Deux monnaies ptolémaiques en « faïence égyptienne » à la BnF

Le 2 février 1891, l’égyptologue Gaston Maspero faisait don au Cabinet des médailles de la BnF de deux objets étranges. Rentrés sous les numéros F 6047 et F 6048, il s’agit à première vue de deux monnaies ptolémaïques identiques à celles – assez communes – connues en bronze. Le terme de « porcelaine », employé dans le registre, est inexact car il renvoie à un procédé technique attesté en Chine seulement à partir du IIIe siècle après J.-C.1. Il apparaît que ces objets sont en réalité en « faïence égyptienne », terme également impropre qualifiant de la pâte siliceuse à glaçure, matériau bien connu en Égypte, très utilisé notamment pour produire des amulettes2.

Toujours dans le registre d’acquisition, il est précisé que le premier objet fut découvert à Karnak, dans « les ruines de la ville » au nord du grand temple ; le second est dit « sans provenance exacte », mais le signalement de ce don par Adrien Blanchet dans la Revue Numismatique de 1891 nous fait savoir qu’il provient également de Haute Égypte3.

Registre des dons du Cabinet des médailles F(2), 1890-1909. BnF, MMA, Ms. 86, p. 35.

Continuer la lecture de Deux monnaies ptolémaiques en « faïence égyptienne » à la BnF

  1. Alexandre Brongniart a alerté dès 1844 sur l’impropriété de l’appellation de « porcelaine égyptienne » : Brongnart 1844, p. 505-507. []
  2. Je remercie Louise Detrez, Sophie Descamps ainsi que Violaine Jeammet, qui ont bien voulu me faire part de leurs connaissances en la matière. La question du matériau sera abordée dans la section consacrée à la production de ces objets, infra : « Des sous-produits de l’artisanat égyptien ? » []
  3. Blanchet 1891, p. 233. []

Archéologie palatine et images

L’exposition d’« Alésia à Rome. L’aventure archéologique de Napoléon III », illustre l’apparition d’une nouvelle dynamique en archéologie en mettant à l’honneur les archives de fouilles. Elle montre une archéologie qui englobe, dès le milieu du XIXe siècle, un ensemble de pratiques scientifiques multiples parmi lesquelles les techniques de relevé qui occupent une place centrale dans les programmes scientifiques du Second Empire. On comprend mieux ainsi l’extrême richesse de cette période en matière de recherches archéologiques. Et pour cause, les deux décennies que couvrent le règne de Napoléon III sont marquées par un bouillonnement intellectuel en particulier en ce qui concerne les sciences de l’Antiquité ; non seulement les sites fouillés se multiplient, mais cette science qui n’en est pas encore véritablement une tend à s’institutionnaliser et à se donner des règles fondamentales fondées sur les travaux de pionniers, chacun dans leur domaine.

Continuer la lecture de Archéologie palatine et images

Conférence en ligne – Les trésors de la BnF: Des monnaies et des momies, Cléopâtre à la BnF

Du 7 au 21 décembre, les experts et les expertes de la Bibliothèque nationale de France (BnF) se relaient en direct pour présenter des pépites de nos collections. Estampe, manuscrit, ouvrage imprimé, poésie, presse : cette nouvelle saison de « La BnF dans mon salon » s’annonce festive, amusante, réconfortante, inspirante !
Rendez-vous sur notre page Facebook les lundis, mercredis et vendredi à midi pile pour découvrir des pièces de nos collections sous un angle inédit, et pour poser toutes vos questions à nos intervenants !
Rendez-vous le mercredi 16 décembre à 12h, avec Julien Olivier, chargé de la collection des monnaies grecques, pour une présentation de monnaies montrant le portrait de Cléopâtre, ainsi que pour évoquer une certaine légende voulant que la reine d’Égypte ait été enterrée dans l’enceinte de la Bibliothèque nationale.

à voir et revoir sur la page Facebook de la BnF

Drachme (argent) frappée à Alexandrie en l’an 6 du règne de Cléopâtre VII, soit 47/6 av. J.-C. (BnF, MMA, Z 2884.399).

Continuer la lecture de Conférence en ligne – Les trésors de la BnF: Des monnaies et des momies, Cléopâtre à la BnF

Conférence en ligne – Les trésors de la BnF en direct: le manuscrit de la Grammaire égyptienne de Champollion

Du 7 au 21 décembre, les experts et les expertes de la Bibliothèque nationale de France (BnF) se relaient en direct pour présenter des pépites de nos collections. Estampe, manuscrit, ouvrage imprimé, poésie, presse : cette nouvelle saison de « La BnF dans mon salon » s’annonce festive, amusante, réconfortante, inspirante !
Rendez-vous sur notre page Facebook les lundis, mercredis et vendredi à midi pile pour découvrir des pièces de nos collections sous un angle inédit, et pour poser toutes vos questions à nos intervenants !
 
Champollion : sein Leben und sein Werk. Tome 1 / von H. Hartleben, 8-LN27-52551 (1), frontispice.
Rendez-vous le mercredi 9 décembre à 12h, avec Vanessa Desclaux, chargée de la collection des manuscrits Égypte antique et Proche-Orient chrétien, pour une présentation du manuscrit de la Grammaire égyptienne de Jean-François Champollion (NAF 20320-20321).
 

à voir et revoir sur la page Facebook et la chaîne YouTube de la BnF

Continuer la lecture de Conférence en ligne – Les trésors de la BnF en direct: le manuscrit de la Grammaire égyptienne de Champollion

Ptolémée, Titus et quelques autres. Les souverains de l’Antiquité les plus prisés par Napoléon

Archive : image du mois de décembre 2020

État des médailles remises à M. de Rémusat destinées à être serties dans la tabatière de l’empereur, février 1809 (BnF, MMA, 7 ACM 8)

Le 13 février 1809, Auguste-Laurent de Remusat, Grand maître de la garde-robe de Napoléon, est autorisé par le ministre de l’Intérieur à prélever au Cabinet des médailles une série de monnaies antiques pour orner de nouvelles tabatières destinées à l’Empereur. Ces boîtes conçues pour contenir du tabac à priser avec les doigts étaient le support de décors peints, sculptés ou bien composés d’objets incrustés – anciens ou modernes – tels des camées ou comme ici de monnaies. Dans ce cas, Rémusat prélève au sein de la collection neuf monnaies : quatre pièces d’or romaines impériales et cinq autres en argent, d’époque hellénistique, grecques et parthes.

Tabatière ornée d’un camée du XVIe siècle, réalisée vers 1788 (BnF, MMA, Camée.512.a).

Continuer la lecture de Ptolémée, Titus et quelques autres. Les souverains de l’Antiquité les plus prisés par Napoléon