Archives de catégorie : collections

Médaillon de Victoire (« Nikètérion »)

Archives : image du mois de décembre 2018

Médaillon de Victoire (« Nikètérion ») frappé en Grèce du Nord sous le règne d’Alexandre Sévère (222-235 ap. J.-C.)

[Monnaie : Or, Tarse, Cilicie, Gordien III], département des Monnaies, médailles et antiques, F 1673

Le droit du médaillon (photographie de gauche) figure le buste cuirassé de Philippe II de Macédoine coiffé d’un diadème.

La cuirasse est ornée d’imbrications rappelant l’égide de Zeus et porte en son centre l’image de Zeus enlevant Ganymède. Sur chaque épaulière, une Victoire tenant un trophée et, au-dessous, un foudre.

Au revers, une Victoire (Nikè) dans un quadrige triomphal avance à droite, tenant les rênes de la main droite et, de la main gauche, une palme autour de laquelle est noué un ruban de victoire.

La scène est encadrée sur deux côtés par la légende au génitif BACIΛE-ΩC AΛEΞANΔPOY (basileôs Alexandrou) (« [médaillon] du roi Alexandre »).

Ce médaillon d’or, qui était accompagné de deux autres à l’effigie d’Alexandre le Grand, appartient au trésor de Tarse (Asie Mineure, auj. Īçel en Turquie), enfoui dans la plaine voisine de Tarse probablement vers la fin du règne de Gordien III (238-244 apr. J.-C.) et redécouvert vers 1863. Cet objet, d’une qualité exceptionnelle (67 mm de diamètre ; poids de 98,85 g.), fut probablement réalisé dans un atelier de Grèce du Nord. Il était apparemment destiné, soit à récompenser les vainqueurs des concours agonistiques organisés à l’occasion des séjours impériaux, d’où le nom de Nikètérion (médaillon de victoire) qu’on lui donne parfois, soit à être offert par les organisateurs des Jeux (agonothètes) à des visiteurs de haut rang.

Citer ce billet : dhollard, "Médaillon de Victoire (« Nikètérion »)", in L’Antiquité à la BnF, 01/12/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/6258, [consulté le 23/01/2019].

Les médaillons contorniates et l’univers du Circus Maximus (Rome, 350-430 ap. J.-C.)

Contorniate au nom et au portrait d’Honorius ; au revers, Eugénius et ses chevaux (BnF, MMA, Fonds Général 17342)

Cycle Italie: Les médaillons contorniates et l’univers du Circus Maximus (Rome, 350-430 ap. J.-C.)

Les médaillons en bronze dits « contorniates » sont ainsi nommés d’après l’italien (contorniati) parce que, entourés d’un sillon profond et d’un bourrelet sur leur circonférence, ils semblent avoir été fabriqués au moyen d’un tour à métaux. Ces objets monétiformes, en majorité frappés, mais pour certains aussi coulés, furent fabriqués à Rome durant une large période de l’Antiquité tardive – principalement durant les années 350 à 430 – en relation avec l’univers des courses d’attelages et des spectacles qui leurs étaient associés dans le Circus maximus.

Continuer la lecture de Les médaillons contorniates et l’univers du Circus Maximus (Rome, 350-430 ap. J.-C.)

Exposition : Devotion and Decadence. The Berthouville Treasure and Roman Luxury

 

Après plusieurs étapes aux États-Unis (Los Angeles, San Francisco, Houston), à Arles, et à Copenhague, le trésor de Berthouville s’expose du 17 octobre 2018 au 6 janvier 2019 à l’Institute for the Study of the Ancient World de New York (ISAW).

Continuer la lecture de Exposition : Devotion and Decadence. The Berthouville Treasure and Roman Luxury

Théodule Devéria, un photographe-égyptologue très discret

Théodule Devéria (1831-1871), employé au Cabinet des Estampes, épigraphiste puis conservateur-adjoint au musée du Louvre, égyptologue et photographe auprès de Mariette, reste relativement méconnu des amateurs et des historiens de la photographie en Égypte au 19e siècle. Différentes raisons expliquent la modeste renommée de son œuvre photographique.

Charles Théodule Deveria, 1871. BnF, département Société de Géographie, SG PORTRAIT-1801.

