Préparer sa rentrée sous le signe de l’Antiquité

La fermeture annuelle de Bibliothèque nationale a lieu du vendredi 31 août au dimanche 9 septembre 2018 septembre inclus.

Afin de préparer en douceur votre rentrée sous le signe de l’Antiquité, nous vous proposons un choix de ressources en ligne et une liste non exhaustive des principales expositions et conférences attendues pour l’année 2018-2019.

Continuer la lecture de Préparer sa rentrée sous le signe de l’Antiquité

De plomb et de papier : itinéraire d’un poids grec antique de Chios

Poids en plomb de Chios de deux mines, dessiné en 1756  (gauche), 1895 (centre) et photographié en 2016 (droite) . Dimensions, L. 7 cm x 7 cm ; ép. 2 cm ; poids: 1125 g. (BnF, MMA, Bronze 2240).

Les poids de marché gréco-romains sont des objets généralement en métal, parfois en pierre qui, dans le monde grec, servaient, à l’aide de balances et de contrepoids, à mesurer la masse des produits les plus divers. Ils étaient sous la responsabilité des agoranomes, magistrats civiques qui veillaient à garantir l’honnêteté des transactions sur l’agora (le marché) ou à l’emporion (le port). Ils portaient des signes ou des inscriptions qui indiquaient des mesures. Ici, ce poids de Chios pesant 1125 grammes est reconnaissable à la sphinge ailée assise sur une amphore et porte l’inscription ΔΥΟ ΜΝΑ pour deux mines ; l’autre face ne comporte ni inscription ni décor.

La collection des poids gréco-romains de la BnF n’est pas très connue. Préalablement à sa numérisation et son intégration au portail en ligne du projet PONDERA, un récent travail d’inventaire et de récolement a permis de mieux connaître l’histoire de ce fonds. Grâce à cela, nous avons pu retracer le parcours de ce poids grec de Chios depuis le milieu du XVIIIe siècle.

Continuer la lecture de De plomb et de papier : itinéraire d’un poids grec antique de Chios

Henri Joseph Redouté et la redécouverte des ruines antiques

Pyramides de Giza par Redouté, Carnet 9, f. 32. Bibliothèque de l’Arsenal, Ms. 15433

« C’était jadis un pays d’admiration ; c’en est un aujourd’hui à étudier »1 ; ces quelques mots de l’Encyclopédie sur l’Égypte auraient pu être inscrits au fronton de l’expédition scientifique qui accompagne la campagne militaire lancée par le Directoire en avril 1798. Bonaparte, à la tête de l’aventure, souhaite inscrire cette expédition dans la lignée de celles de Louis-Antoine Bougainville, de James Cook ou de Jean-François de la Pérouse.

En juillet, se mêlant aux rangs de l’armée d’Orient, débarquent ainsi sur les côtes alexandrines les membres de la Commission des sciences et des arts2. Pendant les quatre années que durera l’aventure égyptienne, cette troupe hétéroclite de plus de 160 savants voit se côtoyer des hommes de formations et de spécialités diverses : ingénieurs pour la plupart, ils sont également antiquaires, architectes, astronomes, chimistes, mathématiciens, médecins ou pharmaciens, mécaniciens, musiciens, naturalistes et minéralogistes, dessinateurs, graveurs ou encore sculpteurs.

Parmi eux, Henri-Joseph Redouté3, peintre du Muséum d’Histoire naturelle, nous a laissé le récit de son périple4.

  1. Une Égypte de papier
  2. Découvrir Alexandrie et le Delta
  3. Le Caire et les pyramides
  4. Au fil du Nil, du Caire à Assouan, à la découverte de la Haute-Égypte
  5. Une étude systématique et méthodique sans précédent
  6. La nécropole de Gizeh

Continuer la lecture de Henri Joseph Redouté et la redécouverte des ruines antiques

  1. Denis Diderot et Jean le Rond d’Alembert, Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, vol 5, 1755, p. 434 []
  2. Le 16 mars 1798, le Directoire adresse au Ministre de l’Intérieur l’arrêté confidentiel suivant : « Le Directoire exécutif, citoyen ministre, vous charge de mettre à la disposition du général Bonaparte les ingénieurs, artistes et autres subordonnés de votre ministère, ainsi que les différents objets qu’il vous demandera pour servit à l’expédition dont il est chargé. » Le groupe de savants qui accompagnera l’armée d’Orient en Égypte est officiellement créé. []
  3. Né à Saint-Hubert, en Ardenne, dans la province de Luxembourg, il y est baptisé le 25 mai 1766. Il a deux sœurs – Jeanne-Marie et Anne-Marie – et deux frères, Antoine-Ferdinand né en 1756 et Pierre-Joseph, le futur peintre des roses, « Raphaël des fleurs », né en 1759. Après la mort de son père en 1776, il rejoint ses frères à Paris où Pierre-Joseph le forme à la peinture naturaliste. []
  4. Henri-Joseph Redouté a tenu lors de son voyage en Égypte un journal dont une partie nous est parvenue et qui est actuellement conservée à la Bibliothèque de l’Arsenal sous la cote Ms-1543. []

