Archives de catégorie : recherches

Parution de Trésors monétaires XXIX : Le trésor monétaire romain de Saint-Germain-lès-Arpajon, un dépôt géant du IIIe siècle après J.-C.

Plus d’une décennie après sa découverte en 2008, le trésor de Saint-Germain-lès-Arpajon (Essonne) fait l’objet d’une publication exhaustive dans le 29e volume de la série Trésors monétaires, éditée par la BnF. Ce dépôt monétaire de taille hors norme se compose de 33 858 monnaies romaines en alliage cuivreux qui représentent une masse totale avoisinant les 100 kg. C’est la première fois en France qu’un trésor d’une telle ampleur est intégralement publié1. Plusieurs dépôts du même type, plus imposants encore, ont été publiés en Angleterre dans les années 1980 (trésors de Cunetio et de Normanby). Ces études restent des références pour ce qui est du classement des émissions monétaires du IIIe siècle de notre ère. Mais, plusieurs décennies plus tard, l’approche archéologique des dépôts monétaires a évolué. L’étude du trésor de Saint-Germain-lès-Arpajon en rend compte puisqu’elle comprend, outre l’habituelle étude numismatique, un volet archéologique développé.

Cette publication est l’aboutissement d’un travail pluridisciplinaire au long cours qui a associé numismates et archéologues et qui a été conjointement coordonné par le département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF et le Service régional de l’archéologie d’Île-de-France. L’ensemble de l’équipe2 est restée mobilisée sur ce projet tout de long de l’aventure. Ceci mérite d’être souligné car l’étude d’un trésor monétaire d’une telle ampleur requiert de la persévérance.

Continuer la lecture de Parution de Trésors monétaires XXIX : Le trésor monétaire romain de Saint-Germain-lès-Arpajon, un dépôt géant du IIIe siècle après J.-C.

  1. Certains trésors français volumineux ont toutefois été publiés de manière exemplaire. On citera notamment les publications consacrées aux trésors d’Éauze (D. Schaad (dir.), Le trésor d’Éauze. Bijoux et monnaies du IIIe siècle après J.-C., Toulouse, 1992) ou de Luxeuil (D. Gricourt, La Chapelle-lès-Luxeuil (Haute-Saône), 15 518 nummi constantiniens, Trésors monétaires XVIII, Paris, 2000). []
  2. Ont participé à l’étude : Vincent Drost (BnF), Bruno Foucray (CNRS), Dominique Hollard (BnF), Florence Moret-Auger (Inrap), Francine N’Diaye (BnF), Fabien Pilon (CNRS), Christian Piozzoli (SRA IdF), Véronique Pissot (Inrap) et Ludovic Trommenschlager (EPHE/Université de Lille). []

Le plus ancien codex conservé avec sa reliure

Archive: image du mois d’août 2020

août 2020: Le plus ancien codex conservé avec sa reliure

Reliure du codex contenant les traités de Philon, département des Manuscrits, Supplément grec 1120, source: images.bnf.fr

Le Supplément Grec 1120 conservé au département des Manuscrits est le plus ancien livre, ou « codex »1, avec reliure connu. Les datations proposées oscillent du IIIe au Ve siècle2.

Le manuscrit contient 44 feuillets, composés en quatre cahiers de 10, 10, 12 et 12 feuillets sur papyrus. Les pages ont été montées sous un cadre en verre à la Bibliothèque pour en permettre la conservation et la manipulation, seul le dernier feuillet pris dans la reliure a été laissé en place. Le texte est inscrit sur deux colonnes avec 34 à 38 lignes par colonne.

Page et reliure en cuir avec languette et cordon du Supplément Grec 1120, photographies de la publication par Vincent Scheil en 1892

La reliure en portefeuille est formée d’une couverture en cuir avec une languette et un cordon pour la fermeture. Son acheteur et premier éditeur Vincent Scheil décrit aussi la présence d’une couture de cahiers réalisée à base d’une fibre végétale3.

