Archives de catégorie : recherches

Un génie méconnu de l’illustration numismatique : Léon Dardel

Médaillon d’or de Tétricu Ier (271-274 ap. J.-C.) dessiné par Léon Dardel. Illustré dans : Jean de Witte, Recherches sur les empereurs qui ont régné dans les Gaules au IIIe siècle de l’ère chrétienne, Lyon, 1868

Le développement de la science numismatique est étroitement lié aux progrès des techniques d’illustration qui permirent d’assurer la réalité des classements stylistiques ou des relations au sein des séries monétaires. En effet, seul un cliché « objectif » reproduit fidèlement inscriptions, formes ou monogrammes. Pour obtenir de telles images irréfutables, le XIXe s. multiplia les innovations : la machine à graver automatique d’Achille Collas, les techniques de photogravure initiées par le concours du duc de Luynes organisé de 1856 à 1867, furent les plus marquantes. Mais, dans ce bouleversement de l’offre iconographique à la portée des savants et des amateurs, la gravure manuelle connut pourtant à cette époque ses plus belles heures pour illustrer monnaies et médailles, ceci grâce au talent exceptionnel qu’un artiste mis au service des érudits pendant plusieurs décennies.

Continuer la lecture de Un génie méconnu de l’illustration numismatique : Léon Dardel

De plomb et de papier : itinéraire d’un poids grec antique de Chios

Poids en plomb de Chios de deux mines, dessiné en 1756  (gauche), 1895 (centre) et photographié en 2016 (droite) . Dimensions, L. 7 cm x 7 cm ; ép. 2 cm ; poids: 1125 g. (BnF, MMA, Bronze 2240).

Les poids de marché gréco-romains sont des objets généralement en métal, parfois en pierre qui, dans le monde grec, servaient, à l’aide de balances et de contrepoids, à mesurer la masse des produits les plus divers. Ils étaient sous la responsabilité des agoranomes, magistrats civiques qui veillaient à garantir l’honnêteté des transactions sur l’agora (le marché) ou à l’emporion (le port). Ils portaient des signes ou des inscriptions qui indiquaient des mesures. Ici, ce poids de Chios pesant 1125 grammes est reconnaissable à la sphinge ailée assise sur une amphore et porte l’inscription ΔΥΟ ΜΝΑ pour deux mines ; l’autre face ne comporte ni inscription ni décor.

La collection des poids gréco-romains de la BnF n’est pas très connue. Préalablement à sa numérisation et son intégration au portail en ligne du projet PONDERA, un récent travail d’inventaire et de récolement a permis de mieux connaître l’histoire de ce fonds. Grâce à cela, nous avons pu retracer le parcours de ce poids grec de Chios depuis le milieu du XVIIIe siècle.

Continuer la lecture de De plomb et de papier : itinéraire d’un poids grec antique de Chios

Henri Joseph Redouté et la redécouverte des ruines antiques

Pyramides de Giza par Redouté, Carnet 9, f. 32. Bibliothèque de l’Arsenal, Ms. 15433

« C’était jadis un pays d’admiration ; c’en est un aujourd’hui à étudier »1 ; ces quelques mots de l’Encyclopédie sur l’Égypte auraient pu être inscrits au fronton de l’expédition scientifique qui accompagne la campagne militaire lancée par le Directoire en avril 1798. Bonaparte, à la tête de l’aventure, souhaite inscrire cette expédition dans la lignée de celles de Louis-Antoine Bougainville, de James Cook ou de Jean-François de la Pérouse.

En juillet, se mêlant aux rangs de l’armée d’Orient, débarquent ainsi sur les côtes alexandrines les membres de la Commission des sciences et des arts2. Pendant les quatre années que durera l’aventure égyptienne, cette troupe hétéroclite de plus de 160 savants voit se côtoyer des hommes de formations et de spécialités diverses : ingénieurs pour la plupart, ils sont également antiquaires, architectes, astronomes, chimistes, mathématiciens, médecins ou pharmaciens, mécaniciens, musiciens, naturalistes et minéralogistes, dessinateurs, graveurs ou encore sculpteurs.

Parmi eux, Henri-Joseph Redouté3, peintre du Muséum d’Histoire naturelle, nous a laissé le récit de son périple4.

