Appel à chercheurs à la BnF 2022

La Bibliothèque nationale de France publie chaque année un appel à chercheurs afin de s’associer le concours de jeunes chercheurs à des fins d’étude et de valorisation de ses collections, en priorité celles inédites, méconnues ou insuffisamment décrites. L’appel pour 2022 a été mis en ligne fin janvier. La date limite de réception des candidatures est le 25 avril 2022 à 12:00.

Continuer la lecture de Appel à chercheurs à la BnF 2022

Conférence mercredi 9 février 18h30 : Écrire chez les Gaulois

Mercredi 9 février à 18h30 se tiendra la conférence : Écrire chez les Gaulois par Coline Ruiz Darasse, chargée de recherches au CNRS, Institut Ausonius – université Bordeaux-Montaigne, cheffe du projet Recueil Informatisé des Inscriptions Gauloises (RIIG) .

En 2022, le cycle de conférences “De la fouille à l’écriture de l’histoire” s’intéresse à l’archéologie des écritures anciennes. Six conférences au cours desquelles archéologues, historiens, épigraphistes présentent leurs recherches en cours, revenant sur l’histoire des déchiffrements et racontant l’histoire et l’évolution de ces écritures et ce qu’elles peuvent dire sur les sociétés qui les ont inventées et utilisées.

Continuer la lecture de Conférence mercredi 9 février 18h30 : Écrire chez les Gaulois

Amnéris, princesse d’une Égypte enchantée

Archive : images du mois de janvier 2022

Aïda : douze projets de costumes, par Henry de Montaut, [vers 1879-1880], BnF, BMO, D-156, f. 11

L’Opéra Aïda, de Giuseppe Verdi, créé le 24 décembre 1871 au Caire, est célèbre pour sa reconstitution de l’Égypte ancienne présente à travers les costumes, les bijoux et les décors. Cette fresque historique, dont le scénario a été rédigé par l’égyptologue Auguste Mariette, connaîtra ensuite un véritable succès dans toute l’Europe. La Bibliothèque-musée de l’Opéra de la BnF conserve plusieurs carnets préparatoires de ces costumes, notamment ceux de Mariette lui-même, légués par son fils.

Continuer la lecture de Amnéris, princesse d’une Égypte enchantée

Conférence en ligne – “À la redécouverte de l’Égypte : la Carte des déserts de la Basse-Thébaïde de Claude Sicard et le Journal historique d’Henri-Joseph Redouté”

Retrouvez la vidéo de cette séance des Trésors de Richelieu en ligne.

Présentation à revoir sur la page Facebook de la BnF

A l’orée du XVIIIe siècle, la connaissance jusqu’alors balbutiante de l’Égypte connaît un formidable essor. Les voyageurs dépassent désormais le Caire et tentent de remonter toujours plus loin le cours du Nil. Ainsi Claude Sicard parvient-il à Assouan en 1721.

Continuer la lecture de Conférence en ligne – “À la redécouverte de l’Égypte : la Carte des déserts de la Basse-Thébaïde de Claude Sicard et le Journal historique d’Henri-Joseph Redouté”

L’éclat des vases du Cabinet des médailles -3- Retour à l’antique : la restauration du skyphos du Peintre de Pantoxéna

À la mémoire de François Lissarrague

Le 15 décembre 2021 nous quittait François Lissarrague, immense interprète du langage figuré des vases grecs et passeur sans égal. Parce qu’il nous avait fait le grand honneur de compter parmi les membres du comité scientifique supervisant la restauration de deux chefs-d’œuvre de la collection céramique de la BnF, notre commission endeuillée saisit cette occasion de rendre hommage au savoir insondable, à l’extrême générosité et à la gaieté spirituelle de l’un des plus fins connaisseurs des « Athéniens et leurs images ».

Au C2RMF, autour de l’amphore d’Amasis et dans le sens des aiguilles d’une montre : François Lissarrague, Martine Denoyelle, Louise Détrez, Cécile Colonna, Brigitte Bourgeois, Clara Bernard (visio-conférence), Frédérique Duyrat, Noëlle Timbart et Marie-Christine Villanueva Puig. © Marie-Christine Nollinger.


