Archives de catégorie : collections

Un cabinet de curiosités : la collection d’antiques du musée des Pêcheries de Fécamp. Présentation de l’ouvrage le 24 avril 2024 à 15h

Le catalogue des antiquités méditerranéennes du musée des Pêcheries à Fécamp1 présente une petite collection d’antiquités qui a été étudiée par des étudiants en master de Université de Paris-PSL2 et en doctorat de l’EPHE-PSL.

Cette publication rassemble divers objets : des vases en céramique (attiques, étrusques, corinthiens, chypriotes, italiotes), des terres cuites (gréco-romaines, d’Italie méridionale, étrusques, béotiennes), des lampes en terre cuite, des vases en bronze (étrusques, tardo-républicains et romains) et quelques fragments de peintures murales de Campanie et de papyrus (voir ci-dessous la table des matières).

La présentation de l’ouvrage est confiée à deux spécialistes éminentes, Pascale Ballet et Louise Détrez. Leur intervention sera précédée d’un mot de bienvenue de la Directrice du département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF, Cécile Colonna, et d’une introduction par le Président de l’EPHE-PSL, Michel Hochmann.

Rendez-vous le 24 avril 2024, de 15h à 16h30, salle de Conférences de la Bibliothèque nationale de France-site Richelieu.

Continuer la lecture de Un cabinet de curiosités : la collection d’antiques du musée des Pêcheries de Fécamp. Présentation de l’ouvrage le 24 avril 2024 à 15h

  1. Un cabinet de curiosités : la collection d’antiques du musée des Pêcheries de Fécamp, A. Marton, C. Mesnard et Fr. Queyrel (dir.), Fécamp, 2023. []
  2. Histoire de l’art et archéologie et Humanités. []

L’Italie comme terre d’approvisionnement : les vases grecs de la collection Durand (1768-1835), cours public le 23 avril à 12h30

Le 23 avril 2024 à 12h30, Louise Détrez proposera pour la dernière séance du cycle de cours publics d’archéologie de la BnF une conférence consacrée aux collections de vases grecs du chevalier Durand (1768-1835).

Edme Antoine Durand, qui revendiquait une vingtaine de voyages en Italie, y a largement assemblé deux des plus belles collections de vases antiques jamais formées. De métropole en hameau, de galerie d’amateur en chantier de fouille : comment le chevalier Durand, auquel la BnF doit certains de ses chefs-d’œuvre, a-t-il formé sa collection ?

Mardi 23 avril 2024 de 12h30 à 14h00
BnF Site Richelieu – Salle des Conférences

Entrée gratuite, réservation conseillée

Le cours sera également diffusé en direct sur Youtube

Ce cycle est l’occasion d’évoquer plusieurs ensembles d’objets remarquables (céramiques grecques, monnaies et bijoux antiques) à l’aune de leur parcours. Il offre un aperçu de la complexité de la trajectoire de plusieurs pièces depuis leur découverte sur le terrain jusqu’à leur acquisition par la Bibliothèque, en passant par les choix propres d’un collectionneur. Enfin, cette exploration est aussi l’occasion de montrer comment plusieurs de ces œuvres peuvent aujourd’hui être réinsérées dans leur contexte archéologique et fournir de nouvelles données pour écrire l’histoire.

Monument funéraire d’Edme Antoine Durand, 1835 – Florence, cloître de Santa Trinita. Buste par Emilio Santarelli ; épitaphe par Désiré Raoul-Rochette.

Continuer la lecture de L’Italie comme terre d’approvisionnement : les vases grecs de la collection Durand (1768-1835), cours public le 23 avril à 12h30

Un denier de Brutus célébrant les ides de mars

Archive : Image du mois de mars 2024

Le 15 mars 44 avant notre ère, le jour des ides de mars, Jules César meurt de 23 coups de couteau assénés par une conjuration de sénateurs. Cet acte est revendiqué par le plus célèbre de ces assassins, Brutus, sur d’emblématiques monnaies, tel ce denier en argent.

