Archives de catégorie : publications

Parution de Trésors monétaires XXIX : Le trésor monétaire romain de Saint-Germain-lès-Arpajon, un dépôt géant du IIIe siècle après J.-C.

Plus d’une décennie après sa découverte en 2008, le trésor de Saint-Germain-lès-Arpajon (Essonne) fait l’objet d’une publication exhaustive dans le 29e volume de la série Trésors monétaires, éditée par la BnF. Ce dépôt monétaire de taille hors norme se compose de 33 858 monnaies romaines en alliage cuivreux qui représentent une masse totale avoisinant les 100 kg. C’est la première fois en France qu’un trésor d’une telle ampleur est intégralement publié1. Plusieurs dépôts du même type, plus imposants encore, ont été publiés en Angleterre dans les années 1980 (trésors de Cunetio et de Normanby). Ces études restent des références pour ce qui est du classement des émissions monétaires du IIIe siècle de notre ère. Mais, plusieurs décennies plus tard, l’approche archéologique des dépôts monétaires a évolué. L’étude du trésor de Saint-Germain-lès-Arpajon en rend compte puisqu’elle comprend, outre l’habituelle étude numismatique, un volet archéologique développé.

Cette publication est l’aboutissement d’un travail pluridisciplinaire au long cours qui a associé numismates et archéologues et qui a été conjointement coordonné par le département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF et le Service régional de l’archéologie d’Île-de-France. L’ensemble de l’équipe2 est restée mobilisée sur ce projet tout de long de l’aventure. Ceci mérite d’être souligné car l’étude d’un trésor monétaire d’une telle ampleur requiert de la persévérance.

Continuer la lecture de Parution de Trésors monétaires XXIX : Le trésor monétaire romain de Saint-Germain-lès-Arpajon, un dépôt géant du IIIe siècle après J.-C.

  1. Certains trésors français volumineux ont toutefois été publiés de manière exemplaire. On citera notamment les publications consacrées aux trésors d’Éauze (D. Schaad (dir.), Le trésor d’Éauze. Bijoux et monnaies du IIIe siècle après J.-C., Toulouse, 1992) ou de Luxeuil (D. Gricourt, La Chapelle-lès-Luxeuil (Haute-Saône), 15 518 nummi constantiniens, Trésors monétaires XVIII, Paris, 2000). []
  2. Ont participé à l’étude : Vincent Drost (BnF), Bruno Foucray (CNRS), Dominique Hollard (BnF), Florence Moret-Auger (Inrap), Francine N’Diaye (BnF), Fabien Pilon (CNRS), Christian Piozzoli (SRA IdF), Véronique Pissot (Inrap) et Ludovic Trommenschlager (EPHE/Université de Lille). []

Les trésors de monnaies grecques de la BnF intègrent le portail Coin Hoards

3034 monnaies grecques de la BnF provenant de 96 trésors référencés dans l’Inventory of Greek Coin Hoards (IGCH) intègrent le portail Coin Hoards (CH), élaboré par l’American Numismatic Society.

Coin Hoards (CH)

Les cabinets numismatiques – au rang desquels figure le département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF – sont depuis longtemps le lieu privilégié des études consacrées aux monnaies anciennes. Les collections qui y sont conservées ont pour vocation de rassembler la variété des monnayages émis depuis l’Antiquité jusqu’aux périodes les plus modernes. Malgré tout une part conséquente des fonds provient plus ou moins directement de trouvailles archéologiques anciennes, fortuites ou non.

Citons à la volée le trésor d’Athènes 1788 (IGCH 2), représenté à la BnF par 26 didrachmes dit wappenmünzen, le premier monnayage d’Athènes avant l’apparition des fameuses chouettes à la fin du VIe siècle av. J.-C ; ou encore le trésor de Lattakié 1759 (IGCH 1544), le tout premier dépôt monétaire ayant fait l’objet d’une publication scientifique, dès 1765. Enfin, il paraît impossible de ne pas évoquer le trésor d’Auriol 1867 (IGCH 2352), dont presque un quart des 2130 fractions d’argent archaïques de Massalia sont conservées à la BnF : un trésor dont la découverte constitue l’acte de naissance de l’étude des monnayages grecs du sud de la Gaule.

