Archives de catégorie : collections

Mise en ligne de l’exposition virtuelle “Mythes et Images au Cabinet des Médailles”

Fruit d’un programme soutenu par le LabEx Les passés dans le présent associant notamment la BnF1, l’exposition virtuelle Mythes et images au Cabinet des Médailles offre l’opportunité de découvrir les collections d’œuvres du département des Monnaies, médailles et antiques, plus connu sous le nom de Cabinet des médailles.

Continuer la lecture de Mise en ligne de l’exposition virtuelle “Mythes et Images au Cabinet des Médailles”

  1. Ce site est réalisé dans le cadre d’un programme, soutenu par le LabEx Les passés dans le présent (ANR-11-LABX-0026-01, associant la BnF, le LIMC (ArScAn-UMR7041) et l’USR3225 de la MSH MAE []

Bijoux monétaires et objets monétiformes, petites pièces d’orfèvrerie à vocation politique, économique et culturelle

Les bijoux monétaires, complexes à étudier, sont pourtant de riches témoins de l’économie, de la politique et de la culture dans l’Antiquité. Dans son étude méthodologique des pendentifs monétaires de la nécropole de Birka (Suède), Florent Audy explique très justement qu’il est souvent aisé de laisser ces objets de côté, notamment car ils se situent aux confins de deux disciplines bien distinctes1. Considérés par les numismates comme des bijoux et par les archéologues comme des sujets numismatiques, ces objets sont rarement envisagés comme des documents à part entière. Continuer la lecture de Bijoux monétaires et objets monétiformes, petites pièces d’orfèvrerie à vocation politique, économique et culturelle

  1. F. Audy, « Pour une étude méthodique des pendentifs monétaires : le cas des sépultures de Birka (Suède) ». In: Revue Numismatique, n° 168, Les Belles Lettres, Paris, 2012, p. 403-425. []

Journée : Penser le patrimoine culturel en 3 dimensions, le 20 mai 2019 (Nanterre)

La journée « Penser le patrimoine culturel en 3 dimensions », co-organisée par le programme ArcheoNum de l’UMR7041-ArScAn et par le LabEx les Passés dans le présent, se déroulera le 20 mai 2019 à partir de 9h30 au bâtiment Max Weber du Campus de l’Université Paris Nanterre, rez-de-chaussée, salle 2

Continuer la lecture de Journée : Penser le patrimoine culturel en 3 dimensions, le 20 mai 2019 (Nanterre)

Sceau-bague inscrite en hiéroglyphes hittites

Archives : image du mois de mai 2019

Sceau-bague hittite en argent, inscrite en hiéroglyphes

Sceau-bague hittite, 14e-13e s. av. n.è., Asie Mineure, Ø 32mm (BnF, MMA, SEYRIG.1972 1317 147) cl. images.bnf.fr

Ce cachet hémisphérique en argent, de 32 mm de diamètre, muni d’une bélière, est gravé sur les deux côtés.

Continuer la lecture de Sceau-bague inscrite en hiéroglyphes hittites

Le globe de Constantin Ier et Crispus

Archives image du mois d’avril 2019

Le globe de Constantin Ier et Crispus

Médaillon (revers) distribué pour Constantin Ier et Crispus à Rome en 326 ap. J.-C. (BnF, MMA, Fonds Général 663).

Représenté régulièrement sur les monnaies romaines dès le début de l’Empire, en particulier durant le règne d’Auguste, le globe est souvent associé à la figure de la Victoire. Au fil des dynasties, il devient un emblème central du pouvoir du Prince et de la domination de Rome sur le monde habité.

Continuer la lecture de Le globe de Constantin Ier et Crispus

Atalante et ses prétendants

 

Cet article propose un bref panorama de la représentation des liens amoureux dans le mythe d’Atalante, de l’Antiquité jusqu’à nos jours, à partir de deux objets conservés au Département des Monnaies, médailles et antiques (MMA) de la Bibliothèque nationale de France (BnF).1

Coupe dite de “Pélée et Atalante”, attribuée au Peintre de Jena, vers 390-370 av. J.-C. (détail)  (BnF, MMA, De Ridder.818 = Luynes.730)

Continuer la lecture de Atalante et ses prétendants

  1. Cet article est inspiré en grande partie des recherches effectuées pour mon Master 2 (2014), sous la direction de Violaine Sebillotte Cuchet, Université Paris 1, et publiées sous le titre de Farouche Atalante en 2016 []

Les femmes dans “L’Antiquité à la BnF”

Pour la journée internationale des droits des femmes, le carnet L’Antiquité à la BnF revient sur deux années de publications où les femmes sont tour à tour depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, reines, déesses, autrices et actrices de la recherche !

