Archives de catégorie : Zoom sur…

Quand les monnaies gauloises deviennent bavardes !

L’année 2022 est largement consacrée, au sein des manifestations de la BnF, à l’archéologie des écritures anciennes, l’aspect le plus spectaculaire de ce programme étant naturellement l’importante exposition L’Aventure Champollion, consacrée à l’œuvre de Jean-François Champollion sur le site François-Mitterrand jusqu’au 24 juillet. Il n’est donc pas inutile de rappeler que des documents bien plus modestes que les temples, statues et stèles ou papyrus égyptiens, telles de simples monnaies peuvent constituer de précieux supports pour des inscriptions, en particulier concernant des civilisations qui n’ont que peu ou pas laissé de textes. C’est le cas des Celtes continentaux de l’Antiquité, leur usage quasi-intégral de matériaux périssables (bois, écorces, peaux…) ainsi que le refus de leur classe sacerdotale de confier à l’écrit les doctrines religieuses et les spéculations philosophiques, privent la recherche moderne de sources de première main.

Continuer la lecture de Quand les monnaies gauloises deviennent bavardes !

Champollion et les Bronzes Caylus de la Bibliothèque royale

Archive: Image du mois d’avril 2022

Statuettes de bronze de dieux et déesses de l’Égypte antique, BnF, département des Monnaies, médailles et antiques, ancienne collection Caylus ©BnF – Dossier de presse

La préparation de l’exposition L’Aventure Champollion. Dans le secret des hiéroglyphes qui s’ouvre à la Bibliothèque nationale de France le 12 avril 2022 a permis la restauration et une nouvelle couverture photographique de nombreuses œuvres dont cette série de huit bronzes provenant de l’ancienne collection Caylus.

Continuer la lecture de Champollion et les Bronzes Caylus de la Bibliothèque royale

Ernest Lavisse et l’enseignement de l’Antiquité de la France

Archive: Image du mois de mars 2022

Bandeau ornant le Livre Premier de l’ouvrage d’E. Lavisse, Histoire de France. Cours moyen, 1ère et 2ème années, Nouvelle édition, Armand Colin, 1947.

“Casque et bracelet1 gaulois entourés de gui” : ces trois éléments évoquent puissamment l’imaginaire gaulois, nourri des découvertes archéologiques au XIXe siècle d’éléments d’armement et d’orfèvrerie et de l’interprétation d’un passage de Pline l’ancien au sujet des druides et de la cueillette du gui (Histoire naturelle, Livre XVI, XCV).

Ce bandeau orne la tête du Livre Premier « Les Gaulois, les Romains, les Francs jusqu’au Xe siècle après Jésus-Christ » de l’ouvrage d’Ernest Lavisse Histoire de France. Cours moyen. 1ère et 2e années dans une nouvelle édition datée de 1947.

Continuer la lecture de Ernest Lavisse et l’enseignement de l’Antiquité de la France

  1. Mais n’est-ce pas plutôt un torque ? []

Le mythe d’Hellé sur le monnayage de Lampsaque, cité grecque des Détroits

Archives : image du mois de février 2022

Statère de Lampsaque, Mysie, Ca. 394-350 av. J.-C., Or, 8,43g (BnF, MMA, Luynes.2486).

Au droit, une représentation de la jeune Hellé vêtue d’un long manteau, chevauche le bélier Chrysomallos. Ce statère arrive probablement tôt parmi les émissions du premier IVe siècle av. J.-C., notamment car le revers présente un protomé de Pégase à gauche1. La cité grecque de Lampsaque débute la frappe de l’or après 394 av. J.-C., année marquée par sa libération du joug spartiate grâce à la victoire de l’Athénien Conon à Cnide2. Les émissions de statères d’or produites vers 394-350 av. J.-C. se caractérisent par une iconographie très variée, la monnaie constituant un vecteur privilégié du récit civique tel que l’ont conçu les lampsacéniens.

