Une carte de tarot à enseignes latines de Venise représentant des monnaies arméniennes

Carte de neuf deniers, tiré d’un jeux de tarot à enseignes latines peint par Marcolongo, Venise, 1803-1804 (BnF, EST, RESERVE KH-167 (5,173-176)-BOITE ECU)

La Bibliothèque nationale de France conserve un étonnant jeu de cartes vénitien, peint à la gouache à Venise par un certain Marcolongo. Ce jeu de tarot à enseignes latines comporte notamment un ensemble de treize cartes de deniers reproduisant des monnaies anciennes couvrant plus d’un millénaire et demi, depuis le IIIe siècle avant notre ère jusqu’à la fin du XVIIIe siècle.

Continuer la lecture de Une carte de tarot à enseignes latines de Venise représentant des monnaies arméniennes

Podcast en ligne: Le site monastique copte de Baouît (Égypte) : les archives photographiques

Photographie de l’église de Baouît et sa vue 3D extraites de La modélisation de l’église copte de Baouit (Égypte): exemple d’une démarche commune entre archéologues et architectes⟨hal-01772645⟩ et photographie des fouilles 1901-1902 ©Musée du Louvre, archives du département des antiquités égyptiennes

Le podcast de la conférence du 5 février 2020 sur Le site monastique copte de Baouît : apport des archives photographiques à la muséographie et à l’archéologie donnée par Dominique Bénazeth, conservateur du patrimoine et Cédric Meurice, ingénieur d’étude, du Département des Antiquités Egyptiennes du Musée du Louvre est disponible en ligne:

Continuer la lecture de Podcast en ligne: Le site monastique copte de Baouît (Égypte) : les archives photographiques

L’antique Babylone à l’Opéra : les projets de tous les décors de Sémiramis de Catel enfin identifiés

Réunir l’iconographie d’un spectacle, de ses décors, de ses costumes, peut constituer un long processus jalonné parfois par la réapparition inopinée et progressive sur le marché de l’art de dessins, voire s’apparenter à un parcours semé de pièges quand, en particulier, certains de ces témoins portent des inscriptions d’époque fautives. Aussi est-il vital de confronter cette iconographie non seulement avec les didascalies des livrets mais aussi avec toutes les données, même lacunaires, fournies par les archives et quelquefois par la presse contemporaine de la création de l’ouvrage.

On verra ici que, contrairement aux apparences, des projets de décors annotés Mystères d’Isis, selon le titre choisi pour les représentations de La Flûte enchantée de Mozart (1756-1791) à l’Opéra de Paris en 1801, se rapportent en réalité à une autre œuvre, donnée l’année suivante dans le même théâtre. Il s’agit de Sémiramis, une tragédie lyrique en trois actes de Charles-Simon Catel (1773-1830), professeur au Conservatoire de Musique et auteur d’un Traité d’harmonie en 1801. Si Les Mystères d’Isis et Sémiramis ont en commun de traiter d’un sujet oriental – l’un se situant dans l’Égypte antique, l’autre à Babylone –, leurs décors ne sauraient être confondus. C’est cette constatation qui fournit l’un des éléments essentiels de la présente mise au point.

Sémiramis : projet de décor de l’acte II / par Charles Percier, [1802], Dpt Bibliothèque Musée de l’Opéra DES-29 sur Gallica

En avril 2019, la Bibliothèque-musée de l’Opéra (BnF) a fait l’acquisition d’un dessin de l’architecte et décorateur Charles Percier (1764-1838) montrant un décor de scène (fig. 1 ci-dessus). Continuer la lecture de L’antique Babylone à l’Opéra : les projets de tous les décors de Sémiramis de Catel enfin identifiés

Une tablette d’ecolier bilingue grec-copte

Février 2020

Tablette d’écolier bilingue grec-copte

BnF, MMA, reg.Y.19920

Cette tablette d’écolier, conservée au département des Monnaies, médailles et antiques fait partie d’un lot d’objets reçus en don par l’helléniste Paul Perdrizet (1870-1938) qui a dirigé plusieurs missions archéologiques en Grèce (1899) ainsi qu’en Syrie (1924 et 1925) tout en séjournant régulièrement en Égypte (1912, 1933 ou 1935, 1936) comme en témoignent ses archives conservées à l’Université de Lorraine.