La numérisation de parts croissantes des collections de même que le développement d’outils et de référentiels communs à la discipline (Nomisma) offrent l’opportunité de rassembler à présent des objets qui peuvent être conservés en différents endroits pour recomposer en ligne des trésors monétaires dispersés il y a longtemps. C’est ce que permet à présent le portail Coin Hoards (CH), projection numérique de l’IGCH, publié en 1973.

Continuer la lecture de Les trésors de monnaies grecques de la BnF intègrent le portail Coin Hoards

Le plus ancien codex conservé avec sa reliure

Archive: image du mois d’août 2020

août 2020: Le plus ancien codex conservé avec sa reliure

Reliure du codex contenant les traités de Philon, département des Manuscrits, Supplément grec 1120, source: images.bnf.fr

Le Supplément Grec 1120 conservé au département des Manuscrits est le plus ancien livre, ou « codex »1, avec reliure connu. Les datations proposées oscillent du IIIe au Ve siècle2.

Le manuscrit contient 44 feuillets, composés en quatre cahiers de 10, 10, 12 et 12 feuillets sur papyrus. Les pages ont été montées sous un cadre en verre à la Bibliothèque pour en permettre la conservation et la manipulation, seul le dernier feuillet pris dans la reliure a été laissé en place. Le texte est inscrit sur deux colonnes avec 34 à 38 lignes par colonne.

Page et reliure en cuir avec languette et cordon du Supplément Grec 1120, photographies de la publication par Vincent Scheil en 1892

La reliure en portefeuille est formée d’une couverture en cuir avec une languette et un cordon pour la fermeture. Son acheteur et premier éditeur Vincent Scheil décrit aussi la présence d’une couture de cahiers réalisée à base d’une fibre végétale3.

Le livre consiste en la copie, parmi les plus anciennes conservées, de deux traités écrits en grec par l’exégète de la Bible, le philosophe juif hellénisé, Philon d’Alexandrie. Il s’agit de commentaires de passages de la Genèse, connus et publiés couramment sous les titres latins de Quis Rerum divinares Heres sit [L’héritier des biens divins. Sur Genèse XV, 1-18] et De Sacrificiis Abelis et Canis [Les sacrifices d’Abel et de Caïn. Sur Genèse IV, 2-4].

Supplément Grec 1120, f. 87, second traité de Philon (cliché de l’autrice)

Le choix de Philon de commenter la version grecque de la Bible (Septante) plutôt qu’une Bible en hébreu est souvent avancé pour expliquer l’influence de Philon sur les Pères de l’Église et la large diffusion de ses textes en milieu chrétien, comme ici.

La reliure était étoffée par un bourrage de papyri remployés d’un évangéliaire en grec. Les morceaux étudiés ont permis d’identifier plusieurs passages de l’Évangile de Luc et de l’Évangile de Matthieu, datés de la fin du IIe-IIIe siècles4. Ce dernier serait le plus ancien fragment de l’Évangile de Matthieu et de codex avec texte en deux colonnes connus5.

Ce manuscrit fut mis au jour en 1889 à Coptos (Haute-Égypte), siège d’un évêché6. Il a été retrouvé muré dans une niche. Il fut acquis par Vincent Scheil à Louqsor en 1891 qui en fit don à la Bibliothèque7.

Le site, toujours fouillé à l’heure actuelle, vient de donner lieu à la publication d’une base de données en ligne des objets en provenant et actuellement dispersés dans les collections à travers le monde.

Supplément Grec 1120, f. 3, détail du bas de page (cliché de l’autrice)

