Archives de catégorie : recherches

Les casques corinthiens de la BnF

Le département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France (également appelé Cabinet des médailles) conserve des objets variés. La collection numismatique y occupe une place prépondérante aux cotés de céramiques, de verreries, de sculptures mais aussi de bronzes grecs dont des casques de type « corinthien »12

Protection défensive incontournable de la panoplie du guerrier grec, les premières apparitions sur céramique du casque grec remontent à la fin du VIIIe siècle3. Il devient rapidement un équipement prisé des célèbres « hoplites » et se diffuse en Grande-Grèce puis dans l’ensemble du bassin méditerranéen. Hérodote est le premier auteur ancien à l’évoquer de son nom originel. Dans son chapitre sur les peuples de Libye, il raconte que les Auses, habitant sur les bords du lac Triton, séparent leurs filles en deux camps qui s’affrontent le jour de la fête de la déesse Athéna. Avant qu’elles ne s’opposent les unes aux autres, une cérémonie doit se dérouler durant laquelle le peuple est invité à élire la plus belle des filles. Celle-ci, une fois désignée, doit se vêtir d’une armure à la grecque et d’un casque corinthien puis être promenée, sur un char, tout autour du lac4.

Hoplite coiffé d’un casque corinthien. Fragment de couvercle de lekané, VIe siècle av. J.-C. BnF, MMA, De Ridder.212.1.

Continuer la lecture de Les casques corinthiens de la BnF

  1. Ce travail fait suite à une étude des casques corinthiens conservés au département Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France intervenue dans le cadre de la thèse de l’auteur : Romain Mathan, Le casque corinthien. Histoire et Technique, Université Grenoble Alpes, LUHCIE – EA 742 (romain.mathan@univ-grenoble-alpes.fr). Je tiens à remercier Heide Frielinghaus pour sa relecture et ses commentaires qui ont permis d’améliorer cet article. Je souhaite également remercier Madame Mathilde Avisseau-Broustet, responsable des collections d’objets au département des Monnaies, médailles et antiques, qui m’a accueilli pour cette étude. []
  2. Les dates citées sont toutes avant Jésus-Christ, sauf mention contraire. []
  3. Pflug 1988, 67, Anm. 19 ; 68, Abb. 1. []
  4. Hérodote, Enquêtes, IV, 180. []

Journée d’étude : Les nouvelles vies des divinités grecques en Europe. Figurations textuelles et visuelles du XIVe au XVIe siècle.

Journée d’étude.

Les nouvelles vies des divinités grecques en Europe.

Figurations textuelles et visuelles du XIVe au XVIe siècle.

BnF, Bibliothèque de l’Arsenal, 29 mai 2024, Paris

Le mercredi 29 mai 2024, la bibliothèque de l’Arsenal accueille une journée d’étude du projet de recherche européen Agrelita : The Reception of Ancient Greece in Premodern French Literature and Illustrations of Manuscripts and Printed Books, 1320-1550.

Continuer la lecture de Journée d’étude : Les nouvelles vies des divinités grecques en Europe. Figurations textuelles et visuelles du XIVe au XVIe siècle.

Atelier doctoral: les textes funéraires égyptiens du Nouvel Empire à la Troisième Période intermédiaire

Le mercredi 5 juin 2024 seront présentés des travaux en cours sur les livres funéraires égyptiens conservés dans les collections du département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France.

programme_atelier_doctoral_BnF_Ifao_2024

L’étude, initiée par un atelier doctoral en février 2023 à l’IFAO au Caire (Égypte), à partir des numérisations disponibles sur Gallica des papyrus de la BnF, prend place dans le cadre du programme recherche “Transmission des textes funéraires et pratiques rituelles en Égypte ancienne au Ier millénaire av. n.è. : continuités et changements de la Troisième Période intermédiaire à la Basse Époque” (IFAO / Université de Lausanne / Université de Bâle / BnF).