L’objet, donné en 1933, est indiqué comme provenant du Fayoum (une oasis située au sud-ouest du Caire) et daterait du VIIe siècle. Il s’agit d’une plaquette en bois (9,5x24cm) écrite des deux côtés au pinceau et munie d’une poignée antique mais postérieure à l’utilisation de cet objet, probablement par un écolier révisant ses leçons de copte et de grec.

Une étude publiée en 1991 indique que des traces de réécriture sont en effet visibles et détaille les différentes inscriptions : le recto comprend à la fois un exercice de syllabation, un alphabet grec et 6 lettres du copte fayoumique à droite ; au verso, la suite de l’exercice de syllabation, de nouveau l’alphabet grec suivi des 6 lettres coptes. Ce type d’exercice est habituel chez les écoliers débutants, qui se familiarisent d’abord avec l’alphabet grec avant de passer aux exercices syllabiques (bilitères puis trilitères) tout en apprenant les 6 lettres spécifiques de l’écriture copte. Cette écriture associe en effet les 24 lettres grecques à 6 héritées de l’égyptien hiéroglyphique afin de se rapprocher au mieux des sons utilisés par les premiers chrétiens vivant dans la Vallée du Nil.

La BnF conserve plusieurs types de documents en copte notamment des papyrus et des manuscrits et également des fragments d’inscriptions funéraires.

Hélène Virenque

Pour en savoir plus

P. Cauderlier, « Deux tablettes parisiennes en provenance d’Égypte, pour illustrer l’apprentissage des lettres grecques », dans N. Fick, J.-Cl. Carrière (éd.), Mélanges Étienne Bernand, Paris : les Belles lettres, 1991, p. 141-154. Disponible en ligne sur Persée : https://www.persee.fr/doc/ista_0000-0000_1991_ant_444_1_2796 (consulté le 6.02.2020)

Citer ce billet : Hélène Virenque, "Une tablette d’ecolier bilingue grec-copte", in L’Antiquité à la BnF, 01/02/2020, https://antiquitebnf.hypotheses.org/10520, [consulté le 28/05/2020].

Appel à chercheurs 2020-2021 de la Bibliothèque nationale de France

La BnF lance la nouvelle édition de son appel à chercheurs, afin de s’associer le concours de jeunes chercheurs, dans un esprit de découverte et de valorisation de ses collections.

Les candidats peuvent à la fois proposer spontanément des sujets de travaux ou choisir parmi ceux proposés par la BnF. L’Antiquité, l’archéologie, la réception de l’Antiquité tout comme l’histoire de ces disciplines peuvent donc y trouver leur place.

Continuer la lecture de Appel à chercheurs 2020-2021 de la Bibliothèque nationale de France

Conférence 5 février 18h30 Le site monastique copte de Baouît : apport des archives photographiques à la muséographie et à l’archéologie

5 février à 18h30: conférence:”Le site monastique copte de Baouît : apport des archives photographiques à la muséographie et à l’archéologie” par Dominique Bénazeth et Cédric Meurice conservateur du patrimoine et ingénieur d’étude au Musée du Louvre, Département des Antiquités Egyptiennes.

Découvrez comment l’Histoire s’élabore au fil des fouilles, de l’étude des objets ou des textes à travers la rencontre avec ceux qui l’enrichissent chaque jour par leurs recherches. Ce nouveau rendez-vous est consacré à l’actualité de la recherche autour de l’archéologie photographiée.

Continuer la lecture de Conférence 5 février 18h30 Le site monastique copte de Baouît : apport des archives photographiques à la muséographie et à l’archéologie

Antiquités, archéologie et récit des origines dans la construction nationale italienne (XVIIIe-XIXe siècles) II.

Les Étrusques dans le débat patriotique du Risorgimento

Après une première partie consacrée à l’évolution de la « question homérique » dans le contexte culturel napolitain, ce deuxième article a comme objet la fortune des Étrusques pendant la période du Risorgimento1. Trois modèles politiques sont ainsi rapprochés d’une certaine réception des Étrusques dans le processus de la construction nationale italienne :

  1. Vincenzo Cuoco, l’Italie napoléonienne et l’histoire nationale
  2. Giuseppe Micali, les Étrusques et le modèle confédéral
  3. La construction nationale, les Étrusques et le Piémont des Savoie

Continuer la lecture de Antiquités, archéologie et récit des origines dans la construction nationale italienne (XVIIIe-XIXe siècles) II.

