Archives de catégorie : gallica

Théodule Devéria, un photographe-égyptologue très discret

Théodule Devéria (1831-1871), employé au Cabinet des Estampes, épigraphiste puis conservateur-adjoint au musée du Louvre, égyptologue et photographe auprès de Mariette, reste relativement méconnu des amateurs et des historiens de la photographie en Égypte au 19e siècle. Différentes raisons expliquent la modeste renommée de son œuvre photographique.

Charles Théodule Deveria, 1871. BnF, département Société de Géographie, SG PORTRAIT-1801.

Continuer la lecture de Théodule Devéria, un photographe-égyptologue très discret

Des jetons grecs antiques présentés à la BnF pour les 35e journées européennes du patrimoine

     

     

Jetons (ou tessères) grecs. A gauche Athènes, bronze, IVe siècle, 4,10 g ; au droit, tête de lion à droite, au revers, Delta (BnF, MMA, E 1340 = Fonds général 1174). Au centre, cité incertaine, terre cuite, époque hellénistique (?), 2,50 g ; au droit, tête d’Héraclès coiffée de la pean du lion de Némée à droite, au revers, sans type (BnF, MMA, Chandon de Briailles 1945). A droite, Athènes, bronze, IVe siècle, 8,26 g ; au droit, tête d’Athéna casquée à gauche, au revers, Sampi (BnF, MMA, Fonds général 1175).

A l’occasion des 35e journées européennes du patrimoine sur le thème « L’Europe et l’art du partage » qui se tiendront les 15 et 16 septembre 2018, le département des Monnaies, médailles et antique présentera notamment une sélection de jetons grecs antiques. Venez découvrir ces témoins de la vie citoyenne à Athènes et à Corinthe, et discuter de leur histoire avec nous sur le site Richelieu samedi et dimanche de 10h à 19h.

Continuer la lecture de Des jetons grecs antiques présentés à la BnF pour les 35e journées européennes du patrimoine

L’Eukratideion : une « monstruosité numismatique »

Archives : image de mois Août 2018 : L’Eukratideion

20 statères d’Eucratide Ier, royaume de Bactriane, or, 169,20 g, 58 mm, vers 170-145 av. J.-C. (Bnf, MMA, E 3605).

En ces mois d’été baignés de soleil, nous présentons l’Eukratideion, la plus lourde monnaie d’or connue pour toute l’Antiquité, qualifiée de « monstruosité numismatique » par Anatole Chabouillet en 1867. Une telle dénomination n’était sûrement pas destinée à la circulation. Il s’agit probablement d’une récompense exceptionnelle produite à l’occasion d’une victoire ou d’un événement remarquable du règne d’Eucratide Ier. C’est encore à ce jour un unicum.

Mis au jour avant 1837 dans les environs de Boukhara (actuel Ouzbékistan) par sept paysans, cette lourde pièce d’or suscite immédiatement la convoitise. D’après les journaux de l’époque,  faute de pouvoir se partager ce fantastique objet, les découvreurs se battent au couteau pour sa possession : cinq d’entre eux sont tués dans la lutte. En 1837, un des deux survivants apporte la pièce à Londres pour la vendre. Par crainte d’un vol, il la conserve en permanence sous son aisselle dans une poche de cuir fabriquée à cet effet. Après avoir essuyé de nombreux refus – les musées et collectionneurs londoniens sont unanimes : une pièce si extraordinaire ne peut être qu’un faux – l’homme de Boukhara vend l’objet à un expert français résidant à Londres. Ce dernier le propose à la Bibliothèque Nationale (alors « impériale »). Mis au courant de l’affaire, l’empereur Napoléon III accorde en 1867 la somme de 30 000 francs pour que cette pièce exceptionnelle entre dans les collections du Cabinet des médailles.

Description : au droit, buste diadémé du souverain à droite, coiffé d’un casque à cimier orné d’une corne et d’une oreille de taureau. Au revers, BAΣIΛEΩΣ MEΓAΛOY / EYKRATIΔOY, les Dioscures à cheval caracolant à droite, lance au poing et tenant une palme contre l’épaule gauche ; un monogramme sous les jambes avant des chevaux.

Référence : O. Bopearachchi, Monnaies gréco-bactriennes et indo-grecques, catalogue raisonné, Paris, 1991, Eucratide Ier, série 4, n° 25 (p. 202).

