Atalante et ses prétendants

 

Cet article propose un bref panorama de la représentation des liens amoureux dans le mythe d’Atalante, de l’Antiquité jusqu’à nos jours, à partir de deux objets conservés au Département des Monnaies, médailles et antiques (MMA) de la Bibliothèque nationale de France (BnF).1

Coupe dite de “Pélée et Atalante”, attribuée au Peintre de Jena, vers 390-370 av. J.-C. (détail)  (BnF, MMA, De Ridder.818 = Luynes.730)

Continuer la lecture de Atalante et ses prétendants

  1. Cet article est inspiré en grande partie des recherches effectuées pour mon Master 2 (2014), sous la direction de Violaine Sebillotte Cuchet, Université Paris 1, et publiées sous le titre de Farouche Atalante en 2016 []

Conférence 3 avril 18h30 Genre et archéologie : quand les sociétés anciennes ne sont pas tendres avec nos stéréotypes

Femme armée (avec une épée et des éperons ?) représentée sur le fond du chaudron de Gundestrup. Musée national du Danemark, Copenhague © 2017 Hermann Editeurs

3 avril à 18h30 : Conférence : « Genre et archéologie : quand les sociétés anciennes ne sont pas tendres avec nos stéréotypes » par Chloé Belard, docteure de l’EPHE-PSL, UMR 8546 AOrOc École normale supérieure.

Découvrez comment l’Histoire s’élabore au fil des fouilles, de l’étude des objets ou des textes à travers la rencontre avec ceux qui l’enrichissent chaque jour par leurs recherches. Ce nouveau rendez-vous est consacré à l’actualité de la recherche archéologique autour des femmes de pouvoir.

Continuer la lecture de Conférence 3 avril 18h30 Genre et archéologie : quand les sociétés anciennes ne sont pas tendres avec nos stéréotypes

Cléopâtre dort-elle sous les géraniums de la « Nationale » ? Autopsie d’une légende tenace

Jean Portail, « Cléopâtre dort-elle sous les géraniums de la « Nationale » ? », L’intransigeant, juillet 1926.

La momie de Cléopâtre fut longtemps conservée à la Bibliothèque nationale de France, plus précisément au département des Monnaies, médailles et antiques, dit Cabinet des médailles, autrefois Cabinet du roi. Découverte durant l’Expédition d’Égypte (1798-1801), Bonaparte passa une nuit avec les restes de la dernière souveraine lagide au pied des pyramides avant de transporter la dépouille à Paris, à la Bibliothèque Nationale. Rongée par l’humidité après un séjour prolongé dans les caves du Quadrilatère Richelieu où elle fut mise à l’abri lors du siège de Paris en 1870-1, les restes de la reine d’Égypte furent finalement enfouis dans le jardin côté rue Vivienne, près de la fontaine.

Le Quadrilatère Richelieu, 58 rue de Richelieu, 75002, Paris (© Photo IGN).

Légende, mythe, fakenews ou infox : quel que soit le statut qu’on lui confère, cette histoire mérite que l’on s’y attarde, autant pour en apprécier la saveur que pour déterminer dans quelle mesure elle renferme une part de vérité.

Continuer la lecture de Cléopâtre dort-elle sous les géraniums de la « Nationale » ? Autopsie d’une légende tenace

Les femmes dans “L’Antiquité à la BnF”

Pour la journée internationale des droits des femmes, le carnet L’Antiquité à la BnF revient sur deux années de publications où les femmes sont tour à tour depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, reines, déesses, autrices et actrices de la recherche !

Continuer la lecture de Les femmes dans “L’Antiquité à la BnF”

Conférence 20 mars 18h30 La dynastie des adoratrices du dieu à Karnak

L’adoratrice du dieu Ânkhnesnéferibrê face au dieu Amon-Rê. Chapelle dite d’Osiris Neb neheh. Karnak. © CNRS-CFEETK n°77933/A. Chéné

20 mars à 18h30 : Conférence: « La dynastie des adoratrices du dieu à Karnak » par M. Laurent Coulon, directeur d’études de l’EPHE-PSL, EA 4519, Président de la Société Française d’Égyptologie.

Découvrez comment l’Histoire s’élabore au fil des fouilles, de l’étude des objets ou des textes à travers la rencontre avec ceux qui l’enrichissent chaque jour par leurs recherches. Ce nouveau rendez-vous est consacré à l’actualité de la recherche archéologique autour des femmes de pouvoir.

Continuer la lecture de Conférence 20 mars 18h30 La dynastie des adoratrices du dieu à Karnak

En route pour Troie, en route pour Lens !

Archives image du mois de mars 2019

En route pour Troie, en route pour Lens !

Signé du potier Epigénès, attribué au Peintre d’Erétrie. Canthare : départ d’Achille et Patrocle (face A [illustrée] : Nestor, Antiloque, Patrocle et Thétis. Face B : Agamemnon, Achille, Kymothéa et Oukalégon). Athènes, vers 435-430 av. J.-C. Prov. Vulci (Italie). H. 12,8 cm ; L. 22 cm ; D. 14,5 cm. BnF, MMA, De Ridder.851 (Luynes.732).

Le prêt d’une trentaine de pièces de la collection du département des Monnaies, médailles et antiques dans le cadre de l’exposition que le Louvre-Lens s’apprête à consacrer à Homère est l’occasion de faire découvrir un chef-d’œuvre récemment restauré, opportunément orné d’une double scène de départ. Le raffinement de son décor, le prestige de ses inscriptions et sa bonne conservation ont valu à ce petit vase vraisemblablement exhumé à Vulci, les plus grands éloges dès sa publication, en 1846. C’est sur cette forme rare (un canthare de type D) que figure la seule signature que l’on connaisse au potier Epigénès.

Détail : inscription “ΕΠΙΓΗΝΕΣ ΕΠΟΕΣΕ” (Epigénès a fait)

Alors que le sage Nestor fait face à son fils Antiloque, qui le suivra à Troie, Thétis destine une libation à Patrocle, l’ami de son fils, armé de pied en cap ; au revers, sous le regard d’Agamemnon et en présence du jeune Oukalégon, le vaillant Achille à qui la nymphe Kymothéa offre une libation s’apprête lui aussi à prendre congé. Non seulement le Peintre d’Erétrie, comme il en est coutumier, use ici de l’écriture pour donner à sa composition une dignité épique, mais encore, souligne Nina Strawczynski, le baptême des personnages annonce, dès le rituel du départ, leur destin. Double du Péléide, Patrocle reçoit de la mère de son ami la libation du départ, à proximité immédiate de celui qui annoncera sa mort à Achille, Antiloque.

Démontage du canthare à l’occasion de sa restauration (2017)

La restauration fondamentale du vase accomplie par Claire Idrac en 2017 a rendu toute sa lisibilité à ce programme conçu par l’un des peintres athéniens les plus doués et les plus influents de la seconde moitié du Ve siècle av. J.-C.

Louise Detrez

Citer ce billet : ldetrez, "En route pour Troie, en route pour Lens !", in L’Antiquité à la BnF, 01/03/2019, https://antiquitebnf.hypotheses.org/7893, [consulté le 17/07/2019].