Archives de catégorie : collections

Delacroix et les dessins de monnaies grecques du Cabinet des médailles

Feuille de quatre médailles antiques, Delacroix, 1825 (INHA, EM DELACROIX 3)

Le succès de l’exposition Delacroix du Louvre rappelle l’immense popularité d’un des plus fameux artistes du XIXe siècle. Au-delà de ses œuvres les plus emblématiques, on sait moins que le jeune Delacroix eut dans sa jeunesse, durant une brève période, le goût du dessin des monnaies grecques antiques. Pendant deux années, entre 1824 et 1825, il produisit une série de dessins et de lithographies figurant des monnaies grecques de la collection du Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale, à l’époque encore bibliothèque royale.

Monnaies prises pour modèle sur la Feuille de quatre médailles antiques : en haut à gauche, revers d’un tridrachme d’Aspendos (Pamphylie), vers 330-250 av. J.-C. (BnF, MMA, Fonds général 43) ; à droite, revers d’un chalque des Brettiens (Bruttium), vers 211-208 av. J.-C. (BnF, MMA, Fonds général 1618) ; en bas à gauche, revers d’un didrachme de Thourioi (Bruttium), vers 420 av. J.-C. (BnF, MMA, Fonds général 1440) ; à droite, droit d’un tétradrachme de Nicomède III de Bithynie, 94/3 av. J.-C. (BnF, MMA, Fonds général 140). Continuer la lecture de Delacroix et les dessins de monnaies grecques du Cabinet des médailles

Euripide mss Grec 2713

Archive: Image du mois Juin 2018
Juin 2018 Manuscrit byzantin de pièces d’Euripide

Grec 2713

Ce manuscrit très ancien, fait partie, avec le Marcianus 471 et le Vaticanus 909, des manuscrits d’Euripide qui permettent de retrouver, par-delà l’époque byzantine, un état antique du texte d’Euripide. C’est un des manuscrits d’Euripide les plus précieux qui date probablement du XIe siècle. Il est issu du prototype de la première famille du texte d’Euripide, α, qui remonte au VIe siècle. Il possède les sept pièces du Choix, édition qui a été faite sous l’empereur Hadrien et porte la trace d’un double commentaire. Le manuscrit se trouvait à Constantinople au début du XVe siècle. Il est entièrement copié par un seul et même copiste, à l’exception des ajouts postérieurs que représentent les deux premiers cahiers. Une seconde main médiévale présente des variantes marginales ou interlinéaires. Le premier cahier est un ajout de Georges Baiophoros qui travaillait dans le monastère de Saint-Jean-Prodrome, dans le quartier de Pétra. Dans le second, les scholies et les vers sont copiés par Théodore Gaza. De nombreux annotateurs ont parcouru et marqué le manuscrit à des époques très diverses. [voir la notice complète].

Du 1er au 3 juin 2018 se déroule à Fontainebleau le Festival d’Histoire de l’Art, avec à l’honneur deux thèmes : le Rêve et la Grèce. La BnF y sera présente avec les interventions d’O. Estiez sur Gradiva (3 juin à 16h, Mines), de Chr. Förstel & E. Yota sur les manuscrits byzantins de la BnF (2 juin à 16h, château de Fontainebleau), et avec un stand au Salon du Livre.  Découvrez à cette occasion, les parcours guidés de Gallica pour explorer la Grèce en cartes, en photographies et en monnaies.

Jeune femme faisant des mouvements de danse sur un char

Archive: Image du mois Mai 2018

Mai 2018: Jeune femme faisant des mouvements de danse sur un char

[Manufacture Jacquemart et Bénard. Lambris : scènes à l’antique. Modèle n° 1643 bis]: [papier peint]. [1803]. Estampes et photographie, LI-24 (A+, 1)-FT 4

Ce papier peint est issu de la manufacture Jacquemart et Bénard, active à Paris entre 1791 et 1809, à l’angle de la rue de Montreuil et du faubourg Saint-Antoine. Il illustre le goût pour les motifs à l’antique dans les demeures dans la période révolutionnaire puis dans le style Empire, notamment suite aux découvertes effectuées sur le site de Pompéi fouillé depuis 1704.

