Archives de catégorie : collections

Deux lingots d’or romains découverts à Crasna (Roumanie) en 1887

En amont de la frappe monétaire il existe une série d’étapes, tant techniques qu’administratives, sans lesquelles les espèces ne pourraient pas être produites. L’un de ces moments est l’affinage du métal, pour mettre ce dernier en conformité avec les normes exigées par l’autorité émettrice. Ce sont des témoins, fort rares, de cette phase pourtant essentielle antérieure à la production des monnaies que nous souhaitons évoquer ici, en l’occurrence des lingots estampés en or raffiné, qui constitue la matière première tant pour la fabrication monétaire que pour l’orfèvrerie officielle. Ceux-ci constituent un type de documentation exceptionnel, d’une haute valeur informative.

Découvert en 1887 à Crasna, en Transylvanie, les deux lingots conservés à la BnF appartiennent à un ensemble de barres d’or (vingt-trois morceaux issus de quinze lingots brisés et quatre intacts1) d’une masse totale d’environ 6,5 kg d’or (soit 20 livres romaines). Ces objets sont liés à l’atelier impérial balkanique de Sirmium (aujourd’hui Stremska Mitrovica en Serbie), très probablement datés des années 379-380 apr. J.-C., selon les indications qu’ils comportent.

Lingot découvert à Crasna en 1887. Or estampé, 472 g, 19,3 cm. BnF, MMA, Inv. 56.343 = reg. L.3451 (Achat à Félix Feuardent en 1893). Face lisse.

Continuer la lecture de Deux lingots d’or romains découverts à Crasna (Roumanie) en 1887

  1. D’autres lingots similaires ont été également trouvés dans la même région, voir : F. Baratte, « Lingots d’or et d’argent en rapport avec l’atelier de Sirmium » dans Sirmium VIII. Etudes de numismatique danubienne. Trésors, lingots, imitations, monnaies de fouilles. IVe au XIIe siècle, 1978, p. 105 et suivantes. []

Les monnaies de Démétrios Poliorcète intègrent le portail AGCO

Les 126 monnaies d’or, d’argent et de bronze du diadoque Démétrios Poliorcète (337-283 av. J.-C.)  conservées à la BnF sont à présent accessibles sur le portail Antigonid Coins Online (AGCO).

Fondé sur le catalogue de E.T. Newell, The Coinages of Demetrius Poliorcetes (1927), la première section du portail AGCO, élaboré par l’American Numismatic Society, a pour but à terme de rassembler les principales collections de monnaies hellénistiques des rois Antigonides de Macédoine, depuis Démétrios Poliorcète jusqu’au règne de Persée, le dernier souverain de la dynastie, vaincu par les Romains en 168 av. J.-C.

Antigonid Coins Online (AGCO)

Continuer la lecture de Les monnaies de Démétrios Poliorcète intègrent le portail AGCO

Une escale du Cabinet des médailles à Marseille. Partie 1 : de l’atelier à l’écrin

Le 15 juillet, notre exposition « Terre ! Escales mythiques en Méditerranée » ouvrira ses portes au musée d’Histoire de Marseille. Depuis la levée du confinement, l’on s’active pour en assurer le succès, à la Bibliothèque nationale de France (sites François Mitterrand et Richelieu) comme au Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF). Dans ce billet nous vous présentons quels soins ont reçu ces dernières semaines les 91 œuvres des collections de la BnF à être du voyage !

Sommaire

  • La restauration des œuvres

– Au centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF)

– Au sein de la BnF

  • Avant l’escale, le voyage : la mise en caisse des œuvres

Continuer la lecture de Une escale du Cabinet des médailles à Marseille. Partie 1 : de l’atelier à l’écrin

Monter une monnaie antique en bijou : les bons conseils de Gaston Maspero

Juillet 2020 : Monter une monnaie antique en bijou : les bons conseils de Gaston Maspero

Trichryson lagide de Ptolémée I Sôter (Chypre, vers 294-282 av. J.-C.) monté en bijou avec chaînette et cinq perles (BnF, MMA, Inv.56.320=Fonds général 22).

