Septime Sévère ordonnant la décapitation du corps de Clodius Albinus (Giovanni Bernardi (att.), vers 1535)

Émile Molinier, conservateur au musée du Louvre, publie en 1886 un catalogue fondateur pour l’étude des plaquettes1. Ces bas-reliefs en bronze de petite taille, produits essentiellement pendant la Renaissance, se distinguent des médailles, à visée commémorative, par leur dimension narrative. Elles prennent généralement pour thèmes des récits bibliques ou mythologiques, ainsi que des épisodes de l’histoire antique ; elles sont souvent issues du moulage d’œuvres d’orfèvrerie, ont des usages variés (ricordi, baisers de paix, éléments décoratifs intégrés dans des petits objets, agrafes de vêtements, enseignes…) et constituent fréquemment des multiples.

Au sein du corpus établi par Molinier se trouve une plaquette représentant Septime Sévère ordonnant la décapitation du corps de Clodius Albinus, dont il repère un exemplaire au musée de Berlin2 et dont il remarque qu’elle correspond à  l’empreinte d’une intaille3, conservée au Cabinet des Médailles4. Il attribue alors l’intaille et la plaquette à Galeazzo Mondella. Cet artiste, élogieusement cité par Vasari5, était ainsi associé pour la première fois à des œuvres apparemment signées : en effet, sur le billot où le bourreau s’apprête à décapiter Clodius Albinus, apparaissent les lettres « STGM ». Le conservateur prend cependant soin de noter la faiblesse évidente de cette attribution : l’interprétation ne repose que sur  les deux dernières lettres du monogramme, sans apporter de lumière sur le début de l’inscription. L’acquisition en 2021 par le Département des Monnaies, médailles et antiques d’un exemplaire de cette plaquette6 vient heureusement offrir un pendant à l’intaille dans les collections de la Bibliothèque nationale de France. Elle constitue l’occasion de revenir sur la scène représentée, de proposer une explication pour les lettres STGM et de discuter son attribution.

Figure 1 et 2 : L’intaille (en haut) et la plaquette (en bas) de Septime Sévère ordonnant la décapitation du cadavre d’Albinus, Paris, BnF, n° d’inventaire 58.2452 et 2021.2

Continuer la lecture de Septime Sévère ordonnant la décapitation du corps de Clodius Albinus (Giovanni Bernardi (att.), vers 1535)

  1. Émile Molinier, Les plaquettes, catalogue raisonné, Paris, Librairie de l’art, 1886. La plaquette dont il est question ici est publiée dans le deuxième volume, p. 15, n° 346. L’INHA met à disposition une version en ligne du catalogue. []
  2. Wilhelm Bode, Beschreibung der Bildwerke der christlichen Epoche, Berlin, W. Spemann, 1888, p. 218, n° 954. []
  3. Selon une pratique courante, des empreintes métalliques ont été prises de l’intaille : il est ainsi possible de dénombrer une ou deux plaquettes en plomb (Londres, British Museum et à l’Accademia Carrara de Bergame), ainsi que trois autres en bronze (Berlin, Staatliche Museen zu Berlin, Florence, museo Horne et Paris, musée du Louvre). Les modalités et les finalités de ces reproductions restent l’objet de recherches : s’agit-il de ricordi, de modèle d’ateliers, de reproductions exécutées par des marchands ou par des ateliers dans une perspective de diffusion ? Voir Luchs Alison (dir.), Italian Plaquettes, National Gallery of Art, Washington, 1989 et Leino Marika, Fashion, Devotion and Contemplation: The Status and Functions of the Italian Renaissance Plaquettes, Peter Lang, Oxford, 2012. []
  4. Entrée dans la collection en 1846, n° d’inventaire 58.2452 et reg.A.410. []
  5. « Galeazzo Mondella, il quale, oltre all’intagliar le gioie, disegnò benissimo », soit « Galeazzo Mondella, qui, en plus de tailler des bijoux, dessinait très bien » in Giorgio Vasari, Delle Vite de’ più eccellenti pittori, scultori et architetti, édition de 1568, III, p. 288. []
  6. Exemplaire provenant de la collection Larminet-Davioud, mise en vente le 27 janvier 2021 à Paris par Pierre Bergé et Associés. []

Journées européennes de l’archéologie – 18, 19 et 20 juin 2021

Les 18, 19 et 20 juin 2021, se tiennent les Journées européennes de l’archéologie, organisées en France par le Ministère de la Culture et l’INRAP : 3 jours en Europe et près de chez vous durant lesquels l’archéologie est mise à l’honneur.