Citer ce billet : jolivier, "L’Eukratideion : une « monstruosité numismatique »", in L’Antiquité à la BnF, 01/08/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/4362, [consulté le 20/10/2018].

Bataille des Pyramides: Image d’Épinal

Archive: Image du mois Juillet 2018
Juillet 2018 Bataille des Pyramides

Imagerie d’Epinal. N° 129, Bataille des Pyramides, 1892, département Estampes et photographie, FOL-LI-59 (12)

Le 21 juillet 1798 voit s’opposer l’Armée française d’Orient fraîchement débarquée aux Mamelouks conduits par Mourad Bey. Bonaparte dénomme ce combat qui lui ouvre les portes du Caire  « Bataille des Pyramides », investissant l’événement d’une dimension historique et symbolique par sa référence aux monuments antiques, l’une des sept Merveilles du Monde. La Campagne d’Égypte s’accompagne d’une visée scientifique avec la création de l’Institut d’Égypte. Ce dernier pilote la première enquête systématique du pays dans tous ses aspects: ruines antiques, vie moderne, sciences naturelles… que les savants documentent avec force notes et dessins. Si l’opération militaire se conclut par un échec, le prestige de l’aventure et la publication quelques années plus tard de la Description de l’Égypte restent  une source inépuisable d’inspiration pour la postérité et pour une discipline en devenir, l’égyptologie.

Le site Bibliothèques d’Orient, fruit du partenariat de huit bibliothèques orientales, d’une cinquantaine de spécialistes et de la Bibliothèque nationale de France, revient sur cette histoire croisée entre l’Égypte et la France, dont l’Expédition de Bonaparte constitua un véritable tournant.

Retrouvez la bataille des Pyramides dans l’exposition Napoléon stratège au Musée de l’Armée-Invalides à Paris jusqu’au 22 juillet 2018, pour laquelle la BnF a prêté quelques œuvres.

Citer ce billet : Vanessa Desclaux, "Bataille des Pyramides: Image d’Épinal", in L’Antiquité à la BnF, 01/07/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/2478, [consulté le 20/10/2018].

Euripide mss Grec 2713

Archive: Image du mois Juin 2018
Juin 2018 Manuscrit byzantin de pièces d’Euripide

Grec 2713

Ce manuscrit très ancien, fait partie, avec le Marcianus 471 et le Vaticanus 909, des manuscrits d’Euripide qui permettent de retrouver, par-delà l’époque byzantine, un état antique du texte d’Euripide. C’est un des manuscrits d’Euripide les plus précieux qui date probablement du XIe siècle. Il est issu du prototype de la première famille du texte d’Euripide, α, qui remonte au VIe siècle. Il possède les sept pièces du Choix, édition qui a été faite sous l’empereur Hadrien et porte la trace d’un double commentaire. Le manuscrit se trouvait à Constantinople au début du XVe siècle. Il est entièrement copié par un seul et même copiste, à l’exception des ajouts postérieurs que représentent les deux premiers cahiers. Une seconde main médiévale présente des variantes marginales ou interlinéaires. Le premier cahier est un ajout de Georges Baiophoros qui travaillait dans le monastère de Saint-Jean-Prodrome, dans le quartier de Pétra. Dans le second, les scholies et les vers sont copiés par Théodore Gaza. De nombreux annotateurs ont parcouru et marqué le manuscrit à des époques très diverses. [voir la notice complète].

Du 1er au 3 juin 2018 se déroule à Fontainebleau le Festival d’Histoire de l’Art, avec à l’honneur deux thèmes : le Rêve et la Grèce. La BnF y sera présente avec les interventions d’O. Estiez sur Gradiva (3 juin à 16h, Mines), de Chr. Förstel & E. Yota sur les manuscrits byzantins de la BnF (2 juin à 16h, château de Fontainebleau), et avec un stand au Salon du Livre.  Découvrez à cette occasion, les parcours guidés de Gallica pour explorer la Grèce en cartes, en photographies et en monnaies.

Citer ce billet : Vanessa Desclaux, "Euripide mss Grec 2713", in L’Antiquité à la BnF, 01/06/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/2447, [consulté le 20/10/2018].