  1. Une Égypte de papier
  2. Découvrir Alexandrie et le Delta
  3. Le Caire et les pyramides
  4. Au fil du Nil, du Caire à Assouan, à la découverte de la Haute-Égypte
  5. Une étude systématique et méthodique sans précédent
  6. La nécropole de Gizeh

Continuer la lecture de Henri Joseph Redouté et la redécouverte des ruines antiques

  1. Denis Diderot et Jean le Rond d’Alembert, Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, vol 5, 1755, p. 434 []
  2. Le 16 mars 1798, le Directoire adresse au Ministre de l’Intérieur l’arrêté confidentiel suivant : « Le Directoire exécutif, citoyen ministre, vous charge de mettre à la disposition du général Bonaparte les ingénieurs, artistes et autres subordonnés de votre ministère, ainsi que les différents objets qu’il vous demandera pour servit à l’expédition dont il est chargé. » Le groupe de savants qui accompagnera l’armée d’Orient en Égypte est officiellement créé. []
  3. Né à Saint-Hubert, en Ardenne, dans la province de Luxembourg, il y est baptisé le 25 mai 1766. Il a deux sœurs – Jeanne-Marie et Anne-Marie – et deux frères, Antoine-Ferdinand né en 1756 et Pierre-Joseph, le futur peintre des roses, « Raphaël des fleurs », né en 1759. Après la mort de son père en 1776, il rejoint ses frères à Paris où Pierre-Joseph le forme à la peinture naturaliste. []
  4. Henri-Joseph Redouté a tenu lors de son voyage en Égypte un journal dont une partie nous est parvenue et qui est actuellement conservée à la Bibliothèque de l’Arsenal sous la cote Ms-1543. []

Des origines du dessin archéologique à Digital Muret : l’œuvre de Jean-Baptiste Muret (1795-1866)

Jean-Baptiste Muret, Recueil, IV, pl.25, “Panthères ailées cornues” (BnF, MMA, RES-MS-70100-MUR-GF- (4)).

Le département des Monnaies, médailles et antiques, à côté de ses collections numismatiques et archéologiques, conserve aussi un important apparat documentaire, constitué par les conservateurs pour accompagner l’étude et la connaissance des collections. Un des fonds les plus intéressants est le recueil des dessins de Jean-Baptiste Muret, qui réunit en onze grands volumes in folio le fruit de son travail en tant que dessinateur du Cabinet des Médailles de 1830 à 1866. Il fait actuellement l’objet d’un programme de recherche mené par la BnF et l’INHA : Une histoire de l’art antique inachevée : les dessins de Jean-Baptiste Muret (1795-1866).

  1. Pourquoi dessiner les œuvres antiques ?
  2. Jean-Baptiste Muret: un dessinateur à la BnF
  3. Le Recueil des Monuments antiques dessinés, une source exceptionnelle pour la connaissance des collections d’antiques du XIXe siècle
  4. Le projet: une édition numérique du recueil de dessins
  5. Une recherche collaborative

Continuer la lecture de Des origines du dessin archéologique à Digital Muret : l’œuvre de Jean-Baptiste Muret (1795-1866)

Le projet AVREVS : l’or monnayé en Occident de la fin de la période hellénistique au premier siècle de notre ère

De gauche à droite : statère de Pyrrhus d’Epire (BnF, MMA, Luynes 1894) ; statère de Vercingétorix (BnF, MMA Beistegui 240) ; aureus d’Auguste (BnF, MMA, IMP-4921)

Le prochain congrès de l’Union Internationale des Sciences Préhistoriques et Protohistoriques (UISPP) se tiendra à Paris du 4 au 9 juin. 2018. Cette importante manifestation sera l’occasion d’une présentation du projet AVREVS : A la naissance du monnayage d’or romain : étude et caractérisation de l’or monnayé en Occident de la fin de la période hellénistique au premier siècle de notre ère intitulée : « The AUREUS program: Study and characterization of minted gold in the West from the end of the Hellenistic period to the first century of our era« .