Conférence reportée au 6 mai 18h30 L’apport de la photogrammétrie et du relevé en 3-D pour construire la recherche en archéologie

Séance reportée au 6 mai 2020

15 janvier à 18h30: conférence: »L’apport de la photogrammétrie et du relevé en 3-D pour construire la recherche en archéologie : exemples sur différents chantiers archéologiques (La Roche Guyon, Délos) » par Laurent Costa, ingénieur de recherche CNRS, Ingénieur en représentations de données à références spatiales CNRS – Archéologue, géomaticien, Équipe Archéologie du monde Grec Archaïque, UMR 7041 Archéologie et Sciences de l’Antiquité (ArScAn), Maison de l’Archéologie et de l’ethnologie, Université de Paris I, Paris X-Nanterre.

Découvrez comment l’Histoire s’élabore au fil des fouilles, de l’étude des objets ou des textes à travers la rencontre avec ceux qui l’enrichissent chaque jour par leurs recherches. Ce nouveau rendez-vous est consacré à l’actualité de la recherche autour de l’archéologie photographiée.

Continuer la lecture de Conférence reportée au 6 mai 18h30 L’apport de la photogrammétrie et du relevé en 3-D pour construire la recherche en archéologie

Bracelet romain d’accouchée avec Isis et Harpocrate

Archive: image du mois janvier 2020

Janvier 2020 : Bracelet romain d’accouchée avec Isis et Harpocrate

Bracelet d’accouchée ouvert, en or, H. 6 cm, l. 4.2 cm, L. 6 cm, dpt des Monnaies, médailles et antiques inv. Seyrig.1972.1318

Ce rare bracelet à porte et à charnières soudées en épaisse feuille d’or a été produit à Alexandrie (Égypte) durant la période romaine (4e s. – premier quart du 5e s. apr. n.è.). Il a été acquis par Henri Seyrig à la vente Laurin, Guilloux, Buffetaud des 6 et 7 novembre 1972 en l’hôtel Drouot (lot 628) pour en faire don au Cabinet des Médailles. Il faisait partie de l’ancienne collection de Félix Feuardent.

Le corps arrondi du bracelet est ajouré, en opus interrasile, entre deux anneaux en formant le bord : la feuille d’or est découpée pour former un décor de rinceaux, d’enroulements terminés en peltes et en feuilles trilobées (vigne, lierre). La porte, partie centrale mobile, est à l’image d’un naïskos soit une façade de temple avec une niche contenant la représentation d’une divinité. Quatre colonnes corinthiennes, deux torses flanquées de deux lisses, soutiennent un fronton triangulaire reposant sur un entablement alternant métopes et triglyphes. L’édifice abrite la statue en bronze du dieu Harpocrate, couronnée d’une coquille à godrons. Ce dernier est figuré comme un enfant nu accroupi, portant le doigt à la bouche et pourvu d’un mèche de cheveux enroulée, traditionnellement désignée comme « mèche de l’enfance« .

Arrière du bracelet d’accouchée, dpt des Monnaies, médailles et antiques inv. Seyrig.1972.1318 reproduit dans Syria 51, 1974, pl. XVII/2

Parmi les entrelacs, sur la face arrière est représentée une déesse tenant une corne d’abondance telle Fortune, dans une attitude évocatrice d’Aphrodite anadyomène, rappelée par la coquille à l’avant, mais qui doit cependant être identifiée à IsisHathor, à la fois par association au dieu enfant et aux cornes de vache lyriformes enserrant le disque solaire au centre du fronton du temple. L’attribut est propre aux couronnes de ces divinités égyptiennes.

Bracelet d’accouchée de face, dpt des Monnaies, médailles et antiques inv. Seyrig.1972.1318

L’inscription grecque en bâtonnets de filigrane soudés ευτοκι traduit le voeu protecteur: « accouche heureusement » tandis qu’Étienne Coche de la Ferté propose de lire dans la dernière lettre un ψ penché, abréviation pour ψυχή « (mon) âme » comprise ici dans une acception destinée à un être cher.