La frise figure un jeune homme sur un char, une coupe sur un piédestal et une jeune femme faisant des mouvements de danse sur un char tiré par un monstre marin et dont les rênes sont tenues par un putto ailé tenant un fouet. A ce lambris s’ajoutent deux autres scènes à l’antique en camaïeu.

Le 29 avril de chaque année est célébrée la Journée internationale de la danse. Le 30 mai 2018, la Bibliothèque nationale de France organise une journée d’étude, à cette occasion et autour de l’exposition Chaillot, une mémoire de la danse (1878-2018). Intitulée la danse en 2 000 films, elle sera consacrée aux archives du Grand prix international Vidéo danse, rendez-vous annuel du film de danse, déposées à la BnF.

Citer ce billet : Vanessa Desclaux, "Jeune femme faisant des mouvements de danse sur un char", in L’Antiquité à la BnF, 01/05/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/2258, [consulté le 16/07/2018].

 

Avril 2018 « Le métal pétrifié »: les médaillons sculptés de la façade du département des Monnaies, médailles et antiques

Archives : image du mois

Avril 2018 « Le métal pétrifié »: les médaillons sculptés de la façade du département des Monnaies, médailles et antiques

   

A gauche, médaillon sculpté, Ø 80 cm ; à droite, son modèle, revers d’un décadrachme de Syracuse (Sicile), vers 400-390 av. J.-C, Ø 36 mm, (BnF, MMA, coll. de Luynes, 1248).

Quand on chemine dans l’étroite rue Vivienne (Paris, 2e), il faut lever la tête pour les apercevoir. Au premier étage du pavillon central du bâtiment Vivienne, composant le quart nord-est du Quadrilatère Richelieu, cinq médaillons ornent les clefs des hautes fenêtres. Ces sculptures signalent la présence du département des Monnaies, médailles et antiques.

Pour élaborer ce programme illustrant l’art de la médaille depuis l’Antiquité, l’architecte Jean-Louis Pascal trouve un conseiller en la personne d’Ernest Babelon, conservateur du Cabinet des médailles. Dans une lettre datée du 17 septembre 1904, il lui écrit « je vous ai demandé cinq médailles caractéristiques – et belles, si possible, en même temps que je puisse faire copier pour la décoration extérieure du futur cabinet » (BnF, MMA, 19 ACM 17.).

Le premier médaillon illustre l’art grec avec un très beau décadrachme syracusain signé du graveur Evainète dont le modèle provient de la collection du duc de Luynes, donnée en 1862. En sélectionnant cette pièce, Babelon a opté pour une pièce emblématique de l’art grec. Les monnaies grecques ont bien souvent été louées pour leur beauté. Parmi elles, celles de Syracuse sont considérées comme des chefs-d’œuvre tant par la composition audacieuse des types que par la finesse et l’impression de vigueur qui se dégage de la gravure. La signature du graveur – rare sur les monnaies antiques – confirme cette qualité esthétique exceptionnelle. Ces pièces n’ont-elles d’ailleurs pas inspiré ce quatrain à José-Maria de Heredia, extrait de « Médailles antiques » (Les Trophées, 1893) :

« Et seul le dur métal que l’amour fit docile

Garde encore en sa fleur, aux médailles d’argent,

L’immortelle beauté des vierges de Sicile. »

Pour en savoir plus, lisez « Le métal pétrifié. Les médaillons de la façade du Cabinet des médailles »

Julien OLIVIER

Projet de Polices des Inscriptions Monétaires : le cas des monnaies ibériques et carthaginoises

Dans le cadre du projet PIM (Police de caractère pour les Inscriptions Monétaires) mené par la Bibliothèque nationale de France sous la direction de Florence Codine, est envisagée la création de différents alphabets à partir des lettres rencontrées dans les légendes monétaires, afin de donner à leur description plus de précisions. A été considéré parmi l’ensemble des monnaies disponibles au département des Monnaies, médailles et antiques (MMA) l’ensemble des monnaies ibériques et puniques dont les caractères spécifiques nécessitaient la création de polices propres.

