une ligne plus austère, qui trouva son plein épanouissement dans ce qu’on a appelé précisément à cette époque-là « le goût à la grecque ».

Y a-t-il eu un « goût grec » à l’Opéra aussi fort, aussi puissant, que celui que l’on observe dans le champ des beaux-arts, de la mode et des arts décoratifs ? Comment s’est-il manifesté et quels en ont été les principaux promoteurs ? De quelle manière les compositeurs, les librettistes, les chorégraphes, les dessinateurs de décors et de costume se sont-ils approprié le langage de l’Antiquité, remis au goût du jour par les travaux des érudits ? Ont-ils rencontré des résistances ? C’est à toutes ces questions que le présent billet cherchera à apporter quelques éléments de réponse.

Continuer la lecture de L’antiquité chantée et dansée : la Grèce antique à l’Opéra

  1. Pomian, 2020. Decultot, 2006, 18-19. []
  2. Bertrand, 2008, 72. []

Conférence lundi 19 avril 12h en ligne – Les trésors de la BnF: Les Dessins pour l’ouvrage de la commission d’Égypte

Le lundi 19 avril à 12h, Corinne Le Bitouzé, chargée des collections d’estampes du XVIIIe siècle, fera une présentation inédite de ces Dessins lors d’un numéro spécial de « La BnF dans mon salon ». Rendez-vous sur la page Facebook et le compte Youtube de la BnF.

La conférence reste en ligne sur la chaîne YouTube de la BnF

En 1798, alors qu’il est général dans les armées de la Première République, Napoléon entreprend de conquérir l’Égypte et de bloquer ainsi la route des Indes à la Grande-Bretagne, restée hostile à la France révolutionnaire.

 

Continuer la lecture de Conférence lundi 19 avril 12h en ligne – Les trésors de la BnF: Les Dessins pour l’ouvrage de la commission d’Égypte

L’antique Babylone à l’Opéra : les projets de tous les décors de Sémiramis de Catel enfin identifiés

Réunir l’iconographie d’un spectacle, de ses décors, de ses costumes, peut constituer un long processus jalonné parfois par la réapparition inopinée et progressive sur le marché de l’art de dessins, voire s’apparenter à un parcours semé de pièges quand, en particulier, certains de ces témoins portent des inscriptions d’époque fautives. Aussi est-il vital de confronter cette iconographie non seulement avec les didascalies des livrets mais aussi avec toutes les données, même lacunaires, fournies par les archives et quelquefois par la presse contemporaine de la création de l’ouvrage.

On verra ici que, contrairement aux apparences, des projets de décors annotés Mystères d’Isis, selon le titre choisi pour les représentations de La Flûte enchantée de Mozart (1756-1791) à l’Opéra de Paris en 1801, se rapportent en réalité à une autre œuvre, donnée l’année suivante dans le même théâtre. Il s’agit de Sémiramis, une tragédie lyrique en trois actes de Charles-Simon Catel (1773-1830), professeur au Conservatoire de Musique et auteur d’un Traité d’harmonie en 1801. Si Les Mystères d’Isis et Sémiramis ont en commun de traiter d’un sujet oriental – l’un se situant dans l’Égypte antique, l’autre à Babylone –, leurs décors ne sauraient être confondus. C’est cette constatation qui fournit l’un des éléments essentiels de la présente mise au point.

Sémiramis : projet de décor de l’acte II / par Charles Percier, [1802], Dpt Bibliothèque Musée de l’Opéra DES-29 sur Gallica

En avril 2019, la Bibliothèque-musée de l’Opéra (BnF) a fait l’acquisition d’un dessin de l’architecte et décorateur Charles Percier (1764-1838) montrant un décor de scène (fig. 1 ci-dessus). Continuer la lecture de L’antique Babylone à l’Opéra : les projets de tous les décors de Sémiramis de Catel enfin identifiés

Antiquités, archéologie et récit des origines dans la construction nationale italienne (XVIIIe-XIXe siècles) II.