Ce bijou témoigne d’un syncrétisme propre au monde romain, dans un héritage transformé des iconographies et des valeurs pharaoniques et grecques. L’assimilation des différentes figures de déesses-mères met un accent particulier sur la relation Isis-Harpocrate, au centre du bijou et du message, qui rappelle la popularité et la diffusion des cultes isiaques à l’époque romaine.

Pour en savoir plus:

  • Étienne Coche de la Ferté, « Un bracelet d’époque romaine à usage obstétrique », Syria, vol. 51, no. 3/4, 1974, p. 265–289, en ligne sur JSTOR et Persée
  • « Les dieux égyptiens à Rome » sur Odysseum

Citer ce billet : Vanessa Desclaux, "Bracelet romain d’accouchée avec Isis et Harpocrate", in L’Antiquité à la BnF, 01/01/2020, https://antiquitebnf.hypotheses.org/9729, [consulté le 28/05/2020].

L’archéologie photographiée: de la fouille à l’écriture de l’Histoire | Archaeology photographed – from digging to writing history

Cette année, le cycle de conférences dédiée à l’archéologie est pensé en lien avec la photographie et l’exposition de Josef Koudelka, Ruines qui se tient à la Bibliothèque nationale de France du 21 avril au 19 juillet 2020. Ce thème permet à l’artiste de dialoguer avec Alain Schnapp, auteur de Ruines : essai de perspective comparée (2015) et d’une série de conférences Musée du Louvre / ENS « Une histoire universelle des ruines » en 2014.
Depuis 30 ans, Josef Koudelka photographie des sites archéologiques du bassin méditerranéen dont certains ont disparu. D’un autre point de vue, la photographie est devenue un partenaire indispensable des fouilles, accompagnant l’archéologue depuis le repérage du site, la documentation du travail de terrain, la révélation d’éléments invisibles à l’œil nu jusqu’à la publication des vues des zones explorées et détruites au courant de la fouille. Au cours de six conférences, des chercheurs et des archéologues témoignent de la pratique photographique sur le terrain et mettent en évidence ce qu’elle apporte à la reconstitution historique.

Continuer la lecture de L’archéologie photographiée: de la fouille à l’écriture de l’Histoire | Archaeology photographed – from digging to writing history

Degas, dessins de monnaies grecques

Archive: image du mois

Décembre 2019 : Degas, dessins de monnaies grecques

Degas, Carnet 1 = Reff 18, p. 259, dpt des Estampes et de la photographie RESERVE DC-327 (D, 1)-4 sur Gallica

L’exposition Degas à l’Opéra au Musée d’Orsay (24/09/19-19/01/20) réalisée avec le concours de la BnF permet de redécouvrir les carnets de dessins du maître numérisés dans Gallica, dont 29 sur 38 furent donnés en 1920 au département des Estampes et de la photographie. De 1853 à 1886, Edgar Degas y consigne ses promenades, ses visites aux musées, amis, modèles, fournisseurs…

Continuer la lecture de Degas, dessins de monnaies grecques

A propos du « Japon grec » de Michaël Lucken

Évoquer le Japon sur le blog de l’Antiquité à la BnF, voilà qui pourrait paraître incongru. D’autant plus lorsqu’il ne s’agit pas de l’Antiquité japonaise, mais bien du lien entre l’Antiquité occidentale, grecque plus particulièrement, et la culture japonaise moderne et contemporaine. Pourtant, la lecture de l’ouvrage Le Japon Grec : culture et possession, de Michaël Lucken1, historien et philosophe professeur à l’Inalco, et paru chez Gallimard en mai dernier, révèle ce rapport comme une évidence. Dans le sillage de cette publication, deux journées d’études sont d’ailleurs consacrées à la « Présence de l’antiquité classique dans le Japon contemporain » ce mois de novembre à l’Université d’Orléans. Continuer la lecture de A propos du « Japon grec » de Michaël Lucken

  1. Michaël Lucken, Le Japon grec : culture et possession. Paris : Gallimard, 2019. 250 p. []

Recherches, collections, ressources sur l'Antiquité à la Bibliothèque nationale de France