Continuer la lecture de Projet de Polices des Inscriptions Monétaires : le cas des monnaies ibériques et carthaginoises

Conférence : Trésors de Richelieu, l’amphore du « Peintre d’Amasis »

Amphore du peintre d’Amasis (BnF, MMA, De Ridder.222 ; Luynes.678 (Inv.116))

Dans le cadre du cycle de conférences « Trésors de Richelieu », Cécile Colonna (INHA), Louise Détrez (BnF) et Marie-Christine Villanueva-Puig (CNRS) présenteront L’ « amphore de Paris » du Peintre d’Amasis le 10 avril 2018 de 18h15 à 19h30 à l’auditorium de la Galerie Colbert (INHA, 2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs
75002 Paris).

C’est pourvu d’un couvercle qui lui est en réalité étranger que l’un des plus beaux vase issus du quartier des potiers d’Athènes est acquis – fort cher – par le duc de Luynes à la vente du cabinet du chevalier Durand en 1836. Après avoir orné deux des plus belles collections privées d’antiques formées au XIXe siècle, cette petite amphore rebondie rejoint le fonds de la Bibliothèque à la faveur du fabuleux don de sa collection par Luynes en 1862. Signée par deux fois de son potier virtuose, Amasis, elle reçoit d’un peintre non moins talentueux demeuré anonyme (et baptisé par convention « Peintre d’Amasis » en raison de l’exclusivité de sa collaboration avec ce céramiste) un décor à la fois contrasté et innovant servi par sa manière élégante alliant monumentalité et minutie.

Pour en savoir plus sur cette conférence et le cycle « Trésors de Richelieu »

L’événement Facebook

Exposition : High on Luxury, Lost Treasures from the Roman Empire

Annonce de l’exposition « High on Luxury » sur les façades de la Ny Carlsberg Glyptotek à Copenhague

Après plusieurs étapes aux États-Unis (Los Angeles, San Francisco, Houston) et à Arles, le trésor de Berthouville s’expose du 14 mars au 2 septembre 2018 à la Ny Carlsberg Glyptotek de Copenhague.

Continuer la lecture de Exposition : High on Luxury, Lost Treasures from the Roman Empire

Mars 2018 : Ovide

Archives : image du mois

Mars 2018 Métamorphoses d’Ovide

Thésée et Ariane devant le Labyrinthe. gravure du XVIe siècle. BnF, Gallica, Département des Estampes et photographie, 4-SB-2

Dans la continuité des festivités autour du  poète latin Ovide, mort il y a 2000 ans, plongeons dans l’un des nombreux recueils d’estampes de la Renaissance illustrant ses Métamorphoses conservés à la BnF. Celui-ci, daté de 1563, est l’œuvre de l’imprimeur Sigmund Feyerabend et comporte 178 gravures sur bois de Virgil Solis ; des légendes en latin et en allemand accompagnent chaque image entourée d’un cadre aux motifs végétaux et animaliers élaborés.

Parmi les nombreux épisodes mythologiques est évoqué celui de la légende du Minotaure (Livre VIII) : le héros Thésée demande l’aide d’Ariane, fille du roi Minos pour pouvoir retrouver son chemin dans le Labyrinthe. Celui-ci, en arrière-plan, adopte une forme circulaire, selon une iconographie déjà présente sur des monnaies antiques, avec le Minotaure en son centre.

Pour en savoir plus :

Consulter le billet de blog Gallica sur la réception des Métamorphoses.

Suivre le Festival Européen Latin Grec, 22-25 mars 2018 : avec un programme varié autour notamment de lectures publiques participatives des Métamorphoses d’Ovide et de conférences à l’ENS Lyon. Voir le site pour le programme détaillé des manifestations.

