Archives de catégorie : collections

Les dieux gardiens de la cité : un tétradrachme de Thasos

Archive : Image du mois de décembre 2023

Les Grecs choisissaient le plus souvent de représenter sur leurs monnaies les dieux, les héros, les cultes de leur cité. C’est exactement ce que firent les Thasiens lorsqu’ils composèrent l’iconographie de ce tétradrachme, dont les images font de plus écho à des éléments architecturaux qui étaient visibles de tous dans dans la ville (asty) de Thasos.

Continuer la lecture de Les dieux gardiens de la cité : un tétradrachme de Thasos

Éléphants, chevaux et divinités. Monnaies puniques et l’iconographie du film Cabiria (1914)

Dans ma nouvelle publication Quo vadis, Cabiria and the ‘Archeologists’, j’examine la manière dont les premiers longs métrages italiens sur l’Antiquité tels que Quo vadis? (1913) et Cabiria (1914) se sont appropriés la culture du XIXsiècle : la littérature, le théâtre et – surtout – la peinture d’artistes ‘archéologistes’ tels que Jean-Léon Gérôme, Lawrence Alma-Tadema et Georges-Antoine Rochegrosse. J’ai également cherché à explorer, notamment pour Cabiria, le rapport entre l’iconographie du cinéma et l’état de l’archéologie et des collections muséales au début du XXsiècle. Pour l’épopée Cabiria, qui se déroule en Sicile, à Carthage et à Cirta (l’actuelle Constantine) pendant la deuxième guerre punique (218-201 av. J.-C.), il s’agissait de rechercher des études sur l’archéologie de Carthage de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, mais aussi de faire des recherches, par exemple, au Musée du Louvre. Il en est ressorti que certains motifs tels que les chevaux et les éléphants ne se retrouvent pas tant dans la collection du Louvre que plutôt sur les monnaies puniques de la collection de la Bibliothèque nationale de France.

Continuer la lecture de Éléphants, chevaux et divinités. Monnaies puniques et l’iconographie du film Cabiria (1914)

Exposition internationale des arts et techniques, Paris 1937 : pavillon de l’Égypte, une momie (photographie de presse)

Archive : Image du mois d’octobre 2023

[Safara?], Paris, 1937, bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, EI-13
L’exposition universelle de 1937, dénommée Exposition internationale des arts et techniques, s’est tenue à  Paris du 25 mai au 25 novembre. Elle accorde 2.400 m2 à l’Égypte, dans un contexte international en ébullition, où le pavillon dominé par l’aigle et la croix gammée fait face à la sculpture de l’ouvrier et de la kolkhozienne portant haut la la faucille et le marteau.

Continuer la lecture de Exposition internationale des arts et techniques, Paris 1937 : pavillon de l’Égypte, une momie (photographie de presse)

La BnF hors les murs : Animaux fantastiques

Comme chaque année, des collections de la BnF voyagent et se donnent à voir dans d’autres musées et institutions.

Plusieurs d’entre elles (objets antiques, manuscrits, estampes, livres, maquettes de spectacle) participent à l’exposition Animaux fantastiques au Louvre-Lens depuis le 27 septembre et jusqu’au 15 janvier 2024.

Riche de plus de 250 œuvres de l’Antiquité à nos jours, le parcours explore les rapports de l’homme à ces êtres merveilleux entre fascination et répulsion, domptage et domestication et retrace l’histoire des plus célèbres de ces animaux. Continuer la lecture de La BnF hors les murs : Animaux fantastiques

Sesterce de Drusus, fils de l’empereur Tibère

Archive : Image du mois de septembre 2023

La vitrine du musée de la BnF consacrée à l’enfance présente une monnaie romaine à l’iconographie particulièrement originale : au revers, deux têtes d’enfants sortent de cornes d’abondance entrelacées entre lesquelles se trouve un caducée ailé. Derrière cette image en apparence pacifique se cache une réalité qui l’est bien moins, dans un contexte de luttes de pouvoir intestines au sein de la dynastie julio-claudienne.

Sesterce au nom de Drusus frappé à Rome sous le règne de Tibère, en 22 ou 23 apr. J.-C. Département des Monnaies, médailles et antiques, Fonds général 938, BNCMER II, Tibère 72

Ce sesterce en orichalque (laiton), d’un diamètre de 34 mm et d’un poids de 28,52 g, a été frappé à Rome en 22 ou 23 après J.-C. À l’avers, il porte le nom de Drusus1, fils de l’empereur Tibère. L’autorité émettrice est toutefois le Sénat de Rome, comme indiqué au centre par les lettres S C (senatus consulto, signifiant « avec l’accord du Sénat »). Au revers, les deux jeunes enfants représentés sont les fils jumeaux de Drusus, Germanicus Gemellus et Tiberius Gemellus, nés en 19.