Continuer la lecture de Le mythe d’Hellé sur le monnayage de Lampsaque, cité grecque des Détroits

  1. Seul le statère d’Héraclès étranglant deux serpents présente un protomé de Pégase à gauche (BnF, MMA, Fonds général.724), ce type figure dans de nombreuses cités grecques après la libération de 394 av. J.-C. []
  2. Lefèvre François, Histoire du monde grec antique, Paris, Librairie générale française, 2007, p. 284. []

L’éclat des vases du Cabinet des médailles -3- Retour à l’antique : la restauration du skyphos du Peintre de Pantoxéna

À la mémoire de François Lissarrague

Le 15 décembre 2021 nous quittait François Lissarrague, immense interprète du langage figuré des vases grecs et passeur sans égal. Parce qu’il nous avait fait le grand honneur de compter parmi les membres du comité scientifique supervisant la restauration de deux chefs-d’œuvre de la collection céramique de la BnF, notre commission endeuillée saisit cette occasion de rendre hommage au savoir insondable, à l’extrême générosité et à la gaieté spirituelle de l’un des plus fins connaisseurs des « Athéniens et leurs images ».

Au C2RMF, autour de l’amphore d’Amasis et dans le sens des aiguilles d’une montre : François Lissarrague, Martine Denoyelle, Louise Détrez, Cécile Colonna, Brigitte Bourgeois, Clara Bernard (visio-conférence), Frédérique Duyrat, Noëlle Timbart et Marie-Christine Villanueva Puig. © Marie-Christine Nollinger.


 Pour patienter jusqu’à la réouverture du musée de la BnF, la série « L’éclat des vases du Cabinet des médailles » vous propose de découvrir quelques opérations récentes de conservation-restauration.

Un skyphos attique à figures rouges monumental donné par le duc de Luynes à la Bibliothèque en 1862 vient de faire l’objet d’une restauration d’ampleur. Une bonne occasion d’ouvrir le passionnant dossier de l’un des vases éponymes du Peintre de Pantoxéna.

Continuer la lecture de L’éclat des vases du Cabinet des médailles -3- Retour à l’antique : la restauration du skyphos du Peintre de Pantoxéna

La drachme cisalpine à légende Segedū

Archive : image du mois de décembre 2021

Drachme des Celtes transalpins à légende SEGEDU (MMA, BN 2177)

Les monnaies celtiques d’Italie du Nord constituent un témoignage unique sur une civilisation qui a ensuite été absorbée par l’expansion romaine : c’est le cas pour celles des Lepontii, comme cette drachme à légende Segedū.

La BnF a joué, au fil des siècles, un rôle important dans le déchiffrement et la connaissance des écritures anciennes1. Elle conserve dans ses collections des objets – dont de nombreuses monnaies –, inscrits au moyen d’alphabets, de syllabaires, voire d’idéogrammes et pictogrammes divers, le plus souvent inconnus du grand public. C’est le cas de la pièce d’argent illustrée ici, provenant d’Italie du Nord, qui porte à son revers une légende dite lépontique. On nomme ainsi une écriture dérivée de l’alphabet étrusque, lequel fut emprunté à partir de la première moitié du VIe siècle av. J.-C. par des peuples celtiques. Son nom est liée au fait que la majorité de ces inscriptions ont été découvertes dans une zone d’une centaine de kilomètres autour de la ville de Lugano, aujourd’hui en Suisse (d’où l’appellation ancienne d’« alphabet de Lugano » donnée à ce système d’écriture), sur le territoire de l’antique peuple des Lepontii (Lépontiens).

Continuer la lecture de La drachme cisalpine à légende Segedū

  1. Voir par exemple les travaux de l’abbé Barthélemy, au XVIIIe siècle. []

La statue d’Athéna Ilias, ou la promotion de l’héritage troyen d’Ilion

Archive : Image du mois septembre 2021

Tétradrachme d’Ilion, Troade, vers 188-133 av. J.-C. Argent, 16,70 g, 36 mm, 12 h (BnF, MMA, Fonds général 680).