For a Digital Archaeology of Coins? A RTI project on Celtic coins kept at the BnF

Lire ce billet en français : Pour une archéologie numérique des monnaies ? Un projet RTI sur les collections celtiques de la BnF

Foreword, by Dominique Hollard (BnF curator of Celtic Coins)

The research project initiated by A. Baron Tacla from Universidade Federal Fluminense (Rio de Janeiro) immediately caught our attention. The technology used (RTI) seems indeed particularly well adapted to the Celtic coinages. They are as marked by a rather complex iconography as many non figurative types. Blanks are usually smaller than engraved dies employed as punches. The use of the RTI thus appears as a privileged way to better understand these objects, particularly those kept at the  BnF – the most important Celtic coinages collection in the world, 11,000 coins – available to be used as a material for the development of this promising technology.

Stater, billon, Curiosolites, 6,40g (BnF, MMA, 6586)

Continuer la lecture de For a Digital Archaeology of Coins? A RTI project on Celtic coins kept at the BnF

Pour une archéologie numérique des monnaies ? Un projet RTI sur les collections celtiques de la BnF

Read this post in English: For a Digital Archaeology of Coins? A RTI project on Celtic coins kept at the BnF

Avant-propos, par Dominique Hollard (chargé du fonds des monnaies celtiques de la BnF)

Le projet de recherche initié par Adriene Baron Tacla de l’Universidade Federal Fluminense (Rio de Janeiro) a immédiatement attiré notre attention. La technologie utilisée (RTI) semble en effet particulièrement bien adaptée aux monnayages celtiques, qui se distinguent par une iconographie assez complexe ainsi que par le grand nombre de types non figuratifs. Les flans sont généralement plus petits que les coins (matrices) gravés et utilisés pour frapper les monnaies. La technique RTI apparaît donc comme un moyen privilégié pour mieux comprendre ces objets, notamment les fonds conservés à la BnF – la plus importante collection de monnaies celtiques au monde avec 11 000 pièces.

Statère de billon Curiosolites, 6,40g (BnF, MMA, 6586)

Continuer la lecture de Pour une archéologie numérique des monnaies ? Un projet RTI sur les collections celtiques de la BnF

Coupe attribuée au Peintre de Brygos

Archive : image du mois

Février 2018 Coupe attribuée au Peintre de Brygos

BnF, MMA, De Ridder.581

Au mois de février, la vingtaine de pièces de la BnF que présente l’exposition « Musiques ! Echos de l’Antiquité » quitte le Louvre-Lens pour Barcelone (9 février-6 mai 2018). Parmi elles, la coupe De Ridder.581 exigeait au préalable une restauration fondamentale : le Louvre-Lens et la Fondation La Caixa en ont généreusement supporté la totalité du coût.

Les opérations, menées par le restaurateur Fabrice Rubiella, ont d’abord consisté à « dérestaurer » le vase. Débarrassés de compléments de plâtre généreusement repeint, décollés – un goujon métallique avait même été glissé à l’intérieur de la tige du pied avant d’y être noyé dans le plâtre – les quelque vingt-cinq fragments jointifs qui constituent la coupe ont été nettoyés, puis recollés. Des comblements de plâtre et d’enduit fin poncés à niveau rendent désormais à la forme son intégrité, tandis qu’une retouche discrète mais décelable (laissée mate) met en valeur l’équilibre chromatique de l’ensemble.

Au centre du médaillon, une jeune femme dont la chevelure claire s’échappe d’un sakkos, effleure d’une main les cordes de sa lyre, qu’elle s’apprête à frapper du plectre qu’elle tient de l’autre. La musicienne s’approche d’un autel à volutes, sur lequel un rameau ou une couronne a déjà été déposé, et qu’équilibre derrière elle un panier suspendu. Quoiqu’exécutée sur un vase à boire, et malgré l’acclamation d’une beauté toute terrestre dans le champ (ho pais kalos), la scène est indéniablement cultuelle.

Le Peintre de Brygos, actif dans le premier tiers du Ve siècle av. J.-C., est l’un des dessinateurs les plus habiles de son temps. La coupe à la musicienne rend justice à son talent, dont les internautes prendront également la mesure en consultant les six notices qui le concernent sur la base medaillesetantiques.bnf.fr

Louise Detrez

Les éditions des tragédies de Sénèque conservées à la Bibliothèque nationale de France (XVe-XIXe s.)