Continuer la lecture de Les femmes dans “L’Antiquité à la BnF”

En route pour Troie, en route pour Lens !

Archives image du mois de mars 2019

En route pour Troie, en route pour Lens !

Signé du potier Epigénès, attribué au Peintre d’Erétrie. Canthare : départ d’Achille et Patrocle (face A [illustrée] : Nestor, Antiloque, Patrocle et Thétis. Face B : Agamemnon, Achille, Kymothéa et Oukalégon). Athènes, vers 435-430 av. J.-C. Prov. Vulci (Italie). H. 12,8 cm ; L. 22 cm ; D. 14,5 cm. BnF, MMA, De Ridder.851 (Luynes.732).

Le prêt d’une trentaine de pièces de la collection du département des Monnaies, médailles et antiques dans le cadre de l’exposition que le Louvre-Lens s’apprête à consacrer à Homère est l’occasion de faire découvrir un chef-d’œuvre récemment restauré, opportunément orné d’une double scène de départ. Le raffinement de son décor, le prestige de ses inscriptions et sa bonne conservation ont valu à ce petit vase vraisemblablement exhumé à Vulci, les plus grands éloges dès sa publication, en 1846. C’est sur cette forme rare (un canthare de type D) que figure la seule signature que l’on connaisse au potier Epigénès.

Détail : inscription “ΕΠΙΓΗΝΕΣ ΕΠΟΕΣΕ” (Epigénès a fait)

Alors que le sage Nestor fait face à son fils Antiloque, qui le suivra à Troie, Thétis destine une libation à Patrocle, l’ami de son fils, armé de pied en cap ; au revers, sous le regard d’Agamemnon et en présence du jeune Oukalégon, le vaillant Achille à qui la nymphe Kymothéa offre une libation s’apprête lui aussi à prendre congé. Non seulement le Peintre d’Erétrie, comme il en est coutumier, use ici de l’écriture pour donner à sa composition une dignité épique, mais encore, souligne Nina Strawczynski, le baptême des personnages annonce, dès le rituel du départ, leur destin. Double du Péléide, Patrocle reçoit de la mère de son ami la libation du départ, à proximité immédiate de celui qui annoncera sa mort à Achille, Antiloque.

Démontage du canthare à l’occasion de sa restauration (2017)

La restauration fondamentale du vase accomplie par Claire Idrac en 2017 a rendu toute sa lisibilité à ce programme conçu par l’un des peintres athéniens les plus doués et les plus influents de la seconde moitié du Ve siècle av. J.-C.

Louise Detrez

Citer ce billet : ldetrez, "En route pour Troie, en route pour Lens !", in L’Antiquité à la BnF, 01/03/2019, https://antiquitebnf.hypotheses.org/7893, [consulté le 16/06/2019].

jane Dieulafoy

Archives : image du mois de Février 2019

Portrait de Jane Dieulafoy, Société de géographie, 1884

[Jane Dieulafoy] / Eugène Pirou, Photographies sur plaque de verre de la Société de Géographie, SG PORTRAIT-1458

Jane Dieulafoy (1851-1916) est une voyageuse et photographe connue principalement pour le récit de ses séjours en Perse avec son époux l’archéologue Marcel Dieulafoy. Après un premier voyage en 1881-1882, le couple explore les ruines du palais de Darius à Suse en 1884-1886, prélevant des dizaines de monuments et d’objets qui seront exposés au Louvre dès 1888.

“Fragment d’une frise émaillée”, A Suse : journal des fouilles, 1884-1885 / par Mme Jane Dieulafoy, Philosophie, histoire, sciences de l’homme, FOL-O2H-432, p. 160

Lors de ces voyages, elle privilégie la coupe courte et des habits masculins, gagnant le surnom de “chevalière moderne” dans la presse française. Ses récits de voyages sont enlevés, mêlant l’anecdote, l’attention aux détails vestimentaires des pays traversés tout autant qu’aux paysages ; en se faisant photographe, elle acquiert également de très bonnes connaissances de l’architecture ancienne et contemporaine.

