Archéologie des femmes de pouvoir : de la fouille à l’écriture de l’histoire | The archaeology of women & power– from digging to writing history

Comment l’archéologie permet-elle d’écrire l’histoire ? En quoi les fouilles et l’étude des artefacts continuent-ils à renouveler la connaissance des historiens ? Après un cycle consacré à l’Égypte, à la Grèce ancienne puis à l’archéologie de Guerre, la Bibliothèque nationale de France aborde la question des femmes de pouvoir, à travers la présentation de recherches et de fouilles françaises en cours.

Programme

Continuer la lecture de Archéologie des femmes de pouvoir : de la fouille à l’écriture de l’histoire | The archaeology of women & power– from digging to writing history

Acquisitions novembre 2018 et e-books 2018

consulter les acquisitions (hors dépôt légal) en Antiquité, réception de l’Antiquité, Archéologie et Préhistoire à la BnF reçues en novembre 2018. Les e-books en Antiquité reçus en 2018 sont signalés dans le catalogue (+ de ressources électroniques) :

  • Aníbal de Cartago: historia y mito / [actas del Coloquio internacional Herakleion, 26 y 27 de mayo de 2009, Madrid] ; S. Remedios, F. Prados y J. Bermejo (eds.) ACQNUM-110218
  • The Birth of the Athenian Community: From Solon to Cleisthenes / Sviatoslav Dmitriev ACQNUM-111205
  • Brill’s Companion to Aineias Tacticus / Maria Pretzler ACQNUM-110568
  • Brill’s Companion to Ancient Macedon / R. Lane Fox ACQNUM-110571

Continuer la lecture de Acquisitions novembre 2018 et e-books 2018

Archéologie de la guerre: conférences en ligne

Une partie des conférences du cycle 2017-2018 “Archéologie de la guerre: de la fouille à l’écriture de l’histoire” de la Bibliothèque nationale de France, organisé à l’occasion des commémorations du centenaire de la Grande Guerre  est en ligne.

Voir ou revoir:

(cliché Inrap)
  • Gilles Prilaux, Ingénieur de recherche, directeur adjoint scientifique et technique à l’Inrap Hauts-de-France

L’archéologie de la Grande Guerre  (11 octobre 2017) Voir et écouter la conférence :Écouter la page

Les interventions archéologiques menées dans le Nord et dans l’Est de la France font souvent ressurgir les cicatrices du sol générées par les combats de la guerre 1914/1918. Ces stigmates, particulièrement nombreux, se comptent par centaines de milliers : trous d’obus, tranchées, boyaux, abris de fortune, dépotoirs, munitions de tous calibres, mais aussi restes des 700 000 combattants encore fossilisés sur le champ de bataille. Ces témoignages directs de cette boucherie sans nom se révèlent sous des formes variées ; ici les restes d’un corps enseveli et grêlés de shrapnell; là une jambe arrachée abandonnée dans un trou d’obus, jusqu’à des ensembles plus complexes qui font écho à l’état d’esprit du soldat face à l’horreur des combats. Cette conférence propose de faire un point sur l’état des lieux sur cette période à travers le regard de l’archéologie de terrain que reste-t-il aujourd’hui dans le sol et comment l’interpréter ?

Stèle peinte d’Aristodémos, fils de Kallistos (cliché RMN-Grand Palais – Musée du Louvre — Hervé Lewandowski)
  • Luc Baray, Habilité à diriger des recherches, Directeur de recherche au CNRS, membre de l’UMR 6298 ArTeHiS (Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés)

Les mercenaires celtes, entre mythes et réalités (17 janvier 2018) Voir et écouter la conférence :Écouter la page

Du Ve siècle à la fin du Ier siècle avant J.-C., de l’Afrique du Nord à la Judée en passant par la Sicile, l’Italie, la Grèce et l’Asie Mineure, des milliers de guerriers celtes ont été recrutés par les Carthaginois et les
Grecs. Guerriers étrangers, motivés par l’appât du gain et la recherche de terres où s’installer, les Celtes essaimèrent sur tous les fronts où leur savoir-faire technique et leur bravoure paraissaient indispensables. L’objet de cette conférence est de déconstruire le mythe du mercenariat celtique tel qu’il nous est donné à lire à travers les poncifs des auteurs gréco-latins, souvent repris et amplifiés par les modernes. Un retour critique aux sources antiques permet d’en présenter une autre image en cherchant notamment à toujours distinguer les statuts – mercenaire ou auxiliaire – derrière les dénominations.