Continuer la lecture de Théodule Devéria, un photographe-égyptologue très discret

Un tétradrachme aux portraits de Cléopâtre et Marc Antoine

Archives : image de mois octobre 2018 : Un tétradrachme aux portraits de Cléopâtre et Marc Antoine

Tétradrachme aux portraits de Cléopâtre VII et Marc Antoine, Antioche (Syrie), vers 37/6-32/1 av. J.-C., argent, 13,35 g (BnF, MMA, Y 28912,67 ; ex-coll. Smith-Lesouëf).

Les tétradrachmes aux portraits de Cléopâtre VII et Marc Antoine figurent parmi les monnaies antiques les plus recherchées. Elles donnent à contempler le couple qui fit couler tant d’encre, depuis le temps d’Auguste jusqu’à aujourd’hui.

Continuer la lecture de Un tétradrachme aux portraits de Cléopâtre et Marc Antoine

Camée « le Triomphe de Licinius »

Archives : image de mois novembre 2018 : Camée « le Triomphe de Licinius »

camée dit « le triomphe de Licinius », 4e s. de n.è., ancienne collection royale (inventaire de Fontainebleau de 1560, Ms fr 4732, 18r) dpt des monnaies, médailles et antiques, camée 308

Camée en sardonyx à trois couches, brune, bleuâtre et blanche, dans une monture en or émaillé de noir. Un empereur reconnaissable à son diadème, sa cuirasse, son paludamentum et aux insignes du globe et de la lance, s’avance sur un quadrige, écrasant sur son passage six ennemis renversés à terre. Deux Victoires retiennent par la bride les deux chevaux extrêmes. Des personnifications de la lune et du soleil tendent à l’empereur les deux globes célestes. Les dimensions des personnages non réalistes traduisent une hiérarchie : l’empereur, bien qu’étant le plus éloigné est le plus grand. Les dimensions du camée, la beauté de la pierre, la qualité de la gravure et du polissage, la richesse iconographique, en font un des chefs-d’œuvre de la glyptique de cour du Bas-Empire. Il fut remarqué par le peintre Rubens qui le dessina en janvier 1622, lors de son voyage à Paris.

Le département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France conserve une des plus importantes collections de pierres gravées (près de dix mille). Les catalogues rédigés en 1995 (portraits grecs) et 2003 (portraits romains) par Marie-Louise Vollenweider et Mathilde Avisseau-Broustet sont désormais disponibles en ligne dans la collection BnF|Éditions sur Openedition Books. Ces quelques lignes sont extraites du second volume, où le camée, ainsi que de nombreuses autres œuvres de la glyptique, y est décrit et reproduit en couleur sous le numéro 267.

Citer ce billet : Vanessa Desclaux, "Camée « le Triomphe de Licinius »", in L’Antiquité à la BnF, 01/10/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/5447, [consulté le 23/01/2019].

 

Des jetons grecs antiques présentés à la BnF pour les 35e journées européennes du patrimoine

     

     

Jetons (ou tessères) grecs. A gauche Athènes, bronze, IVe siècle, 4,10 g ; au droit, tête de lion à droite, au revers, Delta (BnF, MMA, E 1340 = Fonds général 1174). Au centre, cité incertaine, terre cuite, époque hellénistique (?), 2,50 g ; au droit, tête d’Héraclès coiffée de la pean du lion de Némée à droite, au revers, sans type (BnF, MMA, Chandon de Briailles 1945). A droite, Athènes, bronze, IVe siècle, 8,26 g ; au droit, tête d’Athéna casquée à gauche, au revers, Sampi (BnF, MMA, Fonds général 1175).

A l’occasion des 35e journées européennes du patrimoine sur le thème « L’Europe et l’art du partage » qui se tiendront les 15 et 16 septembre 2018, le département des Monnaies, médailles et antique présentera notamment une sélection de jetons grecs antiques. Venez découvrir ces témoins de la vie citoyenne à Athènes et à Corinthe, et discuter de leur histoire avec nous sur le site Richelieu samedi et dimanche de 10h à 19h.

