Le denier impossible

Le droit romain punit sévèrement la falsification des monnaies officielles : au plus tard à partir des années 80 av. n. è., la contrefaçon d’espèces d’or ou d’argent portant la marque de la cité se voit punie de peines allant de la déportation à la mort. Pourtant les monnaies d’argent de la République romaine sont massivement contrefaites et certains marchés urbains, en Italie comme en Espagne, ont tôt fait d’être inondés d’espèces frauduleuses1.

Les solutions mises en œuvre pour produire ces monnaies sont variées et témoignent de l’inventivité des faussaires, confrontés à des contraintes toujours renouvelées ; mais le procédé le plus communément employé consiste à appliquer par soudure une fine pellicule d’argent sur une rondelle de cuivre. Ces objets sont ensuite frappés à l’aide de coins (matrices) dont la gravure reproduit les types d’émissions officielles : on obtient ainsi des monnaies plaquées, de plus ou moins grande qualité.

En dépit du caractère sélectif des stratégies d’acquisition qui ont présidé au fil du temps à la formation des collections de la Bibliothèque nationale de France, les monnaies plaquées aux types de deniers romains républicains sont légion dans ses médailliers. Et c’est tant mieux ! Le phénomène de la fausse monnaie revêt une envergure massive à partir de la fin du IIe siècle av. n. è. et soulève de nombreuses questions qui intéressent plus largement l’histoire économique du bassin méditerranéen occidental. Or notre compréhension des techniques de production, des modes de diffusion et des usages de ces espèces irrégulières est encore balbutiante. Voici l’une de ces monnaies, qui avait retenu mon attention lorsque je consultais les plateaux de monnaies romaines républicaines de la BnF2.

Continuer la lecture de Le denier impossible

  1. Concernant l’Espagne, voir par exemple Marta Campo, « Producció i circulació de moneda falsa a la península Ibérica (s. IV. a.C.-I d.C.) », dans id. (coord.), Falsificació i manipulació de la moneda. XIV Curs d’història monetària d’Hispània, Barcelone, 2010, p. 23-39. []
  2. Pour la publication initiale et des références bibliographiques plus complètes, voir Charles Parisot-Sillon, « Modes de production des fausses monnaies romaines à l’époque républicaine. À propos des coins d’un denier fourré à la légende RVFVS·COS / Q·POM·RVFI », BSFN, 69/10, 2014, p. 304-308. []

Napoléon III, nouveau César ?

Archive : image du mois de novembre 2020

Napoléon III, nouveau César

Napoléon III assistant à une représentation des Commentaires de César au Château de Compiègne (décembre 1865)

L’exposition « D’Alésia à Rome, l’aventure archéologique de Napoléon III » a ouvert en septembre, au Musée d’archéologie nationale (MAN, Saint-Germain-en-Laye). Cette manifestation est l’occasion de suivre les pas des archéologues en France et en Italie et de mieux comprendre comment, sous le Second Empire, recherche scientifique et réaffirmation d’une identité nationale se sont mêlées.

C’est en effet une volonté politique qui a présidé à cette redécouverte de l’Antiquité : l’empereur Napoléon III est féru d’histoire ancienne depuis les années 1850 et publie deux tomes d’une Histoire de Jules César (1865-1866), une somme à placer dans la continuité du Précis des guerres de César de son oncle prestigieux, chacun cherchant dans la figure de l’homme politique et stratège romain un miroir à son propre destin. Cette publication s’inscrit dans un mouvement plus large de recherches sur les sites antiques marquants pour l’histoire de France : les travaux de la « Commission de Topographie des Gaules » ou CTG (1857), présidée par le numismate Félicien de Saulcy, donnent lieu à des fouilles  pour identifier l’emplacement d’Alésia : le site se trouve-t-il à Alaise comme l’affirme Alphonse Delacroix ou à Alise comme le soutient la CTG ? Rapports de fouilles, mémoires et cartes sont autant de publications qui alimentent ces débats. Plusieurs catalogues de trouvailles sont également édités, notamment sur les monnaies gauloises. En 1862, la création d’un Musée gallo-romain (aujourd’hui le MAN) illustre le souhait de l’empereur de présenter ces découvertes de manière didactique à un plus large public.

Pour en savoir plus :