Les Étrusques dans le débat patriotique du Risorgimento

Après une première partie consacrée à l’évolution de la « question homérique » dans le contexte culturel napolitain, ce deuxième article a comme objet la fortune des Étrusques pendant la période du Risorgimento1. Trois modèles politiques sont ainsi rapprochés d’une certaine réception des Étrusques dans le processus de la construction nationale italienne :

  1. Vincenzo Cuoco, l’Italie napoléonienne et l’histoire nationale
  2. Giuseppe Micali, les Étrusques et le modèle confédéral
  3. La construction nationale, les Étrusques et le Piémont des Savoie

Continuer la lecture de Antiquités, archéologie et récit des origines dans la construction nationale italienne (XVIIIe-XIXe siècles) II.

Les Pyramides de Giza

Archive: image du mois

Octobre 2019 : Pyramides de Giza

Dpt des Estampes et de la photographie, UB-181 (H BIS, 1)-FT 4

Alors que l’exposition Toutânkhamon à Paris vient de se terminer en battant des records de fréquentation, replongez dans l’Égypte ancienne grâce aux multiples ressources de la BnF : en parcourant les billets du blog Gallica, revivez la découverte de la tombe du jeune pharaon ou accompagnez Bonaparte lors de son expédition dans la Vallée du Nil.

Parmi les centaines de relevés faits lors de cette expédition aussi bien militaire que savante, ce dessin à la plume aquarellé des Pyramides de Giza, avec le Sphinx encore ensablé, est l’œuvre du dessinateur François-Charles Cécile qui a participé à cette aventure scientifique aux côtés de Henri-Joseph Redouté et des dizaines d’autres artistes.

Dans ce carnet de recherches, poursuivez votre voyage, entre égyptologie et égyptomanie, à l’opéra, au cinéma, et même à la bibliothèque !

Scorpions, crocodiles et serpents : autour de quelques stèles égyptiennes du département des Monnaies, Médailles et Antiques

Stèle d’Horus sur les crocodiles, bois, inv. MMA 53.238

Le département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France (BnF) a conservé jusqu’à douze stèles dites “d’Horus sur les crocodiles” dont onze sont désormais visibles1, dans la base de données en ligne Médailles et Antiques. Après un premier volet Veaux, vaches, cochons… trésors : quand les animaux découvrent des monnaies du cycle estival “La Nature dans l’Antiquité” développé dans les pages de ce carnet, l’étude de ces objets particuliers, riches d’apports sur l’histoire des collections de la Bibliothèque est l’occasion de développer des aspects associés à quelques animaux dangereux en Égypte ancienne.

Continuer la lecture de Scorpions, crocodiles et serpents : autour de quelques stèles égyptiennes du département des Monnaies, Médailles et Antiques

  1. À l’occasion de ce billet, le département a mis en ligne sept stèles supplémentaires. Tous nos plus vifs remerciements à Mathilde Avisseau-Broustet, chargée de collections, antiques et objets d’art. Le corpus est en cours d’étude pour publication par Annie Gasse, directrice de recherches au CNRS, UMR 5140 – Montpellier III []

Veaux, vaches, cochons… : quand les animaux découvrent des trésors monétaires

L’histoire est célèbre. La grotte de Lascaux aurait été découverte par un chien prénommé Robot : en pourchassant un lapin il aurait permis à quatre enfants de découvrir l’une des plus importantes grottes ornées du Paléolithique. Les animaux ne découvrent pas que des grottes, ils peuvent aussi mettre au jour des trésors ! Deux histoires tirées de l’inépuisable flot des faits divers ont récemment attiré notre attention. En 2017, en Thaïlande, une tortue dut être opérée pour lui retirer les 915 monnaies d’argent qu’elle avait ingurgitées. En France en 2019, c’est une pie qui est suspectée d’avoir rassemblé dans son nid du parc du château de Versailles 1131 pièces de monnaies, majoritairement des centimes d’euros.

A la BnF, le département des Monnaies, médailles et antiques conserve à la fois de nombreuses monnaies, dont beaucoup proviennent de trésors, et les archives relatives aux trésors étudiés, notamment dans le cadre du programme « Trouvailles monétaires ». Nous proposons ici de rassembler différentes mentions de trésors découverts par des animaux éparpillées dans la littérature spécialisée ou dans les archives.

La Taupe, dessin de Buvée, vers 1760 (BnF, RESERVE JB-23 (B)-BOITE FOL).

Continuer la lecture de Veaux, vaches, cochons… : quand les animaux découvrent des trésors monétaires

Antiquités, archéologie et récit des origines dans la construction nationale italienne (XVIIIe-XIXe siècles) I.