Continuer la lecture de Des jetons grecs antiques présentés à la BnF pour les 35e journées européennes du patrimoine

Un génie méconnu de l’illustration numismatique : Léon Dardel

Médaillon d’or de Tétricus Ier (271-274 ap. J.-C.) dessiné par Léon Dardel. Illustré dans : Jean de Witte, Recherches sur les empereurs qui ont régné dans les Gaules au IIIe siècle de l’ère chrétienne, Lyon, 1868

Le développement de la science numismatique est étroitement lié aux progrès des techniques d’illustration qui permirent d’assurer la réalité des classements stylistiques ou des relations au sein des séries monétaires. En effet, seul un cliché « objectif » reproduit fidèlement inscriptions, formes ou monogrammes. Pour obtenir de telles images irréfutables, le XIXe s. multiplia les innovations : la machine à graver automatique d’Achille Collas, les techniques de photogravure initiées par le concours du duc de Luynes organisé de 1856 à 1867, furent les plus marquantes. Mais, dans ce bouleversement de l’offre iconographique à la portée des savants et des amateurs, la gravure manuelle connut pourtant à cette époque ses plus belles heures pour illustrer monnaies et médailles, ceci grâce au talent exceptionnel qu’un artiste mis au service des érudits pendant plusieurs décennies.

Continuer la lecture de Un génie méconnu de l’illustration numismatique : Léon Dardel

Image du mois : septembre

Archive : Image du mois septembre 2018

Septembre 2018 Livre des Morts d’Ankhesenaset

Livre des Morts d’Ankhesenaset. Fin de la 21e dynastie (1096-945 av. J.-C). Département des Manuscrits, Egyptien 62

Cette vignette polychrome provient du Livre des Morts de la dame Ankhesenaset figurée à droite, accomplissant une offrande face au dieu Osiris. Le « Livre des Morts » comme l’appellent les égyptologues désigne en fait le « Livre pour sortir au jour » des anciens Égyptiens, document indispensable pour accéder à l’Au-delà. Le département des manuscrits conserve des centaines de papyrus, complets ou fragmentaires, de ce type et présents dans Gallica.

Cet exemplaire représente en quelque sorte une synthèse des versions longues comprenant des centaines de formules dans lesquelles le ou la défunt-e sollicite la protection des divinités funéraires et démontre sa piété. Ici, la défunte tient une imposante composition florale qu’elle présente à Osiris, momiforme, qui préside habituellement la scène de la pesée du cœur. Au-dessus de la scène, 9 colonnes de hiéroglyphes précisent le nom de la défunte et les épithètes traditionnelles du dieu des morts.

Pour en savoir plus :

Description du fonds de papyrus égyptiens conservés à la BnF

Dossier pédagogique sur l’écriture égyptienne

Citer ce billet : Hélène Virenque, "Image du mois : septembre", in L’Antiquité à la BnF, 01/09/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/4309, [consulté le 23/01/2019].

De plomb et de papier : itinéraire d’un poids grec antique de Chios

Poids en plomb de Chios de deux mines, dessiné en 1756  (gauche), 1895 (centre) et photographié en 2016 (droite) . Dimensions, L. 7 cm x 7 cm ; ép. 2 cm ; poids: 1125 g. (BnF, MMA, Bronze 2240).

Les poids de marché gréco-romains sont des objets généralement en métal, parfois en pierre qui, dans le monde grec, servaient, à l’aide de balances et de contrepoids, à mesurer la masse des produits les plus divers. Ils étaient sous la responsabilité des agoranomes, magistrats civiques qui veillaient à garantir l’honnêteté des transactions sur l’agora (le marché) ou à l’emporion (le port). Ils portaient des signes ou des inscriptions qui indiquaient des mesures. Ici, ce poids de Chios pesant 1125 grammes est reconnaissable à la sphinge ailée assise sur une amphore et porte l’inscription ΔΥΟ ΜΝΑ pour deux mines ; l’autre face ne comporte ni inscription ni décor.

La collection des poids gréco-romains de la BnF n’est pas très connue. Préalablement à sa numérisation et son intégration au portail en ligne du projet PONDERA, un récent travail d’inventaire et de récolement a permis de mieux connaître l’histoire de ce fonds. Grâce à cela, nous avons pu retracer le parcours de ce poids grec de Chios depuis le milieu du XVIIIe siècle.

