Archives de catégorie : collections

Les monnaies de Philippe II de Macédoine de la BnF à présent dans PELLA, le portail dédié aux monnayages des rois de Macédoine

Originellement destiné aux monnaies aux types et au nom d’Alexandre le Grand, le portail PELLA accueille à présent les monnayages de son père Philippe II, frappées en Macédoine entre vers 359 et 294 av. J.-C.1

Après les monnaies d’Alexandre le Grand en avril 2017, ce sont à présent les 202 philippes de la Bibliothèque nationale de France qui intègrent PELLA, le portail développé par l’American Numismatic Society dédié aux monnayages des rois de Macédoine.

PELLA : Coinage of the Kings of Macedonia

Tétradrachme, argent, Philippe II de Macédoine, Pella (Macédoine), vers 342/1-c. 337/6 avant J.-C., 14,45 g (BnF, MMA, Armand-Valton 315)

Continuer la lecture de Les monnaies de Philippe II de Macédoine de la BnF à présent dans PELLA, le portail dédié aux monnayages des rois de Macédoine

  1. , “The gold and silver coinage of Philip II published to PELLA“, publié le 19 mars 2020. []

Mise en ligne des médaillons romains contorniates de la BnF

La collection de médaillons contorniates conservée au département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France, récemment numérisée, est désormais disponible en ligne.

Ces lourds objets monétiformes, frappés ou coulés au IVe siècle ap. J.-C. associent les images d’empereurs ou de héros du passé à des scènes variées centrées sur l’univers des courses de chars et des jeux du Cirque. Ces pièces commémoratives, fabriquées dans la mouvance des grandes familles sénatoriales de Rome étaient distribuées lors des festivités du Cirque, en particulier en relation avec les cérémonies du début d’année lors des courses de chars du 3 janvier. Elles servaient alors d’étrennes en heureux présage pour l’année qui s’ouvrait.

Contorniate, Ulysse et ses compagnons luttant contre Scylla (BnF, MMA, AF 17274)

Le fonds de la BnF, avec près de trois cents médaillons, constitue l’un des plus riches et des plus variés conservé dans une institution publique.

Retrouvez les 299 médaillons contorniates:

Dominique HOLLARD

Pour aller plus loin :

  • Consulter le catalogue de référence : Andreas Alföldi, Elisabeth Alföldi, Die Kontorniat-Medaillons
  • Relisez “Les médaillons contorniates et l’univers du Circus Maximus (Rome, 350-430 ap. J.-C.)”

Les médaillons contorniates et l’univers du Circus Maximus (Rome, 350-430 ap. J.-C.)

Citer ce billet : dhollard, "Mise en ligne des médaillons romains contorniates de la BnF", in L’Antiquité à la BnF, 13/03/2020, https://antiquitebnf.hypotheses.org/10795, [consulté le 30/03/2020].

L’antique Babylone à l’Opéra : les projets de tous les décors de Sémiramis de Catel enfin identifiés

Réunir l’iconographie d’un spectacle, de ses décors, de ses costumes, peut constituer un long processus jalonné parfois par la réapparition inopinée et progressive sur le marché de l’art de dessins, voire s’apparenter à un parcours semé de pièges quand, en particulier, certains de ces témoins portent des inscriptions d’époque fautives. Aussi est-il vital de confronter cette iconographie non seulement avec les didascalies des livrets mais aussi avec toutes les données, même lacunaires, fournies par les archives et quelquefois par la presse contemporaine de la création de l’ouvrage.

On verra ici que, contrairement aux apparences, des projets de décors annotés Mystères d’Isis, selon le titre choisi pour les représentations de La Flûte enchantée de Mozart (1756-1791) à l’Opéra de Paris en 1801, se rapportent en réalité à une autre œuvre, donnée l’année suivante dans le même théâtre. Il s’agit de Sémiramis, une tragédie lyrique en trois actes de Charles-Simon Catel (1773-1830), professeur au Conservatoire de Musique et auteur d’un Traité d’harmonie en 1801. Si Les Mystères d’Isis et Sémiramis ont en commun de traiter d’un sujet oriental – l’un se situant dans l’Égypte antique, l’autre à Babylone –, leurs décors ne sauraient être confondus. C’est cette constatation qui fournit l’un des éléments essentiels de la présente mise au point.

