Une statuette romaine satirique

Archive : image du mois de septembre 2022

Statuette en bronze. BnF, MMA, bronze.984 © BnF

Cette petite statuette en bronze (hauteur : 4,6 cm) figurant un homme à tête de souris ou de rat, a été trouvée à Rome dans les années 1750. Le personnage est vêtu d’une toge à l’umbo épais qu’il maintient de la main droite et tient un volumen dans la main gauche. Les larges plis du sinus sous son bras droit sont caractéristiques de la toge portée par l’élite romaine. Ces détails synonymes de prestige et de hautes fonctions sont toutefois contrebalancés par la tête animale qui place cet objet dans le registre de la satire.

L’œuvre est décrite dans le tome 3 du Recueil d’antiquités égyptiennes, étrusques, grecques, romaines et gauloises (1759) du Comte de Caylus dans lequel le savant et collectionneur avait identifié la tête comme  celle d’un ours :


Elle fait partie d’une série de statuettes de sa collection qu’il a donnée au Cabinet du roi : certaines arborent un masque, une autre figure un ivrogne et correspondent à des acteurs de la comédie romaine dont celle-ci pourrait être rapprochée.

D’autres exemples de statuettes proches conservées au Département des Monnaies, médailles et antiques peuvent être signalées : à tête de rat, de singe  ou encore un homme avec un masque.
Ce type de personnage apparaît également dans la statuaire en terre cuite comme ces acteurs déclamant avec un masque.

Toutefois, une étude récente pencherait pour la représentation d’un orateur ou un sénateur romain, ainsi que l’avait conclu Caylus : la caricature antique puise fréquemment dans le monde animal pour railler l’élite et les sages de son temps. La satire animale vise alors à dénoncer la vanité et le ridicule des hommes politiques, dans une approche plus générale que la caricature qui est, elle, à visée personnelle.

Pour en savoir plus

A. Gangloff « Caricature et pamphlet politique à Rome : autour de l’Apocoloquintose », dans A. Gangloff , V. Huet, Chr. Vendries, La notion de caricature dans l’Antiquité : textes et images, Rennes, 2021, p. 206, pl. VIII, fig. 15.

Th. Marion du Mersan. Histoire du Cabinet des Médailles, antiques et pierres gravées. Paris : 1838, p. 60, n°95.

J.-B. Muret. Monuments antiques dessinés par J.-B. Muret, tome IV. entre 1830 et 1866, pl. 79.7 (voir aussi dans le projet Digital Muret)

A. Chabouillet. Catalogue général et raisonné des camées et pierres gravées de la Bibliothèque impériale. Paris : 1858, n°3093.

Citer ce billet : Hélène Virenque, "Une statuette romaine satirique", in L’Antiquité à la BnF, 30/09/2022, https://antiquitebnf.hypotheses.org/16679, [consulté le 04/10/2022].

« Le trésor du siècle » : monnaies et bijoux en or de Beaurains à la BnF

Le 21 septembre 1922, il y a un tout juste un siècle, un ouvrier travaillant sur le site d’une briqueterie dans le bourg de Beaurains près d’Arras (Pas-de-Calais) brisait de sa pioche une céramique. Il venait sans le savoir de faire une découverte sensationnelle constituée de plusieurs centaines de monnaies d’or et d’argent, de bijoux et de pièces d’argenterie d’époque romaine. A l’occasion du centenaire de la découverte, nous revenons sur l’histoire de ce trésor exceptionnel, dont plusieurs pièces majeures ont rejoint les collections de la BnF au fil des années.

Continuer la lecture de « Le trésor du siècle » : monnaies et bijoux en or de Beaurains à la BnF

L’or des rois de Bactriane : un programme d’analyse de la composition métallique des monnaies de la BnF

Le département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France (BnF) conserve une collection de plus de 1000 monnaies frappées par les rois hellénistiques de Bactriane, descendants des Grecs installés à la suite des conquêtes d’Alexandre le Grand en Asie centrale1. Après une brève période de domination des Séleucides (fin du IVe-milieu du IIIe siècle), la région s’érige en royaume indépendant sous l’impulsion de souverains qui frappèrent durant un peu plus d’un siècle des monnaies de bronze, d’argent et d’or selon les canons alors en vigueur dans le reste du monde grec.
Parmi ces pièces figure à la BnF une série d’or forte de 22 monnaies : 8 pour les rois séleucides (Antiochos Ier Sôter et Antiochos II Théos), 10 pour ceux de Bactriane (Diodote, Euthydème Ier, Eucratides Ier) et 4 monnaies considérées comme des faux modernes. L’obtention d’un financement auprès du British Institute of Persian Studies a permis de mener sur ces objets un programme d’analyses élémentaires en partenariat avec le laboratoire IRAMAT-CEB (UMR 7065, CNRS-Université d’Orléans) afin de déterminer la composition de l’or monnayé dans l’Extrême-Orient grec.
Ce programme, porté par Simon Glenn de l’Ashmolean Museum , a été réalisé en collaboration avec Julien Olivier de la BnF et Maryse Blet-Lemarquand du CNRS.

Continuer la lecture de L’or des rois de Bactriane : un programme d’analyse de la composition métallique des monnaies de la BnF

  1. Région antique aujourd’hui partagée principalement entre l’Afghanistan, le Tadjikistan et le Pakistan []

L’Agenda de l’Antiquité 2022-2023

En cette rentrée 2022, nous vous proposons des ressources en ligne ainsi qu’une sélection de conférences et d’expositions en cours ou à venir, en France et à l’étranger. L’Antiquité sera mise à l’honneur en particulier à travers la réouverture en septembre de la BnF-Richelieu à Paris et de son musée, tandis que le bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes par Jean-François Champollion se poursuit avec de nombreux événements prévus jusqu’à début 2023.

Bonne lecture et bonnes découvertes !

Continuer la lecture de L’Agenda de l’Antiquité 2022-2023

Moïse et Aaron devant Pharaon, une miniature du manuscrit BnF Syriaque 341

Archive: Image du mois d’août 2022
Moïse et Aaron devant Pharaon,  Exode, Ancien Testament, Bible syriaque, Iraq, 6e – 7e siècle, parchemin et papier, BnF, Manuscrits, Syriaque 341, f. 8r

Illustrant un passage de l’Exode (Exode V, 1-5), la miniature montre Moïse et Aaron devant Pharaon et trois gardes. Le roi d’Égypte porte une tunique courte blanche et or recouverte du manteau à l’origine de pourpre. Furieux à l’écoute de l’annonce faite par Moïse, il s’apprête à se lever de son trône garni de coussins et orné de pierreries, brandissant son sceptre. Moïse en effet vient de lui transmettre les ordres de Dieu enjoignant le peuple d’Israël de se rendre dans le désert à trois jours de marche pour procéder à des sacrifices et célébrer une fête. Il se heurte au refus du monarque qui redouble les corvées en représailles. Derrière Moïse, Aaron est représenté tenant un bâton annonciateur la seconde confrontation avec Pharaon (Exode VII, 8-13). Dans cet épisode, souvent représenté dans les bibles comme dans les corans illustrés, Aaron jette son bâton à terre qui se transforme en serpent. Les magiciens d’Égypte sont convoqués et font de même mais le serpent d’Aaron engloutit tous les autres. Ce même bâton sert à accomplir divers prodiges, dont le déclenchement des sept plaies d’Égypte. Le passage du bâton magique et des magiciens à la cour du pharaon a souvent été compté au nombre des héritages de la littérature égyptienne antique dans la Bible.

Continuer la lecture de Moïse et Aaron devant Pharaon, une miniature du manuscrit BnF Syriaque 341