L’Antiquité en 2019-2020 : ressources en ligne et préparation aux concours

Les sites de la Bibliothèque nationale de France (BnF) seront fermés à partir du jeudi 29 août au soir et rouvriront le lundi 9 septembre.

Afin de préparer en douceur votre rentrée sous le signe de l’Antiquité, nous vous proposons un choix de ressources en ligne et une liste non exhaustive des principales expositions et conférences attendues pour l’année 2019-2020 ainsi que des bibliographies pour préparer les concours de l’enseignement.

Continuer la lecture de L’Antiquité en 2019-2020 : ressources en ligne et préparation aux concours

Scorpions, crocodiles et serpents : autour de quelques stèles égyptiennes du département des Monnaies, Médailles et Antiques

Stèle d’Horus sur les crocodiles, bois, inv. MMA 53.238

Le département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France (BnF) a conservé jusqu’à douze stèles dites “d’Horus sur les crocodiles” dont onze sont désormais visibles1, dans la base de données en ligne Médailles et Antiques. Après un premier volet Veaux, vaches, cochons… trésors : quand les animaux découvrent des monnaies du cycle estival “La Nature dans l’Antiquité” développé dans les pages de ce carnet, l’étude de ces objets particuliers, riches d’apports sur l’histoire des collections de la Bibliothèque est l’occasion de développer des aspects associés à quelques animaux dangereux en Égypte ancienne.

Continuer la lecture de Scorpions, crocodiles et serpents : autour de quelques stèles égyptiennes du département des Monnaies, Médailles et Antiques

  1. À l’occasion de ce billet, le département a mis en ligne sept stèles supplémentaires. Tous nos plus vifs remerciements à Mathilde Avisseau-Broustet, chargée de collections, antiques et objets d’art. Le corpus est en cours d’étude pour publication par Annie Gasse, directrice de recherches au CNRS, UMR 5140 – Montpellier III []

Les trésors au Cabinet des Médailles et le programme “Trouvailles Monétaires”

Au sens archéologique du terme, on parle généralement de trésor (ou dépôt) dès lors qu’un ensemble d’objets, précieux ou non, a été volontairement rassemblé avant d’être enfoui1. Le Département des Monnaies, médailles et antiques conserve de nombreux trésors, des dépôts monétaires bien sûr mais aussi de spectaculaires ensembles d’orfèvrerie. L’emblématique trésor d’argenterie de Berthouville2 figurera par exemple en bonne place dans le futur musée de la BnF, sur le site Richelieu, qui ouvrira ses portes en 2021. Outre ses missions de conservation et d’exposition, le département poursuit aussi, depuis 1978, le programme de recherche Trouvailles monétaires visant à étudier et à valoriser les découvertes monétaires effectuées sur le territoire national.

Continuer la lecture de Les trésors au Cabinet des Médailles et le programme “Trouvailles Monétaires”

  1. Selon la définition du Code civil (Art. 716), “le trésor est toute chose cachée ou enfouie sur laquelle personne ne peut justifier sa propriété, et qui est découverte par le pur effet du hasard”. Sur la notion polysémique de trésor, voir G. Aubin, “Les trésors (monétaires) antiques : le mot, les choses et les chercheurs”, in F. Baratte, M. Joly, J.-C. Béal (dir.), Autour du trésor de Mâcon. Luxe et quotidien en Gaule romaine, Mâcon, 2007, p. 49-73. []
  2. Sur ce trésor, voir le billet consacré à la statuette de Mercure tenant le caducée par Mathilde Avisseau-Broustet, publié le 1 juin 2017. []

1922 : la découverte du trésor de Toutankhamon

Archive Image du mois Gallica

Août 2019 : Le trésor de Toutânkhamon

Le masque du 3e sarcophage de Toutânkhamon lors de sa découverte, H. Carter, A.C. Mace, The tomb of Tut-Ankh-Amen…, Londres, 1923, Arsenal, 8-NF-83465

Le 4 novembre 1922, dans la région de Louxor les premières marches menant à la tombe d’un roi peu connu, nommé Toutânkhamon sont mises au jour. Cette découverte est due à l’entêtement d’un égyptologue anglais Howard Carter qui fouille dans la Vallée des Rois depuis plusieurs années, grâce au soutien financier de son mécène Lord Carnarvon.

Entassés dans 4 petites pièces, plus de 5000 objets sont extraits et soigneusement inventoriés par l’archéologue et son équipe entre 1922 et 1932 puis transportés par bateau au Musée du Caire, où ils sont toujours conservés ; parmi ceux-ci, le célèbre masque en or massif incrusté de turquoise et de lapis-lazuli, encore orné de guirlandes de fleurs lors de sa découverte.

En 1923, H. Carter publie un premier ouvrage sur le tombeau, contenant de nombreuses illustrations. L’impact médiatique de cette découverte, et de la pseudo-malédiction qui l’entoure, suscite de nombreux reportages, notamment par l’Agence Rol : plusieurs clichés des visites de la tombe par des célébrités et du transport des objets sont ainsi disponibles dans Gallica.

Sortie d’un coffre de la tombe. Agence Rol, 1923. Département Estampes et photographie, EI-13 (978)

Actuellement 150 objets provenant de la tombe sont exposés à Paris jusqu’au 22 septembre 2019 ; un événement qui fait écho à la grande exposition organisée en 1967 au Petit Palais et qui avait attiré plus d’un million de visiteurs.

Billet de blog Gallica sur la découverte de la tombe (septembre 2019)