Pour en savoir plus :

“Deux jours de pluie sous une tente arabe”, A Suse : journal des fouilles, 1884-1885 / par Mme Jane Dieulafoy. Philosophie, histoire, sciences de l’homme, FOL-O2H-432, p. 239

Antiquités, archéologie et récit des origines dans la construction nationale italienne (XVIIIe-XIXe siècles) I.

[Fouilles d’Herculanum et Pompeï] Porte d’Herculanum. Nécropole, tombes monumentales. Ancienne ville de Pompeï, dessin de Jean-Louis Desprez, gravure de Francesco Piranesi. Eau-forte, 1789, Collection de la Bibliothèque nationale de Florence.

Cycle Italie : Antiquités, archéologie et récit des origines dans la construction nationale italienne (XVIIIe-XIXe siècles) Ière partie

L’utilisation des mythes de la Rome antique a fait l’objet de nombreuses études surtout pour la période de l’entre-deux-guerres, notamment lorsque le parti fasciste chercha à conforter son pouvoir dictatorial et à justifier ses entreprises coloniales. En revanche, la valorisation des origines pré-romaines de la péninsule qui a largement émaillé la construction nationale italienne depuis  le milieu du XVIIIe siècle jusqu’à la prise de Rome, en 1870, est un sujet beaucoup moins étudié par les historiens et pratiquement méconnu du grand public.

Cet article propose quelques pistes de recherche sur cette problématique, largement pluridisciplinaire, qui en quelques décennies connaît des élaborations différentes reflétant les profonds changements politiques de la péninsule dans ses tentatives d’unité nationale. L’article se veut également un excursus dans les collections de la BnF, très riches dans ces domaines.

Continuer la lecture de Antiquités, archéologie et récit des origines dans la construction nationale italienne (XVIIIe-XIXe siècles) I.

Panthéon Égyptien de J.-Fr. Champollion

Archives : image du mois de Janvier 2019

Panthéon égyptien de J-Fr. Champollion

La déesse Sekhmet dans une chapelle, J.-Fr. Champollion, Panthéon Égyptien, collection des personnages mythologiques de l’ancienne Égypte, d’après les monuments, dess. Dubois, Paris, 1823-1825, BnF, département Arsenal, 4-H-7617
Cet ouvrage parut entre 1823 et 1831, sous différentes versions ; au final, seules 90 planches furent publiés sur les 200 prévues par Champollion. Cet exemplaire est daté de 1825 d’après la page de titre mais contient une note manuscrite de la main du dessinateur Léon Dubois, ajoutée après la mort du savant (1832). Les aquarelles soignées de Dubois, ami de Champollion, accompagnent les notices descriptives des divinités égyptiennes identifiées par celui qui était alors connu grâce à sa Lettre à M. Dacier synthétisant ses recherches sur le déchiffrement des hiéroglyphes.

Cette publication semble avoir été décidée rapidement par Champollion qui souhaitait proposer un bel ouvrage afin de faire taire les savants qui doutaient des résultats de ses travaux et d’attirer un plus large public. Les vignettes, coloriées par la suite par Dubois, sont choisies dans diverses publications comme des gravures de la Description de l’Égypte ou copiées sur des pièces de collections privées. Chaque représentation divine est accompagnée de sa légende en hiéroglyphe et parfois en hiératique. Champollion  propose des traductions des noms des divinités et une analyse de leur rôle respectif, se référant aussi bien aux auteurs classiques qu’à la mythologie gréco-latine. Malgré de bonnes interprétations de symboles divins ou de noms, les erreurs de traduction ne manquent pas, le savant n’ayant pas encore la pleine maîtrise du lexique et de la grammaire de cette langue qu’il commence à peine à déchiffrer.

Œuvre hétérogène dont la publication s’est étalée sur plusieurs années, ce Panthéon Égyptien est le symbole de l’intense activité intellectuelle de Champollion qui cherchait à publier rapidement pour diffuser sa recherche en train de se faire. Ses séjours ultérieurs dans la vallée du Nil lui permettront de préciser et de corriger certaines de ses interprétations et de mieux saisir la complexité de la religion égyptienne, dont le panthéon ne pouvait pas être simplement calqué sur celui des croyances grecques ou romaines.