Monter des monnaies en bijou est une pratique ancienne. Plusieurs cas sont avérés dès l’Antiquité, particulièrement à l’époque romaine. Il n’est pas rare aujourd’hui encore de voir des monnaies antiques montées en bague ou en collier. Les monnaies grecques notamment sont attractives pour les amateurs d’art classique qui valorisent ainsi  la nature archéologique et historique de ces petits monuments en même temps que leur qualité esthétique.

Le département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF conserve parmi ses fonds numismatiques plusieurs monnaies de ce type, par exemple ici un trichryson, monnaie d’or lagide de 60 drachmes, transformé en collier avec la fixation de quatre bélières, l’une pour la chaînette, les trois autres pour les pendants de perles.

Tétradrachme aux types d’Alexandre le Grand, Amphipolis (Macédoine), argent, 17,23 g, 28 mm (BnF, MMA, Fonds général 518)

Cette pratique semble avoir connu un regain de popularité à la fin du XIXe siècle. C’est ce qu’indique une lettre manuscrite autographe de Gaston Maspero adressée à Monsieur Adam le 9 octobre 1888, récemment acquise par la BnF. L’égyptologue s’est enquis des conseils du numismate Anatole de Barthélemy sur une sélection de monnaies à monter en bijoux. Le choix s’est porté sur des monnaies aux types d’Alexandre le Grand – sans doute un des monnayages grecs les plus conséquents – car :

« La mode s’est mise depuis deux ou trois ans aux colliers et aux bracelets de médailles anciennes, et les bijoutiers les achètent à tout prix. Comme la plupart des gens cherchent à concilier le bon marché avec l’élégance, les médailles communes ont été choisies de préférence pour fabriquer le bijou ordinaire, et naturellement le prix est en hausse ! »

Extrait. Lettre autographe de Gaston Maspero datée du 9 octobre 1888, in-8 (BnF, MMA, 2020.12).

Le propos s’achève sur des considérations éclairantes quant au paysage du marché numismatique de l’époque, toujours sur la foi des indications de Barthélemy. Ainsi apprend-on que les monnaies d’Alexandre pouvaient peu de temps avant 1888 encore se trouver au prix de l’argent plus un tiers contre « maintenant cinq à huit francs pièce ». Même « dans les grandes villes d’Italie », région au cœur de cette économie de la numismatique ancienne depuis la Renaissance, « la hausse se fait sentir ». C’est finalement vers l’Égypte, où les monnaies du conquérant macédonien sont effectivement découvertes dans de nombreux trésors, que Gaston Maspero conseille de se tourner.

Extrait. Lettre autographe de Gaston Maspero datée du 9 octobre 1888, in-8 (BnF, MMA, 2020.12).

Julien OLIVIER

Citer ce billet : jolivier, "Monter une monnaie antique en bijou : les bons conseils de Gaston Maspero", in L’Antiquité à la BnF, 01/07/2020, https://antiquitebnf.hypotheses.org/11499, [consulté le 10/08/2020].

Conférence en ligne – Les trésors de la BnF en direct : La coupe d’Arcésilas

La BnF s’invite dans votre salon ! En direct et en vidéo, nos spécialistes vous présentent un document coup de cœur de nos collections.

Présentation à revoir sur la page Facebook de la BnF1

Rendez-vous le mardi 23 juin à 18h sur la page Facebook de la BnF avec Louise Detrez, conservateur du patrimoine, chargée de la collection céramique et verre au département des Monnaies, médailles et antiques pour une présentation de la coupe dite d’Arcésilas (De Ridder.189) .

Coupe d’Arcésilas, Laconie, vers 560 av. J.-C. (BnF, MMA, De Ridder.189)

Découvert dans la nécropole étrusque de Vulci, ce vase exceptionnel entre dans les collections de la BnF dès 1836. Il est encore aujourd’hui un des fleurons de la collection des céramiques grecques, et sera une pièce majeure de l’exposition Terre ! Escales mythiques en Méditerranée, trésors de la BnF et collections marseillaises, au musée d’histoire de Marseille, à partir du 15 juillet 2020.

Une inscription fait de la coupe dite d’Arcésilas un inestimable document historique : le roi Arcésilas II y supervise sans doute la pesée et le stockage du silphion, un végétal local dont la monarchie grecque des Battiades, qui règne sur Cyrène, s’était arrogée le monopole de l’exploitation commerciale. Consacré à une cérémonie cyrénéenne exécutée  à Sparte vers 560 av. J.-C. et livré à un aristocrate étrusque, ce vase nous convie à un véritable voyage en Méditerranée !

