Archives de catégorie : gallica

Veaux, vaches, cochons… trésors : quand les animaux découvrent des monnaies

L’histoire est célèbre. La grotte de Lascaux aurait été découverte par un chien prénommé Robot : en pourchassant un lapin il aurait permis à quatre enfants de découvrir l’une des plus importantes grottes ornées du Paléolithique. Les animaux ne découvrent pas que des grottes, ils peuvent aussi mettre au jour des trésors ! Deux histoires tirées de l’inépuisable flot des faits divers ont récemment attiré notre attention. En 2017, en Thaïlande, une tortue dut être opérée pour lui retirer les 915 monnaies d’argent qu’elle avait ingurgitées. En France en 2019, c’est une pie qui est suspectée d’avoir rassemblé dans son nid du parc du château de Versailles 1131 pièces de monnaies, majoritairement des centimes d’euros.

A la BnF, le département des Monnaies, médailles et antiques conserve à la fois de nombreuses monnaies, dont beaucoup proviennent de trésors, et les archives relatives aux trésors étudiés, notamment dans le cadre du programme « Trouvailles monétaires ». Nous proposons ici de rassembler différentes mentions de trésors découverts par des animaux éparpillées dans la littérature spécialisée ou dans les archives.

La Taupe, dessin de Buvée, vers 1760 (BnF, RESERVE JB-23 (B)-BOITE FOL).

Continuer la lecture de Veaux, vaches, cochons… trésors : quand les animaux découvrent des monnaies

La BnF intègre PCO, portail dédié aux monnaies des rois ptolémaïques d’Égypte

Après les monnaies d’Alexandre le Grand en avril 2017, celles de la République romaine en décembre 2017 puis celles des rois séleucides en avril 2019, ce sont à présent les monnayages des rois ptolémaïques d’Égypte de la BnF qui intègrent un portail en ligne élaboré par l’American Numismatic Society :

Ptolemaic Coins Online (PCO).

Fondé sur le catalogue de Catharine Lorber, Coins of the Ptolemaic Empire dont le premier tome a été publié en 2018 (de Ptolémée I à Ptolémée IV), le portail PCO a pour but de rassembler les principales collections mondiales de monnaies de la dynastie hellénistique des Lagides. L’application ne regroupe à ce jour que les émissions en métaux précieux du tome I, les bronzes feront l’objet d’une mise à jour prochaine.

661 des plus de 2600 exemplaires conservés au département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France figurent à présent parmi les 2400 pièces déjà référencées1.

Pour aller plus loin, la collection de la BnF :

  1. Nous remercions Madeline Susana et Maria Dumitru qui ont largement contribué à ce résultat []

Roma: maquette de l’acte IV : Le sénat

Archives image du mois de juin 2019

Roma: maquette de l’acte IV : Le sénat

Roma : maquette construite de l’acte IV / par Alexandre Bailly, 1912. Bibliothèque – musée de l’Opéra MAQ 464

Roma est créé à Monté-Carlo le 17 février 1912 et à l’Opéra Garnier le 24 avril de la même année, sur un livret d’Henri Cain d’après la Rome vaincue de Dominique Alexandre Parodi (1876) et sur une musique de Jules Massenet dans un déploiement de décors grandioses.

Continuer la lecture de Roma: maquette de l’acte IV : Le sénat

La BnF intègre SCO, portail dédié aux monnaies des rois Séleucides

Fondé sur les catalogues d’Arthur Houghton, Catharine Lorber et Olivier Hoover, Seleucid Coins, a Comprehensive Catalogue, dont les deux tomes ont été publiés en 2002 (de Séleucos I à Antiochos III) et en 2008 (de Séleucos IV à Antiochos XIII), le portail SCO, élaboré par l’American Numismatic Society, a pour but de rassembler les principales collections mondiales de monnaies de la dynastie hellénistique des Séleucides.

4450 exemplaires conservés au département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France figurent à présent parmi les 9 650 pièces déjà signalées.

Ce travail a été mené dans le cadre du programme ARCH (Ancient Coinage as Related Cultural Heritage), projet de recherche visant à inscrire la monnaie grecque dans le web sémantique dirigé par Frédérique Duyrat (directrice du département des Monnaies, médailles et antiques, BnF, Paris), Andrew Meadows (New College, Oxford) et Pere Pau Ripollès (Universitat de València).

