Archives de catégorie : Zoom sur…

Un denier de Brutus célébrant les ides de mars

Archive : Image du mois de mars 2024

Le 15 mars 44 avant notre ère, le jour des ides de mars, Jules César meurt de 23 coups de couteau assénés par une conjuration de sénateurs. Cet acte est revendiqué par le plus célèbre de ces assassins, Brutus, sur d’emblématiques monnaies, tel ce denier en argent.

Denier à l’effigie de Brutus frappé dans un atelier itinérant en 43/42 av. J.-C. BnF, MMA, Ailly 11380. Portail Coins of the Roman Republic Online, n° 503-8. Continuer la lecture de Un denier de Brutus célébrant les ides de mars

Le Nouvel An et les « temps heureux » selon les Romains : un médaillon d’or de Licinius II

Archive : Image du mois de janvier 2024

Multiple de 4 ½ solidi de Licinius II, 319 ap. J.-C. (BnF, MMA, fonds général.21) © Bibliothèque nationale de France (remerciements à Christophe Petit)

A l’occasion de la nouvelle année, les Romains avaient pour coutume d’offrir des présents (strenae, d’où nos étrennes). L’empereur ne dérogeait pas à la règle et distribuait alors à son entourage de spectaculaires monnaies d’or, comme ce médaillon frappé en 319 au nom de Licinius II. Son poids de 20 g fait de cette monnaie exceptionnelle un multiple valant 4 ½ solidi (le solidus, l’unité en or, pèse environ 4,5 g). Sa valeur d’échange était à la hauteur de son caractère honorifique.

L’iconographie du revers est de circonstance puisqu’elle représente les quatre saisons de l’année. Les Romains représentaient parfois les saisons sous la forme d’allégories féminines, comme sur le « Vase des Saisons » exposé dans le Musée de la BnF. Le type monétaire, apparu à la fin du IIe siècle ap. J.-C., montre quant à lui des personnages masculins engagés dans une danse, des Génies plutôt que des enfants à en juger par leur musculature développée. De gauche à droite se succèdent les saisons dotées d’attributs : le Printemps porte un panier de fleurs sur la tête ; l’Été joue de sa faucille pour moissonner ; l’Automne retient un chevreau de la main droite et porte une assiette de fruits dans la main gauche, symbolisant notamment les vendanges ; l’Hiver, vêtu de la tête aux pieds contrairement aux autres Génies nus, porte sur l’épaule droite une branche à laquelle sont suspendus deux canards et tient un lapin de la main gauche pour évoquer la chasse. La scène illustre le renouvellement cyclique des ressources prodiguées par la nature. En découlent les « temps heureux » invoqués à travers la légende FELICIA TEMPORA.

Continuer la lecture de Le Nouvel An et les « temps heureux » selon les Romains : un médaillon d’or de Licinius II

Les dieux gardiens de la cité : un tétradrachme de Thasos

Archive : Image du mois de décembre 2023

Les Grecs choisissaient le plus souvent de représenter sur leurs monnaies les dieux, les héros, les cultes de leur cité. C’est exactement ce que firent les Thasiens lorsqu’ils composèrent l’iconographie de ce tétradrachme, dont les images font de plus écho à des éléments architecturaux qui étaient visibles de tous dans dans la ville (asty) de Thasos.

Continuer la lecture de Les dieux gardiens de la cité : un tétradrachme de Thasos

Exposition internationale des arts et techniques, Paris 1937 : pavillon de l’Égypte, une momie (photographie de presse)

Archive : Image du mois d’octobre 2023

[Safara?], Paris, 1937, bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, EI-13
L’exposition universelle de 1937, dénommée Exposition internationale des arts et techniques, s’est tenue à  Paris du 25 mai au 25 novembre. Elle accorde 2.400 m2 à l’Égypte, dans un contexte international en ébullition, où le pavillon dominé par l’aigle et la croix gammée fait face à la sculpture de l’ouvrier et de la kolkhozienne portant haut la la faucille et le marteau.