[Fouilles d’Herculanum et Pompeï] Porte d’Herculanum. Nécropole, tombes monumentales. Ancienne ville de Pompeï, dessin de Jean-Louis Desprez, gravure de Francesco Piranesi. Eau-forte, 1789, Collection de la Bibliothèque nationale de Florence.

Cycle Italie : Antiquités, archéologie et récit des origines dans la construction nationale italienne (XVIIIe-XIXe siècles) Ière partie

L’utilisation des mythes de la Rome antique a fait l’objet de nombreuses études surtout pour la période de l’entre-deux-guerres, notamment lorsque le parti fasciste chercha à conforter son pouvoir dictatorial et à justifier ses entreprises coloniales. En revanche, la valorisation des origines pré-romaines de la péninsule qui a largement émaillé la construction nationale italienne depuis  le milieu du XVIIIe siècle jusqu’à la prise de Rome, en 1870, est un sujet beaucoup moins étudié par les historiens et pratiquement méconnu du grand public.

Cet article propose quelques pistes de recherche sur cette problématique, largement pluridisciplinaire, qui en quelques décennies connaît des élaborations différentes reflétant les profonds changements politiques de la péninsule dans ses tentatives d’unité nationale. L’article se veut également un excursus dans les collections de la BnF, très riches dans ces domaines.

Continuer la lecture de Antiquités, archéologie et récit des origines dans la construction nationale italienne (XVIIIe-XIXe siècles) I.

Henri Joseph Redouté et la redécouverte des ruines antiques

Pyramides de Giza par Redouté, Carnet 9, f. 32. Bibliothèque de l’Arsenal, Ms. 15433

« C’était jadis un pays d’admiration ; c’en est un aujourd’hui à étudier »1 ; ces quelques mots de l’Encyclopédie sur l’Égypte auraient pu être inscrits au fronton de l’expédition scientifique qui accompagne la campagne militaire lancée par le Directoire en avril 1798. Bonaparte, à la tête de l’aventure, souhaite inscrire cette expédition dans la lignée de celles de Louis-Antoine Bougainville, de James Cook ou de Jean-François de la Pérouse.

En juillet, se mêlant aux rangs de l’armée d’Orient, débarquent ainsi sur les côtes alexandrines les membres de la Commission des sciences et des arts2. Pendant les quatre années que durera l’aventure égyptienne, cette troupe hétéroclite de plus de 160 savants voit se côtoyer des hommes de formations et de spécialités diverses : ingénieurs pour la plupart, ils sont également antiquaires, architectes, astronomes, chimistes, mathématiciens, médecins ou pharmaciens, mécaniciens, musiciens, naturalistes et minéralogistes, dessinateurs, graveurs ou encore sculpteurs.

Parmi eux, Henri-Joseph Redouté3, peintre du Muséum d’Histoire naturelle, nous a laissé le récit de son périple4.

  1. Une Égypte de papier
  2. Découvrir Alexandrie et le Delta
  3. Le Caire et les pyramides
  4. Au fil du Nil, du Caire à Assouan, à la découverte de la Haute-Égypte
  5. Une étude systématique et méthodique sans précédent
  6. La nécropole de Gizeh

Continuer la lecture de Henri Joseph Redouté et la redécouverte des ruines antiques

  1. Denis Diderot et Jean le Rond d’Alembert, Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, vol 5, 1755, p. 434 []
  2. Le 16 mars 1798, le Directoire adresse au Ministre de l’Intérieur l’arrêté confidentiel suivant : « Le Directoire exécutif, citoyen ministre, vous charge de mettre à la disposition du général Bonaparte les ingénieurs, artistes et autres subordonnés de votre ministère, ainsi que les différents objets qu’il vous demandera pour servit à l’expédition dont il est chargé. » Le groupe de savants qui accompagnera l’armée d’Orient en Égypte est officiellement créé. []
  3. Né à Saint-Hubert, en Ardenne, dans la province de Luxembourg, il y est baptisé le 25 mai 1766. Il a deux sœurs – Jeanne-Marie et Anne-Marie – et deux frères, Antoine-Ferdinand né en 1756 et Pierre-Joseph, le futur peintre des roses, « Raphaël des fleurs », né en 1759. Après la mort de son père en 1776, il rejoint ses frères à Paris où Pierre-Joseph le forme à la peinture naturaliste. []
  4. Henri-Joseph Redouté a tenu lors de son voyage en Égypte un journal dont une partie nous est parvenue et qui est actuellement conservée à la Bibliothèque de l’Arsenal sous la cote Ms-1543. []