Jeune femme faisant des mouvements de danse sur un char

Archive: Image du mois Mai 2018

Mai 2018: Jeune femme faisant des mouvements de danse sur un char

[Manufacture Jacquemart et Bénard. Lambris : scènes à l’antique. Modèle n° 1643 bis]: [papier peint]. [1803]. Estampes et photographie, LI-24 (A+, 1)-FT 4

Ce papier peint est issu de la manufacture Jacquemart et Bénard, active à Paris entre 1791 et 1809, à l’angle de la rue de Montreuil et du faubourg Saint-Antoine. Il illustre le goût pour les motifs à l’antique dans les demeures dans la période révolutionnaire puis dans le style Empire, notamment suite aux découvertes effectuées sur le site de Pompéi fouillé depuis 1704.

La frise figure un jeune homme sur un char, une coupe sur un piédestal et une jeune femme faisant des mouvements de danse sur un char tiré par un monstre marin et dont les rênes sont tenues par un putto ailé tenant un fouet. A ce lambris s’ajoutent deux autres scènes à l’antique en camaïeu.

Le 29 avril de chaque année est célébrée la Journée internationale de la danse. Le 30 mai 2018, la Bibliothèque nationale de France organise une journée d’étude, à cette occasion et autour de l’exposition Chaillot, une mémoire de la danse (1878-2018). Intitulée la danse en 2 000 films, elle sera consacrée aux archives du Grand prix international Vidéo danse, rendez-vous annuel du film de danse, déposées à la BnF.

Citer ce billet : Vanessa Desclaux, "Jeune femme faisant des mouvements de danse sur un char", in L’Antiquité à la BnF, 01/05/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/2258, [consulté le 20/10/2018].

 

Mars 2018 : Ovide

Archives : image du mois

Mars 2018 Métamorphoses d’Ovide

Thésée et Ariane devant le Labyrinthe. gravure du XVIe siècle. BnF, Gallica, Département des Estampes et photographie, 4-SB-2

Dans la continuité des festivités autour du  poète latin Ovide, mort il y a 2000 ans, plongeons dans l’un des nombreux recueils d’estampes de la Renaissance illustrant ses Métamorphoses conservés à la BnF. Celui-ci, daté de 1563, est l’œuvre de l’imprimeur Sigmund Feyerabend et comporte 178 gravures sur bois de Virgil Solis ; des légendes en latin et en allemand accompagnent chaque image entourée d’un cadre aux motifs végétaux et animaliers élaborés.

Parmi les nombreux épisodes mythologiques est évoqué celui de la légende du Minotaure (Livre VIII) : le héros Thésée demande l’aide d’Ariane, fille du roi Minos pour pouvoir retrouver son chemin dans le Labyrinthe. Celui-ci, en arrière-plan, adopte une forme circulaire, selon une iconographie déjà présente sur des monnaies antiques, avec le Minotaure en son centre.

Pour en savoir plus :

Consulter le billet de blog Gallica sur la réception des Métamorphoses.

Suivre le Festival Européen Latin Grec, 22-25 mars 2018 : avec un programme varié autour notamment de lectures publiques participatives des Métamorphoses d’Ovide et de conférences à l’ENS Lyon. Voir le site pour le programme détaillé des manifestations.

1 000 vidéos disponibles dans Gallica

Videos Gallica

Le billet que nous avions consacré aux « Bibliographies, MOOCs et Conférences en ligne en Antiquité » s’enrichit désormais de la mise en ligne de nouvelles ressources sur Gallica et sur le site des conférences de la Bibliothèque nationale de France.

Continuer la lecture de 1 000 vidéos disponibles dans Gallica

Costume d’un coryphée pour Agamemnon, spectacle du Théâtre du Soleil

Archive: Image du mois Décembre 2017

Décembre 2017: Costume d’un coryphée pour Agamemnon d’Eschyle

Costume d’un Coryphée, Département des Arts du spectacle COS-2008/0247

Ce costume est celui du rôle d’un coryphée interprété par Nirupama Nityanandan, dans la pièce Agamemnon d’Eschyle créée par le Théâtre du Soleil, mise en scène par Ariane Mnouchkine en 1990. Il est composé de neuf éléments dont un long manteau rouge, une sous robe, une paire de boucles d’oreille en forme de fleurs dorées et une coiffe. Il appartient aux archives que la troupe verse régulièrement depuis 2007 au département des Arts du spectacle de la Bibliothèque nationale de France. Avec ce fonds de costumes, le département a mis en place de nouveaux modes de numérisation depuis 2016 pour les faire entrer dans Gallica.

