Archives de catégorie : gallica

Le frigidarium des thermes de Cluny

Archive : Image du mois d’Octobre 2022

Christophe Civeton, [Palais des Thermes, réutilisé en cave par un tonnelier, avant son appropriation au musée], dessin, vers 1820, BnF, département des Estampes et de la Photographie, RESERVE VE-53 (H)-FOL
Ce dessin, un lavis à la plume et à l’encre brune, attribué à Christophe Civeton (1796 – 1831) et probablement réalisé dans les années 1810-1820, représente une tonnellerie, l’entrepôt d’un fabricant de tonneaux, installée dans une salle voûtée aux dimensions majestueuses comme en témoignent notamment la taille des personnages et du carrosse figurés.

Cette salle est le vestige du frigidarium, salle froide des « thermes du Nord » de Lutèce, plus connus sous le nom des thermes de Cluny.

Continuer la lecture de Le frigidarium des thermes de Cluny

Un portrait de Jean-François Champollion

Archive: Image du mois de mai 2022
Reproduction du portrait de Jean-François Champollion par Victorine Genève-Rumilly, après 1822. Dans H. Hartleben, Champollion, Sein Leben und sein Werk, 1906. © BnF/Gallica.

À l’occasion du bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes, les quelques portraits de Jean-François Champollion sont de nouveau mis en avant grâce à des expositions ou de nouvelles publications.

Peu de portraits de l’égyptologue faits de son vivant sont connus mais parmi eux se distingue le tableau attribué à Victorine Genève-Rumilly et exposé au Musée Champollion de Vif, près de Grenoble.

Victorine (ou Victoire selon son acte de décès) Angélique Émilie Genève-Rumilly est une portraitiste née à Grenoble en 1789 et décédée à Paris en 1849. Élève du peintre néo-classique Jean-Baptiste Regnault, elle a participé à plusieurs salons. Elle est connue notamment pour ses portraits des frères Champollion, faits sans doute lors de l’un de leurs séjours dans leur maison familiale à Vif. Un portrait de l’aîné, Jacques-Joseph Champollion-Figeac, lui signé par Rumilly et également  exposé au musée, semble avoir été peint au même moment que celui de son cadet.

Reproduction du portrait de Jacques-Joseph Champollion par Victorine Genève-Rumilly, après 1822 (?). Dans H. Hartleben, Champollion, Sein Leben und sein Werk, 1906. © BnF/Gallica.

Le portrait de Jean-François Champollion que Hermine Hartleben (1846-1919) fait reproduire au frontispice de sa monumentale biographie publiée en 1906 était conservé à l’époque dans la famille à Vif. La biographe explique dans des lettres adressées à Gaston Maspero et conservées à l’Institut de France, comment elle est parvenue à le faire transporter et photographier à Grenoble avec l’aide du bibliothécaire Edmond Magnien.

Sur ce tableau, Jean-François Champollion semble comme surpris dans son travail par l’artiste. Il tient dans sa main une feuille qui correspond à la planche IV de sa Lettre à M. Dacier (1822) intitulée « Tableau des signes phonétiques » dans lequel il présente pour la première fois sa proposition de lecture des phonogrammes existants dans l’écriture hiéroglyphique (colonne de droite), mis en parallèle avec l’alphabet grec et les signes démotiques.

J.-Fr. Champollion, Lettre à M. Dacier, 1822, pl. IV © BnF/Gallica

Détail amusant, Rumilly a choisi de monter la planche en cours de rédaction, donc inachevée. Le savant est ici saisi dans l’intimité de son cabinet  de travail, comme l’indique la bibliothèque en arrière-plan où on reconnait aussi sur une étagère une statue égyptienne.

Pour en savoir plus

Citer ce billet : Hélène Virenque, "Un portrait de Jean-François Champollion", in L’Antiquité à la BnF, 01/06/2022, https://antiquitebnf.hypotheses.org/15560, [consulté le 05/12/2022].

Ernest Lavisse et l’enseignement de l’Antiquité de la France

Archive: Image du mois de mars 2022

Bandeau ornant le Livre Premier de l’ouvrage d’E. Lavisse, Histoire de France. Cours moyen, 1ère et 2ème années, Nouvelle édition, Armand Colin, 1947.