Le livre consiste en la copie, parmi les plus anciennes conservées, de deux traités écrits en grec par l’exégète de la Bible, le philosophe juif hellénisé, Philon d’Alexandrie. Il s’agit de commentaires de passages de la Genèse, connus et publiés couramment sous les titres latins de Quis Rerum divinares Heres sit [L’héritier des biens divins. Sur Genèse XV, 1-18] et De Sacrificiis Abelis et Canis [Les sacrifices d’Abel et de Caïn. Sur Genèse IV, 2-4].

Supplément Grec 1120, f. 87, second traité de Philon (cliché de l’autrice)

Le choix de Philon de commenter la version grecque de la Bible (Septante) plutôt qu’une Bible en hébreu est souvent avancé pour expliquer l’influence de Philon sur les Pères de l’Église et la large diffusion de ses textes en milieu chrétien, comme ici.

La reliure était étoffée par un bourrage de papyri remployés d’un évangéliaire en grec. Les morceaux étudiés ont permis d’identifier plusieurs passages de l’Évangile de Luc et de l’Évangile de Matthieu, datés de la fin du IIe-IIIe siècles4. Ce dernier serait le plus ancien fragment de l’Évangile de Matthieu et de codex avec texte en deux colonnes connus5.

Ce manuscrit fut mis au jour en 1889 à Coptos (Haute-Égypte), siège d’un évêché6. Il a été retrouvé muré dans une niche. Il fut acquis par Vincent Scheil à Louqsor en 1891 qui en fit don à la Bibliothèque7.

Le site, toujours fouillé à l’heure actuelle, vient de donner lieu à la publication d’une base de données en ligne des objets en provenant et actuellement dispersés dans les collections à travers le monde.

Supplément Grec 1120, f. 3, détail du bas de page (cliché de l’autrice)

Pour aller plus loin

Citer ce billet : Vanessa Desclaux, "Le plus ancien codex conservé avec sa reliure", in L’Antiquité à la BnF, 01/08/2020, https://antiquitebnf.hypotheses.org/11614, [consulté le 23/10/2020].
  1. « ce terme désigne la forme du livre occidental depuis l’Antiquité, composé de cahiers reliés les uns aux autres. Le format du codex apparaît en 85 de notre ère, le mot lui-même au IIIe siècle. Le mot « livre » apparaît à la fin du XIe siècle », source: classes.bnf.fr. []
  2. J. Van Haelst, Catalogue des papyrus littéraires juifs et chrétiens, 1976, n° 635. []
  3. V. Scheil, Deux traités de Philon Traités réédités, MMAF 9/2, Le Caire, 1892, p. iii. []
  4. voir J. Van Haelst, op. cit., n° 336 et 403, K. Aland, « Neue Neutestamentliche Papyri II », New Testament Studies 12, 1966, p. 193-210 en ligne, le site The New Testament Virtual Manuscript Room et T. Wasserman, « A Comparative Textual Analysis of 𝔓4 and 𝔓64+67 », TC: A Journal of Biblical Textual Criticism 15, 2010, p. 1-26  en ligne []
  5. K. Aland, « Neue Neutestamentliche Papyri II », New Testament Studies 12, 1966, p. 193-194 en ligne []
  6. Pour une histoire du site, L. Pantalacci, « Coptos, porte du désert Oriental », In : Le désert oriental d’Égypte durant la période gréco-romaine : bilans archéologiques, Paris : Collège de France, 2018 en ligne. []
  7. V. Scheil, « Archéologie », Revue biblique 1/1, 1892, p. 113-117 en ligne. []

Alabastres royaux d’époque achéménide

Suite à la domination de l’Égypte par les Achéménides aux 6e-4e siècles av. J.-C. (sous la 27e dynastie perse, puis pendant la 31e dans la chronologie pharaonique), une forme de vase de prototype égyptien devient particulièrement prisée à travers l’Empire perse s’étendant de l’Indus à la mer Égée et la première cataracte du Nil (Fig. 1). Désigné sous l’appellation « alabastre »1 et bien répandu en Égypte et au Proche-Orient aux époques pré-perses, ce type de récipient constitue l’un des symboles les plus connus du luxe de la cour achéménide. L’apanage de la Couronne, la production et la diffusion à grande échelle de ces vases égypto-perses témoignent de l’importance de l’Égypte dans la composition du pouvoir politico-économique perse.

