Archives de catégorie : gallica

Journée d’étude : Les nouvelles vies des divinités grecques en Europe. Figurations textuelles et visuelles du XIVe au XVIe siècle.

Journée d’étude.

Les nouvelles vies des divinités grecques en Europe.

Figurations textuelles et visuelles du XIVe au XVIe siècle.

BnF, Bibliothèque de l’Arsenal, 29 mai 2024, Paris

Le mercredi 29 mai 2024, la bibliothèque de l’Arsenal accueille une journée d’étude du projet de recherche européen Agrelita : The Reception of Ancient Greece in Premodern French Literature and Illustrations of Manuscripts and Printed Books, 1320-1550.

Continuer la lecture de Journée d’étude : Les nouvelles vies des divinités grecques en Europe. Figurations textuelles et visuelles du XIVe au XVIe siècle.

Cléopâtre reine galante

Archive : Image du mois d’avril 2024

Cléopâtre, Jeu des reynes renommées, jeu de cartes, gravure à l’eau forte, aquarellée, 1644 (BnF, département des Estampes et de la photographie, RESERVE KH-34 (B, 26)-BOITE ECU)

Cléopâtre apparaît ici sur le jeu de cartes « des reynes renommées » créé en 1644 et destiné à l’édification du jeune roi Louis XIV.

La gravure de la vignette la représente éplorée, un bras tendu dans un geste dramatique et l’autre appuyé sur le tombeau de Marc-Antoine. Un serpent est visible sur sa poitrine à demi-nue : c’est la fameuse scène de son suicide décrite par les auteurs classiques, qui eut lieu en 30 avant J.-C. Le tombeau à entablement de son amant Marc-Antoine, dont on reconnaît le profil entouré de lauriers, est  surmonté d’une pyramide, illustrant le destin de cette reine à la croisée des mondes romain et égyptien.

Continuer la lecture de Cléopâtre reine galante

L’hoplitodromie, épreuve olympique

Archive : Image du mois de février 2024

Détail d’une scène athlétique d’un stamnos du Ve av. J.-C. (BnF, MMA, Delepierre.ca.45) © Serge Oboukhoff; © BnF-CNRS-MSH Mondes

Parmi les épreuves de course disputées aux Jeux olympiques dans l’Antiquité, l’hoplitodromie, course armée, n’est pas toujours la mieux connue bien qu’ayant fait l’objet de représentations comme en témoigne ce stamnos daté du Ve av. J.-C., au département des Monnaies, Médailles et antiques depuis 1966 suite au don Delepierre.

Continuer la lecture de L’hoplitodromie, épreuve olympique

Le temple d’Antonin et Faustine

Archive : Image du mois de novembre 2023

Cette aquarelle représente une restitution du temple d’Antonin et Faustine à Rome. Elle fait partie du Recueil de plusieurs pourtraits d’édifices et ruines antiques qui se voyent tant a Rome, que autres des plus mémorables et antiques villes de l’Italie et d’autres provinces réalisé par Guillaume Baron, peintre originaire de Montpellier, entre la fin du XVe et le début du XVIe siècle.

Comme l’indique Guillaume Baron dans sa note liminaire, son objectif est de proposer des portraits des édifices emblématiques de la Rome antique « tant de ce qui s’en voit par lesdites ruines que par les monnaies, médailles et antiques forgées par leurs constructeurs afin d’en perpétuer la mémoire ». Son recueil alterne ainsi des vues des ruines et des restitutions des monuments. Il se compose de deux volumes. Le premier, après des pages introductives sur la grandeur des Romains, une description de la ville de Rome, est dédié aux temples, aqueducs et arcs triomphaux.

Recueil de plusieurs pourtraits d’édifices et ruines antiques […], Premier volume par Guillaume Baron. Bibliothèque de l’Arsenal, EST-555

Continuer la lecture de Le temple d’Antonin et Faustine

Sesterce de Drusus, fils de l’empereur Tibère

Archive : Image du mois de septembre 2023

La vitrine du musée de la BnF consacrée à l’enfance présente une monnaie romaine à l’iconographie particulièrement originale : au revers, deux têtes d’enfants sortent de cornes d’abondance entrelacées entre lesquelles se trouve un caducée ailé. Derrière cette image en apparence pacifique se cache une réalité qui l’est bien moins, dans un contexte de luttes de pouvoir intestines au sein de la dynastie julio-claudienne.