Cet atelier doctoral se poursuit en juin 2024 par deux journées d’examen des originaux au Département des Manuscrits, à la BnF, précédant la restitution du 5 juin.

Y seront également exposées la lecture spatialisée proposée par Emil Joubert dans le cadre de sa thèse de doctorat soutenue en 2024 et les recherches de Chloé Ragazzoli et Filippo Ronconi (EHESS) autour des supports de l’écrit et construction du texte.

5 juin 2024 (INHA, salle Peiresc)

Les textes funéraires du Nouvel Empire à la Troisième Période intermédiaire : transmission et évolution

Avec la participation de Susanne Bickel, Vanessa Desclaux, Giuseppina Lenzo, Florence Mauric-Barberio, Chloé Ragazzoli

9h00-9h30 Accueil et introduction. Vanessa Desclaux (BnF, Paris) et Giuseppina Lenzo (Université de Lausanne)

Continuer la lecture de Atelier doctoral: les textes funéraires égyptiens du Nouvel Empire à la Troisième Période intermédiaire

Appel à chercheurs à la BnF 2024-2025

La Bibliothèque nationale de France publie chaque année un appel à chercheurs afin de s’associer le concours de jeunes chercheurs à des fins d’étude et de valorisation de ses collections, en priorité celles inédites, méconnues ou insuffisamment décrites. L’appel pour 2024-2025 a été mis en ligne début février.

La date limite de réception des candidatures est le 2 mai 2023 à 12h.

En 2023, ce dispositif a permis d’accueillir 28 chercheurs associés dans 16 départements de la BnF.

Le statut de chercheur associé offre un accueil et un accompagnement dans un département de la BnF, avec un accès facilité aux collections. Les avantages, conditions d’éligibilité et engagements des chercheurs associés sont décrits dans le règlement de l’appel à chercheurs de la BnF dont la consultation est impérative avant toute candidature au présent appel.

Les sujets dédiés à l’antiquité

Cette année, parmi les différentes sujets proposés, plusieurs ont un lien avec l’Antiquité ou sa réception :

Vingt-six stèles puniques de Carthage au Cabinet des Médailles et Antiques

Dans les collections du département des Monnaies, médailles et antiques on compte aujourd’hui vingt-six stèles puniques votives provenant de Carthage, en Tunisie. Elles font figure de rescapées d’un voyage plus ou moins tumultueux de part et d’autre de la Méditerranée à la fin du XIXe siècle puis d’accords entre différentes institutions parisiennes dans la première moitié du XXe s. L’une1 d’entre elles est aujourd’hui exposée dans les nouvelles salles du musée de la BnF, représentante d’une ample collection très intéressante sous bien des angles, dont leur provenance.

Stèle punique exposée dans le musée de la BnF. BnF, MMA,  Inv.54.pun.26 (photo : L. Détrez)

Vingt-cinq stèles votives puniques proviennent de deux missions archéologiques et épigraphiques menées d’une part par Évariste Pricot de Sainte-Marie2 entre 1873 et 1876, et d’autre part par Ernest Babelon et Salomon Reinach3 entre 1883 et 1884. Une dernière stèle4 a été donnée en 1898 par l’épouse d’Edmond Le Blant, directeur de l’École française de Rome de 1882 à 1888.

Continuer la lecture de Vingt-six stèles puniques de Carthage au Cabinet des Médailles et Antiques

