Podcast en ligne: Le site monastique copte de Baouît (Égypte) : les archives photographiques

Photographie de l’église de Baouît et sa vue 3D extraites de La modélisation de l’église copte de Baouit (Égypte): exemple d’une démarche commune entre archéologues et architectes⟨hal-01772645⟩ et photographie des fouilles 1901-1902 ©Musée du Louvre, archives du département des antiquités égyptiennes

Le podcast de la conférence du 5 février 2020 sur Le site monastique copte de Baouît : apport des archives photographiques à la muséographie et à l’archéologie donnée par Dominique Bénazeth, conservateur du patrimoine et Cédric Meurice, ingénieur d’étude, du Département des Antiquités Egyptiennes du Musée du Louvre est disponible en ligne:

Continuer la lecture de Podcast en ligne: Le site monastique copte de Baouît (Égypte) : les archives photographiques

L’antique Babylone à l’Opéra : les projets de tous les décors de Sémiramis de Catel enfin identifiés

Réunir l’iconographie d’un spectacle, de ses décors, de ses costumes, peut constituer un long processus jalonné parfois par la réapparition inopinée et progressive sur le marché de l’art de dessins, voire s’apparenter à un parcours semé de pièges quand, en particulier, certains de ces témoins portent des inscriptions d’époque fautives. Aussi est-il vital de confronter cette iconographie non seulement avec les didascalies des livrets mais aussi avec toutes les données, même lacunaires, fournies par les archives et quelquefois par la presse contemporaine de la création de l’ouvrage.

On verra ici que, contrairement aux apparences, des projets de décors annotés Mystères d’Isis, selon le titre choisi pour les représentations de La Flûte enchantée de Mozart (1756-1791) à l’Opéra de Paris en 1801, se rapportent en réalité à une autre œuvre, donnée l’année suivante dans le même théâtre. Il s’agit de Sémiramis, une tragédie lyrique en trois actes de Charles-Simon Catel (1773-1830), professeur au Conservatoire de Musique et auteur d’un Traité d’harmonie en 1801. Si Les Mystères d’Isis et Sémiramis ont en commun de traiter d’un sujet oriental – l’un se situant dans l’Égypte antique, l’autre à Babylone –, leurs décors ne sauraient être confondus. C’est cette constatation qui fournit l’un des éléments essentiels de la présente mise au point.

Sémiramis : projet de décor de l’acte II / par Charles Percier, [1802], Dpt Bibliothèque Musée de l’Opéra DES-29 sur Gallica

En avril 2019, la Bibliothèque-musée de l’Opéra (BnF) a fait l’acquisition d’un dessin de l’architecte et décorateur Charles Percier (1764-1838) montrant un décor de scène (fig. 1 ci-dessus). Continuer la lecture de L’antique Babylone à l’Opéra : les projets de tous les décors de Sémiramis de Catel enfin identifiés

Une tablette d’ecolier bilingue grec-copte

Février 2020

Tablette d’écolier bilingue grec-copte

BnF, MMA, reg.Y.19920

Cette tablette d’écolier, conservée au département des Monnaies, médailles et antiques fait partie d’un lot d’objets reçus en don par l’helléniste Paul Perdrizet (1870-1938) qui a dirigé plusieurs missions archéologiques en Grèce (1899) ainsi qu’en Syrie (1924 et 1925) tout en séjournant régulièrement en Égypte (1912, 1933 ou 1935, 1936) comme en témoignent ses archives conservées à l’Université de Lorraine.

L’objet, donné en 1933, est indiqué comme provenant du Fayoum (une oasis située au sud-ouest du Caire) et daterait du VIIe siècle. Il s’agit d’une plaquette en bois (9,5x24cm) écrite des deux côtés au pinceau et munie d’une poignée antique mais postérieure à l’utilisation de cet objet, probablement par un écolier révisant ses leçons de copte et de grec.

Une étude publiée en 1991 indique que des traces de réécriture sont en effet visibles et détaille les différentes inscriptions : le recto comprend à la fois un exercice de syllabation, un alphabet grec et 6 lettres du copte fayoumique à droite ; au verso, la suite de l’exercice de syllabation, de nouveau l’alphabet grec suivi des 6 lettres coptes. Ce type d’exercice est habituel chez les écoliers débutants, qui se familiarisent d’abord avec l’alphabet grec avant de passer aux exercices syllabiques (bilitères puis trilitères) tout en apprenant les 6 lettres spécifiques de l’écriture copte. Cette écriture associe en effet les 24 lettres grecques à 6 héritées de l’égyptien hiéroglyphique afin de se rapprocher au mieux des sons utilisés par les premiers chrétiens vivant dans la Vallée du Nil.

La BnF conserve plusieurs types de documents en copte notamment des papyrus et des manuscrits et également des fragments d’inscriptions funéraires.

Hélène Virenque

Pour en savoir plus

P. Cauderlier, « Deux tablettes parisiennes en provenance d’Égypte, pour illustrer l’apprentissage des lettres grecques », dans N. Fick, J.-Cl. Carrière (éd.), Mélanges Étienne Bernand, Paris : les Belles lettres, 1991, p. 141-154. Disponible en ligne sur Persée : https://www.persee.fr/doc/ista_0000-0000_1991_ant_444_1_2796 (consulté le 6.02.2020)

Citer ce billet : Hélène Virenque, "Une tablette d’ecolier bilingue grec-copte", in L’Antiquité à la BnF, 01/02/2020, https://antiquitebnf.hypotheses.org/10520, [consulté le 23/10/2020].