Médaillon de Victoire (« Nikètérion »)

Archives : image du mois de décembre 2018

Médaillon de Victoire (« Nikètérion ») frappé en Grèce du Nord sous le règne d’Alexandre Sévère (222-235 ap. J.-C.)

[Monnaie : Or, Tarse, Cilicie, Gordien III], département des Monnaies, médailles et antiques, F 1673

Le droit du médaillon (photographie de gauche) figure le buste cuirassé de Philippe II de Macédoine coiffé d’un diadème.

La cuirasse est ornée d’imbrications rappelant l’égide de Zeus et porte en son centre l’image de Zeus enlevant Ganymède. Sur chaque épaulière, une Victoire tenant un trophée et, au-dessous, un foudre.

Au revers, une Victoire (Nikè) dans un quadrige triomphal avance à droite, tenant les rênes de la main droite et, de la main gauche, une palme autour de laquelle est noué un ruban de victoire.

La scène est encadrée sur deux côtés par la légende au génitif BACIΛE-ΩC AΛEΞANΔPOY (basileôs Alexandrou) (« [médaillon] du roi Alexandre »).

Ce médaillon d’or, qui était accompagné de deux autres à l’effigie d’Alexandre le Grand, appartient au trésor de Tarse (Asie Mineure, auj. Īçel en Turquie), enfoui dans la plaine voisine de Tarse probablement vers la fin du règne de Gordien III (238-244 apr. J.-C.) et redécouvert vers 1863. Cet objet, d’une qualité exceptionnelle (67 mm de diamètre ; poids de 98,85 g.), fut probablement réalisé dans un atelier de Grèce du Nord. Il était apparemment destiné, soit à récompenser les vainqueurs des concours agonistiques organisés à l’occasion des séjours impériaux, d’où le nom de Nikètérion (médaillon de victoire) qu’on lui donne parfois, soit à être offert par les organisateurs des Jeux (agonothètes) à des visiteurs de haut rang.

Citer ce billet : dhollard, "Médaillon de Victoire (« Nikètérion »)", in L’Antiquité à la BnF, 01/12/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/6258, [consulté le 16/06/2019].

Les médaillons contorniates et l’univers du Circus Maximus (Rome, 350-430 ap. J.-C.)

Contorniate au nom et au portrait d’Honorius ; au revers, Eugénius et ses chevaux (BnF, MMA, Fonds Général 17342)

Cycle Italie: Les médaillons contorniates et l’univers du Circus Maximus (Rome, 350-430 ap. J.-C.)

Les médaillons en bronze dits « contorniates » sont ainsi nommés d’après l’italien (contorniati) parce que, entourés d’un sillon profond et d’un bourrelet sur leur circonférence, ils semblent avoir été fabriqués au moyen d’un tour à métaux. Ces objets monétiformes, en majorité frappés, mais pour certains aussi coulés, furent fabriqués à Rome durant une large période de l’Antiquité tardive – principalement durant les années 350 à 430 – en relation avec l’univers des courses d’attelages et des spectacles qui leurs étaient associés dans le Circus maximus.

Continuer la lecture de Les médaillons contorniates et l’univers du Circus Maximus (Rome, 350-430 ap. J.-C.)

Exposition : Devotion and Decadence. The Berthouville Treasure and Roman Luxury

 

Après plusieurs étapes aux États-Unis (Los Angeles, San Francisco, Houston), à Arles, et à Copenhague, le trésor de Berthouville s’expose du 17 octobre 2018 au 6 janvier 2019 à l’Institute for the Study of the Ancient World de New York (ISAW).

Continuer la lecture de Exposition : Devotion and Decadence. The Berthouville Treasure and Roman Luxury

Théodule Devéria, un photographe-égyptologue très discret

Théodule Devéria (1831-1871), employé au Cabinet des Estampes, épigraphiste puis conservateur-adjoint au musée du Louvre, égyptologue et photographe auprès de Mariette, reste relativement méconnu des amateurs et des historiens de la photographie en Égypte au 19e siècle. Différentes raisons expliquent la modeste renommée de son œuvre photographique.

Charles Théodule Deveria, 1871. BnF, département Société de Géographie, SG PORTRAIT-1801.

Continuer la lecture de Théodule Devéria, un photographe-égyptologue très discret