Archives de catégorie : Zoom sur…

Gros plan sur le camée.79 de la BnF : le bige de centaures

L’objet de notre attention (fig. 1) est un camée antique en sardoine à deux couches blanche et brune, probablement réalisé dans le dernier quart du Ier s. av. J.-C. et conservé au Département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF (inv. camée.79) depuis 17991. Continuer la lecture de Gros plan sur le camée.79 de la BnF : le bige de centaures

  1. Avisseau-Broustet 2016, p. 113. []

Une fausse lettre de Cléopâtre

Archive : image du mois de février 2021. Une fausse lettre de Cléopâtre Parmi les « chefs d’œuvre » du faussaire Denis Vrain-Lucas qui sévit dans les années 1860 se trouve une lettre de Cléopâtre, reine d’Egypte. Cléopâtre s’adresse ainsi en français (!) à Marc Antoine  :

Continuer la lecture de Une fausse lettre de Cléopâtre

Les Ruines de Cyrène

Archive : image du mois de Janvier 2021. Les Ruines de Cyrène

Plan et position des ruines de Cyrène, BnF, Département des Cartes et Plans, GE D-4016

Le plan des ruines de Cyrène fut copié en 1840 par Pagneau, ingénieur géographe du cadastre sur la publication des frères Beechey parue en 1828, Proceedings of the expedition to explore the northern coast of Africa. En 1821 et 1822, Frederick Beechey, officier de la marine britannique et le peintre, Henry, réalisèrent le premier relevé de tous les vestiges alors visibles.

Continuer la lecture de Les Ruines de Cyrène

Deux monnaies ptolémaiques en « faïence égyptienne » à la BnF

Le 2 février 1891, l’égyptologue Gaston Maspero faisait don au Cabinet des médailles de la BnF de deux objets étranges. Rentrés sous les numéros F 6047 et F 6048, il s’agit à première vue de deux monnaies ptolémaïques identiques à celles – assez communes – connues en bronze. Le terme de « porcelaine », employé dans le registre, est inexact car il renvoie à un procédé technique attesté en Chine seulement à partir du IIIe siècle après J.-C.1. Il apparaît que ces objets sont en réalité en « faïence égyptienne », terme également impropre qualifiant de la pâte siliceuse à glaçure, matériau bien connu en Égypte, très utilisé notamment pour produire des amulettes2.

Toujours dans le registre d’acquisition, il est précisé que le premier objet fut découvert à Karnak, dans « les ruines de la ville » au nord du grand temple ; le second est dit « sans provenance exacte », mais le signalement de ce don par Adrien Blanchet dans la Revue Numismatique de 1891 nous fait savoir qu’il provient également de Haute Égypte3.

Registre des dons du Cabinet des médailles F(2), 1890-1909. BnF, MMA, Ms. 86, p. 35.

Continuer la lecture de Deux monnaies ptolémaiques en « faïence égyptienne » à la BnF

  1. Alexandre Brongniart a alerté dès 1844 sur l’impropriété de l’appellation de « porcelaine égyptienne » : Brongnart 1844, p. 505-507. []
  2. Je remercie Louise Detrez, Sophie Descamps ainsi que Violaine Jeammet, qui ont bien voulu me faire part de leurs connaissances en la matière. La question du matériau sera abordée dans la section consacrée à la production de ces objets, infra : « Des sous-produits de l’artisanat égyptien ? » []
  3. Blanchet 1891, p. 233. []

Ptolémée, Titus et quelques autres. Les souverains de l’Antiquité les plus prisés par Napoléon

Archive : image du mois de décembre 2020

État des médailles remises à M. de Rémusat destinées à être serties dans la tabatière de l’empereur, février 1809 (BnF, MMA, 7 ACM 8)

Le 13 février 1809, Auguste-Laurent de Remusat, Grand maître de la garde-robe de Napoléon, est autorisé par le ministre de l’Intérieur à prélever au Cabinet des médailles une série de monnaies antiques pour orner de nouvelles tabatières destinées à l’Empereur. Ces boîtes conçues pour contenir du tabac à priser avec les doigts étaient le support de décors peints, sculptés ou bien composés d’objets incrustés – anciens ou modernes – tels des camées ou comme ici de monnaies. Dans ce cas, Rémusat prélève au sein de la collection neuf monnaies : quatre pièces d’or romaines impériales et cinq autres en argent, d’époque hellénistique, grecques et parthes.

