Maurice Barrès ou le rêve hellénique du Parnasse : la bibliothèque contre le voyage

Maurice Barrès par Jacques-Emile Blanche, Bibliothèque nationale de France, Estampes et photographie, MUSEE OBJ-102

Cet article, issu de réflexions conduites dans le cadre d’une thèse de doctorat, se propose d’étudier le rapport de Maurice Barrès aux Parnassiens à partir de quelques documents du fonds Barrès de la Bibliothèque nationale de France. À la suite du don de Mme Bazin, légataire de Philippe Barrès, le fonds Maurice Barrès est entré dans les collections de la BnF en 1978. Il est composé de la Correspondance, riche de plus de 100 000 lettres reçues, d’une centaine de carnets et de cahiers de notes, des dossiers de genèse des principales œuvres, de dossiers politiques, d’une bibliothèque de plus trente mille ouvrages1.

Continuer la lecture de Maurice Barrès ou le rêve hellénique du Parnasse : la bibliothèque contre le voyage

  1. Voir à la Bibliothèque nationale de France, au département des manuscrits, la cote NAF 28210 et au département Littérature et art, la bibliothèque [Z BARRÈS] []

143e congrès du CTHS: La transmission des savoirs

Le Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS), institut rattaché à l’École nationale des chartes réunit chaque année, le Congrès national des sociétés historiques et scientifiques. Ces rencontres rassemblent près cinq cents participants parmi lesquels des universitaires issus de très nombreuses disciplines : histoire, géographie, sciences, ethnologie, anthropologie, préhistoire et protohistoire, archéologie, philologie, histoire de l’art, environnement, etc. Il accueille aussi bien des jeunes chercheurs, chercheurs confirmés et des érudits locaux membres de sociétés savantes dans le souhait d’une confrontation des regards, des expériences et des approches méthodologiques.

Continuer la lecture de 143e congrès du CTHS: La transmission des savoirs

Avril 2018 « Le métal pétrifié »: les médaillons sculptés de la façade du département des Monnaies, médailles et antiques

Archives : image du mois

Avril 2018 « Le métal pétrifié »: les médaillons sculptés de la façade du département des Monnaies, médailles et antiques

   

A gauche, médaillon sculpté, Ø 80 cm ; à droite, son modèle, revers d’un décadrachme de Syracuse (Sicile), vers 400-390 av. J.-C, Ø 36 mm, (BnF, MMA, coll. de Luynes, 1248).

Quand on chemine dans l’étroite rue Vivienne (Paris, 2e), il faut lever la tête pour les apercevoir. Au premier étage du pavillon central du bâtiment Vivienne, composant le quart nord-est du Quadrilatère Richelieu, cinq médaillons ornent les clefs des hautes fenêtres. Ces sculptures signalent la présence du département des Monnaies, médailles et antiques.

Pour élaborer ce programme illustrant l’art de la médaille depuis l’Antiquité, l’architecte Jean-Louis Pascal trouve un conseiller en la personne d’Ernest Babelon, conservateur du Cabinet des médailles. Dans une lettre datée du 17 septembre 1904, il lui écrit « je vous ai demandé cinq médailles caractéristiques – et belles, si possible, en même temps que je puisse faire copier pour la décoration extérieure du futur cabinet » (BnF, MMA, 19 ACM 17.).

Le premier médaillon illustre l’art grec avec un très beau décadrachme syracusain signé du graveur Evainète dont le modèle provient de la collection du duc de Luynes, donnée en 1862. En sélectionnant cette pièce, Babelon a opté pour une pièce emblématique de l’art grec. Les monnaies grecques ont bien souvent été louées pour leur beauté. Parmi elles, celles de Syracuse sont considérées comme des chefs-d’œuvre tant par la composition audacieuse des types que par la finesse et l’impression de vigueur qui se dégage de la gravure. La signature du graveur – rare sur les monnaies antiques – confirme cette qualité esthétique exceptionnelle. Ces pièces n’ont-elles d’ailleurs pas inspiré ce quatrain à José-Maria de Heredia, extrait de « Médailles antiques » (Les Trophées, 1893) :

« Et seul le dur métal que l’amour fit docile

Garde encore en sa fleur, aux médailles d’argent,

L’immortelle beauté des vierges de Sicile. »

Pour en savoir plus, lisez « Le métal pétrifié. Les médaillons de la façade du Cabinet des médailles »

Julien OLIVIER

Citer ce billet : jolivier, "Avril 2018 « Le métal pétrifié »: les médaillons sculptés de la façade du département des Monnaies, médailles et antiques", in L’Antiquité à la BnF, 01/04/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/2303, [consulté le 21/08/2018].

Projet de Polices des Inscriptions Monétaires : le cas des monnaies ibériques et carthaginoises

Dans le cadre du projet PIM (Police de caractère pour les Inscriptions Monétaires) mené par la Bibliothèque nationale de France sous la direction de Florence Codine, est envisagée la création de différents alphabets à partir des lettres rencontrées dans les légendes monétaires, afin de donner à leur description plus de précisions. A été considéré parmi l’ensemble des monnaies disponibles au département des Monnaies, médailles et antiques (MMA) l’ensemble des monnaies ibériques et puniques dont les caractères spécifiques nécessitaient la création de polices propres.