A plusieurs reprises la cité d’Ilion a choisi de faire figurer au revers de ses émissions monétaires la statue d’Athéna Ilias. Tandis qu’au droit de ce grand tétradrachme hellénistique du IIe siècle av. J.-C. figure une tête casquée et couronnée de la divinité, au revers se trouve une représentation de sa statue. Coiffée d’un polos et vêtue d’un chiton, Athéna est debout à droite. Elle brandit une lance de la main droite et tient un quenouille dans la main gauche. A ses pieds se tient une chouette, le rapace qui lui est généralement associé. Outre le nom d’un monétaire placé sous le type principal (AΠHMANTOY), l’inscription AΘHNAΣ ΙΛΙAΔΟΣ, qui encadre la statue, assure l’identification d’Athéna Ilias.

Continuer la lecture de La statue d’Athéna Ilias, ou la promotion de l’héritage troyen d’Ilion

Du taureau d’Europe au banquet d’Alexandre : l’Antiquité aux journées européennes du Patrimoine 2021 @BnF

Les 38e journées européennes du patrimoine ont lieu les 18 et 19 septembre 2021, autour du thème : « Patrimoine pour tous ». Au 58 rue de Richelieu, la Bibliothèque nationale de France expose entre autres des œuvres où l’Antiquité est au cœur d’un patrimoine hérité et partagé, du mythe d’Europe à la réception internationale de la figure d’Alexandre le Grand.

Continuer la lecture de Du taureau d’Europe au banquet d’Alexandre : l’Antiquité aux journées européennes du Patrimoine 2021 @BnF

#Retour au Musée – La BnF hors les murs #5: IDOLES, L’Art des Cyclades et de l’Anatolie à l’Âge de bronze

La BnF est fermée jusqu’au 8 septembre au soir pour l’entretien annuel du bâtiment et des serveurs informatiques, mais ses collections restent en partie accessibles en ligne notamment sur Gallica, les catalogues, les sites pédagogiques (toutes les précisions ici) et grâce aux expositions hors les murs.

Le musée Fenaille de Rodez réunit jusqu’au 17 octobre de manière inédite en France, dans une approche comparée, les statuettes originaires des Cyclades et d’Anatolie produite à l’Âge du bronze (entre 2800 et 2300 avant notre ère), grâce à des prêts exceptionnels du Musée du Louvre. Le parcours souligne aussi l’art cycladique comme source d’inspiration majeure pour les artistes de la première moitié du XXe siècle tels Brancusi, Giacometti et Zadkine.

Continuer la lecture de #Retour au Musée – La BnF hors les murs #5: IDOLES, L’Art des Cyclades et de l’Anatolie à l’Âge de bronze

L’éclat des vases du Cabinet des médailles -1- Victoire ! L’amphore panathénaïque DR.244

Dans un peu moins d’un an, le musée de la BnF rouvrira enfin ses portes, après cinq années de fermeture au public. Pourtant, rien de plus actif que cette attente ! Sur les plans de la recherche, de la valorisation et de la diffusion, comme en témoigne ce carnet, mais également dans le domaine de la conservation. Car la BnF a consenti un effort sans précédent en faveur de la restauration des collections du département des Monnaies, médailles et antiques, en privilégiant deux ensembles : d’une part les objets exposés dans le futur musée qui le demandaient, et d’autre part ceux dont le transport vers le site Richelieu risquait d’aggraver l’état. Pour patienter avec nous jusqu’au jour J, nous vous proposons de découvrir quelques opérations récentes de conservation-restauration.

Vue de la future salle de Luynes (© Guicciardini e Magni Architetti)

À l’heure où les Jeux olympiques battent leur plein, parlons sport dans ce premier billet ! De 2018 à 2021, les quatre amphores panathénaïques (c’est-à-dire les récompenses des vainqueurs des jeux sportifs d’Athènes) de la BnF ont bénéficié d’une restauration fondamentale : une dérestauration et un remontage minutieux leur ont rendu leur stabilité structurelle, un dessalement a éliminé pour certaines d’entre elles une contamination aux sels solubles, enfin, un traitement des lacunes à la fois esthétique et conforme à la déontologie en vigueur permet désormais leur exposition. Dans cet ensemble, l’amphore De Ridder.244, restaurée en 2018 par Caroline Mottais et Laure Chambert-Loir, sera présentée dans le futur musée.

