Antiquité, Archéologie et introduction à l’Histoire de la monnaie: les cours publics de la BnF en ligne

L’enseignement de l’archéologie sur collections à la Bibliothèque nationale de France est une histoire qui remonte aux origines de la fondation du Muséum des Antiques aux lendemains de la Révolution française. Avec la réouverture du musée et du site Richelieu rénovés, la Bibliothèque a instauré une nouvelle série de cours publics dédiés à l’archéologie et à l’histoire de la monnaie, accessibles à tous gratuitement, sur place en présence des œuvres, en streaming et archivés en ligne.

Avant de découvrir très prochainement la programmation de la deuxième saison 2023-2024, retrouvez sur YouTube et la médiathèque de la BnF ces séances, occasion d’une rencontre privilégiée avec les collections.

L’archéologie à la BnF, une histoire ancienne

Les premières collections d’objets archéologiques sont acquises au début du 18e siècle. Peu à peu le Cabinet du roi devient le centre de l’étude de l’archéologie, discipline toute nouvelle. Documents d’archives, dessins, manuscrits et publications, comme les ouvrages de Montfaucon ou du comte de Caylus éclairent l’histoire de ces collections anciennes, entrées avant les premiers inventaires.

Continuer la lecture de Antiquité, Archéologie et introduction à l’Histoire de la monnaie: les cours publics de la BnF en ligne

L’Agenda de l’Antiquité 2023-2024

En cette rentrée 2023, nous vous proposons des ressources en ligne ainsi qu’une sélection de conférences et d’expositions en cours ou à venir, en France et à l’étranger. L’Antiquité est particulièrement mise à l’honneur par l’Inrap qui consacre sa saison scientifique et culturelle 2023 à cette période : Une saison antique! 

Bonne lecture et bonnes découvertes !

Conférences disponibles en ligne

scène de combat, fin Ve s. av. J.-C., Syrie, calcédoine, MMA Seyrig.1973.1.502

Continuer la lecture de L’Agenda de l’Antiquité 2023-2024

Les papyrus oubliés de Seymour de Ricci

Dans les magasins de la BnF se trouvent des trésors inconnus du public. Parmi eux, des milliers de fragments de papyrus, de parchemin et de papier inscrits en grec ancien, démotique, copte et arabe1 attendent patiemment d’être redécouverts. Ces documents, légués à la BnF par Seymour de Ricci (1881-1942), un érudit bibliophile, sont conservés dans des boîtes en carton, certains encore en vrac. Malgré quelques campagnes d’identification et de conditionnement2, le nombre et la variété des documents ont découragé les bibliothécaires et les conservateurs de les traiter dans leur totalité à leur arrivée.

Boîte n°2 du fonds Seymour de Ricci, boîte en carton vue de l’extérieur.

Lors du Congrès international de papyrologie de 2022 qui s’est tenu à Paris, le fonds Seymour de Ricci a été mentionné pour attirer l’attention de la communauté scientifique sur l’importance des fragments encore inédits3. Ainsi, la BnF souhaite maintenant les rendre accessibles aux groupes de recherche, autant intellectuellement que physiquement, en les inventoriant et en les conditionnant.

Boîte n°10 du fonds Seymour de Ricci, boîte en fer blanc vue de l’intérieur, fragments de papyrus et de cartonnage de momie.

Continuer la lecture de Les papyrus oubliés de Seymour de Ricci

  1. L’écriture hiéroglyphique, apparue à la fin du VIe millénaire av. J.-C., est employée pour les textes religieux tout au long de l’histoire de l’Égypte ancienne. Le hiératique, sa simplification, est attesté pour la pratique quotidienne à partir du IIIe millénaire av. J.-C. avant d’être progressivement supplanté par sa propre simplification, le démotique, au VIIe siècle av. J.-C. Au IIIe siècle ap. J.-C., les chrétiens d’Égypte utilisent le copte, dérivé du démotique, comme langue liturgique, qu’ils écrivent avec l’alphabet grec augmenté de caractères démotiques. Lors de la conquête de l’Égypte par les Arabes en 641 ap. J.-C., l’arabe devient la langue officielle du pays. []
  2. Ces campagnes ont permis la cotation et le reconditionnement des documents suivants : Egyptien 240, 241, 242, 245, 246, Supplément grec 1291, 1294, 1336-1340, Copte 164, 165, 169, 170, 171, 172, 173, 174, Nouvelle acquisition latine (NAL) 3147 et Arabe 7075-7076, 7191-7203, en grande partie numérisés sur Gallica. []
  3. Desclaux Vanessa. “La collection papyrologique « orientale » de la Bibliothèque nationale de France”, XXXe Congrès international de papyrologie, conférence présentée à Paris, 30 juillet 2022. []