Fig. 1 – Carte de l’Empire achéménide et la répartition des alabastres à inscription royale, (© Sépideh Qahéri, fond de carte d’après Achemenet)

Continuer la lecture de Alabastres royaux d’époque achéménide

  1. Pour ce type de vaisselle et son appellation (alabastre ; alabastron­, alabastra), voir G. Pierrat-Bonnefois, « L’alabastre, un vase à parfum d’origine égyptienne ? », Dossiers d’Archéologie 337, 2010, p. 34-38 ; A. Squitieri, Stone Vessels in the Near East during the Iron Age and the Persian Period (c. 1200-330 BCE) (Archaeopress Ancient Near Eastern Archaeology 2), Oxford, 2017, p. 82-83. []

The Roman lead tokens in the BnF

Lire ce billet en français : Les tessères romaines en plomb de la BnF

One of the most neglected artefacts from Classical Antiquity are the tokens (so-called ‘tesserae’) from the Greek and Roman/Greco-Roman world. Bronze, lead, and clay tokens were used in Athens during the Classical and Hellenistic periods, and are also found elsewhere throughout the Mediterranean from the Hellenistic age. During the Roman Imperial period, tokens (mainly lead) continued to be used across the Empire by different groups. Ancient tokens have recently been the subject of study by the Token Communities in the Ancient Mediterranean Project (funded by the European Research Council (ERC) under the European Union’s Horizon 2020 research and innovation programme under grant agreement No 678042).1

In Summer 2019, this project led us to study the major collection of ancient tokens kept at the Bibliothèque nationale de France (BnF). The recent digitization of these collections is an opportunity to  present these objects and what they teach us about the ancient Romans.

Continuer la lecture de The Roman lead tokens in the BnF

  1. You can read more about the project, as well as our findings to date, on our website. []

Les tessères romaines en plomb de la BnF

Read this post in English: Roman lead token in the BnF

Les tessères grecques et romaines constituent probablement un des types d’objets antiques les moins bien étudiés.  Ces jetons en bronze, en plomb et en argile furent en usage à Athènes pendant les périodes classique et hellénistique, ainsi que sur l’ensemble du pourtour méditerranéen à partir de l’époque hellénistique. Pendant la période impériale romaine, des tessères (principalement en plomb) continuèrent à être utilisées par différents groupes dans tout l’Empire. Ces objets ont récemment fait l’objet d’un vaste programme de recherche européen dans le cadre du projet Token Communities in the Ancient Mediterranean Project (financé par l’European Research Council (ERC), programme Horizon 2020 de l’Union Européenne, n° 678042)1.

C’est dans le cadre de ce projet que nous avons étudié les fonds de tessères romaines conservées à la Bibliothèque nationale de France (BnF) durant l’été 2019. La numérisation récente des collections nous donne l’occasion de présenter ces objets et ce qu’ils nous apprennent des Romains de l’Antiquité.

Continuer la lecture de Les tessères romaines en plomb de la BnF

  1. Pour en savoir plus sur ce projet, consultez le site Internet. []

La formation de l’enseignement archéologique et égyptologique en France

À deux ans des célébrations du bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes publié dans la fameuse Lettre à M. Dacier en septembre 1822, cet article esquisse des recherches en cours sur la naissance de l’égyptologie en France, son enseignement au sein de la discipline archéologique et la place de la Bibliothèque dans le paysage académique1. Durant les années comprises entre la Révolution et les travaux de Champollion, la bibliothèque tour à tour royale, impériale, nationale… joua un rôle de premier plan dans l’enseignement de l’archéologie et de l’intérêt pour l’Orient.

