Champollion et le gaulois. Sur une mystérieuse inscription d’Eauze

À l’été 2022, lors d’une visite de l’exposition L’aventure Champollion. Dans le secret des hiéroglyphes à la BnF-François Mitterrand, une question a été posée à l’une des personnes chargées des visites : à partir de quelles sources Jean-François Champollion a-t-il pu étudier les éléments de gaulois mentionnés sur le mur des langues présent dans l’exposition ?

Contactée par l’une des commissaires de cette exposition, je me plongeai dans les notes du plus célèbre des égyptologues, disponibles sur Gallica.

Continuer la lecture de Champollion et le gaulois. Sur une mystérieuse inscription d’Eauze

Publication : L’argent gaulois. Dépôts monétaires de la « zone du denier »

Si les trésors de monnaies antiques sont nombreux en France, la très grande majorité d’entre eux concerne la période gallo-romaine, à travers le numéraire tardif de la République et surtout celui de l’époque impériale1. Bien moins fréquents – et d’autant plus précieux sur le plan historique – sont les dépôts composés de séries celtiques pourtant produites sur le territoire national. Or, seuls de tels ensembles sont à même de permettre l’avancée des études, non seulement concernant la monnaie gauloise, mais sur l’histoire même des peuples qui occupaient la Gaule avant la conquête césarienne, le numéraire indigène étant notre source majeure en l’absence de textes attribuables à des auteurs autochtones.

Cela souligne l’importance et la singularité du volume qui vient de paraître dans la collection des Trésors Monétaires, éditée par la BnF depuis 19792. Cet ouvrage de 230 pages, publié sous la direction scientifique de P.-M. Guihard et abondamment illustré est, pour la première fois, consacré exclusivement à des ensembles monétaires gaulois. Il s’agit plus précisément d’espèces en argent appartenant à ce qu’il est convenu d’appeler la « zone du denier », qui furent produites et circulèrent entre le dernier tiers du IIe siècle avant notre ère et l’époque augustéenne.

Continuer la lecture de Publication : L’argent gaulois. Dépôts monétaires de la « zone du denier »

  1. Voir à ce sujet V. Drost, “Les trésors au Cabinet des Médailles et le programme “Trouvailles Monétaires”“, in L’Antiquité à la BnF, 06/08/2019 []
  2. Sur la série Trésors Monétaires, voir le billet de  L. Trommenschlager, “45 années, 30 volumes : la série Trésors monétaires de la BnF“, in L’Antiquité à la BnF, 31/12/2022 []

Cours public : La monnaie romaine en 20 objets, 14 février 2023 à 12h30

Le 24 janvier 2023 à 12h30, Dominique Hollard proposera une nouvelle séance du cycle de cours publics dédié à l’histoire de la monnaie, une conférence consacrée à la monnaie romaine, républicaine et impériale.

L’ambition de ce cycle de cours est d’introduire à travers les collections de la BnF les principaux champs de l’étude des monnaies et des médailles en se fondant sur une sélection de 20 objets emblématiques qui seront présentés durant la séance.

Mardi 14 février 2023 de 12h30 à 14h00
BnF Site Richelieu – Salle des Conférences

Entrée gratuite, réservation conseillée

Le cours sera également diffusé en direct sur Youtube.

Médaillon de bronze de Dioclétien, Rome, vers 285-305 ap. J.-C. (BnF, MMA, AF.602)

Continuer la lecture de Cours public : La monnaie romaine en 20 objets, 14 février 2023 à 12h30

Cours public : L’archéologie à la BnF, Au moule et au tour : le vase mis en relief, 06 février 2023 à 12h30

Le 6 février 2023, Louise Detrez parlera d’Au moule et au tour: le vase mis en relief.

L’argile, partout disponible et support de l’expression de toutes les cultures riveraines de la Méditerranée dans l’Antiquité, est paradoxalement mise en forme selon une gamme de techniques des plus réduites : modelage, tournage, moulage. Pourtant, que de voies offertes à la créativité des potiers et coroplathes ! Les vases dits plastiques et à reliefs produits en Grèce propre et en Grande Grèce, dont le département des Monnaies, médailles et antiques conserve un intéressant échantillon, en témoignent avec éclat.

Lundi 06 février 2023 de 12h30 à 14h00
BnF Site Richelieu – Salle des Conférences

Entrée gratuite, réservation conseillée

Le cours sera également diffusé en direct sur Youtube.

Sait-on que c’est à la BnF que l’archéologie a pour la première fois été enseignée en France ? Avec la réouverture de son site historique, la BnF fait renaître sous la forme d’un cycle de conférences le cours d’archéologie institué en 1796 par A.-L. Millin. Assurées par les chargés de collections, ces séances seront l’occasion d’une rencontre privilégiée avec les collections.