Continuer la lecture de Sesterce de Drusus, fils de l’empereur Tibère

  1. Tiberius Drusus Claudius Iulius Cæsar Nero de son nom complet, communément appelé Drusus II []

Dessins de papyrus enroulés

Archive : Image du mois d’août 2023

Il est rare de conserver pour les papyrus égyptiens d’époque pharaonique découverts avant le milieu du XIXe siècle une idée de leur présentation originale.  Quelques documents conservés à la Bibliothèque  illustrent le choix de documenter l’artefact au moment du déroulement et de l’encadrement du papyrus pour en conserver une mémoire.

L’Egyptien 214 (anciens n° d’inventaire: Cabinet des médailles 1382 et Manuscrits Egyptien 144) est une lettre datant du IVe siècle avant J.-C. environ, comportant douze lignes en démotique sur le recto ou côté perfibral (sens horizontal des fibres). Cette lettre était transportée et conservée roulée. Le dessin, légendé “la même lettre liée d’un fil et scellée, avant d’être déroulée”, est peint sur calque, contrecollé sur le carton crème destiné à servir de montage de présentation du papyrus. Il témoigne que la lettre était restée cachetée, maintenue par un lien et sécurisé au centre par une bulle de terre crue sur laquelle avait été apposé un sceau: on devine un motif imprimé dans une dépression circulaire.  Le texte se trouvait roulé à l’intérieur, tandis que sur le verso, une seule ligne, “l’adresse”, est visible sur la face opposée au scellé.

Continuer la lecture de Dessins de papyrus enroulés

L’or de Massalia, ou l’antique tentation des numismates

Le médaillier des faux du département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF – habituellement nommé Cabinet des médailles –renferme quelques milliers de monnaies grecques. Beaucoup sont des copies plus ou moins convaincantes de monnaies authentiques, fabriquées par des faussaires espérant berner les amateurs de monnaies anciennes. Plus rares sont les pièces reconnues comme fausses qui constituaient aussi une nouveauté, ce que les spécialistes nomment un « inédit », soit une monnaie présentant une iconographie, une légende, un détail, etc., jusque-là inconnu.

La monnaie cotée AA.GR.27101 appartient résolument à cette seconde catégorie. Il s’agit d’une pièce d’or pesant 5,32 g – une drachme ? – avec au droit une tête féminine à droite pourvue de boucles d’oreille et d’un collier – Artémis -, et au revers d’un lion agressif à droite surmonté de l’inscription grecque MAΣΣA. L’iconographie et la légende renvoient aux séries monétaires de la cité de Massalia, l’antique Marseille.

Faux moderne. “Drachme” d’or de Massalia, 5,33 g. (BnF, MMA, AA.GR.27101)

Un faux moderne

Si d’importantes émissions d’argent de de bronze sont attribuées à l’atelier massaliote, aucun monnayage d’or n’a à ce jour été assigné à cette cité . En 1771 déjà Jules-François-Paul de Fauris de Saint-Vincent (1718-1798), éminent numismate d’Aix-en-Provence, évoquait ainsi le sujet :

Continuer la lecture de L’or de Massalia, ou l’antique tentation des numismates

Théodora / Sarah Bernhardt

Archive : Image du mois de juillet 2023

Atelier Nadar, Sarah Bernhardt. Porte Saint-Martin. Théodora. Photographie. 1884. Département des Estampes et de la photographie, NA-238 (7)-FT 4.

Cette photographie prise en 1884 représente Sarah Bernhardt (1844-1923), “monstre sacré” du théâtre, en Théodora, épouse de Justinien et impératrice de Byzance dans la pièce éponyme de Victorien Sardou.

Elle provient d’un des albums de référence de l’Atelier Nadar conservés par le département des Estampes et de la photographie. Acquis par l’État en 1949-1950 auprès de la fille de Paul Nadar, le fonds de l’atelier est conservé en partie à la BnF (albums de référence, inventaires alphabétiques des albums et tirages originaux au département des Estampes et de la photographie ; archives entre ce département et celui des manuscrits).

Continuer la lecture de Théodora / Sarah Bernhardt

Le Grand Camée de France

Archive : image du mois de mai 2023

Grand Camée de France. Rome, premier quart Ier siècle. Sardonyx, H. 31 cm, l. 26,5 cm. BnF, MMA, Camée.264.