“Casque et bracelet1 gaulois entourés de gui” : ces trois éléments évoquent puissamment l’imaginaire gaulois, nourri des découvertes archéologiques au XIXe siècle d’éléments d’armement et d’orfèvrerie et de l’interprétation d’un passage de Pline l’ancien au sujet des druides et de la cueillette du gui (Histoire naturelle, Livre XVI, XCV).

Ce bandeau orne la tête du Livre Premier « Les Gaulois, les Romains, les Francs jusqu’au Xe siècle après Jésus-Christ » de l’ouvrage d’Ernest Lavisse Histoire de France. Cours moyen. 1ère et 2e années dans une nouvelle édition datée de 1947.

Continuer la lecture de Ernest Lavisse et l’enseignement de l’Antiquité de la France

  1. Mais n’est-ce pas plutôt un torque ? []

Rencontre Gallica mardi 15 mars à 17 h 30 : Les essentiels de la numismatique

Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF et ses partenaires, comporte plus de 8 millions de documents!

Régulièrement, de nouveaux corpus (sélections de documents rassemblés sur une thématique précise) sont proposés servant de guides parmi cette offre foisonnante.

La sélection “Les essentiels de la numismatique” a été récemment mise en ligne.

Pour la découvrir, nous vous proposons une rencontre Gallica mardi 15 mars à 17 h 30 en salle 70 sur le site François Mitterrand de la BnF.

Pour en savoir plus sur cette rencontre, voir notre article sur le blog Gallica.

L’aqueduc de Fréjus

Archive : Image du mois de novembre 2021

André Salles. Provence. Environs de Fréjus. Acqueduc romain du Reyran [arches d’Esquine ou de Bonhomme]. BnF, Société de Géographie – département des cartes et plans, SG XXBA-2279
Comme de nombreuses villes de l’Empire romain, Forum Iulii (aujourd’hui Fréjus), fondée ex nihilo par César entre 49 et 44 av. J.-C. avant de devenir colonie romaine à partir d’Auguste, était alimentée en eau par un aqueduc dont une partie est représentée sur cette photographie sur plaque de verre prise par André Salles le 15 juin 1890.

Continuer la lecture de L’aqueduc de Fréjus

Archive : image du mois d’octobre 2021 : La Galerie de l’histoire du Travail

Charles Fichot, Exposition Universelle de 1867. Vue générale du Champ de mars prise à vol d’oiseau du côté de la porte Rapp, BnF département des Estampes et de la Photographie, RESERVE FT 4-QB-370 (162)

Au mois d’octobre où le Travail était à l’honneur aux Rendez-vous d’histoire de Blois (6-10 octobre), l’Image du mois revenait sur la Galerie de l’histoire du Travail de l’Exposition Universelle de Paris de 1867 qui a donné à voir à des millions de visiteurs des objets de la Gaule antique. Continuer la lecture de Archive : image du mois d’octobre 2021 : La Galerie de l’histoire du Travail

Archive : image du mois d’août 2021: jeux d’orgues Clémançon du son et lumière des Pyramides du Caire, 1960

Le spectacle aux Pyramides du Caire fut inauguré le 12 avril 1961. Le texte de Gaston Bonheur fut mis en scène par Gaston Papeloux et en ondes par Jean Wilfrid Garrett, sur une musique de Georges Delrue. Il durait 45 minutes et était diffusé en quatre langues : allemand, anglais, arabe et français. Il y était question en 70 tableaux de la construction des pyramides, des cérémonies d’inauguration, du sacre et des funérailles du pharaon, d’un hymne au Nil “père de la civilisation égyptienne”.

Le Sphinx, devant lequel seront rangés les spectateurs, est le personnage central de l’immense scène de 2 kilomètres de large et 900 mètres de profondeur d’où surgissent de la nuit du désert les montagnes lumineuses de Cheops, de Chephren et de Mykerinos, ainsi que les pyramides des reines, les tombeaux des dignitaires, les temples…1

Continuer la lecture de Archive : image du mois d’août 2021: jeux d’orgues Clémançon du son et lumière des Pyramides du Caire, 1960

  1. M. L., “Son et Lumière aux Pyramides”, Le Monde, 15 mars 1961. []

Archive : image du mois de juillet 2021. Crocodile, tortue et hiéroglyphes

J.-Fr. Champollion, Génies-gardiens dans la tombe de Ramsès III. BnF, département des manuscrits, NAF 20307, f° 179.
 