Retrouvez toutes les informations pratiques dans l’agenda de la BnF.

Citer ce billet : Antiquité BnF, "Cours public : L’archéologie à la BnF, Au moule et au tour : le vase mis en relief, 06 février 2023 à 12h30", in L’Antiquité à la BnF, 03/02/2023, https://antiquitebnf.hypotheses.org/19234, [consulté le 11/12/2023].

2022 : retour sur une année de prêts « Champollion »

Archive: image du mois de janvier 2023

tombe de Séthi Ier, NAF 20307, f. 132, sur Gallica

Alors que s’achève l’année de célébration du bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes, il est encore temps de voir quelques-unes des expositions phares comme Champollion la voie des hiéroglyphes au Louvre Lens prolongée jusqu’au 23 janvier, Hieroglyphs : unlocking ancient Egypt au British Museum de Londres jusqu’au 19 février.

Tout au long de l’année, dans sa mission de diffusion de la connaissance autour des collections nationales, la BnF numérisa, exposa, prêta des œuvres pour rendre hommage non seulement à la figure du savant mais aussi à la naissance d’une discipline, l’égyptologie.

Pour celles et ceux qui souhaiteraient lire ce que la recherche a produit récemment sur cette période de l’histoire de l’égyptologie et des collections, voici un rapide tour d’horizon des pièces conservées à la BnF reliées aux expositions s’étant tenues hors les murs :

Continuer la lecture de 2022 : retour sur une année de prêts « Champollion »

L’antiquité chantée et dansée : la Grèce antique à l’Opéra

Ill.1 : Bélanger, projet de décor pour Alceste, 1776, BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra, ESQUISSES ANCIENNES-5 (1) sur Gallica

Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, un grand mouvement entraîne l’Europe artiste et savante vers une admiration toujours plus vive de l’Antiquité. Les causes de ce phénomène sont bien connues. Elles trouvent leur origine dans les premières fouilles entreprises en Italie qui favorisent les débuts de l’archéologie et stimulent le commerce des œuvres d’art. À son tour, le dynamisme du marché de l’art soutenu par ces découvertes provoque un engouement extraordinaire pour les antiquités grecques et romaines et conduit à la formation des collections des premiers musées publics, aussi bien en Italie qu’en Allemagne1. Décrites par les historiens d’art, ces collections suscitent de nombreuses vocations d’antiquaires, férus de vases grecs, de bas-reliefs, de statuaire, et attisent la curiosité des artistes pour lesquels le voyage en Italie s’impose désormais comme un « rite de passage professionnel2».

Ainsi, le renouveau esthétique qui touche à cette époque aussi bien les domaines de la peinture, de la sculpture, que ceux de l’architecture et des arts décoratifs, se caractérise essentiellement par un « retour à l’antique ». Le collectionneur Caylus, le sculpteur Bouchardon et le peintre Vien firent partie de ceux qui, en France, contribuèrent très activement à la diffusion des chefs-d’œuvre de l’Antiquité. Chacun à sa façon, ils eurent l’ambition de régénérer l’art contemporain, qu’ils jugeaient décadent, par l’art antique, porteur d’inspiration. Tournant le dos aux fantaisies de l’art rocaille, ils défendaient une ligne plus austère, qui trouva son plein épanouissement dans ce qu’on a appelé précisément à cette époque-là « le goût à la grecque ».

Y a-t-il eu un « goût grec » à l’Opéra aussi fort, aussi puissant, que celui que l’on observe dans le champ des beaux-arts, de la mode et des arts décoratifs ? Comment s’est-il manifesté et quels en ont été les principaux promoteurs ? De quelle manière les compositeurs, les librettistes, les chorégraphes, les dessinateurs de décors et de costume se sont-ils approprié le langage de l’Antiquité, remis au goût du jour par les travaux des érudits ? Ont-ils rencontré des résistances ? C’est à toutes ces questions que le présent billet cherchera à apporter quelques éléments de réponse.

Continuer la lecture de L’antiquité chantée et dansée : la Grèce antique à l’Opéra

  1. Pomian, 2020. Decultot, 2006, 18-19. []
  2. Bertrand, 2008, 72. []

Conférence Mercredi 1er février 2023 18 h 30 On ne naît pas Gaulois, on le devient : les données de l’archéologie

Mercredi 1er février à 18 h 30, BnF-site François-Mitterrand (Petit Auditorium), conférence “On ne naît pas Gaulois, on le devient : les données de l’archéologie” par Dominique Garcia, Professeur des Universités, Président de l’Inrap.

