Archives de catégorie : collections

Scorpions, crocodiles et serpents : autour de quelques stèles égyptiennes du département des Monnaies, Médailles et Antiques

Stèle d’Horus sur les crocodiles, bois, inv. MMA Inv.53.238

Le département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France (BnF) a conservé jusqu’à douze stèles dites “d’Horus sur les crocodiles” dont quatre sont visibles dans la base de données en ligne Médailles et Antiques. Après un premier volet Veaux, vaches, cochons… trésors : quand les animaux découvrent des monnaies du cycle estival “La Nature dans l’Antiquité” développé dans les pages de ce carnet, l’étude de ces objets particuliers, riches d’apports sur l’histoire des collections de la Bibliothèque est l’occasion de développer des aspects associés à quelques animaux dangereux en Égypte ancienne.

Continuer la lecture de Scorpions, crocodiles et serpents : autour de quelques stèles égyptiennes du département des Monnaies, Médailles et Antiques

Les trésors au Cabinet des Médailles et le programme “Trouvailles Monétaires”

Au sens archéologique du terme, on parle généralement de trésor (ou dépôt) dès lors qu’un ensemble d’objets, précieux ou non, a été volontairement rassemblé avant d’être enfoui1. Le Département des Monnaies, médailles et antiques conserve de nombreux trésors, des dépôts monétaires bien sûr mais aussi de spectaculaires ensembles d’orfèvrerie. L’emblématique trésor d’argenterie de Berthouville2 figurera par exemple en bonne place dans le futur musée de la BnF, sur le site Richelieu, qui ouvrira ses portes en 2021. Outre ses missions de conservation et d’exposition, le département poursuit aussi, depuis 1978, le programme de recherche Trouvailles monétaires visant à étudier et à valoriser les découvertes monétaires effectuées sur le territoire national.

Continuer la lecture de Les trésors au Cabinet des Médailles et le programme “Trouvailles Monétaires”

  1. Selon la définition du Code civil (Art. 716), “le trésor est toute chose cachée ou enfouie sur laquelle personne ne peut justifier sa propriété, et qui est découverte par le pur effet du hasard”. Sur la notion polysémique de trésor, voir G. Aubin, “Les trésors (monétaires) antiques : le mot, les choses et les chercheurs”, in F. Baratte, M. Joly, J.-C. Béal (dir.), Autour du trésor de Mâcon. Luxe et quotidien en Gaule romaine, Mâcon, 2007, p. 49-73. []
  2. Sur ce trésor, voir le billet consacré à la statuette de Mercure tenant le caducée par Mathilde Avisseau-Broustet, publié le 1 juin 2017. []

Veaux, vaches, cochons… trésors : quand les animaux découvrent des monnaies

L’histoire est célèbre. La grotte de Lascaux aurait été découverte par un chien prénommé Robot : en pourchassant un lapin il aurait permis à quatre enfants de découvrir l’une des plus importantes grottes ornées du Paléolithique. Les animaux ne découvrent pas que des grottes, ils peuvent aussi mettre au jour des trésors ! Deux histoires tirées de l’inépuisable flot des faits divers ont récemment attiré notre attention. En 2017, en Thaïlande, une tortue dut être opérée pour lui retirer les 915 monnaies d’argent qu’elle avait ingurgitées. En France en 2019, c’est une pie qui est suspectée d’avoir rassemblé dans son nid du parc du château de Versailles 1131 pièces de monnaies, majoritairement des centimes d’euros.

A la BnF, le département des Monnaies, médailles et antiques conserve à la fois de nombreuses monnaies, dont beaucoup proviennent de trésors, et les archives relatives aux trésors étudiés, notamment dans le cadre du programme « Trouvailles monétaires ». Nous proposons ici de rassembler différentes mentions de trésors découverts par des animaux éparpillées dans la littérature spécialisée ou dans les archives.

La Taupe, dessin de Buvée, vers 1760 (BnF, RESERVE JB-23 (B)-BOITE FOL).

Continuer la lecture de Veaux, vaches, cochons… trésors : quand les animaux découvrent des monnaies

La BnF intègre PCO, portail dédié aux monnaies des rois ptolémaïques d’Égypte

Après les monnaies d’Alexandre le Grand en avril 2017, celles de la République romaine en décembre 2017 puis celles des rois séleucides en avril 2019, ce sont à présent les monnayages des rois ptolémaïques d’Égypte de la BnF qui intègrent un portail en ligne élaboré par l’American Numismatic Society :

Ptolemaic Coins Online (PCO).

