Archives de catégorie : evenements

Conférence 23 janvier 18h30 Agrippine, mère de Néron : une femme à la tête de l’empire romain

Camée, Bustes d’Agrippine l’Aînée en Cérès et Agrippine la Jeune en Aphrodite ou Héra, BnF-département des Monnaies, médailles et antiques, camée.122

23 janvier à 18h30 : Conférence: « Agrippine, mère de Néron : une femme à la tête de l’empire romain » par Mme. Virginie Girod, docteure de l’Université Paris-Sorbonne (Histoire romaine).

Découvrez comment l’Histoire s’élabore au fil des fouilles, de l’étude des objets ou des textes à travers la rencontre avec ceux qui l’enrichissent chaque jour par leurs recherches. Ce nouveau rendez-vous est consacré à l’actualité de la recherche archéologique autour des femmes de pouvoir.

Continuer la lecture de Conférence 23 janvier 18h30 Agrippine, mère de Néron : une femme à la tête de l’empire romain

Archéologie des femmes de pouvoir : de la fouille à l’écriture de l’histoire | The archaeology of women & power– from digging to writing history

Comment l’archéologie permet-elle d’écrire l’histoire ? En quoi les fouilles et l’étude des artefacts continuent-ils à renouveler la connaissance des historiens ? Après un cycle consacré à l’Égypte, à la Grèce ancienne puis à l’archéologie de Guerre, la Bibliothèque nationale de France aborde la question des femmes de pouvoir, à travers la présentation de recherches et de fouilles françaises en cours.

Programme

Continuer la lecture de Archéologie des femmes de pouvoir : de la fouille à l’écriture de l’histoire | The archaeology of women & power– from digging to writing history

Archéologie de la guerre: conférences en ligne

Une partie des conférences du cycle 2017-2018 « Archéologie de la guerre: de la fouille à l’écriture de l’histoire » de la Bibliothèque nationale de France, organisé à l’occasion des commémorations du centenaire de la Grande Guerre  est en ligne.

Voir ou revoir:

(cliché Inrap)
  • Gilles Prilaux, Ingénieur de recherche, directeur adjoint scientifique et technique à l’Inrap Hauts-de-France

L’archéologie de la Grande Guerre  (11 octobre 2017) Voir et écouter la conférence :Écouter la page

Les interventions archéologiques menées dans le Nord et dans l’Est de la France font souvent ressurgir les cicatrices du sol générées par les combats de la guerre 1914/1918. Ces stigmates, particulièrement nombreux, se comptent par centaines de milliers : trous d’obus, tranchées, boyaux, abris de fortune, dépotoirs, munitions de tous calibres, mais aussi restes des 700 000 combattants encore fossilisés sur le champ de bataille. Ces témoignages directs de cette boucherie sans nom se révèlent sous des formes variées ; ici les restes d’un corps enseveli et grêlés de shrapnell; là une jambe arrachée abandonnée dans un trou d’obus, jusqu’à des ensembles plus complexes qui font écho à l’état d’esprit du soldat face à l’horreur des combats. Cette conférence propose de faire un point sur l’état des lieux sur cette période à travers le regard de l’archéologie de terrain que reste-t-il aujourd’hui dans le sol et comment l’interpréter ?

Stèle peinte d’Aristodémos, fils de Kallistos (cliché RMN-Grand Palais – Musée du Louvre — Hervé Lewandowski)
  • Luc Baray, Habilité à diriger des recherches, Directeur de recherche au CNRS, membre de l’UMR 6298 ArTeHiS (Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés)

Les mercenaires celtes, entre mythes et réalités (17 janvier 2018) Voir et écouter la conférence :Écouter la page

Du Ve siècle à la fin du Ier siècle avant J.-C., de l’Afrique du Nord à la Judée en passant par la Sicile, l’Italie, la Grèce et l’Asie Mineure, des milliers de guerriers celtes ont été recrutés par les Carthaginois et les
Grecs. Guerriers étrangers, motivés par l’appât du gain et la recherche de terres où s’installer, les Celtes essaimèrent sur tous les fronts où leur savoir-faire technique et leur bravoure paraissaient indispensables. L’objet de cette conférence est de déconstruire le mythe du mercenariat celtique tel qu’il nous est donné à lire à travers les poncifs des auteurs gréco-latins, souvent repris et amplifiés par les modernes. Un retour critique aux sources antiques permet d’en présenter une autre image en cherchant notamment à toujours distinguer les statuts – mercenaire ou auxiliaire – derrière les dénominations.