Dessins de papyrus enroulés

Archive : Image du mois d’août 2023

Il est rare de conserver pour les papyrus égyptiens d’époque pharaonique découverts avant le milieu du XIXe siècle une idée de leur présentation originale.  Quelques documents conservés à la Bibliothèque  illustrent le choix de documenter l’artefact au moment du déroulement et de l’encadrement du papyrus pour en conserver une mémoire.

L’Egyptien 214 (anciens n° d’inventaire: Cabinet des médailles 1382 et Manuscrits Egyptien 144) est une lettre datant du IVe siècle avant J.-C. environ, comportant douze lignes en démotique sur le recto ou côté perfibral (sens horizontal des fibres). Cette lettre était transportée et conservée roulée. Le dessin, légendé “la même lettre liée d’un fil et scellée, avant d’être déroulée”, est peint sur calque, contrecollé sur le carton crème destiné à servir de montage de présentation du papyrus. Il témoigne que la lettre était restée cachetée, maintenue par un lien et sécurisé au centre par une bulle de terre crue sur laquelle avait été apposé un sceau: on devine un motif imprimé dans une dépression circulaire.  Le texte se trouvait roulé à l’intérieur, tandis que sur le verso, une seule ligne, “l’adresse”, est visible sur la face opposée au scellé.

Continuer la lecture de Dessins de papyrus enroulés

L’or de Massalia, ou l’antique tentation des numismates

Le médaillier des faux du département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF – habituellement nommé Cabinet des médailles –renferme quelques milliers de monnaies grecques. Beaucoup sont des copies plus ou moins convaincantes de monnaies authentiques, fabriquées par des faussaires espérant berner les amateurs de monnaies anciennes. Plus rares sont les pièces reconnues comme fausses qui constituaient aussi une nouveauté, ce que les spécialistes nomment un « inédit », soit une monnaie présentant une iconographie, une légende, un détail, etc., jusque-là inconnu.

La monnaie cotée AA.GR.27101 appartient résolument à cette seconde catégorie. Il s’agit d’une pièce d’or pesant 5,32 g – une drachme ? – avec au droit une tête féminine à droite pourvue de boucles d’oreille et d’un collier – Artémis -, et au revers d’un lion agressif à droite surmonté de l’inscription grecque MAΣΣA. L’iconographie et la légende renvoient aux séries monétaires de la cité de Massalia, l’antique Marseille.

Faux moderne. “Drachme” d’or de Massalia, 5,33 g. (BnF, MMA, AA.GR.27101)

Un faux moderne

Si d’importantes émissions d’argent de de bronze sont attribuées à l’atelier massaliote, aucun monnayage d’or n’a à ce jour été assigné à cette cité . En 1771 déjà Jules-François-Paul de Fauris de Saint-Vincent (1718-1798), éminent numismate d’Aix-en-Provence, évoquait ainsi le sujet :

Continuer la lecture de L’or de Massalia, ou l’antique tentation des numismates

Théodora / Sarah Bernhardt

Archive : Image du mois de juillet 2023

Atelier Nadar, Sarah Bernhardt. Porte Saint-Martin. Théodora. Photographie. 1884. Département des Estampes et de la photographie, NA-238 (7)-FT 4.

Cette photographie prise en 1884 représente Sarah Bernhardt (1844-1923), “monstre sacré” du théâtre, en Théodora, épouse de Justinien et impératrice de Byzance dans la pièce éponyme de Victorien Sardou.

Elle provient d’un des albums de référence de l’Atelier Nadar conservés par le département des Estampes et de la photographie. Acquis par l’État en 1949-1950 auprès de la fille de Paul Nadar, le fonds de l’atelier est conservé en partie à la BnF (albums de référence, inventaires alphabétiques des albums et tirages originaux au département des Estampes et de la photographie ; archives entre ce département et celui des manuscrits).