Porté par Arnaud Suspène et rendu possible par le partenariat ancien entre le Centre Ernest-Babelon de l’IRAMAT et le département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France, le projet AVREVS vise à comprendre la mise en place du premier monnayage d’or unitaire de l’Europe occidentale : le monnayage d’or romain, aboutissement d’une tradition pluriséculaire. Ce résultat découlera de l’analyse par LA-ICP-MS de près de 1000 monnaies des principaux monnayages d’or de la zone (Afrique, Grèce, Italie, Monde celtique, Espagne) et de bijoux des collections patrimoniales françaises grâce à des méthodes physico-chimiques développées en Région Centre Val-de-Loire.

Continuer la lecture de Le projet AVREVS : l’or monnayé en Occident de la fin de la période hellénistique au premier siècle de notre ère

L’autre printemps 68 : « ne prenez plus les auspices, prenez le pouvoir ».

     

Fig. 1 : de Néron à Galba (printemps 68 ap. J.-C.). En haut, bronzes de Périnthe (Thrace) au portrait de Néron contremarqués au nom de Galba (en grec, ΓΑΛΒΑ) ; aureus, denier et sesterce de Rome au portrait du nouvel empereur Galba (BnF, MMA).

La fin du principat de Néron (54-68 de n.è.) a été marquée par des événements qui secouèrent l’intégralité du monde romain, depuis la révolte des provinces occidentales contre le pouvoir de l’empereur jusqu’à celle des Juifs contre la domination romaine en général. Comme en mai 1968, les mécontentements se superposèrent contre un pouvoir jugé trop autoritaire et, au profit d’une situation économique, culturelle et politique particulière, un mouvement généralisé de contestation remit en cause le modèle du pouvoir impérial, progressivement mis en place par Auguste un siècle auparavant.

Alors que le mouvement social unit en 1968 les étudiants aux ouvriers, l’Empire romain fut confronté pour la première au printemps 68 de n.è. à une révolte qui impliquait des sénateurs, des chevaliers et des légionnaires. À partir du milieu du mois de mars 68, Néron dut faire face à une révolte ouverte des provinces gauloises et espagnoles ; le conflit atteignit son apogée au mois de mai 68, avec l’affrontement d’une partie des forces des révoltés contre les légions fidèles à Néron, et se conclut, quelques jours plus tard, par la mort de l’empereur qui avait été renversé, et par la reconnaissance d’un nouveau prince, Galba. Continuer la lecture de L’autre printemps 68 : « ne prenez plus les auspices, prenez le pouvoir ».

Maurice Barrès ou le rêve hellénique du Parnasse : la bibliothèque contre le voyage

Maurice Barrès par Jacques-Emile Blanche, Bibliothèque nationale de France, Estampes et photographie, MUSEE OBJ-102

Cet article, issu de réflexions conduites dans le cadre d’une thèse de doctorat, se propose d’étudier le rapport de Maurice Barrès aux Parnassiens à partir de quelques documents du fonds Barrès de la Bibliothèque nationale de France. À la suite du don de Mme Bazin, légataire de Philippe Barrès, le fonds Maurice Barrès est entré dans les collections de la BnF en 1978. Il est composé de la Correspondance, riche de plus de 100 000 lettres reçues, d’une centaine de carnets et de cahiers de notes, des dossiers de genèse des principales œuvres, de dossiers politiques, d’une bibliothèque de plus trente mille ouvrages1.

Continuer la lecture de Maurice Barrès ou le rêve hellénique du Parnasse : la bibliothèque contre le voyage

  1. Voir à la Bibliothèque nationale de France, au département des manuscrits, la cote NAF 28210 et au département Littérature et art, la bibliothèque [Z BARRÈS] []

Projet de Polices des Inscriptions Monétaires : le cas des monnaies ibériques et carthaginoises

Dans le cadre du projet PIM (Police de caractère pour les Inscriptions Monétaires) mené par la Bibliothèque nationale de France sous la direction de Florence Codine, est envisagée la création de différents alphabets à partir des lettres rencontrées dans les légendes monétaires, afin de donner à leur description plus de précisions. A été considéré parmi l’ensemble des monnaies disponibles au département des Monnaies, médailles et antiques (MMA) l’ensemble des monnaies ibériques et puniques dont les caractères spécifiques nécessitaient la création de polices propres.