Le billet de Numishare sur le sujet : “4,450 Seleucid coins from the Bibliothèque nationale de France added to SCO

Les femmes dans “L’Antiquité à la BnF”

Pour la journée internationale des droits des femmes, le carnet L’Antiquité à la BnF revient sur deux années de publications où les femmes sont tour à tour depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, reines, déesses, autrices et actrices de la recherche !

Continuer la lecture de Les femmes dans “L’Antiquité à la BnF”

Bibliothèques d’Orient- Séminaire et Spectacle « De Paris à Jérusalem… » le 22 mars 2019

[Aïda : douze projets de costumes par Henry de Montaut] département Bibliothèque-musée de l’opéra, D-156
Le site Bibliothèques d’Orient rend accessible en ligne un corpus exceptionnel de près de 10 000 documents remarquables, reflétant la richesse du patrimoine documentaire d’une région à l’histoire plurimillénaire. Par le croisement des savoirs et des regards proposés par 80 spécialistes internationaux, il offre ainsi un espace d’interprétation et de recherche. Il éclaire par ses sources toute la complexité d’une zone géographique couvrant le Levant étendu à l’Irak et à l’Arabie Pétrée, de 1798 à 1945.

Cet événement s’adresse à toutes celles et à tous ceux qui s’intéressent à la Méditerranée orientale, son histoire, ses peuples, ses religions ; en particulier aux bibliothécaires, chercheurs, enseignants et étudiants. Il se déroule en 2 temps :

Continuer la lecture de Bibliothèques d’Orient- Séminaire et Spectacle « De Paris à Jérusalem… » le 22 mars 2019

jane Dieulafoy

Archives : image du mois de Février 2019

Portrait de Jane Dieulafoy, Société de géographie, 1884

[Jane Dieulafoy] / Eugène Pirou, Photographies sur plaque de verre de la Société de Géographie, SG PORTRAIT-1458

Jane Dieulafoy (1851-1916) est une voyageuse et photographe connue principalement pour le récit de ses séjours en Perse avec son époux l’archéologue Marcel Dieulafoy. Après un premier voyage en 1881-1882, le couple explore les ruines du palais de Darius à Suse en 1884-1886, prélevant des dizaines de monuments et d’objets qui seront exposés au Louvre dès 1888.

“Fragment d’une frise émaillée”, A Suse : journal des fouilles, 1884-1885 / par Mme Jane Dieulafoy, Philosophie, histoire, sciences de l’homme, FOL-O2H-432, p. 160

Lors de ces voyages, elle privilégie la coupe courte et des habits masculins, gagnant le surnom de “chevalière moderne” dans la presse française. Ses récits de voyages sont enlevés, mêlant l’anecdote, l’attention aux détails vestimentaires des pays traversés tout autant qu’aux paysages ; en se faisant photographe, elle acquiert également de très bonnes connaissances de l’architecture ancienne et contemporaine.

Pour en savoir plus :

“Deux jours de pluie sous une tente arabe”, A Suse : journal des fouilles, 1884-1885 / par Mme Jane Dieulafoy. Philosophie, histoire, sciences de l’homme, FOL-O2H-432, p. 239

Panthéon Égyptien de J.-Fr. Champollion

Archives : image du mois de Janvier 2019

Panthéon égyptien de J-Fr. Champollion

La déesse Sekhmet dans une chapelle, J.-Fr. Champollion, Panthéon Égyptien, collection des personnages mythologiques de l’ancienne Égypte, d’après les monuments, dess. Dubois, Paris, 1823-1825, BnF, département Arsenal, 4-H-7617
Cet ouvrage parut entre 1823 et 1831, sous différentes versions ; au final, seules 90 planches furent publiés sur les 200 prévues par Champollion. Cet exemplaire est daté de 1825 d’après la page de titre mais contient une note manuscrite de la main du dessinateur Léon Dubois, ajoutée après la mort du savant (1832). Les aquarelles soignées de Dubois, ami de Champollion, accompagnent les notices descriptives des divinités égyptiennes identifiées par celui qui était alors connu grâce à sa Lettre à M. Dacier synthétisant ses recherches sur le déchiffrement des hiéroglyphes.