Continuer la lecture de Théodora / Sarah Bernhardt

CAPES et agrégation 2024: Lettres classiques, Histoire et Philosophie

Nous vous proposons quelques repères pour les questions de Lettres classiques, d’Histoire et de Philosophie aux concours de l’enseignement CAPES et Agrégation 2024. L’intégralité des programmes est disponible sur le site du Ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse.

À l’agrégation de Lettres classiques, les nouveaux auteurs au programme, dans la section Littératures grecque et latine, sont Homère, Lysias, Suétone et Lucain.

Une bibliographie mise à jour avec ces nouveaux auteurs est téléchargeable au format pdf biblio_agregation_letttres_classiques_2024.  Vous la retrouvez également sur place en salles H de la Bibliothèque tous publics et W de la Bibliothèque de recherche, où se trouvent les collections de langues et littératures grecques et latines.

En histoire, l’Antiquité est au programme avec deux questions :

Pour les autres questions d’histoire, nous vous orientons vers le carnet de recherches L’Histoire à la BnF.

En Philosophie, trois auteurs de l’Antiquité sont au programme des épreuves orales de l’agrégation externe :

Retrouvez ici une bibliographie sélective pour l’ensemble des épreuves de l’agrégation externe de Philosophie.

Sur le site de la BnF, vous retrouverez également ces bibliographies ainsi que d’autres pour d’autres disciplines sur la page Vous préparez un concours?

Bonne préparation!

Image en tête de billet : “Dolon s’avançant vers le camp des Grecs”, intaille romaine impériale en cornaline, l. 1,2 cm, L. 1,8 cm, BnF MMA Pauvert.102

Quand Toutânkhamon inspirait la presse satirique

Archive : Image du mois de juin 2023

Article en une du journal Le Merle moqueur, 3 mars 1923 © BnF/Gallica

La découverte de la tombe de Toutânkhamon par l’Anglais Howard Carter en novembre 1922 à Louxor a rencontré un large écho dans la presse internationale : les articles illustrent la fascination pour ce jeune pharaon jusqu’alors peu connu, la richesse de son mobilier funéraire et rapportent l’empressement des célébrités et des têtes couronnées qui se pressent pour visiter son tombeau creusé dans la Vallée des Rois.

A partir de février 1923, avec l’ouverture officielle de la tombe, l’engouement ne faiblit pas, accompagnant la découverte des différentes salles de l’hypogée et la sortie progressive du mobilier très bien conservé. La presse satirique n’est pas en reste, comme le montre l’édition de l’hebdomadaire Le Merle Blanc du 3 mars 1923, un journal fondé par l’anarchiste Eugène Merle dans la lignée du Canard enchaîné. Dans ce numéro, plusieurs articles (en une et en page 4) s’inspirent de l’égyptomanie ambiante pour se moquer de l’actualité française et internationale, mêlant jeux de mots et caricatures.

Continuer la lecture de Quand Toutânkhamon inspirait la presse satirique

Le vocabulaire ornemental antique dans la Nouvelle iconologie historique de Jean-Charles Delafosse (1768)

La référence à l’antiquité est constante dans le corpus des iconologies1, dès l’édition princeps de Ripa en 15932. Elle y prend différentes formes. En premier lieu, elle justifie chez Ripa la composition-même de son ouvrage, lui qui entend analyser la méthode permettant de donner une forme sensible à la définition – au sens aristotélicien – des concepts3. Dès le titre, il indique décrire des images universelles « tirées de l’Antiquité et d’autres lieux4 ». Pour appuyer sa démarche, dans son Proemio, il se réfère à Aristote, à Platon, à Pythagore et plus généralement aux « philosophes » et aux « prophètes », mais aussi à la « sapience des Égyptiens », fut-ce pour la critiquer.

Ce sont encore ces références qui lui servent d’argument dans le corps d’ouvrage, l’humaniste italien n’hésitant pas à additionner les sources pour motiver ses propositions iconographiques. Ainsi, pour expliquer la présence de la salamandre dans la personnification du feu, il écrit :

Della salamandra Plinio nel lib. 10 cap. 67 dice, che è animale simile alla lcertola, pieno di stelle, il quale non vien mai, se non à tempo di lunghe pioggie, & per sereno manca.