Tabatière ornée d’un camée du XVIe siècle, réalisée vers 1788 (BnF, MMA, Camée.512.a).

Continuer la lecture de Ptolémée, Titus et quelques autres. Les souverains de l’Antiquité les plus prisés par Napoléon

Le denier impossible

Le droit romain punit sévèrement la falsification des monnaies officielles : au plus tard à partir des années 80 av. n. è., la contrefaçon d’espèces d’or ou d’argent portant la marque de la cité se voit punie de peines allant de la déportation à la mort. Pourtant les monnaies d’argent de la République romaine sont massivement contrefaites et certains marchés urbains, en Italie comme en Espagne, ont tôt fait d’être inondés d’espèces frauduleuses1.

Les solutions mises en œuvre pour produire ces monnaies sont variées et témoignent de l’inventivité des faussaires, confrontés à des contraintes toujours renouvelées ; mais le procédé le plus communément employé consiste à appliquer par soudure une fine pellicule d’argent sur une rondelle de cuivre. Ces objets sont ensuite frappés à l’aide de coins (matrices) dont la gravure reproduit les types d’émissions officielles : on obtient ainsi des monnaies plaquées, de plus ou moins grande qualité.

En dépit du caractère sélectif des stratégies d’acquisition qui ont présidé au fil du temps à la formation des collections de la Bibliothèque nationale de France, les monnaies plaquées aux types de deniers romains républicains sont légion dans ses médailliers. Et c’est tant mieux ! Le phénomène de la fausse monnaie revêt une envergure massive à partir de la fin du IIe siècle av. n. è. et soulève de nombreuses questions qui intéressent plus largement l’histoire économique du bassin méditerranéen occidental. Or notre compréhension des techniques de production, des modes de diffusion et des usages de ces espèces irrégulières est encore balbutiante. Voici l’une de ces monnaies, qui avait retenu mon attention lorsque je consultais les plateaux de monnaies romaines républicaines de la BnF2.

Continuer la lecture de Le denier impossible

  1. Concernant l’Espagne, voir par exemple Marta Campo, « Producció i circulació de moneda falsa a la península Ibérica (s. IV. a.C.-I d.C.) », dans id. (coord.), Falsificació i manipulació de la moneda. XIV Curs d’història monetària d’Hispània, Barcelone, 2010, p. 23-39. []
  2. Pour la publication initiale et des références bibliographiques plus complètes, voir Charles Parisot-Sillon, « Modes de production des fausses monnaies romaines à l’époque républicaine. À propos des coins d’un denier fourré à la légende RVFVS·COS / Q·POM·RVFI », BSFN, 69/10, 2014, p. 304-308. []

Le décadrachme d’Athènes de la BnF : un premier de cordée

Archive: image du mois d’octobre 2020

octobre 2020: Le décadrachme d’Athènes de la BnF : un premier de cordée

Décadrachme d’Athènes (Attique), vers 460 av. J.-C., argent, 43,01 g. BnF, MMA, Luynes n° 2037. Droit : tête d’Athéna casquée et couronnée de lauriers à droite. Revers : AΘE, chouette aux ailes éployées de face.

Principalement connu pour ses tétradrachmes, les fameuses « chouettes »1, le monnayage de la cité d’Athènes comprend également de lourdes et spectaculaires monnaies d’argent appelées décadrachmes, c’est-à-dire valant 10 drachmes et pesant plus de 43 g.

Continuer la lecture de Le décadrachme d’Athènes de la BnF : un premier de cordée

  1. Monnaies de 4 drachmes qui pèsent environ 17,20 g, la chouette au revers est de profil. Voir par exemple BnF, MMA, Armand Valton.354. []

Des codices coptes du 4è siècle d’Akhmim

Archive: image du mois de septembre 2020

septembre 2020: Des codices coptes du 4è siècle d’Akhmim

Passage de l’Apocalypse de Sophonie en copte (U. Bouriant, Les papyrus d’Akhmim, MMAF 1, Paris 1889, texte E, p. 270, l. 34 sqq.), BnF, département des Manuscrits, Copte 135, f. 23r

La Bibliothèque nationale de France conserve quelques exemples de codices (livres) parmi les plus anciens1. Sous la cote Copte 135, sont conservés les deux codices coptes les plus anciens identifiés à ce jour dans les collections de la BnF. Ils sont actuellement datés du 4è siècle2.