Continuer la lecture de Projet de Polices des Inscriptions Monétaires : le cas des monnaies ibériques et carthaginoises

Conférence : Trésors de Richelieu, l’amphore du « Peintre d’Amasis »

Amphore du peintre d’Amasis (BnF, MMA, De Ridder.222 ; Luynes.678 (Inv.116))

Dans le cadre du cycle de conférences « Trésors de Richelieu », Cécile Colonna (INHA), Louise Détrez (BnF) et Marie-Christine Villanueva-Puig (CNRS) présenteront L’ « amphore de Paris » du Peintre d’Amasis le 10 avril 2018 de 18h15 à 19h30 à l’auditorium de la Galerie Colbert (INHA, 2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs
75002 Paris).

C’est pourvu d’un couvercle qui lui est en réalité étranger que l’un des plus beaux vase issus du quartier des potiers d’Athènes est acquis – fort cher – par le duc de Luynes à la vente du cabinet du chevalier Durand en 1836. Après avoir orné deux des plus belles collections privées d’antiques formées au XIXe siècle, cette petite amphore rebondie rejoint le fonds de la Bibliothèque à la faveur du fabuleux don de sa collection par Luynes en 1862. Signée par deux fois de son potier virtuose, Amasis, elle reçoit d’un peintre non moins talentueux demeuré anonyme (et baptisé par convention « Peintre d’Amasis » en raison de l’exclusivité de sa collaboration avec ce céramiste) un décor à la fois contrasté et innovant servi par sa manière élégante alliant monumentalité et minutie.

Pour en savoir plus sur cette conférence et le cycle « Trésors de Richelieu »

L’événement Facebook

Exposition : High on Luxury, Lost Treasures from the Roman Empire

Annonce de l’exposition « High on Luxury » sur les façades de la Ny Carlsberg Glyptotek à Copenhague

Après plusieurs étapes aux États-Unis (Los Angeles, San Francisco, Houston) et à Arles, le trésor de Berthouville s’expose du 14 mars au 2 septembre 2018 à la Ny Carlsberg Glyptotek de Copenhague.

Continuer la lecture de Exposition : High on Luxury, Lost Treasures from the Roman Empire

Mars 2018 : Ovide

Archives : image du mois

Mars 2018 Métamorphoses d’Ovide

Thésée et Ariane devant le Labyrinthe. gravure du XVIe siècle. BnF, Gallica, Département des Estampes et photographie, 4-SB-2

Dans la continuité des festivités autour du  poète latin Ovide, mort il y a 2000 ans, plongeons dans l’un des nombreux recueils d’estampes de la Renaissance illustrant ses Métamorphoses conservés à la BnF. Celui-ci, daté de 1563, est l’œuvre de l’imprimeur Sigmund Feyerabend et comporte 178 gravures sur bois de Virgil Solis ; des légendes en latin et en allemand accompagnent chaque image entourée d’un cadre aux motifs végétaux et animaliers élaborés.

Parmi les nombreux épisodes mythologiques est évoqué celui de la légende du Minotaure (Livre VIII) : le héros Thésée demande l’aide d’Ariane, fille du roi Minos pour pouvoir retrouver son chemin dans le Labyrinthe. Celui-ci, en arrière-plan, adopte une forme circulaire, selon une iconographie déjà présente sur des monnaies antiques, avec le Minotaure en son centre.

Pour en savoir plus :

Consulter le billet de blog Gallica sur la réception des Métamorphoses.

Suivre le Festival Européen Latin Grec, 22-25 mars 2018 : avec un programme varié autour notamment de lectures publiques participatives des Métamorphoses d’Ovide et de conférences à l’ENS Lyon. Voir le site pour le programme détaillé des manifestations.

Publication : Catalogue des monnaies celtiques, 2. Les monnaies à la croix

Après la publication d’un premier volume de la série des Catalogues des monnaies celtiques (CMC) en 2014 – consacré aux Arvernes (centre de la Gaule) -, un second volume  paraît aujourd’hui. Rédigé par Eneko Hiriart du CNRS (IRAMAT-CRP2A, UMR 5060), ce catalogue est consacré aux monnaies à la croix (Gaule méridionale) et rassemble les exemplaires conservés à la Bibliothèque nationale de France et au Musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye.

L’ouvrage est coédité par la Bibliothèque nationale de France et le Musée d’Archéologie nationale, avec le concours du laboratoire AOrOc (CNRS-ENS, UMR 8546).

Pour en savoir plus, lisez le billet publié par Olivier Jacquot sur le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France ou déroulez l’article ci-dessous :

For a Digital Archaeology of Coins? A RTI project on Celtic coins kept at the BnF

Lire ce billet en français : Pour une archéologie numérique des monnaies ? Un projet RTI sur les collections celtiques de la BnF

Foreword, by Dominique Hollard (BnF curator of Celtic Coins)

The research project initiated by A. Baron Tacla from Universidade Federal Fluminense (Rio de Janeiro) immediately caught our attention. The technology used (RTI) seems indeed particularly well adapted to the Celtic coinages. They are as marked by a rather complex iconography as many non figurative types. Blanks are usually smaller than engraved dies employed as punches. The use of the RTI thus appears as a privileged way to better understand these objects, particularly those kept at the  BnF – the most important Celtic coinages collection in the world, 11,000 coins – available to be used as a material for the development of this promising technology.