Sesterce au nom de Drusus frappé à Rome sous le règne de Tibère, en 22 ou 23 apr. J.-C. Département des Monnaies, médailles et antiques, Fonds général 938, BNCMER II, Tibère 72

Ce sesterce en orichalque (laiton), d’un diamètre de 34 mm et d’un poids de 28,52 g, a été frappé à Rome en 22 ou 23 après J.-C. À l’avers, il porte le nom de Drusus1, fils de l’empereur Tibère. L’autorité émettrice est toutefois le Sénat de Rome, comme indiqué au centre par les lettres S C (senatus consulto, signifiant « avec l’accord du Sénat »). Au revers, les deux jeunes enfants représentés sont les fils jumeaux de Drusus, Germanicus Gemellus et Tiberius Gemellus, nés en 19.

Continuer la lecture de Sesterce de Drusus, fils de l’empereur Tibère

  1. Tiberius Drusus Claudius Iulius Cæsar Nero de son nom complet, communément appelé Drusus II []

Dessins de papyrus enroulés

Archive : Image du mois d’août 2023

Il est rare de conserver pour les papyrus égyptiens d’époque pharaonique découverts avant le milieu du XIXe siècle une idée de leur présentation originale.  Quelques documents conservés à la Bibliothèque  illustrent le choix de documenter l’artefact au moment du déroulement et de l’encadrement du papyrus pour en conserver une mémoire.

L’Egyptien 214 (anciens n° d’inventaire: Cabinet des médailles 1382 et Manuscrits Egyptien 144) est une lettre datant du IVe siècle avant J.-C. environ, comportant douze lignes en démotique sur le recto ou côté perfibral (sens horizontal des fibres). Cette lettre était transportée et conservée roulée. Le dessin, légendé “la même lettre liée d’un fil et scellée, avant d’être déroulée”, est peint sur calque, contrecollé sur le carton crème destiné à servir de montage de présentation du papyrus. Il témoigne que la lettre était restée cachetée, maintenue par un lien et sécurisé au centre par une bulle de terre crue sur laquelle avait été apposé un sceau: on devine un motif imprimé dans une dépression circulaire.  Le texte se trouvait roulé à l’intérieur, tandis que sur le verso, une seule ligne, “l’adresse”, est visible sur la face opposée au scellé.

Continuer la lecture de Dessins de papyrus enroulés

Quand Toutânkhamon inspirait la presse satirique

Archive : Image du mois de juin 2023

Article en une du journal Le Merle moqueur, 3 mars 1923 © BnF/Gallica

La découverte de la tombe de Toutânkhamon par l’Anglais Howard Carter en novembre 1922 à Louxor a rencontré un large écho dans la presse internationale : les articles illustrent la fascination pour ce jeune pharaon jusqu’alors peu connu, la richesse de son mobilier funéraire et rapportent l’empressement des célébrités et des têtes couronnées qui se pressent pour visiter son tombeau creusé dans la Vallée des Rois.

A partir de février 1923, avec l’ouverture officielle de la tombe, l’engouement ne faiblit pas, accompagnant la découverte des différentes salles de l’hypogée et la sortie progressive du mobilier très bien conservé. La presse satirique n’est pas en reste, comme le montre l’édition de l’hebdomadaire Le Merle Blanc du 3 mars 1923, un journal fondé par l’anarchiste Eugène Merle dans la lignée du Canard enchaîné. Dans ce numéro, plusieurs articles (en une et en page 4) s’inspirent de l’égyptomanie ambiante pour se moquer de l’actualité française et internationale, mêlant jeux de mots et caricatures.

Continuer la lecture de Quand Toutânkhamon inspirait la presse satirique

Champollion et le gaulois. Sur une mystérieuse inscription d’Eauze

À l’été 2022, lors d’une visite de l’exposition L’aventure Champollion. Dans le secret des hiéroglyphes à la BnF-François Mitterrand, une question a été posée à l’une des personnes chargées des visites : à partir de quelles sources Jean-François Champollion a-t-il pu étudier les éléments de gaulois mentionnés sur le mur des langues présent dans l’exposition ?

Contactée par l’une des commissaires de cette exposition, je me plongeai dans les notes du plus célèbre des égyptologues, disponibles sur Gallica.

Continuer la lecture de Champollion et le gaulois. Sur une mystérieuse inscription d’Eauze

L’antiquité chantée et dansée : la Grèce antique à l’Opéra

Ill.1 : Bélanger, projet de décor pour Alceste, 1776, BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra, ESQUISSES ANCIENNES-5 (1) sur Gallica

Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, un grand mouvement entraîne l’Europe artiste et savante vers une admiration toujours plus vive de l’Antiquité. Les causes de ce phénomène sont bien connues. Elles trouvent leur origine dans les premières fouilles entreprises en Italie qui favorisent les débuts de l’archéologie et stimulent le commerce des œuvres d’art. À son tour, le dynamisme du marché de l’art soutenu par ces découvertes provoque un engouement extraordinaire pour les antiquités grecques et romaines et conduit à la formation des collections des premiers musées publics, aussi bien en Italie qu’en Allemagne1. Décrites par les historiens d’art, ces collections suscitent de nombreuses vocations d’antiquaires, férus de vases grecs, de bas-reliefs, de statuaire, et attisent la curiosité des artistes pour lesquels le voyage en Italie s’impose désormais comme un « rite de passage professionnel2».