Continuer la lecture de Exposition internationale des arts et techniques, Paris 1937 : pavillon de l’Égypte, une momie (photographie de presse)

Sesterce de Drusus, fils de l’empereur Tibère

Archive : Image du mois de septembre 2023

La vitrine du musée de la BnF consacrée à l’enfance présente une monnaie romaine à l’iconographie particulièrement originale : au revers, deux têtes d’enfants sortent de cornes d’abondance entrelacées entre lesquelles se trouve un caducée ailé. Derrière cette image en apparence pacifique se cache une réalité qui l’est bien moins, dans un contexte de luttes de pouvoir intestines au sein de la dynastie julio-claudienne.

Sesterce au nom de Drusus frappé à Rome sous le règne de Tibère, en 22 ou 23 apr. J.-C. Département des Monnaies, médailles et antiques, Fonds général 938, BNCMER II, Tibère 72

Ce sesterce en orichalque (laiton), d’un diamètre de 34 mm et d’un poids de 28,52 g, a été frappé à Rome en 22 ou 23 après J.-C. À l’avers, il porte le nom de Drusus1, fils de l’empereur Tibère. L’autorité émettrice est toutefois le Sénat de Rome, comme indiqué au centre par les lettres S C (senatus consulto, signifiant « avec l’accord du Sénat »). Au revers, les deux jeunes enfants représentés sont les fils jumeaux de Drusus, Germanicus Gemellus et Tiberius Gemellus, nés en 19.

Continuer la lecture de Sesterce de Drusus, fils de l’empereur Tibère

  1. Tiberius Drusus Claudius Iulius Cæsar Nero de son nom complet, communément appelé Drusus II []

Dessins de papyrus enroulés

Archive : Image du mois d’août 2023

Il est rare de conserver pour les papyrus égyptiens d’époque pharaonique découverts avant le milieu du XIXe siècle une idée de leur présentation originale.  Quelques documents conservés à la Bibliothèque  illustrent le choix de documenter l’artefact au moment du déroulement et de l’encadrement du papyrus pour en conserver une mémoire.

L’Egyptien 214 (anciens n° d’inventaire: Cabinet des médailles 1382 et Manuscrits Egyptien 144) est une lettre datant du IVe siècle avant J.-C. environ, comportant douze lignes en démotique sur le recto ou côté perfibral (sens horizontal des fibres). Cette lettre était transportée et conservée roulée. Le dessin, légendé “la même lettre liée d’un fil et scellée, avant d’être déroulée”, est peint sur calque, contrecollé sur le carton crème destiné à servir de montage de présentation du papyrus. Il témoigne que la lettre était restée cachetée, maintenue par un lien et sécurisé au centre par une bulle de terre crue sur laquelle avait été apposé un sceau: on devine un motif imprimé dans une dépression circulaire.  Le texte se trouvait roulé à l’intérieur, tandis que sur le verso, une seule ligne, “l’adresse”, est visible sur la face opposée au scellé.

Continuer la lecture de Dessins de papyrus enroulés

L’or de Massalia, ou l’antique tentation des numismates

Le médaillier des faux du département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF – habituellement nommé Cabinet des médailles –renferme quelques milliers de monnaies grecques. Beaucoup sont des copies plus ou moins convaincantes de monnaies authentiques, fabriquées par des faussaires espérant berner les amateurs de monnaies anciennes. Plus rares sont les pièces reconnues comme fausses qui constituaient aussi une nouveauté, ce que les spécialistes nomment un « inédit », soit une monnaie présentant une iconographie, une légende, un détail, etc., jusque-là inconnu.

La monnaie cotée AA.GR.27101 appartient résolument à cette seconde catégorie. Il s’agit d’une pièce d’or pesant 5,32 g – une drachme ? – avec au droit une tête féminine à droite pourvue de boucles d’oreille et d’un collier – Artémis -, et au revers d’un lion agressif à droite surmonté de l’inscription grecque MAΣΣA. L’iconographie et la légende renvoient aux séries monétaires de la cité de Massalia, l’antique Marseille.

Faux moderne. “Drachme” d’or de Massalia, 5,33 g. (BnF, MMA, AA.GR.27101)

Un faux moderne

Si d’importantes émissions d’argent de de bronze sont attribuées à l’atelier massaliote, aucun monnayage d’or n’a à ce jour été assigné à cette cité . En 1771 déjà Jules-François-Paul de Fauris de Saint-Vincent (1718-1798), éminent numismate d’Aix-en-Provence, évoquait ainsi le sujet :

Continuer la lecture de L’or de Massalia, ou l’antique tentation des numismates

Théodora / Sarah Bernhardt

Archive : Image du mois de juillet 2023

Atelier Nadar, Sarah Bernhardt. Porte Saint-Martin. Théodora. Photographie. 1884. Département des Estampes et de la photographie, NA-238 (7)-FT 4.