Continuer la lecture de Projet de Polices des Inscriptions Monétaires : le cas des monnaies ibériques et carthaginoises

For a Digital Archaeology of Coins? A RTI project on Celtic coins kept at the BnF

Lire ce billet en français : Pour une archéologie numérique des monnaies ? Un projet RTI sur les collections celtiques de la BnF

Foreword, by Dominique Hollard (BnF curator of Celtic Coins)

The research project initiated by A. Baron Tacla from Universidade Federal Fluminense (Rio de Janeiro) immediately caught our attention. The technology used (RTI) seems indeed particularly well adapted to the Celtic coinages. They are as marked by a rather complex iconography as many non figurative types. Blanks are usually smaller than engraved dies employed as punches. The use of the RTI thus appears as a privileged way to better understand these objects, particularly those kept at the  BnF – the most important Celtic coinages collection in the world, 11,000 coins – available to be used as a material for the development of this promising technology.

Stater, billon, Curiosolites, 6,40g (BnF, MMA, 6586)

Continuer la lecture de For a Digital Archaeology of Coins? A RTI project on Celtic coins kept at the BnF

Pour une archéologie numérique des monnaies ? Un projet RTI sur les collections celtiques de la BnF

Read this post in English: For a Digital Archaeology of Coins? A RTI project on Celtic coins kept at the BnF

Avant-propos, par Dominique Hollard (chargé du fonds des monnaies celtiques de la BnF)

Le projet de recherche initié par Adriene Baron Tacla de l’Universidade Federal Fluminense (Rio de Janeiro) a immédiatement attiré notre attention. La technologie utilisée (RTI) semble en effet particulièrement bien adaptée aux monnayages celtiques, qui se distinguent par une iconographie assez complexe ainsi que par le grand nombre de types non figuratifs. Les flans sont généralement plus petits que les coins (matrices) gravés et utilisés pour frapper les monnaies. La technique RTI apparaît donc comme un moyen privilégié pour mieux comprendre ces objets, notamment les fonds conservés à la BnF – la plus importante collection de monnaies celtiques au monde avec 11 000 pièces.

Statère de billon Curiosolites, 6,40g (BnF, MMA, 6586)

Continuer la lecture de Pour une archéologie numérique des monnaies ? Un projet RTI sur les collections celtiques de la BnF

La BnF obtient le projet européen ARCH : Ancient Coinage as Related Cultural Heritage

Le département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF a obtenu de l’Initiative de Programmation Conjointe sur le Patrimoine Culturel (le Joint Programming Initiative on Cultural Heritage) un financement de 570 000 € pour un nouveau projet de recherche visant à inscrire la monnaie grecque dans le web sémantique.

Le projet sera dirigé par Frédérique Duyrat (directrice du département des Monnaies, médailles et antiques, Bibliothèque nationale de France, Paris), Andrew Meadows (New College, Oxford) et Pere Pau Ripollès (Universitat de València).

Pour en savoir plus, lisez le billet publié par Olivier Jacquot sur le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France ou déroulez l’article ci-dessous:

Journée d’études « Les Antiques à l’épreuve du marteau », le 26 janvier 2018

Coupe attique à figures rouges attribuée au peintre de Brygos, vers 480 av. J.-C., découverte à Vulci. BnF, MMA, De Ridder.581

La BnF participe vendredi 26 janvier à la journée d’études, Les Antiques à l’épreuve du marteau, premiers résultats et perspectives du programme « Répertoire des ventes d’antiques en France au XIXe siècle », qui se tiendra à l’Institut national d’histoire de l’art en  galerie Colbert, salle Giorgio Vasari.

L’INHA, en collaboration avec le musée du Louvre, élabore depuis quelques années un répertoire des ventes françaises d’antiques, qui permet de travailler sur le parcours et la réception d’objets de l’antiquité (vases, statuettes, peintures murales, gemmes, bijoux …) et ouvre des pistes de recherches concernant aussi bien l’histoire des collections que l’histoire culturelle et sociale du XIXe siècle. 

