Archives de catégorie : recherches

La BnF intègre SCO, portail dédié aux monnaies des rois Séleucides

Fondé sur les catalogues d’Arthur Houghton, Catharine Lorber et Olivier Hoover, Seleucid Coins, a Comprehensive Catalogue, dont les deux tomes ont été publiés en 2002 (de Séleucos I à Antiochos III) et en 2008 (de Séleucos IV à Antiochos XIII), le portail SCO, élaboré par l’American Numismatic Society, a pour but de rassembler les principales collections mondiales de monnaies de la dynastie hellénistique des Séleucides.

4450 exemplaires conservés au département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France figurent à présent parmi les 9 650 pièces déjà signalées.

Ce travail a été mené dans le cadre du programme ARCH (Ancient Coinage as Related Cultural Heritage), projet de recherche visant à inscrire la monnaie grecque dans le web sémantique dirigé par Frédérique Duyrat (directrice du département des Monnaies, médailles et antiques, BnF, Paris), Andrew Meadows (New College, Oxford) et Pere Pau Ripollès (Universitat de València).

Le billet de Numishare sur le sujet : « 4,450 Seleucid coins from the Bibliothèque nationale de France added to SCO« 

Atalante et ses prétendants

Cet article propose un bref panorama de la représentation des liens amoureux dans le mythe d’Atalante, de l’Antiquité jusqu’à nos jours, à partir de deux objets conservés au Département des Monnaies, médailles et antiques (MMA) de la Bibliothèque nationale de France (BnF).1

Coupe dite de « Pélée et Atalante », attribuée au Peintre de Jena, vers 390-370 av. J.-C. (détail)  (BnF, MMA, De Ridder.818 = Luynes.730)

Continuer la lecture de Atalante et ses prétendants

  1. Cet article est inspiré en grande partie des recherches effectuées pour mon Master 2 (2014), sous la direction de Violaine Sebillotte Cuchet, Université Paris 1, et publiées sous le titre de Farouche Atalante en 2016 []

Cléopâtre dort-elle sous les géraniums de la « Nationale » ? Autopsie d’une légende tenace

Jean Portail, « Cléopâtre dort-elle sous les géraniums de la « Nationale » ? », L’intransigeant, juillet 1926.

La momie de Cléopâtre fut longtemps conservée à la Bibliothèque nationale de France, plus précisément au département des Monnaies, médailles et antiques, dit Cabinet des médailles, autrefois Cabinet du roi. Découverte durant l’Expédition d’Égypte (1798-1801), Bonaparte passa une nuit avec les restes de la dernière souveraine lagide au pied des pyramides avant de transporter la dépouille à Paris, à la Bibliothèque Nationale. Rongée par l’humidité après un séjour prolongé dans les caves du Quadrilatère Richelieu où elle fut mise à l’abri lors du siège de Paris en 1870-1, les restes de la reine d’Égypte furent finalement enfouis dans le jardin côté rue Vivienne, près de la fontaine.

Le Quadrilatère Richelieu, 58 rue de Richelieu, 75002, Paris (© Photo IGN).

Légende, mythe, fakenews ou infox : quel que soit le statut qu’on lui confère, cette histoire mérite que l’on s’y attarde, autant pour en apprécier la saveur que pour déterminer dans quelle mesure elle renferme une part de vérité.

Continuer la lecture de Cléopâtre dort-elle sous les géraniums de la « Nationale » ? Autopsie d’une légende tenace

Les femmes dans « L’Antiquité à la BnF »

Pour la journée internationale des droits des femmes, le carnet L’Antiquité à la BnF revient sur deux années de publications où les femmes sont tour à tour depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, reines, déesses, autrices et actrices de la recherche !

Continuer la lecture de Les femmes dans « L’Antiquité à la BnF »

Antiquités, archéologie et récit des origines dans la construction nationale italienne (XVIIIe-XIXe siècles) I.

[Fouilles d’Herculanum et Pompeï] Porte d’Herculanum. Nécropole, tombes monumentales. Ancienne ville de Pompeï, dessin de Jean-Louis Desprez, gravure de Francesco Piranesi. Eau-forte, 1789, Collection de la Bibliothèque nationale de Florence.

Cycle Italie : Antiquités, archéologie et récit des origines dans la construction nationale italienne (XVIIIe-XIXe siècles) Ière partie

L’utilisation des mythes de la Rome antique a fait l’objet de nombreuses études surtout pour la période de l’entre-deux-guerres, notamment lorsque le parti fasciste chercha à conforter son pouvoir dictatorial et à justifier ses entreprises coloniales. En revanche, la valorisation des origines pré-romaines de la péninsule qui a largement émaillé la construction nationale italienne depuis  le milieu du XVIIIe siècle jusqu’à la prise de Rome, en 1870, est un sujet beaucoup moins étudié par les historiens et pratiquement méconnu du grand public.