Questo animale è tanti freddo, che spegne il fuoco tocco non altrimente, che farebbe il ghiaccio, & dicesi anco, che quest’animale sta, & vive nel fuoco, & più tosto l’estingue, che da quello riceva nocumento alcuno, come dicono Aristotele, & altri scritori delle cose naturali5.

Les auteurs convoqués étayent l’argumentation en raison de l’ancienneté de leurs écrits, qui leur confère force de preuve, et en tant que caution intellectuelle.
Les suiveurs de Ripa n’agissent pas autrement, dans la majorité des cas. Ils en appellent aux sources littéraires antiques comme autant d’autorités qui prouvent que non seulement on peut représenter tel ou tel concept de telle ou telle manière, mais encore, on le doit. Pourtant, plus les éditions se multiplient, plus les compositions proposées et l’interprétation des attributs varient d’un iconologiste à l’autre. Plus encore, certains n’hésitent pas à remettre explicitement en cause les choix de Ripa6.

Continuer la lecture de Le vocabulaire ornemental antique dans la Nouvelle iconologie historique de Jean-Charles Delafosse (1768)

  1. Nous désignons par iconologies l’ensemble des publications qui s’inscrivent dans la filiation de l’Iconologia de Cesare Ripa et qui proposent des solutions visuelles pour représenter les concepts, associant personnification et attributs ou, dans certains cas, des combinaisons d’attributs sans personnification. []
  2. Cesare Ripa, Iconologia overo Descrittione Dell’imagini Universali cavate dall’Antichità et da altri luoghi, Rome, Heredi di Giovanni Giggliotti, 1593. Voir sur Gallica. []
  3. Cesare Ripa, « Proemio » dans Iconologia overo Descrittione Dell’imagini Universali cavate dall’Antichità et da altri luoghi, Rome, Heredi di Giovanni Giggliotti, 1593. []
  4. Voir note 1. []
  5. « Pline dit de la salamandre au chapitre 10, chapitre 67, que c’est un animal semblable au lézard, plein d’étoiles, qui ne vient jamais qu’au moment des longues pluies, et quand la pluie vient à manquer. Cet animal est si froid qu’il n’éteint pas le feu autrement que ne le ferait la glace, et l’on dit aussi que cet animal vit dans le feu et l’éteint plus vite qu’il n’en reçoit de mal, comme le disent Aristote et d’autres qui ont écrit sur les choses naturelles. » Cesare Ripa, Iconologia overo Descrittione di diverse Imagini cavate dall’antichità, & di propria inventione, Rome, Lepido Faci, 1603. Notons que dès cette deuxième édition de l’ouvrage, dans le titre, les « autres lieux » sont devenus « sa propre invention » []
  6. Charles-Étienne Gaucher, Hubert-François Gravelot, Charles-Nicolas Cochin, Iconologie ou traité des allégories, Paris, Lattré, 1795, p. XI []

Le Grand Camée de France

Archive : image du mois de mai 2023

Grand Camée de France. Rome, premier quart Ier siècle. Sardonyx, H. 31 cm, l. 26,5 cm. BnF, MMA, Camée.264.

Œuvre phare du musée de la BnF, le Grand Camée, appelé également Camée de France, est un legs exceptionnel de l’Antiquité. Désormais présenté dans la galerie Mazarin, il y retrouve l’essentiel des œuvres qui l’accompagnaient dans le Trésor de la Sainte Chapelle. Il convient donc de revenir rapidement sur cette pierre gravée hors du commun.

Suscité au Ier siècle de notre ère par une commande émanant du cercle restreint de la première dynastie à régner sur l’empire romain (les Julio-Claudiens), ce camée est gravé sur une sardonyx (ou sardoine) de dimensions inaccoutumées (31 x 26,5 cm) présentant cinq couches colorées différentes ce qui a permis au graveur de développer un ambitieux discours iconographique qui, au-delà de la prouesse technique et de la qualité artistique, supporte un programme politique qui est une source précieuse pour l’historien.

Continuer la lecture de Le Grand Camée de France

Séminaire/webinaire (26 mai, 15h) : Greek Coinage Online, An Introduction to the ARCH Portal

Webinaire/séminaire en ligne et en personne à la Salle des conférences, Bibliothèque nationale de France, 5 rue Vivienne, 75002 Paris, 26 mai 2023, 15h-18h (Paris), 14h-17h (Londres), 9h-12h (New York).