Sémiramis : projet de décor de l’acte II / par Charles Percier, [1802], Dpt Bibliothèque Musée de l’Opéra DES-29 sur Gallica

En avril 2019, la Bibliothèque-musée de l’Opéra (BnF) a fait l’acquisition d’un dessin de l’architecte et décorateur Charles Percier (1764-1838) montrant un décor de scène (fig. 1 ci-dessus). Continuer la lecture de L’antique Babylone à l’Opéra : les projets de tous les décors de Sémiramis de Catel enfin identifiés

Une tablette d’ecolier bilingue grec-copte

Février 2020

Tablette d’écolier bilingue grec-copte

BnF, MMA, reg.Y.19920

Cette tablette d’écolier, conservée au département des Monnaies, médailles et antiques fait partie d’un lot d’objets reçus en don par l’helléniste Paul Perdrizet (1870-1938) qui a dirigé plusieurs missions archéologiques en Grèce (1899) ainsi qu’en Syrie (1924 et 1925) tout en séjournant régulièrement en Égypte (1912, 1933 ou 1935, 1936) comme en témoignent ses archives conservées à l’Université de Lorraine.

L’objet, donné en 1933, est indiqué comme provenant du Fayoum (une oasis située au sud-ouest du Caire) et daterait du VIIe siècle. Il s’agit d’une plaquette en bois (9,5x24cm) écrite des deux côtés au pinceau et munie d’une poignée antique mais postérieure à l’utilisation de cet objet, probablement par un écolier révisant ses leçons de copte et de grec.

Une étude publiée en 1991 indique que des traces de réécriture sont en effet visibles et détaille les différentes inscriptions : le recto comprend à la fois un exercice de syllabation, un alphabet grec et 6 lettres du copte fayoumique à droite ; au verso, la suite de l’exercice de syllabation, de nouveau l’alphabet grec suivi des 6 lettres coptes. Ce type d’exercice est habituel chez les écoliers débutants, qui se familiarisent d’abord avec l’alphabet grec avant de passer aux exercices syllabiques (bilitères puis trilitères) tout en apprenant les 6 lettres spécifiques de l’écriture copte. Cette écriture associe en effet les 24 lettres grecques à 6 héritées de l’égyptien hiéroglyphique afin de se rapprocher au mieux des sons utilisés par les premiers chrétiens vivant dans la Vallée du Nil.

La BnF conserve plusieurs types de documents en copte notamment des papyrus et des manuscrits et également des fragments d’inscriptions funéraires.

Hélène Virenque

Pour en savoir plus

P. Cauderlier, “Deux tablettes parisiennes en provenance d’Égypte, pour illustrer l’apprentissage des lettres grecques”, dans N. Fick, J.-Cl. Carrière (éd.), Mélanges Étienne Bernand, Paris : les Belles lettres, 1991, p. 141-154. Disponible en ligne sur Persée : https://www.persee.fr/doc/ista_0000-0000_1991_ant_444_1_2796 (consulté le 6.02.2020)

Citer ce billet : Hélène Virenque, "Une tablette d’ecolier bilingue grec-copte", in L’Antiquité à la BnF, 01/02/2020, https://antiquitebnf.hypotheses.org/10520, [consulté le 30/03/2020].

Bracelet romain d’accouchée avec Isis et Harpocrate

Archive: image du mois janvier 2020

Janvier 2020 : Bracelet romain d’accouchée avec Isis et Harpocrate

Bracelet d’accouchée ouvert, en or, H. 6 cm, l. 4.2 cm, L. 6 cm, dpt des Monnaies, médailles et antiques inv. Seyrig.1972.1318

Ce rare bracelet à porte et à charnières soudées en épaisse feuille d’or a été produit à Alexandrie (Égypte) durant la période romaine (4e s. – premier quart du 5e s. apr. n.è.). Il a été acquis par Henri Seyrig à la vente Laurin, Guilloux, Buffetaud des 6 et 7 novembre 1972 en l’hôtel Drouot (lot 628) pour en faire don au Cabinet des Médailles. Il faisait partie de l’ancienne collection de Félix Feuardent.

Le corps arrondi du bracelet est ajouré, en opus interrasile, entre deux anneaux en formant le bord : la feuille d’or est découpée pour former un décor de rinceaux, d’enroulements terminés en peltes et en feuilles trilobées (vigne, lierre). La porte, partie centrale mobile, est à l’image d’un naïskos soit une façade de temple avec une niche contenant la représentation d’une divinité. Quatre colonnes corinthiennes, deux torses flanquées de deux lisses, soutiennent un fronton triangulaire reposant sur un entablement alternant métopes et triglyphes. L’édifice abrite la statue en bronze du dieu Harpocrate, couronnée d’une coquille à godrons. Ce dernier est figuré comme un enfant nu accroupi, portant le doigt à la bouche et pourvu d’un mèche de cheveux enroulée, traditionnellement désignée comme “mèche de l’enfance“.