Fondé sur le catalogue de Catharine Lorber, Coins of the Ptolemaic Empire dont le premier tome a été publié en 2018 (de Ptolémée I à Ptolémée IV), le portail PCO a pour but de rassembler les principales collections mondiales de monnaies de la dynastie hellénistique des Lagides. L’application ne regroupe à ce jour que les émissions en métaux précieux du tome I, les bronzes feront l’objet d’une mise à jour prochaine.

661 des plus de 2600 exemplaires conservés au département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France figurent à présent parmi les 2400 pièces déjà référencées1.

Pour aller plus loin, la collection de la BnF :

  1. Nous remercions Madeline Susana et Maria Dumitru qui ont largement contribué à ce résultat []

Les études homériques dans le cercle de Janus Lascaris : à propos de trois éditions princeps d’Homère conservées à la BnF


Janus Lascaris. Paolo Giovio, Pauli Jovii Novocomensis episcopi Nucerini Elogia virorum literis illustrium, Bâle, Petrus Perna, 1577, p. 59, Rés. G. 705

Parmi les pièces de la Bibliothèque nationale de France (BnF) actuellement présentées à Lens dans l’exposition Homère figure une édition princeps de l’œuvre du poète, conservée au Département des manuscrits sous la cote Parisinus gr. 2679. Cet exemplaire a pour particularité d’avoir appartenu à Jean-François d’Asola et de comporter de nombreuses notes de la main de l’érudit grec Arsène Apostolis qui ont servi à l’élaboration de l’édition princeps des scholies à l’Odyssée, publiée à Venise en 1528 sous le nom de scholia Didymi.

La BnF possède cinq autres exemplaires de l’édition princeps d’Homère (Florence, 1488), dont quatre sont conservées à la Réserve des livres rares. Comme deux des exemplaires de la Réserve, le Rés. Yb. 1-2 et le Rés. Yb. 3, peuvent être associés par leur provenance au volume actuellement exposé à Lens et qu’ils permettent d’évoquer, par leurs annotations, les études homériques dans le même cercle d’érudits, une présentation de ces deux pièces est ici proposée, accompagnée de reproductions. Continuer la lecture de Les études homériques dans le cercle de Janus Lascaris : à propos de trois éditions princeps d’Homère conservées à la BnF

Play-conférence : Assassin’s Creed Odyssey (16 avril 2019) – Compte-rendu enrichi

(Image de bandeau : jaquette d’Assassin’s Creed Odyssey, ©UBISOFT)

Le 16 avril 2019, la Bibliothèque nationale de France a inauguré avec une séance sur Assassin’s Creed Odyssey un cycle de play-conférences dédié à l’étude de la représentation de l’histoire dans les jeux vidéo, piloté par Romain Vincent, chercheur associé au département de l’Audiovisuel et doctorant sur les usages pédagogiques du jeu vidéo1. À son invitation, Paul-Antoine Colombani (docteur en littérature comparée, rédacteur du carnet La mythologie grecque, au cœur du jeu vidéo) et Fabien Bièvre-Perrin (docteur en archéologie antique, éditeur du carnet Antiquipop : L’Antiquité dans la culture populaire contemporaine) se sont prêtés à l’analyse en direct de cet épisode antique de la franchise Assassin’s Creed2 via une exploration du jeu.

Ce billet sous forme de compte-rendu a pour but d’accompagner la captation de cette séance inaugurale (vidéo à retrouver ci-dessous) et d’enrichir le propos d’exemples glanés dans les très riches collections de la BnF. Afin d’adopter la visée pédagogique la plus large possible, la majorité des références bibliographiques sont de langue française. Sauf indication de référence précise, les propos entre guillemets sont rapportés des intervenants.

Continuer la lecture de Play-conférence : Assassin’s Creed Odyssey (16 avril 2019) – Compte-rendu enrichi

  1. Voir sa chaîne Youtube : JVH – Jeux Vidéo et Histoire []
  2. Assassin’s Creed Odyssey : édition medusa / developed by Ubisoft [Montréal]. Montreuil : Ubisoft entertainment, copyright 2018 []

Mise en ligne de l’exposition virtuelle “Mythes et Images au Cabinet des Médailles”

Fruit d’un programme soutenu par le LabEx Les passés dans le présent associant notamment la BnF1, l’exposition virtuelle Mythes et images au Cabinet des Médailles offre l’opportunité de découvrir les collections d’œuvres du département des Monnaies, médailles et antiques, plus connu sous le nom de Cabinet des médailles.