Pour aller plus loin

Citer ce billet : Vanessa Desclaux, "Le plus ancien codex conservé avec sa reliure", in L’Antiquité à la BnF, 01/08/2020, https://antiquitebnf.hypotheses.org/11614, [consulté le 23/10/2020].
  1. « ce terme désigne la forme du livre occidental depuis l’Antiquité, composé de cahiers reliés les uns aux autres. Le format du codex apparaît en 85 de notre ère, le mot lui-même au IIIe siècle. Le mot « livre » apparaît à la fin du XIe siècle », source: classes.bnf.fr. []
  2. J. Van Haelst, Catalogue des papyrus littéraires juifs et chrétiens, 1976, n° 635. []
  3. V. Scheil, Deux traités de Philon Traités réédités, MMAF 9/2, Le Caire, 1892, p. iii. []
  4. voir J. Van Haelst, op. cit., n° 336 et 403, K. Aland, « Neue Neutestamentliche Papyri II », New Testament Studies 12, 1966, p. 193-210 en ligne, le site The New Testament Virtual Manuscript Room et T. Wasserman, « A Comparative Textual Analysis of 𝔓4 and 𝔓64+67 », TC: A Journal of Biblical Textual Criticism 15, 2010, p. 1-26  en ligne []
  5. K. Aland, « Neue Neutestamentliche Papyri II », New Testament Studies 12, 1966, p. 193-194 en ligne []
  6. Pour une histoire du site, L. Pantalacci, « Coptos, porte du désert Oriental », In : Le désert oriental d’Égypte durant la période gréco-romaine : bilans archéologiques, Paris : Collège de France, 2018 en ligne. []
  7. V. Scheil, « Archéologie », Revue biblique 1/1, 1892, p. 113-117 en ligne. []

Camée « le Triomphe de Licinius »

Archives : image de mois novembre 2018 : Camée « le Triomphe de Licinius »

camée dit « le triomphe de Licinius », 4e s. de n.è., ancienne collection royale (inventaire de Fontainebleau de 1560, Ms fr 4732, 18r) dpt des monnaies, médailles et antiques, camée 308

Camée en sardonyx à trois couches, brune, bleuâtre et blanche, dans une monture en or émaillé de noir. Un empereur reconnaissable à son diadème, sa cuirasse, son paludamentum et aux insignes du globe et de la lance, s’avance sur un quadrige, écrasant sur son passage six ennemis renversés à terre. Deux Victoires retiennent par la bride les deux chevaux extrêmes. Des personnifications de la lune et du soleil tendent à l’empereur les deux globes célestes. Les dimensions des personnages non réalistes traduisent une hiérarchie : l’empereur, bien qu’étant le plus éloigné est le plus grand. Les dimensions du camée, la beauté de la pierre, la qualité de la gravure et du polissage, la richesse iconographique, en font un des chefs-d’œuvre de la glyptique de cour du Bas-Empire. Il fut remarqué par le peintre Rubens qui le dessina en janvier 1622, lors de son voyage à Paris.

Le département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France conserve une des plus importantes collections de pierres gravées (près de dix mille). Les catalogues rédigés en 1995 (portraits grecs) et 2003 (portraits romains) par Marie-Louise Vollenweider et Mathilde Avisseau-Broustet sont désormais disponibles en ligne dans la collection BnF|Éditions sur Openedition Books. Ces quelques lignes sont extraites du second volume, où le camée, ainsi que de nombreuses autres œuvres de la glyptique, y est décrit et reproduit en couleur sous le numéro 267.

Citer ce billet : Vanessa Desclaux, "Camée « le Triomphe de Licinius »", in L’Antiquité à la BnF, 01/10/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/5447, [consulté le 23/10/2020].

 

Publication : Catalogue des monnaies celtiques, 2. Les monnaies à la croix

Après la publication d’un premier volume de la série des Catalogues des monnaies celtiques (CMC) en 2014 – consacré aux Arvernes (centre de la Gaule) -, un second volume  paraît aujourd’hui. Rédigé par Eneko Hiriart du CNRS (IRAMAT-CRP2A, UMR 5060), ce catalogue est consacré aux monnaies à la croix (Gaule méridionale) et rassemble les exemplaires conservés à la Bibliothèque nationale de France et au Musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye.

L’ouvrage est coédité par la Bibliothèque nationale de France et le Musée d’Archéologie nationale, avec le concours du laboratoire AOrOc (CNRS-ENS, UMR 8546).

Pour en savoir plus, lisez le billet publié par Olivier Jacquot sur le Carnet de la recherche à la Bibliothèque nationale de France ou déroulez l’article ci-dessous :

La BnF intègre le portail CRRO, consacré aux monnayages de la République romaine

Après PELLA en avril 2016, la BnF intègre un autre portail thématique élaboré par l’American Numismatic Society (ANS) de New York : Coinage of the Roman Republic Online (CRRO).