Denier à l’effigie de Brutus frappé dans un atelier itinérant en 43/42 av. J.-C. BnF, MMA, Ailly 11380. Portail Coins of the Roman Republic Online, n° 503-8. Continuer la lecture de Un denier de Brutus célébrant les ides de mars

Les monnaies romaines et la mise en scène du pouvoir impérial, cours public le 12 mars à 12h30

Le 12 mars 2024 à 12h30, Vincent Drost proposera, dans le cadre du cycle de cours publics dédié à l’histoire de la monnaie, une conférence consacrée à la monnaie romaine :

Les monnaies romaines et la mise en scène du pouvoir impérial

La monnaie, véritable « tract métallique », constitue le principal vecteur de l’idéologie impériale. À partir d’un choix de monnaies emblématiques, il s’agira de montrer comment l’empereur met en images sa personne et ses réalisations.

Mardi 12 mars 2024 de 12h30 à 14h00
BnF Site Richelieu – Salle des Conférences

Entrée gratuite, réservation conseillée

Le cours sera également diffusé en direct sur Youtube

L’ambition de ce cycle de cours est d’introduire à travers les collections de la BnF les principaux champs de l’étude des monnaies et des médailles en se fondant sur une sélection de 20 objets emblématiques qui seront présentés durant la séance.

Continuer la lecture de Les monnaies romaines et la mise en scène du pouvoir impérial, cours public le 12 mars à 12h30

L’hoplitodromie, épreuve olympique

Archive : Image du mois de février 2024

Détail d’une scène athlétique d’un stamnos du Ve av. J.-C. (BnF, MMA, Delepierre.ca.45) © Serge Oboukhoff; © BnF-CNRS-MSH Mondes

Parmi les épreuves de course disputées aux Jeux olympiques dans l’Antiquité, l’hoplitodromie, course armée, n’est pas toujours la mieux connue bien qu’ayant fait l’objet de représentations comme en témoigne ce stamnos daté du Ve av. J.-C., au département des Monnaies, Médailles et antiques depuis 1966 suite au don Delepierre.

Continuer la lecture de L’hoplitodromie, épreuve olympique

Le Nouvel An et les « temps heureux » selon les Romains : un médaillon d’or de Licinius II

Archive : Image du mois de janvier 2024

Multiple de 4 ½ solidi de Licinius II, 319 ap. J.-C. (BnF, MMA, fonds général.21) © Bibliothèque nationale de France (remerciements à Christophe Petit)

A l’occasion de la nouvelle année, les Romains avaient pour coutume d’offrir des présents (strenae, d’où nos étrennes). L’empereur ne dérogeait pas à la règle et distribuait alors à son entourage de spectaculaires monnaies d’or, comme ce médaillon frappé en 319 au nom de Licinius II. Son poids de 20 g fait de cette monnaie exceptionnelle un multiple valant 4 ½ solidi (le solidus, l’unité en or, pèse environ 4,5 g). Sa valeur d’échange était à la hauteur de son caractère honorifique.

L’iconographie du revers est de circonstance puisqu’elle représente les quatre saisons de l’année. Les Romains représentaient parfois les saisons sous la forme d’allégories féminines, comme sur le « Vase des Saisons » exposé dans le Musée de la BnF. Le type monétaire, apparu à la fin du IIe siècle ap. J.-C., montre quant à lui des personnages masculins engagés dans une danse, des Génies plutôt que des enfants à en juger par leur musculature développée. De gauche à droite se succèdent les saisons dotées d’attributs : le Printemps porte un panier de fleurs sur la tête ; l’Été joue de sa faucille pour moissonner ; l’Automne retient un chevreau de la main droite et porte une assiette de fruits dans la main gauche, symbolisant notamment les vendanges ; l’Hiver, vêtu de la tête aux pieds contrairement aux autres Génies nus, porte sur l’épaule droite une branche à laquelle sont suspendus deux canards et tient un lapin de la main gauche pour évoquer la chasse. La scène illustre le renouvellement cyclique des ressources prodiguées par la nature. En découlent les « temps heureux » invoqués à travers la légende FELICIA TEMPORA.