L’amphore De Ridder.244 après restauration (© Serge Oboukhoff, BnF/CNRS/MSH-Mondes)

L’oeuvre

Proche du Peintre de Berlin 1833 (cercle du Peintre d’Eucharidès), amphore panathénaïque

  • Description : face A : Athéna promachos (qui s’avance au combat) entre deux colonnes surmontées de coqs ; face B : course hippique
  • Produite à Athènes vers 500-480 av. J.-C.
  • Découverte à Vulci (Italie), dans la nécropole de Cavalupo, en janvier 1829.
  • Terre cuite, figures noires. H. 67 cm ; D. 40,7 cm.
  • Acquise à la vente Canino de 1843

Continuer la lecture de L’éclat des vases du Cabinet des médailles -1- Victoire ! L’amphore panathénaïque DR.244

Septime Sévère ordonnant la décapitation du corps de Clodius Albinus (Giovanni Bernardi (att.), vers 1535)

Émile Molinier, conservateur au musée du Louvre, publie en 1886 un catalogue fondateur pour l’étude des plaquettes1. Ces bas-reliefs en bronze de petite taille, produits essentiellement pendant la Renaissance, se distinguent des médailles, à visée commémorative, par leur dimension narrative. Elles prennent généralement pour thèmes des récits bibliques ou mythologiques, ainsi que des épisodes de l’histoire antique ; elles sont souvent issues du moulage d’œuvres d’orfèvrerie, ont des usages variés (ricordi, baisers de paix, éléments décoratifs intégrés dans des petits objets, agrafes de vêtements, enseignes…) et constituent fréquemment des multiples.

Au sein du corpus établi par Molinier se trouve une plaquette représentant Septime Sévère ordonnant la décapitation du corps de Clodius Albinus, dont il repère un exemplaire au musée de Berlin2 et dont il remarque qu’elle correspond à  l’empreinte d’une intaille3, conservée au Cabinet des Médailles4. Il attribue alors l’intaille et la plaquette à Galeazzo Mondella. Cet artiste, élogieusement cité par Vasari5, était ainsi associé pour la première fois à des œuvres apparemment signées : en effet, sur le billot où le bourreau s’apprête à décapiter Clodius Albinus, apparaissent les lettres « STGM ». Le conservateur prend cependant soin de noter la faiblesse évidente de cette attribution : l’interprétation ne repose que sur  les deux dernières lettres du monogramme, sans apporter de lumière sur le début de l’inscription. L’acquisition en 2021 par le Département des Monnaies, médailles et antiques d’un exemplaire de cette plaquette6 vient heureusement offrir un pendant à l’intaille dans les collections de la Bibliothèque nationale de France. Elle constitue l’occasion de revenir sur la scène représentée, de proposer une explication pour les lettres STGM et de discuter son attribution.

Figure 1 et 2 : L’intaille (en haut) et la plaquette (en bas) de Septime Sévère ordonnant la décapitation du cadavre d’Albinus, Paris, BnF, n° d’inventaire 58.2452 et 2021.2

Continuer la lecture de Septime Sévère ordonnant la décapitation du corps de Clodius Albinus (Giovanni Bernardi (att.), vers 1535)

  1. Émile Molinier, Les plaquettes, catalogue raisonné, Paris, Librairie de l’art, 1886. La plaquette dont il est question ici est publiée dans le deuxième volume, p. 15, n° 346. L’INHA met à disposition une version en ligne du catalogue. []
  2. Wilhelm Bode, Beschreibung der Bildwerke der christlichen Epoche, Berlin, W. Spemann, 1888, p. 218, n° 954. []
  3. Selon une pratique courante, des empreintes métalliques ont été prises de l’intaille : il est ainsi possible de dénombrer une ou deux plaquettes en plomb (Londres, British Museum et à l’Accademia Carrara de Bergame), ainsi que trois autres en bronze (Berlin, Staatliche Museen zu Berlin, Florence, museo Horne et Paris, musée du Louvre). Les modalités et les finalités de ces reproductions restent l’objet de recherches : s’agit-il de ricordi, de modèle d’ateliers, de reproductions exécutées par des marchands ou par des ateliers dans une perspective de diffusion ? Voir Luchs Alison (dir.), Italian Plaquettes, National Gallery of Art, Washington, 1989 et Leino Marika, Fashion, Devotion and Contemplation: The Status and Functions of the Italian Renaissance Plaquettes, Peter Lang, Oxford, 2012. []
  4. Entrée dans la collection en 1846, n° d’inventaire 58.2452 et reg.A.410. []
  5. « Galeazzo Mondella, il quale, oltre all’intagliar le gioie, disegnò benissimo », soit « Galeazzo Mondella, qui, en plus de tailler des bijoux, dessinait très bien » in Giorgio Vasari, Delle Vite de’ più eccellenti pittori, scultori et architetti, édition de 1568, III, p. 288. []
  6. Exemplaire provenant de la collection Larminet-Davioud, mise en vente le 27 janvier 2021 à Paris par Pierre Bergé et Associés. []