Cet article propose quelques pistes de recherche sur cette problématique, largement pluridisciplinaire, qui en quelques décennies connaît des élaborations différentes reflétant les profonds changements politiques de la péninsule dans ses tentatives d’unité nationale. L’article se veut également un excursus dans les collections de la BnF, très riches dans ces domaines.

Continuer la lecture de Antiquités, archéologie et récit des origines dans la construction nationale italienne (XVIIIe-XIXe siècles) I.

Colloque international : AVREVS. Le pouvoir de l’or

Le colloque international AVREVS : le pouvoir de l’or se tiendra du 12 au 14 novembre 2018 à l’Hôtel Dupanloup d’Orléans. Il clôt le projet AVREVS, porté par Arnaud Suspène avec le concours du Centre Ernest-Babelon de l’IRAMAT et du département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France.

Découvrez le programme et la liste des participants ci-dessous.

Continuer la lecture de Colloque international : AVREVS. Le pouvoir de l’or

Théodule Devéria, un photographe-égyptologue très discret

Théodule Devéria (1831-1871), employé au Cabinet des Estampes, épigraphiste puis conservateur-adjoint au musée du Louvre, égyptologue et photographe auprès de Mariette, reste relativement méconnu des amateurs et des historiens de la photographie en Égypte au 19e siècle. Différentes raisons expliquent la modeste renommée de son œuvre photographique.

Charles Théodule Deveria, 1871. BnF, département Société de Géographie, SG PORTRAIT-1801.

Continuer la lecture de Théodule Devéria, un photographe-égyptologue très discret

Un génie méconnu de l’illustration numismatique : Léon Dardel

Médaillon d’or de Tétricus Ier (271-274 ap. J.-C.) dessiné par Léon Dardel. Illustré dans : Jean de Witte, Recherches sur les empereurs qui ont régné dans les Gaules au IIIe siècle de l’ère chrétienne, Lyon, 1868

Le développement de la science numismatique est étroitement lié aux progrès des techniques d’illustration qui permirent d’assurer la réalité des classements stylistiques ou des relations au sein des séries monétaires. En effet, seul un cliché « objectif » reproduit fidèlement inscriptions, formes ou monogrammes. Pour obtenir de telles images irréfutables, le XIXe s. multiplia les innovations : la machine à graver automatique d’Achille Collas, les techniques de photogravure initiées par le concours du duc de Luynes organisé de 1856 à 1867, furent les plus marquantes. Mais, dans ce bouleversement de l’offre iconographique à la portée des savants et des amateurs, la gravure manuelle connut pourtant à cette époque ses plus belles heures pour illustrer monnaies et médailles, ceci grâce au talent exceptionnel qu’un artiste mis au service des érudits pendant plusieurs décennies.

Continuer la lecture de Un génie méconnu de l’illustration numismatique : Léon Dardel

De plomb et de papier : itinéraire d’un poids grec antique de Chios

Poids en plomb de Chios de deux mines, dessiné en 1756  (gauche), 1895 (centre) et photographié en 2016 (droite) . Dimensions, L. 7 cm x 7 cm ; ép. 2 cm ; poids: 1125 g. (BnF, MMA, Bronze 2240).

Les poids de marché gréco-romains sont des objets généralement en métal, parfois en pierre qui, dans le monde grec, servaient, à l’aide de balances et de contrepoids, à mesurer la masse des produits les plus divers. Ils étaient sous la responsabilité des agoranomes, magistrats civiques qui veillaient à garantir l’honnêteté des transactions sur l’agora (le marché) ou à l’emporion (le port). Ils portaient des signes ou des inscriptions qui indiquaient des mesures. Ici, ce poids de Chios pesant 1125 grammes est reconnaissable à la sphinge ailée assise sur une amphore et porte l’inscription ΔΥΟ ΜΝΑ pour deux mines ; l’autre face ne comporte ni inscription ni décor.

La collection des poids gréco-romains de la BnF n’est pas très connue. Préalablement à sa numérisation et son intégration au portail en ligne du projet PONDERA, un récent travail d’inventaire et de récolement a permis de mieux connaître l’histoire de ce fonds. Grâce à cela, nous avons pu retracer le parcours de ce poids grec de Chios depuis le milieu du XVIIIe siècle.

Continuer la lecture de De plomb et de papier : itinéraire d’un poids grec antique de Chios

Henri Joseph Redouté et la redécouverte des ruines antiques

Pyramides de Giza par Redouté, Carnet 9, f. 32. Bibliothèque de l’Arsenal, Ms. 15433

« C’était jadis un pays d’admiration ; c’en est un aujourd’hui à étudier »1 ; ces quelques mots de l’Encyclopédie sur l’Égypte auraient pu être inscrits au fronton de l’expédition scientifique qui accompagne la campagne militaire lancée par le Directoire en avril 1798. Bonaparte, à la tête de l’aventure, souhaite inscrire cette expédition dans la lignée de celles de Louis-Antoine Bougainville, de James Cook ou de Jean-François de la Pérouse.