Cette publication semble avoir été décidée rapidement par Champollion qui souhaitait proposer un bel ouvrage afin de faire taire les savants qui doutaient des résultats de ses travaux et d’attirer un plus large public. Les vignettes, coloriées par la suite par Dubois, sont choisies dans diverses publications comme des gravures de la Description de l’Égypte ou copiées sur des pièces de collections privées. Chaque représentation divine est accompagnée de sa légende en hiéroglyphe et parfois en hiératique. Champollion  propose des traductions des noms des divinités et une analyse de leur rôle respectif, se référant aussi bien aux auteurs classiques qu’à la mythologie gréco-latine. Malgré de bonnes interprétations de symboles divins ou de noms, les erreurs de traduction ne manquent pas, le savant n’ayant pas encore la pleine maîtrise du lexique et de la grammaire de cette langue qu’il commence à peine à déchiffrer.

Œuvre hétérogène dont la publication s’est étalée sur plusieurs années, ce Panthéon Égyptien est le symbole de l’intense activité intellectuelle de Champollion qui cherchait à publier rapidement pour diffuser sa recherche en train de se faire. Ses séjours ultérieurs dans la vallée du Nil lui permettront de préciser et de corriger certaines de ses interprétations et de mieux saisir la complexité de la religion égyptienne, dont le panthéon ne pouvait pas être simplement calqué sur celui des croyances grecques ou romaines.

Médaillon de Victoire (« Nikètérion »)

Archives : image du mois de décembre 2018

Médaillon de Victoire (« Nikètérion ») frappé en Grèce du Nord sous le règne d’Alexandre Sévère (222-235 ap. J.-C.)

[Monnaie : Or, Tarse, Cilicie, Gordien III], département des Monnaies, médailles et antiques, F 1673

Le droit du médaillon (photographie de gauche) figure le buste cuirassé de Philippe II de Macédoine coiffé d’un diadème.

La cuirasse est ornée d’imbrications rappelant l’égide de Zeus et porte en son centre l’image de Zeus enlevant Ganymède. Sur chaque épaulière, une Victoire tenant un trophée et, au-dessous, un foudre.

Au revers, une Victoire (Nikè) dans un quadrige triomphal avance à droite, tenant les rênes de la main droite et, de la main gauche, une palme autour de laquelle est noué un ruban de victoire.

La scène est encadrée sur deux côtés par la légende au génitif BACIΛE-ΩC AΛEΞANΔPOY (basileôs Alexandrou) (« [médaillon] du roi Alexandre »).

Ce médaillon d’or, qui était accompagné de deux autres à l’effigie d’Alexandre le Grand, appartient au trésor de Tarse (Asie Mineure, auj. Īçel en Turquie), enfoui dans la plaine voisine de Tarse probablement vers la fin du règne de Gordien III (238-244 apr. J.-C.) et redécouvert vers 1863. Cet objet, d’une qualité exceptionnelle (67 mm de diamètre ; poids de 98,85 g.), fut probablement réalisé dans un atelier de Grèce du Nord. Il était apparemment destiné, soit à récompenser les vainqueurs des concours agonistiques organisés à l’occasion des séjours impériaux, d’où le nom de Nikètérion (médaillon de victoire) qu’on lui donne parfois, soit à être offert par les organisateurs des Jeux (agonothètes) à des visiteurs de haut rang.

Citer ce billet : dhollard, "Médaillon de Victoire (« Nikètérion »)", in L’Antiquité à la BnF, 01/12/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/6258, [consulté le 19/08/2019].

Théodule Devéria, un photographe-égyptologue très discret

Théodule Devéria (1831-1871), employé au Cabinet des Estampes, épigraphiste puis conservateur-adjoint au musée du Louvre, égyptologue et photographe auprès de Mariette, reste relativement méconnu des amateurs et des historiens de la photographie en Égypte au 19e siècle. Différentes raisons expliquent la modeste renommée de son œuvre photographique.

Charles Théodule Deveria, 1871. BnF, département Société de Géographie, SG PORTRAIT-1801.

Continuer la lecture de Théodule Devéria, un photographe-égyptologue très discret

Des jetons grecs antiques présentés à la BnF pour les 35e journées européennes du patrimoine

     

     

Jetons (ou tessères) grecs. A gauche Athènes, bronze, IVe siècle, 4,10 g ; au droit, tête de lion à droite, au revers, Delta (BnF, MMA, E 1340 = Fonds général 1174). Au centre, cité incertaine, terre cuite, époque hellénistique (?), 2,50 g ; au droit, tête d’Héraclès coiffée de la pean du lion de Némée à droite, au revers, sans type (BnF, MMA, Chandon de Briailles 1945). A droite, Athènes, bronze, IVe siècle, 8,26 g ; au droit, tête d’Athéna casquée à gauche, au revers, Sampi (BnF, MMA, Fonds général 1175).