Camp de Drancy, cliché issu des fonds de l’ Allgemeiner Deutscher Nachrichtendienst – Zentralbild (Bild 183) Bundesarchiv, Bild 183-B10919 / Wisch / CC-BY-SA 3.0
  • Benoît Pouvreau, Chercheur au Service du patrimoine culturel, Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis

Trois contributions à l’archéologie du camp de Drancy (11 avril 2018) Voir et écouter la conférence :Écouter la page

Le classement au titre des Monuments historiques (2001) puis la première restauration engagée ont beaucoup renforcé le temps dédié à la cité de la Muette, théâtre du camp de Drancy entre 1941 et 1944. En 2009, un important corpus de graffiti d’internés fut mis au jour. Sa valorisation fut en partie articulée à un projet plus vaste de mise en réseau des lieux d’histoire de la Déportation du département. La médiation de celui-ci permit une redécouverte : l’oeuvre d’un interné connu par quelques estampes constituant, en fait, un ensemble cohérent et majeur. Dessinateur mais aussi écrivain, Georges Horan-Koiransky fut, enfin, un témoin clé documentant d’une façon unique le lieu de départ des convois de déportation en gare du Bourget-Drancy, ultime sujet de recherches autour de ce site primordial de la persécution des Juifs de France.

Plus de conférences à voir ou revoir sur le site bnf.fr

Conférence 5 décembre 18h30 D’Alexandrie au golfe du Bengale : les routes maritimes de l’océan indien au tournant de notre ère

[Reinel, Pedro (14..-15..). Carte de l’Océan Indien] (Fac-similé manuscrit) BnF, département des Cartes et plans, CPL GE AA-565 (RES)

mercredi 5 décembre à 18h30 : Conférence « D’Alexandrie au golfe du Bengale : les routes maritimes de l’océan indien au tournant de notre ère » par Didier Marcotte, professeur à l’université Paris-Sorbonne, membre du laboratoire Orient&Méditerranée – UMR 8167.

Continuer la lecture de Conférence 5 décembre 18h30 D’Alexandrie au golfe du Bengale : les routes maritimes de l’océan indien au tournant de notre ère

Exposition : Devotion and Decadence. The Berthouville Treasure and Roman Luxury

 

Après plusieurs étapes aux États-Unis (Los Angeles, San Francisco, Houston), à Arles, et à Copenhague, le trésor de Berthouville s’expose du 17 octobre 2018 au 6 janvier 2019 à l’Institute for the Study of the Ancient World de New York (ISAW).

Continuer la lecture de Exposition : Devotion and Decadence. The Berthouville Treasure and Roman Luxury

La Puissance des images et l’Antiquité@la BnF: Les Rendez-vous de l’Histoire de Blois 2018

Pour la saison 2018, les Rendez-vous de l’Histoire de Blois se réunissent autour du thème La Puissance des images. La BnF présentera ses recherches et projets autour de l’Antiquité à travers deux Cartes Blanches :

  1. L’image de Cléopâtre dans l’Antiquité
  2. Antiquité et Moyen-Âge dans la bande dessinée

Continuer la lecture de La Puissance des images et l’Antiquité@la BnF: Les Rendez-vous de l’Histoire de Blois 2018

Conférence 10 octobre 18h30 Mare nostrum : Rome et l’exploitation « opportuniste » des îles de l’Égée

Carte de la Grèce ancienne voyage en Mer Méditerranée de Monsieur de Choiseul-Gouffier en compagnie du marquis de Chabert, à bord du navire « l’Atalante » en 1776. dpt Cartes et plans, GE DD-2987 (10007 B)

mercredi 10 octobre à 18h30 : Conférence: « Mare nostrum : Rome et l’exploitation « opportuniste » des îles de l’Égée » par Enora Le Quéré, Maître de Conférences en Histoire grecque à l’Université de Rouen-Normandie, GRHis, EA 3831. »

Continuer la lecture de Conférence 10 octobre 18h30 Mare nostrum : Rome et l’exploitation « opportuniste » des îles de l’Égée

Un tétradrachme aux portraits de Cléopâtre et Marc Antoine

Archives : image de mois octobre 2018 : Un tétradrachme aux portraits de Cléopâtre et Marc Antoine

Tétradrachme aux portraits de Cléopâtre VII et Marc Antoine, Antioche (Syrie), vers 37/6-32/1 av. J.-C., argent, 13,35 g (BnF, MMA, Y 28912,67 ; ex-coll. Smith-Lesouëf).

Les tétradrachmes aux portraits de Cléopâtre VII et Marc Antoine figurent parmi les monnaies antiques les plus recherchées. Elles donnent à contempler le couple qui fit couler tant d’encre, depuis le temps d’Auguste jusqu’à aujourd’hui.