Pour obtenir le lien Zoom, veuillez envoyer un courriel à OnlineGreekCoinage@gmail.com

Ces dernières années, la présence de monnaies antiques sur le web a été transformée par la création de typologies en ligne, conçues pour catégoriser et cataloguer les monnaies du monde gréco-romain. De nombreux utilisateurs sont désormais familiarisés avec les ressources consacrées au monnayage romain1. Jusqu’à récemment, le monde grec était plus fragmenté.

En septembre 2022, le portail ARCH a été lancé dans le but de remédier à cette situation. Il permet d’accéder à la diversité des monnayages grecs grâce à une recherche simple (iconographie, métal, atelier, région, autorité, etc.).  Grâce à un seul outil, les recherches dans un groupe de corpus régionaux de monnaies “grecques” conçus et publiés séparément sont désormais unifiées. Ce webinaire/séminaire est conçu pour présenter à la fois le portail ARCH et les corpus qu’il agrège. Que contient-il ? Comment est-il organisé ? Quels résultats puis-je attendre ? Comment puis-je contribuer ? L’objectif de ce séminaire est de répondre à toutes ces questions et à bien d’autres encore. Les participants sont invités à se joindre à nous pour les sections qui leur semblent les plus pertinentes, en personne ou en ligne.

https://tinyurl.com/ARCHprojectwebinar

Continuer la lecture de Séminaire/webinaire (26 mai, 15h) : Greek Coinage Online, An Introduction to the ARCH Portal

  1. Telles que CRRO, OCRE et RPC Online []

Seminar/webinar (26 May): Greek Coinage Online. An Introduction to the ARCH Portal

Online and in-person webinar/seminar at the Salle des conférences, Bibliothèque nationale de France, 5 rue Vivienne, 75002 Paris, 26 May 2023, 3-6pm (Paris), 2-5pm (London), 9am-12pm (New York)

For Zoom link please email: OnlineGreekCoinage@gmail.com

In recent years, the presence of ancient coinage on the worldwide web has been transformed by the creation of online typologies, designed to categorise the myriad coinages of the Greaco-Roman world. Many users are now familiar with resources devoted to Roman coinage1. Until recently, the Greek world was more fragmented.

In September 2022 the ARCH Portal was launched in an aim to change that. It provides an access to the diversity of Greek coinages through a simple research (iconography, metal, mint, region authority, etc.). Within a single tool, searches across a group of separately conceived and published regional corpora of ‘Greek’ coinage are now unified. This webinar/seminar is designed to introduce both the ARCH Portal and the individual corpora that underlie it. What is included? How is it organised? What results can I expect? How can I contribute? It is the aim of this seminar to answer all these questions and more. Participants are welcome to join us for those sections that seem most relevant to them, and they are welcome to join in person or online.

https://tinyurl.com/ARCHprojectwebinar

Continuer la lecture de Seminar/webinar (26 May): Greek Coinage Online. An Introduction to the ARCH Portal

  1. Such as CRRO, OCRE, and RPC Online []

Colloque : Traitements automatiques pour les humanités numériques – corpus d’histoire de l’art, d’enseignement, d’urbanisme

15 mai 2023, 9 h 30 -17 h 30

amphithéâtre du bâtiment Max Weber 

Université Paris Nanterre

Ce colloque porte sur les traitements automatiques pour les données des sciences humaines et sociales par des méthodes relevant du traitement automatique de la langue (TAL) et/ou de l’apprentissage automatique appliqués aux corpus textuels principalement. Différents projets faisant appel à ces approches numériques seront ainsi présentés : le programme de la journée

Ce colloque est organisé dans le cadre du projet MonumenTAL dont est partenaire la BnF.

Continuer la lecture de Colloque : Traitements automatiques pour les humanités numériques – corpus d’histoire de l’art, d’enseignement, d’urbanisme

Les arènes de Nîmes photographiées en 1857

Archive : Image du mois d’avril 2023

Frères Bisson, Arènes de Nîmes. Extérieur, 1857. BnF, dpt des Estampes et de la photographie, EO-14 (5)-BOITE FT 4

Cette vue photographique (tirage sur papier albuminé d’après un négatif sur verre au collodion humide) représente l’amphithéâtre de Nîmes dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Elle porte deux cachets, l’un à l’encre noire « Bisson frères », l’autre sec « Bisson frères // Photographes de S.M. l’Empereur».

