La BnF obtient le projet européen ARCH : Ancient Coinage as Related Cultural Heritage

Le département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF a obtenu de l’Initiative de Programmation Conjointe sur le Patrimoine Culturel (le Joint Programming Initiative on Cultural Heritage) un financement de 570 000 € pour un nouveau projet de recherche visant à inscrire la monnaie grecque dans le web sémantique.

Le projet sera dirigé par Frédérique Duyrat (directrice du département des Monnaies, médailles et antiques, Bibliothèque nationale de France, Paris), Andrew Meadows (New College, Oxford) et Pere Pau Ripollès (Universitat de València).

Pour en savoir plus, lisez le billet publié par Olivier Jacquot sur le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France ou déroulez l’article ci-dessous:

Journée d’études « Les Antiques à l’épreuve du marteau », le 26 janvier 2018

Coupe attique à figures rouges attribuée au peintre de Brygos, vers 480 av. J.-C., découverte à Vulci. BnF, MMA, De Ridder.581

La BnF participe vendredi 26 janvier à la journée d’études, Les Antiques à l’épreuve du marteau, premiers résultats et perspectives du programme « Répertoire des ventes d’antiques en France au XIXe siècle », qui se tiendra à l’Institut national d’histoire de l’art en  galerie Colbert, salle Giorgio Vasari.

L’INHA, en collaboration avec le musée du Louvre, élabore depuis quelques années un répertoire des ventes françaises d’antiques, qui permet de travailler sur le parcours et la réception d’objets de l’antiquité (vases, statuettes, peintures murales, gemmes, bijoux …) et ouvre des pistes de recherches concernant aussi bien l’histoire des collections que l’histoire culturelle et sociale du XIXe siècle. 

A l’occasion de cette journée, point d’étape du projet, Louise Detrez, conservatrice en charge des fonds de céramiques, terres cuites, et verres au département des Monnaies médailles et antiques évoquera la vente en 1836 du colossal cabinet d’antiquités du chevalier Durand (1768-1835). Julien Olivier, en charge de la collection des monnaies grecques dans le même département, présentera quant à lui les usages faits des catalogues de vente en numismatique ainsi que le projet de numérisation des fonds conservés à la BnF.

Le programme complet ainsi que toutes les informations pratiques sont disponibles sur le site de l’INHA.

Lire le compte rendu de la journée sur le carnet Les ventes d’antiques en France au XIXe siècle.

Visionner les vidéos des conférences:

Les éditions des tragédies de Sénèque conservées à la Bibliothèque nationale de France (XVe-XIXe s.)

Cet article présente les premiers résultats d’une recherche plus large, entreprise dans le cadre d’une Habilitation à diriger des recherches1, qui portera sur l’histoire des éditions des tragédies de Sénèque, depuis la princeps (Ferrare, 1478 – nous y reviendrons) jusqu’à l’édition de F. Leo (Berlin, 1878-1879). Notre corpus d’étude compte au total 29 éditions, parues sur quatre siècles, mais inégalement réparties : trois éditions pour le XVe s., dix pour le XVIe s., sept pour le XVIIe s., deux pour le XVIIIe  et sept pour le XIXe siècle.

Les éditions présentes à la BnF sont au nombre de 17, soit presque deux tiers de la documentation. Nous citons chacune d’elles dans ce qui suit, en accompagnant leur présentation d’un bref commentaire sur ce qui a retenu notre attention et constitue l’un des principaux intérêts de l’édition en question.

Continuer la lecture de Les éditions des tragédies de Sénèque conservées à la Bibliothèque nationale de France (XVe-XIXe s.)

  1. titre provisoire du mémoire inédit « Relecture des tragédies de Sénèque à travers leur histoire éditoriale », garant Jean-Frédéric Chevalier, Professeur de langue et littérature latines à l’Université de Lorraine. Soutenance prévue fin 2018 []

Conférence 17 janvier 18h30 Les mercenaires celtes, entre mythes et réalités

Stèle peinte d’Aristodémos, fils de Kallistos, représentant un guerrier nu appuyé sur un bouclier et tenant une lance (Alexandrie, IIIe siècle avant J.-C.). (Photo RMN-Grand Palais – Musée du Louvre — Hervé Lewandowski)

17 janvier à 18h30 : Conférence: « Les mercenaires celtes, entre mythes et réalités » par M. Luc Baray, habilité à diriger des recherches, directeur de recherche au CNRS, membre de l’UMR 6298 ArTeHiS (Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés)

Continuer la lecture de Conférence 17 janvier 18h30 Les mercenaires celtes, entre mythes et réalités

Bouteille de Nouvel an

Archive : image du mois

Janvier 2018 Bouteille de Nouvel an

BnF, Département MMA, Cailliaud.1819.2.30

Les gourdes ou bouteilles égyptiennes dites « du Nouvel An » se distinguent par leur forme arrondie, leur matériau (faïence le plus souvent), le motif de pectoral et les inscriptions (cartouches et formules de vœux) qui ornent les côtés ou la panse. Celle conservée au département des Monnaies, médailles et antiques présente en plus deux petites figurines de babouin accroupis de part et d’autre du col. Une inscription en hiéroglyphes fait office de vœux : “ouvrir une heureuse année” tandis qu’une autre invoque les dieux de Memphis “Ptah” et “Sekhmet”.

En Égypte ancienne, ces gourdes étaient remplies avec l’eau du Nil lors des cérémonies liées au Nouvel An, célébré autour du 19 juillet, au moment où la crue bienfaitrice se répandait dans la vallée. Les souhaits de bonne année invoquaient fréquemment les divinités de Memphis ou de la région thébaine comme Amon.

Cette gourde fait partie d’un lot d’objets découverts par le voyageur Frédéric Cailliaud à Saqqarah au début du XIXe s. Elle apparaît dans une de ses planches de son Voyage à l’Oasis de Thèbes.
A son retour d’Égypte, Cailliaud vend cette première collection, constituée d’environ 300 pièces, aux Cabinet des Médailles ; en 1907, la majorité est déposée au Musée du Louvre. Actuellement, 19 pièces de cet ensemble ont été identifiées au  MMA.