En juillet, se mêlant aux rangs de l’armée d’Orient, débarquent ainsi sur les côtes alexandrines les membres de la Commission des sciences et des arts2. Pendant les quatre années que durera l’aventure égyptienne, cette troupe hétéroclite de plus de 160 savants voit se côtoyer des hommes de formations et de spécialités diverses : ingénieurs pour la plupart, ils sont également antiquaires, architectes, astronomes, chimistes, mathématiciens, médecins ou pharmaciens, mécaniciens, musiciens, naturalistes et minéralogistes, dessinateurs, graveurs ou encore sculpteurs.

Parmi eux, Henri-Joseph Redouté3, peintre du Muséum d’Histoire naturelle, nous a laissé le récit de son périple4.

  1. Une Égypte de papier
  2. Découvrir Alexandrie et le Delta
  3. Le Caire et les pyramides
  4. Au fil du Nil, du Caire à Assouan, à la découverte de la Haute-Égypte
  5. Une étude systématique et méthodique sans précédent
  6. La nécropole de Gizeh

Continuer la lecture de Henri Joseph Redouté et la redécouverte des ruines antiques

  1. Denis Diderot et Jean le Rond d’Alembert, Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, vol 5, 1755, p. 434 []
  2. Le 16 mars 1798, le Directoire adresse au Ministre de l’Intérieur l’arrêté confidentiel suivant : « Le Directoire exécutif, citoyen ministre, vous charge de mettre à la disposition du général Bonaparte les ingénieurs, artistes et autres subordonnés de votre ministère, ainsi que les différents objets qu’il vous demandera pour servit à l’expédition dont il est chargé. » Le groupe de savants qui accompagnera l’armée d’Orient en Égypte est officiellement créé. []
  3. Né à Saint-Hubert, en Ardenne, dans la province de Luxembourg, il y est baptisé le 25 mai 1766. Il a deux sœurs – Jeanne-Marie et Anne-Marie – et deux frères, Antoine-Ferdinand né en 1756 et Pierre-Joseph, le futur peintre des roses, « Raphaël des fleurs », né en 1759. Après la mort de son père en 1776, il rejoint ses frères à Paris où Pierre-Joseph le forme à la peinture naturaliste. []
  4. Henri-Joseph Redouté a tenu lors de son voyage en Égypte un journal dont une partie nous est parvenue et qui est actuellement conservée à la Bibliothèque de l’Arsenal sous la cote Ms-1543. []

Des origines du dessin archéologique à Digital Muret : l’œuvre de Jean-Baptiste Muret (1795-1866)

Jean-Baptiste Muret, Recueil, IV, pl.25, “Panthères ailées cornues” (BnF, MMA, RES-MS-70100-MUR-GF- (4)).

Le département des Monnaies, médailles et antiques, à côté de ses collections numismatiques et archéologiques, conserve aussi un important apparat documentaire, constitué par les conservateurs pour accompagner l’étude et la connaissance des collections. Un des fonds les plus intéressants est le recueil des dessins de Jean-Baptiste Muret, qui réunit en onze grands volumes in folio le fruit de son travail en tant que dessinateur du Cabinet des Médailles de 1830 à 1866. Il fait actuellement l’objet d’un programme de recherche mené par la BnF et l’INHA : Une histoire de l’art antique inachevée : les dessins de Jean-Baptiste Muret (1795-1866).

  1. Pourquoi dessiner les œuvres antiques ?
  2. Jean-Baptiste Muret: un dessinateur à la BnF
  3. Le Recueil des Monuments antiques dessinés, une source exceptionnelle pour la connaissance des collections d’antiques du XIXe siècle
  4. Le projet: une édition numérique du recueil de dessins
  5. Une recherche collaborative

Continuer la lecture de Des origines du dessin archéologique à Digital Muret : l’œuvre de Jean-Baptiste Muret (1795-1866)

Le projet AVREVS : l’or monnayé en Occident de la fin de la période hellénistique au premier siècle de notre ère

De gauche à droite : statère de Pyrrhus d’Epire (BnF, MMA, Luynes 1894) ; statère de Vercingétorix (BnF, MMA Beistegui 240) ; aureus d’Auguste (BnF, MMA, IMP-4921)

Le prochain congrès de l’Union Internationale des Sciences Préhistoriques et Protohistoriques (UISPP) se tiendra à Paris du 4 au 9 juin. 2018. Cette importante manifestation sera l’occasion d’une présentation du projet AVREVS : A la naissance du monnayage d’or romain : étude et caractérisation de l’or monnayé en Occident de la fin de la période hellénistique au premier siècle de notre ère intitulée : « The AUREUS program: Study and characterization of minted gold in the West from the end of the Hellenistic period to the first century of our era« .