À Louxor, en mai 1829, Jean-François Champollion réalise ce dessin à la lueur des torches alors qu’il découvre la tombe de Ramsès III.  Durant la visite, l’égyptologue prend de nombreuses notes sur les inscriptions et les décors aux couleurs vives des différentes salles. Sur ce manuscrit sont reproduites certaines divinités qui l’intriguent : des génies-gardiens hybrides que l’on trouve fréquemment dans un contexte funéraire. Le premier, tenant un couteau, arbore une tête de crocodile, le deuxième se caractérise par une tortue entière à la place du visage et le troisième, interpellant par sa frontalité, présente une tête de bovidé.

Ces notes témoignent de l’insatiable curiosité du savant lors de son voyage en Égypte. En août 1828, Jean-François Champollion et l’égyptologue pisan Ippolito Rosellini traversent la Méditerranée à la tête d’une expédition franco-toscane qui comprend des dessinateurs talentueux comme Nestor L’Hôte et Salvador Cherubini.

Continuer la lecture de Archive : image du mois de juillet 2021. Crocodile, tortue et hiéroglyphes

Les monnaies britonniques de la BnF intègrent le portail Iron Age Coins in Britain (IACB)

134 monnaies britonniques (nom donné aux peuples et royaumes celtiques antiques de l’île de Bretagne) conservées dans les médailliers du département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF, viennent d’intégrer le portail Iron Age Coins in Britain. Élaboré et hébergé par l’Université d’Oxford, ce site s’appuie sur le catalogue Ancient British Coins (ABC) qui a marqué une étape récente et importante dans la connaissance de ces monnayages insulaires. Cette initiative est l’occasion de mettre en lumière un numéraire par nature moins connu en France que les monnaies proprement gauloises qui peuvent, pour certaines d’entre elles, être mises en lien direct avec des protagonistes de la guerre des Gaules, tel Vercingétorix.

Iron Age Coins in Britain (IACB)

Continuer la lecture de Les monnaies britonniques de la BnF intègrent le portail Iron Age Coins in Britain (IACB)

Gabriel de Rumine, un « gentilhomme russe photographe » devant les grands sites de la Méditerranée

Le souvenir de Gabriel de Rumine (Lausanne, 16 janvier 1841-Bucarest, 6 juin 1871) est attaché à la ville de Lausanne. Son legs très généreux assura l’édification du Palais qui porte son nom, achevé en 1906 pour abriter une université, une bibliothèque et plusieurs musées. Ce personnage, mort à trente ans, se fraye une destinée romanesque dont on perçoit mal, cependant, la trame continue, tant elle est éclatée entre des lieux divers, des intérêts multiples, des cercles différents.

Continuer la lecture de Gabriel de Rumine, un « gentilhomme russe photographe » devant les grands sites de la Méditerranée

Une fausse lettre de Cléopâtre

Archive : image du mois de février 2021. Une fausse lettre de Cléopâtre Parmi les « chefs d’œuvre » du faussaire Denis Vrain-Lucas qui sévit dans les années 1860 se trouve une lettre de Cléopâtre, reine d’Egypte. Cléopâtre s’adresse ainsi en français (!) à Marc Antoine  :

Continuer la lecture de Une fausse lettre de Cléopâtre

Deux monnaies ptolémaiques en “faïence égyptienne” à la BnF

Le 2 février 1891, l’égyptologue Gaston Maspero faisait don au Cabinet des médailles de la BnF de deux objets étranges. Rentrés sous les numéros F 6047 et F 6048, il s’agit à première vue de deux monnaies ptolémaïques identiques à celles – assez communes – connues en bronze. Le terme de “porcelaine”, employé dans le registre, est inexact car il renvoie à un procédé technique attesté en Chine seulement à partir du IIIe siècle après J.-C.1. Il apparaît que ces objets sont en réalité en “faïence égyptienne”, terme également impropre qualifiant de la pâte siliceuse à glaçure, matériau bien connu en Égypte, très utilisé notamment pour produire des amulettes2.