Continuer la lecture de La formation de l’enseignement archéologique et égyptologique en France

  1. Ces éléments sont issus d’une conférence donnée à l’invitation du cercle d’étude de la fondation Napoléon le 29 janvier 2019 et du Cercle Histoire de SciencesPo le 5 mars 2020 []

Une carte de tarot à enseignes latines de Venise représentant des monnaies arméniennes

Carte de neuf deniers, tiré d’un jeux de tarot à enseignes latines peint par Marcolongo, Venise, 1803-1804 (BnF, EST, RESERVE KH-167 (5,173-176)-BOITE ECU)

La Bibliothèque nationale de France conserve un étonnant jeu de cartes vénitien, peint à la gouache à Venise par un certain Marcolongo. Ce jeu de tarot à enseignes latines comporte notamment un ensemble de treize cartes de deniers reproduisant des monnaies anciennes couvrant plus d’un millénaire et demi, depuis le IIIe siècle avant notre ère jusqu’à la fin du XVIIIe siècle.

Continuer la lecture de Une carte de tarot à enseignes latines de Venise représentant des monnaies arméniennes

L’antique Babylone à l’Opéra : les projets de tous les décors de Sémiramis de Catel enfin identifiés

Réunir l’iconographie d’un spectacle, de ses décors, de ses costumes, peut constituer un long processus jalonné parfois par la réapparition inopinée et progressive sur le marché de l’art de dessins, voire s’apparenter à un parcours semé de pièges quand, en particulier, certains de ces témoins portent des inscriptions d’époque fautives. Aussi est-il vital de confronter cette iconographie non seulement avec les didascalies des livrets mais aussi avec toutes les données, même lacunaires, fournies par les archives et quelquefois par la presse contemporaine de la création de l’ouvrage.

On verra ici que, contrairement aux apparences, des projets de décors annotés Mystères d’Isis, selon le titre choisi pour les représentations de La Flûte enchantée de Mozart (1756-1791) à l’Opéra de Paris en 1801, se rapportent en réalité à une autre œuvre, donnée l’année suivante dans le même théâtre. Il s’agit de Sémiramis, une tragédie lyrique en trois actes de Charles-Simon Catel (1773-1830), professeur au Conservatoire de Musique et auteur d’un Traité d’harmonie en 1801. Si Les Mystères d’Isis et Sémiramis ont en commun de traiter d’un sujet oriental – l’un se situant dans l’Égypte antique, l’autre à Babylone –, leurs décors ne sauraient être confondus. C’est cette constatation qui fournit l’un des éléments essentiels de la présente mise au point.

Sémiramis : projet de décor de l’acte II / par Charles Percier, [1802], Dpt Bibliothèque Musée de l’Opéra DES-29 sur Gallica

En avril 2019, la Bibliothèque-musée de l’Opéra (BnF) a fait l’acquisition d’un dessin de l’architecte et décorateur Charles Percier (1764-1838) montrant un décor de scène (fig. 1 ci-dessus). Continuer la lecture de L’antique Babylone à l’Opéra : les projets de tous les décors de Sémiramis de Catel enfin identifiés

Appel à chercheurs 2020-2021 de la Bibliothèque nationale de France

La BnF lance la nouvelle édition de son appel à chercheurs, afin de s’associer le concours de jeunes chercheurs, dans un esprit de découverte et de valorisation de ses collections.

Les candidats peuvent à la fois proposer spontanément des sujets de travaux ou choisir parmi ceux proposés par la BnF. L’Antiquité, l’archéologie, la réception de l’Antiquité tout comme l’histoire de ces disciplines peuvent donc y trouver leur place.