Pour aller plus loin :

Ressources citées dans la présentation:

Techniques de fabrication des vases grecs

Présentations vidéo des collections antiques de la BnF

  1. Erratum dans la vidéo : 29:27 Une atmosphère oxydante est riche en oxygène. 37:37 La première publication de la coupe, par Giuseppe Micali, date de 1832. []

La Bataille de Qadech

Archive: image du mois de juin 2020

juin 2020: La Bataille de Qadech

Disque microsillon, La Bataille de Qadech, trad. S. Sauneron ; ill. musicale de G. Bernard ; Jean Deschamps, Jean d’Yd, interpr., 1955, Département de l’Audiovisuel, C-21486

Parmi les nombreux documents disponibles dans Gallica, on trouve notamment des extraits de vinyles comme celui de 1955, une lecture de la bataille de Qadech, dite aussi « le poème de Pentaour ». Cet enregistrement au ton lyrique et solennel fait référence à la grande bataille qui opposa le pharaon Ramsès II à ses adversaires hittites vers 1300 avant J.-C. à Qadech, en Syrie actuelle.

Continuer la lecture de La Bataille de Qadech

Conférence en ligne – Les trésors de la BnF en direct: le Livre des Morts égyptien de Padiamonnebnésouttawy

La BnF s’invite dans votre salon ! En direct et en vidéo, nos spécialistes vous présentent un document coup de cœur de nos collections.

Présentation à revoir sur la page Facebook de la BnF.

Rendez-vous le mardi 28 mai à 18h, avec Vanessa Desclaux, chargée de la collection des manuscrits Égypte antique et Proche-Orient chrétien de la Bibliothèque nationale de France (BnF) pour une présentation du Livre pour sortir au jour (ou Livre des Morts) sur papyrus de Padiamonnebnésouttaouy (Égyptien 1-19) .

Ce papyrus, d’époque ptolémaïque (332-30 avant notre ère), contient des passages de 38 des chapitres ou formules utiles au défunt pour franchir les étapes de la mort. Ce périple doit conduire le mort jusqu’à son jugement et à sa seconde naissance dans l’Au-delà. En plus de son intérêt comme livre funéraire, ce papyrus a une histoire particulière. Reproduit dans la Description de l’Égypte, il fut acheté à Thèbes par l’ingénieur géographe Pierre Simonel, membre de l’Expédition d’Égypte. Il est également connu sous le nom de « Papyrus Cadet » du nom de son ancien possesseur et premier éditeur Jean-Marcel Cadet (1751-1835).

Ressources

à la BnF

éditions historiques

  • J.-M. Cadet, Copie figurée d’un rouleau de papyrus trouvé à Thèbes, dans un tombeau des rois, Paris, 1805 en ligne sur Gallica.
  • A. Lenoir, Explication d’un manuscrit égyptien, Paris, 1816 en ligne sur archive.org.
  • E. de Rougé, « Étude sur le rituel funéraire des anciens Égyptiens », Œuvres diverses 3, Paris, 1910, p. 369-464 en ligne sur Gallica.

études sur le Livre pour sortir au jour

Les monnaies de bronze des rois ptolémaïques d’Égypte intègrent le portail PCO

Fondé sur le catalogue de Catharine Lorber, Coins of the Ptolemaic Empire dont le premier tome a été publié en 2018 (de Ptolémée I à Ptolémée IV), le portail Ptolemaic Coins Online (PCO), élaboré par l’American Numismatic Society, a pour but de rassembler les principales collections de monnaies des rois Lagides, souverains hellénistiques d’Égypte.

Après les monnaies d’or et d’argent en juillet 2019, ce sont à présent 626 monnaies de bronze du IVe et du IIIe siècle qui intègrent PCO1 , portant ainsi le total des monnaies de la Bibliothèque nationale de France à 1283 sur les près de 2600 exemplaires ptolémaïques de la collection du département des Monnaies, médailles et antiques.