En 2023, la BnF consacre son cycle annuel de conférences « De la fouille à l’écriture de l’histoire » à l’archéologie de la France, en écho aux 20 ans de la loi du 17 janvier 2001 relative à l’archéologie préventive et aux 20 ans de la création de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap).

Continuer la lecture de Conférence Mercredi 1er février 2023 18 h 30 On ne naît pas Gaulois, on le devient : les données de l’archéologie

Cours public : L’archéologie à la BnF, une histoire ancienne, 30 janvier 2023 à 12h30

Le 30 janvier 2023 à 12h30, Mathilde Avisseau-Broustet parlera  de l’archéologie à la BnF, une histoire ancienne.

Les premières collections d’objets archéologiques sont acquises au début du 18e siècle. Peu à peu le Cabinet du roi devient le centre de l’étude de l’archéologie, discipline toute nouvelle. Documents d’archives, dessins, manuscrits et publications, comme les ouvrages de Montfaucon ou du comte de Caylus éclairent l’histoire de ces collections anciennes, entrées avant les premiers inventaires.

Lundi 30 janvier 2023 de 12h30 à 14h00
BnF Site Richelieu – Salle des Conférences

Entrée gratuite, réservation conseillée

Le cours sera également diffusé en direct sur Youtube.

Sait-on que c’est à la BnF que l’archéologie a pour la première fois été enseignée en France ? Avec la réouverture de son site historique, la BnF fait renaître sous la forme d’un cycle de conférences le cours d’archéologie institué en 1796 par A.-L. Millin. Assurées par les chargés de collections, ces séances seront l’occasion d’une rencontre privilégiée avec les collections.

Retrouvez toutes les informations pratiques dans l’agenda de la BnF.

Citer ce billet : Antiquité BnF, "Cours public : L’archéologie à la BnF, une histoire ancienne, 30 janvier 2023 à 12h30", in L’Antiquité à la BnF, 25/01/2023, https://antiquitebnf.hypotheses.org/18720, [consulté le 11/12/2023].

Cours public : La monnaie grecque en 20 objets, 24 janvier 2023 à 12h30

Le 24 janvier 2023 à 12h30, Julien Olivier proposera pour la première séance du cycle de cours publics dédié à l’histoire de la monnaie une conférence consacrée à la monnaie grecque.

L’ambition de ce cycle de cours est d’introduire à travers les collections de la BnF les principaux champs de l’étude des monnaies et des médailles en se fondant sur une sélection de 20 objets emblématiques qui seront présentés durant la séance.

Mardi 24 janvier 2023 de 12h30 à 14h00
BnF Site Richelieu – Salle des Conférences

Entrée gratuite, réservation conseillée

Le cours sera également diffusé en direct sur Youtube.

Tétradrachme d’argent, Alexandre III le Grand, Amphipolis (Macédoine), vers 333-326 av. J.-C. (BnF, Luynes 1631)

Continuer la lecture de Cours public : La monnaie grecque en 20 objets, 24 janvier 2023 à 12h30

Conférence Mercredi 11 janvier 2023 18 h 30 : 300 000 ans de Néandertal en France

Mercredi 11 janvier à 18 h 30, BnF-site François-Mitterrand (Petit Auditorium), conférence « 300 000 ans de Néandertal en France » par Pascal Depaepe, Préhistorien, Directeur régional Hauts-de-France de l’Inrap.

En 2023, la BnF consacre son cycle annuel de conférences « De la fouille à l’écriture de l’histoire » à l’archéologie de la France, en écho aux 20 ans de la loi du 17 janvier 2001 relative à l’archéologie préventive et aux 20 ans de la création de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap).

Continuer la lecture de Conférence Mercredi 11 janvier 2023 18 h 30 : 300 000 ans de Néandertal en France

Pourquoi fête-t-on Noël le 25 décembre ? Ce qu’en disent Constantin et Sol

Multiple de 8 solidi de Ticinum, 313 ap. J.-C. (BnF, MMA, Beistegui 233)

L’un des fleurons de la collection Carlos de Beistegui (n° 233) pour la période de l’Empire romain est un multiple d’or, unique en son genre, frappé à l’atelier de Ticinum (auj. Pavie en Lombardie) en 313 ap. J.-.C. Ce magnifique vestige des distributions impériales fut produit à l’occasion de « l’entrevue de Milan » entre Constantin Ier, souverain de l’Occident romain après sa victoire sur Maxence le 28 octobre 312 à la bataille du Pont Milvius, et Licinius Ier, maître des provinces d’Orient.