Continuer la lecture de Mise en ligne de l’exposition virtuelle “Mythes et Images au Cabinet des Médailles”

  1. Ce site est réalisé dans le cadre d’un programme, soutenu par le LabEx Les passés dans le présent (ANR-11-LABX-0026-01, associant la BnF, le LIMC (ArScAn-UMR7041) et l’USR3225 de la MSH MAE []

Bijoux monétaires et objets monétiformes, petites pièces d’orfèvrerie à vocation politique, économique et culturelle

Les bijoux monétaires, complexes à étudier, sont pourtant de riches témoins de l’économie, de la politique et de la culture dans l’Antiquité. Dans son étude méthodologique des pendentifs monétaires de la nécropole de Birka (Suède), Florent Audy explique très justement qu’il est souvent aisé de laisser ces objets de côté, notamment car ils se situent aux confins de deux disciplines bien distinctes1. Considérés par les numismates comme des bijoux et par les archéologues comme des sujets numismatiques, ces objets sont rarement envisagés comme des documents à part entière. Continuer la lecture de Bijoux monétaires et objets monétiformes, petites pièces d’orfèvrerie à vocation politique, économique et culturelle

  1. F. Audy, « Pour une étude méthodique des pendentifs monétaires : le cas des sépultures de Birka (Suède) ». In: Revue Numismatique, n° 168, Les Belles Lettres, Paris, 2012, p. 403-425. []

Journée : Penser le patrimoine culturel en 3 dimensions, le 20 mai 2019 (Nanterre)

La journée « Penser le patrimoine culturel en 3 dimensions », co-organisée par le programme ArcheoNum de l’UMR7041-ArScAn et par le LabEx les Passés dans le présent, se déroulera le 20 mai 2019 à partir de 9h30 au bâtiment Max Weber du Campus de l’Université Paris Nanterre, rez-de-chaussée, salle 2

Continuer la lecture de Journée : Penser le patrimoine culturel en 3 dimensions, le 20 mai 2019 (Nanterre)

Sceau-bague inscrite en hiéroglyphes hittites

Archives : image du mois de mai 2019

Sceau-bague hittite en argent, inscrite en hiéroglyphes

Sceau-bague hittite, 14e-13e s. av. n.è., Asie Mineure, Ø 32mm (BnF, MMA, SEYRIG.1972 1317 147) cl. images.bnf.fr

Ce cachet hémisphérique en argent, de 32 mm de diamètre, muni d’une bélière, est gravé sur les deux côtés.

Continuer la lecture de Sceau-bague inscrite en hiéroglyphes hittites

Le globe de Constantin Ier et Crispus

Archives image du mois d’avril 2019

Le globe de Constantin Ier et Crispus

Médaillon (revers) distribué pour Constantin Ier et Crispus à Rome en 326 ap. J.-C. (BnF, MMA, Fonds Général 663).

Représenté régulièrement sur les monnaies romaines dès le début de l’Empire, en particulier durant le règne d’Auguste, le globe est souvent associé à la figure de la Victoire. Au fil des dynasties, il devient un emblème central du pouvoir du Prince et de la domination de Rome sur le monde habité.

Continuer la lecture de Le globe de Constantin Ier et Crispus

Atalante et ses prétendants

 

Cet article propose un bref panorama de la représentation des liens amoureux dans le mythe d’Atalante, de l’Antiquité jusqu’à nos jours, à partir de deux objets conservés au Département des Monnaies, médailles et antiques (MMA) de la Bibliothèque nationale de France (BnF).1

Coupe dite de “Pélée et Atalante”, attribuée au Peintre de Jena, vers 390-370 av. J.-C. (détail)  (BnF, MMA, De Ridder.818 = Luynes.730)

Continuer la lecture de Atalante et ses prétendants

  1. Cet article est inspiré en grande partie des recherches effectuées pour mon Master 2 (2014), sous la direction de Violaine Sebillotte Cuchet, Université Paris 1, et publiées sous le titre de Farouche Atalante en 2016 []

Les femmes dans “L’Antiquité à la BnF”

Pour la journée internationale des droits des femmes, le carnet L’Antiquité à la BnF revient sur deux années de publications où les femmes sont tour à tour depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, reines, déesses, autrices et actrices de la recherche !