A l’occasion des 35e journées européennes du patrimoine sur le thème « L’Europe et l’art du partage » qui se tiendront les 15 et 16 septembre 2018, le département des Monnaies, médailles et antique présentera notamment une sélection de jetons grecs antiques. Venez découvrir ces témoins de la vie citoyenne à Athènes et à Corinthe, et discuter de leur histoire avec nous sur le site Richelieu samedi et dimanche de 10h à 19h.

Continuer la lecture de Des jetons grecs antiques présentés à la BnF pour les 35e journées européennes du patrimoine

L’Eukratideion : une “monstruosité numismatique”

Archives : image de mois Août 2018 : L’Eukratideion

20 statères d’Eucratide Ier, royaume de Bactriane, or, 169,20 g, 58 mm, vers 170-145 av. J.-C. (Bnf, MMA, E 3605).

En ces mois d’été baignés de soleil, nous présentons l’Eukratideion, la plus lourde monnaie d’or connue pour toute l’Antiquité, qualifiée de “monstruosité numismatique” par Anatole Chabouillet en 1867. Une telle dénomination n’était sûrement pas destinée à la circulation. Il s’agit probablement d’une récompense exceptionnelle produite à l’occasion d’une victoire ou d’un événement remarquable du règne d’Eucratide Ier. C’est encore à ce jour un unicum.

Mis au jour avant 1837 dans les environs de Boukhara (actuel Ouzbékistan) par sept paysans, cette lourde pièce d’or suscite immédiatement la convoitise. D’après les journaux de l’époque,  faute de pouvoir se partager ce fantastique objet, les découvreurs se battent au couteau pour sa possession : cinq d’entre eux sont tués dans la lutte. En 1837, un des deux survivants apporte la pièce à Londres pour la vendre. Par crainte d’un vol, il la conserve en permanence sous son aisselle dans une poche de cuir fabriquée à cet effet. Après avoir essuyé de nombreux refus – les musées et collectionneurs londoniens sont unanimes : une pièce si extraordinaire ne peut être qu’un faux – l’homme de Boukhara vend l’objet à un expert français résidant à Londres. Ce dernier le propose à la Bibliothèque Nationale (alors « impériale »). Mis au courant de l’affaire, l’empereur Napoléon III accorde en 1867 la somme de 30 000 francs pour que cette pièce exceptionnelle entre dans les collections du Cabinet des médailles.

Description : au droit, buste diadémé du souverain à droite, coiffé d’un casque à cimier orné d’une corne et d’une oreille de taureau. Au revers, BAΣIΛEΩΣ MEΓAΛOY / EYKRATIΔOY, les Dioscures à cheval caracolant à droite, lance au poing et tenant une palme contre l’épaule gauche ; un monogramme sous les jambes avant des chevaux.

Référence : O. Bopearachchi, Monnaies gréco-bactriennes et indo-grecques, catalogue raisonné, Paris, 1991, Eucratide Ier, série 4, n° 25 (p. 202).

Citer ce billet : jolivier, "L’Eukratideion : une “monstruosité numismatique”", in L’Antiquité à la BnF, 01/08/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/4362, [consulté le 19/08/2019].

Bataille des Pyramides: Image d’Épinal

Archive: Image du mois Juillet 2018
Juillet 2018 Bataille des Pyramides

Imagerie d’Epinal. N° 129, Bataille des Pyramides, 1892, département Estampes et photographie, FOL-LI-59 (12)

Le 21 juillet 1798 voit s’opposer l’Armée française d’Orient fraîchement débarquée aux Mamelouks conduits par Mourad Bey. Bonaparte dénomme ce combat qui lui ouvre les portes du Caire  “Bataille des Pyramides”, investissant l’événement d’une dimension historique et symbolique par sa référence aux monuments antiques, l’une des sept Merveilles du Monde. La Campagne d’Égypte s’accompagne d’une visée scientifique avec la création de l’Institut d’Égypte. Ce dernier pilote la première enquête systématique du pays dans tous ses aspects: ruines antiques, vie moderne, sciences naturelles… que les savants documentent avec force notes et dessins. Si l’opération militaire se conclut par un échec, le prestige de l’aventure et la publication quelques années plus tard de la Description de l’Égypte restent  une source inépuisable d’inspiration pour la postérité et pour une discipline en devenir, l’égyptologie.

