Antiquités, archéologie et récit des origines dans la construction nationale italienne (XVIIIe-XIXe siècles) I.

[Fouilles d’Herculanum et Pompeï] Porte d’Herculanum. Nécropole, tombes monumentales. Ancienne ville de Pompeï, dessin de Jean-Louis Desprez, gravure de Francesco Piranesi. Eau-forte, 1789, Collection de la Bibliothèque nationale de Florence.

Cycle Italie : Antiquités, archéologie et récit des origines dans la construction nationale italienne (XVIIIe-XIXe siècles) Ière partie

L’utilisation des mythes de la Rome antique a fait l’objet de nombreuses études surtout pour la période de l’entre-deux-guerres, notamment lorsque le parti fasciste chercha à conforter son pouvoir dictatorial et à justifier ses entreprises coloniales. En revanche, la valorisation des origines pré-romaines de la péninsule qui a largement émaillé la construction nationale italienne depuis  le milieu du XVIIIe siècle jusqu’à la prise de Rome, en 1870, est un sujet beaucoup moins étudié par les historiens et pratiquement méconnu du grand public.

Cet article propose quelques pistes de recherche sur cette problématique, largement pluridisciplinaire, qui en quelques décennies connaît des élaborations différentes reflétant les profonds changements politiques de la péninsule dans ses tentatives d’unité nationale. L’article se veut également un excursus dans les collections de la BnF, très riches dans ces domaines.

Continuer la lecture de Antiquités, archéologie et récit des origines dans la construction nationale italienne (XVIIIe-XIXe siècles) I.

Conférence 23 janvier 18h30 Agrippine, mère de Néron : une femme à la tête de l’empire romain

Camée, Bustes d’Agrippine l’Aînée en Cérès et Agrippine la Jeune en Aphrodite ou Héra, BnF-département des Monnaies, médailles et antiques, camée.122

23 janvier à 18h30 : Conférence: « Agrippine, mère de Néron : une femme à la tête de l’empire romain » par Mme. Virginie Girod, docteure de l’Université Paris-Sorbonne (Histoire romaine).

Découvrez comment l’Histoire s’élabore au fil des fouilles, de l’étude des objets ou des textes à travers la rencontre avec ceux qui l’enrichissent chaque jour par leurs recherches. Ce nouveau rendez-vous est consacré à l’actualité de la recherche archéologique autour des femmes de pouvoir.

Continuer la lecture de Conférence 23 janvier 18h30 Agrippine, mère de Néron : une femme à la tête de l’empire romain

Panthéon Égyptien de J.-Fr. Champollion

Archives : image du mois de Janvier 2019

Panthéon égyptien de J-Fr. Champollion

La déesse Sekhmet dans une chapelle, J.-Fr. Champollion, Panthéon Égyptien, collection des personnages mythologiques de l’ancienne Égypte, d’après les monuments, dess. Dubois, Paris, 1823-1825, BnF, département Arsenal, 4-H-7617
Cet ouvrage parut entre 1823 et 1831, sous différentes versions ; au final, seules 90 planches furent publiés sur les 200 prévues par Champollion. Cet exemplaire est daté de 1825 d’après la page de titre mais contient une note manuscrite de la main du dessinateur Léon Dubois, ajoutée après la mort du savant (1832). Les aquarelles soignées de Dubois, ami de Champollion, accompagnent les notices descriptives des divinités égyptiennes identifiées par celui qui était alors connu grâce à sa Lettre à M. Dacier synthétisant ses recherches sur le déchiffrement des hiéroglyphes.

Cette publication semble avoir été décidée rapidement par Champollion qui souhaitait proposer un bel ouvrage afin de faire taire les savants qui doutaient des résultats de ses travaux et d’attirer un plus large public. Les vignettes, coloriées par la suite par Dubois, sont choisies dans diverses publications comme des gravures de la Description de l’Égypte ou copiées sur des pièces de collections privées. Chaque représentation divine est accompagnée de sa légende en hiéroglyphe et parfois en hiératique. Champollion  propose des traductions des noms des divinités et une analyse de leur rôle respectif, se référant aussi bien aux auteurs classiques qu’à la mythologie gréco-latine. Malgré de bonnes interprétations de symboles divins ou de noms, les erreurs de traduction ne manquent pas, le savant n’ayant pas encore la pleine maîtrise du lexique et de la grammaire de cette langue qu’il commence à peine à déchiffrer.

Œuvre hétérogène dont la publication s’est étalée sur plusieurs années, ce Panthéon Égyptien est le symbole de l’intense activité intellectuelle de Champollion qui cherchait à publier rapidement pour diffuser sa recherche en train de se faire. Ses séjours ultérieurs dans la vallée du Nil lui permettront de préciser et de corriger certaines de ses interprétations et de mieux saisir la complexité de la religion égyptienne, dont le panthéon ne pouvait pas être simplement calqué sur celui des croyances grecques ou romaines.