Retour au port, “Isis à la voile” à Alexandrie

Archives : image du mois de juin 2021

Revers d’une drachme de bronze d’Alexandrie (Égypte) frappée en l’an 18 du règne d’Hadrien (133/4 ap. J.-C.). 23,08 g ; 34 mm ; 1 h (BnF, MMA, 1967.1671)1.

Le revers de cette grande monnaie de bronze montre Isis debout à droite, vêtue d’un himation et d’un chiton et tenant des mains et du pied gauche une voile gonflée par le vent. La déesse se tient sur une ligne de sol qui figure le pont d’un navire. Le caractère marin de la scène est encore renforcé par la présence du phare d’Alexandrie, au sommet duquel on devine la statue de Zeus Sôter, et en-dessous deux tritons soufflant dans des conques.

Continuer la lecture de Retour au port, “Isis à la voile” à Alexandrie

  1. RPC III, n° 5895. []

Archive : image du mois de mai 2021 : Le phare de Corinthe

Monnaie de Corinthe frappée sous le règne de Commode, vers 180-192 ap. J.-C. Bronze, 4,75 g (BnF, MMA, Fonds général 972)

Cette monnaie provinciale romaine émise sous le règne de l’empereur Commode (180 – 192 après J.-C.) – représenté au droit – montre au revers un phare et un bateau à voile avec des rames sur sa gauche. Le phare se compose de quatre niveaux d’élévation, chacun percé de plusieurs baies. L’inscription « C L I COR » (pour Colonia Laus Iulia Corinthiensis) confirme que cette monnaie de bronze a été frappée à Corinthe. Cette iconographie n’est à ce jour attestée à Corinthe que pour les émissions du règne de Commode1. Par ailleurs, la représentation de l’édifice varie sensiblement d’un exemplaire à l’autre. Dans quelle mesure ces monnaies offrent-elle des images fiables d’un phare qui aurait été bâti à Corinthe ? Ont-elles été frappées pour célébrer sa construction ou un réaménagement portuaire ?

Carte de l’isthme de Corinthe, 1771 (BnF, CPL, GE DD-2987 (6113)).

Continuer la lecture de Archive : image du mois de mai 2021 : Le phare de Corinthe

  1. Voir le RPC Online IV, n° 5119 et n° 7603. []

Gros plan sur le camée.79 de la BnF : le bige de centaures

L’objet de notre attention (fig. 1) est un camée antique en sardoine à deux couches blanche et brune, probablement réalisé dans le dernier quart du Ier s. av. J.-C. et conservé au Département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF (inv. camée.79) depuis 17991. Continuer la lecture de Gros plan sur le camée.79 de la BnF : le bige de centaures

  1. Avisseau-Broustet 2016, p. 113. []

Une fausse lettre de Cléopâtre

Archive : image du mois de février 2021. Une fausse lettre de Cléopâtre Parmi les « chefs d’œuvre » du faussaire Denis Vrain-Lucas qui sévit dans les années 1860 se trouve une lettre de Cléopâtre, reine d’Egypte. Cléopâtre s’adresse ainsi en français (!) à Marc Antoine  :

Continuer la lecture de Une fausse lettre de Cléopâtre