  1. BnF, MMA, Inv.54.pun.26. []
  2. Inventaire des 13 stèles Sainte-Marie actuellement conservées à la Bibliothèque nationale, MMA : Inv. 54.pun.1 = S.M.1515 = B.N.14 = CIS 183 ; inv.54.pun.10 = S.M.475 = B.N.61 = CIS 1083 ; inv.54.pun.11 = S.M.2120 = B.N.8 = CIS 1576 ; Inv. 54.pun.12 (CIS 1826) ; inv.54.pun.13 = S.M.1863 = B.N.60 = CIS 1863 d’après inv. BN-CIS ; inv.54.pun.14 ; inv.54.pun.15 = CIS 1886 ; inv.54.pun.16 = B.N. 1655 ; inv.54.pun.2 = S.M.76 = B.N. 55 = CIS 617 ; inv.54.pun.3 = S.M. 77 = B.N. 59 = CIS 618 ; inv.54.pun.4 = S.M. 524 = B.N. 72 = CIS 689 ; inv.54.pun.6 = S.M. 1671 = B.N. 109 = CIS 838 ; inv.54.pun.7 = S.M. 2128 = B.N. 27 = CIS 916 ; inv.54.pun.8 = S.M. 919 = B.N. 15 = CIS 919 ; inv.54.pun.9 = S.M. 2150 = BN. 1 = CIS 921. []
  3. Inventaire des 13 stèles Babelon – Reinach actuellement conservées à la Bibliothèque nationale, MMA : inv.54.pun.18 (B.N. 1716, CIS 2130), inv.54.pun.19 (B.N. 1690, CIS 2166), inv.54.pun.20 (B.N. 1663, CIS 2170), inv.54.pun.21 (B.N. 1603, CIS 2174), inv.54.pun.22 (B.N. 1626, CIS 2180), inv.54.pun.23 (B.N. 1667), inv.54.pun.25 (B.N. 1675), inv.54.pun.26 (CIS 2204), inv.54.pun.27 (B.N. 1720, CIS 2207), inv.54.pun.28 (B.N. 1726). []
  4. Inv.54.pun.29. []

Une « Schatzkammer » des petites antiques au Département des Monnaies, médailles et antiques ? Nouveaux regards sur la collection Froehner

Il y a presque un siècle la collection Froehner faisait son entrée au sein du Cabinet des Médailles1. Cet ensemble archéologique conséquent (env. 3500 œuvres) mêlant petits objets de valeur, statuettes, bijoux, inscriptions, « constitue, pour le Cabinet des médailles, un enrichissement de premier ordre, comparable pour la qualité, au don du duc de Luynes »2. Si ce n’est ni dans son caractère esthétique, ni dans son aspect spectaculaire que s’exprime la qualité de la collection de ce chercheur allemand, c’est bien dans son intérêt scientifique. La collection Froehner est en effet celle d’un antiquaire qui a vécu dans la France de la Belle Époque : historien de l’antiquité, archéologue, philologue, numismate et quelque peu byzantiniste, Wilhelm Froehner (1834-1925) était tout cela à la fois, avec une prédilection nettement marquée pour l’antiquité classique. Ses intérêts multiples l’ont conduit à rassembler, dans une accumulation digne de celle d’une Schatzkammer3 princière allemande, des petits objets archéologiques divers sur les plans typologiques, chronologiques, matériels et fonctionnels, le plus souvent inscrits. La collection Froehner nous invite ainsi à passer du strigile en bronze au manche de fouet de cocher en ivoire, du timbre amphorique grec à l’intaille d’époque romaine, du plat en sigillée au décret impérial en grec, de la balle de fronde en plomb à la bague osque en or, dans un mélange parfois déroutant. Comment classer, étudier, conserver un tel ensemble, d’aspect si hétéroclite ?

Alice Grégoire, Buste de Wilhelm Froehner, 1870, BnF MMA buste 1 sur Gallica

Continuer la lecture de Une « Schatzkammer » des petites antiques au Département des Monnaies, médailles et antiques ? Nouveaux regards sur la collection Froehner

  1. Enregistrement : le 18 décembre 1929, n° 12702 du registre Y. []
  2. Salomon Reinach, « A propos de W. Froehner », Revue archéologique, juillet-septembre 1925, p. 140-154 en ligne sur Gallica. []
  3. « salle du trésor » en allemand. []

Éléphants, chevaux et divinités. Monnaies puniques et l’iconographie du film Cabiria (1914)