Œuvre phare du musée de la BnF, le Grand Camée, appelé également Camée de France, est un legs exceptionnel de l’Antiquité. Désormais présenté dans la galerie Mazarin, il y retrouve l’essentiel des œuvres qui l’accompagnaient dans le Trésor de la Sainte Chapelle. Il convient donc de revenir rapidement sur cette pierre gravée hors du commun.

Suscité au Ier siècle de notre ère par une commande émanant du cercle restreint de la première dynastie à régner sur l’empire romain (les Julio-Claudiens), ce camée est gravé sur une sardonyx (ou sardoine) de dimensions inaccoutumées (31 x 26,5 cm) présentant cinq couches colorées différentes ce qui a permis au graveur de développer un ambitieux discours iconographique qui, au-delà de la prouesse technique et de la qualité artistique, supporte un programme politique qui est une source précieuse pour l’historien.

Continuer la lecture de Le Grand Camée de France

Les arènes de Nîmes photographiées en 1857

Archive : Image du mois d’avril 2023

Frères Bisson, Arènes de Nîmes. Extérieur, 1857. BnF, dpt des Estampes et de la photographie, EO-14 (5)-BOITE FT 4

Cette vue photographique (tirage sur papier albuminé d’après un négatif sur verre au collodion humide) représente l’amphithéâtre de Nîmes dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Elle porte deux cachets, l’un à l’encre noire « Bisson frères », l’autre sec « Bisson frères // Photographes de S.M. l’Empereur».

Louis-Auguste et Auguste-Rosalie Bisson fondent leur entreprise photographique en 1852 peu de temps après le déclin du daguerréotype et la montée en puissance des procédés négatif-positif. Une partie de leur activité est consacrée à la photographie d’architecture qui, dans le sillage de la mission héliographique, s’impose alors comme un genre important. À partir de 1854, les frères Bisson déposent à la Bibliothèque impériale leurs tirages photographiques par livraisons regroupées sous le titre : Reproductions photographiques des plus beaux types d’architecture et de sculpture d’après les monuments les plus remarquables de l’Antiquité, du Moyen-Age et de la Renaissance.

Continuer la lecture de Les arènes de Nîmes photographiées en 1857

Pointu! La restauration fondamentale d’un chef-d’œuvre du Peintre d’Achille

Le musée de la BnF a rouvert ! En vitrines comme en réserve, certains vases ont changé d’aspect… C’est que les cinq ans de fermeture au public ont été l’occasion d’une ambitieuse compagne de restauration dont la série de « L’éclat des vases du Cabinet des médailles » continue de se faire l’écho.

Le volet céramique de la borne « Restaurer » en salle Ovale © Louise Détrez

À Richelieu, venez découvrir les deux dispositifs que le service des éditions de la BnF lui a consacrés : en Salle Ovale, l’un des volets de la borne « Restaurer » retrace les étapes de la restauration du grand skyphos du Peintre de Pantoxéna, tandis que le « compagnon de visite » du musée, sur votre smartphone, explicite les enjeux de la restauration de l’amphore pointue du Peintre d’Achille.

© BnF

« Rétablir la partie antique isolée de toutes ses restaurations »1.

À l’été 2022, une opération de près de deux ans s’achève au C2RMF : l’étude préalable suivie de la restauration fondamentale de l’amphore pointue du Peintre d’Achille, véritable point d’orgue de la campagne de restauration organisée à la faveur de la fermeture du site Richelieu. Encadrée par un comité scientifique2, coordonnée par des conservatrices du patrimoine3 et mise en œuvre par des restauratrices libérales4, elle a bénéficié de l’expertise et des moyens scientifiques offerts par le C2RMF5, ainsi que de la collaboration de l’atelier plâtre de la Manufacture nationale de porcelaine de Sèvres6. Il nous est agréable de témoigner notre gratitude à tous ceux qui ont apporté leur concours à cette passionnante aventure7.

Continuer la lecture de Pointu! La restauration fondamentale d’un chef-d’œuvre du Peintre d’Achille

  1. Lettre du duc de Luynes à un inconnu, le 1er décembre 1840 (Rome, Deutsches archäologisches Institut), aimablement communiquée par Francesca Silvestrelli. []
  2. Composé de Brigitte Bourgeois, Cécile Colonna, Martine Denoyelle, Frédérique Duyrat, François Lissarrague †, John Oakley, Noëlle Timbart et Marie-Christine Villanueva Puig. []
  3. Louise Détrez, responsable de l’œuvre, chargée des collections céramique et verre au département des Monnaies, médailles et antiques (BnF), Clara Bernard puis Sarah Busschaert, chargées des collections grecques, étrusques et romaines à la filière Archéologie du département Restauration (C2RMF). []
  4. Marie-Christine Nollinger, associée à Véronique Tréluyer lors de la phase d’étude, et ponctuellement assistée de Frédérique Berson et Sandrine Gaymay dans la phase de traitement. []
  5. Imagerie scientifique : Anne Maigret ; scan 3D et photogrammétrie : Charlotte Hochart et Alexis Komenda ; radiographie : Elsa Lambert. Analyse de pâtes : Anne Bouquillon et Christel Doublet ; analyse des matériaux de restauration : Nathalie Balcar et Yannick Vandenberghe. []
  6. En la personne de son chef, Fabien Perronnet []
  7. C’est à Julien Olivier que ce billet doit son titre malicieux : nous l’en remercions vivement. []

