« Les édifices antiques de la Sicile » : un manuscrit inédit de Léon Dufourny

« D’après mon expérience si j’avais à diriger les études d’un jeune architecte, je le ferais commencer par les monuments de Sicile avant ceux de Rome »1.

Léon Dufourny, qui écrit ces lignes à plus de cinquante ans, énonce-t-il des regrets sur son propre parcours ? C’est en effet par Rome, comme beaucoup d’artistes français de sa génération, que l’architecte commence son « Grand tour ».

Continuer la lecture de « Les édifices antiques de la Sicile » : un manuscrit inédit de Léon Dufourny

  1. Note marginale de Léon Dufourny dans son manuscrit, « Les édifices antiques de la Sicile, mesurés, dessinés et décrits avec la plus scrupuleuse exactitude par M. L. D., s. d., Paris, BnF, Est., Réserve Ub-236 (1)-4, folio 28, P. 123253 []

Conférence mercredi 15 juin 18 h 30 : L’écriture des plus anciens manuscrits de la Bible à la lumière des nouvelles technologies

Mercredi 15 juin à 18 h 30 se tiendra la conférence : L’écriture des plus anciens manuscrits de la Bible à la lumière des nouvelles technologies par Michael Langlois, maître de conférences HDR à l’université de Strasbourg.

En 2022, le cycle de conférences « De la fouille à l’écriture de l’histoire » s’intéresse à l’archéologie des écritures anciennes. Six conférences au cours desquelles archéologues, historiens, épigraphistes présentent leurs recherches en cours, revenant sur l’histoire des déchiffrements et racontant l’histoire et l’évolution de ces écritures et ce qu’elles peuvent dire sur les sociétés qui les ont inventées et utilisées.  

Continuer la lecture de Conférence mercredi 15 juin 18 h 30 : L’écriture des plus anciens manuscrits de la Bible à la lumière des nouvelles technologies

Un portrait de Jean-François Champollion

Archive: Image du mois de mai 2022
Reproduction du portrait de Jean-François Champollion par Victorine Genève-Rumilly, après 1822. Dans H. Hartleben, Champollion, Sein Leben und sein Werk, 1906. © BnF/Gallica.

À l’occasion du bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes, les quelques portraits de Jean-François Champollion sont de nouveau mis en avant grâce à des expositions ou de nouvelles publications.

Peu de portraits de l’égyptologue faits de son vivant sont connus mais parmi eux se distingue le tableau attribué à Victorine Genève-Rumilly et exposé au Musée Champollion de Vif, près de Grenoble.

Victorine (ou Victoire selon son acte de décès) Angélique Émilie Genève-Rumilly est une portraitiste née à Grenoble en 1789 et décédée à Paris en 1849. Élève du peintre néo-classique Jean-Baptiste Regnault, elle a participé à plusieurs salons. Elle est connue notamment pour ses portraits des frères Champollion, faits sans doute lors de l’un de leurs séjours dans leur maison familiale à Vif. Un portrait de l’aîné, Jacques-Joseph Champollion-Figeac, lui signé par Rumilly et également  exposé au musée, semble avoir été peint au même moment que celui de son cadet.

Reproduction du portrait de Jacques-Joseph Champollion par Victorine Genève-Rumilly, après 1822 (?). Dans H. Hartleben, Champollion, Sein Leben und sein Werk, 1906. © BnF/Gallica.

Le portrait de Jean-François Champollion que Hermine Hartleben (1846-1919) fait reproduire au frontispice de sa monumentale biographie publiée en 1906 était conservé à l’époque dans la famille à Vif. La biographe explique dans des lettres adressées à Gaston Maspero et conservées à l’Institut de France, comment elle est parvenue à le faire transporter et photographier à Grenoble avec l’aide du bibliothécaire Edmond Magnien.

Sur ce tableau, Jean-François Champollion semble comme surpris dans son travail par l’artiste. Il tient dans sa main une feuille qui correspond à la planche IV de sa Lettre à M. Dacier (1822) intitulée « Tableau des signes phonétiques » dans lequel il présente pour la première fois sa proposition de lecture des phonogrammes existants dans l’écriture hiéroglyphique (colonne de droite), mis en parallèle avec l’alphabet grec et les signes démotiques.

J.-Fr. Champollion, Lettre à M. Dacier, 1822, pl. IV © BnF/Gallica

Détail amusant, Rumilly a choisi de monter la planche en cours de rédaction, donc inachevée. Le savant est ici saisi dans l’intimité de son cabinet  de travail, comme l’indique la bibliothèque en arrière-plan où on reconnait aussi sur une étagère une statue égyptienne.

Pour en savoir plus

Citer ce billet : Hélène Virenque, "Un portrait de Jean-François Champollion", in L’Antiquité à la BnF, 01/06/2022, https://antiquitebnf.hypotheses.org/15560, [consulté le 06/07/2022].

Quand les monnaies gauloises deviennent bavardes !

L’année 2022 est largement consacrée, au sein des manifestations de la BnF, à l’archéologie des écritures anciennes, l’aspect le plus spectaculaire de ce programme étant naturellement l’importante exposition L’Aventure Champollion, consacrée à l’œuvre de Jean-François Champollion sur le site François-Mitterrand jusqu’au 24 juillet. Il n’est donc pas inutile de rappeler que des documents bien plus modestes que les temples, statues et stèles ou papyrus égyptiens, telles de simples monnaies peuvent constituer de précieux supports pour des inscriptions, en particulier concernant des civilisations qui n’ont que peu ou pas laissé de textes. C’est le cas des Celtes continentaux de l’Antiquité, leur usage quasi-intégral de matériaux périssables (bois, écorces, peaux…) ainsi que le refus de leur classe sacerdotale de confier à l’écrit les doctrines religieuses et les spéculations philosophiques, privent la recherche moderne de sources de première main.

Continuer la lecture de Quand les monnaies gauloises deviennent bavardes !