Continuer la lecture de Des codices coptes du 4è siècle d’Akhmim

  1. voir l’image du mois consacrée au Supplément Grec 1120, le plus ancien codex conservé avec sa reliure. []
  2. J. Gascou, « Les codices documentaires égyptiens », Les débuts du codex, Bibliologia 9, Turnhout, 1989, p. 82. []

Deux lingots d’or romains découverts à Crasna (Roumanie) en 1887

En amont de la frappe monétaire il existe une série d’étapes, tant techniques qu’administratives, sans lesquelles les espèces ne pourraient pas être produites. L’un de ces moments est l’affinage du métal, pour mettre ce dernier en conformité avec les normes exigées par l’autorité émettrice. Ce sont des témoins, fort rares, de cette phase pourtant essentielle antérieure à la production des monnaies que nous souhaitons évoquer ici, en l’occurrence des lingots estampés en or raffiné, qui constitue la matière première tant pour la fabrication monétaire que pour l’orfèvrerie officielle. Ceux-ci constituent un type de documentation exceptionnel, d’une haute valeur informative.

Découvert en 1887 à Crasna, en Transylvanie, les deux lingots conservés à la BnF appartiennent à un ensemble de barres d’or (vingt-trois morceaux issus de quinze lingots brisés et quatre intacts1) d’une masse totale d’environ 6,5 kg d’or (soit 20 livres romaines). Ces objets sont liés à l’atelier impérial balkanique de Sirmium (aujourd’hui Stremska Mitrovica en Serbie), très probablement datés des années 379-380 apr. J.-C., selon les indications qu’ils comportent.

Lingot découvert à Crasna en 1887. Or estampé, 472 g, 19,3 cm. BnF, MMA, Inv. 56.343 = reg. L.3451 (Achat à Félix Feuardent en 1893). Face lisse.

Continuer la lecture de Deux lingots d’or romains découverts à Crasna (Roumanie) en 1887

  1. D’autres lingots similaires ont été également trouvés dans la même région, voir : F. Baratte, « Lingots d’or et d’argent en rapport avec l’atelier de Sirmium » dans Sirmium VIII. Etudes de numismatique danubienne. Trésors, lingots, imitations, monnaies de fouilles. IVe au XIIe siècle, 1978, p. 105 et suivantes. []

Monter une monnaie antique en bijou : les bons conseils de Gaston Maspero

Juillet 2020 : Monter une monnaie antique en bijou : les bons conseils de Gaston Maspero

Trichryson lagide de Ptolémée I Sôter (Chypre, vers 294-282 av. J.-C.) monté en bijou avec chaînette et cinq perles (BnF, MMA, Inv.56.320=Fonds général 22, ex-collection Pellerin, acq. 1776).

Monter des monnaies en bijou est une pratique ancienne. Plusieurs cas sont avérés dès l’Antiquité, particulièrement à l’époque romaine. Il n’est pas rare aujourd’hui encore de voir des monnaies antiques montées en bague ou en collier. Les monnaies grecques notamment sont attractives pour les amateurs d’art classique qui valorisent ainsi  la nature archéologique et historique de ces petits monuments en même temps que leur qualité esthétique.

Continuer la lecture de Monter une monnaie antique en bijou : les bons conseils de Gaston Maspero

Conférence en ligne – Les trésors de la BnF en direct : La coupe d’Arcésilas

La BnF s’invite dans votre salon ! En direct et en vidéo, nos spécialistes vous présentent un document coup de cœur de nos collections.

Présentation à revoir sur la page Facebook de la BnF1

Rendez-vous le mardi 23 juin à 18h sur la page Facebook de la BnF avec Louise Detrez, conservateur du patrimoine, chargée de la collection céramique et verre au département des Monnaies, médailles et antiques pour une présentation de la coupe dite d’Arcésilas (De Ridder.189) .