Porté par Arnaud Suspène et rendu possible par le partenariat ancien entre le Centre Ernest-Babelon de l’IRAMAT et le département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France, le projet AVREVS vise à comprendre la mise en place du premier monnayage d’or unitaire de l’Europe occidentale : le monnayage d’or romain, aboutissement d’une tradition pluriséculaire. Ce résultat découlera de l’analyse par LA-ICP-MS de près de 1000 monnaies des principaux monnayages d’or de la zone (Afrique, Grèce, Italie, Monde celtique, Espagne) et de bijoux des collections patrimoniales françaises grâce à des méthodes physico-chimiques développées en Région Centre Val-de-Loire.

Continuer la lecture de Le projet AVREVS : l’or monnayé en Occident de la fin de la période hellénistique au premier siècle de notre ère

L’autre printemps 68 : « ne prenez plus les auspices, prenez le pouvoir ».

     

Fig. 1 : de Néron à Galba (printemps 68 ap. J.-C.). En haut, bronzes de Périnthe (Thrace) au portrait de Néron contremarqués au nom de Galba (en grec, ΓΑΛΒΑ) ; aureus, denier et sesterce de Rome au portrait du nouvel empereur Galba (BnF, MMA).

La fin du principat de Néron (54-68 de n.è.) a été marquée par des événements qui secouèrent l’intégralité du monde romain, depuis la révolte des provinces occidentales contre le pouvoir de l’empereur jusqu’à celle des Juifs contre la domination romaine en général. Comme en mai 1968, les mécontentements se superposèrent contre un pouvoir jugé trop autoritaire et, au profit d’une situation économique, culturelle et politique particulière, un mouvement généralisé de contestation remit en cause le modèle du pouvoir impérial, progressivement mis en place par Auguste un siècle auparavant.

Alors que le mouvement social unit en 1968 les étudiants aux ouvriers, l’Empire romain fut confronté pour la première au printemps 68 de n.è. à une révolte qui impliquait des sénateurs, des chevaliers et des légionnaires. À partir du milieu du mois de mars 68, Néron dut faire face à une révolte ouverte des provinces gauloises et espagnoles ; le conflit atteignit son apogée au mois de mai 68, avec l’affrontement d’une partie des forces des révoltés contre les légions fidèles à Néron, et se conclut, quelques jours plus tard, par la mort de l’empereur qui avait été renversé, et par la reconnaissance d’un nouveau prince, Galba. Continuer la lecture de L’autre printemps 68 : « ne prenez plus les auspices, prenez le pouvoir ».

Maurice Barrès ou le rêve hellénique du Parnasse : la bibliothèque contre le voyage

Maurice Barrès par Jacques-Emile Blanche, Bibliothèque nationale de France, Estampes et photographie, MUSEE OBJ-102

Cet article, issu de réflexions conduites dans le cadre d’une thèse de doctorat, se propose d’étudier le rapport de Maurice Barrès aux Parnassiens à partir de quelques documents du fonds Barrès de la Bibliothèque nationale de France. À la suite du don de Mme Bazin, légataire de Philippe Barrès, le fonds Maurice Barrès est entré dans les collections de la BnF en 1978. Il est composé de la Correspondance, riche de plus de 100 000 lettres reçues, d’une centaine de carnets et de cahiers de notes, des dossiers de genèse des principales œuvres, de dossiers politiques, d’une bibliothèque de plus trente mille ouvrages1.

Continuer la lecture de Maurice Barrès ou le rêve hellénique du Parnasse : la bibliothèque contre le voyage

  1. Voir à la Bibliothèque nationale de France, au département des manuscrits, la cote NAF 28210 et au département Littérature et art, la bibliothèque [Z BARRÈS] []

Projet de Polices des Inscriptions Monétaires : le cas des monnaies ibériques et carthaginoises

Dans le cadre du projet PIM (Police de caractère pour les Inscriptions Monétaires) mené par la Bibliothèque nationale de France sous la direction de Florence Codine, est envisagée la création de différents alphabets à partir des lettres rencontrées dans les légendes monétaires, afin de donner à leur description plus de précisions. A été considéré parmi l’ensemble des monnaies disponibles au département des Monnaies, médailles et antiques (MMA) l’ensemble des monnaies ibériques et puniques dont les caractères spécifiques nécessitaient la création de polices propres.

Continuer la lecture de Projet de Polices des Inscriptions Monétaires : le cas des monnaies ibériques et carthaginoises