Arrière du bracelet d’accouchée, dpt des Monnaies, médailles et antiques inv. Seyrig.1972.1318 reproduit dans Syria 51, 1974, pl. XVII/2

Parmi les entrelacs, sur la face arrière est représentée une déesse tenant une corne d’abondance telle Fortune, dans une attitude évocatrice d’Aphrodite anadyomène, rappelée par la coquille à l’avant, mais qui doit cependant être identifiée à IsisHathor, à la fois par association au dieu enfant et aux cornes de vache lyriformes enserrant le disque solaire au centre du fronton du temple. L’attribut est propre aux couronnes de ces divinités égyptiennes.

Bracelet d’accouchée de face, dpt des Monnaies, médailles et antiques inv. Seyrig.1972.1318

L’inscription grecque en bâtonnets de filigrane soudés ευτοκι traduit le voeu protecteur: “accouche heureusement” tandis qu’Étienne Coche de la Ferté propose de lire dans la dernière lettre un ψ penché, abréviation pour ψυχή “(mon) âme” comprise ici dans une acception destinée à un être cher.

Ce bijou témoigne d’un syncrétisme propre au monde romain, dans un héritage transformé des iconographies et des valeurs pharaoniques et grecques. L’assimilation des différentes figures de déesses-mères met un accent particulier sur la relation Isis-Harpocrate, au centre du bijou et du message, qui rappelle la popularité et la diffusion des cultes isiaques à l’époque romaine.

Pour en savoir plus:

  • Étienne Coche de la Ferté, “Un bracelet d’époque romaine à usage obstétrique”, Syria, vol. 51, no. 3/4, 1974, p. 265–289, en ligne sur JSTOR et Persée
  • “Les dieux égyptiens à Rome” sur Odysseum

Citer ce billet : Vanessa Desclaux, "Bracelet romain d’accouchée avec Isis et Harpocrate", in L’Antiquité à la BnF, 01/01/2020, https://antiquitebnf.hypotheses.org/9729, [consulté le 30/03/2020].

Degas, dessins de monnaies grecques

Archive: image du mois

Décembre 2019 : Degas, dessins de monnaies grecques

Degas, Carnet 1 = Reff 18, p. 259, dpt des Estampes et de la photographie RESERVE DC-327 (D, 1)-4 sur Gallica

L’exposition Degas à l’Opéra au Musée d’Orsay (24/09/19-19/01/20) réalisée avec le concours de la BnF permet de redécouvrir les carnets de dessins du maître numérisés dans Gallica, dont 29 sur 38 furent donnés en 1920 au département des Estampes et de la photographie. De 1853 à 1886, Edgar Degas y consigne ses promenades, ses visites aux musées, amis, modèles, fournisseurs…

Continuer la lecture de Degas, dessins de monnaies grecques

Sceaux-cylindres du Proche-Orient ancien et projet SESPOA

Sceau P502791 (BnF, MMA, 1980.292.100, ancienne collection Seyrig). Image du déroulé numérique et image de l’empreinte du sceau

Petits objets caractéristiques du patrimoine de l’Antiquité proche-orientale, les sceaux-cylindres étaient, pour la plupart d’entre eux, régulièrement déroulés sur l’argile fraîche afin d’y laisser une empreinte. Moyens d’identification et de communication, ils ont servi, pendant plus de trois mille ans, à sceller portes, jarres, bulles et tablettes d’argile inscrites, leur histoire étant étroitement liée à celle de l’écriture cunéiforme. Provenant principalement de Mésopotamie, d’Iran, du Levant, d’Anatolie, mais aussi de Chypre et d’Égypte, ils permettent aujourd’hui de retracer l’évolution de la glyptique de ces régions depuis la seconde moitié du IVe jusqu’à la fin du Ier millénaire avant notre ère.