Ainsi, le renouveau esthétique qui touche à cette époque aussi bien les domaines de la peinture, de la sculpture, que ceux de l’architecture et des arts décoratifs, se caractérise essentiellement par un « retour à l’antique ». Le collectionneur Caylus, le sculpteur Bouchardon et le peintre Vien firent partie de ceux qui, en France, contribuèrent très activement à la diffusion des chefs-d’œuvre de l’Antiquité. Chacun à sa façon, ils eurent l’ambition de régénérer l’art contemporain, qu’ils jugeaient décadent, par l’art antique, porteur d’inspiration. Tournant le dos aux fantaisies de l’art rocaille, ils défendaient une ligne plus austère, qui trouva son plein épanouissement dans ce qu’on a appelé précisément à cette époque-là « le goût à la grecque ».

Y a-t-il eu un « goût grec » à l’Opéra aussi fort, aussi puissant, que celui que l’on observe dans le champ des beaux-arts, de la mode et des arts décoratifs ? Comment s’est-il manifesté et quels en ont été les principaux promoteurs ? De quelle manière les compositeurs, les librettistes, les chorégraphes, les dessinateurs de décors et de costume se sont-ils approprié le langage de l’Antiquité, remis au goût du jour par les travaux des érudits ? Ont-ils rencontré des résistances ? C’est à toutes ces questions que le présent billet cherchera à apporter quelques éléments de réponse.

Continuer la lecture de L’antiquité chantée et dansée : la Grèce antique à l’Opéra

  1. Pomian, 2020. Decultot, 2006, 18-19. []
  2. Bertrand, 2008, 72. []

Une caricature italienne de l’Expédition d’Égypte

Archive : Image du mois de Novembre 2022

NaPoleone Bonaparte Mummia, 1798-1799 © Bibliothèque municipale de Valenciennes, N-I18ANO0001/Gallica.

Bien avant qu’il ne devienne empereur, Napoléon Bonaparte est le sujet de nombreuses caricatures aussi bien en France qu’à l’étranger. Seules quelques rares estampes traitent toutefois de l’Expédition d’Égypte (1798-1801) qu’il a menée contre les Ottomans alliés aux Anglais. Cette eau-forte aquarellée comporte la légende : “NaPoleone Bonaparte Mummia” (“Napoléon Bonaparte (comme) momie”). D’après Broadley (p. 147-148) elle date de fin 1798-début 1799 et a été imprimée en Italie, qui avait été le champ de bataille précédent du jeune général lors de la Campagne d’Italie (1796-1797). Dans cette caricature, les ennemis ne sont pas les contemporains de Bonaparte, mais des anciens Égyptiens qui se chargent de lui infliger les rites funéraires et de stopper ainsi son ambition dévorante.

Continuer la lecture de Une caricature italienne de l’Expédition d’Égypte

Le frigidarium des thermes de Cluny

Archive : Image du mois d’Octobre 2022

Christophe Civeton, [Palais des Thermes, réutilisé en cave par un tonnelier, avant son appropriation au musée], dessin, vers 1820, BnF, département des Estampes et de la Photographie, RESERVE VE-53 (H)-FOL
Ce dessin, un lavis à la plume et à l’encre brune, attribué à Christophe Civeton (1796 – 1831) et probablement réalisé dans les années 1810-1820, représente une tonnellerie, l’entrepôt d’un fabricant de tonneaux, installée dans une salle voûtée aux dimensions majestueuses comme en témoignent notamment la taille des personnages et du carrosse figurés.

Cette salle est le vestige du frigidarium, salle froide des « thermes du Nord » de Lutèce, plus connus sous le nom des thermes de Cluny.

Continuer la lecture de Le frigidarium des thermes de Cluny

Un portrait de Jean-François Champollion

Archive: Image du mois de mai 2022
Reproduction du portrait de Jean-François Champollion par Victorine Genève-Rumilly, après 1822. Dans H. Hartleben, Champollion, Sein Leben und sein Werk, 1906. © BnF/Gallica.

À l’occasion du bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes, les quelques portraits de Jean-François Champollion sont de nouveau mis en avant grâce à des expositions ou de nouvelles publications.

Peu de portraits de l’égyptologue faits de son vivant sont connus mais parmi eux se distingue le tableau attribué à Victorine Genève-Rumilly et exposé au Musée Champollion de Vif, près de Grenoble.