Continuer la lecture de De plomb et de papier : itinéraire d’un poids grec antique de Chios

Henri Joseph Redouté et la redécouverte des ruines antiques

Pyramides de Giza par Redouté, Carnet 9, f. 32. Bibliothèque de l’Arsenal, Ms. 15433

« C’était jadis un pays d’admiration ; c’en est un aujourd’hui à étudier »1 ; ces quelques mots de l’Encyclopédie sur l’Égypte auraient pu être inscrits au fronton de l’expédition scientifique qui accompagne la campagne militaire lancée par le Directoire en avril 1798. Bonaparte, à la tête de l’aventure, souhaite inscrire cette expédition dans la lignée de celles de Louis-Antoine Bougainville, de James Cook ou de Jean-François de la Pérouse.

En juillet, se mêlant aux rangs de l’armée d’Orient, débarquent ainsi sur les côtes alexandrines les membres de la Commission des sciences et des arts2. Pendant les quatre années que durera l’aventure égyptienne, cette troupe hétéroclite de plus de 160 savants voit se côtoyer des hommes de formations et de spécialités diverses : ingénieurs pour la plupart, ils sont également antiquaires, architectes, astronomes, chimistes, mathématiciens, médecins ou pharmaciens, mécaniciens, musiciens, naturalistes et minéralogistes, dessinateurs, graveurs ou encore sculpteurs.

Parmi eux, Henri-Joseph Redouté3, peintre du Muséum d’Histoire naturelle, nous a laissé le récit de son périple4.

  1. Une Égypte de papier
  2. Découvrir Alexandrie et le Delta
  3. Le Caire et les pyramides
  4. Au fil du Nil, du Caire à Assouan, à la découverte de la Haute-Égypte
  5. Une étude systématique et méthodique sans précédent
  6. La nécropole de Gizeh

Continuer la lecture de Henri Joseph Redouté et la redécouverte des ruines antiques

  1. Denis Diderot et Jean le Rond d’Alembert, Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, vol 5, 1755, p. 434 []
  2. Le 16 mars 1798, le Directoire adresse au Ministre de l’Intérieur l’arrêté confidentiel suivant : « Le Directoire exécutif, citoyen ministre, vous charge de mettre à la disposition du général Bonaparte les ingénieurs, artistes et autres subordonnés de votre ministère, ainsi que les différents objets qu’il vous demandera pour servit à l’expédition dont il est chargé. » Le groupe de savants qui accompagnera l’armée d’Orient en Égypte est officiellement créé. []
  3. Né à Saint-Hubert, en Ardenne, dans la province de Luxembourg, il y est baptisé le 25 mai 1766. Il a deux sœurs – Jeanne-Marie et Anne-Marie – et deux frères, Antoine-Ferdinand né en 1756 et Pierre-Joseph, le futur peintre des roses, « Raphaël des fleurs », né en 1759. Après la mort de son père en 1776, il rejoint ses frères à Paris où Pierre-Joseph le forme à la peinture naturaliste. []
  4. Henri-Joseph Redouté a tenu lors de son voyage en Égypte un journal dont une partie nous est parvenue et qui est actuellement conservée à la Bibliothèque de l’Arsenal sous la cote Ms-1543. []

André Dutertre dessinateur de l’Expédition d’Égypte et la collection du Cabinet des Médailles

Aquarelle pour la « Description de l’Égypte ou Recueil des observations et des recherches qui ont été faites en Égypte pendant l’expédition de l’armée française. Antiquités », t. V, pl. 69, fig. 11; Dpt Estampes et Photographies UB-181 (H BIS, 2)-FT 4

Âgé de 45 ans, André Dutertre devient membre de la Commission des Sciences et des Arts dont Bonaparte s’entoure pour son expédition en Égypte. Fils d’un imprimeur en taille-douce, formé à la gravure, il mène une carrière de copiste et de dessinateur d’illustration.

Continuer la lecture de André Dutertre dessinateur de l’Expédition d’Égypte et la collection du Cabinet des Médailles

Dessiner avant de déchiffrer : le Caillou Michaux et l’écriture cunéiforme

Le « caillou Michaux » est l’un des joyaux du département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF. Il est entré dans les collections du Cabinet des Médailles en 1800 grâce au botaniste André Michaux qui l’avait trouvé en 1786 lors d’un voyage en Mésopotamie, plus précisément au sud de Bagdad, au bord du Tigre, à proximité des ruines de l’ancienne Ctésiphon. Cette stèle de pierre noire, mesurant 46 cm x 20 cm et pesant près de 22 kg, date du règne de Marduk-nadin-ahhe, roi de Babylone de la dynastie d’Isin II entre 1099 à 1082 av. J.-C.