Le site Bibliothèques d’Orient, fruit du partenariat de huit bibliothèques orientales, d’une cinquantaine de spécialistes et de la Bibliothèque nationale de France, revient sur cette histoire croisée entre l’Égypte et la France, dont l’Expédition de Bonaparte constitua un véritable tournant.

Retrouvez la bataille des Pyramides dans l’exposition Napoléon stratège au Musée de l’Armée-Invalides à Paris jusqu’au 22 juillet 2018, pour laquelle la BnF a prêté quelques œuvres.

Citer ce billet : Vanessa Desclaux, "Bataille des Pyramides: Image d’Épinal", in L’Antiquité à la BnF, 01/07/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/2478, [consulté le 19/08/2019].

Euripide mss Grec 2713

Archive: Image du mois Juin 2018
Juin 2018 Manuscrit byzantin de pièces d’Euripide

Grec 2713

Ce manuscrit très ancien, fait partie, avec le Marcianus 471 et le Vaticanus 909, des manuscrits d’Euripide qui permettent de retrouver, par-delà l’époque byzantine, un état antique du texte d’Euripide. C’est un des manuscrits d’Euripide les plus précieux qui date probablement du XIe siècle. Il est issu du prototype de la première famille du texte d’Euripide, α, qui remonte au VIe siècle. Il possède les sept pièces du Choix, édition qui a été faite sous l’empereur Hadrien et porte la trace d’un double commentaire. Le manuscrit se trouvait à Constantinople au début du XVe siècle. Il est entièrement copié par un seul et même copiste, à l’exception des ajouts postérieurs que représentent les deux premiers cahiers. Une seconde main médiévale présente des variantes marginales ou interlinéaires. Le premier cahier est un ajout de Georges Baiophoros qui travaillait dans le monastère de Saint-Jean-Prodrome, dans le quartier de Pétra. Dans le second, les scholies et les vers sont copiés par Théodore Gaza. De nombreux annotateurs ont parcouru et marqué le manuscrit à des époques très diverses. [voir la notice complète].

Du 1er au 3 juin 2018 se déroule à Fontainebleau le Festival d’Histoire de l’Art, avec à l’honneur deux thèmes : le Rêve et la Grèce. La BnF y sera présente avec les interventions d’O. Estiez sur Gradiva (3 juin à 16h, Mines), de Chr. Förstel & E. Yota sur les manuscrits byzantins de la BnF (2 juin à 16h, château de Fontainebleau), et avec un stand au Salon du Livre.  Découvrez à cette occasion, les parcours guidés de Gallica pour explorer la Grèce en cartes, en photographies et en monnaies.

Citer ce billet : Vanessa Desclaux, "Euripide mss Grec 2713", in L’Antiquité à la BnF, 01/06/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/2447, [consulté le 19/08/2019].

Jeune femme faisant des mouvements de danse sur un char

Archive: Image du mois Mai 2018

Mai 2018: Jeune femme faisant des mouvements de danse sur un char

[Manufacture Jacquemart et Bénard. Lambris : scènes à l’antique. Modèle n° 1643 bis]: [papier peint]. [1803]. Estampes et photographie, LI-24 (A+, 1)-FT 4

Ce papier peint est issu de la manufacture Jacquemart et Bénard, active à Paris entre 1791 et 1809, à l’angle de la rue de Montreuil et du faubourg Saint-Antoine. Il illustre le goût pour les motifs à l’antique dans les demeures dans la période révolutionnaire puis dans le style Empire, notamment suite aux découvertes effectuées sur le site de Pompéi fouillé depuis 1704.

La frise figure un jeune homme sur un char, une coupe sur un piédestal et une jeune femme faisant des mouvements de danse sur un char tiré par un monstre marin et dont les rênes sont tenues par un putto ailé tenant un fouet. A ce lambris s’ajoutent deux autres scènes à l’antique en camaïeu.

Le 29 avril de chaque année est célébrée la Journée internationale de la danse. Le 30 mai 2018, la Bibliothèque nationale de France organise une journée d’étude, à cette occasion et autour de l’exposition Chaillot, une mémoire de la danse (1878-2018). Intitulée la danse en 2 000 films, elle sera consacrée aux archives du Grand prix international Vidéo danse, rendez-vous annuel du film de danse, déposées à la BnF.

Citer ce billet : Vanessa Desclaux, "Jeune femme faisant des mouvements de danse sur un char", in L’Antiquité à la BnF, 01/05/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/2258, [consulté le 19/08/2019].