Toujours dans le registre d’acquisition, il est précisé que le premier objet fut découvert à Karnak, dans “les ruines de la ville” au nord du grand temple ; le second est dit “sans provenance exacte”, mais le signalement de ce don par Adrien Blanchet dans la Revue Numismatique de 1891 nous fait savoir qu’il provient également de Haute Égypte3.

Registre des dons du Cabinet des médailles F(2), 1890-1909. BnF, MMA, Ms. 86, p. 35.

Continuer la lecture de Deux monnaies ptolémaiques en “faïence égyptienne” à la BnF

  1. Alexandre Brongniart a alerté dès 1844 sur l’impropriété de l’appellation de “porcelaine égyptienne” : Brongnart 1844, p. 505-507. []
  2. Je remercie Louise Detrez, Sophie Descamps ainsi que Violaine Jeammet, qui ont bien voulu me faire part de leurs connaissances en la matière. La question du matériau sera abordée dans la section consacrée à la production de ces objets, infra : “Des sous-produits de l’artisanat égyptien ?” []
  3. Blanchet 1891, p. 233. []

Conférence en ligne – Les trésors de la BnF en direct: le manuscrit de la Grammaire égyptienne de Champollion

Du 7 au 21 décembre, les experts et les expertes de la Bibliothèque nationale de France (BnF) se relaient en direct pour présenter des pépites de nos collections. Estampe, manuscrit, ouvrage imprimé, poésie, presse : cette nouvelle saison de “La BnF dans mon salon” s’annonce festive, amusante, réconfortante, inspirante !
Rendez-vous sur notre page Facebook les lundis, mercredis et vendredi à midi pile pour découvrir des pièces de nos collections sous un angle inédit, et pour poser toutes vos questions à nos intervenants !
 
Champollion : sein Leben und sein Werk. Tome 1 / von H. Hartleben, 8-LN27-52551 (1), frontispice.
Rendez-vous le mercredi 9 décembre à 12h, avec Vanessa Desclaux, chargée de la collection des manuscrits Égypte antique et Proche-Orient chrétien, pour une présentation du manuscrit de la Grammaire égyptienne de Jean-François Champollion (NAF 20320-20321).
 

à voir et revoir sur la page Facebook et la chaîne YouTube de la BnF

Continuer la lecture de Conférence en ligne – Les trésors de la BnF en direct: le manuscrit de la Grammaire égyptienne de Champollion

Des codices coptes du 4è siècle d’Akhmim

Archive: image du mois de septembre 2020

septembre 2020: Des codices coptes du 4è siècle d’Akhmim

Passage de l’Apocalypse de Sophonie en copte (U. Bouriant, Les papyrus d’Akhmim, MMAF 1, Paris 1889, texte E, p. 270, l. 34 sqq.), BnF, département des Manuscrits, Copte 135, f. 23r

La Bibliothèque nationale de France conserve quelques exemples de codices (livres) parmi les plus anciens1. Sous la cote Copte 135, sont conservés les deux codices coptes les plus anciens identifiés à ce jour dans les collections de la BnF. Ils sont actuellement datés du 4è siècle2.

Continuer la lecture de Des codices coptes du 4è siècle d’Akhmim

  1. voir l’image du mois consacrée au Supplément Grec 1120, le plus ancien codex conservé avec sa reliure. []
  2. J. Gascou, “Les codices documentaires égyptiens”, Les débuts du codex, Bibliologia 9, Turnhout, 1989, p. 82. []

Les monnaies de Démétrios Poliorcète intègrent le portail AGCO

Les 126 monnaies d’or, d’argent et de bronze du diadoque Démétrios Poliorcète (337-283 av. J.-C.)  conservées à la BnF sont à présent accessibles sur le portail Antigonid Coins Online (AGCO).

Fondé sur le catalogue de E.T. Newell, The Coinages of Demetrius Poliorcetes (1927), la première section du portail AGCO, élaboré par l’American Numismatic Society, a pour but à terme de rassembler les principales collections de monnaies hellénistiques des rois Antigonides de Macédoine, depuis Démétrios Poliorcète jusqu’au règne de Persée, le dernier souverain de la dynastie, vaincu par les Romains en 168 av. J.-C.

Antigonid Coins Online (AGCO)

Continuer la lecture de Les monnaies de Démétrios Poliorcète intègrent le portail AGCO