Dans ma nouvelle publication Quo vadis, Cabiria and the ‘Archeologists’, j’examine la manière dont les premiers longs métrages italiens sur l’Antiquité tels que Quo vadis? (1913) et Cabiria (1914) se sont appropriés la culture du XIXsiècle : la littérature, le théâtre et – surtout – la peinture d’artistes ‘archéologistes’ tels que Jean-Léon Gérôme, Lawrence Alma-Tadema et Georges-Antoine Rochegrosse. J’ai également cherché à explorer, notamment pour Cabiria, le rapport entre l’iconographie du cinéma et l’état de l’archéologie et des collections muséales au début du XXsiècle. Pour l’épopée Cabiria, qui se déroule en Sicile, à Carthage et à Cirta (l’actuelle Constantine) pendant la deuxième guerre punique (218-201 av. J.-C.), il s’agissait de rechercher des études sur l’archéologie de Carthage de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, mais aussi de faire des recherches, par exemple, au Musée du Louvre. Il en est ressorti que certains motifs tels que les chevaux et les éléphants ne se retrouvent pas tant dans la collection du Louvre que plutôt sur les monnaies puniques de la collection de la Bibliothèque nationale de France.

Continuer la lecture de Éléphants, chevaux et divinités. Monnaies puniques et l’iconographie du film Cabiria (1914)

Lire un papyrus égyptien au XXIe siècle : édition numérique du papyrus Prisse (1800 av. è. c.)

Aujourd’hui conservé à la Bibliothèque nationale de France, le papyrus Prisse est l’un des plus anciens manuscrits littéraires connus. Produit à l’aube du deuxième millénaire avant notre ère, c’est un rouleau de plus de 7 mètres de long sur 15 cm de haut. Le papyrus est un recueil d’enseignements, une sorte de bibliothèque en réduction. Malgré la mise en scène de personnages historiques d’un passé ancien et prestigieux – des vizirs de l’Ancien Empire, au temps des pyramides – le rouleau et ses textes datent du Moyen Empire (1640-2063 av. è. c.) et plus précisément de la 12e dynastie (1781-1991 av. è. c.), au temps des Sésostris. C’est l’époque d’épanouissement de la littérature égyptienne, qui explore les valeurs et la vision du monde des membres de l’élite, proches du pouvoir.

Visionneuse en ligne du papyrus permettant de suivre la traduction sur le document original, avec possibilité d’afficher/ne pas afficher la transcription en hiéroglyphes et la translittération.

Le programme de recherche ÉCRITURES mène une réflexion sur tous les éléments de signification, qui contribuent au sens d’un manuscrit, au-delà du seul message linguistique : de la philologie traditionnelle aux humanités numériques, en passant par l’interprétation à haute voix, quels sont les moyens à notre disposition pour donner au lecteur moderne une expérience du manuscrit ancien qui soit au plus proche de ce qu’elle pouvait être pour le scribe antique ?

Continuer la lecture de Lire un papyrus égyptien au XXIe siècle : édition numérique du papyrus Prisse (1800 av. è. c.)

Les papyrus oubliés de Seymour de Ricci

Dans les magasins de la BnF se trouvent des trésors inconnus du public. Parmi eux, des milliers de fragments de papyrus, de parchemin et de papier inscrits en grec ancien, démotique, copte et arabe1 attendent patiemment d’être redécouverts. Ces documents, légués à la BnF par Seymour de Ricci (1881-1942), un érudit bibliophile, sont conservés dans des boîtes en carton, certains encore en vrac. Malgré quelques campagnes d’identification et de conditionnement2, le nombre et la variété des documents ont découragé les bibliothécaires et les conservateurs de les traiter dans leur totalité à leur arrivée.

Boîte n°2 du fonds Seymour de Ricci, boîte en carton vue de l’extérieur.