 Pour patienter jusqu’à la réouverture du musée de la BnF, la série « L’éclat des vases du Cabinet des médailles » vous propose de découvrir quelques opérations récentes de conservation-restauration.

Un skyphos attique à figures rouges monumental donné par le duc de Luynes à la Bibliothèque en 1862 vient de faire l’objet d’une restauration d’ampleur. Une bonne occasion d’ouvrir le passionnant dossier de l’un des vases éponymes du Peintre de Pantoxéna.

Continuer la lecture de L’éclat des vases du Cabinet des médailles -3- Retour à l’antique : la restauration du skyphos du Peintre de Pantoxéna

Conférence mercredi 12 janvier 2022 18 h 30 : De la Méditerranée à la Chine et à l’Inde, les multiples vies de l’écriture syriaque

Mercredi 12 janvier à 18 h 30, conférence : “De la Méditerranée à la Chine et à l’Inde, les multiples vies de l’écriture syriaque” par Françoise Briquel Chatonnet, directrice de recherche au CNRS, laboratoire Orient & Méditerranée – Mondes sémitiques, présidente de la Société d’études syriaques, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

En 2022, le cycle de conférences “De la fouille à l’écriture de l’histoire” s’intéresse à l’archéologie des écritures anciennes. Six conférences au cours desquelles archéologues, historiens, épigraphistes présentent leurs recherches en cours, revenant sur l’histoire des déchiffrements et racontant l’histoire et l’évolution de ces écritures et ce qu’elles peuvent dire sur les sociétés qui les ont inventées et utilisées.

Continuer la lecture de Conférence mercredi 12 janvier 2022 18 h 30 : De la Méditerranée à la Chine et à l’Inde, les multiples vies de l’écriture syriaque

Les monnaies impériales romaines de la BnF intègrent le portail Online Coins of the Roman Empire (OCRE)

Après CRRO – site consacré au numéraire de la République romaine – en décembre 2017, la BnF intègre aujourd’hui un autre portail numérique thématique élaboré par l’American Numismatic Society (ANS) de New York :

Online Coins of the Roman Empire (OCRE)

8114 monnaies impériales romaines de la BnF, disponibles en ligne dans le Catalogue général et Gallica  grâce au programme de numérisation des fonds numismatiques, réalisé ces dernières années sont à présent consultables à travers OCRE. Elles correspondent aux émissions allant du début du pouvoir personnel d’Octave/Auguste à la fin du règne de Trajan, (29 av. J.-C. à 117 ap. J.-C.) ainsi qu’au règne de Carus et Carin suivi de la Dyarchie (de 282 à 293 ap. J.-C.).

Continuer la lecture de Les monnaies impériales romaines de la BnF intègrent le portail Online Coins of the Roman Empire (OCRE)

La drachme cisalpine à légende Segedū

Archive : image du mois de décembre 2021

Drachme des Celtes transalpins à légende SEGEDU (MMA, BN 2177)

Les monnaies celtiques d’Italie du Nord constituent un témoignage unique sur une civilisation qui a ensuite été absorbée par l’expansion romaine : c’est le cas pour celles des Lepontii, comme cette drachme à légende Segedū.

La BnF a joué, au fil des siècles, un rôle important dans le déchiffrement et la connaissance des écritures anciennes1. Elle conserve dans ses collections des objets – dont de nombreuses monnaies –, inscrits au moyen d’alphabets, de syllabaires, voire d’idéogrammes et pictogrammes divers, le plus souvent inconnus du grand public. C’est le cas de la pièce d’argent illustrée ici, provenant d’Italie du Nord, qui porte à son revers une légende dite lépontique. On nomme ainsi une écriture dérivée de l’alphabet étrusque, lequel fut emprunté à partir de la première moitié du VIe siècle av. J.-C. par des peuples celtiques. Son nom est liée au fait que la majorité de ces inscriptions ont été découvertes dans une zone d’une centaine de kilomètres autour de la ville de Lugano, aujourd’hui en Suisse (d’où l’appellation ancienne d’« alphabet de Lugano » donnée à ce système d’écriture), sur le territoire de l’antique peuple des Lepontii (Lépontiens).