Camp de Drancy, cliché issu des fonds de l’ Allgemeiner Deutscher Nachrichtendienst – Zentralbild (Bild 183) Bundesarchiv, Bild 183-B10919 / Wisch / CC-BY-SA 3.0
  • Benoît Pouvreau, Chercheur au Service du patrimoine culturel, Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis

Trois contributions à l’archéologie du camp de Drancy (11 avril 2018) Voir et écouter la conférence :Écouter la page

Le classement au titre des Monuments historiques (2001) puis la première restauration engagée ont beaucoup renforcé le temps dédié à la cité de la Muette, théâtre du camp de Drancy entre 1941 et 1944. En 2009, un important corpus de graffiti d’internés fut mis au jour. Sa valorisation fut en partie articulée à un projet plus vaste de mise en réseau des lieux d’histoire de la Déportation du département. La médiation de celui-ci permit une redécouverte : l’oeuvre d’un interné connu par quelques estampes constituant, en fait, un ensemble cohérent et majeur. Dessinateur mais aussi écrivain, Georges Horan-Koiransky fut, enfin, un témoin clé documentant d’une façon unique le lieu de départ des convois de déportation en gare du Bourget-Drancy, ultime sujet de recherches autour de ce site primordial de la persécution des Juifs de France.

Plus de conférences à voir ou revoir sur le site bnf.fr

Médaillon de Victoire (« Nikètérion »)

Archives : image du mois de décembre 2018

Médaillon de Victoire (« Nikètérion ») frappé en Grèce du Nord sous le règne d’Alexandre Sévère (222-235 ap. J.-C.)

[Monnaie : Or, Tarse, Cilicie, Gordien III], département des Monnaies, médailles et antiques, F 1673

Le droit du médaillon (photographie de gauche) figure le buste cuirassé de Philippe II de Macédoine coiffé d’un diadème.

La cuirasse est ornée d’imbrications rappelant l’égide de Zeus et porte en son centre l’image de Zeus enlevant Ganymède. Sur chaque épaulière, une Victoire tenant un trophée et, au-dessous, un foudre.

Au revers, une Victoire (Nikè) dans un quadrige triomphal avance à droite, tenant les rênes de la main droite et, de la main gauche, une palme autour de laquelle est noué un ruban de victoire.

La scène est encadrée sur deux côtés par la légende au génitif BACIΛE-ΩC AΛEΞANΔPOY (basileôs Alexandrou) (« [médaillon] du roi Alexandre »).

Ce médaillon d’or, qui était accompagné de deux autres à l’effigie d’Alexandre le Grand, appartient au trésor de Tarse (Asie Mineure, auj. Īçel en Turquie), enfoui dans la plaine voisine de Tarse probablement vers la fin du règne de Gordien III (238-244 apr. J.-C.) et redécouvert vers 1863. Cet objet, d’une qualité exceptionnelle (67 mm de diamètre ; poids de 98,85 g.), fut probablement réalisé dans un atelier de Grèce du Nord. Il était apparemment destiné, soit à récompenser les vainqueurs des concours agonistiques organisés à l’occasion des séjours impériaux, d’où le nom de Nikètérion (médaillon de victoire) qu’on lui donne parfois, soit à être offert par les organisateurs des Jeux (agonothètes) à des visiteurs de haut rang.

Citer ce billet : dhollard, "Médaillon de Victoire (« Nikètérion »)", in L’Antiquité à la BnF, 01/12/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/6258, [consulté le 15/12/2019].