Cet article présente les premiers résultats d’une recherche plus large, entreprise dans le cadre d’une Habilitation à diriger des recherches1, qui portera sur l’histoire des éditions des tragédies de Sénèque, depuis la princeps (Ferrare, 1478 – nous y reviendrons) jusqu’à l’édition de F. Leo (Berlin, 1878-1879). Notre corpus d’étude compte au total 29 éditions, parues sur quatre siècles, mais inégalement réparties : trois éditions pour le XVe s., dix pour le XVIe s., sept pour le XVIIe s., deux pour le XVIIIe  et sept pour le XIXe siècle.

Les éditions présentes à la BnF sont au nombre de 17, soit presque deux tiers de la documentation. Nous citons chacune d’elles dans ce qui suit, en accompagnant leur présentation d’un bref commentaire sur ce qui a retenu notre attention et constitue l’un des principaux intérêts de l’édition en question.

Continuer la lecture de Les éditions des tragédies de Sénèque conservées à la Bibliothèque nationale de France (XVe-XIXe s.)

  1. titre provisoire du mémoire inédit « Relecture des tragédies de Sénèque à travers leur histoire éditoriale », garant Jean-Frédéric Chevalier, Professeur de langue et littérature latines à l’Université de Lorraine. Soutenance prévue fin 2018 []

Bouteille de Nouvel an

Archive : image du mois

Janvier 2018 Bouteille de Nouvel an

BnF, Département MMA, Cailliaud.1819.2.30

Les gourdes ou bouteilles égyptiennes dites « du Nouvel An » se distinguent par leur forme arrondie, leur matériau (faïence le plus souvent), le motif de pectoral et les inscriptions (cartouches et formules de vœux) qui ornent les côtés ou la panse. Celle conservée au département des Monnaies, médailles et antiques présente en plus deux petites figurines de babouin accroupis de part et d’autre du col. Une inscription en hiéroglyphes fait office de vœux : “ouvrir une heureuse année” tandis qu’une autre invoque les dieux de Memphis “Ptah” et “Sekhmet”.

En Égypte ancienne, ces gourdes étaient remplies avec l’eau du Nil lors des cérémonies liées au Nouvel An, célébré autour du 19 juillet, au moment où la crue bienfaitrice se répandait dans la vallée. Les souhaits de bonne année invoquaient fréquemment les divinités de Memphis ou de la région thébaine comme Amon.

Cette gourde fait partie d’un lot d’objets découverts par le voyageur Frédéric Cailliaud à Saqqarah au début du XIXe s. Elle apparaît dans une de ses planches de son Voyage à l’Oasis de Thèbes.
A son retour d’Égypte, Cailliaud vend cette première collection, constituée d’environ 300 pièces, aux Cabinet des Médailles ; en 1907, la majorité est déposée au Musée du Louvre. Actuellement, 19 pièces de cet ensemble ont été identifiées au  MMA.

Les Mystères d’Isis ou l’Égypte antique d’après les décorateurs de l’Opéra: sur quelques acquisitions récentes du département de la Musique

ill. 1. Aruéris. Mlle Dubois bergere Egiptiene : [maquette de costume] / [Entourage de Louis-René Boquet]. BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra, D216 IX-35

Sous l’Ancien Régime, l’Opéra de Paris crée régulièrement des ouvrages lyriques faisant référence à l’Égypte antique. Pour s’en convaincre, il n’est que de citer les œuvres de Lully, Isis (1677) et Phaéton (1683), de Desmarets, Théagène et Cariclée (1695), de Rameau, Les Fêtes de l’Hymen et de l’Amour ou les Dieux d’Égypte (1748) ou encore de Salieri, Les Danaïdes (1784). Les quelques témoignages que nous conservons de ces spectacles nous montrent à l’évidence que les décorateurs et dessinateurs de costumes avaient rarement le souci de l’exactitude historique et qu’ils puisaient leur inspiration dans un folklore et un exotisme mythologiques [ill.1].

Continuer la lecture de Les Mystères d’Isis ou l’Égypte antique d’après les décorateurs de l’Opéra: sur quelques acquisitions récentes du département de la Musique