Continuer la lecture de La drachme cisalpine à légende Segedū

  1. Voir par exemple les travaux de l’abbé Barthélemy, au XVIIIe siècle. []

Archéologie des écritures anciennes : cycle de conférences

En 2022, en écho à l’exposition L’aventure Champollion. Dans le secret des hiéroglyphes à la BnF du 12 avril au 24 juillet, le cycle de conférences “De la fouille à l’écriture de l’histoire” s’intéressera à l’archéologie des écritures anciennes.

Au fil de six conférences, le cycle abordera les multiples vies de l’écriture syriaque, la pratique de l’écrit chez les Gaulois, le cas particulier du déchiffrement de l’écriture étrusque, l’écriture et les bibliothèques en Mésopotamie, la filiation entre le nabatéen et l’arabe, l’apport des nouvelles technologies à l’interprétation des plus anciens manuscrits de la Bible.

Les archéologues, historiens, épigraphistes Françoise Briquel Chatonnet, Coline Ruiz Darasse, Gilles van Heems, Philippe Clancier, Laïla Nehmé et Michael Langlois présenteront leurs recherches en cours, revenant sur l’histoire des déchiffrements et racontant l’histoire et l’évolution de ces écritures et ce qu’elles peuvent dire des sociétés qui les ont inventées et utilisées.

Ce cycle commencera le mercredi 12 janvier 2022 à 18 h 30 dans le Petit Auditorium avec la conférence de Françoise Briquel Chatonnet, De la Méditerranée à la Chine et à l’Inde, les multiples vies de l’écriture syriaque.

Les séances suivantes seront :

Pour en savoir plus, retrouvez le programme complet sur le site de la BnF.

Ce cycle de conférences est l’occasion de rappeler le rôle important qu’a joué le Cabinet des médailles (aujourd’hui département des Monnaies, Médailles et Antiques de la BnF) dans l’histoire des déchiffrements. On peut notamment évoquer l’œuvre de deux de ses directeurs, celle de  l’abbé Barthélemy et celle d’Aubin-Louis Millin.

L’illustration en tête du billet représente le Caillou Michaux, début du XIe siècle av. J.-C., BnF – département des Monnaies, médailles et antiques.

Citer ce billet : Pauline Darleguy, "Archéologie des écritures anciennes : cycle de conférences", in L’Antiquité à la BnF, 14/12/2021, https://antiquitebnf.hypotheses.org/14023, [consulté le 06/07/2022].

L’aqueduc de Fréjus

Archive : Image du mois de novembre 2021

André Salles. Provence. Environs de Fréjus. Acqueduc romain du Reyran [arches d’Esquine ou de Bonhomme]. BnF, Société de Géographie – département des cartes et plans, SG XXBA-2279
Comme de nombreuses villes de l’Empire romain, Forum Iulii (aujourd’hui Fréjus), fondée ex nihilo par César entre 49 et 44 av. J.-C. avant de devenir colonie romaine à partir d’Auguste, était alimentée en eau par un aqueduc dont une partie est représentée sur cette photographie sur plaque de verre prise par André Salles le 15 juin 1890.

Continuer la lecture de L’aqueduc de Fréjus

Polices pour les inscriptions monétaires : Transcription typographique des monnaies antiques

Le projet de recherche Police pour les Inscriptions Monétaires (PIM) a pour objectif la création d’outils adaptés pour retranscrire les informations contenues dans les inscriptions monétaires, au-delà de leur contenu sémantique. Les informations textuelles et les caractéristiques graphiques présentes sur une monnaie peuvent fournir de nombreuses informations concernant son origine et la société dans laquelle elle a été frappée1. Mais jusqu’à aujourd’hui, aucune fonte numérique2  ne pouvait retranscrire à la fois intégralement et fidèlement les inscriptions monétaires. C’est à partir de ce constat que le projet a été initié en 2013 par Florence Codine, alors conservatrice en charge des monnaies mérovingiennes à la Bibliothèque nationale de France (BnF), et est actuellement supervisé par Frédérique Duyrat, directrice du département des monnaies, médailles, et antiques à la BnF.

Ce billet vise d’abord à retracer la genèse du projet ainsi que les grandes étapes depuis l’annotation des monnaies de la BnF jusqu’à la réalisation des fontes. Ensuite seront présentées les différentes fontes réalisées.