Lors du Congrès international de papyrologie de 2022 qui s’est tenu à Paris, le fonds Seymour de Ricci a été mentionné pour attirer l’attention de la communauté scientifique sur l’importance des fragments encore inédits3. Ainsi, la BnF souhaite maintenant les rendre accessibles aux groupes de recherche, autant intellectuellement que physiquement, en les inventoriant et en les conditionnant.

Boîte n°10 du fonds Seymour de Ricci, boîte en fer blanc vue de l’intérieur, fragments de papyrus et de cartonnage de momie.

Continuer la lecture de Les papyrus oubliés de Seymour de Ricci

  1. L’écriture hiéroglyphique, apparue à la fin du VIe millénaire av. J.-C., est employée pour les textes religieux tout au long de l’histoire de l’Égypte ancienne. Le hiératique, sa simplification, est attesté pour la pratique quotidienne à partir du IIIe millénaire av. J.-C. avant d’être progressivement supplanté par sa propre simplification, le démotique, au VIIe siècle av. J.-C. Au IIIe siècle ap. J.-C., les chrétiens d’Égypte utilisent le copte, dérivé du démotique, comme langue liturgique, qu’ils écrivent avec l’alphabet grec augmenté de caractères démotiques. Lors de la conquête de l’Égypte par les Arabes en 641 ap. J.-C., l’arabe devient la langue officielle du pays. []
  2. Ces campagnes ont permis la cotation et le reconditionnement des documents suivants : Egyptien 240, 241, 242, 245, 246, Supplément grec 1291, 1294, 1336-1340, Copte 164, 165, 169, 170, 171, 172, 173, 174, Nouvelle acquisition latine (NAL) 3147 et Arabe 7075-7076, 7191-7203, en grande partie numérisés sur Gallica. []
  3. Desclaux Vanessa. “La collection papyrologique « orientale » de la Bibliothèque nationale de France”, XXXe Congrès international de papyrologie, conférence présentée à Paris, 30 juillet 2022. []

Le vocabulaire ornemental antique dans la Nouvelle iconologie historique de Jean-Charles Delafosse (1768)

La référence à l’antiquité est constante dans le corpus des iconologies1, dès l’édition princeps de Ripa en 15932. Elle y prend différentes formes. En premier lieu, elle justifie chez Ripa la composition-même de son ouvrage, lui qui entend analyser la méthode permettant de donner une forme sensible à la définition – au sens aristotélicien – des concepts3. Dès le titre, il indique décrire des images universelles « tirées de l’Antiquité et d’autres lieux4 ». Pour appuyer sa démarche, dans son Proemio, il se réfère à Aristote, à Platon, à Pythagore et plus généralement aux « philosophes » et aux « prophètes », mais aussi à la « sapience des Égyptiens », fut-ce pour la critiquer.

Ce sont encore ces références qui lui servent d’argument dans le corps d’ouvrage, l’humaniste italien n’hésitant pas à additionner les sources pour motiver ses propositions iconographiques. Ainsi, pour expliquer la présence de la salamandre dans la personnification du feu, il écrit :

Della salamandra Plinio nel lib. 10 cap. 67 dice, che è animale simile alla lcertola, pieno di stelle, il quale non vien mai, se non à tempo di lunghe pioggie, & per sereno manca.

Questo animale è tanti freddo, che spegne il fuoco tocco non altrimente, che farebbe il ghiaccio, & dicesi anco, che quest’animale sta, & vive nel fuoco, & più tosto l’estingue, che da quello riceva nocumento alcuno, come dicono Aristotele, & altri scritori delle cose naturali5.

Les auteurs convoqués étayent l’argumentation en raison de l’ancienneté de leurs écrits, qui leur confère force de preuve, et en tant que caution intellectuelle.
Les suiveurs de Ripa n’agissent pas autrement, dans la majorité des cas. Ils en appellent aux sources littéraires antiques comme autant d’autorités qui prouvent que non seulement on peut représenter tel ou tel concept de telle ou telle manière, mais encore, on le doit. Pourtant, plus les éditions se multiplient, plus les compositions proposées et l’interprétation des attributs varient d’un iconologiste à l’autre. Plus encore, certains n’hésitent pas à remettre explicitement en cause les choix de Ripa6.