Continuer la lecture de Un tétradrachme aux portraits de Cléopâtre et Marc Antoine

Des jetons grecs antiques présentés à la BnF pour les 35e journées européennes du patrimoine

     

     

Jetons (ou tessères) grecs. A gauche Athènes, bronze, IVe siècle, 4,10 g ; au droit, tête de lion à droite, au revers, Delta (BnF, MMA, E 1340 = Fonds général 1174). Au centre, cité incertaine, terre cuite, époque hellénistique (?), 2,50 g ; au droit, tête d’Héraclès coiffée de la pean du lion de Némée à droite, au revers, sans type (BnF, MMA, Chandon de Briailles 1945). A droite, Athènes, bronze, IVe siècle, 8,26 g ; au droit, tête d’Athéna casquée à gauche, au revers, Sampi (BnF, MMA, Fonds général 1175).

A l’occasion des 35e journées européennes du patrimoine sur le thème « L’Europe et l’art du partage » qui se tiendront les 15 et 16 septembre 2018, le département des Monnaies, médailles et antique présentera notamment une sélection de jetons grecs antiques. Venez découvrir ces témoins de la vie citoyenne à Athènes et à Corinthe, et discuter de leur histoire avec nous sur le site Richelieu samedi et dimanche de 10h à 19h.

Continuer la lecture de Des jetons grecs antiques présentés à la BnF pour les 35e journées européennes du patrimoine

Bataille des Pyramides: Image d’Épinal

Archive: Image du mois Juillet 2018
Juillet 2018 Bataille des Pyramides

Imagerie d’Epinal. N° 129, Bataille des Pyramides, 1892, département Estampes et photographie, FOL-LI-59 (12)

Le 21 juillet 1798 voit s’opposer l’Armée française d’Orient fraîchement débarquée aux Mamelouks conduits par Mourad Bey. Bonaparte dénomme ce combat qui lui ouvre les portes du Caire  « Bataille des Pyramides », investissant l’événement d’une dimension historique et symbolique par sa référence aux monuments antiques, l’une des sept Merveilles du Monde. La Campagne d’Égypte s’accompagne d’une visée scientifique avec la création de l’Institut d’Égypte. Ce dernier pilote la première enquête systématique du pays dans tous ses aspects: ruines antiques, vie moderne, sciences naturelles… que les savants documentent avec force notes et dessins. Si l’opération militaire se conclut par un échec, le prestige de l’aventure et la publication quelques années plus tard de la Description de l’Égypte restent  une source inépuisable d’inspiration pour la postérité et pour une discipline en devenir, l’égyptologie.

Le site Bibliothèques d’Orient, fruit du partenariat de huit bibliothèques orientales, d’une cinquantaine de spécialistes et de la Bibliothèque nationale de France, revient sur cette histoire croisée entre l’Égypte et la France, dont l’Expédition de Bonaparte constitua un véritable tournant.

Retrouvez la bataille des Pyramides dans l’exposition Napoléon stratège au Musée de l’Armée-Invalides à Paris jusqu’au 22 juillet 2018, pour laquelle la BnF a prêté quelques œuvres.

Citer ce billet : Vanessa Desclaux, "Bataille des Pyramides: Image d’Épinal", in L’Antiquité à la BnF, 01/07/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/2478, [consulté le 23/01/2019].

Les Etats généraux de l’Antiquité 2018

La bibliothèque nationale de France participera à la deuxième édition des États Généraux de l’Antiquité, les 8 et 9 juin 2018, amphithéâtre Richelieu, en Sorbonne. À cette occasion, des personnalités du monde politique, de la communauté scientifique et de la société civile sont invitées à s’interroger sur : « Pourquoi transmettre l’Antiquité à l’heure de la mondialisation ? Sciences de l’Antiquité et humanisme ».

Frédérique Duyrat, directrice du département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France, interviendra lors de la table ronde n°2  « Partager, comprendre, aimer : le patrimoine antique autour de la Méditerranée », le samedi 9 juin (9h30-11h00)

Thierry Grillet, directeur de la diffusion culturelle à la Bibliothèque nationale de France, journaliste, membre du comité d’honneur d’Antiquité-Avenir, modérera la table ronde n°4 « Éditer et diffuser l’Antiquité : quels publics, quels médias, quels enjeux ? », le samedi 9 juin (14h30 – 16h00)

Le programme complet des EGA est disponble ici.

L’Antiquité à la BnF revient avec Thierry Grillet sur l’importance de l’Antiquité aujourd’hui et le rôle de la Bibliothèque nationale de France:

Continuer la lecture de Les Etats généraux de l’Antiquité 2018

Euripide mss Grec 2713

Archive: Image du mois Juin 2018
Juin 2018 Manuscrit byzantin de pièces d’Euripide