Continuer la lecture de Le Nouvel An et les « temps heureux » selon les Romains : un médaillon d’or de Licinius II

Vingt-six stèles puniques de Carthage au Cabinet des Médailles et Antiques

Dans les collections du département des Monnaies, médailles et antiques on compte aujourd’hui vingt-six stèles puniques votives provenant de Carthage, en Tunisie. Elles font figure de rescapées d’un voyage plus ou moins tumultueux de part et d’autre de la Méditerranée à la fin du XIXe siècle puis d’accords entre différentes institutions parisiennes dans la première moitié du XXe s. L’une1 d’entre elles est aujourd’hui exposée dans les nouvelles salles du musée de la BnF, représentante d’une ample collection très intéressante sous bien des angles, dont leur provenance.

Stèle punique exposée dans le musée de la BnF. BnF, MMA,  Inv.54.pun.26 (photo : L. Détrez)

Vingt-cinq stèles votives puniques proviennent de deux missions archéologiques et épigraphiques menées d’une part par Évariste Pricot de Sainte-Marie2 entre 1873 et 1876, et d’autre part par Ernest Babelon et Salomon Reinach3 entre 1883 et 1884. Une dernière stèle4 a été donnée en 1898 par l’épouse d’Edmond Le Blant, directeur de l’École française de Rome de 1882 à 1888.

Continuer la lecture de Vingt-six stèles puniques de Carthage au Cabinet des Médailles et Antiques

  1. BnF, MMA, Inv.54.pun.26. []
  2. Inventaire des 13 stèles Sainte-Marie actuellement conservées à la Bibliothèque nationale, MMA : Inv. 54.pun.1 = S.M.1515 = B.N.14 = CIS 183 ; inv.54.pun.10 = S.M.475 = B.N.61 = CIS 1083 ; inv.54.pun.11 = S.M.2120 = B.N.8 = CIS 1576 ; Inv. 54.pun.12 (CIS 1826) ; inv.54.pun.13 = S.M.1863 = B.N.60 = CIS 1863 d’après inv. BN-CIS ; inv.54.pun.14 ; inv.54.pun.15 = CIS 1886 ; inv.54.pun.16 = B.N. 1655 ; inv.54.pun.2 = S.M.76 = B.N. 55 = CIS 617 ; inv.54.pun.3 = S.M. 77 = B.N. 59 = CIS 618 ; inv.54.pun.4 = S.M. 524 = B.N. 72 = CIS 689 ; inv.54.pun.6 = S.M. 1671 = B.N. 109 = CIS 838 ; inv.54.pun.7 = S.M. 2128 = B.N. 27 = CIS 916 ; inv.54.pun.8 = S.M. 919 = B.N. 15 = CIS 919 ; inv.54.pun.9 = S.M. 2150 = BN. 1 = CIS 921. []
  3. Inventaire des 13 stèles Babelon – Reinach actuellement conservées à la Bibliothèque nationale, MMA : inv.54.pun.18 (B.N. 1716, CIS 2130), inv.54.pun.19 (B.N. 1690, CIS 2166), inv.54.pun.20 (B.N. 1663, CIS 2170), inv.54.pun.21 (B.N. 1603, CIS 2174), inv.54.pun.22 (B.N. 1626, CIS 2180), inv.54.pun.23 (B.N. 1667), inv.54.pun.25 (B.N. 1675), inv.54.pun.26 (CIS 2204), inv.54.pun.27 (B.N. 1720, CIS 2207), inv.54.pun.28 (B.N. 1726). []
  4. Inv.54.pun.29. []

Cours public : Les monnaies, voie d’accès à l’univers des Celtes, 6 février à 12h30

Le 6 février 2024 à 12h30, Dominique Hollard proposera pour une nouvelle séance du cycle de cours publics dédié à l’histoire de la monnaie une conférence consacrée à la monnaie celtique :

Les monnaies, voie d’accès à l’univers des Celtes

Les monnaies celtiques, souvent méconnues des historiens comme du grand public, révèlent un univers culturel spécifique, hors des codes gréco-romains qu’elles détournent. Porteuses d’images inattendues, réalisées avec une grande liberté plastique, ces créations sont aussi une source précieuse pour connaitre la langue et les pratiques d’écriture des Celtes.

Mardi 6 février 2024 de 12h30 à 14h00
BnF Site Richelieu – Salle des Conférences

Entrée gratuite, réservation conseillée

Le cours sera également diffusé en direct sur Youtube

L’ambition de ce cycle de cours est d’introduire à travers les collections de la BnF les principaux champs de l’étude des monnaies et des médailles en se fondant sur une sélection de 20 objets emblématiques qui seront présentés durant la séance.