Continuer la lecture de Les femmes dans “L’Antiquité à la BnF”

En route pour Troie, en route pour Lens !

Archives image du mois de mars 2019

En route pour Troie, en route pour Lens !

Signé du potier Epigénès, attribué au Peintre d’Erétrie. Canthare : départ d’Achille et Patrocle (face A [illustrée] : Nestor, Antiloque, Patrocle et Thétis. Face B : Agamemnon, Achille, Kymothéa et Oukalégon). Athènes, vers 435-430 av. J.-C. Prov. Vulci (Italie). H. 12,8 cm ; L. 22 cm ; D. 14,5 cm. BnF, MMA, De Ridder.851 (Luynes.732).

Le prêt d’une trentaine de pièces de la collection du département des Monnaies, médailles et antiques dans le cadre de l’exposition que le Louvre-Lens s’apprête à consacrer à Homère est l’occasion de faire découvrir un chef-d’œuvre récemment restauré, opportunément orné d’une double scène de départ. Le raffinement de son décor, le prestige de ses inscriptions et sa bonne conservation ont valu à ce petit vase vraisemblablement exhumé à Vulci, les plus grands éloges dès sa publication, en 1846. C’est sur cette forme rare (un canthare de type D) que figure la seule signature que l’on connaisse au potier Epigénès.

Détail : inscription “ΕΠΙΓΗΝΕΣ ΕΠΟΕΣΕ” (Epigénès a fait)

Alors que le sage Nestor fait face à son fils Antiloque, qui le suivra à Troie, Thétis destine une libation à Patrocle, l’ami de son fils, armé de pied en cap ; au revers, sous le regard d’Agamemnon et en présence du jeune Oukalégon, le vaillant Achille à qui la nymphe Kymothéa offre une libation s’apprête lui aussi à prendre congé. Non seulement le Peintre d’Erétrie, comme il en est coutumier, use ici de l’écriture pour donner à sa composition une dignité épique, mais encore, souligne Nina Strawczynski, le baptême des personnages annonce, dès le rituel du départ, leur destin. Double du Péléide, Patrocle reçoit de la mère de son ami la libation du départ, à proximité immédiate de celui qui annoncera sa mort à Achille, Antiloque.

Démontage du canthare à l’occasion de sa restauration (2017)

La restauration fondamentale du vase accomplie par Claire Idrac en 2017 a rendu toute sa lisibilité à ce programme conçu par l’un des peintres athéniens les plus doués et les plus influents de la seconde moitié du Ve siècle av. J.-C.

Louise Detrez

Citer ce billet : ldetrez, "En route pour Troie, en route pour Lens !", in L’Antiquité à la BnF, 01/03/2019, https://antiquitebnf.hypotheses.org/7893, [consulté le 19/08/2019].

jane Dieulafoy

Archives : image du mois de Février 2019

Portrait de Jane Dieulafoy, Société de géographie, 1884

[Jane Dieulafoy] / Eugène Pirou, Photographies sur plaque de verre de la Société de Géographie, SG PORTRAIT-1458

Jane Dieulafoy (1851-1916) est une voyageuse et photographe connue principalement pour le récit de ses séjours en Perse avec son époux l’archéologue Marcel Dieulafoy. Après un premier voyage en 1881-1882, le couple explore les ruines du palais de Darius à Suse en 1884-1886, prélevant des dizaines de monuments et d’objets qui seront exposés au Louvre dès 1888.

“Fragment d’une frise émaillée”, A Suse : journal des fouilles, 1884-1885 / par Mme Jane Dieulafoy, Philosophie, histoire, sciences de l’homme, FOL-O2H-432, p. 160

Lors de ces voyages, elle privilégie la coupe courte et des habits masculins, gagnant le surnom de “chevalière moderne” dans la presse française. Ses récits de voyages sont enlevés, mêlant l’anecdote, l’attention aux détails vestimentaires des pays traversés tout autant qu’aux paysages ; en se faisant photographe, elle acquiert également de très bonnes connaissances de l’architecture ancienne et contemporaine.

Pour en savoir plus :

“Deux jours de pluie sous une tente arabe”, A Suse : journal des fouilles, 1884-1885 / par Mme Jane Dieulafoy. Philosophie, histoire, sciences de l’homme, FOL-O2H-432, p. 239