A l’occasion de cette journée, point d’étape du projet, Louise Detrez, conservatrice en charge des fonds de céramiques, terres cuites, et verres au département des Monnaies médailles et antiques évoquera la vente en 1836 du colossal cabinet d’antiquités du chevalier Durand (1768-1835). Julien Olivier, en charge de la collection des monnaies grecques dans le même département, présentera quant à lui les usages faits des catalogues de vente en numismatique ainsi que le projet de numérisation des fonds conservés à la BnF.

Le programme complet ainsi que toutes les informations pratiques sont disponibles sur le site de l’INHA.

Lire le compte rendu de la journée sur le carnet Les ventes d’antiques en France au XIXe siècle.

Visionner les vidéos des conférences:

Les éditions des tragédies de Sénèque conservées à la Bibliothèque nationale de France (XVe-XIXe s.)

Cet article présente les premiers résultats d’une recherche plus large, entreprise dans le cadre d’une Habilitation à diriger des recherches1, qui portera sur l’histoire des éditions des tragédies de Sénèque, depuis la princeps (Ferrare, 1478 – nous y reviendrons) jusqu’à l’édition de F. Leo (Berlin, 1878-1879). Notre corpus d’étude compte au total 29 éditions, parues sur quatre siècles, mais inégalement réparties : trois éditions pour le XVe s., dix pour le XVIe s., sept pour le XVIIe s., deux pour le XVIIIe  et sept pour le XIXe siècle.

Les éditions présentes à la BnF sont au nombre de 17, soit presque deux tiers de la documentation. Nous citons chacune d’elles dans ce qui suit, en accompagnant leur présentation d’un bref commentaire sur ce qui a retenu notre attention et constitue l’un des principaux intérêts de l’édition en question.

Continuer la lecture de Les éditions des tragédies de Sénèque conservées à la Bibliothèque nationale de France (XVe-XIXe s.)

  1. titre provisoire du mémoire inédit « Relecture des tragédies de Sénèque à travers leur histoire éditoriale », garant Jean-Frédéric Chevalier, Professeur de langue et littérature latines à l’Université de Lorraine. Soutenance prévue fin 2018 []

Journée d’Étude : Sensualité et sexualité en numismatique

Statère d’argent de Thasos (Thrace), Ve siècle av. J.-C. (BnF, MMA, 1973.1.3)

La Bibliothèque nationale de France et la Société française de Numismatique organisent le samedi 2 décembre 2017 une journée d’étude dédiée à la sensualité et à la sexualité en numismatique. Cette thématique s’inscrit dans le renouvèlement des sciences historiques et sociales, notamment l’histoire des sensibilités et les études de genre. Objets certes à la mode, ils n’ont cependant pas épuisé toutes les sources disponibles. Ainsi les objets monétiformes, dans leur matérialité, dans une vaste Europe méditerranéenne de l’Antiquité (le matin) aux époques médiévales et modernes (l’après-midi), seront abordés sous cet angle, permettant un croisement disciplinaire, géographique et chronologique inédit.

Le nombre de places étant limité à 50, merci de s’inscrire par courriel à sfnum@hotmail.fr

Continuer la lecture de Journée d’Étude : Sensualité et sexualité en numismatique

L’enseignement de l’archéologie au 19e siècle : Aubin-Louis Millin à la Bibliothèque nationale

En 1795, le savant naturaliste Aubin-Louis Millin (1759-1818) succède à l’abbé Jean-Jacques Barthélémy (1716-1795) à la charge de « garde des médailles du Cabinet des médailles »1. Cette année a également été décidée la création d’un Muséum des Antiques, dont la fondation entraîne la création d’un poste de conservateur ayant la charge de mettre en valeur les collections du département et de donner des leçons sur ces objets et les thématiques qu’ils mobilisent.

Portrait d’Aubin-Louis Millin, membre de l’Institut. RMN-Grand Palais (musée des châteaux de Malmaison et de Bois-Préau)

Continuer la lecture de L’enseignement de l’archéologie au 19e siècle : Aubin-Louis Millin à la Bibliothèque nationale

  1. Cette étude est issue d’une thèse de doctorat, en cours de publication : Élise Lehoux, « La mise en images, en livres et en savoirs de la mythologie classique : France Allemagne (1720-1850) », sous la direction de François Lissarrague, École des Hautes Études en Sciences Sociales, 2015, 2 vol. []