Continuer la lecture de Polices pour les inscriptions monétaires : Transcription typographique des monnaies antiques

  1. Voir à ce sujet l’article fondateur de Codine-Trécourt, Florence et Sarah, Guillaume (2012). “Du plomb au pixel. Transcrire les légendes des monnaies du haut Moyen Âge.” In: Revue numismatique 168, pp. 261–277. []
  2. Le terme « police » désignait à l’époque du plomb le nombre de signes contenus dans un caractère typographique, à une taille donnée. Il est utilisé aujourd’hui de manière générique pour désigner un caractère typographique. Nous préférerons employer ici le terme “fonte numérique” ou “fonte” pour désigner le fichier informatique qui regroupe à la fois les représentations des glyphes, leur encodage et les valeurs d’espacement. []

Archive : image du mois d’octobre 2021 : La Galerie de l’histoire du Travail

Charles Fichot, Exposition Universelle de 1867. Vue générale du Champ de mars prise à vol d’oiseau du côté de la porte Rapp, BnF département des Estampes et de la Photographie, RESERVE FT 4-QB-370 (162)

Au mois d’octobre où le Travail était à l’honneur aux Rendez-vous d’histoire de Blois (6-10 octobre), l’Image du mois revenait sur la Galerie de l’histoire du Travail de l’Exposition Universelle de Paris de 1867 qui a donné à voir à des millions de visiteurs des objets de la Gaule antique. Continuer la lecture de Archive : image du mois d’octobre 2021 : La Galerie de l’histoire du Travail

Un papyrus grec comme reliure d’un manuscrit mérovingien: les tribulations du Suppl. gr. 1379

L’exposition qui se déroulait du 18 septembre au 26 octobre 2021 au Collège de France, « Le papyrus dans tous ses États, de Cléopâtre à Clovis », montre comment ce support d’écriture est devenu, à partir de l’époque hellénistique, indispensable à l’ensemble du monde méditerranéen. Jean-Luc Fournet, professeur titulaire de la chaire « Culture écrite de l’Antiquité tardive et papyrologie byzantine » et commissaire de l’exposition, a pour ambition de sortir le papyrus de son cadre égyptologique traditionnel lorsqu’il est orné de hiéroglyphes et nous conserve les chapitres du Livre des morts.

Décrivant dans un premier temps du parcours le cheminement de la plante au « papier », il met ensuite à l’honneur les différentes langues attestées sur ce matériau : grec, copte et latin bien sûr, mais aussi pehlevi, arabe, syriaque ou hébreu (Paris, BnF, Hébreu 1492). Cette richesse linguistique et la diversité des informations transmises par ces documents montrent la popularité de ce moyen de communication qui s’étend d’ailleurs au-delà du bassin méditerranéen puisque la trace de papyrus découverte le plus à l’est se trouvait en Afghanistan (Aï Khanoum, province de Kondoz), et le plus à l’ouest, en France (Mané Véchen, Bretagne).

Continuer la lecture de Un papyrus grec comme reliure d’un manuscrit mérovingien: les tribulations du Suppl. gr. 1379

#RETOURAUMUSÉE – LA BNF HORS LES MURS #6 : Paris-Athènes 1675-1919

La grande exposition de rentrée du musée du Louvre, ParisAthènes 1675-1919,  explore plus de 200 ans de relations culturelles, artistiques et diplomatiques entre la France et la Grèce, en croisant l’histoire de l’archéologie, l’histoire du développement de l’État grec et celle des arts modernes. De nombreuses cartes jalonnent ces deux siècles et soutiennent  le parcours chronologique parmi les plus de deux cents pièces et œuvres d’art présentées.  

Fig. 1 : Plan d’Athènes, d’après les plans et levés de Louis-François-Sébastien Fauvel, par Jean-Denis Barbié Du Bocage, vers 1791, détail, BnF, Dpt CPL, Ge D-17297

Continuer la lecture de #RETOURAUMUSÉE – LA BNF HORS LES MURS #6 : Paris-Athènes 1675-1919

Recherches, collections, ressources sur l'Antiquité à la Bibliothèque nationale de France

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search