Continuer la lecture de Cours public : Les monnaies, voie d’accès à l’univers des Celtes, 6 février à 12h30

Cours public : La collection des fragments du duc de Luynes : une tombe princière étrusque de Tarquinia, 23 janvier 2024 à 12h30

Le 23 janvier 2024 à 12h30, Cécile Colonna proposera pour la première séance du cycle de cours publics d’archéologie de la BnF une conférence consacrée aux fragments provenant d’une riche tombe étrusque de Tarquinia.

D’Athènes à Tarquinia dans l’Antiquité, d’Étrurie à Paris au XIXe siècle, on suivra lors de cette séance un ensemble exceptionnel de fragment de vases grecs figurés de la fin de l’époque archaïque, témoins du savoir-faire des ateliers attiques, des rituels funéraires de l’aristocratie étrusque, et de la progressive mise en place des pratiques archéologiques.

Mardi 23 janvier 2024 de 12h30 à 14h00
BnF Site Richelieu – Salle des Conférences

Entrée gratuite, réservation conseillée

Le cours sera également diffusé en direct sur Youtube

Ce cycle sera l’occasion d’évoquer plusieurs ensembles d’objets remarquables (céramiques grecques, monnaies et bijoux antiques) à l’aune de leur parcours. Il offrira un aperçu de la complexité de la trajectoire de plusieurs pièces depuis leur découverte sur le terrain jusqu’à leur acquisition par la Bibliothèque, en passant par les choix propres d’un collectionneur. Enfin, cette exploration sera aussi l’occasion de montrer comment plusieurs de ces œuvres peuvent aujourd’hui être réinsérées dans leur contexte archéologique et fournir de nouvelles données pour écrire l’histoire.

Héraclès archer. Cratère en calice (fragment), Peintre de Cléophradès, vers 500-490 av. J.-C. (BnF, MMA, De Ridder.419)

Continuer la lecture de Cours public : La collection des fragments du duc de Luynes : une tombe princière étrusque de Tarquinia, 23 janvier 2024 à 12h30

Cours public : De l’image et du texte : une exploration à la loupe des monnaies grecques, 16 janvier 2024 à 12h30

Le 16 janvier 2024 à 12h30, Julien Olivier proposera pour la première séance du cycle de cours publics dédié à l’histoire de la monnaie une conférence consacrée à la monnaie grecque.

Ce cours portera sur le déchiffrement des images et des inscriptions que comportent ces objets. Les différentes catégories d’images seront décrites, ainsi que la fonction des légendes monétaires, des symboles, etc. Au final sera interrogée la construction d’un discours élaboré à destination des utilisateurs de ces monnaies, un discours parfois subtil, mais toujours pensé pour tenir dans le creux de la main.

Mardi 16 janvier 2024 de 12h30 à 14h00
BnF Site Richelieu – Salle des Conférences

Entrée gratuite, réservation conseillée

Le cours sera également diffusé en direct sur Youtube

L’ambition de ce cycle de cours est d’introduire à travers les collections de la BnF les principaux champs de l’étude des monnaies et des médailles en se fondant sur une sélection de 20 objets emblématiques qui seront présentés durant la séance.

Continuer la lecture de Cours public : De l’image et du texte : une exploration à la loupe des monnaies grecques, 16 janvier 2024 à 12h30

Les dieux gardiens de la cité : un tétradrachme de Thasos

Archive : Image du mois de décembre 2023

Les Grecs choisissaient le plus souvent de représenter sur leurs monnaies les dieux, les héros, les cultes de leur cité. C’est exactement ce que firent les Thasiens lorsqu’ils composèrent l’iconographie de ce tétradrachme, dont les images font de plus écho à des éléments architecturaux qui étaient visibles de tous dans dans la ville (asty) de Thasos.