André Dutertre dessinateur de l’Expédition d’Égypte et la collection du Cabinet des Médailles

Aquarelle pour la “Description de l’Égypte ou Recueil des observations et des recherches qui ont été faites en Égypte pendant l’expédition de l’armée française. Antiquités”, t. V, pl. 69, fig. 11; Dpt Estampes et Photographies UB-181 (H BIS, 2)-FT 4

Âgé de 45 ans, André Dutertre devient membre de la Commission des Sciences et des Arts dont Bonaparte s’entoure pour son expédition en Égypte. Fils d’un imprimeur en taille-douce, formé à la gravure, il mène une carrière de copiste et de dessinateur d’illustration.

Continuer la lecture de André Dutertre dessinateur de l’Expédition d’Égypte et la collection du Cabinet des Médailles

Bataille des Pyramides: Image d’Épinal

Archive: Image du mois Juillet 2018
Juillet 2018 Bataille des Pyramides

Imagerie d’Epinal. N° 129, Bataille des Pyramides, 1892, département Estampes et photographie, FOL-LI-59 (12)

Le 21 juillet 1798 voit s’opposer l’Armée française d’Orient fraîchement débarquée aux Mamelouks conduits par Mourad Bey. Bonaparte dénomme ce combat qui lui ouvre les portes du Caire  “Bataille des Pyramides”, investissant l’événement d’une dimension historique et symbolique par sa référence aux monuments antiques, l’une des sept Merveilles du Monde. La Campagne d’Égypte s’accompagne d’une visée scientifique avec la création de l’Institut d’Égypte. Ce dernier pilote la première enquête systématique du pays dans tous ses aspects: ruines antiques, vie moderne, sciences naturelles… que les savants documentent avec force notes et dessins. Si l’opération militaire se conclut par un échec, le prestige de l’aventure et la publication quelques années plus tard de la Description de l’Égypte restent  une source inépuisable d’inspiration pour la postérité et pour une discipline en devenir, l’égyptologie.

Le site Bibliothèques d’Orient, fruit du partenariat de huit bibliothèques orientales, d’une cinquantaine de spécialistes et de la Bibliothèque nationale de France, revient sur cette histoire croisée entre l’Égypte et la France, dont l’Expédition de Bonaparte constitua un véritable tournant.

Retrouvez la bataille des Pyramides dans l’exposition Napoléon stratège au Musée de l’Armée-Invalides à Paris jusqu’au 22 juillet 2018, pour laquelle la BnF a prêté quelques œuvres.

Citer ce billet : Vanessa Desclaux, "Bataille des Pyramides: Image d’Épinal", in L’Antiquité à la BnF, 01/07/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/2478, [consulté le 21/02/2024].

Les Mystères d’Isis ou l’Égypte antique d’après les décorateurs de l’Opéra: sur quelques acquisitions récentes du département de la Musique

ill. 1. Aruéris. Mlle Dubois bergere Egiptiene : [maquette de costume] / [Entourage de Louis-René Boquet]. BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra, D216 IX-35

Sous l’Ancien Régime, l’Opéra de Paris crée régulièrement des ouvrages lyriques faisant référence à l’Égypte antique. Pour s’en convaincre, il n’est que de citer les œuvres de Lully, Isis (1677) et Phaéton (1683), de Desmarets, Théagène et Cariclée (1695), de Rameau, Les Fêtes de l’Hymen et de l’Amour ou les Dieux d’Égypte (1748) ou encore de Salieri, Les Danaïdes (1784). Les quelques témoignages que nous conservons de ces spectacles nous montrent à l’évidence que les décorateurs et dessinateurs de costumes avaient rarement le souci de l’exactitude historique et qu’ils puisaient leur inspiration dans un folklore et un exotisme mythologiques [ill.1].

Continuer la lecture de Les Mystères d’Isis ou l’Égypte antique d’après les décorateurs de l’Opéra: sur quelques acquisitions récentes du département de la Musique