« Par l’attention portée au choix des tissus et à leur polychromie, souvent superposés pour créer un effet de volume, le costume est un éblouissement visuel pour les yeux des spectateurs. Puisant leur  inspiration en Asie, les costumes du cycle des Atrides, et en particulier celui du Coryphée, participent du voyage entrepris par la troupe du Soleil vers la tragédie antique et la redécouverte d’une des formes essentielles du théâtre ». [source]

Pour en savoir plus, venez assister à la présentation de ce costume: il sera sorti exceptionnellement des magasins à l’occasion de la conférence Richelieu Colbert du mardi 5 décembre (18h15-19h30).

Citer ce billet : Vanessa Desclaux, "Costume d’un coryphée pour Agamemnon, spectacle du Théâtre du Soleil", in L’Antiquité à la BnF, 01/12/2017, https://antiquitebnf.hypotheses.org/1583, [consulté le 20/10/2018].

Zoom sur… une intaille au gladiateur

Après le billet dédié à la Rome antique au cinéma (Antiquité et cinéma : 2. Rome), nous proposons un nouveau « zoom sur… » consacré à une intaille romaine montée en bague et représentant un gladiateur, figure emblématique des péplums.

Intaille en jaspe rouge montée en bague de bronze (intaille h. 1,6 x l. 1,23 cm ; bague h. 2,7 x l. 3,1cm), IIIe siècle av. J.-C. BnF, MMA, inv. 58.1876 (don du comte de Caylus, 1762)

Continuer la lecture de Zoom sur… une intaille au gladiateur

La BnF intègre PELLA, portail consacré aux monnayages d’Alexandre le Grand

PELLA. Coinage of the kings of Macedonia

Fondé sur le catalogue de Martin Jessop Price, The Coinage in the Name of Alexander the Great and Philip Arrhidaeus (Londres, 1991), le portail PELLA, élaboré par l’American Numismatic Society, a pour but de rassembler les principales collections mondiales de monnaies d’Alexandre le Grand. 2000 exemplaires conservés au département des Monnaies, médailles et antiques figurent à présent parmi les 19 000 pièces déjà signalées.

Ce travail a été mené dans le cadre du projet OPAL (Oxford-Paris Alexander Project), programme récemment conclu par le colloque A Linked Open World:  Alexander the Great, Transnational Heritage and the Semantic Web.

Manuscrit de Jean-François Champollion

Archive : Image du mois Gallica Mars 2017

Mars 2017 Manuscrit de Jean-François Champollion

MS NAF 20320

Page manuscrite provenant des papiers de Jean-François Champollion (1re série. XVIII-XIX. Grammaire égyptienne, Département des manuscrits, NAF 20320, f. 109r).
Dans un tableau, l’égyptologue compare les graphies des noms de souverains égyptiens, en hiéroglyphe, hiératique et copte avec leur version grecque.
Ce manuscrit autographe est à  l’origine de sa «Grammaire égyptienne», imprimée après sa mort, en 1836 et également disponible sur Gallica

Pour aller plus loin : « Après Babel, traduire », exposition au MUCEM, Marseille, 14 déc. 2016-20 mars 2017
En savoir plus : dossier pédagogique BnF « l’aventure des écritures »

Le trône dit de Dagobert

Archive: Image du mois Gallica Février 2017
Février 2017 le trône dit de Dagobert

MMA inv.55.651

Siège curule à l’antique, le trône est présenté dans l’exposition les Temps Mérovingiens (26 octobre 2016 au 13 février 2017) au Musée de Cluny. Il est conservé au département des Monnaies, médailles et antiques.

MMA IMP-613

Rome assise sur une chaise curule, monnaie d’Hadrien, 134-138 apr. J.-C
en savoir plus: Corpus Gallica Les Temps mérovingien

Les ressources électroniques à la BnF

L’Antiquité est partout à la BnF et pas uniquement grâce aux livres et objets qu’elle conserve ! Les collections relevant des mondes antiques sont en effet très présentes dans les différents catalogues ou bases développés par la BnF ou auxquelles elle donne accès, sur place ou à distance.

Continuer la lecture de Les ressources électroniques à la BnF