Louis-Auguste et Auguste-Rosalie Bisson fondent leur entreprise photographique en 1852 peu de temps après le déclin du daguerréotype et la montée en puissance des procédés négatif-positif. Une partie de leur activité est consacrée à la photographie d’architecture qui, dans le sillage de la mission héliographique, s’impose alors comme un genre important. À partir de 1854, les frères Bisson déposent à la Bibliothèque impériale leurs tirages photographiques par livraisons regroupées sous le titre : Reproductions photographiques des plus beaux types d’architecture et de sculpture d’après les monuments les plus remarquables de l’Antiquité, du Moyen-Age et de la Renaissance.

Continuer la lecture de Les arènes de Nîmes photographiées en 1857

Pointu! La restauration fondamentale d’un chef-d’œuvre du Peintre d’Achille

Le musée de la BnF a rouvert ! En vitrines comme en réserve, certains vases ont changé d’aspect… C’est que les cinq ans de fermeture au public ont été l’occasion d’une ambitieuse compagne de restauration dont la série de « L’éclat des vases du Cabinet des médailles » continue de se faire l’écho.

Le volet céramique de la borne « Restaurer » en salle Ovale © Louise Détrez

À Richelieu, venez découvrir les deux dispositifs que le service des éditions de la BnF lui a consacrés : en Salle Ovale, l’un des volets de la borne « Restaurer » retrace les étapes de la restauration du grand skyphos du Peintre de Pantoxéna, tandis que le « compagnon de visite » du musée, sur votre smartphone, explicite les enjeux de la restauration de l’amphore pointue du Peintre d’Achille.

© BnF

« Rétablir la partie antique isolée de toutes ses restaurations »1.

À l’été 2022, une opération de près de deux ans s’achève au C2RMF : l’étude préalable suivie de la restauration fondamentale de l’amphore pointue du Peintre d’Achille, véritable point d’orgue de la campagne de restauration organisée à la faveur de la fermeture du site Richelieu. Encadrée par un comité scientifique2, coordonnée par des conservatrices du patrimoine3 et mise en œuvre par des restauratrices libérales4, elle a bénéficié de l’expertise et des moyens scientifiques offerts par le C2RMF5, ainsi que de la collaboration de l’atelier plâtre de la Manufacture nationale de porcelaine de Sèvres6. Il nous est agréable de témoigner notre gratitude à tous ceux qui ont apporté leur concours à cette passionnante aventure7.

Continuer la lecture de Pointu! La restauration fondamentale d’un chef-d’œuvre du Peintre d’Achille

  1. Lettre du duc de Luynes à un inconnu, le 1er décembre 1840 (Rome, Deutsches archäologisches Institut), aimablement communiquée par Francesca Silvestrelli. []
  2. Composé de Brigitte Bourgeois, Cécile Colonna, Martine Denoyelle, Frédérique Duyrat, François Lissarrague †, John Oakley, Noëlle Timbart et Marie-Christine Villanueva Puig. []
  3. Louise Détrez, responsable de l’œuvre, chargée des collections céramique et verre au département des Monnaies, médailles et antiques (BnF), Clara Bernard puis Sarah Busschaert, chargées des collections grecques, étrusques et romaines à la filière Archéologie du département Restauration (C2RMF). []
  4. Marie-Christine Nollinger, associée à Véronique Tréluyer lors de la phase d’étude, et ponctuellement assistée de Frédérique Berson et Sandrine Gaymay dans la phase de traitement. []
  5. Imagerie scientifique : Anne Maigret ; scan 3D et photogrammétrie : Charlotte Hochart et Alexis Komenda ; radiographie : Elsa Lambert. Analyse de pâtes : Anne Bouquillon et Christel Doublet ; analyse des matériaux de restauration : Nathalie Balcar et Yannick Vandenberghe. []
  6. En la personne de son chef, Fabien Perronnet []
  7. C’est à Julien Olivier que ce billet doit son titre malicieux : nous l’en remercions vivement. []

Recherches, collections, ressources sur l'Antiquité à la Bibliothèque nationale de France

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search