André Dutertre dessinateur de l’Expédition d’Égypte et la collection du Cabinet des Médailles

Aquarelle pour la « Description de l’Égypte ou Recueil des observations et des recherches qui ont été faites en Égypte pendant l’expédition de l’armée française. Antiquités », t. V, pl. 69, fig. 11; Dpt Estampes et Photographies UB-181 (H BIS, 2)-FT 4

Âgé de 45 ans, André Dutertre devient membre de la Commission des Sciences et des Arts dont Bonaparte s’entoure pour son expédition en Égypte. Fils d’un imprimeur en taille-douce, formé à la gravure, il mène une carrière de copiste et de dessinateur d’illustration.

Continuer la lecture de André Dutertre dessinateur de l’Expédition d’Égypte et la collection du Cabinet des Médailles

Dessiner avant de déchiffrer : le Caillou Michaux et l’écriture cunéiforme

Le « caillou Michaux » est l’un des joyaux du département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF. Il est entré dans les collections du Cabinet des Médailles en 1800 grâce au botaniste André Michaux qui l’avait trouvé en 1786 lors d’un voyage en Mésopotamie, plus précisément au sud de Bagdad, au bord du Tigre, à proximité des ruines de l’ancienne Ctésiphon. Cette stèle de pierre noire, mesurant 46 cm x 20 cm et pesant près de 22 kg, date du règne de Marduk-nadin-ahhe, roi de Babylone de la dynastie d’Isin II entre 1099 à 1082 av. J.-C.

Caillou Michaux, BnF, Dpt MMA, Chab.702

Continuer la lecture de Dessiner avant de déchiffrer : le Caillou Michaux et l’écriture cunéiforme

L’Eukratideion : une « monstruosité numismatique »

Archives : image de mois Août 2018 : L’Eukratideion

20 statères d’Eucratide Ier, royaume de Bactriane, or, 169,20 g, 58 mm, vers 170-145 av. J.-C. (Bnf, MMA, E 3605).

En ces mois d’été baignés de soleil, nous présentons l’Eukratideion, la plus lourde monnaie d’or connue pour toute l’Antiquité, qualifiée de « monstruosité numismatique » par Anatole Chabouillet en 1867. Une telle dénomination n’était sûrement pas destinée à la circulation. Il s’agit probablement d’une récompense exceptionnelle produite à l’occasion d’une victoire ou d’un événement remarquable du règne d’Eucratide Ier. C’est encore à ce jour un unicum.

Mis au jour avant 1837 dans les environs de Boukhara (actuel Ouzbékistan) par sept paysans, cette lourde pièce d’or suscite immédiatement la convoitise. D’après les journaux de l’époque,  faute de pouvoir se partager ce fantastique objet, les découvreurs se battent au couteau pour sa possession : cinq d’entre eux sont tués dans la lutte. En 1837, un des deux survivants apporte la pièce à Londres pour la vendre. Par crainte d’un vol, il la conserve en permanence sous son aisselle dans une poche de cuir fabriquée à cet effet. Après avoir essuyé de nombreux refus – les musées et collectionneurs londoniens sont unanimes : une pièce si extraordinaire ne peut être qu’un faux – l’homme de Boukhara vend l’objet à un expert français résidant à Londres. Ce dernier le propose à la Bibliothèque Nationale (alors « impériale »). Mis au courant de l’affaire, l’empereur Napoléon III accorde en 1867 la somme de 30 000 francs pour que cette pièce exceptionnelle entre dans les collections du Cabinet des médailles.

Description : au droit, buste diadémé du souverain à droite, coiffé d’un casque à cimier orné d’une corne et d’une oreille de taureau. Au revers, BAΣIΛEΩΣ MEΓAΛOY / EYKRATIΔOY, les Dioscures à cheval caracolant à droite, lance au poing et tenant une palme contre l’épaule gauche ; un monogramme sous les jambes avant des chevaux.

Référence : O. Bopearachchi, Monnaies gréco-bactriennes et indo-grecques, catalogue raisonné, Paris, 1991, Eucratide Ier, série 4, n° 25 (p. 202).

Citer ce billet : jolivier, "L’Eukratideion : une « monstruosité numismatique »", in L’Antiquité à la BnF, 01/08/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/4362, [consulté le 19/09/2018].