Grec 2713

Ce manuscrit très ancien, fait partie, avec le Marcianus 471 et le Vaticanus 909, des manuscrits d’Euripide qui permettent de retrouver, par-delà l’époque byzantine, un état antique du texte d’Euripide. C’est un des manuscrits d’Euripide les plus précieux qui date probablement du XIe siècle. Il est issu du prototype de la première famille du texte d’Euripide, α, qui remonte au VIe siècle. Il possède les sept pièces du Choix, édition qui a été faite sous l’empereur Hadrien et porte la trace d’un double commentaire. Le manuscrit se trouvait à Constantinople au début du XVe siècle. Il est entièrement copié par un seul et même copiste, à l’exception des ajouts postérieurs que représentent les deux premiers cahiers. Une seconde main médiévale présente des variantes marginales ou interlinéaires. Le premier cahier est un ajout de Georges Baiophoros qui travaillait dans le monastère de Saint-Jean-Prodrome, dans le quartier de Pétra. Dans le second, les scholies et les vers sont copiés par Théodore Gaza. De nombreux annotateurs ont parcouru et marqué le manuscrit à des époques très diverses. [voir la notice complète].

Du 1er au 3 juin 2018 se déroule à Fontainebleau le Festival d’Histoire de l’Art, avec à l’honneur deux thèmes : le Rêve et la Grèce. La BnF y sera présente avec les interventions d’O. Estiez sur Gradiva (3 juin à 16h, Mines), de Chr. Förstel & E. Yota sur les manuscrits byzantins de la BnF (2 juin à 16h, château de Fontainebleau), et avec un stand au Salon du Livre.  Découvrez à cette occasion, les parcours guidés de Gallica pour explorer la Grèce en cartes, en photographies et en monnaies.

Citer ce billet : Vanessa Desclaux, "Euripide mss Grec 2713", in L’Antiquité à la BnF, 01/06/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/2447, [consulté le 23/01/2019].

Conférence 13 juin 18h30 La guerre romaine en Espagne

Vue aérienne du site de la Cerca de Aguilar de Anguita (Guadalajara, Espagne). cl. F. Didierjean et C. Petit-Aupert, © Institut Ausonius (ANR-06-CONF-006-01)

13 juin à 18h30 : Conférence: « La guerre romaine en Espagne (IIIe-Ier s. av. J.-C.): l’historien face aux traces matérielles » par M. François Cadiou, Professeur d’Histoire romaine, Université Bordeaux Montaigne, UMR 5607 Ausonius.

Découvrez comment l’Histoire s’élabore au fil des fouilles, de l’étude des objets ou des textes à travers la rencontre avec ceux qui l’enrichissent chaque jour par leurs recherches. Ce nouveau rendez-vous est consacré à l’actualité de la recherche archéologique de la Guerre.

Continuer la lecture de Conférence 13 juin 18h30 La guerre romaine en Espagne

143e congrès du CTHS: La transmission des savoirs

Le Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS), institut rattaché à l’École nationale des chartes réunit chaque année, le Congrès national des sociétés historiques et scientifiques. Ces rencontres rassemblent près cinq cents participants parmi lesquels des universitaires issus de très nombreuses disciplines : histoire, géographie, sciences, ethnologie, anthropologie, préhistoire et protohistoire, archéologie, philologie, histoire de l’art, environnement, etc. Il accueille aussi bien des jeunes chercheurs, chercheurs confirmés et des érudits locaux membres de sociétés savantes dans le souhait d’une confrontation des regards, des expériences et des approches méthodologiques.

Continuer la lecture de 143e congrès du CTHS: La transmission des savoirs

Conférence : Trésors de Richelieu, l’amphore du « Peintre d’Amasis »

Amphore du peintre d’Amasis (BnF, MMA, De Ridder.222 ; Luynes.678 (Inv.116))

Dans le cadre du cycle de conférences « Trésors de Richelieu », Cécile Colonna (INHA), Louise Détrez (BnF) et Marie-Christine Villanueva-Puig (CNRS) présenteront L’ « amphore de Paris » du Peintre d’Amasis le 10 avril 2018 de 18h15 à 19h30 à l’auditorium de la Galerie Colbert (INHA, 2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs
75002 Paris).

C’est pourvu d’un couvercle qui lui est en réalité étranger que l’un des plus beaux vase issus du quartier des potiers d’Athènes est acquis – fort cher – par le duc de Luynes à la vente du cabinet du chevalier Durand en 1836. Après avoir orné deux des plus belles collections privées d’antiques formées au XIXe siècle, cette petite amphore rebondie rejoint le fonds de la Bibliothèque à la faveur du fabuleux don de sa collection par Luynes en 1862. Signée par deux fois de son potier virtuose, Amasis, elle reçoit d’un peintre non moins talentueux demeuré anonyme (et baptisé par convention « Peintre d’Amasis » en raison de l’exclusivité de sa collaboration avec ce céramiste) un décor à la fois contrasté et innovant servi par sa manière élégante alliant monumentalité et minutie.

Pour en savoir plus sur cette conférence et le cycle « Trésors de Richelieu »

L’événement Facebook