Sumer au bleu de Prusse: les journaux de fouilles de Gaston Cros à Tello, 1903-1909

Sous le titre d’ensemble « Mission de Chaldée », le département des Manuscrits de la BnF conserve les journaux tenus par le capitaine Gaston Cros (1861-1915) lors des quatre campagnes de fouilles qu’il mena sur le site de Tello, dans le sud de l’Irak, entre 1903 et 1909. Ces quatre volumes (BnF, Manuscrits, Nouvelles acquisitions françaises 11808-11811) constituent à la fois un document scientifique précieux sur la découverte d’un site majeur de l’Orient ancien, un témoignage passionnant sur l’héroïsme ordinaire des archéologues, et un ensemble iconographique de grande beauté, mêlant dessin et photographie. Continuer la lecture de Sumer au bleu de Prusse: les journaux de fouilles de Gaston Cros à Tello, 1903-1909

Cours public : L’archéologie à la BnF, De «nouveaux» vases antiques : les dernières acquisitions, 20 mars 2023 à 12h30

Le 20 mars 2023, Louise Detrez parlera des « nouveaux » vases antiques acquis par la BnF.

La collection de céramique antique de la Bibliothèque nationale de France – la deuxième des collections nationales – s’est récemment enrichie de quelques acquisitions. Ces compléments ponctuels, parce qu’ils font écho au fonds ancien, sont l’occasion d’en mettre en valeur les multiples points forts : la représentation des collections anciennes, la documentation continue des productions et la conservation de spécimens rares.

Lundi 20 mars 2023 de 12h30 à 14h00 BnF Site Richelieu – Salle des Conférences

Entrée gratuite, réservation conseillée

Continuer la lecture de Cours public : L’archéologie à la BnF, De «nouveaux» vases antiques : les dernières acquisitions, 20 mars 2023 à 12h30

La Renaissance d’Héraclès : une plaquette du XVe siècle inspirée d’une monnaie grecque

Archive : image du mois de février 2023

Plaquette, bronze, Moderno, fin du XVe siècle (BnF, MMA, AV.2534)

Cette plaquette Renaissance en bronze conservée au département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF est ornée d’un thème célèbre de la geste d’Héraclès/Hercule : le héros en train d’étouffer le lion de Némée.

Moderno (Galeazzo Mondella ? 1467-1528) a exécuté plusieurs plaquettes qui sont autant de variations de ce motif.  Elles ont été très largement reproduites et diffusées dès le XVIe siècle, signe de leur succès.

Les plaquettes – qu’il est possible de définir comme des estampes en relief – permettent en effet la circulation, pendant la Renaissance, d’une iconographie qui fait la part belle à l’antique. Les collectionneurs de l’époque font ainsi surmouler des camées et des intailles antiques, ou de petits reliefs qui s’inspirent de l’Antiquité.

Continuer la lecture de La Renaissance d’Héraclès : une plaquette du XVe siècle inspirée d’une monnaie grecque

Cours public : La monnaie romaine en 20 objets, 14 février 2023 à 12h30

Le 24 janvier 2023 à 12h30, Dominique Hollard proposera une nouvelle séance du cycle de cours publics dédié à l’histoire de la monnaie, une conférence consacrée à la monnaie romaine, républicaine et impériale.

L’ambition de ce cycle de cours est d’introduire à travers les collections de la BnF les principaux champs de l’étude des monnaies et des médailles en se fondant sur une sélection de 20 objets emblématiques qui seront présentés durant la séance.

Mardi 14 février 2023 de 12h30 à 14h00
BnF Site Richelieu – Salle des Conférences

Entrée gratuite, réservation conseillée

Le cours sera également diffusé en direct sur Youtube.

Médaillon de bronze de Dioclétien, Rome, vers 285-305 ap. J.-C. (BnF, MMA, AF.602)

Continuer la lecture de Cours public : La monnaie romaine en 20 objets, 14 février 2023 à 12h30