Ptolemaic Coins Online (PCO)

Continuer la lecture de Les monnaies de bronze des rois ptolémaïques d’Égypte intègrent le portail PCO

  1. Nous remercions Thomas Faucher pour son aide []

Alabastres royaux d’époque achéménide

Suite à la domination de l’Égypte par les Achéménides aux 6e-4e siècles av. J.-C. (sous la 27e dynastie perse, puis pendant la 31e dans la chronologie pharaonique), une forme de vase de prototype égyptien devient particulièrement prisée à travers l’Empire perse s’étendant de l’Indus à la mer Égée et la première cataracte du Nil (Fig. 1). Désigné sous l’appellation « alabastre »1 et bien répandu en Égypte et au Proche-Orient aux époques pré-perses, ce type de récipient constitue l’un des symboles les plus connus du luxe de la cour achéménide. L’apanage de la Couronne, la production et la diffusion à grande échelle de ces vases égypto-perses témoignent de l’importance de l’Égypte dans la composition du pouvoir politico-économique perse.

Fig. 1 – Carte de l’Empire achéménide et la répartition des alabastres à inscription royale, (© Sépideh Qahéri, fond de carte d’après Achemenet)

Continuer la lecture de Alabastres royaux d’époque achéménide

  1. Pour ce type de vaisselle et son appellation (alabastre ; alabastron­, alabastra), voir G. Pierrat-Bonnefois, « L’alabastre, un vase à parfum d’origine égyptienne ? », Dossiers d’Archéologie 337, 2010, p. 34-38 ; A. Squitieri, Stone Vessels in the Near East during the Iron Age and the Persian Period (c. 1200-330 BCE) (Archaeopress Ancient Near Eastern Archaeology 2), Oxford, 2017, p. 82-83. []

Le plus ancien recueil des dialogues de Platon

Archive: image du mois mai 2020

Mai 2020: Le plus ancien recueil des dialogues de Platon

République, livre VII (514a-515d), début du mythe de la caverne, Grec 1807, f. 73

Les dialogues de Platon, écrits au IVe siècle avant notre ère, nous sont transmis, de façon très fragmentaire, par une centaine de papyrus antiques, mais c’est par l’intermédiaire de Byzance que nous sont parvenus les dialogues complets. Le plus ancien recueil et le plus célèbre est conservé à la Bibliothèque nationale de France sous la cote Grec 1807.

Continuer la lecture de Le plus ancien recueil des dialogues de Platon

Conférence en ligne – Les trésors de la BnF en direct: l’Eukratideion

La BnF s’invite dans votre salon! En direct et en vidéo, nos spécialistes vous présentent un document coup de cœur de nos collections.

Présentation à revoir sur la page Facebook de la BnF.

Le prochaine rendez-vous est le mardi 5 mai à 11h30, avec Julien Olivier, chargé de collection au département des Monnaies, Médailles et Antiques de la Bibliothèque nationale de France (BnF). Il présentera l’Eukratideion, la plus lourde monnaie d’or connue pour toute l’Antiquité.

[Monnaie : 20 statères, dit « Eukratideion », or, atelier incertain, Bactriane, Eucratide I], dpt des MMA, E 3605

Outre son format hors norme, cet objet est un témoin spectaculaire du règne des rois gréco-macédoniens de Bactriane, cette région d’Asie centrale située aux confins de l’Ouzbékistan, du Tadjikistan et de l’Afghanistan conquise par Alexandre le Grand. Dès sa découverte au milieu du XIXe siècle, l’Eukratideion a suscité les convoitises et son histoire est émaillée de rixes, de dissimulations et de coups de bluff…

Ressources

Nouvelle numérisation disponible sur Gallica et petite introduction dans ce billet :

L’Eukratideion : une « monstruosité numismatique »

The Roman lead tokens in the BnF

Lire ce billet en français : Les tessères romaines en plomb de la BnF

One of the most neglected artefacts from Classical Antiquity are the tokens (so-called ‘tesserae’) from the Greek and Roman/Greco-Roman world. Bronze, lead, and clay tokens were used in Athens during the Classical and Hellenistic periods, and are also found elsewhere throughout the Mediterranean from the Hellenistic age. During the Roman Imperial period, tokens (mainly lead) continued to be used across the Empire by different groups. Ancient tokens have recently been the subject of study by the Token Communities in the Ancient Mediterranean Project (funded by the European Research Council (ERC) under the European Union’s Horizon 2020 research and innovation programme under grant agreement No 678042).1

In Summer 2019, this project led us to study the major collection of ancient tokens kept at the Bibliothèque nationale de France (BnF). The recent digitization of these collections is an opportunity to  present these objects and what they teach us about the ancient Romans.