Continuer la lecture de Pourquoi fête-t-on Noël le 25 décembre ? Ce qu’en disent Constantin et Sol

45 années, 30 volumes : la série Trésors monétaires de la BnF

Le programme de recherche « Trouvailles monétaires » (TM) vise à répertorier, à étudier, à valoriser et à publier les découvertes monétaires effectuées sur le territoire français. Ce programme ancien, créé en 1978, a débouché sur la publication de 30 volumes et deux suppléments de la série Trésors Monétaires éditée par la BnF. Ce sont plus de 200 trésors et 230 000 monnaies publiés à ce jour.

Localisation des trésors et des monnaies de fouilles publiés dans Trésors Monétaires (1978-2023)

(réalisée par E. Bézille et L. Trommenschlager)

Légende : 

  • Points rouges : trésors antiques
  • Points violets : trésors médiévaux et modernes
  • Points oranges : monnaies de site (hors trésor)

Dans la perspective du plan quadriennal de la recherche 2020-2023 de la BnF, l’objectif prioritaire est de développer une solution informatique qui permettra de rendre accessibles les grandes quantités de données déjà collectées par le programme et qui stimulera la moisson d’informations. Un inventaire rétrospectif systématique des trésors découverts en France a été engagé. Cet inventaire s’est porté dans un premier temps sur les trésors antiques signalés dans l’important fonds d’archives du département des Monnaies, médailles et antiques et dans les répertoires publiés (Trésors Monétaires, Corpus des trésors antiques de la France, Carte archéologique de la Gaule, etc.). Hébergée par la BnF, la base devrait être accessible en 2024 sur Heurist ®.

Le trésor de Saint-Germain-lès-Arpajon (IIIe siècle) lors de sa découverte (novembre 2008)

Continuer la lecture de 45 années, 30 volumes : la série Trésors monétaires de la BnF

Archéologie de la France : cycle de conférences

En 2023, la BnF consacre son cycle annuel de conférences « De la fouille à l’écriture de l’histoire » à l’archéologie de la France, en écho aux 20 ans de la loi du 17 janvier 2001 relative à l’archéologie préventive et aux 20 ans de la création de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap).

Continuer la lecture de Archéologie de la France : cycle de conférences

Une caricature italienne de l’Expédition d’Égypte

Archive : Image du mois de Novembre 2022

NaPoleone Bonaparte Mummia, 1798-1799 © Bibliothèque municipale de Valenciennes, N-I18ANO0001/Gallica.

Bien avant qu’il ne devienne empereur, Napoléon Bonaparte est le sujet de nombreuses caricatures aussi bien en France qu’à l’étranger. Seules quelques rares estampes traitent toutefois de l’Expédition d’Égypte (1798-1801) qu’il a menée contre les Ottomans alliés aux Anglais. Cette eau-forte aquarellée comporte la légende : “NaPoleone Bonaparte Mummia” (“Napoléon Bonaparte (comme) momie”). D’après Broadley (p. 147-148) elle date de fin 1798-début 1799 et a été imprimée en Italie, qui avait été le champ de bataille précédent du jeune général lors de la Campagne d’Italie (1796-1797). Dans cette caricature, les ennemis ne sont pas les contemporains de Bonaparte, mais des anciens Égyptiens qui se chargent de lui infliger les rites funéraires et de stopper ainsi son ambition dévorante.

Continuer la lecture de Une caricature italienne de l’Expédition d’Égypte

Colloque au Louvre : “1822 / 2022 Autour de Champollion”

Pour clôturer cette année de bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes, un important colloque se tient jeudi 1er et vendredi 2 décembre au Musée du Louvre à Paris, intitulé “1822 / 2022 Autour de Champollion. Déchiffrements d’hier et d’aujourd’hui“, organisé par le musée et l’École pratique des hautes études.

Pendant deux jours, des spécialistes de l’antiquité grecque, mésopotamienne et égyptienne évoqueront les différentes écritures et langues du bassin méditerranéen et de l’Orient ancien. Des figures de déchiffreurs, comme l’Abbé Barthélemy ou bien entendu Jean-François Champollion jusqu’à François Thureau-Dangin, seront évoquées. Ces deux journées permettront d’aborder la longue histoire du déchiffrement, de succès en fausses pistes, jusqu’aux découvertes les plus récentes.

Pour en savoir plus

Citer ce billet : Antiquité BnF, "Colloque au Louvre : “1822 / 2022 Autour de Champollion”", in L’Antiquité à la BnF, 30/11/2022, https://antiquitebnf.hypotheses.org/17827, [consulté le 11/12/2023].

Recherches, collections, ressources sur l'Antiquité à la Bibliothèque nationale de France

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search