La drachme cisalpine à légende Segedū

Archive : image du mois de décembre 2021

Drachme des Celtes transalpins à légende SEGEDU (MMA, BN 2177)

Les monnaies celtiques d’Italie du Nord constituent un témoignage unique sur une civilisation qui a ensuite été absorbée par l’expansion romaine : c’est le cas pour celles des Lepontii, comme cette drachme à légende Segedū.

La BnF a joué, au fil des siècles, un rôle important dans le déchiffrement et la connaissance des écritures anciennes1. Elle conserve dans ses collections des objets – dont de nombreuses monnaies –, inscrits au moyen d’alphabets, de syllabaires, voire d’idéogrammes et pictogrammes divers, le plus souvent inconnus du grand public. C’est le cas de la pièce d’argent illustrée ici, provenant d’Italie du Nord, qui porte à son revers une légende dite lépontique. On nomme ainsi une écriture dérivée de l’alphabet étrusque, lequel fut emprunté à partir de la première moitié du VIe siècle av. J.-C. par des peuples celtiques. Son nom est liée au fait que la majorité de ces inscriptions ont été découvertes dans une zone d’une centaine de kilomètres autour de la ville de Lugano, aujourd’hui en Suisse (d’où l’appellation ancienne d’« alphabet de Lugano » donnée à ce système d’écriture), sur le territoire de l’antique peuple des Lepontii (Lépontiens).

Continuer la lecture de La drachme cisalpine à légende Segedū

  1. Voir par exemple les travaux de l’abbé Barthélemy, au XVIIIe siècle. []

Archéologie des écritures anciennes : cycle de conférences

En 2022, en écho à l’exposition L’aventure Champollion. Dans le secret des hiéroglyphes à la BnF du 12 avril au 24 juillet, le cycle de conférences “De la fouille à l’écriture de l’histoire” s’intéressera à l’archéologie des écritures anciennes.

Au fil de six conférences, le cycle abordera les multiples vies de l’écriture syriaque, la pratique de l’écrit chez les Gaulois, le cas particulier du déchiffrement de l’écriture étrusque, l’écriture et les bibliothèques en Mésopotamie, la filiation entre le nabatéen et l’arabe, l’apport des nouvelles technologies à l’interprétation des plus anciens manuscrits de la Bible.

Les archéologues, historiens, épigraphistes Françoise Briquel Chatonnet, Coline Ruiz Darasse, Gilles van Heems, Philippe Clancier, Laïla Nehmé et Michael Langlois présenteront leurs recherches en cours, revenant sur l’histoire des déchiffrements et racontant l’histoire et l’évolution de ces écritures et ce qu’elles peuvent dire des sociétés qui les ont inventées et utilisées.

Ce cycle commencera le mercredi 12 janvier 2022 à 18 h 30 dans le Petit Auditorium avec la conférence de Françoise Briquel Chatonnet, De la Méditerranée à la Chine et à l’Inde, les multiples vies de l’écriture syriaque.

Les séances suivantes seront :

Pour en savoir plus, retrouvez le programme complet sur le site de la BnF.

Ce cycle de conférences est l’occasion de rappeler le rôle important qu’a joué le Cabinet des médailles (aujourd’hui département des Monnaies, Médailles et Antiques de la BnF) dans l’histoire des déchiffrements. On peut notamment évoquer l’œuvre de deux de ses directeurs, celle de  l’abbé Barthélemy et celle d’Aubin-Louis Millin.

L’illustration en tête du billet représente le Caillou Michaux, début du XIe siècle av. J.-C., BnF – département des Monnaies, médailles et antiques.

Vous pouvez (ré)écouter les 6 conférences en ligne :

Citer ce billet : Pauline Darleguy, "Archéologie des écritures anciennes : cycle de conférences", in L’Antiquité à la BnF, 14/12/2021, https://antiquitebnf.hypotheses.org/14023, [consulté le 05/12/2022].

L’aqueduc de Fréjus

Archive : Image du mois de novembre 2021

André Salles. Provence. Environs de Fréjus. Acqueduc romain du Reyran [arches d’Esquine ou de Bonhomme]. BnF, Société de Géographie – département des cartes et plans, SG XXBA-2279
Comme de nombreuses villes de l’Empire romain, Forum Iulii (aujourd’hui Fréjus), fondée ex nihilo par César entre 49 et 44 av. J.-C. avant de devenir colonie romaine à partir d’Auguste, était alimentée en eau par un aqueduc dont une partie est représentée sur cette photographie sur plaque de verre prise par André Salles le 15 juin 1890.

Continuer la lecture de L’aqueduc de Fréjus