Cette photographie prise en 1884 représente Sarah Bernhardt (1844-1923), “monstre sacré” du théâtre, en Théodora, épouse de Justinien et impératrice de Byzance dans la pièce éponyme de Victorien Sardou.

Elle provient d’un des albums de référence de l’Atelier Nadar conservés par le département des Estampes et de la photographie. Acquis par l’État en 1949-1950 auprès de la fille de Paul Nadar, le fonds de l’atelier est conservé en partie à la BnF (albums de référence, inventaires alphabétiques des albums et tirages originaux au département des Estampes et de la photographie ; archives entre ce département et celui des manuscrits).

Continuer la lecture de Théodora / Sarah Bernhardt

Le Grand Camée de France

Archive : image du mois de mai 2023

Grand Camée de France. Rome, premier quart Ier siècle. Sardonyx, H. 31 cm, l. 26,5 cm. BnF, MMA, Camée.264.

Œuvre phare du musée de la BnF, le Grand Camée, appelé également Camée de France, est un legs exceptionnel de l’Antiquité. Désormais présenté dans la galerie Mazarin, il y retrouve l’essentiel des œuvres qui l’accompagnaient dans le Trésor de la Sainte Chapelle. Il convient donc de revenir rapidement sur cette pierre gravée hors du commun.

Suscité au Ier siècle de notre ère par une commande émanant du cercle restreint de la première dynastie à régner sur l’empire romain (les Julio-Claudiens), ce camée est gravé sur une sardonyx (ou sardoine) de dimensions inaccoutumées (31 x 26,5 cm) présentant cinq couches colorées différentes ce qui a permis au graveur de développer un ambitieux discours iconographique qui, au-delà de la prouesse technique et de la qualité artistique, supporte un programme politique qui est une source précieuse pour l’historien.

Continuer la lecture de Le Grand Camée de France

La Renaissance d’Héraclès : une plaquette du XVe siècle inspirée d’une monnaie grecque

Archive : image du mois de février 2023

Plaquette, bronze, Moderno, fin du XVe siècle (BnF, MMA, AV.2534)

Cette plaquette Renaissance en bronze conservée au département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF est ornée d’un thème célèbre de la geste d’Héraclès/Hercule : le héros en train d’étouffer le lion de Némée.

Moderno (Galeazzo Mondella ? 1467-1528) a exécuté plusieurs plaquettes qui sont autant de variations de ce motif.  Elles ont été très largement reproduites et diffusées dès le XVIe siècle, signe de leur succès.

Les plaquettes – qu’il est possible de définir comme des estampes en relief – permettent en effet la circulation, pendant la Renaissance, d’une iconographie qui fait la part belle à l’antique. Les collectionneurs de l’époque font ainsi surmouler des camées et des intailles antiques, ou de petits reliefs qui s’inspirent de l’Antiquité.

Continuer la lecture de La Renaissance d’Héraclès : une plaquette du XVe siècle inspirée d’une monnaie grecque

Pourquoi fête-t-on Noël le 25 décembre ? Ce qu’en disent Constantin et Sol

Multiple de 8 solidi de Ticinum, 313 ap. J.-C. (BnF, MMA, Beistegui 233)

L’un des fleurons de la collection Carlos de Beistegui (n° 233) pour la période de l’Empire romain est un multiple d’or, unique en son genre, frappé à l’atelier de Ticinum (auj. Pavie en Lombardie) en 313 ap. J.-.C. Ce magnifique vestige des distributions impériales fut produit à l’occasion de « l’entrevue de Milan » entre Constantin Ier, souverain de l’Occident romain après sa victoire sur Maxence le 28 octobre 312 à la bataille du Pont Milvius, et Licinius Ier, maître des provinces d’Orient.

Continuer la lecture de Pourquoi fête-t-on Noël le 25 décembre ? Ce qu’en disent Constantin et Sol

Une caricature italienne de l’Expédition d’Égypte

Archive : Image du mois de Novembre 2022

NaPoleone Bonaparte Mummia, 1798-1799 © Bibliothèque municipale de Valenciennes, N-I18ANO0001/Gallica.