Continuer la lecture de The Roman lead tokens in the BnF

  1. You can read more about the project, as well as our findings to date, on our website. []

Les tessères romaines en plomb de la BnF

Read this post in English: Roman lead token in the BnF

Les tessères grecques et romaines constituent probablement un des types d’objets antiques les moins bien étudiés.  Ces jetons en bronze, en plomb et en argile furent en usage à Athènes pendant les périodes classique et hellénistique, ainsi que sur l’ensemble du pourtour méditerranéen à partir de l’époque hellénistique. Pendant la période impériale romaine, des tessères (principalement en plomb) continuèrent à être utilisées par différents groupes dans tout l’Empire. Ces objets ont récemment fait l’objet d’un vaste programme de recherche européen dans le cadre du projet Token Communities in the Ancient Mediterranean Project (financé par l’European Research Council (ERC), programme Horizon 2020 de l’Union Européenne, n° 678042)1.

C’est dans le cadre de ce projet que nous avons étudié les fonds de tessères romaines conservées à la Bibliothèque nationale de France (BnF) durant l’été 2019. La numérisation récente des collections nous donne l’occasion de présenter ces objets et ce qu’ils nous apprennent des Romains de l’Antiquité.

Continuer la lecture de Les tessères romaines en plomb de la BnF

  1. Pour en savoir plus sur ce projet, consultez le site Internet. []

Plusieurs fonds de tessères antiques de la BnF à présent accessibles en ligne

Tessère romaine en os. 30 mm. Face A, bateau à voile à droite. Face B : VII / ΠΑΡΑΠΛΟΥC / Z (BnF, MMA, Froehner 298).

Un vaste programme de numérisation entrepris en 2019 a permis la mise en ligne de de plusieurs fonds de tessères antiques de la BnF.

Les quelques tessères du fonds grec avaient été numérisées en 2013.

Tessère de Palmyre triangulaire, pour une fête religieuse ? 25×22 mm. Face A : deux serpents entrelacés ; grènetis. Face B : scorpion environné de deux globules ; grènetis (BnF, MMA, Prost 48).

La mise à disposition de plusieurs milliers de ces objets  va de pair avec un renouveau des études qui leur sont consacrées1.

On ne peut qu’espérer que la numérisation de ces riches collections de la BnF accompagne et encourage le regain d’intérêt pour les tessères,  « monuments » modestes et pourtant si riches en informations sur les sociétés de l’Antiquité.

Pour aller plus loin :

  1. Par exemple dans le cadre du projet Token Communities in the Ancient Mediterranean, dirigé par Clare Rowan. Cette brève présentation s’inspire largement des d’informations collectées sur le site du projet. []
  2. À titre d’exemple, il est notable que les deux principaux catalogues des fonds de la BnF datent respectivement de  1900 (M. Rostovtzeff, M. Prou, Catalogue des plombs de l’antiquité, du moyen âge et des temps modernes conservés au département des médailles et antiques de la Bibliothèque nationale. Paris) et de 1905 (P. Dissard, Collection Récamier : Catalogue des plombs antiques (sceaux, tessères, monnaies et objets divers). Paris). []

Quart de dinar d’or kouchane du 2è s. avec représentation de Bouddha

Archive: image du mois avril 2020

Avril 2020: Quart de dinar d’or kouchan du 2è s. avec représentation de Bouddha

Revers de la monnaie kouchane de Kanishka I au type du Bouddha, dpt des Monnaies, médailles et antiques L 545 (IV-23), diam.: 19 mm; 1,97 grammes

Cette monnaie montre au revers Bouddha debout sous la forme d’une statue de culte gandharienne, moustachue, la tête nimbée, accompagnée de la légende grecque ΒΟΔΔΟ pour transcrire « Bouddha ». Continuer la lecture de Quart de dinar d’or kouchane du 2è s. avec représentation de Bouddha