Caillou Michaux, BnF, Dpt MMA, Chab.702

Continuer la lecture de Dessiner avant de déchiffrer : le Caillou Michaux et l’écriture cunéiforme

L’Eukratideion : une « monstruosité numismatique »

Archives : image de mois Août 2018 : L’Eukratideion

20 statères d’Eucratide Ier, royaume de Bactriane, or, 169,20 g, 58 mm, vers 170-145 av. J.-C. (Bnf, MMA, E 3605).

En ces mois d’été baignés de soleil, nous présentons l’Eukratideion, la plus lourde monnaie d’or connue pour toute l’Antiquité, qualifiée de « monstruosité numismatique » par Anatole Chabouillet en 1867. Une telle dénomination n’était sûrement pas destinée à la circulation. Il s’agit probablement d’une récompense exceptionnelle produite à l’occasion d’une victoire ou d’un événement remarquable du règne d’Eucratide Ier. C’est encore à ce jour un unicum.

Mis au jour avant 1837 dans les environs de Boukhara (actuel Ouzbékistan) par sept paysans, cette lourde pièce d’or suscite immédiatement la convoitise. D’après les journaux de l’époque,  faute de pouvoir se partager ce fantastique objet, les découvreurs se battent au couteau pour sa possession : cinq d’entre eux sont tués dans la lutte. En 1837, un des deux survivants apporte la pièce à Londres pour la vendre. Par crainte d’un vol, il la conserve en permanence sous son aisselle dans une poche de cuir fabriquée à cet effet. Après avoir essuyé de nombreux refus – les musées et collectionneurs londoniens sont unanimes : une pièce si extraordinaire ne peut être qu’un faux – l’homme de Boukhara vend l’objet à un expert français résidant à Londres. Ce dernier le propose à la Bibliothèque Nationale (alors « impériale »). Mis au courant de l’affaire, l’empereur Napoléon III accorde en 1867 la somme de 30 000 francs pour que cette pièce exceptionnelle entre dans les collections du Cabinet des médailles.

Description : au droit, buste diadémé du souverain à droite, coiffé d’un casque à cimier orné d’une corne et d’une oreille de taureau. Au revers, BAΣIΛEΩΣ MEΓAΛOY / EYKRATIΔOY, les Dioscures à cheval caracolant à droite, lance au poing et tenant une palme contre l’épaule gauche ; un monogramme sous les jambes avant des chevaux.

Référence : O. Bopearachchi, Monnaies gréco-bactriennes et indo-grecques, catalogue raisonné, Paris, 1991, Eucratide Ier, série 4, n° 25 (p. 202).

Citer ce billet : jolivier, "L’Eukratideion : une « monstruosité numismatique »", in L’Antiquité à la BnF, 01/08/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/4362, [consulté le 23/01/2019].

Des origines du dessin archéologique à Digital Muret : l’œuvre de Jean-Baptiste Muret (1795-1866)

Jean-Baptiste Muret, Recueil, IV, pl.25, “Panthères ailées cornues” (BnF, MMA, RES-MS-70100-MUR-GF- (4)).

Le département des Monnaies, médailles et antiques, à côté de ses collections numismatiques et archéologiques, conserve aussi un important apparat documentaire, constitué par les conservateurs pour accompagner l’étude et la connaissance des collections. Un des fonds les plus intéressants est le recueil des dessins de Jean-Baptiste Muret, qui réunit en onze grands volumes in folio le fruit de son travail en tant que dessinateur du Cabinet des Médailles de 1830 à 1866. Il fait actuellement l’objet d’un programme de recherche mené par la BnF et l’INHA : Une histoire de l’art antique inachevée : les dessins de Jean-Baptiste Muret (1795-1866).

  1. Pourquoi dessiner les œuvres antiques ?
  2. Jean-Baptiste Muret: un dessinateur à la BnF
  3. Le Recueil des Monuments antiques dessinés, une source exceptionnelle pour la connaissance des collections d’antiques du XIXe siècle
  4. Le projet: une édition numérique du recueil de dessins
  5. Une recherche collaborative

Continuer la lecture de Des origines du dessin archéologique à Digital Muret : l’œuvre de Jean-Baptiste Muret (1795-1866)