Continuer la lecture de Sceaux-cylindres du Proche-Orient ancien et projet SESPOA

Les Pyramides de Giza

Archive: image du mois

Octobre 2019 : Pyramides de Giza

Dpt des Estampes et de la photographie, UB-181 (H BIS, 1)-FT 4

Alors que l’exposition Toutânkhamon à Paris vient de se terminer en battant des records de fréquentation, replongez dans l’Égypte ancienne grâce aux multiples ressources de la BnF : en parcourant les billets du blog Gallica, revivez la découverte de la tombe du jeune pharaon ou accompagnez Bonaparte lors de son expédition dans la Vallée du Nil.

Parmi les centaines de relevés faits lors de cette expédition aussi bien militaire que savante, ce dessin à la plume aquarellé des Pyramides de Giza, avec le Sphinx encore ensablé, est l’œuvre du dessinateur François-Charles Cécile qui a participé à cette aventure scientifique aux côtés de Henri-Joseph Redouté et des dizaines d’autres artistes.

Dans ce carnet de recherches, poursuivez votre voyage, entre égyptologie et égyptomanie, à l’opéra, au cinéma, et même à la bibliothèque !

Des “Gallici” sur Gallica : les monnaies celtiques de la BnF numérisées

Statère d’or (7,43 g.) , 52 av. J.-C. , MMA inv. Gauloises 3774, provient du trésor de Pionsat (Puy-de-Dôme), 1852

La numérisation des monnaies celtiques de la BnF, réalisée au cours de l’année 2019, vient d’aboutir à la mise en ligne des photos des 9975 exemplaires du département des Monnaies, médailles et antiques.

Toutes ces monnaies sont à présent disponibles sur le Catalogue Général et Gallica

Continuer la lecture de Des “Gallici” sur Gallica : les monnaies celtiques de la BnF numérisées

JEP 2019 : Astérix a la BNF

A l’occasion des JEP 2019 (20-22 septembre), 44 planches originales d’Astérix le Gaulois seront présentées à la BnF-François Mitterrand (Galerie des Donateurs).

120 planches au total ont été données en 2011 par Albert Uderzo et avaient été exposées en 2013. Plus récemment, une autre exposition à la Cinémathèque française avait mis en lumière le succès de ce héros sur les grands écrans grâce au talent de Goscinny.

Pour en savoir plus sur les relations entre l’antiquité et la bande-dessinée :

Cl. Aziza,  Guide de l’Antiquité imaginaire : roman, cinéma, bande dessinée, Paris, 2016

J. Gallego, La bande dessinée historique. Premier cycle, L’Antiquité : [colloque international] 23-26 novembre 2011, Pau, 2015

S. Garat, “La bande dessinée et l’histoire ancienne. Entretien avec Pauline Ducret”, in : Actualités des études anciennes, 18/01/2017, en ligne.

L’archéologie en bulles : [exposition, Paris, Musée du Louvre, Petite galerie, 26 septembre 2018-1er juillet 2019], Paris, 2018.

 

 

Le silphium, plante merveilleuse mais disparue

Du XVIe jusqu’au milieu du XIXe siècle, les antiquaires, férus de philologie et de numismatique, dissertent autour d’une plante merveilleuse mais disparue. Merveilleuse car il s’agissait d’une panacée quasi-universelle dont l’efficacité touchait « à quantité de branches de la médecine : odontologie, ophtalmologie, pneumologie, affections des articulations, des viscères, du système circulatoire, sexualité »1. Disparue surtout, la plante est à présent considérée comme une des premières espèces végétales éteintes par l’homme.

Quelques mois avant l’ouverture de l’exposition Terre ! Escales mythiques en Méditerranée, trésors de la BnF et collections marseillaises, au musée d’histoire de Marseille (14/02-22/08/2020), partons à la recherche du célèbre silphium de Cyrénaïque.

Continuer la lecture de Le silphium, plante merveilleuse mais disparue

  1. D. Roques, « Médecine et botanique : le silphium dans l’œuvre d’Oribase » dans Revue des Études Grecques, 106, 1993, p. 380-399. []

Monnaie de Vercingetorix

Archive: image du mois

Septembre 2019: un statère arverne au nom de Vercingétorix

 

Statère d’or (7,43 g.) , 52 av. J.-C. , MMA inv. Gauloises 3774, provient du trésor de Pionsat (Puy-de-Dôme), 1852

Longtemps Vercingétorix ne fut qu’un nom. Celui du vaincu d’Alésia dans un récit de guerre rédigé par son vainqueur pour célébrer sa propre gloire. Mais en 1837 les choses changèrent.