Continuer la lecture de Conférence en ligne – Les trésors de la BnF en direct : La coupe d’Arcésilas

  1. Erratum dans la vidéo : 29:27 Une atmosphère oxydante est riche en oxygène. 37:37 La première publication de la coupe, par Giuseppe Micali, date de 1832. []

Une tablette d’ecolier bilingue grec-copte

Février 2020

Tablette d’écolier bilingue grec-copte

BnF, MMA, reg.Y.19920

Cette tablette d’écolier, conservée au département des Monnaies, médailles et antiques fait partie d’un lot d’objets reçus en don par l’helléniste Paul Perdrizet (1870-1938) qui a dirigé plusieurs missions archéologiques en Grèce (1899) ainsi qu’en Syrie (1924 et 1925) tout en séjournant régulièrement en Égypte (1912, 1933 ou 1935, 1936) comme en témoignent ses archives conservées à l’Université de Lorraine.

L’objet, donné en 1933, est indiqué comme provenant du Fayoum (une oasis située au sud-ouest du Caire) et daterait du VIIe siècle. Il s’agit d’une plaquette en bois (9,5x24cm) écrite des deux côtés au pinceau et munie d’une poignée antique mais postérieure à l’utilisation de cet objet, probablement par un écolier révisant ses leçons de copte et de grec.

Une étude publiée en 1991 indique que des traces de réécriture sont en effet visibles et détaille les différentes inscriptions : le recto comprend à la fois un exercice de syllabation, un alphabet grec et 6 lettres du copte fayoumique à droite ; au verso, la suite de l’exercice de syllabation, de nouveau l’alphabet grec suivi des 6 lettres coptes. Ce type d’exercice est habituel chez les écoliers débutants, qui se familiarisent d’abord avec l’alphabet grec avant de passer aux exercices syllabiques (bilitères puis trilitères) tout en apprenant les 6 lettres spécifiques de l’écriture copte. Cette écriture associe en effet les 24 lettres grecques à 6 héritées de l’égyptien hiéroglyphique afin de se rapprocher au mieux des sons utilisés par les premiers chrétiens vivant dans la Vallée du Nil.

La BnF conserve plusieurs types de documents en copte notamment des papyrus et des manuscrits et également des fragments d’inscriptions funéraires.

Hélène Virenque

Pour en savoir plus

P. Cauderlier, « Deux tablettes parisiennes en provenance d’Égypte, pour illustrer l’apprentissage des lettres grecques », dans N. Fick, J.-Cl. Carrière (éd.), Mélanges Étienne Bernand, Paris : les Belles lettres, 1991, p. 141-154. Disponible en ligne sur Persée : https://www.persee.fr/doc/ista_0000-0000_1991_ant_444_1_2796 (consulté le 6.02.2020)

Citer ce billet : Hélène Virenque, "Une tablette d’ecolier bilingue grec-copte", in L’Antiquité à la BnF, 01/02/2020, https://antiquitebnf.hypotheses.org/10520, [consulté le 14/05/2021].

Veaux, vaches, cochons… trésors : quand les animaux découvrent des monnaies

L’histoire est célèbre. La grotte de Lascaux aurait été découverte par un chien prénommé Robot : en pourchassant un lapin il aurait permis à quatre enfants de découvrir l’une des plus importantes grottes ornées du Paléolithique. Les animaux ne découvrent pas que des grottes, ils peuvent aussi mettre au jour des trésors ! Deux histoires tirées de l’inépuisable flot des faits divers ont récemment attiré notre attention. En 2017, en Thaïlande, une tortue dut être opérée pour lui retirer les 915 monnaies d’argent qu’elle avait ingurgitées. En France en 2019, c’est une pie qui est suspectée d’avoir rassemblé dans son nid du parc du château de Versailles 1131 pièces de monnaies, majoritairement des centimes d’euros.

A la BnF, le département des Monnaies, médailles et antiques conserve à la fois de nombreuses monnaies, dont beaucoup proviennent de trésors, et les archives relatives aux trésors étudiés, notamment dans le cadre du programme « Trouvailles monétaires ». Nous proposons ici de rassembler différentes mentions de trésors découverts par des animaux éparpillées dans la littérature spécialisée ou dans les archives.