Bien avant qu’il ne devienne empereur, Napoléon Bonaparte est le sujet de nombreuses caricatures aussi bien en France qu’à l’étranger. Seules quelques rares estampes traitent toutefois de l’Expédition d’Égypte (1798-1801) qu’il a menée contre les Ottomans alliés aux Anglais. Cette eau-forte aquarellée comporte la légende : “NaPoleone Bonaparte Mummia” (“Napoléon Bonaparte (comme) momie”). D’après Broadley (p. 147-148) elle date de fin 1798-début 1799 et a été imprimée en Italie, qui avait été le champ de bataille précédent du jeune général lors de la Campagne d’Italie (1796-1797). Dans cette caricature, les ennemis ne sont pas les contemporains de Bonaparte, mais des anciens Égyptiens qui se chargent de lui infliger les rites funéraires et de stopper ainsi son ambition dévorante.

Continuer la lecture de Une caricature italienne de l’Expédition d’Égypte

Séminaire : La restauration de l’amphore pointue du Peintre d’Achille (18 novembre à 11h)

Le 18 novembre à 11h, Clara Bernard (musée du Louvre), Sarah Busschaert (C2RMF), Louise Détrez (BnF) et Marie-Christine Nollinger (restauratrice libérale) exposeront les enjeux et les acquis de la restauration fondamentale de l’amphore pointue du Peintre d’Achille (BnF, MMA, De Ridder.357) .

Séminaires du C2RMF, vendredi 18 novembre 2022, 11 heures, Auditorium Palissy et visioconférence
Inscription obligatoire pour venir à l’auditorium
Continuer la lecture de Séminaire : La restauration de l’amphore pointue du Peintre d’Achille (18 novembre à 11h)

« Le trésor du siècle » : monnaies et bijoux en or de Beaurains à la BnF

Le 21 septembre 1922, il y a un tout juste un siècle, un ouvrier travaillant sur le site d’une briqueterie dans le bourg de Beaurains près d’Arras (Pas-de-Calais) brisait de sa pioche une céramique. Il venait sans le savoir de faire une découverte sensationnelle constituée de plusieurs centaines de monnaies d’or et d’argent, de bijoux et de pièces d’argenterie d’époque romaine. A l’occasion du centenaire de la découverte, nous revenons sur l’histoire de ce trésor exceptionnel, dont plusieurs pièces majeures ont rejoint les collections de la BnF au fil des années.

Continuer la lecture de « Le trésor du siècle » : monnaies et bijoux en or de Beaurains à la BnF

Moïse et Aaron devant Pharaon, une miniature du manuscrit BnF Syriaque 341

Archive: Image du mois d’août 2022
Moïse et Aaron devant Pharaon,  Exode, Ancien Testament, Bible syriaque, Iraq, 6e – 7e siècle, parchemin et papier, BnF, Manuscrits, Syriaque 341, f. 8r

Illustrant un passage de l’Exode (Exode V, 1-5), la miniature montre Moïse et Aaron devant Pharaon et trois gardes. Le roi d’Égypte porte une tunique courte blanche et or recouverte du manteau à l’origine de pourpre. Furieux à l’écoute de l’annonce faite par Moïse, il s’apprête à se lever de son trône garni de coussins et orné de pierreries, brandissant son sceptre. Moïse en effet vient de lui transmettre les ordres de Dieu enjoignant le peuple d’Israël de se rendre dans le désert à trois jours de marche pour procéder à des sacrifices et célébrer une fête. Il se heurte au refus du monarque qui redouble les corvées en représailles. Derrière Moïse, Aaron est représenté tenant un bâton annonciateur la seconde confrontation avec Pharaon (Exode VII, 8-13). Dans cet épisode, souvent représenté dans les bibles comme dans les corans illustrés, Aaron jette son bâton à terre qui se transforme en serpent. Les magiciens d’Égypte sont convoqués et font de même mais le serpent d’Aaron engloutit tous les autres. Ce même bâton sert à accomplir divers prodiges, dont le déclenchement des sept plaies d’Égypte. Le passage du bâton magique et des magiciens à la cour du pharaon a souvent été compté au nombre des héritages de la littérature égyptienne antique dans la Bible.

Continuer la lecture de Moïse et Aaron devant Pharaon, une miniature du manuscrit BnF Syriaque 341