L’antiquité chantée et dansée : la Grèce antique à l’Opéra

Ill.1 : Bélanger, projet de décor pour Alceste, 1776, BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra, ESQUISSES ANCIENNES-5 (1) sur Gallica

Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, un grand mouvement entraîne l’Europe artiste et savante vers une admiration toujours plus vive de l’Antiquité. Les causes de ce phénomène sont bien connues. Elles trouvent leur origine dans les premières fouilles entreprises en Italie qui favorisent les débuts de l’archéologie et stimulent le commerce des œuvres d’art. À son tour, le dynamisme du marché de l’art soutenu par ces découvertes provoque un engouement extraordinaire pour les antiquités grecques et romaines et conduit à la formation des collections des premiers musées publics, aussi bien en Italie qu’en Allemagne1. Décrites par les historiens d’art, ces collections suscitent de nombreuses vocations d’antiquaires, férus de vases grecs, de bas-reliefs, de statuaire, et attisent la curiosité des artistes pour lesquels le voyage en Italie s’impose désormais comme un « rite de passage professionnel2».

Ainsi, le renouveau esthétique qui touche à cette époque aussi bien les domaines de la peinture, de la sculpture, que ceux de l’architecture et des arts décoratifs, se caractérise essentiellement par un « retour à l’antique ». Le collectionneur Caylus, le sculpteur Bouchardon et le peintre Vien firent partie de ceux qui, en France, contribuèrent très activement à la diffusion des chefs-d’œuvre de l’Antiquité. Chacun à sa façon, ils eurent l’ambition de régénérer l’art contemporain, qu’ils jugeaient décadent, par l’art antique, porteur d’inspiration. Tournant le dos aux fantaisies de l’art rocaille, ils défendaient une ligne plus austère, qui trouva son plein épanouissement dans ce qu’on a appelé précisément à cette époque-là « le goût à la grecque ».

Y a-t-il eu un « goût grec » à l’Opéra aussi fort, aussi puissant, que celui que l’on observe dans le champ des beaux-arts, de la mode et des arts décoratifs ? Comment s’est-il manifesté et quels en ont été les principaux promoteurs ? De quelle manière les compositeurs, les librettistes, les chorégraphes, les dessinateurs de décors et de costume se sont-ils approprié le langage de l’Antiquité, remis au goût du jour par les travaux des érudits ? Ont-ils rencontré des résistances ? C’est à toutes ces questions que le présent billet cherchera à apporter quelques éléments de réponse.

Continuer la lecture de L’antiquité chantée et dansée : la Grèce antique à l’Opéra

  1. Pomian, 2020. Decultot, 2006, 18-19. []
  2. Bertrand, 2008, 72. []

Conférence Mercredi 1er février 2023 18 h 30 On ne naît pas Gaulois, on le devient : les données de l’archéologie

Mercredi 1er février à 18 h 30, BnF-site François-Mitterrand (Petit Auditorium), conférence “On ne naît pas Gaulois, on le devient : les données de l’archéologie” par Dominique Garcia, Professeur des Universités, Président de l’Inrap.

En 2023, la BnF consacre son cycle annuel de conférences « De la fouille à l’écriture de l’histoire » à l’archéologie de la France, en écho aux 20 ans de la loi du 17 janvier 2001 relative à l’archéologie préventive et aux 20 ans de la création de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap).

Continuer la lecture de Conférence Mercredi 1er février 2023 18 h 30 On ne naît pas Gaulois, on le devient : les données de l’archéologie

Cours public : L’archéologie à la BnF, une histoire ancienne, 30 janvier 2023 à 12h30

Le 30 janvier 2023 à 12h30, Mathilde Avisseau-Broustet parlera  de l’archéologie à la BnF, une histoire ancienne.

Les premières collections d’objets archéologiques sont acquises au début du 18e siècle. Peu à peu le Cabinet du roi devient le centre de l’étude de l’archéologie, discipline toute nouvelle. Documents d’archives, dessins, manuscrits et publications, comme les ouvrages de Montfaucon ou du comte de Caylus éclairent l’histoire de ces collections anciennes, entrées avant les premiers inventaires.

Lundi 30 janvier 2023 de 12h30 à 14h00
BnF Site Richelieu – Salle des Conférences

Entrée gratuite, réservation conseillée

Le cours sera également diffusé en direct sur Youtube.

Sait-on que c’est à la BnF que l’archéologie a pour la première fois été enseignée en France ? Avec la réouverture de son site historique, la BnF fait renaître sous la forme d’un cycle de conférences le cours d’archéologie institué en 1796 par A.-L. Millin. Assurées par les chargés de collections, ces séances seront l’occasion d’une rencontre privilégiée avec les collections.

Retrouvez toutes les informations pratiques dans l’agenda de la BnF.

Citer ce billet : Antiquité BnF, "Cours public : L’archéologie à la BnF, une histoire ancienne, 30 janvier 2023 à 12h30", in L’Antiquité à la BnF, 25/01/2023, https://antiquitebnf.hypotheses.org/18720, [consulté le 01/02/2023].

Cours public : La monnaie grecque en 20 objets, 24 janvier 2023 à 12h30

Le 24 janvier 2023 à 12h30, Julien Olivier proposera pour la première séance du cycle de cours publics dédié à l’histoire de la monnaie une conférence consacrée à la monnaie grecque.

L’ambition de ce cycle de cours est d’introduire à travers les collections de la BnF les principaux champs de l’étude des monnaies et des médailles en se fondant sur une sélection de 20 objets emblématiques qui seront présentés durant la séance.

Mardi 24 janvier 2023 de 12h30 à 14h00
BnF Site Richelieu – Salle des Conférences

Entrée gratuite, réservation conseillée

Le cours sera également diffusé en direct sur Youtube.

Tétradrachme d’argent, Alexandre III le Grand, Amphipolis (Macédoine), vers 333-326 av. J.-C. (BnF, Luynes 1631)

Continuer la lecture de Cours public : La monnaie grecque en 20 objets, 24 janvier 2023 à 12h30

Conférence Mercredi 11 janvier 2023 18 h 30 : 300 000 ans de Néandertal en France

Mercredi 11 janvier à 18 h 30, BnF-site François-Mitterrand (Petit Auditorium), conférence « 300 000 ans de Néandertal en France » par Pascal Depaepe, Préhistorien, Directeur régional Hauts-de-France de l’Inrap.

En 2023, la BnF consacre son cycle annuel de conférences « De la fouille à l’écriture de l’histoire » à l’archéologie de la France, en écho aux 20 ans de la loi du 17 janvier 2001 relative à l’archéologie préventive et aux 20 ans de la création de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap).

Continuer la lecture de Conférence Mercredi 11 janvier 2023 18 h 30 : 300 000 ans de Néandertal en France

Pourquoi fête-t-on Noël le 25 décembre ? Ce qu’en disent Constantin et Sol

Multiple de 8 solidi de Ticinum, 313 ap. J.-C. (BnF, MMA, Beistegui 233)

L’un des fleurons de la collection Carlos de Beistegui (n° 233) pour la période de l’Empire romain est un multiple d’or, unique en son genre, frappé à l’atelier de Ticinum (auj. Pavie en Lombardie) en 313 ap. J.-.C. Ce magnifique vestige des distributions impériales fut produit à l’occasion de « l’entrevue de Milan » entre Constantin Ier, souverain de l’Occident romain après sa victoire sur Maxence le 28 octobre 312 à la bataille du Pont Milvius, et Licinius Ier, maître des provinces d’Orient.

Continuer la lecture de Pourquoi fête-t-on Noël le 25 décembre ? Ce qu’en disent Constantin et Sol