En France, plus d’un millier de manifestations sont proposées : conférences, expositions, projections, ateliers pratiques ou de démonstration très divers (tels que l’initiation à la fouille archéologique, la réalisation d’une mosaïque, la découverte de la prospection géophysique, la présentation du creusement d’une pirogue du néolithique …), visites de sites archéologiques, de chantiers de fouilles en cours exceptionnellement ouverts au public mais aussi des dégustations avec un repas romain en plein air inspiré par la cuisine romaine antique à Reillane ou un repas gallo-romain du côté de La Bâtie-Montsaléon!

Continuer la lecture de Journées européennes de l’archéologie – 18, 19 et 20 juin 2021

conférence mercredi 16 juin 18 h 30 : Les ports perdus des étrusques

16 juin à 18 h 30 : conférence : Les ports perdus des Étrusques par Jean-Philippe Goiran, Laboratoire Archéorient – Maison de l’Orient et la Méditerranée (Lyon).

Découvrez comment l’Histoire s’élabore au fil des fouilles, de l’étude des objets ou des textes à travers la rencontre avec ceux qui l’enrichissent chaque jour par leurs recherches. Ce nouveau rendez-vous est consacré à l’actualité de la recherche autour de l’archéologie des ports.

Philippe Cluverio (cartographe), Henri Le Roy (graveur), carte imprimée : Etruriae antiquae descriptio, 1624. BnF, département Cartes et plans, GE BB-246 (XII, 84)

Continuer la lecture de conférence mercredi 16 juin 18 h 30 : Les ports perdus des étrusques

#RetourAuMusée – La BnF hors les Murs #3: Ulysse, voyage dans une Méditerranée de légendes

Le héros de l’Odyssée fait l’objet d’une exposition à Draguignan, ouverte jusqu’au 22 août et à laquelle la BnF contribue avec le prêt d’une dizaine de pièces telles que des bronzes, des intailles ou encore des estampes. 

Statuette d’Ulysse, bronze, BnF, MMA, bronze.809

Figure mythique du voyageur qui rencontre de multiples obstacles pour retrouver sa patrie Ithaque, le rusé Ulysse (Odysseus en grec) apparaît sur de nombreux vases et autres objets illustrant ses péripéties en Mer Méditerranée suite à la chute de Troie.  Continuer la lecture de #RetourAuMusée – La BnF hors les Murs #3: Ulysse, voyage dans une Méditerranée de légendes

Archive. Image du mois de juin 2021 : Retour au port, « Isis à la voile » à Alexandrie

Revers d’une drachme de bronze d’Alexandrie (Égypte) frappée en l’an 18 du règne d’Hadrien (133/4 ap. J.-C.). 23,08 g ; 34 mm ; 1 h (BnF, MMA, 1967.1671)1.

Le revers de cette grande monnaie de bronze montre Isis debout à droite, vêtue d’un himation et d’un chiton et tenant des mains et du pied gauche une voile gonflée par le vent. La déesse se tient sur une ligne de sol qui figure le pont d’un navire. Le caractère marin de la scène est encore renforcé par la présence du phare d’Alexandrie, au sommet duquel on devine la statue de Zeus Sôter, et en-dessous deux tritons soufflant dans des conques.