Continuer la lecture de Appel à chercheurs 2020-2021 de la Bibliothèque nationale de France

Sceaux-cylindres du Proche-Orient ancien et projet SESPOA

Sceau P502791 (BnF, MMA, 1980.292.100, ancienne collection Seyrig). Image du déroulé numérique et image de l’empreinte du sceau

Petits objets caractéristiques du patrimoine de l’Antiquité proche-orientale, les sceaux-cylindres étaient, pour la plupart d’entre eux, régulièrement déroulés sur l’argile fraîche afin d’y laisser une empreinte. Moyens d’identification et de communication, ils ont servi, pendant plus de trois mille ans, à sceller portes, jarres, bulles et tablettes d’argile inscrites, leur histoire étant étroitement liée à celle de l’écriture cunéiforme. Provenant principalement de Mésopotamie, d’Iran, du Levant, d’Anatolie, mais aussi de Chypre et d’Égypte, ils permettent aujourd’hui de retracer l’évolution de la glyptique de ces régions depuis la seconde moitié du IVe jusqu’à la fin du Ier millénaire avant notre ère.

Continuer la lecture de Sceaux-cylindres du Proche-Orient ancien et projet SESPOA

Le silphium, plante merveilleuse mais disparue

Du XVIe jusqu’au milieu du XIXe siècle, les antiquaires, férus de philologie et de numismatique, dissertent autour d’une plante merveilleuse mais disparue. Merveilleuse car il s’agissait d’une panacée quasi-universelle dont l’efficacité touchait « à quantité de branches de la médecine : odontologie, ophtalmologie, pneumologie, affections des articulations, des viscères, du système circulatoire, sexualité »1. Disparue surtout, la plante est à présent considérée comme une des premières espèces végétales éteintes par l’homme.

Quelques mois avant l’ouverture de l’exposition Terre ! Escales mythiques en Méditerranée, trésors de la BnF et collections marseillaises, au musée d’histoire de Marseille (15/07/20-03/01/21), partons à la recherche du célèbre silphium de Cyrénaïque.

Continuer la lecture de Le silphium, plante merveilleuse mais disparue

  1. D. Roques, « Médecine et botanique : le silphium dans l’œuvre d’Oribase » dans Revue des Études Grecques, 106, 1993, p. 380-399. []

Les trésors au Cabinet des Médailles et le programme « Trouvailles Monétaires »

Au sens archéologique du terme, on parle généralement de trésor (ou dépôt) dès lors qu’un ensemble d’objets, précieux ou non, a été volontairement rassemblé avant d’être enfoui1. Le Département des Monnaies, médailles et antiques conserve de nombreux trésors, des dépôts monétaires bien sûr mais aussi de spectaculaires ensembles d’orfèvrerie. L’emblématique trésor d’argenterie de Berthouville2 figurera par exemple en bonne place dans le futur musée de la BnF, sur le site Richelieu, qui ouvrira ses portes en 2021. Outre ses missions de conservation et d’exposition, le département poursuit aussi, depuis 1978, le programme de recherche Trouvailles monétaires visant à étudier et à valoriser les découvertes monétaires effectuées sur le territoire national.

Continuer la lecture de Les trésors au Cabinet des Médailles et le programme « Trouvailles Monétaires »

  1. Selon la définition du Code civil (Art. 716), « le trésor est toute chose cachée ou enfouie sur laquelle personne ne peut justifier sa propriété, et qui est découverte par le pur effet du hasard ». Sur la notion polysémique de trésor, voir G. Aubin, « Les trésors (monétaires) antiques : le mot, les choses et les chercheurs », in F. Baratte, M. Joly, J.-C. Béal (dir.), Autour du trésor de Mâcon. Luxe et quotidien en Gaule romaine, Mâcon, 2007, p. 49-73. []
  2. Sur ce trésor, voir le billet consacré à la statuette de Mercure tenant le caducée par Mathilde Avisseau-Broustet, publié le 1 juin 2017. []

Les études homériques dans le cercle de Janus Lascaris : à propos de trois éditions princeps d’Homère conservées à la BnF


Janus Lascaris. Paolo Giovio, Pauli Jovii Novocomensis episcopi Nucerini Elogia virorum literis illustrium, Bâle, Petrus Perna, 1577, p. 59, Rés. G. 705

Parmi les pièces de la Bibliothèque nationale de France (BnF) actuellement présentées à Lens dans l’exposition Homère figure une édition princeps de l’œuvre du poète, conservée au Département des manuscrits sous la cote Parisinus gr. 2679. Cet exemplaire a pour particularité d’avoir appartenu à Jean-François d’Asola et de comporter de nombreuses notes de la main de l’érudit grec Arsène Apostolis qui ont servi à l’élaboration de l’édition princeps des scholies à l’Odyssée, publiée à Venise en 1528 sous le nom de scholia Didymi.