Principalement fondé sur l’ouvrage de M.H. Crawford, Roman Republican Coinage (1974), ce portail rend accessible 46 873 monnaies de la République romaine de 19 institutions dont l’ANS, le British Museum de Londres, le Münzkabinett de Berlin ou encore le Fitzwilliam Museum de Cambridge.  Avec 20 235 exemplaires, soit 43 % du total, la BnF se place largement au premier rang de tous les contributeurs, et couvre à elle seule 78 % des 2295 types répertoriés !

Continuer la lecture de La BnF intègre le portail CRRO, consacré aux monnayages de la République romaine

Publication de mélanges en l’honneur de Michel Amandry : Rome et les provinces, monnayage et histoire

A gauche, couverture de l’ouvrage ; à droite, Michel Amandry

Les amis, collègues et élèves de Michel Amandry, directeur honoraire du département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF (1991-2013) et président de la Société française de Numismatique (depuis 2014) ont souhaité l’honorer samedi 2 septembre 2017 par la remise d’un volume de mélanges intitulé Rome et les provinces, monnayage et histoire.  Dirigé par L. Bricault, A. Burnett, V. Drost et A. Suspène et édité chez Ausonius Editions (collection Numismatica Antiqua, vol. 7), ce gros ouvrage de plus de 450 pages ne contient pas moins de 31 articles qui font écho aux abondants travaux du spécialiste renommé – 19 pages ne suffisent pas à rassembler l’intégralité de sa bibliographie -, qu’il s’agisse de numismatique grecque, romaine, et surtout provinciale romaine.

L’enseignement de l’archéologie au 19e siècle : Aubin-Louis Millin à la Bibliothèque nationale

En 1795, le savant naturaliste Aubin-Louis Millin (1759-1818) succède à l’abbé Jean-Jacques Barthélémy (1716-1795) à la charge de « garde des médailles du Cabinet des médailles »1. Cette année a également été décidée la création d’un Muséum des Antiques, dont la fondation entraîne la création d’un poste de conservateur ayant la charge de mettre en valeur les collections du département et de donner des leçons sur ces objets et les thématiques qu’ils mobilisent.

Portrait d’Aubin-Louis Millin, membre de l’Institut. RMN-Grand Palais (musée des châteaux de Malmaison et de Bois-Préau)

Continuer la lecture de L’enseignement de l’archéologie au 19e siècle : Aubin-Louis Millin à la Bibliothèque nationale

  1. Cette étude est issue d’une thèse de doctorat, en cours de publication : Élise Lehoux, « La mise en images, en livres et en savoirs de la mythologie classique : France Allemagne (1720-1850) », sous la direction de François Lissarrague, École des Hautes Études en Sciences Sociales, 2015, 2 vol. []

Parution : Les monnaies de la Chine ancienne, des origines à la fin de l’Empire

Conservateur général en charge des monnaies orientales au département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF jusqu’en 2015, François Thierry publie Les monnaies de la Chine ancienne, des origines à la fin de l’Empire (Les Belles Lettres, 2017). Fort de 688 pages et abondamment illustré, cet ouvrage est destiné à devenir la synthèse indispensable pour quiconque s’intéresse aux développements de la monnaie en Chine depuis le Xe siècle avant J.-C. jusqu’à la fin de l’Empire, en 1911. Dans cette somme, l’auteur confronte systématiquement aux données numismatiques les textes historiques et les découvertes archéologiques les plus récentes. Ce faisant, il dresse un tableau complet des monnaies en circulation, des usages de ce medium ainsi que des pratiques financières tout au long de l’histoire multiséculaire de la Chine.

L’œil et la pierre, les cachets à collyres romains de la BnF

Cachet à collyres, BnF MMA, N 4550.

Le documentaire L’œil et la pierre (CNRS Images) retrace le parcours de Muriel Labonnelie, spécialiste de l’ophtalmologie gréco-romaine. Dans le monde romain, les cachets à collyres servaient à estampiller les collyres, des préparations pharmaceutiques à action locale appliquées pour soigner des affections oculaires.

347 cachets à collyres sont actuellement recensés dans le monde. Forte de 46 pièces,  la collection du département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF fait l’objet d’une longue présentation.