La Taupe, dessin de Buvée, vers 1760 (BnF, RESERVE JB-23 (B)-BOITE FOL).

Continuer la lecture de Veaux, vaches, cochons… trésors : quand les animaux découvrent des monnaies

En route pour Troie, en route pour Lens !

Archives image du mois de mars 2019

En route pour Troie, en route pour Lens !

Signé du potier Epigénès, attribué au Peintre d’Erétrie. Canthare : départ d’Achille et Patrocle (face A [illustrée] : Nestor, Antiloque, Patrocle et Thétis. Face B : Agamemnon, Achille, Kymothéa et Oukalégon). Athènes, vers 435-430 av. J.-C. Prov. Vulci (Italie). H. 12,8 cm ; L. 22 cm ; D. 14,5 cm. BnF, MMA, De Ridder.851 (Luynes.732).

Le prêt d’une trentaine de pièces de la collection du département des Monnaies, médailles et antiques dans le cadre de l’exposition que le Louvre-Lens s’apprête à consacrer à Homère est l’occasion de faire découvrir un chef-d’œuvre récemment restauré, opportunément orné d’une double scène de départ. Le raffinement de son décor, le prestige de ses inscriptions et sa bonne conservation ont valu à ce petit vase vraisemblablement exhumé à Vulci, les plus grands éloges dès sa publication, en 1846. C’est sur cette forme rare (un canthare de type D) que figure la seule signature que l’on connaisse au potier Epigénès.

Détail : inscription « ΕΠΙΓΗΝΕΣ ΕΠΟΕΣΕ » (Epigénès a fait)

Alors que le sage Nestor fait face à son fils Antiloque, qui le suivra à Troie, Thétis destine une libation à Patrocle, l’ami de son fils, armé de pied en cap ; au revers, sous le regard d’Agamemnon et en présence du jeune Oukalégon, le vaillant Achille à qui la nymphe Kymothéa offre une libation s’apprête lui aussi à prendre congé. Non seulement le Peintre d’Erétrie, comme il en est coutumier, use ici de l’écriture pour donner à sa composition une dignité épique, mais encore, souligne Nina Strawczynski, le baptême des personnages annonce, dès le rituel du départ, leur destin. Double du Péléide, Patrocle reçoit de la mère de son ami la libation du départ, à proximité immédiate de celui qui annoncera sa mort à Achille, Antiloque.

Démontage du canthare à l’occasion de sa restauration (2017)

La restauration fondamentale du vase accomplie par Claire Idrac en 2017 a rendu toute sa lisibilité à ce programme conçu par l’un des peintres athéniens les plus doués et les plus influents de la seconde moitié du Ve siècle av. J.-C.

Louise Detrez

Citer ce billet : ldetrez, "En route pour Troie, en route pour Lens !", in L’Antiquité à la BnF, 01/03/2019, https://antiquitebnf.hypotheses.org/7893, [consulté le 14/05/2021].

Des jetons grecs antiques présentés à la BnF pour les 35e journées européennes du patrimoine

     

     

Jetons (ou tessères) grecs. A gauche Athènes, bronze, IVe siècle, 4,10 g ; au droit, tête de lion à droite, au revers, Delta (BnF, MMA, E 1340 = Fonds général 1174). Au centre, cité incertaine, terre cuite, époque hellénistique (?), 2,50 g ; au droit, tête d’Héraclès coiffée de la pean du lion de Némée à droite, au revers, sans type (BnF, MMA, Chandon de Briailles 1945). A droite, Athènes, bronze, IVe siècle, 8,26 g ; au droit, tête d’Athéna casquée à gauche, au revers, Sampi (BnF, MMA, Fonds général 1175).

A l’occasion des 35e journées européennes du patrimoine sur le thème « L’Europe et l’art du partage » qui se tiendront les 15 et 16 septembre 2018, le département des Monnaies, médailles et antique présentera notamment une sélection de jetons grecs antiques. Venez découvrir ces témoins de la vie citoyenne à Athènes et à Corinthe, et discuter de leur histoire avec nous sur le site Richelieu samedi et dimanche de 10h à 19h.

Continuer la lecture de Des jetons grecs antiques présentés à la BnF pour les 35e journées européennes du patrimoine