Victorine (ou Victoire selon son acte de décès) Angélique Émilie Genève-Rumilly est une portraitiste née à Grenoble en 1789 et décédée à Paris en 1849. Élève du peintre néo-classique Jean-Baptiste Regnault, elle a participé à plusieurs salons. Elle est connue notamment pour ses portraits des frères Champollion, faits sans doute lors de l’un de leurs séjours dans leur maison familiale à Vif. Un portrait de l’aîné, Jacques-Joseph Champollion-Figeac, lui signé par Rumilly et également  exposé au musée, semble avoir été peint au même moment que celui de son cadet.

Reproduction du portrait de Jacques-Joseph Champollion par Victorine Genève-Rumilly, après 1822 (?). Dans H. Hartleben, Champollion, Sein Leben und sein Werk, 1906. © BnF/Gallica.

Le portrait de Jean-François Champollion que Hermine Hartleben (1846-1919) fait reproduire au frontispice de sa monumentale biographie publiée en 1906 était conservé à l’époque dans la famille à Vif. La biographe explique dans des lettres adressées à Gaston Maspero et conservées à l’Institut de France, comment elle est parvenue à le faire transporter et photographier à Grenoble avec l’aide du bibliothécaire Edmond Magnien.

Sur ce tableau, Jean-François Champollion semble comme surpris dans son travail par l’artiste. Il tient dans sa main une feuille qui correspond à la planche IV de sa Lettre à M. Dacier (1822) intitulée « Tableau des signes phonétiques » dans lequel il présente pour la première fois sa proposition de lecture des phonogrammes existants dans l’écriture hiéroglyphique (colonne de droite), mis en parallèle avec l’alphabet grec et les signes démotiques.

J.-Fr. Champollion, Lettre à M. Dacier, 1822, pl. IV © BnF/Gallica

Détail amusant, Rumilly a choisi de monter la planche en cours de rédaction, donc inachevée. Le savant est ici saisi dans l’intimité de son cabinet  de travail, comme l’indique la bibliothèque en arrière-plan où on reconnait aussi sur une étagère une statue égyptienne.

Pour en savoir plus

Ernest Lavisse et l’enseignement de l’Antiquité de la France

Archive: Image du mois de mars 2022

Bandeau ornant le Livre Premier de l’ouvrage d’E. Lavisse, Histoire de France. Cours moyen, 1ère et 2ème années, Nouvelle édition, Armand Colin, 1947.

“Casque et bracelet1 gaulois entourés de gui” : ces trois éléments évoquent puissamment l’imaginaire gaulois, nourri des découvertes archéologiques au XIXe siècle d’éléments d’armement et d’orfèvrerie et de l’interprétation d’un passage de Pline l’ancien au sujet des druides et de la cueillette du gui (Histoire naturelle, Livre XVI, XCV).

Ce bandeau orne la tête du Livre Premier « Les Gaulois, les Romains, les Francs jusqu’au Xe siècle après Jésus-Christ » de l’ouvrage d’Ernest Lavisse Histoire de France. Cours moyen. 1ère et 2e années dans une nouvelle édition datée de 1947.

Continuer la lecture de Ernest Lavisse et l’enseignement de l’Antiquité de la France

  1. Mais n’est-ce pas plutôt un torque ? []

Rencontre Gallica mardi 15 mars à 17 h 30 : Les essentiels de la numismatique

Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF et ses partenaires, comporte plus de 8 millions de documents!

Régulièrement, de nouveaux corpus (sélections de documents rassemblés sur une thématique précise) sont proposés servant de guides parmi cette offre foisonnante.

La sélection “Les essentiels de la numismatique” a été récemment mise en ligne.

Pour la découvrir, nous vous proposons une rencontre Gallica mardi 15 mars à 17 h 30 en salle 70 sur le site François Mitterrand de la BnF.

Pour en savoir plus sur cette rencontre, voir notre article sur le blog Gallica.

L’aqueduc de Fréjus

Archive : Image du mois de novembre 2021

André Salles. Provence. Environs de Fréjus. Acqueduc romain du Reyran [arches d’Esquine ou de Bonhomme]. BnF, Société de Géographie – département des cartes et plans, SG XXBA-2279
Comme de nombreuses villes de l’Empire romain, Forum Iulii (aujourd’hui Fréjus), fondée ex nihilo par César entre 49 et 44 av. J.-C. avant de devenir colonie romaine à partir d’Auguste, était alimentée en eau par un aqueduc dont une partie est représentée sur cette photographie sur plaque de verre prise par André Salles le 15 juin 1890.

Continuer la lecture de L’aqueduc de Fréjus