Continuer la lecture de Les dieux gardiens de la cité : un tétradrachme de Thasos

Éléphants, chevaux et divinités. Monnaies puniques et l’iconographie du film Cabiria (1914)

Dans ma nouvelle publication Quo vadis, Cabiria and the ‘Archeologists’, j’examine la manière dont les premiers longs métrages italiens sur l’Antiquité tels que Quo vadis? (1913) et Cabiria (1914) se sont appropriés la culture du XIXsiècle : la littérature, le théâtre et – surtout – la peinture d’artistes ‘archéologistes’ tels que Jean-Léon Gérôme, Lawrence Alma-Tadema et Georges-Antoine Rochegrosse. J’ai également cherché à explorer, notamment pour Cabiria, le rapport entre l’iconographie du cinéma et l’état de l’archéologie et des collections muséales au début du XXsiècle. Pour l’épopée Cabiria, qui se déroule en Sicile, à Carthage et à Cirta (l’actuelle Constantine) pendant la deuxième guerre punique (218-201 av. J.-C.), il s’agissait de rechercher des études sur l’archéologie de Carthage de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, mais aussi de faire des recherches, par exemple, au Musée du Louvre. Il en est ressorti que certains motifs tels que les chevaux et les éléphants ne se retrouvent pas tant dans la collection du Louvre que plutôt sur les monnaies puniques de la collection de la Bibliothèque nationale de France.

Continuer la lecture de Éléphants, chevaux et divinités. Monnaies puniques et l’iconographie du film Cabiria (1914)

Exposition internationale des arts et techniques, Paris 1937 : pavillon de l’Égypte, une momie (photographie de presse)

Archive : Image du mois d’octobre 2023

[Safara?], Paris, 1937, bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, EI-13
L’exposition universelle de 1937, dénommée Exposition internationale des arts et techniques, s’est tenue à  Paris du 25 mai au 25 novembre. Elle accorde 2.400 m2 à l’Égypte, dans un contexte international en ébullition, où le pavillon dominé par l’aigle et la croix gammée fait face à la sculpture de l’ouvrier et de la kolkhozienne portant haut la la faucille et le marteau.

Continuer la lecture de Exposition internationale des arts et techniques, Paris 1937 : pavillon de l’Égypte, une momie (photographie de presse)

La BnF hors les murs : Animaux fantastiques

Comme chaque année, des collections de la BnF voyagent et se donnent à voir dans d’autres musées et institutions.

Plusieurs d’entre elles (objets antiques, manuscrits, estampes, livres, maquettes de spectacle) participent à l’exposition Animaux fantastiques au Louvre-Lens depuis le 27 septembre et jusqu’au 15 janvier 2024.

Riche de plus de 250 œuvres de l’Antiquité à nos jours, le parcours explore les rapports de l’homme à ces êtres merveilleux entre fascination et répulsion, domptage et domestication et retrace l’histoire des plus célèbres de ces animaux. Continuer la lecture de La BnF hors les murs : Animaux fantastiques

Sesterce de Drusus, fils de l’empereur Tibère

Archive : Image du mois de septembre 2023

La vitrine du musée de la BnF consacrée à l’enfance présente une monnaie romaine à l’iconographie particulièrement originale : au revers, deux têtes d’enfants sortent de cornes d’abondance entrelacées entre lesquelles se trouve un caducée ailé. Derrière cette image en apparence pacifique se cache une réalité qui l’est bien moins, dans un contexte de luttes de pouvoir intestines au sein de la dynastie julio-claudienne.

Sesterce au nom de Drusus frappé à Rome sous le règne de Tibère, en 22 ou 23 apr. J.-C. Département des Monnaies, médailles et antiques, Fonds général 938, BNCMER II, Tibère 72

Ce sesterce en orichalque (laiton), d’un diamètre de 34 mm et d’un poids de 28,52 g, a été frappé à Rome en 22 ou 23 après J.-C. À l’avers, il porte le nom de Drusus1, fils de l’empereur Tibère. L’autorité émettrice est toutefois le Sénat de Rome, comme indiqué au centre par les lettres S C (senatus consulto, signifiant « avec l’accord du Sénat »). Au revers, les deux jeunes enfants représentés sont les fils jumeaux de Drusus, Germanicus Gemellus et Tiberius Gemellus, nés en 19.

Continuer la lecture de Sesterce de Drusus, fils de l’empereur Tibère

  1. Tiberius Drusus Claudius Iulius Cæsar Nero de son nom complet, communément appelé Drusus II []