Outre la popularité du culte d’Isis au-delà de l’Égypte durant l’époque romaine, les représentations « d’Isis à la voile » eurent un certain succès, surtout à l’époque des Antonins (IIe siècle ap. J.-C.), sur des supports aussi divers que des monnaies bien entendu, mais aussi des intailles, des sceaux, des lampes, des reliefs et peut-être des statues2. Bien que les premières représentations « d’Isis à la voile » proviennent sans doute plutôt de Byblos (Phénicie) ou de Naukratis (Égypte), la présence du phare sur cette monnaie d’Alexandrie renvoie indubitablement au port de la capitale d’Égypte, dont il constitue à la fois le symbole et la merveille3. Isis apparaît d’ailleurs très tôt sur de nombreuses monnaies égyptiennes. Dès l’époque ptolémaïque, elle est d’abord associée à Sarapis sur des tétradrachmes de Ptolémée IV (222-204 av. J.-C.) puis représentée seule sur de très nombreuses émissions de bronze aux IIe et Ier siècles av. J.-C.

Bronze ptolémaïque d’Alexandrie, vers 150-115 av. J.-C. 17,38 g ; 29 mm ; 12 h (BnF, MMA, Maspero 90)4.

C’est probablement également à cette époque que l’antique déesse égyptienne est pleinement associée à l’élément marin, dans le sillage du culte d’Arsinoé II comme Aphrodite Euploia (« bonne navigation »)5. Cet aspect des compétences prêtées à Isis apparaît bien dans l’arétologie de Kymé6, où lui sont attribués l’invention des activités maritimes, la souveraineté sur les vents et la mer, et le pouvoir de déclencher les tempêtes et de rendre impraticable la navigation7. Dans le cas Alexandrin, « Isis à la voile » peut aussi avoir été investie d’une fonction frumentaire à travers la protection des convois maritimes transportant le blé égyptien jusqu’en Italie où il était distribué aux Romains dans le cadre de l’annone8.

Julien OLIVIER

Le cycle de conférences 2021 « De la fouille à l’écriture de l’Histoire» de la Bibliothèque nationale de France s’intéresse à l’archéologie des ports. Un événement à suivre en ligne en streaming dès le 10 mars. Voir le programme et la bibliographie sur ce carnet.

Citer ce billet : Julien Olivier, "Archive. Image du mois de juin 2021 : Retour au port, « Isis à la voile » à Alexandrie", in L’Antiquité à la BnF, 01/06/2021, https://antiquitebnf.hypotheses.org/13070, [consulté le 21/09/2021].

  1. RPC III, n° 5895. []
  2. L. Bricault, Isis, Dame des flots, Liège, 2006, p. 43. []
  3. Bricault, op. cit., p. 46. []
  4. O. Picard et Th. Faucher 2012, « Les monnaies lagides », dans O. Picard et alii, Les monnaies de fouilles du Centre d’Études Alexandrines. Les monnayages de bronze à Alexandrie de la conquête d’Alexandre à l’Égypte moderne, Alexandrie, 2012, série 7b. []
  5. On lira à ce sujet la partie 1 de la récente thèse de doctorat de Carlos Francis Robinson, ΑΡΣΙΝΟΗ ΕΥΠΛΟΙΑ. Queen Arsinoë II, the Maritime Aphrodite and Early Ptolemaic Ruler Cult (University of Queensland, 2019). []
  6. Ces textes, dont de nombreuses variantes sont connues au sein du monde romain, détaillent les titres et pouvoirs de la divinité en vue de l’introduction de son culte. Le modèle original a sans doute été rédigé par le clergé de Memphis au IIIsiècle av. J.-C. []
  7. Bricault, op. cit., p. 38-9. []
  8. Bricault, ibid []

Antiquités, archéologie et récit des origines dans la construction nationale italienne (XVIIIE-XIXe siècles) III

La Rome antique et le Risorgimento

Cet article est la conclusion du cycle consacré à la relecture de l’Antiquité durant le processus de construction nationale italienne dont les deux premiers articles ont respectivement abordé les sujets suivants :

Nous évoquerons ici trois aspects du mythe de la Rome antique dans la vie politique de la période pré-unitaire qui s’achève en 1870 avec la prise de Rome qui devient, alors, la capitale du nouveau royaume d’Italie :

  1. La Terza Roma et le récit national de l’italianité
  2. La République de 1849 entre droit romain et poésie patriotique
  3. Rome et le Mare nostrum

Continuer la lecture de Antiquités, archéologie et récit des origines dans la construction nationale italienne (XVIIIE-XIXe siècles) III