Publication : Catalogue des monnaies celtiques, 2. Les monnaies à la croix

Après la publication d’un premier volume de la série des Catalogues des monnaies celtiques (CMC) en 2014 – consacré aux Arvernes (centre de la Gaule) -, un second volume  paraît aujourd’hui. Rédigé par Eneko Hiriart du CNRS (IRAMAT-CRP2A, UMR 5060), ce catalogue est consacré aux monnaies à la croix (Gaule méridionale) et rassemble les exemplaires conservés à la Bibliothèque nationale de France et au Musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye.

L’ouvrage est coédité par la Bibliothèque nationale de France et le Musée d’Archéologie nationale, avec le concours du laboratoire AOrOc (CNRS-ENS, UMR 8546).

Pour en savoir plus, lisez le billet publié par Olivier Jacquot sur le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France ou déroulez l’article ci-dessous :

For a Digital Archaeology of Coins? A RTI project on Celtic coins kept at the BnF

Lire ce billet en français : Pour une archéologie numérique des monnaies ? Un projet RTI sur les collections celtiques de la BnF

Foreword, by Dominique Hollard (BnF curator of Celtic Coins)

The research project initiated by A. Baron Tacla from Universidade Federal Fluminense (Rio de Janeiro) immediately caught our attention. The technology used (RTI) seems indeed particularly well adapted to the Celtic coinages. They are as marked by a rather complex iconography as many non figurative types. Blanks are usually smaller than engraved dies employed as punches. The use of the RTI thus appears as a privileged way to better understand these objects, particularly those kept at the  BnF – the most important Celtic coinages collection in the world, 11,000 coins – available to be used as a material for the development of this promising technology.

Stater, billon, Curiosolites, 6,40g (BnF, MMA, 6586)

Continuer la lecture de For a Digital Archaeology of Coins? A RTI project on Celtic coins kept at the BnF

Pour une archéologie numérique des monnaies ? Un projet RTI sur les collections celtiques de la BnF

Read this post in English: For a Digital Archaeology of Coins? A RTI project on Celtic coins kept at the BnF

Avant-propos, par Dominique Hollard (chargé du fonds des monnaies celtiques de la BnF)

Le projet de recherche initié par Adriene Baron Tacla de l’Universidade Federal Fluminense (Rio de Janeiro) a immédiatement attiré notre attention. La technologie utilisée (RTI) semble en effet particulièrement bien adaptée aux monnayages celtiques, qui se distinguent par une iconographie assez complexe ainsi que par le grand nombre de types non figuratifs. Les flans sont généralement plus petits que les coins (matrices) gravés et utilisés pour frapper les monnaies. La technique RTI apparaît donc comme un moyen privilégié pour mieux comprendre ces objets, notamment les fonds conservés à la BnF – la plus importante collection de monnaies celtiques au monde avec 11 000 pièces.

Statère de billon Curiosolites, 6,40g (BnF, MMA, 6586)

Continuer la lecture de Pour une archéologie numérique des monnaies ? Un projet RTI sur les collections celtiques de la BnF

1 000 vidéos disponibles dans Gallica

Videos Gallica

Le billet que nous avions consacré aux « Bibliographies, MOOCs et Conférences en ligne en Antiquité » s’enrichit désormais de la mise en ligne de nouvelles ressources sur Gallica et sur le site des conférences de la Bibliothèque nationale de France.

Continuer la lecture de 1 000 vidéos disponibles dans Gallica

Coupe attribuée au Peintre de Brygos

Archive : image du mois

Février 2018 Coupe attribuée au Peintre de Brygos

BnF, MMA, De Ridder.581

Au mois de février, la vingtaine de pièces de la BnF que présente l’exposition « Musiques ! Echos de l’Antiquité » quitte le Louvre-Lens pour Barcelone (9 février-6 mai 2018). Parmi elles, la coupe De Ridder.581 exigeait au préalable une restauration fondamentale : le Louvre-Lens et la Fondation La Caixa en ont généreusement supporté la totalité du coût.

Les opérations, menées par le restaurateur Fabrice Rubiella, ont d’abord consisté à « dérestaurer » le vase. Débarrassés de compléments de plâtre généreusement repeint, décollés – un goujon métallique avait même été glissé à l’intérieur de la tige du pied avant d’y être noyé dans le plâtre – les quelque vingt-cinq fragments jointifs qui constituent la coupe ont été nettoyés, puis recollés. Des comblements de plâtre et d’enduit fin poncés à niveau rendent désormais à la forme son intégrité, tandis qu’une retouche discrète mais décelable (laissée mate) met en valeur l’équilibre chromatique de l’ensemble.

Au centre du médaillon, une jeune femme dont la chevelure claire s’échappe d’un sakkos, effleure d’une main les cordes de sa lyre, qu’elle s’apprête à frapper du plectre qu’elle tient de l’autre. La musicienne s’approche d’un autel à volutes, sur lequel un rameau ou une couronne a déjà été déposé, et qu’équilibre derrière elle un panier suspendu. Quoiqu’exécutée sur un vase à boire, et malgré l’acclamation d’une beauté toute terrestre dans le champ (ho pais kalos), la scène est indéniablement cultuelle.

Le Peintre de Brygos, actif dans le premier tiers du Ve siècle av. J.-C., est l’un des dessinateurs les plus habiles de son temps. La coupe à la musicienne rend justice à son talent, dont les internautes prendront également la mesure en consultant les six notices qui le concernent sur la base medaillesetantiques.bnf.fr

Louise Detrez