Continuer la lecture de Le vocabulaire ornemental antique dans la Nouvelle iconologie historique de Jean-Charles Delafosse (1768)

  1. Nous désignons par iconologies l’ensemble des publications qui s’inscrivent dans la filiation de l’Iconologia de Cesare Ripa et qui proposent des solutions visuelles pour représenter les concepts, associant personnification et attributs ou, dans certains cas, des combinaisons d’attributs sans personnification. []
  2. Cesare Ripa, Iconologia overo Descrittione Dell’imagini Universali cavate dall’Antichità et da altri luoghi, Rome, Heredi di Giovanni Giggliotti, 1593. Voir sur Gallica. []
  3. Cesare Ripa, « Proemio » dans Iconologia overo Descrittione Dell’imagini Universali cavate dall’Antichità et da altri luoghi, Rome, Heredi di Giovanni Giggliotti, 1593. []
  4. Voir note 1. []
  5. « Pline dit de la salamandre au chapitre 10, chapitre 67, que c’est un animal semblable au lézard, plein d’étoiles, qui ne vient jamais qu’au moment des longues pluies, et quand la pluie vient à manquer. Cet animal est si froid qu’il n’éteint pas le feu autrement que ne le ferait la glace, et l’on dit aussi que cet animal vit dans le feu et l’éteint plus vite qu’il n’en reçoit de mal, comme le disent Aristote et d’autres qui ont écrit sur les choses naturelles. » Cesare Ripa, Iconologia overo Descrittione di diverse Imagini cavate dall’antichità, & di propria inventione, Rome, Lepido Faci, 1603. Notons que dès cette deuxième édition de l’ouvrage, dans le titre, les « autres lieux » sont devenus « sa propre invention » []
  6. Charles-Étienne Gaucher, Hubert-François Gravelot, Charles-Nicolas Cochin, Iconologie ou traité des allégories, Paris, Lattré, 1795, p. XI []

Colloque : Traitements automatiques pour les humanités numériques – corpus d’histoire de l’art, d’enseignement, d’urbanisme

15 mai 2023, 9 h 30 -17 h 30

amphithéâtre du bâtiment Max Weber 

Université Paris Nanterre

Ce colloque porte sur les traitements automatiques pour les données des sciences humaines et sociales par des méthodes relevant du traitement automatique de la langue (TAL) et/ou de l’apprentissage automatique appliqués aux corpus textuels principalement. Différents projets faisant appel à ces approches numériques seront ainsi présentés : le programme de la journée

Ce colloque est organisé dans le cadre du projet MonumenTAL dont est partenaire la BnF.

Continuer la lecture de Colloque : Traitements automatiques pour les humanités numériques – corpus d’histoire de l’art, d’enseignement, d’urbanisme

Appel à chercheurs à la BNF 2023-2024

La Bibliothèque nationale de France publie chaque année un appel à chercheurs afin de s’associer le concours de jeunes chercheurs à des fins d’étude et de valorisation de ses collections, en priorité celles inédites, méconnues ou insuffisamment décrites. L’appel pour 2023-2024 a été mis en ligne fin janvier. La date limite de réception des candidatures est le 2 mai 2023 à 12h.

En 2022, ce dispositif a permis d’accueillir 31 chercheurs associés dans 17 départements de la BnF.

Le statut de chercheur associé offre un accueil et un accompagnement dans un département de la BnF, avec un accès facilité aux collections. Les avantages, conditions d’éligibilité et engagements des chercheurs associés sont décrits dans le règlement de l’appel à chercheurs de la BnF dont la consultation est impérative avant toute candidature au présent appel.