Continuer la lecture de Monnaie de Vercingetorix

Scorpions, crocodiles et serpents : autour de quelques stèles égyptiennes du département des Monnaies, Médailles et Antiques

Stèle d’Horus sur les crocodiles, bois, inv. MMA 53.238

Le département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France (BnF) a conservé jusqu’à douze stèles dites “d’Horus sur les crocodiles” dont onze sont désormais visibles1, dans la base de données en ligne Médailles et Antiques. Après un premier volet Veaux, vaches, cochons… trésors : quand les animaux découvrent des monnaies du cycle estival “La Nature dans l’Antiquité” développé dans les pages de ce carnet, l’étude de ces objets particuliers, riches d’apports sur l’histoire des collections de la Bibliothèque est l’occasion de développer des aspects associés à quelques animaux dangereux en Égypte ancienne.

Continuer la lecture de Scorpions, crocodiles et serpents : autour de quelques stèles égyptiennes du département des Monnaies, Médailles et Antiques

  1. À l’occasion de ce billet, le département a mis en ligne sept stèles supplémentaires. Tous nos plus vifs remerciements à Mathilde Avisseau-Broustet, chargée de collections, antiques et objets d’art. Le corpus est en cours d’étude pour publication par Annie Gasse, directrice de recherches au CNRS, UMR 5140 – Montpellier III []

Les trésors au Cabinet des Médailles et le programme “Trouvailles Monétaires”

Au sens archéologique du terme, on parle généralement de trésor (ou dépôt) dès lors qu’un ensemble d’objets, précieux ou non, a été volontairement rassemblé avant d’être enfoui1. Le Département des Monnaies, médailles et antiques conserve de nombreux trésors, des dépôts monétaires bien sûr mais aussi de spectaculaires ensembles d’orfèvrerie. L’emblématique trésor d’argenterie de Berthouville2 figurera par exemple en bonne place dans le futur musée de la BnF, sur le site Richelieu, qui ouvrira ses portes en 2021. Outre ses missions de conservation et d’exposition, le département poursuit aussi, depuis 1978, le programme de recherche Trouvailles monétaires visant à étudier et à valoriser les découvertes monétaires effectuées sur le territoire national.

Continuer la lecture de Les trésors au Cabinet des Médailles et le programme “Trouvailles Monétaires”

  1. Selon la définition du Code civil (Art. 716), “le trésor est toute chose cachée ou enfouie sur laquelle personne ne peut justifier sa propriété, et qui est découverte par le pur effet du hasard”. Sur la notion polysémique de trésor, voir G. Aubin, “Les trésors (monétaires) antiques : le mot, les choses et les chercheurs”, in F. Baratte, M. Joly, J.-C. Béal (dir.), Autour du trésor de Mâcon. Luxe et quotidien en Gaule romaine, Mâcon, 2007, p. 49-73. []
  2. Sur ce trésor, voir le billet consacré à la statuette de Mercure tenant le caducée par Mathilde Avisseau-Broustet, publié le 1 juin 2017. []

Veaux, vaches, cochons… trésors : quand les animaux découvrent des monnaies

L’histoire est célèbre. La grotte de Lascaux aurait été découverte par un chien prénommé Robot : en pourchassant un lapin il aurait permis à quatre enfants de découvrir l’une des plus importantes grottes ornées du Paléolithique. Les animaux ne découvrent pas que des grottes, ils peuvent aussi mettre au jour des trésors ! Deux histoires tirées de l’inépuisable flot des faits divers ont récemment attiré notre attention. En 2017, en Thaïlande, une tortue dut être opérée pour lui retirer les 915 monnaies d’argent qu’elle avait ingurgitées. En France en 2019, c’est une pie qui est suspectée d’avoir rassemblé dans son nid du parc du château de Versailles 1131 pièces de monnaies, majoritairement des centimes d’euros.

A la BnF, le département des Monnaies, médailles et antiques conserve à la fois de nombreuses monnaies, dont beaucoup proviennent de trésors, et les archives relatives aux trésors étudiés, notamment dans le cadre du programme « Trouvailles monétaires ». Nous proposons ici de rassembler différentes mentions de trésors découverts par des animaux éparpillées dans la littérature spécialisée ou dans les archives.

La Taupe, dessin de Buvée, vers 1760 (BnF, RESERVE JB-23 (B)-BOITE FOL).

Continuer la lecture de Veaux, vaches, cochons… trésors : quand les animaux découvrent des monnaies