La BnF possède cinq autres exemplaires de l’édition princeps d’Homère (Florence, 1488), dont quatre sont conservées à la Réserve des livres rares. Comme deux des exemplaires de la Réserve, le Rés. Yb. 1-2 et le Rés. Yb. 3, peuvent être associés par leur provenance au volume actuellement exposé à Lens et qu’ils permettent d’évoquer, par leurs annotations, les études homériques dans le même cercle d’érudits, une présentation de ces deux pièces est ici proposée, accompagnée de reproductions. Continuer la lecture de Les études homériques dans le cercle de Janus Lascaris : à propos de trois éditions princeps d’Homère conservées à la BnF

Play-conférence : Assassin’s Creed Odyssey (16 avril 2019) – Compte-rendu enrichi

(Image de bandeau : jaquette d’Assassin’s Creed Odyssey, ©UBISOFT)

Le 16 avril 2019, la Bibliothèque nationale de France a inauguré avec une séance sur Assassin’s Creed Odyssey un cycle de play-conférences dédié à l’étude de la représentation de l’histoire dans les jeux vidéo, piloté par Romain Vincent, chercheur associé au département de l’Audiovisuel et doctorant sur les usages pédagogiques du jeu vidéo1. À son invitation, Paul-Antoine Colombani (docteur en littérature comparée, rédacteur du carnet La mythologie grecque, au cœur du jeu vidéo) et Fabien Bièvre-Perrin (docteur en archéologie antique, éditeur du carnet Antiquipop : L’Antiquité dans la culture populaire contemporaine) se sont prêtés à l’analyse en direct de cet épisode antique de la franchise Assassin’s Creed2 via une exploration du jeu.

Ce billet sous forme de compte-rendu a pour but d’accompagner la captation de cette séance inaugurale (vidéo à retrouver ci-dessous) et d’enrichir le propos d’exemples glanés dans les très riches collections de la BnF. Afin d’adopter la visée pédagogique la plus large possible, la majorité des références bibliographiques sont de langue française. Sauf indication de référence précise, les propos entre guillemets sont rapportés des intervenants.

Continuer la lecture de Play-conférence : Assassin’s Creed Odyssey (16 avril 2019) – Compte-rendu enrichi

  1. Voir sa chaîne Youtube : JVH – Jeux Vidéo et Histoire []
  2. Assassin’s Creed Odyssey : édition medusa / developed by Ubisoft [Montréal]. Montreuil : Ubisoft entertainment, copyright 2018 []

Bijoux monétaires et objets monétiformes, petites pièces d’orfèvrerie à vocation politique, économique et culturelle

Les bijoux monétaires, complexes à étudier, sont pourtant de riches témoins de l’économie, de la politique et de la culture dans l’Antiquité. Dans son étude méthodologique des pendentifs monétaires de la nécropole de Birka (Suède), Florent Audy explique très justement qu’il est souvent aisé de laisser ces objets de côté, notamment car ils se situent aux confins de deux disciplines bien distinctes1. Considérés par les numismates comme des bijoux et par les archéologues comme des sujets numismatiques, ces objets sont rarement envisagés comme des documents à part entière. Continuer la lecture de Bijoux monétaires et objets monétiformes, petites pièces d’orfèvrerie à vocation politique, économique et culturelle

  1. F. Audy, « Pour une étude méthodique des pendentifs monétaires : le cas des sépultures de Birka (Suède) ». In: Revue Numismatique, n° 168, Les Belles Lettres, Paris, 2012, p. 403-425. []