Stater, billon, Curiosolites, 6,40g (BnF, MMA, 6586)

Continuer la lecture de For a Digital Archaeology of Coins? A RTI project on Celtic coins kept at the BnF

Pour une archéologie numérique des monnaies ? Un projet RTI sur les collections celtiques de la BnF

Read this post in English: For a Digital Archaeology of Coins? A RTI project on Celtic coins kept at the BnF

Avant-propos, par Dominique Hollard (chargé du fonds des monnaies celtiques de la BnF)

Le projet de recherche initié par Adriene Baron Tacla de l’Universidade Federal Fluminense (Rio de Janeiro) a immédiatement attiré notre attention. La technologie utilisée (RTI) semble en effet particulièrement bien adaptée aux monnayages celtiques, qui se distinguent par une iconographie assez complexe ainsi que par le grand nombre de types non figuratifs. Les flans sont généralement plus petits que les coins (matrices) gravés et utilisés pour frapper les monnaies. La technique RTI apparaît donc comme un moyen privilégié pour mieux comprendre ces objets, notamment les fonds conservés à la BnF – la plus importante collection de monnaies celtiques au monde avec 11 000 pièces.

Statère de billon Curiosolites, 6,40g (BnF, MMA, 6586)

Continuer la lecture de Pour une archéologie numérique des monnaies ? Un projet RTI sur les collections celtiques de la BnF

1 000 vidéos disponibles dans Gallica

Videos Gallica

Le billet que nous avions consacré aux « Bibliographies, MOOCs et Conférences en ligne en Antiquité » s’enrichit désormais de la mise en ligne de nouvelles ressources sur Gallica et sur le site des conférences de la Bibliothèque nationale de France.

Continuer la lecture de 1 000 vidéos disponibles dans Gallica

Coupe attribuée au Peintre de Brygos

Archive : image du mois

Février 2018 Coupe attribuée au Peintre de Brygos

BnF, MMA, De Ridder.581

Au mois de février, la vingtaine de pièces de la BnF que présente l’exposition « Musiques ! Echos de l’Antiquité » quitte le Louvre-Lens pour Barcelone (9 février-6 mai 2018). Parmi elles, la coupe De Ridder.581 exigeait au préalable une restauration fondamentale : le Louvre-Lens et la Fondation La Caixa en ont généreusement supporté la totalité du coût.

Les opérations, menées par le restaurateur Fabrice Rubiella, ont d’abord consisté à « dérestaurer » le vase. Débarrassés de compléments de plâtre généreusement repeint, décollés – un goujon métallique avait même été glissé à l’intérieur de la tige du pied avant d’y être noyé dans le plâtre – les quelque vingt-cinq fragments jointifs qui constituent la coupe ont été nettoyés, puis recollés. Des comblements de plâtre et d’enduit fin poncés à niveau rendent désormais à la forme son intégrité, tandis qu’une retouche discrète mais décelable (laissée mate) met en valeur l’équilibre chromatique de l’ensemble.

Au centre du médaillon, une jeune femme dont la chevelure claire s’échappe d’un sakkos, effleure d’une main les cordes de sa lyre, qu’elle s’apprête à frapper du plectre qu’elle tient de l’autre. La musicienne s’approche d’un autel à volutes, sur lequel un rameau ou une couronne a déjà été déposé, et qu’équilibre derrière elle un panier suspendu. Quoiqu’exécutée sur un vase à boire, et malgré l’acclamation d’une beauté toute terrestre dans le champ (ho pais kalos), la scène est indéniablement cultuelle.

Le Peintre de Brygos, actif dans le premier tiers du Ve siècle av. J.-C., est l’un des dessinateurs les plus habiles de son temps. La coupe à la musicienne rend justice à son talent, dont les internautes prendront également la mesure en consultant les six notices qui le concernent sur la base medaillesetantiques.bnf.fr

Louise Detrez

La BnF obtient le projet européen ARCH : Ancient Coinage as Related Cultural Heritage

Le département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF a obtenu de l’Initiative de Programmation Conjointe sur le Patrimoine Culturel (le Joint Programming Initiative on Cultural Heritage) un financement de 570 000 € pour un nouveau projet de recherche visant à inscrire la monnaie grecque dans le web sémantique.

Le projet sera dirigé par Frédérique Duyrat (directrice du département des Monnaies, médailles et antiques, Bibliothèque nationale de France, Paris), Andrew Meadows (New College, Oxford) et Pere Pau Ripollès (Universitat de València).

Pour en savoir plus, lisez le billet publié par Olivier Jacquot sur le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France ou déroulez l’article ci-dessous:

Recherches, collections, ressources sur l'Antiquité à la Bibliothèque nationale de France