Les sujets dédiés à l’antiquité

Cette année, parmi les différentes sujets proposés, certains ont un lien avec l’Antiquité :

Pour information, un autre appel en mars 2023 (date limite du dépôt de candidature le mercredi 31 mai 2023 à minuit) sera fait en vue d’un contrat postdoctoral en partenariat avec l’École universitaire de recherche Translitterae (PSL). Translitteræ explore les Humanités du point de vue des circulations dont elles résultent et analyse la constitution même des disciplines comme le résultat de processus permanents de transferts. Quatre thématiques sont couvertes par Translitteræ : Textes en translation, Histoires et transferts, Pensée critique transdisciplinaire, Humanités, sciences et techniques.

Champollion et le gaulois. Sur une mystérieuse inscription d’Eauze

À l’été 2022, lors d’une visite de l’exposition L’aventure Champollion. Dans le secret des hiéroglyphes à la BnF-François Mitterrand, une question a été posée à l’une des personnes chargées des visites : à partir de quelles sources Jean-François Champollion a-t-il pu étudier les éléments de gaulois mentionnés sur le mur des langues présent dans l’exposition ?

Contactée par l’une des commissaires de cette exposition, je me plongeai dans les notes du plus célèbre des égyptologues, disponibles sur Gallica.

Continuer la lecture de Champollion et le gaulois. Sur une mystérieuse inscription d’Eauze

Publication : L’argent gaulois. Dépôts monétaires de la « zone du denier »

Si les trésors de monnaies antiques sont nombreux en France, la très grande majorité d’entre eux concerne la période gallo-romaine, à travers le numéraire tardif de la République et surtout celui de l’époque impériale1. Bien moins fréquents – et d’autant plus précieux sur le plan historique – sont les dépôts composés de séries celtiques pourtant produites sur le territoire national. Or, seuls de tels ensembles sont à même de permettre l’avancée des études, non seulement concernant la monnaie gauloise, mais sur l’histoire même des peuples qui occupaient la Gaule avant la conquête césarienne, le numéraire indigène étant notre source majeure en l’absence de textes attribuables à des auteurs autochtones.

Cela souligne l’importance et la singularité du volume qui vient de paraître dans la collection des Trésors Monétaires, éditée par la BnF depuis 19792. Cet ouvrage de 230 pages, publié sous la direction scientifique de P.-M. Guihard et abondamment illustré est, pour la première fois, consacré exclusivement à des ensembles monétaires gaulois. Il s’agit plus précisément d’espèces en argent appartenant à ce qu’il est convenu d’appeler la « zone du denier », qui furent produites et circulèrent entre le dernier tiers du IIe siècle avant notre ère et l’époque augustéenne.

Continuer la lecture de Publication : L’argent gaulois. Dépôts monétaires de la « zone du denier »

  1. Voir à ce sujet V. Drost, “Les trésors au Cabinet des Médailles et le programme “Trouvailles Monétaires”“, in L’Antiquité à la BnF, 06/08/2019 []
  2. Sur la série Trésors Monétaires, voir le billet de  L. Trommenschlager, “45 années, 30 volumes : la série Trésors monétaires de la BnF“, in L’Antiquité à la BnF, 31/12/2022 []

Séminaire : La restauration de l’amphore pointue du Peintre d’Achille (18 novembre à 11h)

Le 18 novembre à 11h, Clara Bernard (musée du Louvre), Sarah Busschaert (C2RMF), Louise Détrez (BnF) et Marie-Christine Nollinger (restauratrice libérale) exposeront les enjeux et les acquis de la restauration fondamentale de l’amphore pointue du Peintre d’Achille (BnF, MMA, De Ridder.357) .

Séminaires du C2RMF, vendredi 18 novembre 2022, 11 heures, Auditorium Palissy et visioconférence
Inscription obligatoire pour venir à l’auditorium
Continuer la lecture de Séminaire : La restauration de l’amphore pointue du Peintre d’Achille (18 novembre à 11h)